Le martyr de Julian Assange est le crime et la honte inexpiables des journalistes et des politiciens du monde entier

13/04/2019 | 9 commentaires

Le mar­tyr de Julian Assange est le crime et la honte inex­piables des jour­na­listes et des poli­ti­ciens du monde entier, qui l’au­ront lais­sé tor­tu­rer et cre­ver sans le protéger.

Mer­ci RT.

Fil fb cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​face​book​.com/​s​t​o​r​y​.​p​h​p​?​s​t​o​r​y​_​f​b​i​d​=​1​0​1​5​7​0​5​8​5​4​8​3​7​7​3​1​7​&​i​d​=​6​0​0​9​2​2​316

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

9 Commentaires

  1. Alain Rioux

    Today will be fry-day…

    En effet, l’An­gle­terre ne remet­tra pas Assange à un pays tiers, où il ris­que­rait la tor­ture ou la mort… C’est, plu­tôt, ce pays tiers qui se char­ge­ra de le livrer aux U.S.A.

    Comme d’ha­bi­tude, la per­fide Albion va s’en laver les mains. De sorte qu’As­sange risque bien­tôt d’être, à son tour, mis au cou­rant, aux États-Unis.

    ***

    N.B. Son séjour a coû­té 10 mil­lions à l’É­qua­teur, 26 mil­lions en frais de police, à la Grande-Bre­tagne, et 10 mil­liards au F.M.I. C’est pour­quoi, on peut être assu­ré qu’à la suite des accu­sa­tions de viol, la vierge de fer l’at­tend de pied ferme !

    Réponse
    • Chris

      Bon­jour,
      @Alain Rioux
      Julian Assange dépen­sait 4 millions/jour ?Pour­riez-vous don­ner des détails ?
      La somme de 10 mil­lions à l’É­qua­teur, vous pour­riez dire que le FMI exerce une pres­sion avec la dette, qui por­te­ra sur­ement le bon­heur du pays dans le futur proche…
      Et au sujet de la somme de 26 mil­lions en frais de police, et le pré­sident Macron dépense aus­si 12 mil­lions pour le débat avec le GJ…
      Bien à vous,

      Réponse
      • Durand

        Macron a ren­du 10 mil­lions volés aux fran­çais depuis sa liber­ti­cide arri­vée au som­met d’une nation fran­çaise qui ne l’a jamais choi­si mais qui a voté contre Mme Le Pen. Au delà de ce pou­voir obte­nu sur le fil en mono­po­li­sant l’ensemble des médias grâce à ses majes­tueux amis, quel est donc le rap­port entre le Royaume Unis et ses frais de police rela­tifs à un étran­ger qui se pro­tège dans une ambas­sade située sur leur sol et Macron qui tente de désa­mor­cer une crise sociale inédite dans l’histoire avec le peuple de son pays qui s’est vu étran­glé depuis cette catas­tro­phique élection ???
        Un pré­sident com­pense une minus­cule par­tie de ce dont il a spo­lié les habi­tants du pays où il est élu d’un côté et de l’autre un gou­ver­ne­ment qui a des frais de police engen­drés par la déten­tion d’un étran­ger sur leur so, où est le rapport ???
        Peut-être consi­dé­rez vous que les dépenses enga­gées par un pré­sident pour son peuple sont illégitimes ???
        Peut-être consi­dé­rez vous que les gilets jaunes ne font pas par­tie de la France ?
        Peut-être encore dési­riez vous sim­ple­ment faire une remarque tota­le­ment vide de sens par rap­port au débat mais qui à vos yeux vous per­met­tait de cri­ti­quer taci­te­ment les gilets jaunes ?
        En tout cas votre pro­pos paraît dif­fi­ci­le­ment compréhensible !
        Bien à vous,

        Réponse
        • Chris

          Bon­jour Durand, 

          La police dépense la somme de 26 mil­lions pour sur­veiller une per­sonne avec son chat, parce que son crime est d’ef­fec­tué le tra­vail de journalisme.

