[Abus de pouvoir] Et nous devrions faire confiance à la « science » de l’industrie pharmaceutique ? par William Engdahl (Le Saker francophone)

7/08/2021 | 7 commentaires

Chers amis,

Je vous conseille la lec­ture quo­ti­dienne du Saker fran­co­phone.
Les articles étran­gers que ces jeunes gens nous tra­duisent et nous signalent, comme ici les ana­lyses de William Eng­dhal, sont presque tou­jours pas­sion­nants et importants.
J’es­père qu’on sera aujourd’­hui (enfin vrai­ment très) nom­breux dans les rues pour pro­tes­ter contre la bas­cule tota­li­taire qui nous est impo­sée en plein été, sous pré­texte sani­taire. Inutile de comp­ter sur les ins­ti­tu­tions pour pro­té­ger nos liber­tés : le par­le­ment et les juges sont aux ordres du pré­sident (dont leur pou­voir dépend), nous n’a­vons pas de Consti­tu­tion, et nous sommes donc les seuls à être capables de nous défendre.
Étienne.
PS : Pour mémoire, le réca­pi­tu­la­tif des amendes (énormes, mais pour­tant déri­soires au regard des pré­ju­dices cau­sés : morts, inva­li­di­tés, souf­frances, vies irré­mé­dia­ble­ment détruites…) aux­quelles ont été condam­nées les indus­tries phar­ma­ceu­tiques aux­quelles on nous ordonne aujourd’­hui de faire aveu­glé­ment confiance :

https://​vio​la​tion​tra​cker​.good​jobs​first​.org/​i​n​d​u​s​t​r​y​/​p​h​a​r​m​a​c​e​u​t​i​c​als
Voi­ci donc main­te­nant l’ar­ticle du Saker que je vous signale aujourd’hui :

Et nous devrions faire confiance à la « science » de l’industrie pharmaceutique ?


Par William Eng­dahl − Le 29 juillet 2021 – Source New Eas­tern Ooutlook

Source : Le Saker fran­co­phone, https://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​e​t​-​n​o​u​s​-​d​e​v​r​i​o​n​s​-​f​a​i​r​e​-​c​o​n​f​i​a​n​c​e​-​a​-​l​a​-​s​c​i​e​n​c​e​-​d​e​-​l​i​n​d​u​s​t​r​i​e​-​p​h​a​r​m​a​c​e​u​t​i​que

L’indéboulonnable chef du NIAID, Tony Fau­ci, a deman­dé à plu­sieurs reprises au public de « faire confiance à la science », alors qu’il passe lui-même d’une opi­nion scien­ti­fique à une autre. Ce qui n’est jamais men­tion­né dans les grands médias occi­den­taux et presque par­tout dans le monde, c’est le bilan scien­ti­fique des prin­ci­paux géants phar­ma­ceu­tiques mon­diaux fabri­cants de vac­cins. En bref, il est abys­sal et alar­mant à l’extrême. Ce seul fait devrait empê­cher les gou­ver­ne­ments d’imposer à leurs popu­la­tions des injec­tions expé­ri­men­tales radi­cales et non tes­tées, sans avoir pro­cé­dé à des tests appro­fon­dis à long terme pour garan­tir leur sécurité.

En avril der­nier, alors que le pro­gramme de vac­ci­na­tion amé­ri­cain bat­tait son plein, le conseiller en chef de Biden pour la Covid-19, M. Fau­ci, 80 ans, direc­teur de l’Institut natio­nal des aller­gies et des mala­dies infec­tieuses (NIAID) depuis 1984, annon­çait que les Centres amé­ri­cains de contrôle des mala­dies (CDC) et la Food and Drug Admi­nis­tra­tion (FDA) avaient déci­dé d’ordonner une « pause » dans l’administration du vac­cin John­son & John­son (Jans­sen) afin d’examiner les rap­ports fai­sant état de caillots san­guins. Il s’est avé­ré que six cas de caillots san­guins ont été signa­lés sur quelque sept mil­lions de per­sonnes ayant reçu le vac­cin J&J. Dans ses remarques à la presse, Fau­ci a décla­ré : « L’une des choses qui est, je pense, si bonne dans notre sys­tème ici, c’est que nous sommes régis par la science, et non par toute autre consi­dé­ra­tion. » Il y a de bonnes rai­sons de mettre en doute sa remarque.

