Rendez-vous à Genève le 21 avril 2018, pour parler de L’INITIATIVE « MONNAIE PLEINE »

15/04/2018 | 4 commentaires

J’au­rai bien­tôt le plai­sir de retrou­ver mes chers amis suisses, le 21 avril à Etoy, entre Genève et Lau­sanne, pour une ren­contre à pro­pos de l’i­ni­tia­tive « mon­naie pleine », qui va bien­tôt (en juin pro­chain) conduire les citoyens Suisses à voter eux-mêmes (car­ré­ment) pour ou contre l’in­ter­dic­tion faite aux banques pri­vées de créer la mon­naie, bou­le­ver­se­ment éco­no­mique, che­min vers l’é­man­ci­pa­tion du peuple contre les usu­riers et leurs guerres.

http://​www​.ini​tia​tive​-mon​naie​-pleine​.ch/

Voi­ci le pro­gramme de la journée : 

Je sou­ligne la pro­cé­dure cen­trale qui per­met ain­si aux Suisses d’o­pi­ner eux-mêmes sur les sujets de leur choix : le réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire ! Selon moi, nous n’au­rons ce droit essen­tiel en France que quand nous serons deve­nus assez nom­breux à nous être exer­cés à écrire nous-mêmes une consti­tu­tion digne de ce nom. Si vous ne connais­sez pas le RIC, le seul mou­ve­ment de défense du RIC en France, et l’ir­rem­pla­çable Yvan Bachaud, il est plus que temps 🙂

Accueil


Pour reve­nir au pro­jet « Mon­naie pleine », il est pro­bable que les médias (ven­dus pré­ci­sé­ment aux banques pour per­mettre aux plus riches de for­ger l’o­pi­nion publique dans le sens qui leur convient) vont cas­ser les oreilles des pauvres Suisses pen­dant des mois avec des pro­messes d’a­po­ca­lypse s’ils osent voter Oui. Mais le simple fait que ce sujet scan­da­leu­se­ment tabou devienne un sujet de débat natio­nal est déjà, en soi, un vrai progrès.

J’ai repé­ré dans le pro­gramme des tas de per­son­na­li­tés que je serai heu­reux de revoir ce 21 avril. J’ai hâte d’y être et de les écouter.

Entre autres, il y a Fran­çois de Sie­ben­thal, avec qui j’aime beau­coup par­ler de son pays : il est inta­ris­sable sur les ver­tus de la démo­cra­tie suisse et je vou­drais faire avec lui, dimanche sans doute, un ou deux ate­liers consti­tuants. Un ate­lier sur la sub­si­dia­ri­té, c’est-à-dire la pro­tec­tion du sou­ve­rain contre les dif­fé­rents pou­voirs délé­gués. Et si pos­sible un autre sur la mon­naie, car il me semble que l’i­ni­tia­tive « mon­naie pleine » ne sau­rait suf­fire à nous éman­ci­per car l’au­to­ri­té moné­taire suisse va res­ter, selon moi, dans les mains de gre­dins 🙂 Et je vou­drais avec Fran­çois essayer de réflé­chir un peu plus loin.

Il y a aus­si Gérard Fou­cher, Chris­tian Gomez et Phi­lippe Bour­cier de Car­bon (tous deux dis­ciples de Mau­rice Allais), et quelques autres que je suis vrai­ment content de retrou­ver, notam­ment la for­mi­dable équipe des citoyens inso­lents et astu­cieux de l’As­sem­blée des Action­naires Actifs Posi­tifs AAA+ : Chloé, Ber­nard, Gérard, Blaise, et tous les autres 🙂

Ça va être une belle journée.

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​1​8​8​2​0​9​7​4​2​317

Catégorie(s) de l'article :

4 Commentaires

  1. alainr

    Un grand mer­ci de toutes ces infos, ici, et d’une manière géné­rale sur ce blog !

