Visites : 7,953,817

Navi­ga­tion rapide :
Réca­pi­tu­la­tifVidéosLivresPubli­ca­tionsArticles

Reprendre le contrôle de la monnaie

Je place ci-des­sous, un peu pêle-mêle, des docu­ments impor­tants aidant à com­prendre le lien (direct et puis­sant) qui existe entre le pou­voir de céa­tion moné­taire aban­don­né par les États aux banques pri­vées et… crises, bas salaires et chô­mage de masse.

C’est incroyable, vraiment incroyable : nos gouvernements ont abandonné la création monétaire aux banques privées.

Nos pré­ten­dus « repré­sen­tants » se sont même inter­dit à eux-mêmes de créer l’argent néces­saire au finan­ce­ment des besoins publics !

Cela entraîne, on va le voir, une dette publique extra­va­gante et un chô­mage insup­por­table, mais aus­si une dra­ma­tique dépen­dance des res­pon­sables poli­tique envers ceux qui les financent.

Création monétaire

La dette : un hara-kiri monétaire non-nécessaire

Création monétaire

Ren­dez-vous compte : regar­dez défi­ler le mon­tant actuel seuls inté­rêts de la dette publique fran­çaise (inté­rêts qui per­mettent aujourd’­hui aux riches créan­ciers pri­vés de nous voler —lit­té­ra­le­ment— tout ce que nous payons au titre de l’im­pôt sur le revenu) :

L’in­té­rêt de la dette a aug­men­té de 9,500,000 le temps de la concep­tion de cette page 😉

L’endettement de la puis­sance publique auprès d’acteurs pri­vés n’est pour­tant pas du tout une fata­li­té, la dette publique n’est pas inévi­table : la dette publique est une pri­son finan­cière non néces­saire, une cami­sole de force poli­tique bien rôdée depuis des décen­nies dans les pays pauvres, vou­lue désor­mais par nos pré­ten­dus « repré­sen­tants », notam­ment à tra­vers l’article 104 du trai­té de Maas­tricht qui inter­dit aux États de créer la mon­naie dont ils ont besoin pour finan­cer les besoins publics.

C’est une sorte de « hara-kiri moné­taire » par lequel les États s’imposent d’emprunter ces sommes auprès de prê­teurs pri­vés, moyen­nant un inté­rêt exor­bi­tant, à la source d’une dette folle qui va finir par asphyxier les États et qui, fina­le­ment, nous inter­dit déjà toute poli­tique publique volontariste.

 

On dirait même que c’est le but des pré­ten­dus « libé­raux » : objec­tif = des États rui­nés pour inter­dire toute relance key­né­sienne (qui serait favo­rable aux tra­vailleurs et défa­vo­rable aux rentiers).

Alors, puisque nos « repré­sen­tants » ne nous pro­tègent plus sur ce point essen­tiel, écrire nous-mêmes une Consti­tu­tion d’origine Citoyenne semble bien le seul moyen de reprendre le contrôle public de la monnaie,

Lisez les docu­ments et débats signa­lés ici, signez les péti­tions et venez réflé­chir avec nous aux ini­tia­tives du Plan C.

 

Playlist de vidéos sur la monnaie, la dette et les alternatives 

Une sélec­tion de vidéos à retrou­ver sur la chaîne You­tube : Etienne Chouard
Cli­quer sur Création monétaire en haut de la vidéo pour affi­cher la playlist.

MONNAIE ET DETTE : SOUVERAINETÉ OU SERVITUDE

ALTERNATIVES MONÉTAIRES

Vidéos sur le sujet de la monnaie

Quelques vidéos qui résument mon tra­vail et mes thèses à pro­pos de la monnaie.

À Mar­seille, le 23 avril 2011, sur les enjeux de la créa­tion monétaire

Le pre­mier sur l’ar­ti­cu­la­tion mécon­nue entre infla­tion et chômage

Par Myret Zaki et Étienne Chouard – Genève, 3 décembre 2011, soi­rée à la fon­de­rie Kugler

À Mar­seille, le 23 avril 2011, sur les enjeux de la créa­tion monétaire

À « LA CRISE », des solu­tions : CRÉATION MONÉTAIRE ET REVENU DE BASE

« Créa­tion moné­taire et Société » :
Débat His­to­rique au Par­le­ment UK

Com­prendre la dette publique (en quelques minutes)

DEBTOCRACY- LA GOUVERNANCE PAR LA DETTE
Crise 2008 2) Finan­cia­ri­sa­tion de l’é­co­no­mie (2011).

Crise 2008 – 1) La créa­tion moné­taire – par moneylefilm

On trou­ve­ra aus­si sur la page des résu­més de nom­breuses autres conférences
où j’ar­ti­cule ensemble les deux enjeux
– du contrôle public de la monnaie
– et du contrôle public de nos représentants
– qui n’ad­vien­dra jamais, je crois, sans réin­tro­duire le très démo­cra­tique tirage au sort en politique :

Livres à connaître sur la monnaie

Maurice Allais : « La crise mondiale d’aujourd’hui - Pour de profondes réformes des institutions financières et monétaire »
La dette publique, une affaire rentable, par André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder
Irving Fisher : 100% money ! Un texte essentiel, court et clair, enfin en français, à lire absolument pour comprendre à la fois la cause première des crises et la seule solution qui vaille. Texte intégral
Jacques Duboin, LA GRANDE RELÈVE (de l'Homme par la Machine), 1932. Texte intégral
Jacques Duboin, LA GRANDE RELÈVE (de l'Homme par la Machine), 1932. Texte intégral

Publications sur le contrôle de la monnaie

Le point de ma biblio­thèque per­son­nelle sur le sujet de la créa­tion moné­taire.
Remarque : les deux piles ont dou­blé depuis un an.

Création monétaire
Débat sur le scandale planétaire de la création monétaire par les banques privées

Sur le scan­dale pla­né­taire de la créa­tion moné­taire par les banques pri­vées, il faut aus­si signa­ler un débat impor­tant et très enri­chis­sant (sur la créa­tion moné­taire) qui a eu lieu pen­dant deux ans sur le blog de Paul Jorion :

Depuis quelques mois années, Paul cen­sure tous ceux qui le contre­disent sur la créa­tion moné­taire et, pro­gres­si­ve­ment, tous ceux qui ani­maient un authen­tique débat se sont éloi­gnés (ils se sont retrou­vés sur un blog pas­sion­nant inti­tu­lé « Plus loin que Jorion » : http://​post​jo​rion​.word​press​.com).

Ne res­tent appa­rem­ment chez Paul que des « fidèles », au sens reli­gieux du terme, par­mi les­quels des gens très inté­res­sants, mais deve­nus com­plè­te­ment her­mé­tiques sur le point pré­cis de la créa­tion moné­taire privée.

Voi­ci un de mes der­niers mes­sages chez Paul, vous y trou­ve­rez la réfé­rence vers l’é­norme et pas­sion­nante com­pi­la­tion de nos débats sur ce sujet cardinal :

Étienne Chouard a dit, ce dimanche 14 mars 2010, à 10 h 15,
mes­sage cen­su­ré par Paul Jorion :
https://​www​.paul​jo​rion​.com/​b​l​o​g​/​?​p​=​9​0​9​4​#​c​o​m​m​e​n​t​-​6​4​578

PRIORITÉ AUX INSTITUTIONS
et donc à un pro­ces­sus consti­tuant désintéressé.

 

Paul,

En résu­mant notre contro­verse moné­taire à deux posi­tions — 1. « Ceux qui veulent détruire l’en­ne­mi », et 2. « Ceux qui pré­fèrent convaincre l’ad­ver­saire de chan­ger d’a­vis » —, tu as oublié une troi­sième posi­tion (et c’est la mienne) qui est de s’en prendre très prio­ri­tai­re­ment aux INSTITUTIONS :

Pre­nant acte qu’il n’y a ni bons, ni méchants, qu’il n’y a pas d’en­ne­mis irré­duc­tibles, jus­te­ment, qu’il ne peut pas y avoir de com­plot géné­ral contre l’hu­ma­ni­té, mais seule­ment de mau­vaises ins­ti­tu­tions qui ne fixent pas de vraies limites aux puis­sants du moment ; consi­dé­rant que « les chefs sont des salauds puis­sants mais que les sujets sont des salauds en puis­sance » (Scu­te­naire), je cherche une solu­tion qui ne dépende pas de la ver­tu supé­rieure (illu­soire et pré­caire) de qui que ce soit, mais qui compte plu­tôt sur une bonne règle de droit, pla­cée bien au-des­sus des hommes au pou­voir : je pro­pose de réflé­chir très prio­ri­tai­re­ment à un pro­ces­sus consti­tuant dés­in­té­res­sé, c’est-à-dire à une Assem­blée consti­tuante dont les membres n’aient pas un inté­rêt per­son­nel contraire à l’in­té­rêt général.

Pour moi, l’im­por­tant n’est pas qui vote la Consti­tu­tion.
Ce qui compte par-des­sus tout, c’est qui écrit la Consti­tu­tion.
Et seule une Assem­blée consti­tuante tirée au sort garan­ti­ra au Peuple ce dés­in­té­res­se­ment déci­sif des auteurs de la Constitution.

Objec­tif : en matière moné­taire comme en poli­tique, comme en toute autre matière, si tous les dépo­si­taires d’un pou­voir avaient vrai­ment peur d’une sanc­tion, du fait d’une règle supé­rieure qui leur soit par­fai­te­ment inac­ces­sible, si tout pou­voir avait les bonnes limites, celles que sou­hai­taient ardem­ment Aris­tote et Mon­tes­quieu, en un mot si nous pre­nions les pro­blèmes à la racine, le monde serait beau­coup moins injuste.

La jus­tice sociale n’est une uto­pie que parce que nous ne pre­nons pas le mal à la racine.

Figure-toi, Paul, que même tes contra­dic­teurs les plus opi­niâtres (sur le point très pré­cis de la créa­tion moné­taire par les banques com­mer­ciales), au-delà des contro­verses point par point, dési­rent aus­si un monde meilleur ;-)

Ami­ca­le­ment.

Étienne.

____________________

PS :

• j’ai mis à jour TOUT NOTRE DÉBAT SUR LA MONNAIE depuis deux ans :
https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​T​o​u​t​_​n​o​t​r​e​_​d​e​b​a​t​_​s​u​r​_​l​a​_​m​o​n​n​a​i​e​_​c​h​e​z​_​P​a​u​l​_​J​o​r​i​o​n​.​pdf.
8 500 pages (pdf, 43 Mo) de débats pas­sion­nés et pas­sion­nants.
Mer­ci d’a­voir per­mis ça.
____
• J’ai aus­si fait le point de ma biblio­thèque per­son­nelle sur le sujet de la créa­tion moné­taire,
avec une nou­velle pho­to de ma pile, à côté de la biblio­gra­phie de Paul Jorion (2 livres) :

Explication du mécanisme de la création de l’argent par J. K. Galbraith

« La plu­part des dis­cus­sions sur la mon­naie s’enferment dans une épaisse gangue d’incantation et de prê­chi-prê­cha. Sou­vent de pro­pos déli­bé­ré. Ceux qui parlent d’argent ou en font le sujet de leur ensei­gne­ment et donc leur gagne-pain tirent pres­tige, estime et avan­tages pécu­niaires, comme les méde­cins ou les sor­ciers, de la croyance soi­gneu­se­ment culti­vée qu’ils entre­tiennent une asso­cia­tion pri­vi­lé­giée avec l’occulte — qu’ils ont des pers­pec­tives sur un domaine tota­le­ment inac­ces­sible aux gens ordi­naires.
Source de satis­fac­tion pro­fes­sion­nelle et, à l’occasion, de pro­fit per­son­nel, cette atti­tude n’en consti­tue pas moins elle aus­si une escro­que­rie bien connue. Il n’est rien, s’agissant de l’argent, qu’une per­sonne dotée d’une curio­si­té, d’un zèle et d’une intel­li­gence rai­son­nable ne puisse com­prendre. Et quelles que soient les erreurs d’interprétation ou de fait que la pré­sente his­toire puisse conte­nir, il n’en est aucune, le lec­teur peut s’en per­sua­der, qui pro­cède d’une sim­pli­fi­ca­tion outrancière.

L’étude de la mon­naie est, par excel­lence, le domaine de l’économie dans lequel la com­plexi­té est uti­li­sée pour dégui­ser la véri­té et non pour la révé­ler. La plu­part des choses de la vie — auto­mo­biles, maî­tresses, can­cer — comptent sur­tout pour ceux qui les ont. L’argent au contraire est aus­si impor­tant pour ceux qui en ont que pour ceux qui n’en ont pas. C’est pour­quoi les uns comme les autres ont inté­rêt à le com­prendre. Et les uns comme les autres devraient savoir que cette com­pré­hen­sion est par­fai­te­ment à leur portée.

À cet égard, on ne man­que­ra pas de deman­der si un ouvrage consa­cré à l’histoire de l’argent ne devrait pas com­men­cer par une quel­conque défi­ni­tion de ce qu’est en réa­li­té l’argent. Cette bande de papier de valeur intrin­sèque nulle, qu’est-ce donc qui la rend utile à l’échange tout en lais­sant telle autre bande de dimen­sion et de cou­leur sem­blables par­fai­te­ment sans valeur ? Les pré­cé­dents de ce genre de ten­ta­tive ne sont guère encou­ra­geants. À la télé­vi­sion, les jour­na­listes répu­tés pour leur saga­ci­té ouvrent imman­qua­ble­ment les inter­views d’économistes par cette ques­tion : « Bon, eh bien, dites-moi — c’est quoi au juste, l’argent ? » Imman­qua­ble­ment, les réponses sont inco­hé­rentes. Quant aux pro­fes­seurs char­gés d’enseigner les pre­miers rudi­ments d’Économie, qu’il s’agisse de la mon­naie ou de la banque, ils com­mencent par don­ner des défi­ni­tions d’une remar­quable sub­ti­li­té. Les­quelles sont soi­gneu­se­ment trans­crites, apprises à grand-peine et heu­reu­se­ment oubliées.

Le lec­teur devrait s’attaquer aux pages qui vont suivre en sachant bien que l’argent n’est rien de plus ou de moins que ce qu’il a tou­jours cru — ce que l’on offre ou reçoit pour l’achat ou la vente de biens, ser­vices et autres.

Les dif­fé­rentes formes de mon­naie, comme ce qui déter­mine ce qu’elles achètent, voi­là qui est encore autre chose. Mais c’est pré­ci­sé­ment ce que les pages sui­vantes se pro­posent de révéler. »

(…)

« Le pro­ces­sus par lequel les banques créent de l’argent est si simple que l’esprit en demeure confon­du. Quand il s’agit de choses aus­si impor­tantes, on est en droit de s’attendre à un mys­tère plus pro­fond. Les dépôts de la Banque d’Amsterdam dont on vient de par­ler pou­vaient, sur ins­truc­tion de leur pro­prié­taire, être trans­fé­rés à d’autres pour régler des comptes. (Un ser­vice qui avait long­temps été ren­du par les pré­cur­seurs pri­vés de la banque.) Les pièces dépo­sées ne ser­vaient pas moins d’argent par le simple fait d’être enfer­mées dans une banque et sus­cep­tibles de trans­fert sous le seul effet d’un trait de plume.

Il était inévi­table que l’on découvre — comme le firent les éche­vins conser­va­teurs d’Amsterdam en se pen­chant avec un inté­rêt cou­pable sur leurs propres besoins en tant que direc­teurs de la Com­pa­gnie des Indes orien­tales — qu’un autre trait de plume per­met­trait à un débi­teur de la banque, et non plus à un cré­di­teur du titu­laire du dépôt, de rece­voir un prêt sur ce dépôt inem­ployé. Et bien sûr, c’était la banque qui per­ce­vrait des inté­rêts sur le prêt ain­si consenti !

On pou­vait pré­ve­nir les auteurs de dépôts que ces der­niers étaient sus­cep­tibles d’une telle uti­li­sa­tion — peut-être même les payer pour cela. Le dépôt ori­gi­nal res­tait au cré­dit de son auteur. Mais il exis­tait désor­mais un nou­veau dépôt consti­tué par le prêt. Les deux dépôts pou­vaient être uti­li­sés pour effec­tuer des paie­ments, comme de l’argent. De l’argent avait donc bien été créé. La décou­verte de cette capa­ci­té des banques à ain­si créer de l’argent se pro­dui­sit très tôt dans l’histoire de la banque. C’est qu’il exis­tait cet inté­rêt à gagner sur les prêts. Avec ce genre de sti­mu­lant, les hommes ont un natu­rel ins­tinct de novateur.

Il exis­tait une autre pos­si­bi­li­té fai­sant appel à des billets de banque et qui serait un jour mer­veilleu­se­ment exploi­tée par la future répu­blique amé­ri­caine. L’emprunteur rece­vait non plus un dépôt, mais un billet rache­table dans les espèces qui avaient été pla­cées à la banque comme capi­tal ou comme dépôt séden­taire. Avec ce billet, l’emprunteur pou­vait effec­tuer ses paie­ments ; le béné­fi­ciaire d’un tel paie­ment, plu­tôt que de chan­ger son billet pour de l’argent liquide, pou­vait fort bien l’utiliser pour ses propres paie­ments, et ain­si de suite à l’infini. Entre-temps, la banque conti­nuait de rece­voir des inté­rêts sur le prêt original.

Un jour, peut-être, le billet revien­drait à la banque pour être échan­gé contre du liquide. Mais alors l’emprunteur aurait déjà rem­bour­sé son emprunt, en liquide lui aus­si. Tout serait pour le mieux, et l’on aurait gagné un inté­rêt. Il y avait aus­si une chance pour que le billet conti­nue de pas­ser de main en main sans jamais être recon­ver­ti. Le prêt qui avait conduit à son émis­sion pro­dui­rait des inté­rêts puis serait rem­bour­sé. Le billet conti­nue­rait sa ronde. Per­sonne ne vien­drait jamais récla­mer les liqui­di­tés ori­gi­nales qui avaient per­mis le prêt original.

Dans les années 1960, M. George Bail, diplo­mate, poli­ti­cien et avo­cat, ché­ri du suc­cès, quit­ta le ser­vice public pour s’associer aux Leh­man Bro­thers, la grande firme de Wall Street. « Pour­quoi diable, l’entendit-on deman­der un peu plus tard, est-ce que per­sonne ne m’avait par­lé plus tôt de la banque ? »

Source : John Ken­neth Gal­braith, « L’argent », Folio, p. 18–19, puis 40–41 (un livre essen­tiel, véri­ta­ble­ment pas­sion­nant d’un bout à l’autre).

La Banque de France explique la création monétaire par les banques privées

« Pre­nons le cas d’une entre­prise : pour fonc­tion­ner, elle a sou­vent besoin d’argent frais. Car il lui faut du temps pour fabri­quer ses pro­duits, les vendre et être payée. Et en atten­dant, elle doit payer ses four­nis­seurs, ache­ter du maté­riel et rému­né­rer ses salariés.

Elle s’adresse donc à sa banque, qui va pou­voir lui accor­der un cré­dit, moyen­nant inté­rêt bien enten­du. La banque ins­crit le mon­tant du cré­dit au compte de l’entreprise : la banque a créé de la monnaie.

C’est ain­si que la banque aug­mente par le cré­dit le mon­tant des dépôts et crée de la mon­naie. De son côté, l’entrepreneur s’engage à rem­bour­ser le cré­dit et les inté­rêts cor­res­pon­dants, grâce aux pro­fits qu’il compte reti­rer de son activité.

L’entrepreneur a main­te­nant les moyens de pro­duire, puis de vendre sa pro­duc­tion. Il peut alors rem­bour­ser son ban­quier, et ses recettes lui per­mettent de payer les inté­rêts de son emprunt, qui sont la rému­né­ra­tion de la banque.

Quand elle a reçu le rem­bour­se­ment, la banque annule le cré­dit accor­dé et la quan­ti­té de mon­naie diminue.

Au total, la masse moné­taire ne cesse de varier au rythme des créa­tions et des des­truc­tions conti­nuelles de monnaie. »

(Source : BDF 2009, « La mon­naie et nous », pages 10–11)

À ceux qui prétendent que « seule la monnaie fiduciaire est de l’argent »

Voyez-vous venir le cours for­cé de l’argent-dette (dit « mon­naie scripturale ») ?

