Au Danemark, pas d’aide financière pour les entreprises avec dividendes ou paradis fiscaux

20/04/2020 | 13 commentaires

Source : La Relève et la Peste, https://​lare​le​veet​la​peste​.fr/​a​u​-​d​a​n​e​m​a​r​k​-​p​a​s​-​d​a​i​d​e​-​f​i​n​a​n​c​i​e​r​e​-​p​o​u​r​-​l​e​s​-​e​n​t​r​e​p​r​i​s​e​s​-​a​v​e​c​-​d​i​v​i​d​e​n​d​e​s​-​o​u​-​p​a​r​a​d​i​s​-​f​i​s​c​aux

« En clair : les entre­prises qui versent des divi­dendes, rachètent leurs propres actions ou sont enre­gis­trées dans des para­dis fis­caux ne seront éli­gibles à aucun des pro­grammes d’aide, qui s’élèvent désor­mais à un total de 400 mil­liards de cou­ronnes (37 mil­liards d’euros), y com­pris les prêts et les garanties.

Ce wee­kend, le gou­ver­ne­ment danois a déci­dé de pro­lon­ger ses pro­grammes d’aide aux entre­prises et aux tra­vailleurs pour aug­men­ter l’enveloppe d’environ 100 mil­liards de cou­ronnes, soit 9 mil­liards d’euros. L’Etat danois a déci­dé d’exclure de cette aide finan­cière toutes les entre­prises qui versent des divi­dendes ou étant enre­gis­trées dans des para­dis fis­caux. Une contrainte éco­no­mique avant-gar­diste sur la scène internationale.

Dans un com­mu­ni­qué publié dimanche, le gou­ver­ne­ment du Dane­mark et tous les groupes d’opposition ont déci­dé de pro­lon­ger jusqu’au 8 juillet le pro­gramme d’aide finan­cière accor­dé aux entre­prises et aux tra­vailleurs pour évi­ter les licen­cie­ments et les faillites.

Par­mi les mesures annon­cées, les petites et moyennes entre­prises pour­ront désor­mais récu­pé­rer cer­tains paie­ments de TVA qu’elles ont effec­tués l’année der­nière sous forme de prêts à taux zéro, et les charges sociales seront rem­bour­sées à cer­tains sec­teurs d’activité.

Côté tra­vailleurs, le gou­ver­ne­ment s’engage à des­ti­ner un fonds pour ren­for­cer et main­te­nir les emplois danois, tan­dis que les droits au chô­mage et aux indem­ni­tés de mala­die vont être pro­lon­gés. Mais la mesure qui détonne le plus, c’est le condi­tion­ne­ment des aides publiques.

« Les deman­deurs, comme condi­tion pour rece­voir une indem­ni­sa­tion pour la période pro­lon­gée, doivent décla­rer par la foi et les lois que les socié­tés ne paie­ront pas de divi­dendes ou ne rachè­te­ront pas d’actions pour les exer­cices 2020 et 2021. (…) Les entre­prises basées dans des para­dis fis­caux, confor­mé­ment aux lignes direc­trices de l’UE, ne peuvent pas rece­voir de com­pen­sa­tion finan­cière. » a ain­si décla­ré le gouvernement

En clair : les entre­prises qui versent des divi­dendes, rachètent leurs propres actions ou sont enre­gis­trées dans des para­dis fis­caux ne seront éli­gibles à aucun des pro­grammes d’aide, qui s’élèvent désor­mais à un total de 400 mil­liards de cou­ronnes (37 mil­liards d’euros), y com­pris les prêts et les garanties.

Dans le même temps, en France, l’Assemblée Natio­nale a voté favo­ra­ble­ment à un plan de 20 mil­liards d’euros pour le sau­ve­tage de grandes entre­prises « stra­té­giques » comme Air France, Renault ou le para­pé­tro­lier Val­lou­rec. Sans leur deman­der aucune contre­par­tie éco­lo­gique et sociale en échange, suite au rejet du seul amen­de­ment qui aurait pu réta­blir l’équilibre.

Le pro­jet de loi de finances rec­ti­fi­ca­tive 2020 qui a été adop­té par l’Assemblée Natio­nale ven­dre­di soir doit main­te­nant pas­ser devant le Sénat mar­di 21 avril. La poli­tique éco­no­mique sociale avant-gar­diste du Dane­mark va-t-elle faire écho auprès de nos séna­teurs ? pas sûr…

20 avril 2020 – Lau­rie Debove.