    Réponse
  2. etienne

    Troublante et mystérieuse… l’Initiative « Monnaie Pleine » !

    (Tra­vaux en cours… Com­men­taires Bienvenus !)
    Par Ray­mond Zaharia :

    Source : http://​www​.france​-alter​.info/​I​n​i​t​i​a​t​i​v​e​_​M​o​n​n​a​i​e​_​P​l​e​i​n​e​.​htm

    Dans 55 jours, les citoyens Suisses se pro­non­ce­ront sur une ini­tia­tive citoyenne née en 2014, qui a réus­si à fran­chir tous les obs­tacles des­ti­nés à écar­ter les pro­po­si­tions fan­tai­sistes, sans inté­rêt, ou contraires aux droits humains :

    après avoir recueilli plus de cent mille signa­tures décla­rées valides par l’au­to­ri­té de contrôle, l’i­ni­tia­tive Mon­naie Pleine (« l’I‑M.P. », dans la suite de ce texte ), a été recon­nue conforme à la consti­tu­tion de la Confé­dé­ra­tion Helvétique.

    De la sorte, en dépit du scep­ti­cisme ou de l’hos­ti­li­té des prin­ci­paux par­tis, du Conseil Fédé­ral, de la presse, et bien sûr… du sec­teur pro­fes­sion­nel direc­te­ment concer­né par la mesure pro­po­sée, l’es­ta­blish­ment suisse n’a pu empê­cher qu’une date soit fixée pour cette vota­tion : ce sera le 10 juin 2018 ! L’I‑M.P. est l’i­ni­tia­tive de tous les paradoxes :

    - certes, elle n’est pas sans inté­rêt, mais d’une cer­taine manière… elle est aus­si « sans inté­rêts » ! (Détails ci dessous.)

    - Tan­dis que les « 1% » y sont lar­ge­ment oppo­sés, les citoyens assez infor­més pour pou­voir appré­cier son poten­tiel d’é­man­ci­pa­tion, (en dépit de la com­plexi­té du sujet… réelle ou entre­te­nue!), y sem­blaient, ce 26 mars, favo­rables à près de 70 % !

    Un cer­tain nombre de faits jus­ti­fient de sou­te­nir cette ini­tia­tive, même si elle dérange pas mal d’é­co­no­mistes, (ortho­doxes ou… non !), igno­rant sans doute, qu’en cas de suc­cès, les pou­voirs publics suisses auront 2 ans pour la mettre en oeuvre. (Ceci ménage la pos­si­bi­li­té de régler divers détails lais­sés ouverts à la dis­cus­sion, dans le texte sou­mis à la vota­tion du 10 Juin.)

    Le défaut d’in­for­ma­tion des citoyens sur ces ques­tions, en Suisse ou ailleurs… est le prin­ci­pal risque d’é­chec : les faits qui posent pro­blème, (ceux que l’I‑M.P. cor­ri­ge­rait enfin), sont mécon­nus de la plu­part d’entre nous !

    (Une liste des connais­sances pré-requises pour pou­voir juger la pro­po­si­tion est four­nie ci des­sous.)

    Au sein de l’UE de Lis­bonne par exemple, (« L’Eu­rope »… c’est un conti­nent !), qui connaît la BRRD ? (Bank Reco­ve­ry and Reso­lu­tion Direc­tive). Pour ceux qui l’i­gnorent, la BRRD consti­tue la réa­li­sa­tion d’un rêve de parieurs (« Pile, je gagne, Face tu perds »!), c. à d. un… cau­che­mar pour nous :