Bon­soir à tous,

Je vou­drais connaître l’avis de Paul (et de ceux qui sont, comme lui, de l’avis que la mon­naie scrip­tu­rale n’est pas « comme de l’argent ») sur les règles sui­vantes du droit posi­tif, appli­cables en France aujourd’hui (source : DGCCRF) :

Paie­ment en espèce ou en liquide

Par­ti­cu­liers – Com­mer­çants – Paie­ment des salaires

La mon­naie de la France est l’euro. Un euro est divi­sé en cent cen­times (article L 111–1 du Code moné­taire et financier).

PARTICULIERS

Pour les par­ti­cu­liers qui n’exercent pas de pro­fes­sion com­mer­ciale, les paie­ments en espèces sont auto­ri­sés pour toute tran­sac­tion dont le mon­tant, TVA com­prise, ne dépasse pas 3 000 euros. Au-delà, le paie­ment par chèque bar­ré d’avance, vire­ment ban­caire ou pos­tal, carte de paie­ment ou de cré­dit est OBLIGATOIRE.

Tou­te­fois, le paie­ment d’un acompte en espèces est pos­sible dans la limite de 460 euros (art. L. 112–8 du code moné­taire et finan­cier) Art. 1649 qua­ter B du Code géné­ral des impôts.

Le non res­pect de cette règle peut entraî­ner une amende pou­vant atteindre 15 000 euros (art 1 749 du Code géné­ral des impôts).

Par ailleurs, en cas de paie­ment en billets et pièces, il appar­tient au débi­teur de faire l’appoint (article L 112–5 du Code moné­taire et financier).

COMMERÇANTS

Les com­mer­çants DOIVENT payer par chèque lorsque le mon­tant du règle­ment dépasse la somme de 1 100 euros (article L. 112–6‑I du Code moné­taire et financier).

Par ailleurs, ils ne peuvent ver­ser d’acomptes en espèces. Le seul amé­na­ge­ment concerne le paie­ment des salaires dans les condi­tions ci-dessous.

Ne sont pas concer­nés les arti­sans et pro­fes­sions libé­rales qui res­tent sou­mis à la limite des 3 000 euros.

L’article 11 du règle­ment CE n° 97498 du 3 mai 1998 pré­cise que « À l’exception de l’autorité émet­trice et des per­sonnes spé­ci­fi­que­ment dési­gnées par la légis­la­tion natio­nale de l’État membre émet­teur, nul n’est tenu d’accepter plus de cin­quante pièces lors d’un seul paiement ».

PAIEMENT DES SALAIRES

L’article L. 112–6 du code moné­taire et finan­cier auto­rise la per­cep­tion de son salaire en espèces lorsqu’il est infé­rieur à 1 500 euros (mon­tant fixé par décret n° 85–1073 du 07 octobre 1985 modi­fié – article 1er).

Source : Direc­tion géné­rale de la concur­rence, de la consom­ma­tion et de la répres­sion des fraudes (DGCCRF).

 Donc, selon la loi fran­çaise, les billets de banque sont car­ré­ment inter­dits au-delà d’une somme fina­le­ment modeste (3 000 € pour les non com­mer­çants, 1 100 € pour les com­mer­çants), et la mon­naie scrip­tu­rale est donc sou­vent la seule mon­naie légale : le cas des salaires est spec­ta­cu­laire et ne repré­sente pas vrai­ment une excep­tion mar­gi­nale, en termes de volume, dans l’ensemble des échanges, puisque les sala­riés repré­sentent plus de 90 % de la popu­la­tion active.

Pour ma part, je vois dans cette légis­la­tion les signes d’une évo­lu­tion vers le cours for­cé de la mon­naie scrip­tu­rale que j’évoquais dans un récent mes­sage.

Il y en a d’autres.

Votre avis ?

Ami­ca­le­ment.

Étienne.

https://​www​.paul​jo​rion​.com/​b​l​o​g​/​?​p​=​6​4​8​9​#​c​o​m​m​e​n​t​-​4​8​288

 

RMA : revenu MAXIMUM autorisé

Mer­ci Lisztfr.

Cette phrase de Mal­thus a du sens.

Je me gar­de­rai cepen­dant de prendre en réfé­rence ce triste sire qui a dit tant de sot­tises sur l’inopportunité de por­ter secours aux pauvres.

Le pas­sage de Keynes ci-des­sus sur l’extravagante négli­gence de la DEMANDE (et donc du niveau des SALAIRES) dans les théo­ries éco­no­miques modernes, et l’explication qu’il sug­gère de cher­cher dans la cor­rup­tion intel­lec­tuelle pro­bable de la classe des « éco­no­mistes », bien trop dépen­dante des pri­vi­lé­giés, ce pas­sage me paraît éclai­rant pour la période actuelle et mérite d’être relu :

Extraits de la Théo­rie géné­rale de Keynes à pro­pos des spéculateurs :

 

(p. 170) « Pour l’investisseur pro­fes­sion­nel, c’est donc une obli­ga­tion impé­rieuse de s’attacher à anti­ci­per ceux des chan­ge­ments pro­chains dans l’ambiance et l’information que l’expérience fait appa­raître comme les plus propres à influen­cer la psy­cho­lo­gie de masse du mar­ché. Telle est la consé­quence inévi­table de l’existence de mar­chés finan­ciers conçus en vue de ce qu’on est conve­nu d’appeler « la liqui­di­té ». De toutes les maximes de la finance ortho­doxe, il n’en est aucune, à coup sûr, de plus anti­so­ciale que le féti­chisme de la liqui­di­té, cette doc­trine selon laquelle ce serait une ver­tu posi­tive pour les ins­ti­tu­tions de pla­ce­ment de concen­trer leurs res­sources sur un por­te­feuille de valeurs « liquides ». Une telle doc­trine néglige le fait que pour la com­mu­nau­té dans son ensemble il n’y a rien qui cor­res­ponde à la liqui­di­té du pla­ce­ment. Du point de vue de l’utilité sociale l’objet de pla­ce­ments éclai­rés devrait être de vaincre les forces obs­cures du temps et de per­cer le mys­tère qui entoure le futur. En fait l’objet inavoué des pla­ce­ments les plus éclai­rés est à l’heure actuelle de « voler le départ », comme disent si bien les Amé­ri­cains, de piper le public, et de refi­ler la demi-cou­ronne fausse ou décriée. »

______________

 

(p. 173) « S’il nous est per­mis de dési­gner par le terme spé­cu­la­tion l’activité qui consiste à pré­voir la psy­cho­lo­gie du mar­ché et par le terme entre­prise celle qui consiste à pré­voir le ren­de­ment escomp­té des actifs pen­dant leur exis­tence entière, on ne sau­rait dire que la spé­cu­la­tion l’emporte tou­jours sur l’entreprise. Cepen­dant le risque d’une pré­do­mi­nance de la spé­cu­la­tion tend à gran­dir à mesure que l’organisation des mar­chés finan­ciers pro­gresse. Dans une des prin­ci­pales Bourses des Valeurs du monde, à New York, la spé­cu­la­tion au sens pré­cé­dent du mot exerce une influence énorme. Même en dehors du ter­rain finan­cier la ten­dance des Amé­ri­cains est d’attacher un inté­rêt exces­sif à décou­vrir ce que l’opinion moyenne croit être l’opinion moyenne, et ce tra­vers natio­nal trouve sa sanc­tion à la Bourse des Valeurs. Il est rare, dit-on, qu’un Amé­ri­cain place de l’argent « pour le reve­nu » ain­si que nombre d’Anglais le font encore ; c’est seule­ment dans l’espoir d’une plus-value qu’il est enclin à ache­ter une valeur.

 

Ceci n’est qu’une autre façon de dire que, lorsqu’un Amé­ri­cain achète une valeur, il mise moins sur le ren­de­ment escomp­té que sur un chan­ge­ment favo­rable de la base conven­tion­nelle d’évaluation, ou encore qu’il fait une spé­cu­la­tion au sens pré­cé­dent du mot. Les spé­cu­la­teurs peuvent être aus­si inof­fen­sifs que des bulles d’air dans un cou­rant régu­lier d’entreprise. Mais la situa­tion devient sérieuse lorsque l’entreprise n’est plus qu’une bulle d’air dans le tour­billon spé­cu­la­tif. Lorsque dans un pays le déve­lop­pe­ment du capi­tal devient le sous-pro­duit de l’activité d’un casi­no, il risque de s’accomplir en des condi­tions défec­tueuses. Si on consi­dère que le but pro­pre­ment social des Bourses de Valeurs est de cana­li­ser l’investissement nou­veau vers les sec­teurs les plus favo­rables sur la base des ren­de­ments futurs, on ne peut reven­di­quer le genre de suc­cès obte­nu par Wall Street comme un écla­tant triomphe du lais­sez-faire capi­ta­liste. Et il n’y a là rien de sur­pre­nant, s’il est vrai, comme nous le pen­sons, que les meilleurs esprits de Wall Street étaient en fait pré­oc­cu­pés d’autre chose.

 

De telles ten­dances sont une consé­quence presque inévi­table du suc­cès avec lequel on a orga­ni­sé la « liqui­di­té » des mar­chés de capi­taux. Il est géné­ra­le­ment admis que, dans l’intérêt même du public, l’accès des casi­nos doit être dif­fi­cile et coû­teux. Peut-être ce prin­cipe vaut-il aus­si en matière de Bourses. Le fait que le mar­ché de Londres ait com­mis moins d’excès que Wall Street pro­vient peut-être moins d’une dif­fé­rence entre les tem­pé­ra­ments natio­naux que du carac­tère inac­ces­sible et très dis­pen­dieux de Tli­rog­mor­ton Street pour un Anglais moyen com­pa­rée à Wall Street pour un Amé­ri­cain moyen. La marge des job­bers, les cour­tages oné­reux des bro­kers, les lourdes taxes d’État sur les trans­ferts, qui sont pré­le­vés sur les tran­sac­tions au Stock Exchange de Londres, dimi­nuent suf­fi­sam­ment la liqui­di­té du mar­ché (l’usage des règle­ments de quin­zaine agis­sant d’ailleurs en sens inverse) pour en éli­mi­ner une grande par­tie des opé­ra­tions qui carac­té­risent Wall Street. La créa­tion d’une lourde taxe d’État frap­pant toutes les tran­sac­tions se révé­le­rait peut-être la plus salu­taire des mesures per­met­tant d’atténuer aux États-Unis la pré­do­mi­nance de la spé­cu­la­tion sur l’entreprise. »

___________________

 

(p.174) « Devant le spec­tacle des mar­chés finan­ciers modernes, nous avons par­fois été ten­tés de croire que si, à l’instar du mariage, les opé­ra­tions d’investissement étaient ren­dues défi­ni­tives et irré­vo­cables, hors le cas de mort ou d’autre rai­son grave, les maux de notre époque pour­raient en être uti­le­ment sou­la­gés ; car les déten­teurs de fonds à pla­cer se trou­ve­raient obli­gés de por­ter leur atten­tion sur les pers­pec­tives à long terme et sur celles-là seules. Mais il suf­fit d’un ins­tant de réflexion pour com­prendre qu’une telle méthode pose un dilemme ; car, si la liqui­di­té du mar­ché finan­cier contra­rie par­fois l’investissement nou­veau, en revanche elle le favo­rise le plus sou­vent. Le fait que chaque inves­tis­seur indi­vi­duel se flatte de la « liqui­di­té » de sa posi­tion (ce qui ne sau­rait être vrai de tous les inves­tis­seurs pris col­lec­ti­ve­ment) calme ses nerfs et lui fait cou­rir plus volon­tiers les risques. Si on enle­vait aux achats indi­vi­duels de valeurs leur carac­tère liquide, il en résul­te­rait un sérieux obs­tacle à l’investissement nou­veau tant que s’offriraient aux indi­vi­dus d’autres moyens de conser­ver leurs épargnes. C’est là que gît le dilemme. Tant que les indi­vi­dus auront l’alternative d’employer leur richesse, soit à thé­sau­ri­ser ou a prê­ter de l’argent, soit à ache­ter des biens capi­taux réels, on ne pour­ra rendre le second terme de l’alternative assez attrayant (sur­tout pour ceux qui n’administrent pas les biens capi­taux et qui n’ont aucune connais­sance spé­ciale à leur sujet) qu’en orga­ni­sant des mar­chés où ces biens puissent être aisé­ment trans­for­més en espèces.

 

Le seul remède radi­cal aux crises de confiance qui affligent la vie éco­no­mique moderne serait de res­treindre le choix de l’individu à la seule alter­na­tive de consom­mer son reve­nu ou de s’en ser­vir pour faire fabri­quer l’article de capi­tal réel qui, même sur la base d’une infor­ma­tion pré­caire, lui paraît être l’investissement le plus inté­res­sant qui lui soit offert. Peut-être, à cer­tains moments, lorsqu’il serait plus que de cou­tume har­ce­lé par des doutes au sujet de l’avenir, l’incertitude le condui­rait-elle à consom­mer plus et à inves­tir moins. Mais on évi­te­rait par ce moyen les réper­cus­sions désas­treuses, cumu­la­tives et presque illi­mi­tées du fait que les per­sonnes enva­hies par le doute peuvent s’abstenir de dépen­ser leur reve­nu d’une façon ou d’une autre. »

______________

 

(p. 368) « Mais il y a une seconde par­tie de notre ana­lyse dont les consé­quences sont beau­coup plus impor­tantes pour l’avenir des inéga­li­tés de for­tune ; c’est notre théo­rie du taux de l’intérêt. On jus­ti­fiait jusqu’ici une cer­taine élé­va­tion du niveau de l’intérêt par la néces­si­té de four­nir à l’épargne un encou­ra­ge­ment suf­fi­sant. Mais nous avons démon­tré que le mon­tant effec­tif de l’épargne est rigou­reu­se­ment déter­mi­né par le flux de l’investissement et que l’investissement gros­sit sous l’effet d’une baisse du taux de l’intérêt, pour­vu qu’on ne cherche pas à le por­ter au delà du mon­tant qui cor­res­pond au plein emploi. La poli­tique la plus avan­ta­geuse consiste donc à faire bais­ser le taux de l’intérêt par rap­port à la courbe de l’efficacité mar­gi­nale du capi­tal jusqu’à ce que le plein emploi soit réalisé.

 

Ce cri­tère condui­ra, sans aucun doute, à un taux de l’intérêt beau­coup plus faible que celui qui a régné jusqu’ici, et pour autant qu’on puisse faire des conjec­tures au sujet des courbes de l’efficacité mar­gi­nale qui cor­res­pondent à un équi­pe­ment en capi­tal de plus en plus déve­lop­pé, il y a lieu de croire que le main­tien plus ou moins conti­nu d’une situa­tion de plein emploi exi­ge­ra une baisse pro­fonde du taux de l’intérêt, sauf tou­te­fois si dans la com­mu­nau­té tout entière (État com­pris) il se pro­duit une forte varia­tion de la pro­pen­sion à consommer.

 

Nous sommes convain­cu que la demande de capi­tal est stric­te­ment limi­tée, en ce sens qu’il ne serait pas dif­fi­cile d’accroître l’équipement jusqu’à ce que son effi­ca­ci­té mar­gi­nale tombe à un chiffre très faible. Ceci ne veut pas dire que l’usage des biens de capi­tal ne coû­te­rait presque plus rien, mais seule­ment que le reve­nu qu’on en tire­rait aurait tout au plus à cou­vrir la dépré­cia­tion due à l’usure et à la désué­tude, et une cer­taine marge des­ti­née à rému­né­rer les risques ain­si que l’exercice de l’habileté et du juge­ment. En bref, les biens durables de même que les biens éphé­mères four­ni­raient au cours de leur exis­tence un reve­nu glo­bal cou­vrant tout au plus le coût du tra­vail néces­saire à les pro­duire, aug­men­té des coûts de l’habileté et de la sur­veillance et d’une allo­ca­tion cor­res­pon­dant aux risques.

 

Cet état de choses serait par­fai­te­ment com­pa­tible avec un cer­tain degré d’individualisme. Mais il n’en impli­que­rait pas moins l’euthanasie [la dis­pa­ri­tion pro­gres­sive] du ren­tier et par suite la dis­pa­ri­tion pro­gres­sive chez le capi­ta­liste du pou­voir oppres­sif addi­tion­nel d’exploiter la valeur confé­rée au capi­tal par sa rare­té. L’intérêt ne rému­nère aujourd’hui aucun sacri­fice véri­table non plus que la rente du sol. Le déten­teur du capi­tal peut obte­nir un inté­rêt parce que le capi­tal est rare, de même que le déten­teur du sol peut obte­nir une rente parce que le sol est rare. Mais, tan­dis que la rare­té du sol s’explique par une rai­son intrin­sèque, il n’y a aucune rai­son intrin­sèque qui jus­ti­fie la rare­té du capi­tal. Il n’existerait de façon durable une rai­son intrin­sèque de cette rare­té, c’est-à-dire un sacri­fice véri­table que l’offre d’une récom­pense sous forme d’intérêt pour­rait seule faire accep­ter, que si la pro­pen­sion indi­vi­duelle à consom­mer était assez forte pour que l’épargne nette en situa­tion de plein emploi devienne nulle avant que le capi­tal fût suf­fi­sam­ment abon­dant. Et, même dans ce cas, les Pou­voirs Publics auraient encore la res­source d’entretenir une épargne com­mune assez impor­tante pour per­mettre au capi­tal de se déve­lop­per jusqu’à ce qu’il ces­sât d’être rare.

 

Dans l’évolution du capi­ta­lisme, la pré­sence de ren­tiers nous semble mar­quer une phase inter­mé­diaire qui pren­dra fin lorsqu’elle aura pro­duit tous ses effets. Et la dis­pa­ri­tion du ren­tier entraî­ne­ra bien d’autres chan­ge­ments radi­caux dans ce régime. Le grand avan­tage du pro­gramme que nous pré­co­ni­sons, c’est que l’euthanasie du ren­tier ou du capi­ta­liste oisif [sans pro­fes­sion] n’aura rien de sou­dain, qu’elle n’exigera aucune révo­lu­tion, qu’elle résul­te­ra de la simple per­sis­tance pen­dant un cer­tain temps de l’évolution gra­duelle que la Grande-Bre­tagne a connue récemment.

 

Dans la pra­tique on pour­rait donc se pro­po­ser (tout ceci n’a rien d’irréalisable) d’une part d’augmenter le volume de l’équipement jusqu’à ce qu’il ces­sât d’être rare, de manière à sup­pri­mer la prime attri­buée au capi­ta­liste oisif ; d’autre part d’aménager les impôts directs de manière à affec­ter au ser­vice de la com­mu­nau­té sur la base d’émoluments rai­son­nables l’intelligence, le dyna­misme et la capa­ci­té admi­nis­tra­tive des finan­ciers, entre­pre­neurs et tut­ti quan­ti (qui cer­tai­ne­ment aiment assez leurs métiers pour que leur tra­vail puisse être obte­nu à bien meilleur mar­ché qu’à pré­sent). »

 

Source : J .M. Keynes, « Théo­rie géné­rale de l’emploi, de l’intérêt et de la mon­naie » (1936), Payot 2005.

Pour vos recherches en plein texte, voyez aus­si : Théo­rie géné­rale de l’emploi, de l’intérêt et de la mon­naie. (1936)


 

[Il faut aus­si rele­ver les thèses de Keynes à popos de la NÉCESSAIRE HAUSSE DES SALAIRES, de la néces­saire RELANCE PAR LA DEMANDE (au lieu de cette véri­table escro­que­rie libé­rale — dénon­cée comme escro­que­rie par Gal­braith lui-même— qu’est la « relance par l’offre », tech­nique d’enfumage qui n’a JAMAIS mar­ché, comme on peut s’en dou­ter quand on est de bonne foi).

Car le niveau des salaires est bien l’enjeu cen­tral, l’enjeu de socié­té que révèlent toutes ces crises : le capi­ta­lisme per­met aux plus riches de trop accu­mu­ler et donc de ne pas dis­tri­buer assez de pou­voir d’achat, ce qui voue le sys­tème à la ruine (mais pas pour tout le monde) de temps en temps.

D’ailleurs, comme l’histoire le montre tou­jours et par­tout, la han­tise éter­nelle des indus­triels et des ban­quiers, leur prio­ri­té abso­lue, au point de mas­sa­crer s’il le faut, c’est le niveau de salaires, salaires qu’ils tiennent par-des­sus tout à gar­der le plus BAS pos­sible. Vomi­tif. Tout part de là, tout s’explique par là, toute la théo­rie pré­ten­du­ment « clas­sique » repose (sans le dire) sur cet objec­tif cen­tral injuste et révoltant.

L’union euro­péenne sert ce même objec­tif lamen­table, d’ailleurs, à mon avis.