          Le pré­sident Macron dépense la somme de 12 mil­lions pour son grand débâcle (GJ exclus) , parce que le crime de GJ est de deman­der vivre digne­ment depuis 5 mois contre les vio­lences sociales.

          Le rap­port entre les deux, nous vivons dans une situa­tion difficile…
          Peut être mon pro­pos paraît dif­fi­ci­le­ment com­pré­hen­sible, Je m’en excuse,
          Bien à vous,

          Réponse
  2. Jean-Stéphane

    La per­sé­cu­tion de Julian Assange, et de tant d’autres, c’est la volon­té de rendre sourde et aveugle la démo­cra­tie pour qu’elle soit docile et imbécile.

    Réponse
  3. ève

    Trump aus­si est très bien pro­té­gé et nous coûte aus­si un pognon de dingue !
    US et UE savent s’en­tendre pour faire mou­rir la véri­té et ses por­teurs d’alertes !
    Les Jour­na­listes sont depuis des décen­nies à l’i­mage de leurs pré­si­dents et se per­mettent de cou­per les rai­son­ne­ments des gens qu’ils invitent pour qu’ils n’en disent pas trop ! Maî­tri­ser l’in­for­ma­tion revient chez eux à la dissimuler !
    Sauf qques excep­tions comme SUD RADIO envers qui les péri­pé­ties diverses n’ont pas fini de tomber !
    Nous sommes si peu armés contre ces félons que J. Assange n’au­ra pas de secours si nous ne fai­sons rien ! Une péti­tion ne ser­vi­rait à rien !
    La France devrait se mouiller pour lui et lui rendre au moins un mini­mum de confort pour avoir été un exemple à suivre , si tou­te­fois la véri­té est encore une valeur pour eux .….. ! Un réfé­ren­dum est à mettre en place

    Réponse
  4. Robert

    hors sujet , mais voi­ci un post de Juan Bran­co sur Face Book :
    De Geof­froy de Lagas­ne­rie à Alain Soral, d’A­riane Che­min à Daniel Schnei­der­mann, de Panam­za à Claude Asko­lo­vitch, de Bru­no Jeu­dy à Syl­vain Cou­rage, d’O­li­vier Tru­chot à Pas­cal Riché, de Marc-Oli­vier Fogiel à Pierre Has­ki, un immense front s’est levé contre moi en quelques heures.

    Des plus ignobles pen­seurs racia­listes au pro­gres­sistes d’ap­pa­rat les plus vains, un seul mot d’ordre, répé­té jus­qu’à la pâmoi­son, sous toutes ses formes, sur les réseaux sociaux, les médias, leurs infi­nis moyens de com­mu­ni­ca­tion, a sem­blé les lier.

    La levée de bou­cliers a été incroyable dans sa diver­si­té et sa bru­ta­li­té, après un mois de silences feints. Il a fal­lu que je révèle qu’une dizaine de médias m’a­vaient suc­ces­si­ve­ment invi­té puis annu­lé en moins de 48 heures pour par­ler de Cré­pus­cule, et que tous confirment tout en signant des mots d’ex­cuse d’é­co­lier plus pitoyable les uns que les autres, pour que sou­dain les vannes s’ouvrent. De C Poli­tique au Quo­ti­dien en pas­sant par l’Obs, la mati­nale de RMC chez Bour­din et tant d’autres, tous se sont empres­sés de pré­tendre qu’il n’en avait rien été. Enfin, que si, mais que tout s’expliquait.

