Comment nous transformer d’électeur enfant en citoyen adulte

27/08/2018 | 10 commentaires

[Flash #5] Pro­blème tech­nique ou politique ?

L’en­tre­tien ori­gi­nal inté­gral (c’é­tait à Nan­cy, nostalgie 🙂 ) :

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

Pré­cé­dents signalements : 

https://​www​.chouard​.org/​2​0​1​6​/​0​9​/​0​1​/​r​e​s​u​m​e​-​d​e​n​s​e​-​3​7​-​m​i​n​-​l​e​s​-​e​l​e​c​t​e​u​r​s​-​e​n​f​a​n​t​s​-​d​o​i​v​e​n​t​-​m​u​t​e​r​-​e​n​-​c​i​t​o​y​e​n​s​-​a​d​u​l​t​e​s​-​a​d​u​l​t​e​s​-​p​o​l​i​t​i​q​u​e​s​-​e​t​-​d​o​n​c​-​e​c​o​n​o​m​i​q​u​es/

https://​www​.chouard​.org/​2​0​1​5​/​1​0​/​3​0​/​c​o​m​m​e​n​t​-​m​u​t​e​r​-​e​n​-​c​i​t​o​y​e​n​-​a​d​u​l​te/

Plan de l’en­tre­tien et réfé­rences (mer­ci Catherine) : 
http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Comment_muter_en_citoyen_adulte_%3F_-_Etienne_Chouard

Catégorie(s) de l'article :

10 Commentaires

  1. etienne

    Un autre germe d’A­thènes (avec la cen­tra­li­té du tirage au sort des repré­sen­tants) : l’en­ga­ge­ment for­mel de chaque citoyen à défendre lui-même la démo­cra­tie, les armes à la main s’il le faut :

    « Quand les Athé­niens, « par tri­bus et par dèmes », prê­taient le ser­ment suivant : 

    « Je ferai périr, par parole, par action, par vote, et de ma main, si je le puis, qui­conque ren­ver­se­ra la démo­cra­tie athé­nienne, ou, le régime une fois ren­ver­sé, exer­ce­ra par la suite une magis­tra­ture, qui­conque se lève­ra pour s’emparer de la tyran­nie ou aide­ra le tyran à s’é­ta­blir. Et si c’est un autre qui le tue, je l’es­ti­me­rai pur devant les dieux et les puis­sances divines, comme ayant tué un enne­mi public ; je ferai vendre tous ses biens, et j’en don­ne­rai la moi­tié au meur­trier sans le frus­trer de rien. Et si un citoyen périt en tirant un de ces traîtres, ou en essayant de le tuer, je lui témoi­gne­rai ma recon­nais­sance, ain­si qu’à ses enfants, comme on l’a fait à Har­mo­dios et à Aris­to­gi­ton et à leur pos­té­ri­té. Et tous les ser­ments qui ont été prê­tés à Athènes, à l’ar­mée ou ailleurs, pour la ruine du peuple des Athé­niens, je les annule et j’en romps les liens » ;

    il ne s’a­gis­sait pas de paroles en l’air. Une stèle de l’a­cro­pole, datée de ‑409, honore ceux qui ont tué, de leurs mains, l’o­li­garque Phry­ni­chos. Un des meur­triers, un étran­ger, est fait citoyen. »

    Pierre Vidal-Naquet, dans sa pré­face au livre épa­tant de Moses I. Fin­ley, « Démo­cra­tie antique et démo­cra­tie moderne » (1972), p 42.

    https://www.payot-rivages.fr/payot/livre/d%C3%A9mocratie-antique-et‑d%C3%A9mocratie-moderne-9782228897518

    Réponse
  2. etienne

    WHY ELECTIONS ARE BAD FOR DEMOCRACY

    (vidéo 3 min. sous-titrée)

    Réponse
  3. etienne

    Qu’est-ce que la démocratie athénienne représentait vraiment ?

    par Melis­sa Schwartz­berg (5 min) :

    Réponse
  4. etienne

    Constitution du 24 juin 1793, Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen :

    Article 27. – Que tout indi­vi­du qui usur­pe­rait la sou­ve­rai­ne­té soit à l’ins­tant mis à mort par les hommes libres.

    https://​www​.conseil​-consti​tu​tion​nel​.fr/​l​e​s​-​c​o​n​s​t​i​t​u​t​i​o​n​s​-​d​a​n​s​-​l​-​h​i​s​t​o​i​r​e​/​c​o​n​s​t​i​t​u​t​i​o​n​-​d​u​-​2​4​-​j​u​i​n​-​1​793

    Réponse
  5. Jean Bourgeois

    Immense mer­ci Etienne pour ton énorme tra­vail d’in­for­ma­tion citoyen.
    Connais-tu et que penses-tu de « La Grande Relève » .
    Men­suel de Réflexion Socio-Eco­no­mique vers la Démo­cra­tie D’une Eco­no­mie de Partage ?
    Jean Bour­geois Jemelle Belgique

    Réponse
  6. etienne

    Le Grand Soir : Si c’est pas le Venezuelaaaaaa…

    « Aujourd’hui, une nou­velle somme toute assez banale s’affiche sur mon écran d’ordinateur : « L’Arabie saou­dite demande la peine de mort pour 5 mili­tants des droits de l’homme ». On note­ra au pas­sage que l’Arabie Saou­dite est membre de la com­mis­sion de l’ONU pour les droits de l’homme.

    On se rap­pel­le­ra que lors de la récente visite du jeune et moderne et cool Roi – pas vrai­ment démo­cra­ti­que­ment élu, mais bon, on s’en dou­tait vu son titre – la presse et la classe poli­tique furent enchan­tés par l’annonce de pro­grès ful­gu­rants en matière de droits humains au royaume des Saouds. Il faut bien dire qu’on sen­tait – entre les lignes – leur sou­la­ge­ment d’avoir enfin quelque chose de posi­tif à racon­ter sur ce pays de merde.

    Il fau­drait un jour dres­ser la longue liste des pays de merde dont les amis et sym­pa­thi­sants décla­rés ne sont jamais som­més de se « jus­ti­fier » par les médias, quelle que soit l’énormité des crimes com­mis (pas­sés et pré­sents). Pour des pays comme l’Arabie Saou­dite, la Colom­bie, Israël ou les Etas-Unis, ils trou­ve­ront tou­jours assez de spé­cia­listes pour expli­quer, assez de ven­dus pour jus­ti­fier, assez d’ordures pour approu­ver, assez de gogos pour oublier et assez de lâches pour se taire.

    Théo­phraste R.
    agent asser­men­té au ser­vice de contrôle des deux-poids, deux-mesures »

    Source : Le Grand Soir, https://​www​.legrand​soir​.info/​s​i​-​c​-​e​s​t​-​p​a​s​-​l​e​-​v​e​n​e​z​u​e​l​a​a​a​a​a​a​.​h​tml

    Réponse
  7. etienne

    Julia Cagé démonte une démocratie privatisée

    30 août 2018 par JOSEPH CONFAVREUX (Media­part) :

    Que vaut le vote ? En étu­diant le « prix de la démo­cra­tie », l’économiste Julia Cagé éta­blit la façon dont les élec­tions s’achètent et sont cap­tu­rées par les inté­rêts de quelques-uns. Et pro­pose des mesures, simples et inédites, pour remé­dier à cette per­ver­sion inte­nable du sys­tème représentatif.

    « La démo­cra­tie, c’est à qui paie gagne. » Cette for­mule de l’économiste Julia Cagé ne s’applique pas seule­ment, comme on le croit sou­vent, à l’élection pré­si­den­tielle états-unienne ou à la ville de Cor­beil-Essonnes, chère à Serge Das­sault. Elle concerne l’ensemble des pays démo­cra­tiques, comme elle le démontre dans son consis­tant ouvrage, Le Prix de la démo­cra­tie (Fayard), fon­dé sur un pano­ra­ma international.

    Cette enquête étonne et détonne par­ti­cu­liè­re­ment pour la France, prompte à se croire à l’abri de l’influence de l’argent légal dans les pro­cé­dures démo­cra­tiques. Alors que la cher­cheuse montre pour­tant l’existence d’un « effet cau­sal » des dépenses élec­to­rales sur les résul­tats des élec­tions locales et natio­nales en France, où même des « mon­tants rela­ti­ve­ment faibles sont en fait suf­fi­sants pour faire bas­cu­ler un nombre impor­tant de voix ».

    Pour Julia Cagé, cet effet cau­sal pour­rait notam­ment expli­quer en grande par­tie « l’étrange défaite » de la droite aux élec­tions légis­la­tives de 1997, quatre ans après la débâcle his­to­rique du PS et deux ans seule­ment après la large élec­tion de Jacques Chi­rac à l’Élysée : « Les can­di­dats de la droite, habi­tués à dépendre lar­ge­ment des dons des entre­prises pri­vées, n’ont pas réus­si à se remettre de leur inter­dic­tion en 1995, alors que les can­di­dats de la gauche, qui pour la plu­part n’en béné­fi­ciaient pas, n’ont pas souf­fert de cette interdiction. »

    Ses recherches menées avec la cher­cheuse Yas­mine Bek­kouche montrent que « l’argent dépen­sé par les can­di­dats a un impact direct sur le nombre de voix qu’ils obtiennent aux élec­tions muni­ci­pales comme aux élec­tions légis­la­tives, au tra­vers des effets des dépenses de cam­pagne ». Même si, recon­naît l’économiste, « l’argent compte en poli­tique, mais à condi­tion de l’investir sur le bon che­val », et que l’on pour­rait trou­ver plu­sieurs cas d’irrégularités sta­tis­tiques de can­di­dats bien finan­cés mais ayant atti­ré peu de voix, au pre­mier rang des­quels le can­di­dat socia­liste Benoît Hamon lors de la pré­si­den­tielle de 2017, dans la cam­pagne duquel Julia Cagé était engagée.