Keynes lui-même sou­li­gnait cette mau­vaise foi des pré­ten­dus « éco­no­mistes », mani­fes­te­ment com­plices « pro­fes­sion­nels » à la solde d’une classe pri­vi­lé­giée dont ils sont char­gés d’assurer le fon­de­ment théo­rique, « scien­ti­fique », des privilèges.


 Exemple (extrait tiré de la Théo­rie géné­rale, Payot, p 58 et s.) :]

« Dans l’Économie ricar­dienne, qui est à la base de tout ce qui a été ensei­gné depuis plus d’un siècle, l’idée qu’on a le droit de négli­ger la fonc­tion de la demande glo­bale est fondamentale.

 

À vrai dire, la thèse de Ricar­do que la demande effec­tive ne peut être insuf­fi­sante avait été vive­ment com­bat­tue par Mal­thus, mais sans suc­cès. Car faute d’expliquer (si ce n’est par les faits d’observation cou­rante) com­ment et pour­quoi la demande effec­tive pou­vait être insuf­fi­sante, Mal­thus n’est pas par­ve­nu à four­nir une thèse capable de rem­pla­cer celle qu’il atta­quait ; et Ricar­do conquit l’Angleterre aus­si com­plè­te­ment que la Sainte Inqui­si­tion avait conquis l’Espagne. Non seule­ment sa théo­rie fut accep­tée par la Cité, les hommes d’État et l’Université, mais toute contro­verse s’arrêta ; l’autre concep­tion tom­ba dans l’oubli le plus com­plet et ces­sa même d’être dis­cu­tée. LA GRANDE ÉNIGME DE LA DEMANDE EFFECTIVE, à laquelle Mal­thus s’était atta­qué, dis­pa­rut de la lit­té­ra­ture éco­no­mique. On ne la trouve même pas men­tion­née une seule fois dans toute l’œuvre de Mar­shall, d’Edgeworth et du Pro­fes­seur Pigou, qui ont don­né à la théo­rie clas­sique sa forme la plus accom­plie. Elle n’a pu sur­vivre qu’à la déro­bée, sous le man­teau et dans la pénombre de Karl Marx, de Sil­vio Gesell et du Major Douglas.

 

Une vic­toire aus­si déci­sive que celle de Ricar­do a quelque chose de sin­gu­lier et de mys­té­rieux. Elle ne peut s’expliquer que par un ensemble de sym­pa­thies entre sa doc­trine et le milieu où elle a été lancée.

 

Le fait qu’elle abou­tis­sait à des conclu­sions tout à fait dif­fé­rentes de celles qu’attendait le public pro­fane ajou­tait, semble-t-il, à son pres­tige intel­lec­tuel. Que son ensei­gne­ment, appli­qué aux faits, fût aus­tère et sou­vent désa­gréable lui confé­rait de la gran­deur morale. Qu’elle fût apte à sup­por­ter une super­struc­ture logique, vaste et cohé­rente, lui don­nait de l’éclat. Qu’elle pré­sen­tât beau­coup d’injustices sociales et de cruau­tés appa­rentes comme des inci­dents inévi­tables dans la marche du pro­grès, et les efforts des­ti­nés à modi­fier cet état de choses comme de nature à faire en défi­ni­tive plus de mal que de bien, la recom­man­dait à l’autorité. Qu’elle four­nît cer­taines jus­ti­fi­ca­tions aux libres acti­vi­tés du capi­ta­lisme indi­vi­duel, lui valait l’appui des forces sociales domi­nantes grou­pées der­rière l’autorité.

 

Jusqu’à une date récente la doc­trine elle-même n’a jamais été contes­tée par les éco­no­mistes ortho­doxes, mais son inap­ti­tude remar­quable à ser­vir à la pré­dic­tion scien­ti­fique a fini par dimi­nuer gran­de­ment le pres­tige de ses adeptes. Car depuis Mal­thus les éco­no­mistes pro­fes­sion­nels paraissent avoir été insen­sibles au désac­cord entre les conclu­sions de leur théo­rie et les faits d’observation. Le public au contraire n’a pas man­qué de rele­ver ce désac­cord et c’est ce qui explique sa répu­gnance crois­sante à accor­der aux éco­no­mistes le tri­but de res­pect qu’il alloue aux autres caté­go­ries de savants dont les conclu­sions théo­riques sont confir­mées par l’expérience, chaque fois qu’elles sont appli­quées aux faits.

 

Quant au fameux opti­misme de la théo­rie éco­no­mique tra­di­tion­nelle, opti­misme en rai­son duquel on a fini par consi­dé­rer les éco­no­mistes comme des Can­dide, qui, ayant aban­don­né le monde pour culti­ver leur jar­din, enseignent que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes pos­sibles pour­vu qu’on le laisse aller tout seul, il a pour ori­gine, selon nous, la mécon­nais­sance de l’obstacle qui peut être oppo­sé à la pros­pé­ri­té par l’insuffisance de la demande effec­tive. »

Source : J .M. Keynes, « Théo­rie géné­rale de l’emploi, de l’intérêt et de la mon­naie » (1936), Payot 2005, p 58 et s.

 

(Suite de la réponse à Lisztfr 🙂


« Tout a été pen­sé ; l’important est d’y pen­ser à nou­veau » obser­vait Goethe.

Votre cita­tion de Mal­thus me conduit à ren­ché­rir un peu avec quelques mots d’un éco­no­miste que je trouve enthou­sias­mant : clar­té, pré­ci­sion, humour, péda­go­gie, éru­di­tion… C’est un bon­heur de le lire.

Il s’agit de John Ken­neth Gal­braith.

Voi­là un auteur qui a pré­dit la crise actuelle avec… 53 ans d’avance ! Dans « La crise éco­no­mique de 1929. Ana­to­mie d’une catas­trophe finan­cière. », 1954, nou­velle pré­face en 1988 (Payot 2008), Gal­braith pro­pose une expli­ca­tion lim­pide des rouages fon­da­men­taux — tou­jours en vigueur — et per­met de com­prendre à la fois la crise actuelle et les remèdes nécessaires.

Il faut lire ce petit livre, qui est comme un phare dans la nuit de la crise.

Au pas­sage, Mau­rice Allais connaît Gal­braith depuis long­temps (50 ans ?) ; on sent par­tout des filia­tions (comme avec Schumpeter).

Extrait de « La crise éco­no­mique de 1929. Ana­to­mie d’une catas­trophe finan­cière. », J. K. Gal­braith, 1954 (Payot 2008, p. 12) :

« Une troi­sième condi­tion déter­mi­nante [du déclen­che­ment des crises], aus­si peu men­tion­née à l’époque que récem­ment, fut l’adoption, peu avant le krach, de réduc­tions d’impôts dont béné­fi­ciaient prin­ci­pa­le­ment les gens très riches — avant 1929, les réduc­tions de Andrew Mel­lon, et avant 1987, celles, plus spec­ta­cu­laires, des éco­no­mistes de l’offre avec Ronald Reagan.

Dans les deux cas, ces réduc­tions étaient cen­sées don­ner un coup de fouet à l’investissement, et per­mettre la créa­tion de nou­velles entre­prises, de nou­velles usines et de nou­veaux équi­pe­ments. DANS LES DEUX CAS, ELLES NE FIRENT QUE DÉTOURNER DES FONDS VERS LE MARCHÉ DES ACTIONS : c’est en effet ain­si que les gens gagnant bien leur vie emploient leurs excé­dents de trésorerie. »

 

Ceci est essen­tiel, il me semble, et mérite d’être lu et relu, (dif­fu­sé et pro­pa­gé), por­té à la connais­sance du Pré­sident de la Répu­blique et de ses conseillers « éco­no­mistes » de l’offre, escrocs de la chi­mé­rique « relance par l’offre ».

Il fau­drait qu’ils sachent qu’ils sont repé­rés.

Extrait de « La crise éco­no­mique de 1929. Ana­to­mie d’une catas­trophe finan­cière. », J. K. Gal­braith, 1954 (Payot 2008, p. 16) :

« En 1987, la situa­tion, héri­tée des poli­tiques de l’administration fédé­rale, était fort dif­fé­rente. Déjà sous le pré­sident Car­ter, l’inflation avait été com­bat­tue par la poli­tique moné­taire, par le biais sur­tout de taux d’intérêt éle­vés. Puis, au cours des années Rea­gan, les impôts furent dras­ti­que­ment réduits, au nom de LA CHIMÈRE QUE REPRÉSENTE L’ÉCONOMIE DE L’OFFRE men­tion­née plus haut, selon laquelle des taux d’imposition plus bas devaient encou­ra­ger les ini­tia­tives indi­vi­duelles et entraî­ner ain­si des recettes fis­cales plus élevées.

Le résul­tat, en réa­li­té, com­bi­né à celui de dépenses mili­taires accrues, fut un énorme défi­cit bud­gé­taire. Les effets infla­tion­nistes de ces évo­lu­tions furent alors conte­nus par une poli­tique moné­taire encore plus agres­sive, et des taux d’intérêt encore plus assas­sins. C’était le monde né du croi­se­ment du pro­fes­seur Arthur Laf­fer et du pro­fes­seur Mil­ton Friedman.

Les consé­quences de cette poli­tique aber­rante ne font aucun doute. Les taux d’intérêt éle­vés atti­rèrent des capi­taux de l’étranger qui, eux-mêmes, pous­sèrent le dol­lar vers le haut sur les mar­chés des changes. Il en résul­ta une sub­ven­tion extra­or­di­nai­re­ment géné­reuse aux impor­ta­tions, une forte péna­li­sa­tion des expor­ta­tions et un énorme défi­cit de la balance com­mer­ciale amé­ri­caine. Les pro­duits étran­gers, notam­ment japo­nais, s’installèrent soli­de­ment sur nos mar­chés et, contrai­re­ment aux bonnes vieilles matières pre­mières, ne furent pas faci­le­ment délo­gés quand le dol­lar bais­sa. Une part sub­stan­tielle des dol­lars qui s’étaient accu­mu­lés dans les mains des étran­gers prirent le che­min de Wall Street. Il y avait là, pour le mar­ché, une double source d’in­cer­ti­tude qui n’avait pas exis­té en 1929 : les inves­tis­seurs étran­gers se pré­oc­cu­paient à la fois du futur du dol­lar et du futur de leurs inves­tis­se­ments bour­siers. La panique de 1929 avait été, pour l’essentiel, un phé­no­mène amé­ri­cain ; celle de 1987 fut mon­diale. »

 

Cette séquence — décrite dès 1988, il y 20 ans !— ne vous rap­pelle rien ?

Le fils de J. K. Gal­braith, James Gal­braith, de son côté, écrit ceci :

 

« La théo­rie pré­do­mi­nante s’appuie sur l’idée que prix et quan­ti­té s’établissent par l’interaction de l’offre et de la demande dans des mar­chés concur­ren­tiels libres. Cette idée, et nulle autre, qui est au cœur de la pen­sée éco­no­mique, est la source des erre­ments qui font que les éco­no­mistes ont presque tou­jours tort.

La pré­sen­ta­tion des concepts de l’offre et de la demande comme prin­cipes expli­ca­tifs uni­ver­sels date de plus d’un siècle (ce n’était pas le cas pour Adam Smith, David Ricar­do, Tho­mas Mal­thus, Karl Marx ou John Stuart Mill). Les prin­ci­paux pro­ta­go­nistes en sont Alfred Mar­shall, pour la tra­di­tion anglo-saxonne, et sans aucun doute Léon Wal­ras en Europe continentale.

Au XXe siècle, de grands éco­no­mistes, tels Keynes, Joseph Schum­pe­ter et John Ken­neth Gal­braith, ont ten­té de bri­ser le pou­voir de ces notions dans l’imaginaire de la pro­fes­sion éco­no­mique. En vain.
Une approche de l’offre et de la demande sur le mar­ché du tra­vail sous-entend que le plein-emploi ne peut être récon­ci­lié avec des prix stables, que l’évolution tech­no­lo­gique entraîne l’inégalité des reve­nus et que l’augmentation du salaire mini­mum pro­voque obli­ga­toi­re­ment le chô­mage. Dans tous les cas, l’erreur théo­rique fon­da­men­tale est essen­tiel­le­ment la même : la réi­fi­ca­tion d’une courbe d’offre pour laquelle il n’existe aucun fon­de­ment empi­rique. »

James Gal­braith – Com­ment les éco­no­mistes se sont trom­pés (2000).

 

On conti­nue à se faire bien enfu­mer par les riches, qui détruisent la planète.

Tiens, à pro­pos de riches qui détruisent la pla­nète, vous devriez aller voir cette bonne confé­rence de Cha­vez à Copen­hague : c’est inté­res­sant et amu­sant.
C’est bien qu’on puisse dire ça à ce niveau.

L’ami Her­vé Kempf se voit là hono­ré d’une publi­ci­té mon­diale gra­tuite.
Publi­ci­té bien méri­tée, je trouve : son livre pas­sion­nant m’a fait décou­vrir (en l’articulant bien avec les pro­blèmes éco­lo­giques) la pen­sée for­mi­dable de Thor­stein Veblen qui moquait les pul­sions pué­riles de la classe des loi­sirs, ultra riches for­cé­ment tou­jours insa­tiables parce que mus par une ridi­cule riva­li­té osten­ta­toire.

Cette riva­li­té irré­pres­sible conduit à un gas­pillage per­ma­nent et crois­sant, impo­sé à par­tir du haut jusque tout en bas de la pyra­mide sociale par le jeu de cette même riva­li­té osten­ta­toire qui nous anime tous. C’est assez bien vu. Et c’est la suite qui est par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sante, car cette ana­lyse per­met de fon­der une pro­po­si­tion poli­tique radicale :

Ce gas­pillage géné­ra­li­sé impul­sé par un haut de pyra­mide inuti­le­ment riche jus­ti­fie, pour la sur­vie de l’espèce, l’intervention publique pour impo­ser UN REVENU MAXIMUM AUTORISÉ (RMA), puisqu’il est vain d’escompter que les riches s’arrêteront un jour spon­ta­né­ment d’accumuler et de gas­piller, une fois leurs besoins satis­faits (cela n’arrivera pas et ils détrui­ront la planète).

Dans cette optique, par le RMA, on n’impose pas les riches pour obte­nir de l’argent, ni pour les punir de quoi que soit, ni même pour répar­tir cet argent auprès de ceux qui en auraient plus besoin, mais prio­ri­tai­re­ment pour sau­ver tout le corps social d’un gas­pillage mor­ti­fère sans fin.

Déci­dé­ment, l’analyse de la DEMANDE est bien un pan stra­té­gique de la réflexion éco­no­mique, à tra­vailler prio­ri­tai­re­ment pour la recherche du bien commun.

Ne comp­tons pas sur les « éco­no­mistes » pour le faire : on dirait qu’ils sont, pour la plu­part, payés pré­ci­sé­ment pour ne PAS le faire. C’est donc, peut-être, aux citoyens eux-mêmes de s’emparer du sujet et d’en impo­ser ensuite les conclu­sions poli­tiques logiques ?

Ami­ca­le­ment.
Étienne.

Le mystère de la nullité de patrons de banques résolu

Création monétaire

(Source : Petit dic­tion­naire des mots de la crise, Phi­lippe Fré­meaux et Gérard Mathieu, Alter­na­tives économiques.)

MIRABEAU exhorte l’Assemblée constituante, face à la crise

Dis­cours par lequel MIRABEAU exhorte l’Assemblée consti­tuante,
face à la crise, à déci­der la confis­ca­tion d’un quart des plus grandes for­tunes (1789) :

« Il faut le com­bler, ce gouffre effroyable. Eh bien ! Voi­ci la liste des pro­prié­taires fran­çais. Choi­sis­sez par­mi les plus riches, afin de sacri­fier moins de citoyens ; mais choi­sis­sez ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sau­ver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables pos­sèdent de quoi com­bler le défi­cit. Rame­nez l’ordre dans vos finances, la paix et la pros­pé­ri­té dans le royaume (…). Vous recu­lez d’horreur… Hommes incon­sé­quents ! Hommes pusil­la­nimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décré­tant la ban­que­route, vous vous souillez d’un acte mille fois plus cri­mi­nel ? (…) Croyez-vous que les mil­liers, les mil­lions d’hommes qui per­dront en un ins­tant, par l’explosion ter­rible ou par ses contre­coups, tout ce qui fai­sait la conso­la­tion de leur vie, et peut-être leur unique moyen de la sus­ten­ter, vous lais­se­ront pai­si­ble­ment jouir de votre crime ? Contem­pla­teurs stoïques des maux incal­cu­lables que cette catas­trophe vomi­ra sur la France, impas­sibles égoïstes, êtes-vous bien sûrs que tant d’hommes sans pain vous lais­se­ront tran­quille­ment savou­rer les mets dont vous n’avez vou­lu dimi­nuer ni le nombre ni la déli­ca­tesse ? Non : vous périrez. »

Un échange à la fois important et rugueux, sur le blog de Paul Jorion

Clé­ment Juglar et Mau­rice Allais,
pour annon­cer les crises long­temps avant qu’elles ne sur­viennent
et sur­tout pour com­prendre leurs VRAIES CAUSES.

 

Bon­jour.On a par­lé plus haut de Clé­ment Juglar et de Mau­rice Allais.

 

Paul a dit :

« Je repro­duis la note No 11 de cet article de Mau­rice Allais inti­tu­lé « La crise mon­diale d’aujourd’hui » (1998), qui dit ceci :

Sur les crises du XIXe siècle, Clé­ment Juglar écri­vait déjà en 1860 : « Les crises com­mer­ciales sont le résul­tat d’altérations pro­fondes dans le mou­ve­ment du cré­dit… Qu’est-ce que le cré­dit, le simple pou­voir d’acheter en échange d’une pro­messe de payer ? … La fonc­tion d’une banque ou d’un ban­quier est d’acheter des dettes avec des pro­messes de payer… La pra­tique seule du cré­dit amène ain­si, par l’abus qu’on est por­té à en faire, aux crises commerciales.

Le cré­dit est le prin­ci­pal moteur, il donne l’impulsion ; c’est lui qui, par la signa­ture d’un simple effet de com­merce, d’une lettre de change, donne une puis­sance d’achat qui paraît illi­mi­tée… Ce qui favo­rise le déve­lop­pe­ment des affaires et la hausse des prix, c’est le cré­dit… Chaque échange d’un pro­duit donne lieu à une nou­velle pro­messe de payer… » (in Clé­ment Juglar. Des Crises com­mer­ciales et leur retour pério­dique. 1860. 2ème édi­tion, 1889)

Les lec­teurs de « L’argent, mode d’emploi » auront noté l’identité par­faite entre ce que je dis dans ce livre et ce que disait Clé­ment Juglar en 1860.

Par contre quand Allais appelle « créa­tion ex nihi­lo de moyens de paie­ments ban­caires » ce que Juglar appelle « pro­messe de payer » et moi-même « recon­nais­sance de dette », il intro­duit une totale confu­sion dans l’explication de ces mécanismes.

Je sup­pose que le fait d’avoir appe­lé Clé­ment Juglar la mai­son d’édition qui édite ses livres, reflète chez Allais une grande admi­ra­tion pour cet auteur. Il aurait dû à mon sens res­ter beau­coup plus proche de la pen­sée de Juglar, qui avait lui le talent de s’exprimer clairement. »

https://​www​.paul​jo​rion​.com/​b​l​o​g​/​?​p​=​5​8​6​1​#​c​o​m​m​e​n​t​-​4​5​096

 

Réponse d’É­tienne à Paul :

Pour ma part, en lisant Clé­ment Juglar dans le texte, je com­prends que Mau­rice Allais y trouve une confir­ma­tion de la res­pon­sa­bi­li­té cen­trale du CRÉDIT PRIVÉ (CRÉATION MONÉTAIRE) TROP FACILE dans les crises du capi­ta­lisme, en amont même de la spé­cu­la­tion (le cré­dit facile sti­mule exces­si­ve­ment la spé­cu­la­tion qui n’explose pas seule sans cet adjuvant).

Pour me faire com­prendre, je repro­duis ci-des­sous
un extrait de l’introduction du livre de Clé­ment Juglar,
« Des crises com­mer­ciales et de leur retour pério­dique,
en France, en Angle­terre et aux États-Unis », 1862.