Cette décla­ra­tion était cen­sée ras­su­rer les gens sur le fait que les auto­ri­tés fai­saient preuve d’une extrême pru­dence avec les médi­ca­ments expé­ri­men­taux contre la Covid-19 qui, après tout, n’ont jamais été tes­tés en masse sur des humains aupa­ra­vant et n’ont obte­nu qu’une « auto­ri­sa­tion d’utilisation d’urgence », une appro­ba­tion pro­vi­soire de la FDA. La FDA a rapi­de­ment levé la pause lorsque J&J a accep­té d’imprimer sur ses paquets que son vac­cin pou­vait pro­vo­quer des caillots sanguins.

Pour­tant, dans le même temps, les fabri­cants de vac­cins rivaux, Pfi­zer et Moder­na, qui uti­lisent tous deux un trai­te­ment géné­tique hyper-expé­ri­men­tal connu sous le nom d’ARNm, n’ont pas été frei­nés par « la science » mal­gré le fait que des cen­taines de mil­liers de réac­tions graves alar­mantes liées aux vac­cins, y com­pris des don­nées offi­cielles fai­sant état de plu­sieurs mil­liers de décès dus aux deux, ont été enre­gis­trées par la base de don­nées VAERS (Vac­cine Adverse Event Repor­ting Sys­tem) du CDC.

Selon le CDC, ces évé­ne­ments « indé­si­rables », post-vac­ci­naux, com­prennent l’anaphylaxie, la throm­bose avec syn­drome de throm­bo­cy­to­pé­nie, le syn­drome de Guillain-Bar­ré, la myo­car­dite, la péri­car­dite et la mort. Pour la semaine du 16 juillet, le VAERS des CDC a fait état d’un nombre alar­mant de 9 125 décès signa­lés depuis la fin décembre suite à la vac­ci­na­tion pour la Covid-19. Jamais dans l’histoire un nombre aus­si éle­vé de décès n’a été asso­cié à un vac­cin, et pour­tant les médias gardent un silence assour­dis­sant à ce sujet.

Leur bilan scientifique lamentable

La for­mu­la­tion de Fau­ci est pré­cise et déli­bé­ré­ment mani­pu­la­trice. Elle sug­gère qu’il existe une chose fixe que nous pou­vons appe­ler « la science », comme un dogme reli­gieux du Vati­can, alors que la véri­table méthode scien­ti­fique est celle du ques­tion­ne­ment conti­nu, du ren­ver­se­ment des hypo­thèses pas­sées par de nou­velles hypo­thèses prou­vées, de l’ajustement per­ma­nent. Pour­tant, lorsqu’il s’agit de « science », la poi­gnée de grosse com­pa­gnies fabri­cants de vac­cins, par­fois connus sous le nom de Big Phar­ma, un car­tel qui n’est pas sans rap­pe­ler Big Oil, ont un pal­ma­rès de fraude, de fal­si­fi­ca­tion déli­bé­rée de leurs propres tests, ain­si que de cor­rup­tion géné­ra­li­sée de méde­cins et de res­pon­sables médi­caux pour pro­mou­voir leurs dif­fé­rents médi­ca­ments mal­gré les résul­tats de la « science » qui contre­disent leurs affir­ma­tions de sécu­ri­té. Un regard sur les prin­ci­paux géants phar­ma­ceu­tiques mon­diaux est instructif.

J&J

Nous com­men­çons par la socié­té John­son & John­son du New Jer­sey. Le 21 juillet 2021, J&J et trois autres petits fabri­cants de médi­ca­ments ont accep­té de payer 26 mil­liards de dol­lars de dom­mages et inté­rêts à un groupe d’États amé­ri­cains pour leur rôle dans l’épidémie d’opioïdes en Amé­rique. Sur ce mon­tant, J&J paie­ra 5 mil­liards de dol­lars. Le CDC estime que l’utilisation d’opioïdes hau­te­ment addic­tifs comme anal­gé­siques a cau­sé au moins 500 000 décès entre 1999 et 2019. John­son & John­son est accu­sé d’avoir pous­sé à l’utilisation exces­sive d’antidouleurs mor­tels et d’avoir mini­mi­sé les risques de dépen­dance. Ils étaient pour­tant bien pla­cés pour le connaitre.