    Cela fai­sait alors cinq mois qu’au­cun d’entre eux n’a­vait dit un mot d’un texte qui a été plu­sieurs cen­taines de mil­liers de fois télé­char­gé et qui s’est retrou­vé immé­dia­te­ment pro­pul­sé en tête de tous les clas­se­ments de vente, sans une publi­ci­té. Face à la rup­ture du réel, à la vio­lence de cette sou­daine mise en abyme – l’ou­vrage montre com­ment l’es­pace infor­ma­tion­nel fran­çais est deve­nu un mar­ché où s’é­changent et se tra­fiquent les petits secrets contre pro­mo­tions et avan­cées – les déné­ga­tions et les (dis)qualificatifs ont com­men­cé à pleu­voir à une vitesse fas­ci­nante : fas­ciste, homo­phobe, mytho­mane, anti­sé­mite, com­plo­tiste, agent des russes et des chi­nois, sio­niste, psy­cho­tique, mil­lion­naire caché, impos­teur, nar­cis­sique, arro­gant, sexiste se sont suc­cé­dés, avec tout le sérieux du monde, en des espaces auto­ri­sés ou se croyant cen­su­rés, du site d’Ar­rêt sur images à celui d’E­ga­li­té et Récon­ci­lia­tion en pas­sant par Che­ck­News, Media­part et les comptes twit­ter et face­book de cer­tains de nos plus impor­tants dominants.

    Tout cela, sans qu’à aucun moment, aucun d’entre eux ne soit en mesure de répondre à cette simple question :
    Pour­quoi, depuis cinq mois, ce texte, qui révèle notam­ment com­ment Edouard Phi­lippe à fait recru­ter sa femme à Scien­ces­Po après avoir attri­bué des sub­ven­tions à l’ins­ti­tu­tion, n’a-t-il été abor­dé une seule fois par un média ins­ti­tu­tion­nel, si ce n’est sous l’angle de son succès ?

    Puis­qu’y répondre, ce serait s’ex­po­ser, accep­ter qu’en effet, il consti­tue un pro­cès en règle extrê­me­ment dan­ge­reux pour tous les valets de l’o­li­gar­chie, une seule solu­tion sem­blait avoir été uni­vo­que­ment trou­vée : explo­ser l’être qui avait fait exis­ter ces mots. Acca­bler, écra­ser, humi­lier, comme on le fit tant de fois avec tant d’autres, avant que d’autres ne se sai­sissent de son pro­pos, et puisse mena­cer des posi­tions bien installées.

    Avant que l’on puisse pré­tendre, qu’en effet, ce qu’il disait, était vrai.

    Alors ils l’ont fait comme je le vis faire, jour après jour, mois après mois, année après année, contre un client, cama­rade, ami, un cer­tain Julian Assange, qua­li­fié suc­ces­si­ve­ment de vio­leur, anti­sé­mite, agent du FSB et mille autres déli­rantes accu­sa­tions par les plus grands médias, sans que per­sonne ne s’in­ter­roge sur l’in­con­gruence de ces suc­ces­sives dia­bo­li­sa­tions, la faci­li­té avec laquelle nos médias, notre bour­geoi­sie, nos repré­sen­tants et com­men­ta­teurs pré­fé­rés, sou­dain, se sou­met­taient à des paroles de pou­voir inté­res­sées, et relayaient ces inep­ties sans ne jamais se cen­su­rer ni s’excuser ?

    Un être qui fut à ce point dis­qua­li­fié que l’on se trou­va, sept ans après, per­plexes et désac­ti­vés alors qu’on le voyait, vieilli, abat­tu, traî­né pour être enfer­mé, inca­pables de s’in­di­gner de cette répres­sion, com­mise pour une seule et unique rai­son : avoir dit la véri­té, contre un être que l’on avait col­lec­ti­ve­ment abandonnés.

    Alors à moi qui ne me suis jamais déso­li­da­ri­sé des gilets jaunes lorsque j’ai vu exac­te­ment la même méca­nique se mettre en branle contre eux, accu­mu­lant les paroles déli­rantes pour ten­ter de les écra­ser, humi­lier, effa­cer d’un pano­ra­ma où ils ne sau­raient être tolé­ré, on ne la ferait pas.

