Le gouvernement continue à détruire l’hôpital en douce, en pleine crise, c’est ça la réalité.

PAR CONSÉQUENCE DIRECTE DE CET ASSASSINAT DE L’OUTIL PUBLIC DE SOINS, l’hôpital ne peut plus faire face à la moindre épidémie (de COVID ou de n’importe quelle autre épidémie habituelle dans la vie des hommes), et ce fait de DÉTRESSE DES SOIGNANTS sert de PRÉTEXTE à enfermer et persécuter tout le monde ! en rendant tous les gens en bonne santé malheureux, terrorisés, fous et/ou ruinés.

Cet échange de 4 minutes ENTRE DEUX MÉDECINS (un enfermiste et un soigniste) est assez emblématique de la fracture incroyable qui se creuse dans le pays entre les fossoyeurs des libertés au nom de « la santé » (tu parles : enfermer et bâillonner tout le monde au lieu de soigner les malades, super programme) et les défenseurs des libertés et d’un système de santé correctement financé :


Les quelques scientistes-enfermistes-piqueurs fanatiques qui me traquent sur Facebook et sur tweeter en me déniant même le droit à seulement parler de ce crime contre l’humanité, et en m’accusant de « déni de réel » (mais look who’s talking, quoi…) ne répondent JAMAIS à l’argument massue que, depuis un an, le gouvernement n’a PAS créé les lits et les postes nécessaires pour soigner les gens : IL A MÊME CONTINUÉ À DÉTRUIRE DES LITS ET DES POSTES ! EN 2020 et encore en 2021 ! ! jusqu’au point de déprogrammer les soins urgents de centaines de milliers de malades graves (cancers, diabètes, etc.) qui vont DONC mourir à cause de cette idéologie criminelle (nommée trompeusement « libéralisme ») qui impose la rentabilité obligatoire des services publics.

Il faut arrêter de dire que le gouvernement « fait tout pour faire face » à l’épidémie : CE N’EST PAS VRAI.

Ce n’est pas moi qui suis « dans le déni », ce sont les scientistes enfermistes piqueurs fous.

Fil Facebook correspondant à ce billet :

Tweet correspondant à ce billet :