Rap­pel préa­lable (défi­ni­tion) : l’escompte est une opé­ra­tion de cré­dit qui consiste, pour une banque, à accep­ter de consen­tir une avance à un client, dont le mon­tant est égal au prix des mar­chan­dises repré­sen­té par des effets de com­merce que le client endosse au pro­fit de la banque. Il s’agit d’une moné­ti­sa­tion d’effet de com­merce. La banque trans­forme ain­si un pou­voir d’achat « plus tard » (poten­tiel) en un pou­voir d’achat « main­te­nant » (réel).
Lorsque la banque qui a pra­ti­qué l’escompte remet elle-même ces effets de com­merce (avant leur échéance) à une banque cen­trale (pour récu­pé­rer du pou­voir d’achat « main­te­nant »), cette opé­ra­tion de refi­nan­ce­ment se nomme un rées­compte.

Extrait du livre for­mi­dable de Clé­ment Juglar :

« Ain­si, ce qui d’abord ne parais­sait que l’accessoire, est deve­nu la par­tie prin­ci­pale et dominante.

Les opé­ra­tions des banques, l’extension et la contrac­tion des escomptes, l’abondance et la rare­té du numé­raire, mal­gré une impor­ta­tion de 5 mil­liards en or dans la der­nière période, ont entrai­né comme consé­quence les modi­fi­ca­tions pro­fondes que l’on observe dans les mou­ve­ments de la popu­la­tion, dans le com­merce, impor­ta­tions et expor­ta­tions, dans les reve­nus, impôts directs et indi­rects, enfin dans le cré­dit public, assez bien repré­sen­té par les cours des valeurs de l’État à la Bourse. De sorte que tout marche soli­daire, sou­mis aux mêmes influences, et comme obéis­sant à la même puis­sance d’expansion et de retrait.

Les mau­vaises récoltes, la cher­té des céréales, les disettes, par leur retour pério­dique se ren­contrent assez sou­vent dans notre pays avec l’engorgement du por­te­feuille des banques, et apportent une nou­velle com­pli­ca­tion à une situa­tion déjà mau­vaise : leur pré­sence n’est cepen­dant pas indis­pen­sable pour pro­duire une crise com­mer­ciale ; nous en avons la preuve en obser­vant ce qui se passe en Amé­rique, où, mal­gré le bas prix des céréales, le déve­lop­pe­ment des escomptes, l’abus du cré­dit por­té à un cer­tain degré, les fait écla­ter un peu plus tôt qu’en Europe, la situa­tion des deux côtés étant aus­si embarrassée.

Si la disette se ren­contre avec le trop-plein des por­te­feuilles, la crise sera plus grave sans doute, mais ce ne sera tou­jours qu’un acci­dent, cause de troubles d’autant plus grands, que la pyra­mide du cré­dit se trou­vant ren­ver­sée, à la moindre nou­velle secousse tout s’affaisse et croule. La dépres­sion du por­te­feuille indique bien si la liqui­da­tion a été radi­cale et pro­fonde, et dans ce cas on peut pro­mettre une reprise active et durable des affaires. Si, au contraire, il n’y a qu’un temps d’arrêt, légère dimi­nu­tion des escomptes, une demi-liqui­da­tion en un mot, ou se relève un peu, mais pour retom­ber bien­tôt (1857−1862).

(…)

L’exagération du com­merce inté­rieur et exté­rieur à des prix enflés par la spé­cu­la­tion et non aux prix natu­rels, voi­là une des prin­ci­pales causes de tous les embar­ras pour la vente des pro­duits. Le der­nier déten­teur ne pou­vant les écou­ler à un prix supé­rieur, tous les échanges s’arrêtent ; la mar­chan­dise offerte, la baisse est rapide de 25 à 50 pour 100 en quelques mois, effa­çant ain­si en un ins­tant la hausse de plu­sieurs années.

(…)

Les comptes ren­dus men­suels et heb­do­ma­daires des Banques de France et d’Angleterre ont four­ni le moyen de suivre, presque mois par mois, la marche des crises et des liqui­da­tions. Dans une seconde par­tie, nous avons com­plé­té ce tra­vail en indi­quant les mou­ve­ments de la popu­la­tion, des douanes, des reve­nus publics directs et indi­rects, le cours des fonds publics et la situa­tion du Trésor.

Nous récla­mons l’indulgence du lec­teur pour tous les chiffres qui se trouvent dans le texte. En nous appuyant non seule­ment sur des rele­vés sta­tis­tiques, mais sur des grands nombres, sur des longues périodes, et dans trois grands pays, nous pen­sons avoir rem­pli beau­coup mieux que par des asser­tions tou­jours dis­cu­tables les prin­ci­pales condi­tions d’une démons­tra­tion scien­ti­fique. Ce n’est que par une lec­ture atten­tive, et en consul­tant sou­vent les tableaux géné­raux, que l’on se péné­tre­ra du méca­nisme des crises, de leur déve­lop­pe­ment, de leur explo­sion et de leur liquidation.

La répé­ti­tion constante des mêmes acci­dents donne une mono­to­nie réelle à notre his­to­rique : nous sommes for­cé de pas­ser suc­ces­si­ve­ment et tou­jours par les mêmes phases, non sans cau­ser un cer­tain ennui à l’esprit qui aime la varié­té et tou­jours avide de nou­veau­tés ; n’est-ce pas cepen­dant la meilleure confir­ma­tion de ce que nous vou­lions démon­trer ? Nous aurions pu ajou­ter quelques détails sur le rôle des prin­ci­paux per­son­nages, ban­quiers et finan­ciers, pour ani­mer notre récit, mais c’eût été nous dis­traire et nous détour­ner de notre but.

Le renou­vel­le­ment et la suc­ces­sion des mêmes faits, dans des cir­cons­tances spé­ciales, dans tous les temps, dans tous les pays et sous tous les régimes(1), voi­là ce qu’il fal­lait faire remar­quer. On nous par­don­ne­ra de n’avoir pas répan­du plus de charme dans notre récit, si les chiffres, mal­gré leur ari­di­té, mais aus­si, avec leur pré­ci­sion et leur élo­quence, ont été nos meilleurs interprètes.

(…)
___________

(1) Liber­té com­plète des banques aux États-Unis, liber­té et mono­pole en Angle­terre et en Écosse, mono­pole en France. »
Source : fichier pdf libre de droits, scan­né par Google : fichier (cli­quez sur le lien « PDF » en haut à droite de l’écran Google Books)
Livre éga­le­ment dis­po­nible sur papier, pour une lec­ture plus agréable qu’à l’écran et la pos­si­bi­li­té de sur­li­gner :-)aux édi­tions Eli­bron Clas­sics : livre

 

 

 

On trouve ensuite, dans le rap­port intro­duc­tif de l’académie des sciences morale et poli­tiques, cette synthèse :

« L’auteur de ce mémoire croit plus à l’influence D’UNE DIRECTION PRUDENTE DONNÉE AUX BANQUES qu’à l’utilité d’une nou­velle organisation.

(…)

L’auteur exa­mine avec une atten­tion scru­pu­leuse les points capi­taux suivants :

Le déve­lop­pe­ment de l’escompte et des avances ;
La situa­tion de la réserve métal­lique ;
La cir­cu­la­tion des billets ;
Les dépôts en comptes-courants.

 

Ce sont sur­tout les indi­ca­tions four­nies par le déve­lop­pe­ment des escomptes et par l’état de l’encaisse dont il se sert pour déter­mi­ner les fon­de­ments des crises. D’après les tableaux synop­tiques que l’auteur a dres­sés avec une grande pré­ci­sion, on sai­sit clai­re­ment les signes pré­cur­seurs des per­tur­ba­tions com­mer­ciales. L’extension de la spé­cu­la­tion amène la hausse des prix et des salaires ; le luxe se pro­page ; ON RÈGLE LA DÉPENSE NON SUR L’ACCROISSEMENT DES REVENUS, MAIS SUR L’AUGMENTATION DU COURS NOMINAL DES VALEURS. LE DÉVELOPPEMENT EXAGÉRÉ DES ESCOMPTES ET LA DIMINUTION DES RÉSERVES MÉTALLIQUES PRÉCÈDENT LES CRISES, de même que la dimi­nu­tion des escomptes et l’abondance de l’encaisse en marquent la gué­ri­son. Les périodes crois­santes et décrois­santes se suivent avec une grande régu­la­ri­té dans les divers tableaux annexés au mémoire numé­ro 2, et l’auteur, sans en tirer une loi nou­velle, y voit plus qu’une coïncidence. »

Source : fichier pdf libre de droits, scan­né par Google : livre (cli­quez sur le lien « PDF » en haut à droite de l’écran Google Books)
Livre éga­le­ment dis­po­nible sur papier, pour une lec­ture plus agréable qu’à l’écran et la pos­si­bi­li­té de sur­li­gner :-)aux édi­tions Eli­bron Clas­sics : livre

 

Un peu plus loin, dans les pre­mières pages du mémoire pro­pre­ment dit de Juglar, on trouve ces perles :

« Étu­dier et recher­cher la nature et l’origine des causes de tout ce qui nous entoure et nous touche le plus direc­te­ment pré­sente tou­jours les plus grandes dif­fi­cul­tés, parce que soli­daires, liés comme nous le sommes à tant d’accidents, dépen­dants ou indé­pen­dants de notre volon­té, nous subis­sons les influences les plus contraires et les plus variées, et quand nous essayons de pré­ci­ser les causes déter­mi­nantes, une foule de causes occa­sion­nelles nous assiègent, troublent la vue et nous donnent le change, nous fai­sant sou­vent prendre l’accident pour le prin­cipe même du mal.

Le véri­table cri­té­rium des causes, c’est de les voir, dans des cir­cons­tances sem­blables, repro­duire les mêmes effets, par­ti­cu­la­ri­té mal­heu­reu­se­ment assez rare dans les phé­no­mènes sociaux et dans tout ce qui touche à la vie.

Dans cette incer­ti­tude, on invoque tour à tour les causes les plus contraires pour se rendre compte des mêmes effets. On est sur­pris de la légè­re­té, de la faci­li­té, avec laquelle l’esprit humain accepte tout ce qu’on lui pro­pose ; tel­le­ment il est avide de savoir, de se rendre compte, et, quand il ne trouve rien de mieux, com­bien faci­le­ment il se paye de mots.

La mul­ti­pli­ci­té même des causes que l’on invoque le plus sou­vent suf­fit, il nous semble, pour prou­ver leur peu d’efficacité, puisque, alors qu’une seule devrait suf­fire, on en accu­mule un grand nombre, de sorte que, comme elles ne sont pas tou­jours réunies pour pro­duire le même effet, on peut aus­si rigou­reu­se­ment conclure, en les éli­mi­nant une à une, qu’aucune n’est cause déter­mi­nante, pas même secon­daire, puisque sa pré­sence n’est pas indis­pen­sable pour pro­duire le résul­tat attendu.

Il y a donc un ÉTAT ANTÉRIEUR qu’il faut étu­dier avec soin, et en l’absence duquel les causes que l’on croi­rait les plus puis­santes sont sans action. C’est ce qu’en méde­cine on appelle la PRÉDISPOSITION : le froid, par exemple, est la cause de beau­coup de mala­dies ; chez l’un d’un rhu­ma­tisme, chez l’autre, d’une pneu­mo­nie, chez un troi­sième d’une pleu­ré­sie. La cause res­tant la même, le résul­tat est tout dif­fé­rent. C’est la pré­dis­po­si­tion locale qui fait pen­cher la balance dans un sens ou dans un autre, et la preuve, c’est qu’en son absence, le froid ne pro­duit aucune mala­die sur le même individu.

II en sera de même pour les crises ; nous nous atta­che­rons à déter­mi­ner quelles sont les cir­cons­tances dans les­quelles elles se déve­loppent, et les causes à la suite des­quelles elles éclatent. Mais nous insis­te­rons sur­tout sur les condi­tions indis­pen­sables à leur exis­tence, sur les phé­no­mènes constants que l’on observe alors en dehors des causes si diverses, si variées, que l’on invoque selon le besoin du moment.

Quand on exa­mine les comptes ren­dus offi­ciels de la situa­tion des banques de France, d’Angleterre, des États-Unis, on ne tarde pas à recon­naître, au milieu des divi­sions nom­breuses de leur actif et de leur pas­sif, quelques cha­pitres dignes de la plus grande attention.

Ce sont :

1° Le déve­lop­pe­ment des escomptes et des avances ;
2° La réserve métal­lique ;
3° La cir­cu­la­tion ;
4° Les dépôts et comptes courants.

Les deux pre­miers sur­tout pré­sentent une marche tel­le­ment iden­tique et régu­lière dans les périodes de crise et de pros­pé­ri­té, qu’ils devront nous ser­vir de guide pour les recon­naître et les dis­tin­guer, et avant même que l’on signale les causes tra­di­tion­nelles, nous indi­quer si le dan­ger est proche ou éloi­gné. Les deux der­niers cha­pitres, la cir­cu­la­tion et les dépôts, ne pré­sentent pas la même régu­la­ri­té, leurs oscil­la­tions n’ont pas le même carac­tère ; leurs écarts, beau­coup moins consi­dé­rables, peuvent se mani­fes­ter en l’absence des crises, par suite de quelques besoins par­ti­cu­liers et locaux, sans influer sur la marche géné­rale des affaires. Ain­si, en 1857, les dépôts aug­mentent à la banque d’Angleterre au même moment où ils baissent en Amérique.

Pour don­ner toute la rigueur pos­sible à notre démons­tra­tion, nous tâche­rons de prou­ver que pour les escomptes et la réserve métal­lique, les mêmes phé­no­mènes s’observent en France, en Angle­terre, à Ham­bourg, aux États-Unis, en Europe et en Amé­rique. Ce sera là pour nous la pierre de touche, le véri­table cri­té­rium des crises.

(…)

Causes des crises

Les symp­tômes qui pré­cèdent les crises sont les signes d’une grande pros­pé­ri­té ; nous signa­le­rons les entre­prises et les spé­cu­la­tions de tous genres ; la hausse des prix de tous les pro­duits, des terres, des mai­sons ; la demande des ouvriers, la hausse des salaires, la baisse de l’intérêt, la cré­du­li­té du public, qui, à la vue d’un pre­mier suc­cès, ne met plus rien en doute ; le goût du jeu en pré­sence d’une hausse conti­nue s’empare des ima­gi­na­tions avec le désir de deve­nir riche en peu de temps, comme dans une lote­rie. Un luxe crois­sant entraîne des dépenses exces­sives, basées non sur les reve­nus, mais sur l’estimation nomi­nale du capi­tal d’après les cours cotés.

Les crises ne paraissent que chez les peuples dont le com­merce est très déve­lop­pé. Là où il n’y a pas de divi­sion du tra­vail, pas de com­merce exté­rieur, le com­merce inté­rieur est plus sûr ; PLUS LE CRÉDIT EST PETIT, MOINS ON DOIT LES REDOUTER.

Causes diverses

Les guerres, les révo­lu­tions, les chan­ge­ments de tarif, les emprunts, les varia­tions de la mode, de nou­velles voies ouvertes au com­merce. Nous avons dit plus haut ce que nous pen­sions de ces causes, dont nous ne mécon­nais­sons pas l’importance, et com­bien sou­vent elles pro­dui­saient des effets dif­fé­rents. Nous trou­vons quelque chose de plus constant, de plus régu­lier dans l’examen des escomptes et de la réserve métal­lique des banques.

Le déve­lop­pe­ment exa­gé­ré des escomptes et la dimi­nu­tion de la réserve métal­lique des banques, de même que la dimi­nu­tion des escomptes et l’abondance de l’encaisse, paraissent, depuis 1800 du moins, pré­sen­ter une concor­dance tel­le­ment par­faite, qu’il serait dif­fi­cile de ne pas remar­quer cette soli­da­ri­té. »

Source : fichier pdf libre de droits, scan­né par Google : livre (cli­quez sur le lien « PDF » en haut à droite de l’écran Google Books)
Livre éga­le­ment dis­po­nible sur papier, pour une lec­ture plus agréable qu’à l’écran et la pos­si­bi­li­té de sur­li­gner :-)aux édi­tions Eli­bron Clas­sics : livre

 

 

La suite est lit­té­ra­le­ment pas­sion­nante et, si le tra­vail de « cor­rec­tion-re-sai­sie-à-la-main » d’un docu­ment ori­gi­nal de trop mau­vaise qua­li­té pour être bien OCRi­sé n’était pas si long et si fas­ti­dieux, je me ferais un plai­sir de le repro­duire en inté­gra­li­té sous forme numé­ri­sée (pour per­mettre les recherches de mots et les copier-col­ler pédagogiques).

__________________

 

Remarques du père Chouard sur ces extraits de l’ouvrage de Clé­ment Juglar :

J’observe que l’abandon de la réfé­rence métal­lique pour la mon­naie ache­vé en 1971 a pro­fon­dé­ment chan­gé les limites de la créa­tion moné­taire et devrait sans doute nous conduire à cher­cher, d’une part ce qui a chan­gé, depuis l’analyse pas­sion­nante de Juglar, et d’autre part ce qui n’a PAS changé.

Et du point de vue de la per­ti­nence des thèses de Mau­rice Allais, je constate deux fortes simi­li­tudes entre Allais et Juglar :

1. ESCOMPTE exces­sif (et liqui­di­té exces­sive sub­sé­quente) de Clé­ment Juglar = CRÉDIT exces­sif (et liqui­di­té exces­sive sub­sé­quente) de Mau­rice Allais

Il me semble que l’escompte exces­sif accor­dé par les banques, que Juglar repère comme une cause fon­da­men­tale des crises récur­rentes, cor­res­pond par­fai­te­ment à ce qu’on appelle aujourd’hui le cré­dit ban­caire, par lequel une banque pri­vée crée et délivre de la liqui­di­té immé­diate en contre­par­tie de titres ou de créances payables plus tard.

On a bien affaire ici à la créa­tion moné­taire des banques pri­vées, dont l’excès, encore et tou­jours, est la source d’une pros­pé­ri­té arti­fi­cielle exa­gé­rée et, in fine, des effon­dre­ments qui s’ensuivent.

N’est-ce pas ?

2. RÉSERVES métal­liques insuf­fi­santes (impru­dence sys­té­mique) de Juglar = COUVERTURE insuf­fi­sante (impru­dence sys­té­mique) d’Allais

Par ailleurs, la deuxième cause repé­rée par Juglar comme cen­trale pour expli­quer les crises du capi­ta­lisme, —la réserve métal­lique de plus en plus insuf­fi­sante au fur et à mesure que les escomptes s’amoncèlent—, cette réserve-métal­lique-garan­tie-de-cré­di­bi­li­té-des-signes-moné­taires n’existe plus aujourd’hui (depuis l’abandon de l’étalon or), mais je trouve que les réserves frac­tion­naires et autres réserves obli­ga­toires en tiennent lieu (ou plu­tôt devraient en tenir lieu) désor­mais : la dimi­nu­tion des contraintes de sécu­ri­té impo­sées au banques en matière de cré­dit, autre­ment dit la presque dis­pa­ri­tion des limites à la créa­tion moné­taire des banques pri­vées (pour­vu qu’elles trouvent des emprun­teurs, fussent-ils qua­si-clo­chards), me paraît être l’héritière de l’imprudence éhon­tée dénon­cée par Juglar, LA source des escomptes exces­sifs, et donc de la pros­pé­ri­té arti­fi­cielle, et donc des crises subséquentes.

À mon sens, Mau­rice Allais est donc par­fai­te­ment fon­dé à s’appuyer sur les tra­vaux de Juglar pour défendre ses thèses et, loin de semer la confu­sion, Allais éclaire ain­si la réa­li­té moderne avec une grande lumière (et depuis long­temps, bien avant que la crise ne soit imminente).

Et en lisant « Argent mode d’emploi », je ne trouve ni la moindre réfé­rence expli­cite à Juglar —et donc pas du tout d’«identité par­faite » évi­dente avec lui (il fau­drait nous dire pré­ci­sé­ment quels pas­sages des livres sont si proches)—, ni la clar­té de Juglar : notam­ment, quand Paul explique ce qu’est l’argent, je suis (comme depuis deux ans) com­plè­te­ment per­du et je ne retrouve aucun repère connu qui ren­drait ses expli­ca­tions cré­dibles : par exemple, à lire Paul (p. 28 et s.), les seuls objets qui méritent le nom d’argent devraient être les billets de banque et les pièces métal­liques dans mon por­te­feuille, à l’exclusion de mon solde de compte en banque qui ne serait pas de l’argent (parce que pas exac­te­ment aus­si dis­po­nible) ; ce qui n’a, me semble-t-il, rien à voir avec la réa­li­té de l’argent moderne, déta­ché de toute réfé­rence métal­lique : l’argent sur mon compte à vue est par­fai­te­ment dis­po­nible (même en situa­tion de crise vio­lente comme aujourd’hui) et consti­tue donc un équi­valent pra­tique évident à la mon­naie fidu­ciaire (la dis­tinc­tion entre les DAV et les billets défen­due par Paul, qui ne peut prendre sens que lors de crises à la fois les plus extrêmes et les plus impro­bables, conti­nue à me paraître à la fois arti­fi­cielle et inutile pour com­prendre ce qui est en jeu dans la genèse des crises ordinaires).