    la BRRD pré­voit en effet que notre argent par­ti­ci­pe­ra désor­mais au ren­floue­ment d’une banque ayant fait de mau­vaises opé­ra­tions : un quart de siècle après la rup­ture du cor­don sani­taire entre banques de dépôts et banques d’af­faires, il est logique que la BRRD vienne enté­ri­ner la dis­pa­ri­tion d’un bien com­mun : la sécu­ri­té des encaisses des ménages et des entreprises.
    Même si vous ne vous en dou­tez pas, lorsque vous confiez votre argent à la banque, il devient la pro­prié­té de la banque.
    (La banque vous le doit : vous n’a­vez plus de bons et beaux CHF… mais une recon­nais­sance de dette de la banque !)  Cette dis­po­si­tion léo­nine fait par­tie des dégâts des der­nières décen­nies, (carac­té­ri­sées par une hyper­tro­phie de la finance inter­na­tio­nale pour ne pas dire… apa­tride), que l’I‑M.P. pro­pose de réparer :

    elle met­trait l’argent des Suisses à l’abri des crises finan­cières. Elle est éga­le­ment sus­cep­tible de réduire les inéga­li­tés. (Selon la redis­tri­bu­tion de la rente de la créa­tion monétaire.)

    Il ne faut pas perdre de vue l’as­pect moral : tirer pro­fit d’une res­source qu’on ne pos­sède pas, (comme le font les banques), c’est une source d’en­ri­chis­se­ment sans cause ! (« Unge­recht­fer­tigte Berei­che­rung »… dans la langue de Goethe !)

    C’est pour cela que l’on dit que les banques dis­posent d’un pri­vi­lège. L’I‑M.P. ne vise pas seule­ment à réta­blir la sécu­ri­té des encaisses des ménages et des entre­prises, elle vise aus­si à mettre fin à la spo­lia­tion, au détri­ment des des finances publiques, que consti­tue le pri­vi­lège ban­caire, c à d la cap­ta­tion par quelques uns du béné­fice du « sei­gneu­riage », (c. à d. du pou­voir de créer de la monnaie).

    L’I‑M.P. met­trait ain­si un terme à un pri­vi­lège de fait, (non de droit), deve­nu incon­trô­lable et exces­sif, avec la dis­pa­ri­tion en cours des espèces (et l’hy­per­tro­phie de la Finance glo­ba­li­sée): la créa­tion moné­taire par les cré­dits (que les banques peuvent octroyer sans pos­sé­der l’argent cor­res­pon­dant.) L’intérêt d’une telle ini­tia­tive popu­laire est double :
    – d’une part, elle peut contri­buer à faire émer­ger la véri­table nature (numé­rique) de la mon­naie, qui en l’état échappe à la presque tota­li­té des indi­vi­dus, y com­pris les poli­ti­ciens, les ban­quiers cen­traux et les éco­no­mistes les plus influents au monde.

    - d’autre part, elle a le poten­tiel de contri­buer à défi­nir les conte­nus d’une réforme struc­tu­relle du sys­tème moné­taire et finan­cier qui est urgente et néces­saire afin d’éviter de nou­velles crises sys­té­miques. (D’a­près le Pr. Ser­gio Rossi.)

    Plus de détails dans ces pages web :

    https://​www​.tdg​.ch/​v​i​d​e​o​/​?​v​i​d​e​o​_​i​d​=​3​3​1​454

    http://​www​.ini​tia​tive​-mon​naie​-pleine​.ch/ (Notam­ment : http://​www​.ini​tia​tive​-mon​naie​-pleine​.ch/​a​v​a​n​t​a​g​e​s​/​#​c​928

    https://​you​tu​.be/​u​3​q​0​6​5​W​U​O​3​w​&​f​e​a​t​u​r​e​=​y​o​u​t​u​.​b​e​#​t​=​1​m​10s

    https://​www​.letemps​.ch/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​r​e​f​o​r​m​e​-​m​o​n​n​a​i​e​-​p​l​e​i​n​e​-​e​s​t​e​l​l​e​-​u​n​-​r​i​s​q​u​e​-​u​n​e​-​o​p​p​o​r​t​u​n​ite

    https://​blogs​.letemps​.ch/​s​e​r​g​i​o​-​r​o​s​s​i​/​2​0​1​5​/​1​1​/​0​6​/​m​o​n​n​a​i​e​-​p​l​e​i​n​e​-​a​u​x​-​u​r​n​es/

    https://​www​.rts​.ch/​p​l​a​y​/​t​v​/​1​9​h​3​0​/​v​i​d​e​o​/​i​n​i​t​i​a​t​i​v​e​-​m​o​n​n​a​i​e​-​p​l​e​i​n​e​-​t​o​u​s​-​p​o​u​v​o​i​r​s​-​a​-​l​a​-​b​n​s​?​i​d​=​9​4​3​2​2​5​9​&​s​t​a​t​i​o​n​=​a​8​3​f​2​9​d​e​e​7​a​5​d​0​d​3​f​9​f​c​c​d​b​9​c​9​2​1​6​1​b​1​a​f​b​5​1​2db

    https://​www​.7sky​.life/​f​r​/​w​a​n​t​e​d​-​a​f​f​i​c​h​e​-​o​f​f​i​c​i​e​l​l​e​-​d​e​-​l​i​n​i​t​i​a​t​i​v​e​-​m​o​n​n​a​i​e​-​p​l​e​i​n​e​-​q​u​i​-​s​e​-​v​o​t​e​-​l​e​-​1​0​-​j​u​i​n​-​2​0​1​8​-​e​n​-​s​u​i​s​se/

    Pour ceux, qui n’e­tant pas citoyens Suisses, n’ont pas le choix, (de se pré­mu­nir contre les dégâts pos­sibles de la « Finance Casi­no »), voir aus­si cet article de Roma­ric Godin (Pour ceux qui croient que « la mon­naie est neutre »… voir Ici

    Liste, (non exhaus­tive !), de connais­sances pré-requises : (Voir aus­si le No114 de la revue Nexus.) (Retour haut de page…)

    - Par­mi les diverses acti­vi­tés du sec­teur ban­caire, il existe 2 fonc­tions vitales pour les agents non ban­caires, (c. à d. les ménages et les entre­prises): assu­rer le finan­ce­ment des inves­tis­se­ments et faire fonc­tion­ner le sys­tème de paie­ment. (La pre­mière fonc­tion n’est pas exclu­sive : d’autres acteurs que les banques peuvent intervenir.) 

    - Sans y prendre garde, nous uti­li­sons 2 sortes de monnaies.

    L’une est garan­tie par la col­lec­ti­vi­té natio­nale : les pièces et les billets. L’autre, (la mon­naie scrip­tu­rale), ne l’est pas.  Depuis la rup­ture du cor­don sani­taire entre banques de dépôts et banques d’af­faires, la part de la mon­naie fidu­ciaire, (celle qui est garan­tie), déjà < 20% il y a plus de 20 ans, n’a ces­sé de dimi­nuer. Cette évo­lu­tion se tra­duit par la dis­pa­ri­tion d’un  bien com­mun : la sécu­ri­té des encaisses des ménages et des entreprises.

    N.B. En Suisse comme dans d’autres pays, il existe certes des garan­ties, (par­tielles et limi­tées), pour l’argent que nous confions aux banques. Cepen­dant, les fonds affec­tés à ces garan­ties sont sou­vent < à 5% de la masse des dépôts ban­caires concer­nés : elles pour­raient pal­lier une défaillance iso­lée, mais seraient tota­le­ment insuf­fi­santes en cas de concré­ti­sa­tion du risque dit « sys­té­mique » de crise finan­cière globale.

    - Le sys­tème moné­taire en usage dans tous les pays du monde est l’hé­ri­tier de celui né il y a 5 siècles, lorsque les orfèvres de la Renais­sance, après avoir ima­gi­né d’é­ta­blir des reçus pour les pièces d’or et d’argent qui leurs étaient confiées, per­mirent une mul­ti­pli­ca­tion par ~3 des moyens de paie­ment exis­tants (limi­tés par le nombre de galions espa­gnols qui reve­naient d’A­mé­rique du Sud, char­gés de métaux précieux.)