    Moi j’é­tais prêt. Ils ont for­mé une nou­velle géné­ra­tion qui ne s’en lais­se­rait pas comp­ter. A eux que la véri­té hys­té­rise, qui se com­portent comme les pires sou­brettes des régimes auto­ri­taires lorsque ces der­niers décident d’é­cra­ser un dis­si­dent que nous nous plai­rons, nous, à admi­rer, mon mépris. A eux qui ne s’en­gagent que lorsque l’en­ne­mi est loin, ne touche pas à leurs propres struc­tures de pou­voir, ne menace pas leurs inté­rêts, à eux qui ne savent ce que le risque est, mon recon­nais­sant mépris : celui d’a­voir confir­mé ce qu’ils étaient, et ce qui, en cet ouvrage, était écrit. Ils sont pires que ce je pensais.

    Eux que j’ai vu déses­pé­ram­ment men­tir, se battre et se débattre pour nier la véri­té, eux qui face à leur incon­sé­quence, conti­nuent de ten­ter de défendre leurs implau­sibles défenses, sub­mer­gés par l’in­fa­ti­gable accu­mu­la­tion de preuves et d’é­vi­dences, de faits révé­lant leur com­plice ina­ni­té, mon regard sévère, et mon sou­ve­rain dédain.

    Qu’ils ne pré­tendent plus qu’il s’a­git de moi, lorsque d’eux et d’eux seuls il est ques­tion. Qu’ils ne pré­tendent pas qu’il s’a­git du gamin qui n’a fait qu’une chose : deve­nir un rien pour révé­ler leurs misé­rables inté­rêts par­ta­gés, après s’être long­temps lais­sé absorber.

    Qu’ils ne pré­tendent pas qu’ils sont autre chose qu’une coa­li­tion igno­rante d’in­té­rêts, qui les fait se retrou­ver, de Soral à Lagas­ne­rie, à faire front com­mun après avoir long­temps pré­ten­du s’op­po­ser, bour­geois liés dans la défense de leurs seuls inté­rêts, ne sup­por­tant pas l’ex­po­si­tion de leurs égales com­pro­mis­sions, idiots utiles d’une oli­gar­chie ins­tal­lée, jouant de rebel­lions de paco­tille pour mieux s’ins­tal­ler, pro­dui­sant néants ou boucs émis­saires dans une constance par­ta­gée, diver­tis­sant com­mu­né­ment une popu­la­tion asep­ti­sée pour les détour­ner des vrais enjeux tou­chant à leur souveraineté.

    Non ce ne sont ni les juifs, ni Benal­la, ni les francs-maçons ni les poli­ciers qui nous ont plon­gé dans l’ef­fon­dre­ment que nous vivons.

    Mais cette oli­gar­chie qu’un simple gamin, doté de ses seules mains, a été capable d’ex­po­ser alors qu’ils ne ces­saient de la mas­quer, pour mieux s’y conformer.

    Au Cré­pus­cule qui tient, et à l’au­rore qui vient.

    Le 1er mai, faites vivre ces mots qu’ils auront ten­té de dépouiller en vain.

    Éri­gez vous. Ne les imi­tez pas. Oubliez moi. Et faites naître ce Nous qui, jus­qu’aux tré­fonds, les poursuivra.

    Réponse
    • ève

      Ce n’est pas hors sujet ! Les deux per­sonnes sont liées et main­te­nant dans le même embarras !
      Je me deman­dais quand cela arriverait …
      Que cette oli­gar­chie soit détruite à la hau­teur du mal qu’elle répand !

      Réponse
  5. cover

    Trou­vé sur le site du grand soir, mer­ci à eux et à « les crises  » d’a­voir relayé leur article.
    Mr. Julian Assange
    DOB : 3/07/1971 HMP Belmarsh
    Wes­tern Way
    Lon­don SE28 0EB 

    j’ai far­fouillé et trou­vé cela, ne serait ce que pour envoyer un « free Assange » :

    Sa Majes­té la Reine,
    Buckin­gham Palace
    , Lon­don SW1A 1AA, Royaume-Uni. » 

    Mrs The­re­sa May, Prime Minister
    House of Commons
    London
    SW1A 0AA

    et à notre pré­sident, pour qu’il demande au gou­ver­ne­ment Anglais qu’il libère Assange
    Palais de l’Élysée
    55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
    75008 Paris

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....