Étienne Chouard inédit – Bonus du DVD LA DETTE non-censuré

28/10/2020 | 3 commentaires

3 Commentaires

  1. rognon

    AU SECOURS MR CHOUARD
    la situa­tion dans laquelle nous sommes est grave.
    Votre com­bat depuis des années pour nous réveiller pour que nous deve­nions des citoyens adulte a de la peine a s impo­ser car le pou­voir nous ne le repren­drons pas avec de beau discours.
    vous ne croyez pas a l homme pro­vi­den­tiel mais avec la noto­rié­té que vous avez acquis pour­quoi n iriez vous pas le cher­cher le pou­voir en 2022 pour ensuite nous l offrir, après on est nom­breux a vous avoir écou­ter et je pense que l on sau­ra s en ser­vir arrê­tons de nous lamen­ter et essayons de faire quelque chose qui as plus de chance d arri­ver que la réécri­ture de la constitution .
    J’ai fait un rêve vous étiez président
    ne négli­gez pas le pou­voir du peuple il vous attend .

    Réponse
  2. Renaud

    Il n’y a pas de gants à prendre. Il n’y a pas à res­pec­ter de l’argent sor­ti du néant. Est-ce dif­fi­cile à comprendre ?
    Celui qui crée l’argent à par­tir de son cla­vier d’or­di­na­teur crée cet argent sans tra­vailler. Ensuite il faut ram­per et bos­ser pour « rem­bour­ser » les « pro­prié­taires » de cet argent sor­ti du néant. Va-t-on com­prendre à la fin ?
    La cita­tion sui­vante entre tirets est extraite et résu­mée de Domi­nique Lachosme, membre du réseau Agir contre le chômage :
    — Il faut en finir avec les action­naires et les banquiers.
    Ils sont nos maîtres. Ils décident qui aura un emploi et un salaire, quelle richesse sera pro­duite et dans quelles condi­tions. Ils ont pour nom action­naires et ban­quiers. Leur pou­voir sur nos vies dépend de notre croyance reli­gieuse en leur caté­chisme éco­no­mique qui per­met de jus­ti­fier leur vio­lence. Il est grand temps d’être athées éco­no­miques, de déchi­rer ce voile « reli­gieux ». Alors nous pour­rons nous libé­rer de l’op­pres­sion qu’il recouvre. —
    Il est urgent de nous entrer dans la tête que ce sont les capa­ci­tés de pro­duc­tions d’un espace éco­no­mique don­né qui répondent d’a­bord aux besoins de la vie humaine
    – avant la mon­naie -. La mon­naie, répé­tons-le, n’est pas la richesse, mais sa simple repré­sen­ta­tion, miroir reflé­tant les biens et les ser­vices réels. Ce sont ces capa­ci­tés-là de pro­duc­tion qui donnent sa valeur à la mon­naie, donc tous ceux qui pro­duisent des biens et des ser­vices avec leur savoir-faire, leurs bras et leur tête.
    Quand on pense qu’il exis­te­rait jus­qu’à 1 500 000 (un mil­lion cinq cent mille mil­liards de dol­lars) de « pro­duit déri­vés » sans rap­port avec des pro­duc­tions quel­conques utiles, saines et pro­duc­tives !! Les bilans des banques qui « jus­ti­fient » ce sys­tème finan­cier basé sur du néant est le bilan total(itaire) du men­songe qui domine le monde. Par­tout nos soi-disant diri­geants rampent et obéissent en sous-main à ce sys­tème dont on tait l’i­gno­mi­nie … L’é­co­no­mie utile, concrète, féconde, pou­vant faci­li­ter la vie col­lec­tive et indi­vi­duelle est lit­té­ra­le­ment viciée et empoi­son­ner par les méca­nismes ban­caires et des mar­chés avec toutes les consé­quences trop connues.
    https://www.businessbourse.com/2020/10/30/quand-les‑1–500-000-milliards-de-produits-derives-imploseront-aucune-institution-financiere-ne-survivra/

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles