Le Dr. Gérald Kierzek résiste à la doxa : « C’EST L’AUTORITÉ ADMINISTRATIVE QUI NE VEUT PAS CRÉER DE LITS PÉRENNES » et qui nous enferme volontairement dans la crise !

17/03/2021 | 4 commentaires

Je trouve le Dr. Gérald Kier­zek très convain­cant pour résis­ter aux pres­sions vers un régime tota­li­taire. J’ai noté :

  • Les réas sont satu­rées DEPUIS DES DÉCENNIES (rien à voir avec la COVID, donc : n’im­porte quelle épi­dé­mie met désor­mais notre sys­tème à genoux) à cause de la des­truc­tion volon­taire de l’hô­pi­tal (par ceux-là même qui nous appellent aujourd’­hui, comme des tar­tuffes, à « défendre l’hô­pi­tal » contre l’engorgement…)
    .
  • Les chiffres épou­van­tables semant la ter­reur (« 90 000 morts »…) sont obte­nus en CUMULANT les chiffres de PLUSIEURS années (!) au lieu de remettre les comp­teurs à zéro (comme tous les ans, évidemment).
    .
  • En plus, les chiffres des morts publiés par­tout sont des chiffres ABSOLUS : ils ne sont jamais mis en rela­tion ni avec les années pré­cé­dentes, ni avec le nombre total de morts (le nb de mort NORMAUX en France est de 600 000/an (!) tous les ans), ni avec les tranches d’âge concer­nées : il n’y a rigou­reu­se­ment aucune sur­mor­ta­li­té en 2020 pour les moins de 65 ans (!) : ce sont les plus de 75 ans qui meurent, comme d’ha­bi­tude donc, sauf que les papy-boo­mers sont de plus en plus nom­breux à être très vieux, ET C’EST ÇA (ET PAS LA COVID19) QUI EXPLIQUE LA SURMORTALITÉ EN VALEUR ABSOLUE mais pas en valeur rela­tive de la tranche d’âge… Ces chiffres sont donc mani­pu­la­toires : ils servent à faire croire à une héca­tombe excep­tion­nelle qui n’existe pas.
    .
  • Les modèles mathé­ma­tiques catas­tro­phistes qui fondent toutes les alertes ter­ri­fiantes sont tous BIDON : ils se sont TOUS trom­pés, tout le temps… C’est idiot de conti­nuer à leur faire confiance.
    .
  • On sait main­te­nant soi­gner les gens AVANT la réani­ma­tion, mais encore fau­drait-il avoir des lits simples pour les accueillir… Or IL N’Y A PLUS DE LITS, puisque le gou­ver­ne­ment les a volon­tai­re­ment et régu­liè­re­ment détruits, et qu’il conti­nue à en détruire en 2020 et 2021 !!
    .
  • Les trans­ferts chers et spec­ta­cu­laires de malades sont de la pro­pa­gande men­son­gère : les trans­ferts ne sont pas néces­saires, il suf­fi­rait de sol­li­ci­ter les lits libres à proxi­mi­té dans le pri­vé. Mais non, c’est idéo­lo­gi­que­ment insup­por­table de faire appel au privé…
    .
  • Dr Kier­zek : « Dans mon hôpi­tal, à l’Hô­tel-Dieu, on pour­rait ouvrir 100 lits du jour au len­de­main ! Pour­quoi on le fait pas ? À l’hô­tel Dieu, en effet, la réa a été désaf­fec­tée il y a 5 ans : on l’a visi­tée la semaine der­nière, tout est prêt, les fluides, l’oxy­gène, etc. (OK, on va nous dire « mais non c’est pas une réa », alors ok : met­tons des lits de pré-réa, jus­te­ment, pour faire sor­tir les patients de réa quand ils n’ont plus besoin de réani­ma­tion mais pour les­quels on est aujourd’­hui coin­cés parce qu’on n’a pas de lits d’a­val… Mais là, on ne veut pas, et ça : c’est L’AUTORITÉ ADMINISTRATIVE QUI NE VEUT PAS CRÉER DE LITS PÉRENNES : ils veulent juste pous­ser un peu les murs, faire un peu de show avec les trans­ferts, mais rien de plus,  pour évi­ter d’as­su­mer la res­pon­sa­bi­li­té de dire « on crée des lits », parce que ça vou­drait dire « on a fait une conne­rie en les fer­mant ces der­nières années »
    .
  • Il n’y a pas du tout de flux abon­dant de malades : urgences : – 30% d’ac­ti­vi­té, ser­vices nor­maux d’hos­pi­ta­li­sa­tion non débor­dés, il n’y a que la réa qui sature, mais c’est pas par un flux de cen­taines de malades qui arrivent, c’est juste la dif­fé­rence entre les entrées et les sor­ties : sur les 1200 lits en Île de France, il y a envi­ron 1000 malades qui res­tent plu­si­suers jours, for­cé­ment, donc, sur les entrées et sor­ties quo­ti­diennes, il y a une dif­fé­rence de 25 à 50 malades…(pas qui s’ad­di­tionnent tous les jours, c’est juste le del­ta entrées – sor­ties) qu’on essaie d’é­clu­ser un peu par les trans­ferts… Alors ça pour­rait se faire par les cli­niques pri­vées, ça pour­rait se faire en créant un ser­vice ou deux en Île de France, et ça per­met­trait de nor­ma­li­ser la situa­tion (sans ter­ro­ri­ser tout le monde)…
    .
  • L’ob­jec­tif, c’est de vider les réas, et donc le confi­ne­ment ça ne ser­vi­rait à rien !
    .
  • On est pri­son­niers des modèles mathé­ma­tiques où on nous dit « atten­tion, il faut vite libé­rer des lits, et même encore plus !, pour gar­der des réserves parce que « ça va être catas­tro­phique dans trois semaines »… Et ça fait 4 mois qu’on nous dit ça !…Voi­là pour­quoi on éloigne les malades de façon cen­tri­fuge le plus loin pos­sible de Paris : pour gar­der des places libres à côté… Sauf que ces modèles mathé­ma­tiques, à un moment don­né, il fau­drait réexa­mi­ner leur pertinence…