    Le sys­tème dit à réserves frac­tion­naires a ren­du pos­sible la mul­ti­pli­ca­tion des échanges com­mer­ciaux. Il per­met aux banques, (consi­dé­rées glo­ba­le­ment), de consen­tir un volume de cré­dits 3 ou 4 fois supé­rieur, (selon leur part de mar­ché et la conjonc­ture), aux fonds dont elles dis­posent : le pri­vi­lège ban­caire qui leur est accor­dé par la puis­sance publique, per­met de tirer pro­fit de res­sources qu’on ne pos­sède pas.

    Cette situa­tion d’enri­chis­se­ment sans cause, (elle résulte de la pri­va­ti­sa­tion du bien public qu’est la créa­tion moné­taire), est ampli­fiée par la qua­si dis­pa­ri­tion de la mon­naie fidu­ciaire. Il s’a­git d’une sur­vi­vance his­to­rique qui n’a plus de jus­ti­fi­ca­tion depuis le 15 Août 1971, (le jour du « Nixon choc »…), c. à d. depuis la rup­ture du lien entre 35 $ et une once d’or.

    NB Le sys­tème à réserves frac­tion­naires, (qui a pu rendre ser­vice jus­qu’à l’a­ban­don des mon­naies métal­liques, il y a ~47 ans), est intrin­sè­que­ment instable : il expose nos dépôts aux consé­quences d’o­pé­ra­tions spé­cu­la­tives ratées que les banques « uni­ver­selles »… sont désor­mais auto­ri­sées à effec­tuer. En cas de suc­cès, l’I‑M.P. met­trait les Suisses à l’a­bri de ce risque systémique.

    - La banque cen­trale d’une zone moné­taire dont l’é­co­no­mie est robuste, (comme c’est le cas de la BNS), est aus­si appe­lée « Ins­ti­tut d’é­mis­sion », ou encore « Prê­teur en der­nier res­sort »… C’est la seule qui ne puisse faire faillite. Lorsque cer­tains éco­no­mistes inquiètent les contri­buables alle­mands en pré­ten­dant qu’ils seront obli­gés de reca­pi­ta­li­ser la BCE, si elle pour­suit sa poli­tique accom­mo­dante, (le fameux « QE » : Quan­ti­ta­tive Easing), ils témoignent de leur igno­rance. (ou… de leur mau­vaise foi !)

    - Lors­qu’une banque com­mer­ciale octroie un cré­dit de 100 000 CHF, il y a aug­men­ta­tion de la quan­ti­té de moyens de paie­ments. (Car l’emprunteur dis­pose de 100 000 de plus, tan­dis que per­sonne n’a 100 000 de moins). Ain­si, les banques créent « ex nihi­lo » (à par­tir de rien), cette mon­naie scrip­tu­rale pri­vée (non garantie…)

    Cette par­ti­cu­la­ri­té implique une contre­par­tie lar­ge­ment igno­rée : lorsque les emprun­teurs rem­boursent la banque, la masse moné­taire dimi­nue ! (La mon­naie créée lors de l’oc­troi du cré­dit retourne au néant dont la banque l’a­vait tiré.)

    Pour conser­ver une quan­ti­té suf­fi­sante de moyens de paie­ment, il est obli­ga­toire que les banques mettent sans cesse de nou­veaux cré­dits en place, pour per­mettre le rem­bour­se­ment des plus anciens ! 

    L’I‑M.P. pré­voit de réser­ver la créa­tion moné­taire en CHF à la Banque Cen­trale, ce qui revient à rem­pla­cer de la mon­naie éphé­mère, payante, et fra­gile par de la mon­naie per­ma­nente, gra­tuite, et solide.

