Et voilà… ça coûte moins cher

18/03/2021 | 5 commentaires

 
Fina­le­ment, au bout du compte, le pré­ten­du « libé­ra­lisme » est un crime contre l’humanité.

À l’é­vi­dence, ceux qui se disent « libé­raux » détestent LES COMMUNS et ne rêvent que de se les appro­prier pour en faire des centres de pro­fit (pri­vés).
C’est comme ça depuis l’o­ri­gine : le pre­mier crime des « libé­raux » fut les ENCLOSURES (le fait d’en­clore les com­muns, de se les appro­prier), puis d’en­fer­mer et de mas­sa­crer (lit­té­ra­le­ment) les résistants.

Ce qui nous perd, dans notre espèce humaine, c’est notre incroyable vul­né­ra­bi­li­té aux bobards : il aura suf­fi aux pires canailles de se pro­cla­mer eux-mêmes « libé­raux » pour gru­ger toute l’hu­ma­ni­té, qui aime natu­rel­le­ment la liber­té mais sans prê­ter atten­tion au piège (pour­tant gros­sier) de la liber­té du renard libre dans un pou­lailler libre.

Catégorie(s) de l'article :

5 Commentaires

  1. Renaud

    Le libé­ra­lisme n’est pas libé­ral. C’est clair et depuis le début.

    Réponse
  2. Jacques

    Eh oui ! … « notre incroyable vul­né­ra­bi­li­té aux bobards » … Etienne deman­dant « que les médi­ca­ments soient clas­sés dans les pro­duits de pre­mière néces­si­té » : voi­ci une marque de vul­né­ra­bi­li­té au bobard de la pré­ten­due  » ACTION des sub­stances » … Her­bert M. Shel­ton (1895−1985) doc­teur en bio­lo­gie et doc­teur en phi­lo­so­phie (USA) est l’un de ceux qui ont très bien éclai­ré ce sujet de réflexion : « L’er­reur fon­da­men­tale – l’er­reur des erreurs – de la pro­fes­sion médi­cale est la concep­tion erro­née du pou­voir d’ac­tion que sont cen­sés pos­sé­der les poi­sons que l’on appelle remèdes. » … c’est là un extrait de la pièce jointe que j’offre à votre (éven­tuelle) atten­tion et qui accom­pagne le cour­riel que je vais adres­ser dans trois minutes sur votre boîte.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...