[Censure du journal RUPTURES] Entre indifférence et complicité, les médias « alternatifs » favorisent le néo-maccarthysme (Laurent DAURÉ, sur Le Grand Soir)

30/10/2020 | 3 commentaires

[Abon­nez-vous au jour­nal Rup­tures, c’est un bon outil de résis­tance à la tyran­nie unioneuropéenne.
Étienne.]
Laurent DAURÉ :
Depuis que Rup­tures a cher­ché à aler­ter sur le label men­son­ger que lui a attri­bué subi­te­ment Twit­ter le 7 sep­tembre der­nier – « Média affi­lié à un État, Rus­sie » –, moins d’une heure après la mise en ligne d’une ana­lyse mon­trant que 98 % des médias fran­çais de pre­mier plan ont relayé la théo­rie conspi­ra­tion­niste du « Rus­sia­gate », le nombre d’articles consa­crés à l’action arbi­traire du réseau social états-unien se compte sur les doigts d’une main.
En effet, quatre médias seule­ment ont ren­du compte de ce pro­cé­dé néo-mac­car­thyste sur lequel Twit­ter refuse obs­ti­né­ment de s’expliquer ; non seule­ment la firme à l’oiseau bleu ne répond pas à nos sol­li­ci­ta­tions, y com­pris par lettre recom­man­dée, mais elle fait de même avec les rares jour­na­listes qui l’ont contac­tée à notre sujet.
Les médias fran­co­phones qui ont cou­vert l’histoire sont, par ordre chro­no­lo­gique : RT France, BFM-TV,Presse-citron, Cau­seur. Et c’est tout pour le moment. Quelques valeu­reux blogs com­mu­nistes en ont éga­le­ment parlé.
Comme nous l’avons écrit dans notre der­nier com­mu­ni­qué, cette label­li­sa­tion erro­née de Rup­tures consti­tue un pré­cé­dent en France. Le « men­suel pro­gres­siste radi­ca­le­ment euro­cri­tique » est bel et bien le pre­mier média hexa­go­nal à subir cela (pré­ci­sons que les réper­cus­sions ne se limitent pas à Twit­ter – avec un étouf­fe­ment algo­rith­mique de notre pré­sence sur la pla­te­forme –, elles concernent avant tout la répu­ta­tion du journal).
Nous ne pou­vons que consta­ter la large indif­fé­rence que cette évo­lu­tion inédite sus­cite par­mi les médias dits « alter­na­tifs » ou « indé­pen­dants », en par­ti­cu­lier ceux qui se réclament de la gauche. Nos alertes sont jusque-là tota­le­ment igno­rées, en tout cas elles ne se tra­duisent pas par des actions publiques. Pas même un petit tweet…
Le silence des médias domi­nants était atten­du, et il est effec­ti­ve­ment qua­si total. Force est cepen­dant de noter que le chef du ser­vice « BFM Tech », Raphaël Gra­bly, a sui­vi l’affaire depuis le début – inter­pel­lant Twit­ter France à plu­sieurs reprises – et en a fait un article. Le Canard enchaî­né, Media­part et Arrêt sur images, pour ne citer que des titres bien ins­tal­lés, n’en ont tou­jours pas dit un mot, alors qu’ils traitent régu­liè­re­ment de l’actualité et des enjeux rela­tifs au pou­voir des réseaux sociaux.
Com­ment expli­quer cette occul­ta­tion ? Nous en sommes réduits à des hypo­thèses. Quatre principalement.
Ignorent-ils la déci­sion de Twit­ter de nous décla­rer en intel­li­gence avec Mos­cou ? Nous ne pou­vons croire que leurs antennes soient défi­cientes à ce point.
Estiment-ils que l’affaire est anec­do­tique ou ano­dine ? Alors c’est qu’ils acceptent taci­te­ment que des pla­te­formes pri­vées puissent pra­ti­quer une forme d’arbitrage et de cen­sure poli­tiques (c’est une ten­dance crois­sante, à la fois sur Face­book, Twit­ter et You­Tube, avec la béné­dic­tion et même l’incitation des autorités).
Consi­dèrent-ils que Rup­tures mérite son « label rouge » ? Nous ne deman­dons pas mieux qu’ils enquêtent pour véri­fier leur intui­tion. Ils ver­ront bien si notre indé­pen­dance est une fiction.
Sont-ils en désac­cord avec la ligne édi­to­riale de notre men­suel ? C’est fort pro­bable, mais leur silence signi­fie­rait qu’ils s’assoient sur les prin­cipes – liber­té d’expression et de la presse en tête – et ne comptent infor­mer que sur les injus­tices que subissent des per­sonnes ou des orga­ni­sa­tions qui trouvent grâce à leurs yeux.
Mais après tout faut-il être sur­pris de l’indifférence au tort qui nous est fait quand on constate l’attitude de la vaste majo­ri­té des médias – petits et grands – dans un cas autre­ment plus grave, je veux bien sûr par­ler du cal­vaire inter­mi­nable de Julian Assange ? L’ignoble aban­don dont est vic­time ce jour­na­liste per­sé­cu­té repousse les limites de la veu­le­rie jour­na­lis­tique, que l’on savait pour­tant généreuses.
À par­tir du moment où le sort de Julian Assange – un pri­son­nier poli­tique dont la vie est en dan­ger – ne sus­cite par une mobi­li­sa­tion mas­sive, on peut se dire que la faillite intel­lec­tuelle et morale de la presse est actée (Media­part et Edwy Ple­nel, après avoir igno­ré ou calom­nié le fon­da­teur de Wiki­Leaks, se sont tar­di­ve­ment réveillés quant à l’importance de la cause). Le concours de lâche­té est ouvert en per­ma­nence et les concur­rents sont pléthoriques.
Au-delà du cas de Rup­tures, il y a une liste de posi­tions qui valent une mar­gi­na­li­sa­tion auto­ma­tique aux médias, orga­ni­sa­tions et per­son­na­li­tés qui les adoptent.
En voi­ci quelques exemples : plai­der en faveur de la sor­tie de l’Union euro­péenne et/ou de l’Otan ; rela­ti­vi­ser voire réfu­ter la « menace » russe, chi­noise ou ira­nienne (l’énumération peut conti­nuer en fonc­tion des cir­cons­tances et des objec­tifs géos­tra­té­giques des puis­sances occi­den­tales) ; dénon­cer la poli­tique d’apartheid de l’État israé­lien et pra­ti­quer une soli­da­ri­té consé­quente à l’égard du peuple pales­ti­nien ; s’opposer à l’interventionnisme « huma­ni­taire » en Afgha­nis­tan, en Libye ou en Syrie (à pro­pos de ce der­nier dos­sier, le bla­ckout média­tique total sur les lan­ceurs d’alerte de l’OIAC est élo­quent) ; sou­te­nir le pou­voir légi­time au Vene­zue­la ou en Boli­vie ; défendre la liber­té d’expression sans aucun deux poids, deux mesures…
La mar­gi­na­li­sa­tion média­tique et pro­fes­sion­nelle s’accompagne main­te­nant de plus en plus d’actes de cen­sure, celle-ci étant sous-trai­tée par les États aux pla­te­formes pri­vées cali­for­niennes en situa­tion de qua­si-mono­pole. Il est déjà bien tard pour s’inquiéter de ce phé­no­mène qui a pris beau­coup d’ampleur ces der­niers mois.
Twit­ter serait-il spé­ci­fi­que­ment aller­gique à la cri­tique de la nou­velle guerre froide que les impé­ria­listes cherchent à nous impo­ser et dont les mul­tiples accu­sa­tions d’« ingé­rence russe » consti­tuent un vec­teur essen­tiel ?… Que la firme états-unienne ait Rup­tures dans le col­li­ma­teur est une sorte de médaille hono­ri­fique pour notre petite équipe (elle nous a d’ailleurs appor­té de nou­veaux abon­ne­ments). Mais nous exi­geons mal­gré tout le retrait du label fan­tai­siste. Il nous fau­dra peut-être mal­heu­reu­se­ment en pas­ser par une action en jus­tice pour l’obtenir.
À bas l’e‑impérialisme ! Vive WikiLeaks !
Laurent Dau­ré
Source :
https://​www​.legrand​soir​.info/​e​n​t​r​e​-​i​n​d​i​f​f​e​r​e​n​c​e​-​e​t​-​c​o​m​p​l​i​c​i​t​e​-​l​e​s​-​m​e​d​i​a​s​-​a​l​t​e​r​n​a​t​i​f​s​-​f​a​v​o​r​i​s​e​n​t​-​l​e​-​n​e​o​-​m​a​c​c​a​r​t​h​y​s​m​e​.​h​tml
Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Catégorie(s) de l'article :