 

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

Tweet cor­res­pon­dant à ce billet :

==================================================================================
==================================================================================

[Edit (9h après la publication) :

Un ami que j’aime me reproche mon « irres­pon­sa­bi­li­té » d’ain­si dédra­ma­ti­ser la situa­tion, ce qui pour­rait conduire la popu­la­tion à « bais­ser la garde »…

Je lui ai répon­du ceci (qui pour­rait qua­si­ment faire l’ob­jet d’un nou­veau billet) :

« Cher …,

• Les chiffres de l’IN­SEE sont sor­tis pour 2020 : sur toutes les tranches d’âge infé­rieures à 65 ans, il y a eu MOINS de morts en 2020 qu’en 2019 (1000 de moins).

Je répète : non pas plus de morts, mais MOINS de morts en 2020.

• De 65 à 75 ans, UN PEU plus de morts.

• La plus grande par­tie des morts sont au-delà de 75 ans (moyenne d’âge des morts supé­rieure à 85 ans).

=> Ce qui s’est pas­sé cette année, Guy-Fran­çois, c’est qu’il y avait BEAUCOUP PLUS DE VIEUX de plus de 65 ans (comme moi bien­tôt) ET en même temps BEAUCOUP MOINS DE JEUNES de moins de 65 ans : 800 000 très vieux de plus ! et 600 000 jeunes de moins !! (qu’en 2017). Gros vieillis­se­ment de la popu­la­tion, donc, qui vient sim­ple­ment de l’ar­ri­vée des papy-boo­mers (et ça se passe comme ça depuis 5 ans dans plein de pays dans le monde). Et ça va durer encore 25 ans ! Et il se trouve que, sta­tis­ti­que­ment, ce sont les vieux qui meurent, pas les jeunes (natu­rel­le­ment, méca­ni­que­ment, fata­le­ment, banalement).

Je t’an­nonce donc que, du simple fait des lois élé­men­taires de la démo­gra­phie, il y aura de plus en plus de morts pen­dant les 20 ans qui viennent, EN VALEURS ABSOLUES, en nombre de morts, comme ça, pour les mêmes rai­sons, pen­dant encore des décennies.

MAIS pas en valeurs relatives !

CE QUI FAIT QUE l’aug­men­ta­tion des morts en valeur abso­lue n’est PAS une bonne rai­son pour rava­ger la socié­té (par des mesures aus­si inutiles que dévas­ta­trices), puisque c’est une situa­tion NORMALE.