De mon point de vue, en reli­sant nos échanges depuis deux ans (c’est pas­sion­nant) et en lisant le livre de Paul, « Argent mode d’emploi », le débat sur la défi­ni­tion de la mon­naie et sur les acteurs légi­times pour créer cette mon­naie est loin d’être terminé.

D’ailleurs, au lieu de la syn­thèse pro­mise dans le livre « L’argent, mode d’emploi », je ne retrouve dans le livre de Paul qu’un seul des points de vue en pré­sence, comme si aucun débat n’avait eu lieu depuis deux ans, c’est très frappant.

Je trouve ça plu­tôt dom­mage. Mais bon, ce n’est pas grave. L’important est de pou­voir conti­nuer à échan­ger tranquillement.

On va bien finir par se com­prendre et unir nos forces… pour éli­mi­ner toute fausse mon­naie pré­ju­di­ciable à l’intérêt général.

________________

Si quelqu’un a chez lui (ou com­pose) le texte inté­gral de Juglar en numé­rique, il ren­dra un grand ser­vice aux autres en le publiant rapi­de­ment. J’ai com­men­cé ce tra­vail etienne.chouardet on peut le cor­ri­ger libre­ment (envoyez-moi le résul­tat et je publie­rai la mise à jour).

 

Ami­ca­le­ment.

Étienne.
_________________

 

Les mêmes qui lui ont ôté les yeux reprochent au peuple d’être aveugle.
John Milton.

 

À quoi, le maître m’a répon­du l’a­ma­bi­li­té suivante :

    Étienne,

    Tu n’as cité ce long pas­sage que parce que tu pen­sais – une fois encore – trou­ver chez Juglar une allu­sion à la créa­tion moné­taire ex nihi­lo par les banques commerciales.

    « Moi » t’a mon­tré – une fois encore – que ce pas­sage disait exac­te­ment le contraire de ce que tu pen­sais y lire (mal­gré les carac­tères gras ajou­tés par toi). Je le répète, ces ques­tions sont réglées et le débat sur ce sujet est clos dans le blog ici présent.

     

     

    Alors, quelle est cette « démons­tra­tion » de « Moi » ? La voici :

      • moiMoi dit :

      28 décembre 2009 à 23:28

      « Il me semble que l’escompte exces­sif accor­dé par les banques, que Juglar repère comme une cause fon­da­men­tale des crises récur­rentes, cor­res­pond par­fai­te­ment à ce qu’on appelle aujourd’hui le cré­dit ban­caire, par lequel une banque pri­vée crée et délivre de la liqui­di­té immé­diate en contre­par­tie de titres ou de créances payables plus tard. »

      Où voyez-vous que Juglar dise que la banque pri­vée crée la liqui­di­té immé­diate lors de l’escompte ? A quoi lui sert le rées­compte si elle crée de la liqui­di­té ? (le rées­compte lui sert évi­dem­ment à se four­nir à nou­veau en liqui­di­té auprès de la banque cen­trale après l’opération d’escompte)

      « l’argent sur mon compte à vue est par­fai­te­ment dis­po­nible (même en situa­tion de crise vio­lente comme aujourd’hui) et consti­tue donc un équi­valent pra­tique évident à la mon­naie fiduciaire »

      Vous pen­sez pou­voir ache­ter quelque chose avec votre compte à vue sans pas­ser par de la mon­naie banque cen­trale ? Par quelle magie ? Lorsque vous uti­li­sez votre compte à vue en payant par carte bleue ou par chèque, les banques s’échangent ensuite entre-elles de la mon­naie banque cen­trale. Il n’y a jamais paie­ment réel par une sup­po­sée « mon­naie compte à vue ».

      La preuve ici, lors des paie­ments inter­na­tio­naux une cau­tion est blo­quée sur le compte à vue du client en atten­dant que le four­nis­seur reçoive son argent :

      http://​www​.actu24​.be/​a​r​t​i​c​l​e​/​s​o​c​i​e​t​e​/​v​o​t​r​e​_​c​o​m​p​t​e​_​b​l​o​q​u​e​_​a​_​c​a​u​s​e​_​d​u​n​_​p​l​e​i​n​/​3​7​4​9​8​4​.​a​spx

       

      J’ai donc répon­du à moi ceci :

        @ Moi
        (votre mes­sage du 2812 à 23h28) :

        « Où voyez-vous que Juglar dise que la banque pri­vée crée la liqui­di­té immé­diate lors de l’escompte ? À quoi lui sert le rées­compte si elle crée de la liqui­di­té ? (le rées­compte lui sert évi­dem­ment à se four­nir à nou­veau en liqui­di­té auprès de la banque cen­trale après l’opération d’escompte). »

         

        Moi,

        Le méca­nisme de l’escompte crée de la liqui­di­té, par défi­ni­tion ; il sert même pré­ci­sé­ment à cela : avant l’escompte, il n’y a pas de pou­voir d’achat immé­diat ; après l’escompte, il y a un pou­voir d’achat immé­diat, une liqui­di­té ; pas besoin de Juglar pour le savoir. Votre objec­tion est étrange.

        Pre­nez du recul : sur la créa­tion moné­taire cri­so­gène quand elle est impru­dente, met­tez de côté quelques ins­tants, s’il vous plaît, notre ami­cale contro­verse sur le point de savoir si ce sont les banques com­mer­ciales (bc) ou les Banques Cen­trales (BC) qui créent la nou­velle mon­naie dont le sys­tème a besoin tous les jours (car, tout de même, vous recon­nais­sez que la masse moné­taire aug­mente sans arrêt (avant les crises), ou bien vous niez cela aussi ?).

        D’accord ?

        Et consi­dé­rez GLOBALEMENT ce sys­tème ban­caire impru­dent, bâti, non, disons plu­tôt trans­for­mé pour per­mettre un cré­dit illi­mi­té, illi­mi­té puisque, depuis long­temps, sauf erreur, les Banques Cen­trales refi­nancent sans bar­gui­gner tous les cré­dits consen­tis par les banques com­mer­ciales (voir ci-des­sous).

        Est-ce que vous admet­tez que, glo­ba­le­ment, le sys­tème ban­caire crée, sans arrêt, tou­jours plus, trop, de liquidités ?

        On a par­lé sou­vent, ici même, de toutes les fausses (ou mau­vaises) limites à la créa­tion moné­taire :

         Là, par exemple, sur le pré­ten­du « prin­cipe de conser­va­tion des quan­ti­tés », mais ni Julien ni Paul n’ont répon­du à ma ques­tion, qui était :

        « Autre­ment dit, si les bc ne peuvent prê­ter que de la mon­naie cen­trale (contraintes qu’elles seraient par un « prin­cipe de conser­va­tion des quan­ti­tés »), MAIS SI elles peuvent déclen­cher sans limite (au fur et à mesure qu’elles consentent des cré­dits) la fabri­ca­tion ex nihi­lo de mon­naie cen­trale (par une BC qui, elle, n’est PAS sou­mise au prin­cipe de conser­va­tion des quan­ti­tés), QUELLE EST LA PORTÉE PRATIQUE DU « PRINCIPE DE CONSERVATION DES QUANTITÉS » ? »

        Je n’ai JAMAIS eu de réponse.

        • J’avais poin­té cette limite pro­blé­ma­tique (théo­rique mais peu pra­tique) dans ce pre­mier mes­sage, puis dans ce deuxième mes­sage (Source = BDF, « La Banque de France et la mon­naie », 1980).

         

        Voyez notam­ment le der­nier para­graphe du pre­mier mes­sage, qui explique que les BC NE PEUVENT PAS REFUSER de refi­nan­cer les bc sans désor­ga­ni­ser toute l’économie (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Banque de France, et ce n’est pas une consé­quence de la crise puisque c’était remar­qué il y a déjà 30 ans : c’est donc à ran­ger plu­tôt du côté des causes) :

        « On constate en effet que, sans être entiè­re­ment pré­dé­ter­mi­nées, les opé­ra­tions de la Banque cen­trale sont sujettes à des contraintes. Il n’est pas pos­sible de limi­ter brus­que­ment les pos­si­bi­li­tés de refi­nan­ce­ment des cré­dits consen­tis par les banques sans désor­ga­ni­ser gra­ve­ment le mar­ché moné­taire et l’activité éco­no­mique, une éven­tuelle action res­tric­tive ne sau­rait être que pro­gres­sive. De même, l’Institut d’émission doit veiller à ce que l’État puisse se pro­cu­rer les res­sources qui lui sont indis­pen­sables pour assu­rer l’exécution du bud­get voté par le Parlement. »

        L’actualité confirme, me semble-t-il, cette ancienne remarque de la BDF, avec de mul­tiples décla­ra­tions de ban­quiers, cen­traux ou pas, qui avouent que les banques cen­trales ont été beau­coup trop laxistes avec l’encadrement du cré­dit avant la crise, je pense que vous n’avez pas besoin de sources pour docu­men­ter ce fait, n’est-ce pas ?

        C’est pré­ci­sé­ment ce tsu­na­mi de cré­dits (d’escomptes) faciles qui ali­mente toutes les spé­cu­la­tions les plus insen­sées et qui est la cause prin­ci­pale de toutes les crises, selon Clé­ment Juglar et selon Mau­rice Allais.

        Pas pour Paul, par contre, puisque, sauf erreur (je n’ai pas fini son livre « L’argent »), je n’ai pas vu de pro­po­si­tion de limi­ta­tion au pou­voir des banques en matière de cré­dit (ni en aucune matière, d’ailleurs, comme si les banques n’étaient res­pon­sables de rien dans les crises) dans les pro­po­si­tions de Paul.

        • Autre cause du cré­dit facile, voyez aus­si le Chap V I B (4ème para­graphe) du deuxième mes­sage ou un agent de la Banque de France (pas un ama­teur, ni un ignare, donc) explique :

        « L’efficacité du sys­tème implique qu’aucune rému­né­ra­tion ne soit ver­sée sur les sommes dépo­sées à la Banque cen­trale ; cette dis­po­si­tion est impor­tante car elle per­met, lorsqu’une action res­tric­tive appa­raît néces­saire, de faire subir aux banques des charges sup­plé­men­taires d’endettement par l’augmentation des réserves à consti­tuer et de contrô­ler ain­si leur action par le biais de la rentabilité. »

        Or, aujourd’hui, devi­nez quoi : les réserves obli­ga­toires sont rému­né­rées…, si si, ce qui fait dis­pa­raître une contrainte de plus (impor­tante) à la créa­tion moné­taire des banques privées.

        Qu’en pen­sez-vous ?

        Per­sonne ne m’a répon­du, je crois, sur cette ques­tion, ni Paul, ni Julien, ni d’autres…

        • Rap­pel sur le prin­cipe : le même docu­ment (de la Banque de France), in fine, précise :

        « Le pou­voir de créa­tion moné­taire du sys­tème ban­caire, pris dans son ensemble, tient au fait que celui-ci n’a pas besoin, pour accor­der des cré­dits, de dis­po­ser préa­la­ble­ment des res­sources cor­res­pon­dantes, puisque la dis­tri­bu­tion du cré­dit se tra­duit presque dans tous les cas par une moné­ti­sa­tion de créances et crée au pas­sif des banques un mon­tant de dépôts équi­valent.
        Dans la mesure où ces dépôts, uti­li­sés par chèques et vire­ments, consti­tuent la forme de mon­naie la plus répan­due, et, de ce fait, demeurent pour la plus large part dans le cir­cuit ban­caire, LES BANQUES PEUVENT DÉVELOPPER LEURS CONCOURS SANS AVOIR À SE PROCURER UN MONTANT CORRESPONDANT DE RESSOURCES POUR LES FINANCER. »

        (Source : « La Banque de France et la mon­naie », publi­ca­tion offi­cielle de la BDF en 1978 & mise à jour 1980 : en images : au for­mat pdf, 18 Mo ou en texte : au for­mat doc, 4 Mo.)

        Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Banque de France.

        Et vous conti­nuez à croire à l’application actuelle d’un 100% money ?

        Mais sur quelles bases croyez-vous ça ?

         Même le prin­cipe de CONCURRENCE entre les bc (qui est cen­sé limi­ter for­te­ment la créa­tion moné­taire) ne joue pas son rôle si toutes les banques aug­mentent leurs cré­dits au même rythme… Reli­sez mon mes­sage du 28/12/2008, c’est clair, je crois.

        _______________

         

        Donc, cher Moi, il me semble (dans la droite ligne de Juglar et d’Allais) que ce sys­tème ban­caire cor­rom­pu (puisque c’est bien de cor­rup­tion qu’il s’agit, au fond, pour per­mettre à quelques pri­vi­lé­giés de gagner des for­tunes sans rien faire, jusqu’à ce que ça pète) ali­mente bien une richesse fac­tice qui conduit TOUJOURS aux pires catas­trophes (dont les vic­times sont d’autres que leurs res­pon­sables, en plus !).
        On pour­rait ajou­ter (mais on s’éloigne alors de Juglar) que cette créa­tion moné­taire-là est très mal dis­tri­buée, ce qui est impor­tant pour com­prendre son inef­fi­ca­ci­té pour éta­blir la pros­pé­ri­té géné­rale : en effet, les riches ne dépensent pas leurs nou­veaux reve­nus (ils l’accumulent et le dépensent entre eux pour en gagner encore plus) et l’argent créé pour eux tourne en cir­cuit fer­mé (autour d’ »actifs », plus ou moins réels) dans des poches de plus en plus pleines pour rien ; alors que les pauvres, eux, dépen­se­raient inté­gra­le­ment ces sommes si on avait rem­pli leurs poches à eux ; et l’argent cir­cu­le­rait alors dans le cir­cuit géné­ral réel, dif­fu­sant et par­ta­geant la richesse, au lieu de la voir confis­quée et accu­mu­lée maladivement.

        _______________

         

        Enfin, quand vous me dites :

        « Vous pen­sez pou­voir ache­ter quelque chose avec votre compte à vue sans pas­ser par de la mon­naie banque cen­trale ? Par quelle magie ? Lorsque vous uti­li­sez votre compte à vue en payant par carte bleue ou par chèque, les banques s’échangent ensuite entre-elles de la mon­naie banque cen­trale. Il n’y a jamais paie­ment réel par une sup­po­sée « mon­naie compte à vue ». »
         vous faites comme si notre sys­tème était 100% money, en cou­ver­ture inté­grale des prêts…, mais vous vous trom­pez com­plè­te­ment (il me semble) : tous les livres, abso­lu­ment tous, expliquent et démontrent le prin­cipe et les méca­nismes de la cou­ver­ture frac­tion­naire des dépôts à vue. On ne va pas contes­ter aus­si ça, quand même… Pré­ten­dez-vous que TOUS les échanges de mon­naie scrip­tu­rale sont accom­pa­gnés d’un mou­ve­ment ÉQUIVALENT de mon­naie cen­trale, tous ?! Pas de compensation ?

        Enfin… Voyons…

        Paul… Es-tu d’accord avec ça ?!?!

        Moi, je trouve ça car­ré­ment fan-tai-si-ste.

        ________________

         

        Mais, au-delà de nos contro­verses récur­rentes de vieux mariés qui ne s’écoutent même plus par­fois, je ne perds pas de vue que ce qui nous rap­proche, ce qui nous tient ensemble même, c’est un point fon­da­men­tal, c’est la détes­ta­tion des fausses mon­naies mises au ser­vice de pri­vi­lé­giés aux dépens de l’intérêt géné­ral. On fini­ra par se rejoindre, j’en suis sûr.

        ________________

        Bon, il faut que je réponde à Paul, maintenant.

        Demain, peut-être.
        Bonne nuit.
        Étienne.
        ________________

         

        La pen­sée facile consiste à choi­sir son camp, accu­mu­ler les savoirs et igno­rer l’autre côté. Il s’ensuit une boi­te­rie logique qui donne une image hémi­plé­gique du psy­chisme humain.
        Boris Cyrul­nik, De chair et d’âme.
        (Un livre mer­veilleux que je conseille à tous)
        ________________

         

        Le couple moi+Paul Jorion m’a alors répondu :

          Etienne,

          On peut résu­mer ton long mes­sage : « Puisque les banques cen­trales créent de la mon­naie, QUELLE IMPORTANCE que les banques com­mer­ciales en créent ou non ».

          L’importance, c’est que si elles n’en créent pas – ce qui est le cas – il n’y a pas de « scan­dale ». Or – je suis sûr que cela ne t’a pas échap­pé – c’est le « scan­dale » qui inté­resse ceux qui évoquent la « créa­tion de mon­naie ex nihi­lo par les banques com­mer­ciales » et c’est pour cela qu’ils sont comme un disque rayé sur le sujet.

          Ceci dit, comme je l’ai dit à plu­sieurs reprises ces jours-ci : j’ai trai­té de ce sujet de manière exhaus­tive dans mon livre « L’argent, mode d’emploi » où j’ai appor­té toutes les preuves néces­saires et le débat sur ce sujet est clos sur mon blog.

          ––––––––––-

          « Qui n’avance pas, recule »
          Sagesse populaire

           

           

            • moiMoi dit :

            30 décembre 2009 à 15:18
            @Etienne Chouard : « Le méca­nisme de l’escompte crée de la liqui­di­té, par défi­ni­tion ; il sert même pré­ci­sé­ment à cela : avant l’escompte, il n’y a pas de pou­voir d’achat immé­diat ; après l’escompte, il y a un pou­voir d’achat immé­diat, une liquidité »

            Vous com­men­cez à jouer sur les mots. L’escompte ne crée pas de la liqui­di­té, il crée de la liqui­di­té POUR LE MARCHAND. La liqui­di­té exis­tait déjà, c’est la banque qui la pos­sé­dait et la refile au marchand.

             

            « vous faites comme si notre sys­tème était 100% money, en cou­ver­ture inté­grale des prêts… »

            Non, j’ai dit qu’il fal­lait de la mon­naie BC, pas qu’elle cou­vrait inté­gra­le­ment toutes les opé­ra­tions. Sans quoi, il n’existerait pas de bank run. Vous butez sur la dis­tinc­tion entre mon­naie et argent. Une recon­nais­sance de dette peut ser­vir de mon­naie mais n’est pas de l’argent. Les banques pri­vées peuvent créer de la mon­naie (comme n’importe qui, il n’y a là aucun pou­voir mys­té­rieux) mais pas de l’argent, cela seule la banque cen­trale le peut. Et lorsque les banques pri­vées font cré­dit, elles prêtent de l’argent et se retrouvent avec des recon­nais­sances de dettes qui peuvent ser­vir de mon­naie (sur­tout entre banques).

             

            Ma réponse à Paul :

             

            1. ECÉtienne Chouard dit :
              30 décembre 2009 à 03:20

            @ Paul :
            Tu me dis :

            « Paul Jorion dit :
            29 décembre 2009 à 09:47
            Étienne,

            Tu n’as cité ce long pas­sage que parce que tu pen­sais – une fois encore – trou­ver chez Juglar une allu­sion à la créa­tion moné­taire ex nihi­lo par les banques commerciales. »

            « Moi » t’a mon­tré – une fois encore – que ce pas­sage disait exac­te­ment le contraire de ce que tu pen­sais y lire (mal­gré les carac­tères gras ajou­tés par toi).

            Je le répète, ces ques­tions sont réglées et le débat sur ce sujet est clos dans le blog ici présent. »

             

            Paul,

            Ex nihi­lo ?

            Tu dis que j’ai cité un pas­sage parce que je pen­sais (etc.)… Mais voyons, c’est un pro­cès d’intention… Com­ment sais-tu pour­quoi je fais ceci ou cela ? Com­ment sais-tu que « je pense à la créa­tion ex nihi­lo par les banques pri­vées » alors que que je n’y pense pas ? On ne peut pas pré­tendre savoir ce que pensent les gens sans le dire…

            Les pro­cès d’intention sont des impasses, je crois.

            Il n’y a plus que toi pour évo­quer l’expression « ex nihi­lo » pour par­ler des banques com­mer­ciales, alors que plus per­sonne n’y tient et que tout le monde a recon­nu qu’on pou­vait faci­le­ment renon­cer à cette expres­sion ambi­guë et contes­tée puisque l’essentiel est ailleurs.