    - En cas de suc­cès de l’I­ni­tia­tive Mon­naie Pleine, le mode de finan­ce­ment des inves­tis­se­ments devien­drait le même pour les banques et pour les ins­ti­tu­tions non ban­caires : toutes devraient récol­ter l’é­pargne dis­po­nible avant de réa­li­ser des prêts cohé­rents avec le volume et la durée des pla­ce­ments finan­ciers choi­sis par les épargnants.

    - Les craintes sur la raré­fac­tion du cré­dit, sou­vent expri­mées à pro­pos de l’I‑M.P, sont dénuées de fon­de­ment, notam­ment parce que la BNS, (la banque cen­trale Suisse), a le man­dat expli­cite de sur­veiller ce risque, et aus­si parce qu’une par­tie du béné­fice de la créa­tion moné­taire sera redis­tri­bué aux can­tons et aux citoyens par la BNS ; ces der­niers pour­ront, s’ils le sou­haitent, confier leurs dis­po­ni­bi­li­tés aux banques, afin qu’elles puissent exer­cer, entre autres, leur métier de « trans­for­ma­tion ». (Il consiste à accor­der la « lon­gueur » des res­sources récol­tées et celle des prêts attribués.)

    - En cas de suc­cès, l’I‑M.P. aura éga­le­ment pour effet de per­mettre un réel contrôle de la crois­sance de la masse moné­taire par la Banque Cen­trale, en cohé­rence, bien enten­du, avec la poli­tique bud­gé­taire et fis­cale des res­pon­sables politiques.

    Ce n’est hélas pas le cas dans la situa­tion actuelle, ain­si que le montre l’his­toire des débuts de la zone Euro : alors que la BCE recom­man­dait une pro­gres­sion de 4,5% / an, (adap­tée à une crois­sance en termes réels com­prise entre 2 & 2,5%), les banques ont uti­li­sé leur pou­voir de créa­tion moné­taire à hau­teur de +10% /an… dont la majeure par­tie allait dans les bulles spéculatives !

    En 2008, les auto­ri­tés moné­taires ont ain­si été mises devant le fait accom­pli, et n’ont pu qu’ac­com­pa­gner le mou­ve­ment, par crainte de déclen­cher le fameux risque sys­té­mique ; (lors­qu’une pre­mière banque « pachy­derme » en faillite, menace d’en­traî­ner toutes les autres.)  Même si la crise a pu être enrayée, (pour un coût éco­no­mique et social énorme), cette situa­tion de « non contrôle » de la masse moné­taire n’est tou­jours pas cor­ri­gée.

    - En cas de suc­cès de l’I‑M.P, la banque cen­trale, (la « BNS »), dis­po­se­ra des moyens de mener une poli­tique adap­tée aux besoins de l’é­co­no­mie et aux choix poli­tiques sor­tis des urnes. Ce pro­grès en faveur d’un meilleur fonc­tion­ne­ment des ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques de la Suisse, implique que les diri­geants de la BNS se mettent à la hau­teur de leurs nou­velles res­pon­sa­bi­li­tés. (Ou… qu’ils s’en aillent pour lais­ser la place à des per­sonnes plus compétentes !)

    Dans le sys­tème actuel, l’é­mis­sion de mon­naie est pro-cyclique, (du fait de son lien consub­stan­tiel avec le cré­dit ban­caire.) Avec l’I‑M.P. le contrôle de la masse moné­taire per­met­trait d’as­su­rer la régu­la­ri­té de la crois­sance des reve­nus, tan­dis que l’in­jec­tion de mon­naie, (c. à d. de pou­voir d’a­chat), via les dépenses publiques serait mieux répar­tie : elle ne pro­fi­te­rait plus aus­si lar­ge­ment à l’im­mo­bi­lier et aux actifs financiers.

    Enfin, la créa­tion moné­taire est un pri­vi­lège qui confère une rente à celui qui l’exerce. Il est nor­mal que ce soit la col­lec­ti­vi­té qui en pro­fite et non des inté­rêts privés.