    Les pro­cé­dés et les pro­cé­dures qui font que le prin­cipe « un homme, une voix » est deve­nu une illu­sion et que ce sont, en réa­li­té, les pré­fé­rences poli­tiques des plus for­tu­nés qui s’imposent dans les assem­blées légis­la­tives et les lieux de l’exécutif, varient dans le temps et dans l’espace. L’importance prise par l’argent dans chaque pays n’est pas com­pa­rable : les États-Unis font la course lar­ge­ment en tête, même s’il est impor­tant de voir qu’il n’y a pas « d’un côté un modèle ver­tueux euro­péen, et de l’autre un sys­tème amé­ri­cain vicié ».

    Mais au-delà de l’épouvantail amé­ri­cain, « qu’on ne devrait pas tant voir comme un contre­point que comme un futur pos­sible si rien n’est fait », des pays que l’on pour­rait pen­ser épar­gnés se trouvent en réa­li­té par­mi les pre­miers concer­nés. Ain­si de l’Allemagne, qui dis­pose pour­tant d’un « sys­tème nova­teur et sophis­ti­qué de finan­ce­ment public des par­tis poli­tiques », appuyé notam­ment sur des fon­da­tions poli­tiques puis­santes et bien dotées, mais qui est, en quelque sorte, sub­mer­gé par l’absence de limites faites aux dons pri­vés, en par­ti­cu­lier l’argent en pro­ve­nance des grandes entre­prises, par­ti­cu­liè­re­ment ceux venus du sec­teur exportateur.

    Cela a des consé­quences visibles sur les posi­tions des res­pon­sables poli­tiques concer­nant la ques­tion de l’excédent com­mer­cial alle­mand, dont les consé­quences sur l’Europe entière, et la Grèce en par­ti­cu­lier, ne sont plus à démon­trer. De même, inter­roge, faus­se­ment ingé­nue, Julia Cagé, « qui pour­rait voir le moindre lien entre d’une part le fait que, entre 2000 et 2015, Volks­wa­gen a ver­sé 1,8 mil­lion d’euros aux par­tis poli­tiques alle­mands, BMW plus de 3,7 mil­lions et Daim­ler 7,2 mil­lions, et d’autre part le die­sel­gate » qui a tou­ché les gros construc­teurs alle­mands, et est lar­ge­ment dû à une régu­la­tion trop timide et trop lâche du diesel ?…[…]

    Lire la suite (sur Mediapart) :

    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​c​u​l​t​u​r​e​-​i​d​e​e​s​/​3​0​0​8​1​8​/​j​u​l​i​a​-​c​a​g​e​-​d​e​m​o​n​t​e​-​u​n​e​-​d​e​m​o​c​r​a​t​i​e​-​p​r​i​v​a​t​i​see

    Réponse
  8. etienne

    Chris Hedges (qui est un journaliste épatant) interroge David Van Reybrouck Reybrouk (qui est un chercheur épatant) sur le tirage au sort en démocratie 🙂
    Can « drawing by lots » save democracy ?

    Réponse
    • Ronald

      Une inter­view très sympathique.
      Le point le plus inté­res­sant pour ma part est la dis­cus­sion sur le refe­ren­dum. Il est net­te­ment cri­tique en expli­quant que pour lui la déci­sion d’un échan­tillon bien infor­mé est meilleure que la déci­sion de tout un peuple mal infor­mé sous l’emprise d’ar­gu­ments « irra­tio­nal ». Bien sur, Chris Hedges com­prend l’ar­gu­men­taire. Mais la consé­quence logique est l’a­bo­li­tion des refe­ren­dums pour avoir une meilleure démo­cra­tie. Le pro­blème n’est pas encore tel­le­ment sou­le­vé, mais quand il fau­dra dis­cu­ter de cela, ça va faire quelques remous.

      Réponse
  9. Louise Wiseman

    Bon­jour à vous,
    Nous sommes un nou­veau par­ti poli­tique CITOYENS AU POUVOIR du QUÉBEC et c’est la démo­cra­tie directe qui en est le cœur.
    Nous nous fai­sons connaître par les réseaux sociaux mais par aucun autre média. (C’est nor­mal direz-vous) mais il est réel­le­ment très impor­tant que le Qué­bec entier entende au moins par­ler de nous. Les élec­tions sont le 1er octobre et j’ose vous deman­der (sans en avoir par­lé au Chef d’a­bord) si vous avez quelques moyens pour nous aider, trou­ver com­ment nous faire connaître, au moins qu’on connaisse ce que nous vou­lons faire pour eux par la démo­cra­tie directe. Avez-vous une vidéo expli­ca­tive à ce sujet. Nous ne vou­lons pas d’argent mais de la visibilité.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...