[IMPORTANT et TRÈS ORIGINAL, PASSIONNANT] Bernard Friot : Histoire et enjeu de la sécurité sociale et des cotisations

4/10/2018 | 1 commentaire

Ambroise Croizat

Je viens de déni­cher, sur le site Rosa-Lux, une nou­velle confé­rence de Ber­nard Friot, plus pas­sion­nante que jamais, je trouve :

http://​www​.rosa​-lux​.fr/​b​e​r​n​a​r​d​-​f​r​i​o​t​-​h​i​s​t​o​i​r​e​-​e​n​j​e​u​-​s​e​c​u​r​i​t​e​-​s​o​c​i​a​l​e​-​c​o​t​i​s​a​t​i​o​ns/

(]playlist ids=« 7323,7324,7325,7326,7327 »[)
(23÷10÷18 – playlist supprimée)

Il fau­drait retrans­crire les 5 pas­sages audio dif­fu­sés sur le site (en bas de page), il me semble : il y a là des pas­sages vrai­ment forts et une retrans­crip­tion nous aide­rait à dif­fu­ser ces idées essentielles.

Fil face­book cor­res­pon­dant à ce billet :


Sur Ber­nard Croizat : 

Mer­ci à Michel Etievent, pour ses livres bou­le­ver­sants sur l’his­toire de la Sécu et pour son tra­vail d’é­du­ca­tion popu­laire sur l’ac­tua­li­té d’Am­broise Croizat.

Par exemple, lisez cet entre­tien pour (l’ex­cellent) site Comp­toir :

 

Michel Étiévent : « La Sécu a été entièrement bâtie dans un pays ruiné grâce à la seule volonté militante »


Michel Étiévent : « La Sécu a été entiè­re­ment bâtie dans un pays rui­né grâce à la seule volon­té militante »

Je vous recom­mande par­ti­cu­liè­re­ment deux livres de Michel Etievent :

« Ambroise Croi­zat ou l’in­ven­tion sociale »

« Mar­cel Paul, Ambroise Croi­zat : che­mins croi­sés d’in­no­va­tion sociale »

Ces deux magni­fiques bou­quins peuvent être com­man­dés avec ce bon :

N’ou­bliez pas Ambroise Croizat :

Fil Face­book cor­res­pon­dant à Michel Etievent :


Hé, les jeunes gens ! Si vous ne faites pas de poli­tique, vous aurez L’INSÉCURITÉ SOCIALE ! Et vous aurez méri­té cette insé­cu­ri­té, car la sécu­ri­té sociale ça se construit et ça se défend, pied à pied contre les négriers :

https://​you​tu​.be/​T​U​I​o​O​4​p​9​J​t​o​&​f​e​a​t​u​r​e​=​y​o​u​t​u​.​b​e​&​t​=​208

La preuve : Macron, enne­mi du peuple, avoue ici (min 1’17) froi­de­ment l’as­sas­si­nat de la Sécu­ri­té sociale fran­çaise, crime pro­gram­mé depuis long­temps et qu’il réa­lise aujourd’­hui vite fait, sans rien deman­der à per­sonne dans le pays qu’il ruine :

Catégorie(s) de l'article :

1 Commentaire

  1. etienne

    Cotisations sociales et enfumage

    par Phi­lippe ARNAUD, sur Le Grand Soir

    « J’ai enten­du, sur France 2 et France 3 (com­pri­mée au milieu d’un hom­mage hyper­tro­phié à Charles Azna­vour) cette annonce : aujourd’hui 1er octobre, le salaire net des sala­riés du pri­vé va aug­men­ter par sup­pres­sion de la coti­sa­tion chô­mage. Les sala­riés au SMIC, par exemple, vont voir leur salaire net aug­men­ter de 17,36 euros par mois.

    Com­ment un jour­na­liste peut-il pro­non­cer une telle phrase sans se poser de ques­tions, sans regim­ber, sans envoyer paître son rédac­teur en chef ?