Le même J&J est dans une énorme bataille juri­dique pour avoir sciem­ment uti­li­sé un can­cé­ro­gène dans sa célèbre poudre pour bébé. Une enquête de Reu­ters datant de 2018 a révé­lé que J&J savait depuis des décen­nies que l’amiante, un can­cé­ri­gène connu, se cachait dans sa poudre pour bébé et d’autres pro­duits cos­mé­tiques à base de talc. L’entreprise envi­sa­ge­rait de scin­der léga­le­ment sa divi­sion de poudre pour bébé en une petite socié­té dis­tincte qui se décla­re­rait ensuite en faillite pour évi­ter de gros ver­se­ments. Le vac­cin contre la Covid-19 de J&J, contrai­re­ment à celui de Pfi­zer et Moder­na, n’utilise pas de modi­fi­ca­tion géné­tique de l’ARNm.

Les deux fabri­cants mon­diaux de vac­cins contre la Covid-19, qui détiennent de loin le plus grand mar­ché à ce jour, sont ceux dont Fau­ci fait per­son­nel­le­ment la pro­mo­tion. Il s’agit de Pfi­zer, en alliance avec la minus­cule socié­té alle­mande BioN­Tech sous le nom de Comir­na­ty, et de la socié­té amé­ri­caine de bio­tech­no­lo­gie Moderna.

Pfizer

Pfi­zer, l’un des plus grands fabri­cants de vac­cins au monde en termes de ventes, a été fon­dé en 1849 aux États-Unis. Cette socié­té pos­sède éga­le­ment l’un des casiers judi­ciaires les plus char­gés en matière de fraude, de cor­rup­tion, de fal­si­fi­ca­tion et de dom­mages avé­rés. Selon une étude cana­dienne datant de 2010, « Pfi­zer a été un « délin­quant chro­nique », s’engageant de manière per­sis­tante dans des pra­tiques com­mer­ciales illé­gales et cor­rom­pues, sou­doyant des méde­cins et sup­pri­mant des résul­tats d’essais défa­vo­rables. » C’est grave. Il convient de noter que Pfi­zer n’a pas encore ren­du publics les détails de ses études sur le vac­cin contre la Covid-19 pour un exa­men externe.

La liste des crimes com­mis par Pfi­zer s’est allon­gée depuis 2010. L’entreprise fait actuel­le­ment l’objet de pour­suites judi­ciaires liées à des accu­sa­tions selon les­quelles son médi­ca­ment contre les brû­lures d’estomac, le Zan­tac, est conta­mi­né par une sub­stance can­cé­ri­gène. En 2009, Pfi­zer a reçu la plus grosse amende de l’histoire des États-Unis dans le domaine des médi­ca­ments, dans le cadre d’un accord de plai­doyer por­tant sur 2,3 mil­liards de dol­lars, pour avoir fait la pro­mo­tion men­son­gère des médi­ca­ments Bex­tra et Cele­brex et ver­sé des pots-de-vin à des méde­cins com­plai­sants. Pfi­zer a plai­dé cou­pable d’avoir com­mer­cia­li­sé quatre médi­ca­ments, dont le Bex­tra, « avec l’intention de frau­der ou d’induire en erreur ». L’entreprise a été contrainte de reti­rer son anti­dou­leur contre l’arthrite, le Bex­tra, aux États-Unis et dans l’Union euro­péenne, car il pro­vo­quait des crises car­diaques, des acci­dents vas­cu­laires céré­braux et de graves mala­dies de la peau.