            Tu y reviens sans cesse pour­tant, comme si tu pen­sais que nous tenons tou­jours à cette « expres­sion mau­dite », ou comme si ça te per­met­tait de ne pas répondre aux autres questions.

            Paul, est-ce qu’on peut par­ler de créa­tion moné­taire avec toi sans que tu ramènes l’expression « ex nihi­lo » sur le tapis en guise de (déni de) réponse ?

            En l’occurrence, ce qui m’intéresse, pré­ci­sé­ment, (et c’est pour­quoi je conti­nue à pen­ser que nous sommes proches mal­gré la rugo­si­té de cer­tains de nos échanges) c’est plus la créa­tion moné­taire impru­dente par le sys­tème ban­caire GLOBAL, et peu importe, dans ce débat-ci, que ce soit les bc ou la BC qui créent la mon­naie nou­velle en définitive.

            Tu as dit toi-même que le pou­voir de créa­tion moné­taire ex nihi­lo des Banques Cen­trales était incon­tes­table, n’est-ce pas ?

            Par­tons donc de là, d’accord ?

            ______________

             

            Juglar, Allais et… Jorion

            Ce que démontre et sou­ligne Juglar, c’est que toutes les crises sont pré­cé­dées d’une fan­tas­tique créa­tion moné­taire (peu importe ici que ce soit par les banques com­mer­ciales ou par les banques cen­trales, l’important est la pru­dence ou l’imprudence de la four­ni­ture de liqui­di­tés aux acteurs par un sys­tème ban­caire glo­bal), et Allais dit la même chose.

            Par contre, sauf erreur, je n’ai pas lu dans ton der­nier livre (ni dans ton billet « Les mesures que je pré­co­nise ») une mise en cause de l’excessive créa­tion moné­taire dans ton expli­ca­tion des crises et dans tes pro­po­si­tions de solutions.

            Est-ce que je me trompe ?

            J’ai donc deux ques­tions à te poser :

            1) Es-tu bien sûr que la pro­duc­tion exces­sive de cré­dit (de liqui­di­tés) par (toutes) les banques n’est PAS une cause fon­da­men­tale des crises (puisque, sauf erreur, aucune de tes pro­po­si­tions ne va dans le sens d’une telle limitation) ?

            2) Si oui, com­ment peux-tu voir une iden­ti­té par­faite entre ton ana­lyse et celle de Clé­ment Juglar qui, lui, ne voit qua­si­ment que cette cause, comme mère de toutes les autres causes ?

            __________

            Notre tra­vail de cer­veau col­lec­tif sur la mon­naie, qui devait durer cinq ans

            Quand j’ai cité (plu­sieurs fois) la Banque de France elle-même (et là, on peut par­ler de pro­fes­sion­nels de la banque, n’est-ce pas ?),  et  par exemple, tu n’as pas répon­du de façon cir­cons­tan­cié. Pour­tant, la créa­tion moné­taire par les banques pri­vées y est bien décrite par le menu, et par les plus hautes auto­ri­tés moné­taires du pays (après la BCE).

            In fine, tu sug­gères que les banques mentent pour ne pas affo­ler le public (ton billet « L’ange et la bête » du 8/12/2008).

            Et depuis quelque temps, tu n’acceptes presque plus d’échanges sur la mon­naie, seule­ment quelques piques expé­di­tives… C’est pour­tant court comme thèse : toutes les banques, tous les éco­no­mistes et tous les profs qui expliquent la créa­tion moné­taire men­ti­raient ? Pour ne pas affo­ler le public ? …

             

            Ce n’est pas croyable, pas plau­sible. Voilà.

            En fait, nos diver­gences (sur ce point pré­cis, parce que, sur le reste, je me sens proche de tes valeurs et soli­daire de tes com­bats) viennent d’un sophisme, repé­ré là. Les ques­tions res­tent en sus­pens jusqu’à ce que ce sophisme sur la défi­ni­tion même de la mon­naie dis­pa­raisse.

            Je te rap­pelle que même les billets de banques ont été, pen­dant des siècles, des recon­nais­sances de dettes, des titres de dette qui cir­culent, ne pre­nant leur valeur que dans la confiance qu’on por­tait à leur émet­teur. Même avec le cours légal.

            Voi­là pour­quoi je trouve illo­gique que tu dis­qua­li­fies aujourd’hui la mon­naie scrip­tu­rale qui ne serait pas de la mon­naie au seul motif que « c’est une recon­nais­sance de dette et donc ce n’est pas de l’argent ».

            Ce n’est pas logique puisque même la mon­naie cen­trale est une recon­nais­sance de dette : la mon­naie cen­trale était même, il n’y a pas si long­temps, une recon­nais­sance de dette échan­geable à tout moment contre de l’or (avant 1971).

            Pour­tant, tu consi­dères ces titres de dettes-là comme de l’argent.

            C’est dif­fi­cile à jus­ti­fier rigou­reu­se­ment, je trouve.

            Sou­viens-toi : tu nous avais pro­mis cinq ans de tra­vail sur la mon­naie, et cinq mois plus tard, tu des­cends le rideau, alors que tes prin­ci­paux contra­dic­teurs sont encore loin d’être convain­cus (et avides d’échanges éclaircissants)…

            Le débat sur la mon­naie devrait être en pleine acti­vi­té. Il reste beau­coup à dire.

            _____

             

            D’où ma double conclu­sion, pour le moment, avec tout le res­pect que je te dois :

            1) il me semble que tes thèses ne sont pas en « iden­ti­té par­faite » avec celles de Juglar (alors que je trouve que celles d’Allais oui),

            2) le débat sur la créa­tion moné­taire est loin d’être clos.

            Et j’ai mon­tré plus haut que la réponse de Moi n’est pas per­ti­nente, à mon sens.

            Mer­ci pour ta patience.

            Étienne.
            __________________

            La maxime que je pré­fère, c’est toi qui me l’as apprise :

            Il convient de ne pas vio­ler l’un des prin­cipes fon­da­men­taux de la métho­do­lo­gie scien­ti­fique, à savoir de prendre les réfu­ta­tions au sérieux.
            Paul Feye­ra­bend, « Against Method », 1974, p.109.
            __________________

            Mais j’aime aussi :

            Sans la liber­té de blâ­mer, il n’est point d’éloge flat­teur.
            Beau­mar­chais.
            __________________

             

             

            Paul :

              Étienne,

              « … peu importe ici que ce soit par les banques com­mer­ciales ou par les banques centrales… »

              Même chose que dans la réponse à « Moi » : « Non, puisqu’on veut à tout prix un scan­dale ! » mais de toute manière, je le répète : sujet épui­sé. Pas­sons à quelque chose de plus inté­res­sant sur lequel exer­cer notre saga­ci­té : « Com­ment dis­so­cier reve­nus (néces­saires pour la consom­ma­tion) et tra­vail, sans créer un sys­tème à deux vitesses encore pire que le sys­tème actuel ? »

              ––––––––––––

              « Le temps presse ! »
              Locu­tion courante

               

              Suit cet échange (assez impor­tant) sur les billets de banques : recon­nais­sances de dette ou pas ?

               

                @Etienne Chouard : « Je te rap­pelle que même les billets de banques ont été, pen­dant des siècles, des recon­nais­sances de dettes, des titres de dette qui cir­culent, ne pre­nant leur valeur que dans la confiance qu’on por­tait à leur émet­teur. Même avec le cours légal. »

                Pas « même avec le cours légal ». Le cours légal a trans­for­mé les billets de banque en argent, ce ne sont plus des recon­nais­sances de dettes. Le cours légal est ce qui dif­fé­ren­cie l’argent de l’infinité des autres mon­naies pos­sibles (et qui sont effec­ti­ve­ment uti­li­sées). Les banques pri­vées ne créent pas de mon­naie ayant cours légal (argent), elles créent des recon­nais­sances de dettes (comme n’importe qui peut le faire évi­dem­ment) et s’en servent comme mon­naie entre elles (mais elles conver­tissent quo­ti­dien­ne­ment en argent le solde des échanges, par la com­pen­sa­tion bancaire).

                 

                 

                  @ Moi,
                  Ne confon­dez-vous pas le cours légal et le cours for­cé ?

                  Il me semble qu’on a vu sou­vent et par­tout l’un sans l’autre (même s’ils vont bien ensemble).

                  Autre­ment dit, le fait d’imposer léga­le­ment à tous d’accepter un titre de dette (fiable : billet de banque ou mon­naie scrip­tu­rale de banque) comme mon­naie de paie­ment (le cours légal) ne retire rien, me semble-t-il, à la nature fon­da­men­tale de DETTE du titre choi­si et impo­sé à tous comme moyen de paiement.

                  Je ne com­prends pas ce qui vous gêne dans ce concept de mon­naie-dette, d’ailleurs, depuis le début de notre contro­verse : un titre de dette qui sera sûre­ment rem­bour­sé, c’est une sacré­ment bonne idée pour repré­sen­ter faci­le­ment de la valeur, non ? Ils sont malins, ces humains.

                  L’important est de ne pas se lais­ser piquer la machine à pro­duire des titres de dettes…

                  Sinon, en per­dant la sou­ve­rai­ne­té moné­taire, on perd sûre­ment la sou­ve­rai­ne­té poli­tique avec. Rien que ça…

                  C’est déjà notre (triste) condi­tion moderne, je le crains.

                  Ami­ca­le­ment.

                  Étienne.
                  ____________

                  La poli­tique, c’est l’art d’agiter le peuple avant de s’en ser­vir.
                  Tal­ley­rand.
                  ____________

                   

                  1. Un billet de banque n’est pas un titre de dette. Dette de qui envers qui ?
                  2. –––––––––––––-
                    Prendre des ves­sies pour des lan­ternes.
                    Expres­sion 

                      Paul,

                      Dette de la banque envers le por­teur du billet, bien sûr.

                      C’est le B A BA de la comp­ta­bi­li­té ban­caire, et de la mon­naie, non ?

                      Comme je l’ai com­pris dans tous ces fichus livres, en tout cas.

                       

                      Cette dette est d’ailleurs res­tée long­temps ins­crite sur les billets mêmes, non ?

                      « Il sera payé en espèce, à vue, au por­teur… etc. »

                      J’ai à la mai­son un très beau livre de la Banque de France qui explique l’histoire des billets de banque. J’ai pris quelques pho­tos que voi­ci (si tu peux les trans­for­mer en images ici, je ne sais pas com­ment faire chez toi) :

                       

                      Billet1000f
                      Billet_1000F_De_Germinal.jpg

                      Billet 1862
                      Billet_1000F_1862_verso.jpg

                      100F 1906
                      Billet_100F_1906_recto.jpg

                       

                      5000F 1918
                      Billet_5000F_1918_recto.jpg

                      Source : « Les billets de la Banque de France. Deux siècles de confiance », édi­tion BDF, 1994.

                      On lit dis­tinc­te­ment, sur le billet de banque lui-même, la recon­nais­sance de dette de la banque au por­teur, non ?

                      Je suis sur­pris de ta surprise.

                      Ami­ca­le­ment.

                      Étienne.

                        Oui, bien sûr, c’était écrit mais est-ce que c’était vrai ? Si c’était vrai, pour­quoi a‑t-on ces­sé de l’écrire ? Parce que tout le monde le sachant, ce n’était plus néces­saire de l’indiquer ? Ou bien parce qu’on a fini par admettre que ça n’avait jamais été vrai ?

                         

                         

                          Les billets de banque sont-ils vrai­ment des titres de dette ?

                          Et bien oui, c’était vrai, puisque les por­teurs qui le dési­raient (en se pré­sen­tant sim­ple­ment au gui­chet de la BDF avec des billets de banque) obte­naient en échange des espèces, « sonantes et tré­bu­chantes » comme on disait.

                          Vrai­ment.

                          Contre le dol­lar, les por­teurs de billets de banques obte­naient même de l’or, à la demande, il n’y a pas si long­temps finalement.

                          ____

                          Dette pas néces­sai­re­ment hono­rée, donc, et ce n’est pas ce qui compte (un titre fiable suf­fit, pour les échanges et pour la réserve de valeur, et c’est tout ce qui compte), mais vraie dette, oui, il me semble bien.

                          Le titre de dette cir­cu­lant compte beau­coup plus que la dette elle-même, fina­le­ment, pour le corps social, qui a besoin de bons signes moné­taires. Le fait que la dette soit bien fon­dée ou pas n’est pas si impor­tant, au fond. Ce qui est essen­tiel, c’est que les gens sachent qu’ils peuvent comp­ter sur le titre pour se libé­rer de leurs enga­ge­ments, il faut donc que tout le monde fasse confiance à ces titres.

                          C’est pour cette rai­son que, pen­dant les pre­miers temps des billets de banque, on a lais­sé à cha­cun, à tout moment, la pos­si­bi­li­té de véri­fier la réa­li­té de cette dette en se pré­sen­tant au gui­chet pour voir la banque hono­rer sa dette.

                          Une fois la confiance acquise (il a fal­lu du temps), on a pu sup­pri­mer la réa­li­té de la dette et la men­tion sur les billets qui allait avec, et la dette est deve­nue concep­tuelle ; mais ça suf­fit, ça marche très bien comme ça : la mon­naie n’est pas mau­vaise (ou fausse, ou dif­fé­rente) pour la seule rai­son qu’elle maté­ria­lise une recon­nais­sance de dette.

                          Est-ce que tu me com­prends, Paul ?

                          Ça marche très bien comme ça : la mon­naie n’est pas mau­vaise (ou fausse, ou dif­fé­rente) pour la seule rai­son qu’elle maté­ria­lise une recon­nais­sance de dette.

                          _________

                          Les billets de banque appa­raissent d’ailleurs au bilan de la Banque Cen­trale émet­trice, en tant que dette, au pas­sif donc, à droite, à côté de ses autres dettes (dette publique, libre­ment trans­mis­sible, elle, grâce aux titres, billets de banque, pré­ci­sé­ment) ; exac­te­ment comme appa­raissent les pro­vi­sions des DAV au pas­sif du bilan des banques com­mer­ciales, pour maté­ria­li­ser la dette de la banque envers ses clients (dette pri­vée, libre­ment trans­mis­sible, elle aussi).

                          La mon­naie moderne, et même les billets de banque !, ce sont donc des titres (maté­ria­li­sés ou déma­té­ria­li­sés, peu importe) de recon­nais­sance dette, libre­ment trans­mis­sibles et recon­nus par tous.
                          Mais déci­dé­ment, je ne vois pas ce que cela a de gênant : c’est vrai­ment une idée géniale, cette mon­naie-dette, pour s’affranchir des limites maté­rielles de la pro­duc­tion de métal pré­cieux (qui n’a aucune rai­son, rai­son­na­ble­ment, d’être pro­por­tion­nelle aux besoins en mon­naie des humains du moment) et pour maté­ria­li­ser sim­ple­ment et de façon fiable une valeur, pour­vu que l’émetteur soit solide et hon­nête, c’est toute la question.

                          ______

                          Et si on réflé­chis­sait à une défi­ni­tion SOCIALE, utile, idéale, de la monnaie ?

                          Idéa­le­ment, même pour les pièces métal­liques, on pour­rait déci­der (col­lec­ti­ve­ment) que la mon­naie est une créance CIRCULANTE sur la col­lec­ti­vi­té qui per­met à son déten­teur DU MOMENT de s’approprier une frac­tion de la richesse nationale.

                          Ça serait écrit et orga­ni­sé dans la Consti­tu­tion, notre Constitution.

                          Et il res­te­rait à déci­der quel serait le bon émet­teur (public, bien sûr, et contrô­lé) pour cette mon­naie réap­pro­priée par les citoyens.

                          On n’a déci­dé­ment pas besoin que la dette soit due à des citoyens pri­vi­lé­giés, moyen­nant des inté­rêts rui­neux, alié­nants et non nécessaires.

                          Notre débat sur la mon­naie est loin d’être épuisé.

                          Ami­ca­le­ment.

                          Étienne.
                          ____________________

                          La pau­vre­té n’est pas une fata­li­té, c’est le résul­tat d’une politique.

                          ____________________

                            « Autre­ment dit, le fait d’imposer léga­le­ment à tous d’accepter un titre de dette (fiable : billet de banque ou mon­naie scrip­tu­rale de banque) comme mon­naie de paie­ment (le cours légal) ne retire rien, me semble-t-il, à la nature fon­da­men­tale de DETTE du titre choi­si et impo­sé à tous comme moyen de paiement. »

                            Il me semble le contraire. Si une mon­naie a cours légal, ce n’est plus une recon­nais­sance de dette car elle vaut par elle-même. On n’en attend aucun rem­bour­se­ment ou conver­ti­bi­li­té, sa valeur nomi­nale est certaine.

                            C’était par illu­sion que l’on a crû néces­saire d’appliquer un cours for­cé, à une époque où l’on pen­sait que la conver­ti­bi­li­té en or don­nait sa valeur a la mon­naie fidu­ciaire. En réa­li­té, si une mon­naie a cours légal, c’est déjà de l’or ou plu­tôt de l’argent. :)

                            Don­nez-moi des billets de banque ayant cours légal et je me fiche de savoir si cette sup­po­sée (par vous) dette sera rem­bour­sée ou trans­for­mée un jour en or. D’ailleurs, entre nous, vous n’y croyez pas vous-même. Refu­se­riez-vous un mil­lion d’euros en billets de banque sous pré­texte que l’Etat ne vous les échan­ge­ra jamais contre de l’or ? Non bien sûr. Ce n’est donc pas une recon­nais­sance de dette car lorsque vous avez une recon­nais­sance de dette en main, vous vous tra­cas­sez de savoir si elle sera rem­bour­sée. Car vous ris­quez sinon de ne pas pou­voir l’échanger contre des mar­chan­dises (si le ven­deur est lui aus­si au par­fum qu’elle ne sera jamais rem­bour­sée, sans quoi il se fait pigeon­ner).
                            Com­pre­nez-vous main­te­nant la dif­fé­rence entre une recon­nais­sance de dette et de l’argent ? L’une com­porte un risque de ne pou­voir être échan­gée (contre de l’argent ou des mar­chan­dises), pas l’autre (car il a cours légal, on ne peut vous refu­ser son échange contre des marchandises).

                             

                              Tant que les choses vont bien, consi­dé­rer que l’argent et la recon­nais­sance de dette c’est chou vert et vert chou, n’est pas une mau­vaise approxi­ma­tion : tout ça, après tout, n’est-ce pas « de la mon­naie » ?

                              Quand les choses vont mal, par contre, comme c’est le cas au sein d’une crise, la dif­fé­rence entre les deux devient mani­feste : l’argent vau­dra tou­jours son mon­tant nomi­nal, celui qui est ins­crit sur lui – même si son pou­voir d’achat effec­tif peut lui varier –, alors que la recon­nais­sance de dette vau­dra une somme sus­cep­tible de varier entre ce mon­tant nomi­nal et zéro. « L’argent, mode d’emploi » (Fayard 2009) pages 38–39.

                              Les mérites de « L’argent, mode d’emploi » sont éva­lués désor­mais en de nom­breux endroits et je ne par­ti­cipe évi­dem­ment pas à cette dis­cus­sion mais tous ceux qui s’intéressent aux ques­tions posées ici par Etienne Chouard, trou­ve­ront à ses ques­tions une réponse claire, sys­té­ma­tique et détaillée dans cet ouvrage.

                               

                                dis­cu­ter avec Etienne Chouard c’est perdre son temps ; c’est mettre le doigt dans son piège ;
                                il applique la méthode Colom­ba­ni ;
                                ce qu’il cherche, mal­gré les appa­rences, ce n’est pas d’avoir rai­son à tout prix ;

                                 

                                  Moi,

                                  Vous me dites : « Refu­se­riez-vous un mil­lion d’euros en billets de banque sous pré­texte que l’État ne vous les échan­ge­ra jamais contre de l’or ? Non bien sûr. »

                                  Évi­dem­ment, mais que prou­vez-vous là ?

                                  Vous pour­riez dire exac­te­ment la même chose avec une pro­vi­sion de DAV, n’est-ce pas ? (pour­quoi ne le faites-vous pas ?) : « Moi, refu­se­riez-vous l’inscription (par vire­ment, chèque ou CB) d’un mil­lion d’euros sur votre compte en banque sous pré­texte que cette nou­velle pro­vi­sion sur votre compte ne serait qu’une recon­nais­sance de dette contre la banque ? Non bien sûr. » (*)

                                  Pour­quoi non ? Parce que la banque est tel­le­ment forte que sa sol­va­bi­li­té n’est pas dou­teuse du tout (et ce n’est pas sérieux de pré­tendre le contraire, je trouve, même aujourd’hui ; en tout cas, prendre la situa­tion de crise actuelle comme réfé­rence pour com­prendre la mon­naie en géné­ral, c’est se trom­per de réfé­ren­tiel, assurément).