    Remarque 1. La coti­sa­tion chô­mage n’est pas une indem­ni­té de guerre ver­sée à un pays enne­mi qui s’appelle Assu­rance chô­mage. La voca­tion de la coti­sa­tion chô­mage n’est pas de dis­pa­raître dans un trou sans fond mais de reve­nir au sala­rié lorsque celui-ci perd son emploi.

    Remarque 2. Du fait que la coti­sa­tion chô­mage repose sur le prin­cipe de la mutua­li­sa­tion, la somme que touche le sala­rié deve­nu chô­meur est très supé­rieure à ces 14 euros men­suels. C’est le prin­cipe même de la mutua­li­sa­tion : être un grand nombre à payer de façon modique pour per­mettre au petit nombre de ceux qui sont frap­pés par le mal­heur d’obtenir bien plus qu’ils n’auraient pu obte­nir avec leur épargne. Du coup, si la coti­sa­tion dis­pa­raît, l’indemnisation dis­pa­raît aus­si. Où est alors l’avantage, pour le sala­rié d’avoir 14 euros de plus sur sa fiche de paye men­suelle (ce qui repré­sente 50 cen­times par jour, une demi-baguette…) si, le pre­mier mois où il tombe au chô­mage… il touche zéro euro ?

    Remarque 3. C’est ce qui risque de se pas­ser si la dis­pa­ri­tion de cette coti­sa­tion n’est pas com­pen­sée par une autre ren­trée d’argent. Or d’où peut venir cette ren­trée : de l’ISF ? Il a été sup­pri­mé. Des tranches supé­rieures de l’impôt sur le reve­nu ? Leur taux a été for­te­ment dimi­nué. De l’impôt sur les socié­tés ? Il est rabo­té. De la chasse effi­cace à la fraude et à l’évasion fis­cales (de 60 à 80 mil­liards d’euros) ? On peut tou­jours rêver…

    Remarque 4. Si l’indemnisation chô­mage ne passe pas à la trappe, c’est que son finan­ce­ment aura été com­pen­sé par autre chose. Mais si on ne ponc­tionne ni les hauts reve­nus ni les socié­tés, sur qui repo­se­ra le finan­ce­ment ? Sur ce qui reste : sur les sala­riés et sur les retrai­tés, et essen­tiel­le­ment sur ceux qui figurent dans les 9 pre­miers déciles des reve­nus, c’est-à-dire sur à peu près tout le monde (en dehors des riches). Ce finan­ce­ment vien­dra de l’augmentation de taxes directes et indi­rectes, fis­cales et para­fis­cales (sur la TVA, le gaz, l’essence, la CSG – impôt pro­por­tion­nel, donc injuste – etc.) dont la diver­si­té et le nombre sont tels qu’il sera dif­fi­cile pour le sala­rié d’établir le solde entre la dis­pa­ri­tion de sa coti­sa­tion chô­mage, d’une part, et l’augmentation de tout le reste, d’autre part. Mais on ne per­drait pas grand chose à parier que ce solde sera négatif.

    Remarque 5. Si l’indemnisation des chô­meurs ne passe plus par la coti­sa­tion, cela veut dire qu’elle sera décor­ré­lée du salaire (et ne sera donc plus consi­dé­rée comme par­tie inté­grante de celui-ci). Elle pour­ra être fis­ca­li­sée ou ver­sée comme une aide (une cha­ri­té…), mais on habi­tue­ra les sala­riés à la dis­so­cier de leur paye, à ne plus la consi­dé­rer comme un droit indis­so­ciable atta­ché à leur sta­tut. On leur met­tra dans la tête qu’elle n’a qu’un carac­tère pré­caire et qu’elle peut être « avan­ta­geu­se­ment » rem­pla­cée par une assu­rance pri­vée facul­ta­tive. Bien plus chère, cela va sans dire… »

    Phi­lippe ARNAUD

    Source : Le Grand Soir,
    https://​www​.legrand​soir​.info/​c​o​t​i​s​a​t​i​o​n​s​-​s​o​c​i​a​l​e​s​-​e​t​-​e​n​f​u​m​a​g​e​.​h​tml

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...