• EN VALEURS RELATIVES, — et c’est évi­dem­ment comme ça qu’il faut comp­ter sinon on se fait peur pour rien, — les TAUX de mor­ta­li­té PAR TRANCHE D’ÂGE sont sen­si­ble­ment LES MÊMES en 2020 que les années pré­cé­dentes. On a plus de morts en valeurs abso­lues parce qu’on a beau­coup plus de très vieux, C’EST TOUT. Si cela n’a­vait pas été le COVID, cela aurait été n’im­porte quelle épi­dé­mie. C’est la vie : les infec­tions res­pi­ra­toires nous emportent nos vieux, tous les ans depuis la nuit des temps (2,6 mil­lions de morts par an TOUS LES ANS dans le monde par infec­tion res­pi­ra­toire, c’est la nor­ma­li­té de notre humanité.

• En plus, je n’ou­blie pas le sort épou­van­table que « les auto­ri­tés de san­té » ont réser­vé à nos vieux, pré­ci­sé­ment, au prin­temps dernier :
ENFERMÉS comme des rats dans leurs EHPADs,
SANS SOIN (para­cé­ta­mol obli­ga­toire et C’EST TOUT, C’EST UN ORDRE),
SANS VISITES,
INTERDITS d’HÔ­PI­TAL (sou­viens-toi : les méde­cins avaient peur eux-mêmes de rece­voir les gens qui tous­saient, tel­le­ment les médias ter­ro­ri­saient tout le monde),
on les a même ache­vés au RIVOTRIL…
on ne les a même pas inhumés,
on les a jetés dans des sacs.
C’est de la méde­cine, ça ?
PAS DU TOUT : ON A INTERDIT AUX MÉDECINS DE SOIGNER.
On a impo­sé à tout le monde de RESTER CHEZ SOI et d’al­ler l’hô­pi­tal seule­ment au der­nier moment, quand on était bon pour la réa direct, ce qui a évi­dem­ment débor­dé l’hô­pi­tal (déjà dévas­té par 50 ans d’ul­tra­li­bé­ra­lisme). EMPÊCHER LES MÉDECINS DE PRESCRIRE EST UN AUTRE CRIME DE CE RÉGIME.

• Je n’ou­blie pas non plus que ce sont LES MÊMES qui reprochent sévè­re­ment aux jeunes — et mêmes aux enfants, bor­del ! — de ne pas por­ter leurs masques en papier et de se mon­trer ain­si « égoïstes » et même « res­pon­sables des blo­cages des urgences » (quel culot !), ce sont LES MÊMES, donc, qui ont DÉTRUIT VOLONTAIREMENT 8 lits sur 10 depuis 1970 ! Et LES MÊMES qui conti­nuent à détruire des lits en 2020 !! et LES MÊMES qui conti­nuent à détruire des lits d’hô­pi­taux par cen­taines encore en 2021 !!!

Bon sang, mais arrê­tez de trai­ter d’ir­res­pon­sables ceux qui refusent le masque, l’en­fer­me­ment et la ruine des PME (mesures tota­le­ment INUTILES, c’est prou­vé scien­ti­fi­que­ment par le plus grand épi­dé­mio­lo­giste du monde), et pre­nez-vous-en plu­tôt au gou­ver­ne­ment, qui est LE SEUL RESPONSABLE DE CETTE CRISE, POUR AVOIR VOLONTAIREMENT, CRIMINELLEMENT, DEPUIS LONGTEMPS, OBSTINÉMENT, AVEUGLÉMENT,DÉTRUIT TOUT NOTRE SYSTÈME DE SOINS.

Ça me désole de te voir me trai­ter, moi, d’  »irres­pon­sable » au motif que je dénonce seule­ment les crimes de ce régime de merde.

Tu te trompes d’irresponsable.

• Enfin, la Suède a LES MÊMES RÉSULTATS QUE NOUS SANS CONFINER, SANS ENFERMER PERSONNE, SANS JETER AUCUNE PME DANS LA MISÈRE, SANS TERRORISER TOUT LE MONDE, SANS RENDRE DÉPRESSIFS SES ENFANTS… La Suède a LES MÊMES RÉSULTATS QUE NOUS. Il faut arrê­ter de dire que nos chiffres sont liés aux mesures prises, ce n’est pas vrai.