Source : La Relève et la Peste, https://​lare​le​veet​la​peste​.fr/​a​u​-​d​a​n​e​m​a​r​k​-​p​a​s​-​d​a​i​d​e​-​f​i​n​a​n​c​i​e​r​e​-​p​o​u​r​-​l​e​s​-​e​n​t​r​e​p​r​i​s​e​s​-​a​v​e​c​-​d​i​v​i​d​e​n​d​e​s​-​o​u​-​p​a​r​a​d​i​s​-​f​i​s​c​aux


Mon com­men­taire :

Les action­naires sont une classe oisive, para­si­taire, des enne­mis de l’Hu­ma­ni­té qui vont bien­tôt tous nous faire cre­ver (pour tou­jours gagner davan­tage sans jamais tra­vailler), de la même façon qu’un ver soli­taire tue la bête qu’il ponc­tionne à mort, stu­pide au point de cre­ver lui-même avec sa victime…

Nous devrions sup­pri­mer la pos­si­bi­li­té même de ver­ser des divi­dendes. Nous devrions même sup­pri­mer la forme juri­dique des socié­tés par actions. 

On va nous objec­ter : « Sans actions ni divi­dendes, com­ment atti­re­rez-vous les capi­taux pour investir ? »

Nous répon­drons : NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE L’ARGENT DES RICHES POUR INVESTIR : nous pou­vons finan­cer l’in­ves­tis­se­ment par une coti­sa­tion sociale (à une Caisse sociale des inves­tis­se­ments, créée pour ça), exac­te­ment comme nous avons construit tout notre sys­tème de soins hos­pi­ta­liers avec des coti­sa­tions sur nos salaires ver­sées à des caisses d’as­su­rance mala­die qui ont inté­gra­le­ment finan­cé aus­si bien les inves­tis­se­ments que le fonc­tion­ne­ment des hôpi­taux, sans emprun­ter un sou ni ver­ser un cen­time d’in­té­rêts aux mar­chés financiers.

Écou­tez et lisez Ber­nard Friot, et aidez le Réseau Sala­riat.

Les action­naires sont un can­cer, non nécessaires.

Pour sur­vivre, il va bien fal­loir nous occu­per per­son­nel­le­ment de cette menace mortelle.

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Catégorie(s) de l'article :

13 Commentaires

  1. dsl

    J’ai été un petit action­naire de PSA, de Car­re­four, j’ai per­du de l’argent.
    J’en ai gagné ailleurs avec d’autres actions.
    Je tra­vaille, et l’argent que j’ai inves­ti est celui que j’ai gagné par ailleurs, c’est mon épargne, j’ai payé des impôts sur cet argent avant d’en dis­po­ser, j’ai dépen­sé mon éner­gie pour le gagner.
    J’ai encore payé des impôts lorsque les actions m’ont rap­por­té un petit quelque chose.
    Lorsque j’ai per­du de l’argent, on ne m’a rien don­né ni remboursé.
    Et main­te­nant, je lis ici que je serais un can­cer et un para­site et que cer­taines per­sonnes veulent s’oc­cu­per per­son­nel­le­ment de moi.
    Je ne me lais­se­rai pas faire.

    Réponse
    • etienne

      Lucien,

      Votre cas per­son­nel vous aveugle : vous ne voyez pas que les dizaines de mil­liards (!) de divi­dendes ver­sés chaque année (!!) sont lit­té­ra­le­ment volés aux sala­riés, les seuls à bosser.

      Êtes-vous bien sûr d’a­voir tant besoin de voler des sala­riés pour pro­té­ger votre épargne ?
      Vous ne voyez vrai­ment pas d’autre moyen ?
      Com­ment fai­saient les épar­gnants AVANT l’in­ven­tion des socié­tés par actions avec dividendes ?

      Faites une expé­rience de pen­sée : si les entre­prises sur les­quelles vous pariez en ce moment étaient car­ré­ment escla­va­gistes (!), conti­nue­riez-vous à ne pas voir « le pro­blème » au seul motif que vos moti­va­tions per­son­nelles sont louables (pro­té­ger votre épargne dure­ment gagnée) ?
      Autre­ment dit, le fait que vos moti­va­tions per­son­nelles sont louables (ce dont je ne doute pas) ne jus­ti­fie EN RIEN l’im­mo­ra­li­té indé­cente du vol mas­sif et per­ma­nent des tra­vailleurs par des oisifs.
      Car les divi­dendes que vous tou­che­rez de vos actions sont des reve­nus d’oi­sif, assu­ré­ment, sans aucun doute possible. 

      Et si vous tra­vaillez par ailleurs, cela n’a rien à voir.
      Concen­trez votre atten­tion sur le reve­nu para­si­taire indu que sont les dividendes.
      Le fait que vous ayez réus­si à en deve­nir le béné­fi­ciaire ne rend pas la chose morale.

      Étienne.