    - Les banques com­mer­ciales conti­nue­ront de four­nir tous les ser­vices actuels tel que les comptes d’é­pargne, le cir­cuit des paie­ments, l’octroi de prêts, la ges­tion de patri­moine, Etc.

    - L’initiative Mon­naie Pleine ne retire aucun des droits légaux attri­bués aux banques com­mer­ciales. Elle n’a pas pour voca­tion de lut­ter contre la spéculation.

     

    Source : http://​www​.france​-alter​.info/​I​n​i​t​i​a​t​i​v​e​_​M​o​n​n​a​i​e​_​P​l​e​i​n​e​.​htm

    Réponse
  3. etienne

    L’initiative populaire « Monnaie pleine » est-elle antilibérale ?

    Le sys­tème de mon­naie pleine per­met l’émergence de vrais taux d’intérêt sur des mar­chés finan­ciers libres, loin de tout fonc­tion­ne­ment bureau­cra­tique, affirme Chris­tian Gomez, éco­no­miste et ancien CEO de SG-Suisse :

    L’initiative « Mon­naie pleine » (MP) vise à abo­lir le pri­vi­lège des banques en matière de créa­tion moné­taire pour redon­ner ce pou­voir exor­bi­tant du droit com­mun, et ses béné­fices, au peuple suisse. Et, comme on pou­vait s’y attendre, cette ini­tia­tive, qui bous­cule les pou­voirs éta­blis et des pré­ju­gés bien ancrés, sus­cite des réac­tions fortes, dont l’accusation de mettre à mal les règles de fonc­tion­ne­ment d’une éco­no­mie de mar­ché et d’organiser la rare­té du crédit.

    Une argu­men­ta­tion pour le moins sur­pre­nante quand on sait que les pro­mo­teurs d’une telle réforme dans l’histoire furent pré­ci­sé­ment… les libé­raux les plus irré­cu­sables, dont Mil­ton Fried­man. Le rap­pel de quelques idées de base du libé­ra­lisme suf­fit à mon­trer en quoi les cri­tiques « libé­raux » de la réforme MP se trompent.

    1ère idée : Les libé­raux s’opposent aux rentes de situa­tion et aux « reve­nus non gagnés » (les « faux droits » de Rueff). C’est pré­ci­sé­ment le but essen­tiel de la réforme.

    Par le méca­nisme du cré­dit ban­caire, les banques peuvent créer des moyens de paie­ment (les dépôts à vue) qui sont répu­tés sub­sti­tuables à tout moment à la « vraie » mon­naie (BNS). Ce fai­sant, elles créent un pou­voir d’achat sup­plé­men­taire sur l’économie (au contraire d’un trans­fert d’épargne) qui a deux consé­quences : (1) les banques tirent des reve­nus (les inté­rêts) sur des sommes qu’elles créent (à l’instar d’un faux-mon­nayeur…) et ce, de période en période jusqu’à l’infini ; (2) Ces sommes nou­velles entre les mains des emprun­teurs, qui ne sont pas la contre­par­tie d’une épargne, font bou­ger les mar­chés au seul pro­fit de ces der­niers. Deux traits rédhi­bi­toires pour tout libé­ral consé­quent et aux­quels la réforme MP remédie.

    2ème idée : Les agents éco­no­miques sont d’autant plus effi­cients dans leurs cal­culs éco­no­miques que leur envi­ron­ne­ment est stable et leur hori­zon déga­gé et pré­vi­sible. C’est pré­ci­sé­ment une consé­quence de la réforme.