Dans le but évident d’augmenter ses reve­nus, Pfi­zer a illé­ga­le­ment ver­sé des pots-de-vin à des méde­cins pour une uti­li­sa­tion « non indi­quée sur l’étiquette » de plu­sieurs de ses médi­ca­ments, ce qui a entraî­né des bles­sures ou la mort de patients. Par­mi ceux-ci figu­raient le Bex­tra (val­dé­coxib), le Geo­don (zipra­si­done HCl), un anti­psy­cho­tique aty­pique, le Zyvox (liné­zo­lide), un anti­bio­tique, le Lyri­ca (pré­ga­ba­line), un médi­ca­ment contre les crises d’épilepsie, son célèbre Via­gra (sil­dé­na­fil), un médi­ca­ment contre les troubles de l’érection, et le Lipi­tor (ator­vas­ta­tine), un médi­ca­ment contre le cholestérol.

Dans un autre pro­cès, les filiales de Pfi­zer ont été contraintes de payer 142 mil­lions de dol­lars et de divul­guer des docu­ments de l’entreprise qui mon­traient qu’elle com­mer­cia­li­sait illé­ga­le­ment la gaba­pen­tine pour des uti­li­sa­tions non indi­quées sur l’étiquette. « Les don­nées révé­lées dans une série de pro­cès amé­ri­cains indiquent que le médi­ca­ment était pro­mu par la socié­té phar­ma­ceu­tique comme trai­te­ment de la dou­leur, des migraines et des troubles bipo­laires – alors qu’il n’était pas effi­cace pour trai­ter ces affec­tions et qu’il était en fait toxique dans cer­tains cas, selon la The­ra­peu­tics Ini­tia­tive, un groupe indé­pen­dant de recherche sur les médi­ca­ments de l’Université de Colom­bie-Bri­tan­nique. Les essais ont for­cé l’entreprise à publier toutes ses études sur le médi­ca­ment, y com­pris celles qu’elle gar­dait cachées. »

En 2004, War­ner-Lam­bert, filiale de Pfi­zer, a été contrainte de payer 430 mil­lions de dol­lars pour régler les accu­sa­tions cri­mi­nelles et la res­pon­sa­bi­li­té civile décou­lant de ses pra­tiques com­mer­ciales frau­du­leuses concer­nant le Neu­ron­tin, sa marque pour le médi­ca­ment gaba­pen­tin. Déve­lop­pé à l’origine pour le trai­te­ment de l’épilepsie, Neu­ron­tin a fait l’objet d’une pro­mo­tion illé­gale pour le trai­te­ment de la dou­leur neu­ro­lo­gique, et en par­ti­cu­lier pour la migraine et le trouble bipo­laire, alors qu’il n’était pas effi­cace pour trai­ter ces affec­tions et qu’il était même toxique dans cer­tains cas. Le Neu­ron­tin pour des uti­li­sa­tions non approu­vées a repré­sen­té envi­ron 90 % des 2,7 mil­liards de dol­lars de ventes en 2003.

Un rap­port du New York Times a révé­lé en 2010 que Pfi­zer « …a ver­sé envi­ron 20 mil­lions de dol­lars à 4 500 méde­cins et autres pro­fes­sion­nels de la san­té aux États-Unis pour des consul­ta­tions et pour par­ler en son nom au cours des six der­niers mois de 2009 ». Elle a ver­sé 15,3 mil­lions de dol­lars sup­plé­men­taires à 250 centres médi­caux uni­ver­si­taires et autres groupes de recherche pour des essais cli­niques. Dans la pra­tique juri­dique amé­ri­caine, il est rare que les diri­geants d’entreprise qui com­mettent des actes cri­mi­nels soient pour­sui­vis. Il en résulte que les amendes judi­ciaires sont trai­tées comme des « coûts com­mer­ciaux » dans ce milieu cynique. En huit ans de mal­ver­sa­tions répé­tées jusqu’en 2009, Pfi­zer a accu­mu­lé un peu moins de 3 mil­liards de dol­lars d’amendes et de sanc­tions civiles, soit envi­ron un tiers de ses reve­nus nets annuels.

En 2020, alors que son vac­cin contre la Covid-19 était en cours de déve­lop­pe­ment, Pfi­zer a payé 13 150 000 dol­lars en lob­bying auprès du Congrès et de fonc­tion­naires à Washing­ton, entre autres. Il faut éga­le­ment noter que la Fon­da­tion Bill et Melin­da Gates pos­sède des actions à la fois de Pfi­zer et de leur par­te­naire dans le prin­ci­pal vac­cin à ARNm, l’allemand BioNTech.