      PS : quand vous dites « je ne me lais­se­rai pas faire », on vous com­prend (c’est amu­sant, on dirait un voleur qui fait l’in­di­gné et qui clame « je ne lais­se­rai per­sonne m’empêcher de conti­nuer à voler 🙂  » ), mais com­pre­nez que, pré­ci­sé­ment, c’est AUSSI ce que disent les tra­vailleurs aujourd’­hui : « on ne se lais­se­ra plus faire ». Les gens qui tra­vaillent en ont marre de se faire voler (des for­tunes) par des gens qui ne tra­vaillent pas.

      PPS : com­pre­nez que les capi­ta­listes ont embar­qué avec eux (et cor­rom­pu intel­lec­tuel­le­ment) une par­tie des tra­vailleurs en les invi­tant à deve­nir eux aus­si « petits actionnaires ».
      Trou­ve­riez-vous accep­table (accep­te­riez-vous) le nom de « petit esclavagiste » ?
      Il ne faut pas accep­ter le sys­tème de l’ac­tion­na­riat, il me semble. C’est une ques­tion d’hon­neur, de dignité.
      Je ne m’en prends pas à des indi­vi­dus, mais à un sys­tème (d’ex­ploi­ta­tion).

      Réponse
    • joss

      Moi aus­si j’ai été action­naire 😉 il fut un temps…
      C’est tout un sys­tème qui doit être remis à plat et refon­dé sur des bases res­pec­tueuses du vivant.

      Réponse
    • majax

      Sans comp­ter que les divi­dendes se réper­cutent sur les prix des pro­duits de pre­mières néces­si­tés (comme c’est par­fois le cas chez Car­re­four). Et rien n’in­dique que l’im­pôt payé sur vos divi­dendes serve à la com­mu­nau­té vu le taux d’en­det­te­ment fara­mi­neux qu’on a tous sur la tête.
      C’est du double ou triple vol ! Vous n’êtes pas un voleur car vous êtes dans la léga­li­té, hélas.

      Réponse
  2. dsl

    Je tra­vaille. C’est vous qui essayez me voler.
    Je consi­dère que mon épargne m’ap­par­tient et que ce n’est pas à vous quelque soit vos inten­tions de déci­der à ma place de quelle manière je dois l’employer, uti­le­ment ou futilement.
    Vous aus­si dis­po­sez d’une épargne, d’une retraite qui est le fruit de votre tra­vail anté­rieur, vou­lez vous qu’on exa­mine ensemble si ces biens dont vous jouis­sez sont employés de la bonne manière ? Vous dis­po­sez peut être éga­le­ment de biens que vous avez héri­tés du tra­vail de quel­qu’un d’autres, vou­lez vous aus­si que nous exa­mi­nions ensemble si vous employez ces biens de la bonne manière ?

    Réponse
    • etienne

      Les gens à qui vous volez vos « divi­dendes » tra­vaillent aus­si, figu­rez-vous, et leur salaire est pro­gres­si­ve­ment ren­du misé­rable pour pou­voir vous ver­ser de plus en plus de divi­dendes, reve­nus sans tra­vail, reve­nus sans cause, reve­nus indus.
      Ce n’est pas à votre tra­vail que vous devez ces divi­dendes, c’est au pacte immo­ral pas­sé avec le diri­geant (soli­daire de vous, action­naire, parce que payé comme vous, en actions et donc en en divi­dendes, depuis les années 80) qui décide (parce qu’il y gagne per­son­nel­le­ment, énor­mé­ment) d’af­fec­ter les résul­tats de l’en­tre­prise en divi­dendes plu­tôt qu’en salaires. Tout ça est indigne et injustifiable.

      Tra­vailler par ailleurs ne vous auto­rise pas à voler d’autres travailleurs.

      On ne vous vole­ra rien.
      Mais on vous empê­che­ra de conti­nuer à voler.

      Réponse
    • majax

      Sommes-nous tous bien d’ac­cord sur la défi­ni­tion de « dividendes » ? 🙂

      Réponse
  3. ève

    Une belle leçon d’humanité !

    Réponse
  4. JPM

    Mal­heu­seu­se­ment.. Beau­coup de gens rai­sonnent comme Lucien notam­ment chez les petits patrons… ou chez les tra­vailleurs indépendants.

    Réponse
  5. joss

    Petite réflexion sur les dividendes…
    Busi­ness VS San­té : que se passe-t-il dans les Ehpad ? – par Osons Causer
    https://​you​tu​.be/​e​_​F​Q​j​P​q​T​lTM

    Les divi­dendes sont ver­sées à une mino­ri­té (les pro­prié­taires), alors que si elles étaient ver­sées aux uti­li­sa­teurs, ils n’y auraient plus d’in­té­rêt de faire du béné­fice (selon une logique capi­ta­liste), mais cela mène­rait vers le vrai prix des ser­vices (ou des biens) sans être gon­flés par le pro­fit. La san­té devrait être gérée comme un bien commun.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....