[Trahison des élites] mécanismes du VOL DES COMMUNS par nos prétendus « représentants »

19/04/2019 | 7 commentaires

Histoire des PRIVATISATIONS

On devrait arrê­ter de par­ler de « capi­ta­lisme » et pré­fé­rer le mot CRAPULISME, comme consé­quence cau­che­mar­desque du faux « suf­frage uni­ver­sel » (élire des maîtres au lieu de voter les lois).

NOTRE CAUSE COMMUNE, urgente et incan­des­cente, c’est d’ap­prendre dès aujourd’­hui à INSTITUER NOUS-MÊMES NOTRE PUISSANCE POLITIQUE, pour résis­ter enfin vic­to­rieu­se­ment aux para­sites mar­chands (la classe oisive) qui ont pris le contrôles des socié­tés humaines depuis 200 ans. 

Le dra­peau du grand bou­le­ver­se­ment sera #Citoyens­Cons­ti­tuants

Étienne.

Appre­nons à écrire nous-mêmes notre contrat social, notre consti­tu­tion, en peuple digne de ce nom.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10157073662242317&id=600922316

Catégorie(s) de l'article :

7 Commentaires

  1. Dominique Gagnot

    L’oligarchie tire sa puis­sance – et son pou­voir abso­lu – de la pro­prié­té des res­sources essen­tielles, qui en fait sont nos biens communs :
    « Celui qui tient la gourde dis­pose d’un pou­voir abso­lu sur ceux qui ont soif… » (C’est pour­quoi ils cherchent à tout privatiser)

    La ges­tion col­lec­tive des biens com­muns et leur pro­prié­té col­lec­tive doivent donc être ins­crites dans la constitution.
    Ain­si les oli­garques rede­vien­draient des citoyens ordinaires.

    Le petit bou­quin en lien pré­cise tout cela, et montre ce que devrait être le sys­tème de demain : un « com­mu­nisme libé­ral » (…) voué à la répa­ra­tion des dégâts éco­lo­giques et sociaux occa­sion­nés durant des siècles par l’o­li­gar­chie capitaliste.

    “Com­prendre l’Arnaque capi­ta­liste, Ima­gi­ner le sys­tème d’Après !”
    pdf gratuit :
    https://www.dropbox.com/s/0tfvv3pim5lv299/Comprendre%20l-Arnaque%20capitaliste%2C%20Imaginer%20le%20système%20d%27Après%20%21.pdf

    Réponse
  2. RV

    « …/… On devrait arrê­ter de par­ler de « capi­ta­lisme » et pré­fé­rer le mot CRAPULISME, …/… »
    Mais non, mille fois non !
    La notion de cra­pule ne dit rien du sys­tème éco­no­mique qui per­met la spo­lia­tion alors que la notion de capi­ta­lisme énonce en conden­sé le fon­de­ment du système.
    Le capi­ta­lisme c’est la recherche de l’ac­cu­mu­la­tion avec ses outils propres que sont notam­ment la pro­prié­té pri­vée des moyens de pro­duc­tion, le prêt à inté­rêt et la spéculation.
    Sup­pri­mez par la loi ces trois outils et vous tari­rez les sources essen­tielles de la spoliation.
    Rem­pla­çons la pro­prié­té pri­vées des moyens de pro­duc­tion par la pro­prié­té d’u­sage du col­lec­tif entre­prise, rem­pla­çons le prêt par une caisse d’in­ves­tis­se­ment abon­dée par des coti­sa­tions et inter­di­sons les paris sur les prix.

    Réponse
  3. Desbois

    Le pro­blème est bien là : la très sacrée et sainte pro­prié­té pri­vé des moyens de pro­duc­tion, clé de voute du capitalisme.

    D’où la « vai­ne­té » (vani­té ?) d’As­se­li­neau et de l’U­PR de taper sur l’UE qui n’est qu’une cor­roi de trans­mis­sion, une ten­ta­cule de la pieuvre MAIS PAS SA TÊTE.
    Sor­tir de l’UE ne chan­ge­ra pas grand chose, l’ex­ploi­ta­tion de l’Homme et de la Nature par le capi­ta­lisme et son oli­gar­chie continuera.
    Il faut avant tout sor­tir du capitalisme.
    https://​www​.coli​bris​-lemou​ve​ment​.org/

    Réponse
  4. Millet

    Il faut bien com­men­cer par un bout.

    Sor­tir de l’UE est le pre­mière étape, qui n’a rien de vaine. Regar­dez la tronche des oli­garques face aux réfé­ren­dums qui vont à l’en­contre de leurs visées.

    Réponse
  5. Berberis

    « Qu’est-ce que le capi­tal ? C’est tout ce que les Eta­su­niens n’ont pas. Non, je ne parle pas seule­ment de choses maté­rielles. Je parle des droits, de la pro­prié­té, des res­pon­sa­bi­li­tés. Per­sonne ne pos­sède la pla­nète, la démo­cra­tie, l’avenir. Tout le monde pos­sède la pla­nète, la démo­cra­tie, l’avenir. Chaque insecte, arbre, abeille. Chaque rivière, océan, mon­tagne. Cha­cun se pos­sède soi-même. D’abord et avant tout. Ou alors, ce ne sont que des esclaves, n’est-ce pas ? Per­sonne ne pos­sède votre droit d’exister, sauf vous. Et pour­tant, en Amé­rique, vous n’avez même pas le droit d’exister. Ceux qui ont ce droit vous ont pris en gage. Vous devez leur rache­ter indé­fi­ni­ment votre droit de vivre et ils vous pren­dront tout.

    Capi­tal n’est donc pas le bon terme. Il n’exprime pas, n’éclaire pas, n’explique pas le phé­no­mène que je viens de décrire. Mais c’est le seul que nous ayons pour l’instant. En tout cas, j’espère que vous avez com­pris com­ment on en est arri­vés là où nous en sommes. »

    Umair Haque
    https://​www​.levi​lain​pe​tit​ca​nard​.be/​l​e​-​p​r​e​m​i​e​r​-​p​a​y​s​-​p​a​u​v​r​e​-​d​e​s​-​p​a​y​s​-​r​i​c​h​e​s​-​m​e​d​i​um/

    …et à la fin de leur vie, leur famille n’ont pas de quoi payer les frais d’ob­sèques, ce qui per­met à des gens peu scru­pu­leux de leur faire croire qu’ils vont s’en occu­per moyen­nant un pré­lè­ve­ment de tis­sus sur corps , pour, en réa­li­té le revendre en pièces déta­chées pour ser­vir de sujet d’é­tudes scientifiques…
    …il vaut encore mieux ces­ser de se repro­duire, ou alors…

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...