                                  ____

                                  Vous dites ensuite : « [le billet de banque] n’est donc pas une recon­nais­sance de dette car lorsque vous avez une recon­nais­sance de dette en main, vous vous tra­cas­sez de savoir si elle sera rem­bour­sée. »
                                  Mais non, jus­te­ment : quand l’émetteur de la dette est une INSTITUTION, l’incarnation de la FIABILITÉ, on n’a jus­te­ment aucune crainte sur le rem­bour­se­ment de la dette et le titre suf­fit à ins­pi­rer la confiance néces­saire à l’usage en monnaie.

                                  ____

                                  Vous dites enfin : « Com­pre­nez-vous main­te­nant la dif­fé­rence entre une recon­nais­sance de dette et de l’argent ? L’une com­porte un risque de ne pou­voir être échan­gée (contre de l’argent ou des mar­chan­dises), pas l’autre (car il a cours légal, on ne peut vous refu­ser son échange contre des marchandises). »

                                  Non : au contraire, la fia­bi­li­té des banques est deve­nue pra­ti­que­ment com­pa­rable à celle de l’État, ce qui leur a per­mis ce coup de force d’imposer leurs titres de dette comme moyen de paie­ment usuel, au point que l’essentiel de la mon­naie est aujourd’hui cette dette ban­caire. Ceci est un fait avé­ré, pas une hypo­thèse : de quoi est faite la masse moné­taire aujourd’hui ? Quels sont les signes moné­taires qui vous servent à échan­ger tous les jours ? À plus de 90%, ce sont les titres de dettes des banques pri­vées (la mon­naie scripturale).

                                  Et des pro­jets comme Monéo cherchent à faire pas­ser cette pro­por­tion à… 100% ! Les ban­quiers, eux, savent bien que leurs titres pri­vés de dette pri­vée servent de mon­naie quo­ti­dienne à tout le monde et qu’ils ont un immense avan­tage à géné­ra­li­ser ce sys­tème (aux dépens de l’intérêt général).

                                  _____

                                  Alors main­te­nant, si vous vou­lez évo­quer la légi­ti­mi­té poli­tique de cette situa­tion, nous allons sans doute (j’espère) nous retrou­ver côte à côte pour dénon­cer le contrôle pri­vé d’un outil éco­no­mique aus­si vital que l’air qu’on res­pire et qui devrait être un ser­vice public, hors de por­té de la cupi­di­té ordinaire.

                                  Autre­ment dit, il n’est pas nor­mal que les banques pri­vées puissent créer de simples titres de dettes trans­mis­sibles qui cir­culent ensuite comme si ces titres étaient « de l’argent ». Seule la puis­sance publique devrait pou­voir créer la mon­naie, et notez bien que cette mon­naie-dette publique, elle, pour­rait être (devrait être) de la mon­naie PERMANENTE (une dette vir­tuelle jamais rem­bour­sée, exac­te­ment comme la dette deve­nue vir­tuelle des billets actuels), et elle NE COÛTERAIT AUCUN INTÉRÊTS à la socié­té, j’attire votre atten­tion sur ce point déci­sif, c’est tout l’enjeu de la contro­verse. C’est pré­ci­sé­ment la dis­cus­sion qu’on a de plus en plus de mal à avoir ici, sur ce blog : il paraît qu’il n’y a pas de scan­dale ; cir­cu­lez, y a rien à voir :-).

                                  « Moi », vous dites : « ça ne se passe pas comme ça (sous-enten­du : ce serait mal si c’était le cas) » ; et moi je dis : « ça se passe comme ça (et c’est mal) »… Recon­nais­sez que nous ne sommes pas loin l’un de l’autre. Reste à savoir si les moyens de paie­ment ordi­naires SONT ou pas de la mon­naie. La réponse dépend de la défi­ni­tion que nous recon­nais­sons au mot mon­naie (et argent).

                                  ____

                                  Sur le plan concep­tuel, donc, de mon point de vue, il n’y a pas de dif­fé­rence fon­da­men­tale entre le billet de banque et la pro­vi­sion de DAV : les deux sont au départ une dette mais les deux sont sur­tout un titre trans­fé­rable (l’un maté­riel, l’autre pas) qui sert plu­sieurs fois sans pen­ser à la dette ori­gi­nelle : le billet de banque est plus ancien et a fina­le­ment reçu de ren­fort de l’État (avec le cours légal et le cours for­cé) ; il vous ins­pire donc plus de confiance. Mais il est facile d’imaginer la même évo­lu­tion pour la mon­naie ban­caire pri­vée : il est sans doute pré­vu qu’on va s’habituer et plus tard, quand l’État appor­te­ra son ren­fort en don­nant aux pro­vi­sions de DAV cours légal et cours for­cé (je ne sou­haite pas), ces pro­vi­sions devien­dront à leur tour cet « argent » que vous ne recon­nais­sez aujourd’hui, « Moi », que dans les billets et les pièces. Mais, de fait, ces pro­vi­sions de DAV sont déjà « de l’argent », puisqu’on s’en sert tous les jours exac­te­ment de la même façon que les billets, EN PLUS des billets.

                                  En tout cas, actuel­le­ment, du point de vue de la masse moné­taire, il n’y a (mal­heu­reu­se­ment) pas de dif­fé­rence fon­da­men­tale entre les billets et les pro­vi­sions de DAV.

                                  Ami­ca­le­ment.

                                  Étienne.
                                  __________________

                                  (*) Ne pas confondre la pro­vi­sion et le chèque qui, lui, peut être « sans pro­vi­sion », et donc sans valeur. Mais là, on change de sujet et il fau­drait com­pa­rer les chèques sans pro­vi­sion avec les faux billets de banque.

                                   

                                  1. PJPaul Jorion dit :
                                    31 décembre 2009 à 12:02

                                  … il n’est pas nor­mal que les banques pri­vées puissent créer de simples titres de dettes trans­mis­sibles qui cir­culent ensuite comme si ces titres étaient « de l’argent ».

                                  Etienne, pour­quoi n’est-ce pas nor­mal ? On peut le faire entre nous : je peux te prê­ter de l’argent et toi me don­ner une recon­nais­sance de dette en échange, et cette recon­nais­sance de dette ne sera pas de l’argent mais ce sera une mar­chan­dise et ça aura du coup un prix. Pour­quoi ce qui serait nor­mal entre nous ne le serait pas dès qu’il s’agit d’une banque commerciale ?

                                  Le scan­dale n’est plus la « créa­tion moné­taire ex nihi­lo par les banques com­mer­ciales » auquel tu n’as plus l’air de croire puisque tu nous dis main­te­nant « peu importe que l’argent soit créé par la banque cen­trale » mais c’est deve­nu sou­dain que l’État paie des inté­rêts sur sa dette. Ça n’a aucun rapport !

                                   

                                  L’impression qui se dégage – et je ne parle pas sim­ple­ment de la mienne : regarde les autres com­men­taires –, c’est que tu as besoin d’un « scan­dale quel­conque » et que n’importe lequel fera l’affaire et si celui-ci ne marche plus on en trou­ve­ra bien un autre. Atten­tion, cer­tains me disent – et tu les vois : « Don’t feed the troll ! »

                                    Ce n’est pas nor­mal parce qu’elles en créent TROP

                                    Paul,

                                    Nous y voi­là : tu trouves ça normal.

                                    Et tu me demandes pour­quoi ce ne serait pas normal.

                                    *********************************************

                                    Pour­quoi ce n’est pas nor­mal que les banques pri­vées puissent créer de simples titres de dettes trans­mis­sibles qui cir­culent ensuite comme si ces titres étaient « de l’argent » ?

                                     Parce qu’elles en créent tou­jours TROP, Paul,

                                    ••parce qu’elles pré­lèvent au pas­sage sur la col­lec­ti­vi­té un INTÉRÊT rui­neux, indu et non nécessaire,

                                    •••et, sur­tout, parce que ça finit TOUJOURS en CRISE GÉNÉRALE.

                                    *********************************************

                                    Comme PREUVE, je te ren­voie aux tra­vaux déci­sifs et convain­cants de Clé­ment Juglar, ceux avec les­quelles tu pré­tends être en « iden­ti­té par­faite » d’ailleurs, et dont tu as pour­tant sug­gé­ré (sans répondre ou rebon­dir sur le fond) que je n’en par­lais que pour ali­men­ter un scan­dale prédéfini…

                                    *********************************************

                                    LA cause pos­si­ble­ment déci­sive de toutes les crises géné­rales à répé­ti­tion, ça suf­fit, comme rai­son, non ?

                                    __

                                    Et comme moti­va­tion pour se don­ner de la peine, ça suf­fit aus­si, n’est-ce pas ?

                                    _____

                                    Accu­ser de trol­lisme un des der­niers qui passe ici des (cen­taines d’) heures à argu­men­ter et docu­men­ter ses rai­son­ne­ments du mieux qu’il peut sur la créa­tion moné­taire pri­vée et ses fausses limites, l’accuser de trol­lisme (de mal­veillance facile, en d’autres termes) sur les conseils d’un gro­gnon qui, pro­ba­ble­ment faute de tra­vail sur la ques­tion, ne pré­sente lui-même aucun argu­ment de fond et se contente de condam­ner à la hâte une per­sonne « qu’il n’aime pas » en mul­ti­pliant les pro­cès d’intention expé­di­tifs et mal­veillants, c’est vrai­ment le monde à l’envers.

                                    Le monde à l’envers.

                                    Les vrais trolls, ici comme ailleurs, font tout (à moindre frais, par calom­nie ordi­naire) pour désor­ga­ni­ser les débats qui pour­raient mettre au jour les vrais pro­blèmes. C’est ça qui les fait jouir, sans doute, ou c’est leur bou­lot, peut-être. Parce que, objec­ti­ve­ment, ces trolls anti-débat sont bien utiles à cer­tains, dont on peut faci­le­ment devi­ner qu’ils espèrent qu’on arrête de par­ler publi­que­ment de la créa­tion moné­taire pri­vée. Cir­cu­lez, on vous dit…

                                    Si c’est eux que tu écoutes, Paul (il est vrai qu’ils te flattent, jamais un reproche, que des louanges, et que ce n’est sûre­ment pas simple pour toi d’accorder du cré­dit à ceux qui te cri­tiquent par­fois opi­niâ­tre­ment), tu n’auras plus dans ton salon que des gens d’accord avec toi, les autres auront fui. Je crois que ce serait une erreur et que tu ne pro­gres­se­rais plus si tu n’étais plus entou­ré que de cour­ti­sans.

                                    —–

                                    Aux lec­teurs du blog qui pour­raient se sen­tir bles­sés par cette der­nière phrase, il ne faut pas la prendre en mau­vaise part : je ne dis évi­dem­ment pas que ceux qui aiment Paul sont des cour­ti­sans (j’aime moi-même lire Paul sur plein de sujets), je dis que c’est pro­blé­ma­tique de n’être jamais vrai­ment cri­ti­qué : il ne faut pas se débar­ras­ser de (cen­su­rer ou chas­ser) nos contra­dic­teurs obs­ti­nés (j’ai le même pro­blème chez moi, par­fois), car ce sont pré­ci­sé­ment les contra­dic­teurs qui nous font le plus progresser.

                                    —–

                                    Tu as l’impression que je cherche un scan­dale à tout prix, n’importe quel scan­dale, dis-tu… Tu te trompes. Peux-tu l’imaginer ? Car, depuis le début, je suis sur le même pro­blème (assez cho­quant, il faut le recon­naître) : à mon avis, les maîtres de la mon­naie sont lar­ge­ment des per­sonnes pri­vées qui se sont mises pour l’essentiel (grâce à des ins­ti­tu­tions iniques et illé­gi­times) hors de por­tée de tout contrôle poli­tique. Je n’ai pas chan­gé fon­da­men­ta­le­ment d’avis (pour l’instant), même si nos riches et sti­mu­lants échanges me conduisent à voir de façon plus pré­cise où sont les pro­blèmes essen­tiels. Mais rien (sauf un pro­cès d’intention chi­mi­que­ment pur) ne te per­met d’être sûr des rai­sons (intimes) pour les­quelles je travaille.

                                    Le plus simple, tu sais, c’est de te repré­sen­ter que j’attache beau­coup d’importance à l’organisation du monde com­mun (c’est fré­quent chez les humains, zoon poli­ti­kon), que je suis sen­sible à l’injustice (aux abus de pou­voir) et au mal­heur des faibles (j’ai peut-être trop d’empathie), et sur­tout que j’ai bien repé­ré que la maî­trise de la mon­naie par des ins­ti­tuions impar­tiales est une clef déci­sive pour orga­ni­ser un monde com­mun juste et paci­fié. Pas besoin de m’imaginer en para­noïaque scan­da­lo­phile pour me comprendre.

                                    Par contre, tu dois bien sen­tir toi-même que, depuis que tu me vois en scan­da­lo­phile, depuis que tu ne lis plus dans mes lignes que ce que ni n’est PAS dans mes lignes, tu n’arrives plus à me lire, Paul : l’exemple récent de Clé­ment Juglar le montre clai­re­ment : ces tra­vaux de Juglar sont une bombe pour notre débat sur la mon­naie, un élé­ment de preuve rare, nou­veau et inté­res­sant, à la fois pour tes tra­vaux sur la mon­naie, mais aus­si pour tes tra­vaux sur les causes des crises (pas­sées, pré­sente et à venir). Et au lieu de rebon­dir, d’approfondir, de contre­dire… tu me lances, sans par­ler sérieu­se­ment du fond, une pique ad homi­nem, expé­di­tive et bles­sante, qui sug­gère que tout ça est sans impor­tance parce que je suis de mau­vaise foi (« je dis ça, selon toi, uni­que­ment parce que je pense autre chose… »)… Mais qui est de mau­vaise foi, en l’occurrence ?

                                    Tu nous disais que notre débat avait besoin d’éléments nou­veaux, que ceux-ci étaient bien­ve­nus parce que tu refuses de tour­ner en rond. Soit. Mais alors, pour­quoi tiens-tu Clé­ment Juglar à l’écart de notre débat, alors qu’on n’a JAMAIS par­lé ici de cet auteur aupa­ra­vant (depuis deux ans) et qu’il apporte des don­nées sta­tis­tiques nom­breuses et pré­cises, des élé­ments nou­veaux, rigou­reux, fiables, uni­voques, qui PROUVENT le lien SYSTÉMATIQUE entre la créa­tion moné­taire exa­gé­rée de la part des banques et les crises com­mer­ciales ? Pour­quoi ne veux-tu pas en par­ler, Paul ?

                                    Puisqu’on se décrit nos impres­sions mutuelles, peut-être fausses toutes les deux, tu donnes l’impression, de ton côté, ces temps-ci, de vou­loir à tout prix qu’il n’y ait aucun scan­dale. C’est étrange.

                                    Pour­quoi ne pas étu­dier la thèse de Juglar qui conseille pré­ci­sé­ment d’encadrer le cré­dit ban­caire pour évi­ter les crises cycliques ? Pour­quoi ne pré­co­nises-tu aucune mesure qui limite le pou­voir des banques ?

                                    Dans ton tra­vail sur la mon­naie, tu t’es arrê­té en cours de route, tous freins bloqués.

                                    Pour­quoi ?

                                    Je crois encore que nous pou­vons nous aider mutuel­le­ment à progresser.

                                    Ami­ca­le­ment.

                                    Étienne.
                                    ____________

                                    Sans la liber­té de blâ­mer, il n’est point d’éloge flat­teur.
                                    ____________

                                    PS : je te relis et je remarque que tu m’as dit : « Le scan­dale n’est plus la « créa­tion moné­taire ex nihi­lo par les banques com­mer­ciales » auquel tu n’as plus l’air de croire puisque tu nous dis main­te­nant « peu importe que l’argent soit créé par la banque cen­trale » mais c’est deve­nu sou­dain que l’État paie des inté­rêts sur sa dette. Ça n’a aucun rap­port ! » …

                                    Com­ment ça, « aucun rapport » ?!

                                    Soyons pré­cis : j’ai renon­cé à l’expression « ex nihi­lo » (dont je n’ai pas besoin pour réflé­chir et qui est un point de fixa­tion inop­por­tun, un détail mon­té en épingle qui détourne l’attention de l’essentiel), mais je n’ai évi­dem­ment pas mis les banques pri­vées hors de cause dans l’inflation du cré­dit, et donc de mon­naie, qui pré­cède toute les crises.

                                    Les banques pri­vées sont bel et bien, aujourd’hui, le moteur prin­ci­pal de l’expansion folle du cré­dit et de la mon­naie scrip­tu­rale mal répartie.

                                    Avec la com­pli­ci­té active des Banques Cen­trales, qui refi­nancent qua­si­ment sans limite, et l’aide d’une régle­men­ta­tion de moins en moins contrai­gnante en réa­li­té, c’est ça qui est res­sor­ti de nos échanges et c’est un pro­grès dans la com­pré­hen­sion. OK.

                                    Tu relies notre (déjà ancienne) conces­sion sur l’expression « ex nihi­lo » à l’autre sujet qu’est la charge d’intérêts impo­sée par l’art. 104 (charge infi­ni­ment lourde, il faut le com­prendre, au point d’aliéner les États, c’est dingue), et tu ne vois pas le rap­port : mais, si l’État paie des inté­rêts aux agents pri­vés à qui il s’est lui-même obli­gé d’emprunter (loi de 1973 en France, puis, art. 104 de Maas­tricht, deve­nu l’art. 123 du Trai­té de Lis­bonne), prin­ci­pa­le­ment des banques, d’ailleurs, C’EST BIEN PARCE QU’IL A RENONCÉ À CRÉER LUI-MÊME L’ARGENT DONT IL A BESOIN, NON ?

                                    Ce scan­dale-là, et c’en est un beau, perdure.

                                    Le nie­rais-tu ?

                                    Si oui, je serais très inté­res­sé par la jus­ti­fi­ca­tion, éco­no­mique et poli­tique, que tu pro­po­se­rais de cet art. 123.

                                    Je te signale que ça fait main­te­nant des années que je dénonce l’art. 104 de Maas­tricht : ce n’est pas pour moi, comme tu dis, un nou­veau scan­dale qui en rem­place un autre dans ma bagarre : c’est un scan­dale qui me révolte depuis long­temps, en plus des autres.

                                    Il y a deux ans, je dénon­çais (avec Mau­rice Allais) « le fait que les banques com­mer­ciales pri­vées créent qua­si­ment libre­ment de la mon­naie pri­vée parce que c’est rui­neux en inté­rêts et parce que ça crée trop de pou­voir d’achat fic­tif et une spé­cu­la­tion dérai­son­nable qui finit tou­jours en crises (les arbres ne montent pas jusqu’au ciel rap­pe­lait Mau­rice) ».

                                    À force de débattre et de lire, je m’aperçois que ce pri­vi­lège exor­bi­tant est bel et bien injus­ti­fiable, évi­dem­ment, mais que « le plus grave, ce sur quoi il faut concen­trer son atten­tion prio­ri­taire, c’est qu’il y ait beau­coup trop de mon­naie » (quel que soit son créa­teur, et c’est là que je lâche du lest parce que je vou­drais qu’on avance sur l’essentiel), « excès de mon­naie qui conduit tou­jours à la ruine après l’euphorie, et que, donc, peu importe qui crée cette mon­naie expan­sive fina­le­ment, pour­vu qu’on encadre ce cré­dit et la créa­tion moné­taire qui va avec ».

                                    Le rap­port me semble évident : on parle tou­jours de la créa­tion moné­taire, on parle tou­jours du sys­tème ban­caire, on met de côté (tem­po­rai­re­ment, pour ne pas tour­ner à la fois en rond et à côté du pro­blème essen­tiel) la contro­verse « sont-ce les bc ou les BC qui créent la mon­naie », ou plu­tôt on n’utilise plus, sur­tout plus jamais, le mot « ex nihi­lo » (puisque c’est un mot appa­rem­ment mau­dit pour cer­tains ; moi, je dirais sim­ple­ment qu’il est ambi­gu, et donc pos­si­ble­ment trom­peur, donc pas bon, mais je m’en fiche puisque j’ai plein de mots à mettre à la place), et on se concentre sur « com­ment reprendre le contrôle du cré­dit-créa­tion moné­taire pour évi­ter la pro­chaine catas­trophe ».