(et ne me parle pas des pouièmes de dif­fé­rence, ce serait indé­cent, s’il te plaît : regarde le coût des mesures, éco­no­mique, sani­taire et social, y a pas pho­to : les mesures prises sont catas­tro­phiques et elles ne sont que ça). IL NE FALLAIT PAS DÉTRUIRE LES HÔPITAUX, voi­là ce que les tyrans essaient de cacher en nous fai­sant por­ter, nous, la res­pon­sa­bi­li­té de leurs crimes à eux.

Avec toute mon ami­tié, cher …

Étienne. »

Catégorie(s) de l'article :

4 Commentaires

  1. Jérôme

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Castex#Au_sein_de_ministères

    De 2005 à 2006, Jean Cas­tex est le direc­teur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au minis­tère des Soli­da­ri­tés et de la Cohé­sion sociale, où il par­ti­cipe à l’introduction de la notion d’objectifs et de ren­ta­bi­li­té dans l’hôpital et à une ratio­na­li­sa­tion des coûts dans le cadre du plan hôpi­tal 2007, qui intro­duit notam­ment la tari­fi­ca­tion à l’ac­ti­vi­té (« T2A »).

    https://​www​.lex​press​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​s​o​c​i​e​t​e​/​s​a​n​t​e​/​h​o​p​i​t​a​l​-​d​e​-​n​a​n​c​y​-​t​o​l​l​e​-​a​p​r​e​s​-​d​e​s​-​p​r​o​p​o​s​-​d​u​-​d​i​r​e​c​t​e​u​r​-​d​e​-​l​-​a​r​s​-​s​u​r​-​d​e​s​-​f​e​r​m​e​t​u​r​e​s​-​d​e​-​l​i​t​s​_​2​1​2​3​0​0​6​.​h​tml

    Des pro­pos du direc­teur de l’A­gence régio­nale de san­té (ARS) Grand Est esti­mant qu’il n’y a « pas de rai­son » d’in­ter­rompre les sup­pres­sions de postes et de lits au CHRU de Nancy.

    Réponse
  2. Rinaldi

    tout simplement…MERCI !
    C’est clair !
    Conti­nuez sur­tout à le faire savoir !
    COURAGE !

    Réponse
  3. Tondusson

    J’entends de tous bords que le per­son­nel médi­cal ( méde­cins, infir­mières, aides soi­gnants et tous les autres) sont sur­char­gés, fati­gués, incom­pris, mal consi­dé­rés, et j’imagine aisé­ment le marasme dans lequel ils évoluent.
    Ils ne reçoivent aucune consi­dé­ra­tion pour leur inves­tis­se­ment, les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs ont sapé les uns après les autres leur outil de travail.
    Vu la situa­tion à laquelle nous fai­sons face depuis un an, j’étais per­son­nel­le­ment per­sua­dé que le gou­ver­ne­ment actuel allait mettre le paquet pour res­tau­rer cette ins­ti­tu­tion en péril.
    Si je ne me trompe, par diverses manières, il s’y était engagé.
    En fait’ qu’en est-il…? Rien n’a chan­gé, les moyens annon­cés n’ont jamais été mis en ouvre, on nous ment !
    Il est donc nor­mal que ces per­son­nels soient écœu­rés et démo­ti­vés. Beau­coup démis­sionnent alors qu’ils aiment leur bou­lot. Com­ment pour­rait t’on leur en vouloir ?
    M’est avis que le pré­sident ne l’emportera pas au paradis.

    Réponse
  4. lemant

    Etienne

    Je vous suis sur pas mal de sujet mais pas celui là…
    Je suis méde­cin chef de pôle en réani­ma­tion et je connais bien le problème.
    Il est faux de dire que les réas étaient satu­rées, le taux d’oc­cu­pa­tion de la plu­part des réa tour­naient autour de 80 %, c’est pour cela que les tutelles se disaient « ça passe!, on peut fer­mer des lits ».
    Avec par­fois des périodes de sur­chauffe et/ou de crise pen­dant les épi­dé­mies de grippe

    Non le pro­blème de l’hô­pi­tal est le même que tous les autres ser­vices publiques, et il faut juste com­prendre pour chan­ger les choses que l’é­tat peut bien payer tout ce qu’il veut (en fabri­quant l’argent) à l’u­nique condi­tion qu’il réus­sisse à récu­pé­rer par les impôts ce qu’il a dépensé…tout en pré­ci­sant que si tout le monde payait les impôts comme pré­vu (au lieux de frau­der, je parle des grands groupes trans­na­tio­naux), ceux qui les payent aujourd’­hui en paye­raient moins…

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles