Il faut soigner les malades et pas enfermer les gens en bonne santé. Le gouvernement continue à détruire l’hôpital en douce, en pleine crise, c’est ça la réalité.

27/03/2021 | 3 commentaires

Le gou­ver­ne­ment conti­nue à détruire l’hô­pi­tal en douce, en pleine crise, c’est ça la réalité. 

PAR CONSÉQUENCE DIRECTE DE CET ASSASSINAT DE L’OUTIL PUBLIC DE SOINS, l’hô­pi­tal ne peut plus faire face à la moindre épi­dé­mie (de COVID ou de n’im­porte quelle autre épi­dé­mie habi­tuelle dans la vie des hommes), et ce fait de DÉTRESSE DES SOIGNANTS sert de PRÉTEXTE à enfer­mer et per­sé­cu­ter tout le monde ! en ren­dant tous les gens en bonne san­té mal­heu­reux, ter­ro­ri­sés, fous et/ou ruinés.

Cet échange de 4 minutes ENTRE DEUX MÉDECINS (un enfer­miste et un soi­gniste) est assez emblé­ma­tique de la frac­ture incroyable qui se creuse dans le pays entre les fos­soyeurs des liber­tés au nom de « la san­té » (tu parles : enfer­mer et bâillon­ner tout le monde au lieu de soi­gner les malades, super pro­gramme) et les défen­seurs des liber­tés et d’un sys­tème de san­té cor­rec­te­ment financé :


Les quelques scien­tistes-enfer­mistes-piqueurs fana­tiques qui me traquent sur Face­book et sur twee­ter en me déniant même le droit à seule­ment par­ler de ce crime contre l’hu­ma­ni­té, et en m’ac­cu­sant de « déni de réel » (mais look who’s tal­king, quoi…) ne répondent JAMAIS à l’ar­gu­ment mas­sue que, depuis un an, le gou­ver­ne­ment n’a PAS créé les lits et les postes néces­saires pour soi­gner les gens : IL A MÊME CONTINUÉ À DÉTRUIRE DES LITS ET DES POSTES ! EN 2020 et encore en 2021 !! jus­qu’au point de dépro­gram­mer les soins urgents de cen­taines de mil­liers de malades graves (can­cers, dia­bètes, etc.) qui vont DONC mou­rir à cause de cette idéo­lo­gie cri­mi­nelle (nom­mée trom­peu­se­ment « libé­ra­lisme ») qui impose la ren­ta­bi­li­té obli­ga­toire des ser­vices publics. 

Il faut arrê­ter de dire que le gou­ver­ne­ment « fait tout pour faire face » à l’é­pi­dé­mie : CE N’EST PAS VRAI.

Ce n’est pas moi qui suis « dans le déni », ce sont les scien­tistes enfer­mistes piqueurs fous.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Tweet cor­res­pon­dant à ce billet : 

Catégorie(s) de l'article :

3 Commentaires

  1. joss

    Ce qui est tout aus­si sur­pre­nant c’est que ce méde­cin a l’air de se satis­faire des moyens qui lui sont four­nis, alors qu’il devrait se battre pour défendre son outil de tra­vail et dénon­cer le sac­cage qui a lieu dans l’hô­pi­tal publique. Il pré­fère dire aux gens d’ar­rê­ter de vivre pour avoir moins de malades.
    C’est comme si on disait aux auto­mo­bi­listes d’ar­rê­ter de rou­ler parce qu’il n’y a pas assez de garages pour les entre­tiens et répa­ra­tions. Et c’est un gara­giste qui le dit ! Un truc de fou.

    Réponse
  2. Florian

    L’en­ne­mi n’est pas dans cette vidéo.
    Les voir s’af­fron­ter comme ça m’at­triste plus qu’autre chose.

    Réponse
  3. Charly

    Je ne com­prends même pas pour­quoi tous ces méde­cins ne demandent pas aux citoyens de des­cendre dans la rue en masse pour obte­nir des lits de réa pour lut­ter contre cette pan­dé­mie ultra-mor­telle (ou de mettre down tous les ser­veurs du gou­ver­ne­ment et les boîtes mails des dépu­tés et séna­teurs en les noyant sous un déluge d’e-mails).

    Depuis 30 ans, je n’ai jamais enten­du les pro­fes­sion­nels de san­té deman­der aux citoyens – qui sont aus­si patients ou famille ou amis de patients – leur aide et de mani­fes­ter à leurs côtés.

    Mon hypo­thèse : ils veulent conser­ver leur pou­voir. Deman­der aux citoyens, c’est faire entrer le patient dans le sys­tème de soins – et ça, la plu­part des méde­cins n’en veulent sur­tout pas.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...