Moderna

Le troi­sième pro­duc­teur de vac­cins contre la Covid-19 ayant reçu une auto­ri­sa­tion d’utilisation d’urgence (EUA) de la FDA est Moder­na, de Cam­bridge, Mas­sa­chu­setts. Contrai­re­ment à J&J ou Pfi­zer, il n’a pas encore été pour­sui­vi pour pra­tiques illé­gales. Peut être parce qu’avant son EUA pour son vac­cin expé­ri­men­tal à ARNm il n’avait, en dix ans d’existence depuis 2010, pas réus­si à obte­nir l’approbation de la FDA pour com­mer­cia­li­ser un seul médi­ca­ment, mal­gré des ten­ta­tives répé­tées et infruc­tueuses. Cepen­dant, Moder­na a un pan­neau au néon rouge qui indique « conflit d’intérêts » qui devrait don­ner à réfléchir.

Moder­na et le NIAID de Fau­ci ont col­la­bo­ré au déve­lop­pe­ment de vac­cins en uti­li­sant la pla­te­forme ARNm de Moder­na et le NIAID de Fau­ci sur les coro­na­vi­rus, dont le MERS, depuis au moins novembre 2015. Le 13 jan­vier 2020, avant même que le pre­mier cas d’un sup­po­sé « nou­veau coro­na­vi­rus » de Wuhan, en Chine, ne soit détec­té aux États-Unis, le NIAID de Fau­ci et Moder­na signaient un accord de coopé­ra­tion actua­li­sé qui les décri­vait comme copro­prié­taires d’un coro­na­vi­rus basé sur l’ARNm et qu’ils avaient fina­li­sé une séquence pour l’ARNm-1273, le vac­cin qui est main­te­nant admi­nis­tré à des mil­lions de per­sonnes pour soi-disant évi­ter le nou­veau coro­na­vi­rus. Cela signi­fie que le NIAID de Fau­ci, et peut-être Fau­ci per­son­nel­le­ment (c’est auto­ri­sé aux États-Unis), allait tirer d’énormes avan­tages finan­ciers de l’approbation d’urgence du vac­cin Moder­na, mais Fau­ci n’a jamais admis publi­que­ment ce conflit lorsqu’il était conseiller de Trump, ni lorsqu’il était conseiller de Biden.

Dix jours plus tard, le 23 jan­vier 2020, Moder­na annon­çait qu’elle avait obte­nu un finan­ce­ment du CEPI, un fonds pour les vac­cins créé par la fon­da­tion de Bill Gates et le WEF de Davos, entre autres, pour déve­lop­per un vac­cin à ARNm contre le virus de Wuhan.

Moder­na a été créé par un inves­tis­seur en capi­tal-risque, Nou­bar Afeyan, ain­si que par Timo­thy A. Sprin­ger, pro­fes­seur à Har­vard, et d’autres per­sonnes. En 2011, Afeyan a recru­té Sté­phane Ban­cel, homme d’affaires fran­çais et ancien cadre d’Eli Lil­ly, comme PDG. Bien qu’il n’ait aucun diplôme en méde­cine ou en sciences, ni aucune expé­rience dans la ges­tion d’une opé­ra­tion de déve­lop­pe­ment de médi­ca­ments, Ban­cel se pré­sente comme coti­tu­laire d’une cen­taine de bre­vets de Moder­na liés aux dif­fé­rents vac­cins. À par­tir de 2013, la petite Moder­na a reçu des sub­ven­tions du Penta­gone pour déve­lop­per sa tech­no­lo­gie ARNm. En 2020, juste avant de rece­voir l’autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA, 89 % des reve­nus de Moder­na pro­ve­naient de sub­ven­tions du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. Cette entre­prise est loin d’être expé­ri­men­tée, mais elle tient le des­tin de mil­lions de per­sonnes entre ses mains. Comme le dit Fau­ci, « faites confiance à la science ».

En février 2016, un édi­to­rial de la revue Nature repro­chait à Moder­na de ne pas publier d’articles éva­lués par des pairs sur sa tech­no­lo­gie, contrai­re­ment à la plu­part des autres socié­tés de bio­tech­no­lo­gie émer­gentes ou éta­blies. L’entreprise reste ultra-secrète. La même année, en 2016, Moder­na a obte­nu 20 mil­lions de dol­lars de la Fon­da­tion Gates pour le déve­lop­pe­ment de vac­cins uti­li­sant l’ARNm.

Jusqu’à ce qu’elle reçoive l’approbation de l’EUA pour son pro­duit « covid » à base d’ARNm en décembre 2020, Moder­na n’avait cumu­lé que des pertes, depuis sa fon­da­tion. Puis, curieu­se­ment, à la suite d’une réunion per­son­nelle en mars 2020 avec le pré­sident de l’époque, Trump, où Ban­cel a dit au pré­sident que Moder­na pour­rait avoir un vac­cin prêt en quelques mois, l’opportunité pour Moder­na est à por­tée de main.

Le 15 mai, Trump annon­çait la créa­tion de l’opération « Warp Seed » pour mettre en place un vac­cin contre la Covid-19 d’ici décembre. Le chef du groupe pré­si­den­tiel était un vété­ran de 30 ans de R&D de la grande firme phar­ma­ceu­tique bri­tan­nique GSK, Mon­cef Slaoui. En 2017, Slaoui avait démis­sion­né de GSK et rejoint le conseil d’administration de nul autre que Moder­na. Sous le Warp Speed de Slaoui, quelque 22 mil­liards de dol­lars de l’argent des contri­buables amé­ri­cains ont été don­nés à dif­fé­rents fabri­cants de vac­cins. Moder­na en fut l’un des prin­ci­paux béné­fi­ciaires, un conflit d’intérêt fla­grant, mais per­sonne ne sem­blait s’en sou­cier. Slaoui a ache­mi­né quelque 2 mil­liards de dol­lars de fonds publics vers son ancienne socié­té, Moder­na, pour déve­lop­per le vac­cin à ARNm contre la Covid-19. Ce n’est que sous la cri­tique publique que Slaoui a ven­du ses actions dans Moder­na, fai­sant des mil­lions de béné­fices grâce au rôle de Moder­na en tant que can­di­dat prin­ci­pal pour le vac­cin contre la Covid-19. Peu de temps après sa démis­sion à la fin de la pré­si­dence Trump, Slaoui a été licen­cié par son ancienne entre­prise GSK suite à des accu­sa­tions de har­cè­le­ment sexuel envers une employée d’une filiale de l’entreprise.

En février 2020, le secré­taire d’État à la san­té et aux ser­vices sociaux de Trump, Alex Azar, a invo­qué la loi sur la pré­pa­ra­tion et l’état de pré­pa­ra­tion aux situa­tions d’urgence (PREP) pour exemp­ter Moder­na, Pfi­zer, J&J et tout futur fabri­cant anti-covid de toute res­pon­sa­bi­li­té décou­lant des dom­mages ou des décès cau­sés par leurs vac­cins contre le coro­na­vi­rus de Wuhan. La pro­tec­tion juri­dique dure jusqu’en 2024. Si les vac­cins sont si bons et sûrs, pour­quoi une telle mesure est-elle néces­saire ? M. Azar était aupa­ra­vant à la tête du géant amé­ri­cain de la phar­ma­cie Eli Lil­ly. Il y a de sérieuses ques­tions qui doivent être sou­le­vées ouver­te­ment concer­nant les fabri­cants de vac­cins qui poussent pour que des for­mu­la­tions expé­ri­men­tales géné­ti­que­ment modi­fiées très contro­ver­sées soient expé­ri­men­tés sur la population.

William Eng­dahl

Tra­duit par Wayan, relu par Her­vé, pour le Saker Francophone

Note du Saker Fran­co­phone. C’est typique de l’ultralibéralisme. Les grosses entre­prises peuvent tout se per­mettre sans subir de consé­quences à la hau­teur de la gra­vi­té de leurs actes. Un indi­vi­du tue ou blesse gra­ve­ment quelqu’un, même invo­lon­tai­re­ment, et il passe par la case pri­son. Une Socié­té Ano­nyme le fait et s’en tire avec une amende qui la touche à peine. Pour­quoi ne pas envoyer le direc­teur en pri­son ou même la dis­soudre pour de tels agis­se­ments ? Mais non c’est la poli­tique du lais­ser-faire, sans limites. Si bien que les méthodes pour aug­men­ter leurs pro­fits vont conti­nuer à défier de plus en plus les règles, jusqu’à des­truc­tion du tis­su social si l’État n’intervient pas pour y mettre le holà. Et vu l’état dans lequel est l’État on peut en douter.

Sput­nik France publie aujourd’­hui un article rap­pe­lant que « Inter­ro­gé lors de son pro­cès pour fraude fis­cale au sujet des ver­se­ments du labo­ra­toire sur un compte ouvert en Suisse en 1992, M.Cahuzac [un ministre de Fran­cois Hol­lande], recon­naît alors qu’en 1993 « deux ver­se­ments des labo­ra­toires Pfi­zer » ont été faits au pro­fit du finan­ce­ment politique. »

Catégorie(s) de l'article :

7 Commentaires

  1. Étienne CHOUARD

    Louis Fouché – 4 août 2021

    https://​rumble​.com/​v​k​s​f​l​u​-​l​o​u​i​s​-​f​o​u​c​h​-​4​-​a​o​u​t​-​2​0​2​1​.​h​tml

    Je trouve Louis sim­ple­ment admirable.

    Un homme libre et cou­ra­geux au ser­vice du bien commun.

    Exem­plaire.

    Réponse
  2. Joh

    Oui il prend énor­mé­ment de risques.
    Le pro­blème vient comme tou­jours des EU et des nom­breux pays qu’ils occupent mili­tai­re­ment ou non, comme l’O­TAN. Avec un sys­tème capi­ta­liste jamais remis en cause, géno­ci­daire et des­truc­teur autant qu’i­nef­fi­cace. La science a per­du des siècles de pro­grès à cause de la course au pro­fit qui empêche la recherche dés­in­té­res­sée. Voir l’exemple de la vac­ci­na­tion qui n’est plus une voie où l’on peut effec­tuer de grands pro­grès pour l’avenir.

    Réponse
  3. Berberis

    Gas­pard Dela­nuit 30 juillet 12:59
    « On se demande ce que Louis Fou­ché devrait se sen­tir devoir à un Jean Robin. Quand quelqu’un prend la parole publi­que­ment pen­dant une cer­taine période de son exis­tence, de manière proac­tive et béné­vole, il ne signe pas un contrat à durée indé­ter­mi­né avec le grand arbitre des élé­gances Jean Robin, comme ce der­nier semble le croire. Louis Fou­ché peut se cou­cher, se rele­ver, prendre des vacances, ou même deve­nir ermite s’il le souhaite. »

    Réponse
  4. BA

    Aujourd’­hui, nous pou­vons com­pa­rer les belles pro­messes de Pfi­zer et la réalité.

    - Les belles pro­messes de Pfi­zer : « Pfi­zer et BioN­Tech déclarent leur vac­cin effi­cace à 95 %, selon des résul­tats com­plets de l’essai. »

    https://​www​.bfmtv​.com/​s​a​n​t​e​/​p​f​i​z​e​r​-​e​t​-​b​i​o​-​n​t​e​c​h​-​d​e​c​l​a​r​e​n​t​-​l​e​u​r​-​v​a​c​c​i​n​-​e​f​f​i​c​a​c​e​-​a​-​9​5​-​s​e​l​o​n​-​d​e​s​-​r​e​s​u​l​t​a​t​s​-​c​o​m​p​l​e​t​s​-​d​e​-​l​-​e​s​s​a​i​_​A​N​-​2​0​2​0​1​1​1​8​0​2​0​2​.​h​tml

    - La réa­li­té : « la pro­tec­tion contre l’infection – symp­to­ma­tique ou non – chute devant le variant appa­ru en Inde et des­cend jusqu’à à peine plus de 40 % pour le Pfizer. » 

    https://​www​.lemonde​.fr/​p​l​a​n​e​t​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​2​1​/​0​8​/​1​4​/​c​o​v​i​d​-​1​9​-​f​a​c​e​-​a​u​-​v​a​r​i​a​n​t​-​d​e​l​t​a​-​l​-​e​f​f​i​c​a​c​i​t​e​-​e​t​-​l​e​s​-​l​i​m​i​t​e​s​-​d​e​s​-​v​a​c​c​i​n​s​-​a​-​a​r​n​_​6​0​9​1​4​0​7​_​3​2​4​4​.​h​tml

    Seule­ment 40 % de pro­tec­tion contre le variant Del­ta ! Pfi­zer a men­ti. Il y a trom­pe­rie sur la marchandise.