                                    Évi­ter la pro­chaine catas­trophe, c’est un rap­port sub­stan­tiel, entre toutes ces contro­verses, non ?

                                    Enfin, pour moi, c’est le lien logique qui unit toutes ces problématiques.

                                    Étienne.

                                     

                                    1. PJPaul Jorion dit :
                                      31 décembre 2009 à 18:05

                                    Etienne,

                                    Lors d’une de tes inter­ven­tions pré­cé­dentes, j’avais pen­sé te dire que tu tour­nais autour du pot, qu’il y avait semble-t-il autre chose : quelque chose de plus impor­tant dont tu pré­fères ne pas par­ler. Cela n’a donc pas été néces­saire puisque dans ton plus récent mes­sage tu parles ouver­te­ment de cette moti­va­tion secrète. Je te cite [les carac­tères gras sont les tiens] :

                                     

                                    Tu as l’impression que je cherche un scan­dale à tout prix, n’importe quel scan­dale, dis-tu… Tu te trompes. Peux-tu l’imaginer ? Car, depuis le début, je suis sur le même pro­blème (assez cho­quant, il faut le recon­naître) : à mon avis, les maîtres de la mon­naie sont lar­ge­ment des per­sonnes pri­vées qui se sont mises pour l’essentiel (grâce à des ins­ti­tu­tions iniques et illé­gi­times) hors de por­tée de tout contrôle poli­tique. Je n’ai pas chan­gé fon­da­men­ta­le­ment d’avis (pour l’instant), même si nos riches et sti­mu­lants échanges me conduisent à voir de façon plus pré­cise où sont les pro­blèmes essen­tiels. Mais rien (sauf un pro­cès d’intention chi­mi­que­ment pur) ne te per­met d’être sûr des rai­sons (intimes) pour les­quelles je travaille.

                                    Mer­ci de tant de fran­chise : ce ne sont donc pas des ins­ti­tu­tions que tu vises, ni des pro­blèmes par­ti­cu­liers que tu cherches à résoudre, mais des indi­vi­dus spé­ci­fiques que tu traques. Je com­prends main­te­nant pour­quoi un ou plu­sieurs scan­dales te sont à ce point néces­saires : ils font par­tie de l’« ins­truc­tion du cas » et ceci explique, comme je te le disais tout à l’heure, « L’impression qui se dégage – et je ne parle pas sim­ple­ment de la mienne : regarde les autres com­men­taires –, c’est que tu as besoin d’un « scan­dale quel­conque » et que n’importe lequel fera l’affaire et si celui-ci ne marche plus on en trou­ve­ra bien un autre. »

                                    Comme tu le sais sans doute, mon blog est fon­dé sur une com­plète trans­pa­rence et, à moins que tu ne nous dises dans ta pro­chaine inter­ven­tion qui sont ces « maîtres de la mon­naie », ces « per­sonnes pri­vées qui se sont mises pour l’essentiel (grâce à des ins­ti­tu­tions iniques et illé­gi­times) hors de por­tée de tout contrôle poli­tique », il ne me sera mal­heu­reu­se­ment plus pos­sible d’accueillir ici tes inter­ven­tions. Je suis sûr que tu me com­pren­dras : les blogs qui pour­suivent des buts comme le tien ne peuvent mal­heu­reu­se­ment se consa­crer à rien d’autre.

                                     

                                      - Des noms ! Des noms ! récla­mait la foule furieuse.

                                      - Mais quels noms, voyons ? Per­sonne n’est res­pon­sable en par­ti­cu­lier, bien sûr.

                                      - …
                                      ________

                                      Paul,

                                      D’accord, je vais te don­ner des noms.

                                      Sans cela, tu aurais l’impression de lais­ser pla­ner de vagues accu­sa­tions para­noïdes, indigne de ton site, et d’engager ta res­pon­sa­bi­li­té, en quelque sorte.

                                      Je com­prends, tu as raison.

                                      Je don­ne­rai des noms, donc, mais des noms d’institutions, plu­tôt que des noms de per­sonnes, puisque je ne vise per­sonne en par­ti­cu­lier, bien sûr.

                                      Depuis que tu me lis, atten­ti­ve­ment je l’ai com­pris, tu sais que je compte seule­ment sur de bonnes ins­ti­tu­tions pour impo­ser la ver­tu aux acteurs, sachant bien que chaque homme recèle en lui à la fois le pire et le meilleur et qu’il est tout à fait illu­soire de comp­ter sur les hommes seuls pour res­ter ver­tueux une fois au pouvoir.

                                      Ce que je viens d’écrire est essen­tiel, pour moi.

                                      Il est donc ques­tion ici du pou­voir moné­taire ; et les ins­ti­tu­tions de la Répu­blique peuvent confier ce pou­voir moné­taire, soit à des mains publiques, sous contrôle ser­ré, soit à des mains pri­vées, sous contrôle… moins ser­ré. Et je dénon­çais dans mon mes­sage de l’après-midi le fait que ce pou­voir moné­taire soit lar­ge­ment pas­sé entre des mains privées.

                                      D’où mon expres­sion « les maîtres de la mon­naie », car il est clair, dans mon esprit, que la mon­naie ne se maî­trise pas toute seule… et qu’il y a bien des humains char­nus aux manettes, n’est-ce pas : par la force des choses, il faut que la mon­naie ait des maîtres.

                                      Qui sont donc ces humains ? Des fonc­tion­naires au ser­vice de l’État et agis­sant pour le bien public sous le contrôle vigi­lant des par­le­men­taires de la Répu­blique ? Que nen­ni, ce me semble (mais tu me contre­di­ras si je me trompe) :

                                      • On peut com­men­cer par inter­ro­ger les États-Unis : qui mène la barque de la créa­tion moné­taire aux États-Unis ? La FED ? Bon, admet­tons : « Fede­ral Reserve », ça sonne comme le nom d’un ser­vice public, fédé­ral c’est rassurant.

                                      À qui appar­tient la FED ? (puisque ce sont sou­vent les pro­prié­taires qui ont le pou­voir en ce bas monde ; pas tou­jours cepen­dant, on le ver­ra avec la BCE). À qui ? Ben, on ne sait pas vrai­ment. On a essayé de le savoir, sur ce blog, mais on s’est fait assez vite rap­pe­ler à l’ordre : pas touche, ça craint. Bon, mais on sait quand même que ce sont TOUS DES BANQUES PRIVÉES, n’est-ce pas ?

                                      Donc, sans exa­gé­ra­tion, sans défor­ma­tion, sans « tra­quer » per­sonne, on peut dire tran­quille­ment : « la créa­tion moné­taire amé­ri­caine est lar­ge­ment maî­tri­sée par des mains pri­vées, des mains disons… privilégiées. »

                                      Les­quelles, me demandes-tu alors ? Mais je n’en sais fichtre rien. Est-ce ce qu’on peut le savoir, d’ailleurs ? Pas sûr. Mais sur­tout : est-ce que c’est impor­tant de savoir qui sont ces gens, per­son­nel­le­ment ? Je ne le crois pas. Ce qui est grave (scan­da­leux peut-être ?), par contre, c’est que ce soit des per­sonnes pri­vées qui maî­trisent la FED et donc la créa­tion moné­taire américaine.

                                      Non ?

                                      Et ça, c’est typi­que­ment un pro­blème d’institutions, à mon avis. Un pro­blème qui pour­rait se régler sans avoir à don­ner un seul nom de per­sonne, sans avoir à dési­gner le moindre « cou­pable » à la vin­dicte popu­laire. Il suf­fit de réflé­chir à de bonnes ins­ti­tu­tions pour la créa­tion moné­taire ; je ne demande que ça : juste un pro­ces­sus consti­tuant honnête.

                                      Trouves-tu, Paul, que ce soit là une posi­tion indé­fen­dable ? Révol­tante ? Au point de me chas­ser de chez toi comme un mal­propre ? Ce serait un peu… dis­pro­por­tion­né, non ?

                                      • Pre­nons main­te­nant le cas de l’Europe. La BCE est un groupe de banques cen­trales, sou­vent publiques peut-être, pas tou­jours mais admet­tons. Ah ! Alors là, c’est dif­fé­rent : on ne peut pas par­ler de maîtres de la mon­naie qui seraient des per­sonnes pri­vées, puisque les BC sont publiques…

                                      Atten­dez un ins­tant : l’institution nom­mée BCE a été dotée d’un sta­tut qui met sa poli­tique moné­taire tota­le­ment en dehors du champ d’influence des acteurs poli­tiques que les peuples ont élus. Aucun res­pon­sable poli­tique ne peut aller mettre son nez dans la poli­tique moné­taire européenne.

                                      Tiens ?

                                      Certes, ce n’est pas orga­ni­sé comme la FED, mais ça craint quand même un peu, non ?

                                      Ici, dans l’Union euro­péenne, le croi­riez-vous, les pro­prié­taires des BC ne font pas la loi moné­taire. Ils se sont expro­priés eux-mêmes, ou plu­tôt, ils se sont pri­vés eux-mêmes de tout pou­voir de chan­ger une poli­tique moné­taire don­née, fixée une fois pour toute au plus haut niveau du droit. Il ne leur reste aucun droit en la matière, AUCUN ; même pas le droit d’imposer une simple ren­contre avec le gou­ver­neur de la BCE, pas la moindre pres­sion on vous dit.

                                      Ah ?

                                      C’est très inté­res­sant… Et quelle poli­tique moné­taire a été ain­si ins­ti­tu­tion­na­li­sée, figée, impo­sée, avant d’être mise radi­ca­le­ment hors contrôle ? (prendre un ton solen­nel SVP…) Une poli­tique de lutte rigou­reuse CONTRE L’INFLATION, ET C’EST TOUT (et puis pas touche).

                                      Tou­jours l’inflation ?

                                      Oui, tou­jours.

                                      À jamais ?

                                      À jamais.

                                      Comme c’est étrange…

                                      Mais, Fitous­si (qui n’est pas pré­ci­sé­ment un extré­miste ni un incom­pé­tent) nous a pour­tant expli­qué que tous les ban­quiers cen­traux du monde savent qu’une telle poli­tique orien­tée contre l’inflation se paye TOUJOURS en chô­mage de masse pour les plus fragiles.

                                      Tiens, tiens…

                                      Ça, c’est curieux (mais c’est peut-être une coïn­ci­dence) : le chô­mage de masse ain­si consti­tu­tion­na­li­sé ad vitam aeter­nam pour les peuples euro­péens (à qui on ne le dit pas, bien sûr) est la meilleure tenaille connue pour rendre bien docile les fortes têtes et contraindre les sala­riés à accep­ter les plus bas salaires.

                                      Tiens ?

                                      Par ailleurs, une poli­tique moné­taire axée contre l’inflation favo­rise for­te­ment ceux qui ne tra­vaillent pas et qui ne vivent que d’un magot (magot qui fond lit­té­ra­le­ment en période d’inflation). Et il n’y a pas que les petits retrai­tés qui soient dans ce cas, évi­dem­ment. Double consé­quence donc, avec une poli­tique moné­taire anti-infla­tion : on fait mar­ner les tra­vailleurs pour pas cher et on pro­tège le magot de ceux qui ne tra­vaillent pas…

                                      Ces ins­ti­tu­tions euro­péennes, au moyen d’une poli­tique moné­taire anti-infla­tion gra­vée dans le marbre, favo­risent donc dura­ble­ment (éter­nel­le­ment même si on ne fait pas la révo­lu­tion) et à double titre le même genre d’acteurs que ceux qui dirigent la poli­tique moné­taire américaine…

                                      Mais com­ment ont-ils fait (ceux qui y gagnent quelque chose, ils doivent bien exis­ter n’est-ce pas ; je n’ai pas de noms, déso­lé) ? Ce sont les Euro­péens qui les ont vou­lues, ces ins­ti­tu­tions contraires à l’intérêt du plus grand nombre ? Pas du tout. Presque aucun peuple d’Europe n’a été direc­te­ment consul­té et quand cer­tains l’ont été, ces peuples ont sou­vent dit Non… Mais ça ne fait rien : on leur a impo­sé quand même ces ins­ti­tu­tions (moné­taires mais pas seule­ment) d’une façon ou d’une autre.

                                      Vous avez pen­sé « ILLÉGITIMES », si je vous ai vu le penser !

                                      Se pour­rait-il alors que les ins­ti­tu­tions euro­péennes soient à la fois volon­tai­re­ment anti­dé­mo­cra­tiques (avec des élus clai­re­ment sans pou­voirs et des pou­voirs clai­re­ment non élus) et volon­tai­re­ment anti­so­ciales (avec un chô­mage ins­ti­tu­tion­na­li­sé à tous les niveaux) ? Mais alors, sans exa­gé­ra­tion aucune, à bon droit, on pour­rait dire que ces ins­ti­tu­tions seraient… INIQUES ?

                                      J’ai trou­vé une expli­ca­tion plau­sible à cette catas­trophe sociale, en allant voir du côté des AUTEURS de ces ins­ti­tu­tions, mais c’est une autre histoire.

                                      Je ne sais pas, Paul, mais si tu vois dans cette réflexion une ten­dance para­noïde à voir « des scan­dales par­tout », sans fon­de­ment réel, juste pour faire mala­di­ve­ment « la traque » de cibles « phy­siques » inno­centes, tu as de la pous­sière sur les lunettes.

                                      • Je pour­rais conti­nuer avec la Banque d’Angleterre qui fait sem­blant avec son nom trom­peur d’être publique, alors qu’elle était pri­vée jusqu’aux natio­na­li­sa­tions d’après guerre et qu’elle est rede­ve­nue, elle aus­si, indé­pen­dante du gou­ver­ne­ment en 1997, oui oui, INDÉPENDANTE ; c’est mer­veilleux, non ?

                                      ———

                                      Mais ce n’est pas la peine d’être plus long, je le suis déjà trop : par­tout dans le monde, en fait, et depuis long­temps, la créa­tion et la ges­tion de la mon­naie ont été reti­rées aux res­pon­sables poli­tiques (ou aban­don­nées par eux sans débat public) pour être confiées, plus ou moins subrep­ti­ce­ment, à des acteurs pri­vés (dont l’intérêt par­ti­cu­lier ne se confond pas exac­te­ment avec l’intérêt géné­ral, faut-il le démontrer ?).

                                      Ça pose toute une série de vrais petits pro­blèmes, Paul, non ?

                                      Alors oui, pour conclure, quand je dis : « À mon avis, les maîtres de la mon­naie sont lar­ge­ment des per­sonnes pri­vées [ai-je tort ?] qui se sont mises pour l’essentiel [tu vois, je nuance](grâce à des ins­ti­tu­tions iniques et illé­gi­times[tu les trouves justes et légi­times, peut-être ?]) hors de por­tée de tout contrôle poli­tique [c’est sim­ple­ment la véri­té toute nue !]« , j’ai l’impression de résu­mer une véri­té déplo­rable, mais une véri­té quand même.

                                      Pas de quoi fouet­ter un chat.

                                      ————

                                      Est-ce que la com­plète trans­pa­rence sur laquelle se fonde ton blog se satis­fait de cette réponse cir­cons­tan­ciée et apaisée ?

                                      ————

                                      Bour­reau, encore une minute s’il vous plaît.

                                      Étienne.
                                      ___________________

                                      « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, celle des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de la gagner. »
                                      War­ren Buf­fett, pre­mière for­tune mon­diale en 2008.

                                      Documents divers

                                      Sites sur le sujet

                                      Les articles du blog sur la monnaie

                                      Lisez Silvio Gesell, c’est bouleversant  : son livre, « L’ORDRE ÉCONOMIQUE NATUREL : SOL FRANC ET MONNAIE FRANCHE » (1911), vous montrera des pistes institutionnelles formidables pour imaginer —et préparer— un monde meilleur, rendant naturelles la prospérité, la justice et la paix.

                                      Lisez Silvio Gesell, c’est bouleversant : son livre, « L’ORDRE ÉCONOMIQUE NATUREL : SOL FRANC ET MONNAIE FRANCHE » (1911), vous montrera des pistes institutionnelles formidables pour imaginer —et préparer— un monde meilleur, rendant naturelles la prospérité, la justice et la paix.

                                      Chers amis, Il y a des années et des années que je vous parle de Sil­vio Gesell et de son livre enthou­sias­mant : L’ORDRE ÉCONOMIQUE NATUREL. Ce livre, qui a ins­pi­ré les plus grands auteurs (Keynes et bien d’autres), vous mon­tre­ra des pistes institutionnelles…

                                      lire plus
                                      Il faut soigner les malades et pas enfermer les gens en bonne santé. Le gouvernement continue à détruire l’hôpital en douce, en pleine crise, c’est ça la réalité.

                                      Il faut soigner les malades et pas enfermer les gens en bonne santé. Le gouvernement continue à détruire l’hôpital en douce, en pleine crise, c’est ça la réalité.

                                      Le gou­ver­ne­ment conti­nue à détruire l’hô­pi­tal en douce, en pleine crise, c’est ça la réa­li­té. PAR CONSÉQUENCE DIRECTE DE CET ASSASSINAT DE L’OUTIL PUBLIC DE SOINS, l’hô­pi­tal ne peut plus faire face à la moindre épi­dé­mie (de COVID ou de n’im­porte quelle autre épidémie…

                                      lire plus
                                      Avec une vraie constitution, les criminels qui suppriment les lits d’hôpitaux (et détruisent tous les services publics) depuis 40 ans rendraient des comptes au peuple et seraient punis.  Au lieu de ça, l’impunité des fripouilles est totale.  Notre « constitution » est un fake.

                                      Avec une vraie constitution, les criminels qui suppriment les lits d’hôpitaux (et détruisent tous les services publics) depuis 40 ans rendraient des comptes au peuple et seraient punis. Au lieu de ça, l’impunité des fripouilles est totale. Notre « constitution » est un fake.

                                      Avec une vraie consti­tu­tion, les cri­mi­nels qui sup­priment les lits d’ho­pi­taux (et détruisent tous les ser­vices publics) depuis 40 ans ren­draient des comptes au peuple et seraient punis. Au lieu de ça, l’im­pu­ni­té des fri­pouilles est totale. Notre « consti­tu­tion » est un…

                                      lire plus

                                      Étienne Chouard inédit – Bonus du DVD LA DETTE non-censuré

                                      En jan­vier 2012, il y a deux ans, je vous avais signa­lé (sur le blog) un film qui allait sor­tir, inti­tu­lé « LA DETTE », pour lequel les réa­li­sa­teurs étaient pas­sés à la mai­son (durant l’é­té 2011) pour évo­quer les enjeux et les méca­nismes de la créa­tion moné­taire et de la dette publique. Ce film a d’a­bord tour­né dans les réseaux mili­tants, avec suc­cès. Après un an, en 2013, il a été déci­dé de dis­tri­buer le film LA DETTE en salle, comme les vrais films. Mais à cette occa­sion, sans doute par peur des calom­nies des tali­ban­ti­fas, « on » a reti­ré tous les pas­sages du père Chouard…

                                      lire plus
                                      CRISE SANITAIRE-ÉCONOMIQUE-DÉMOCRATIQUE / CRÉATION MONÉTAIRE – Entretien avec É. CHOUARD & Charles-Henri GALLOIS

                                      CRISE SANITAIRE-ÉCONOMIQUE-DÉMOCRATIQUE / CRÉATION MONÉTAIRE – Entretien avec É. CHOUARD & Charles-Henri GALLOIS

                                      J’aime bien Charles-Hen­ri Gal­lois, il vient d’é­crire un bon bou­quin sur la pré­ten­due « Union euro­péenne », je vous le recom­mande. https://​www​.fauves​-edi​tions​.fr/​i​n​d​e​x​.​a​s​p​?​n​a​v​i​g​=​c​a​t​a​l​o​g​u​e​&​o​b​j​=​l​i​v​r​e​&​n​o​=​150 Nous nous sommes un peu par­lé, il y a deux jours, à propos…

                                      lire plus
                                      Rendez-vous vendredi 13 mars à Annemasse :) DÉMOCRATIE ET MONNAIE LOCALE

                                      Rendez-vous vendredi 13 mars à Annemasse 🙂 DÉMOCRATIE ET MONNAIE LOCALE

                                      La page Face­book de la ren­contre : https://​www​.face​book​.com/​e​v​e​n​t​s​/​2​3​4​6​9​1​4​2​0​8​9​8​4​44/ Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​7​9​8​7​6​9​3​5​5​7​317

                                      lire plus