3 Commentaires

  1. Gary Etienne

    Bon­jour,
    Je découvre cette nou­velle injus­tices. Déso­lant pour les médias alter­na­tifs ne la mettent pas en avant ! Pour­quoi ? Ils ont peur de subir le même sort ? Si c’est le cas, ils ren­forcent et col­la­bore à leur perte. La pol­lu­tion des esprits est énorme.…

    Réponse
  2. joss

    La casse des hôpi­taux, de nos infir­mières et aide-soi­gnantes pen­dant ces années néo-libé­rales ont ren­du nos sys­tèmes de soins de san­té et la popu­la­tion qui en dépend vul­né­rables. Ce virus est comme un grain de sable dans un engre­nage à bout de souffle.
    Cette casse est pri­mor­diale, elle leur per­met de nous inter­dire de vivre, de mieux nous contrô­ler, nous vendre des médi­ca­ments inutiles, de la bouffe « empoi­son­née », de nous rendre docile par la peur.
    VÉRAN HYSTÉRIQUE – LEVÉE DE BOUCLIERS A L’ASSEMBLÉE
    https://​you​tu​.be/​z​J​A​G​X​-​u​t​VCs

    Réponse
  3. joss

    Sacrée his­toire de David contre Goliath…
    [M‑22–9] L’or des peuls ep.1 – Les Femmes ont envoyé leur demande officielle
    IDRISS ABERKANE
    https://youtu.be/S‑8cyNpG-G8

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....