    Les contri­buables fran­çais ont payé des mil­liards d’eu­ros à Pfi­zer : ils doivent être remboursés.

    Main­te­nant, Pfi­zer doit rendre des mil­liards d’eu­ros aux contri­buables français.

    Pfi­zer, menteur !

    Pfi­zer, ren­dez-nous l’argent !

    Réponse
  5. Robin Guilbot

    La com­mis­sion euro­péenne pré­voit pour octobre la sor­tie de trois trai­te­ments effi­caces contre le covid
    (https://​ec​.euro​pa​.eu/​i​n​f​o​/​s​i​t​e​s​/​d​e​f​a​u​l​t​/​f​i​l​e​s​/​c​o​m​m​u​n​i​c​a​t​i​o​n​-​s​t​r​a​t​e​g​y​-​c​o​v​i​d​-​1​9​-​t​h​e​r​a​p​e​u​t​i​c​s​_​e​n​.​pdf)
    et Antho­ny Fau­ci clame publi­que­ment qu’il aime­rait qu’un médi­ca­ment ayant les carac­té­ris­tiques de l’Ivermectine existe (!)
    (vidéo https://​www​.fran​ce​soir​.fr/​p​o​l​i​t​i​q​u​e​-​m​o​n​d​e​/​l​e​t​r​a​n​g​e​-​d​o​c​t​e​u​r​-​f​a​u​c​i​-​t​r​a​i​t​e​m​e​nts)

    Mêmes des méde­cins qui pensent que l’hydroxychloroquine n’est pas effi­cace à l’hôpital, comme Chris­tophe Prud­homme, recon­naissent que les essais sur l’effet anti­vi­ral (en trai­te­ment pré­coce) n’ont jamais eu lieu
    (https://​qg​.media/​e​m​i​s​s​i​o​n​/​c​o​v​i​d​-​1​-​a​n​-​a​p​r​es/ à 1:37:45).
    Asso­cié au fait que la moi­tié de la pla­nète s’est ser­vi de ces médi­ca­ments pen­dant que les pays riches les inter­di­saient et inter­di­saient même qu’on disent qu’ils marchent
    (https://​blogs​.media​part​.fr/​e​n​z​o​-​l​o​l​o​/​b​l​o​g​/​3​0​0​6​2​1​/​c​o​v​i​d​-​1​9​-​e​t​-​t​r​a​i​t​e​m​e​n​t​s​-​n​o​u​s​-​s​o​m​m​e​s​-​e​n​-​g​u​e​r​r​e​-​e​n​-​e​f​fet,)
    il me semble que ça montre assez clai­re­ment que la ges­tion de la crise n’a pas visé prio­ri­tai­re­ment à pro­té­ger la popu­la­tion. C’est deve­nu un point impor­tant du débat, non ?

    J’ai sous la main un argu­men­taire pré­ci­sé­ment sour­cé mon­trant que le trai­te­ment média­tique et ins­ti­tu­tion­nel de l’hydroxychloroquine a été une grosse arnaque presque depuis le début (et que les études dis­po­nibles sur le trai­te­ment pré­coce sont favo­rables). Si quelqu’un connaît un canal (non éti­que­té com­plo­tiste) que ça pour­rait intéresser…

    Réponse
    • Berberis

      J’ai vu une vidéo en espa­gnol où on nous montre que même dans les com­pri­més phar­ma, type supra­dyn, dra­gés fuca, omé­pra­zol, il y aurait la même sub­stance magné­tique (telle que l’oxyde de gra­phène) – tes­tée avec un aimant…

      Il fau­drait que cha­cun fasse le test chez lui…

      Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...