3 Commentaires

  1. fanantina

    Bra­vo pour ce com­men­taire ! quand je vois l’at­ti­tude du mou­ton pas­sif et anes­thé­sié, c’est une catas­trophe ! le mou­ton n’a rien d’hu­main, il se com­porte comme un ani­mal pié­gé ! je me déso­li­da­rise de tous ces gens là … la liber­té est ce qu’il y a de plus pré­cieux et on doit se battre pour la gar­der … tant pis pour ceux qui devien­dront des esclaves …

    Réponse
    • ève

      Eh bien tant pis ???

      Réponse
  2. Gerard Brazon

    @Eve : La pre­mière rai­son de la ser­vi­tude volon­taire, c’est l’habitude ; la pre­mière rai­son pour laquelle les hommes servent volon­tai­re­ment, c’est qu’ils naissent serfs et qu’ils sont éle­vés dans la servitude.

    Eve et le labou­reur et l’artisan, pour tant asser­vis qu’ils soient, en sont quittes en obéis­sant ! Est-ce là vivre heu­reu­se­ment ? Est-ce là même vivre ? Quelle condi­tion est plus misé­rable que celle de vivre ain­si n’ayant rien à soi et tenant d’un autre son aise, sa liber­té, son corps et sa vie !

    Etienne de la Boétie.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....