    Basées sur le méca­nisme du cré­dit ban­caire, les injec­tions moné­taires dans l’économie dépendent aujourd’hui des « humeurs », opti­mistes ou pes­si­mistes, des emprun­teurs et des banques, d’où une évo­lu­tion sou­vent chao­tique de l’économie qui doit alors comp­ter, pour sa régu­la­tion, sur les inter­ven­tions des banques cen­trales. Or celles-ci dis­posent d’instruments mas­sifs mais très impré­cis et inef­fi­caces, comme l’ont mon­tré encore les expé­riences de poli­tique moné­taire récentes en Suisse et ailleurs (Quan­ti­ta­tive Easing, taux néga­tifs et répres­sion finan­cière). Au contraire, la réforme MP donne à la BNS tous les moyens de contrô­ler la pro­gres­sion de la masse moné­taire, dans le cadre d’une mis­sion consti­tu­tion­nel­le­ment défi­nie, afin de régu­la­ri­ser la crois­sance éco­no­mique et d’atteindre le taux d’inflation jugé opti­mal, d’où une plus grande sta­bi­li­té et un allon­ge­ment de l’horizon pré­vi­sion­nel des agents économiques.

    3ème idée : Un fonc­tion­ne­ment effi­cace d’une éco­no­mie de mar­ché exige des sys­tèmes de prix non faus­sés, y com­pris sur les mar­chés finan­ciers. Encore une consé­quence de la réforme.

    Dans le sys­tème actuel, tel ne peut être le cas car les inter­fé­rences entre le cré­dit et la créa­tion moné­taire faussent la fixa­tion des « taux natu­rels » (Wick­sell) repré­sen­ta­tifs des équi­libres épargne-inves­tis­se­ment, qui sont seuls capables d’assurer une crois­sance éco­no­mique, à la fois, équi­li­brée et opti­male (en termes d’efficacité). Au contraire, dans le cadre de la réforme MP, la plus grosse part de la mon­naie serait intro­duite indé­pen­dam­ment du cré­dit (via le bud­get de la Confé­dé­ra­tion et des can­tons) et géné­re­rait le reve­nu qui ali­men­te­rait l’épargne cou­rante qui, elle-même, finan­ce­rait l’investissement, d’où l’émergence de vrais taux d’intérêt sur des mar­chés finan­ciers libres, loin de tout fonc­tion­ne­ment bureaucratique.

    4ème idée : La libé­ra­tion des ini­tia­tives indi­vi­duelles et col­lec­tives exige la fis­ca­li­té la plus inci­ta­tive pos­sible. C’est aus­si ça la réforme MP.

    Dans le contexte de la réforme, la col­lec­ti­vi­té s’approprierait les gains de la créa­tion moné­taire, ce qui veut dire que les injec­tions moné­taires pour­raient deve­nir une res­source des bud­gets de la Confé­dé­ra­tion et des can­tons, à l’instar des impôts et autres taxes, comme le sug­gé­rait déjà Mau­rice Allais (Prix Nobel 1988). Aux citoyens suisses de déci­der ensuite de l’utilisation de ces sommes : aug­men­ta­tion des dépenses publiques ou baisses des impôts pour dyna­mi­ser l’économie suisse et la rendre plus attractive.

    Chris­tian Gomez

    * Mau­rice Allais avait cou­tume de dis­tin­guer les « libé­raux ali­men­taires », qui n’avaient que des inté­rêts par­ti­cu­liers à défendre, et les « vrais libé­raux » qui recher­chaient à la fois l’efficacité de l’économie et l’équité sociale avec le sou­ci d’améliorer le « bien com­mun ». Pour ces der­niers, tout devait être libre sauf une chose, essen­tielle, la créa­tion moné­taire. La réforme MP s’inscrit plei­ne­ment dans ce cadre. A vrai dire, il ne peut y avoir de « vrai » libé­ra­lisme sans réforme MP.

    https://​www​.letemps​.ch/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​l​i​n​i​t​i​a​t​i​v​e​-​p​o​p​u​l​a​i​r​e​-​m​o​n​n​a​i​e​-​p​l​e​i​n​e​-​e​s​t​e​l​l​e​-​a​n​t​i​l​i​b​e​r​ale

    Réponse
  4. etienne

    MONNAIE PLEINE : AVANTAGES :

    Les textes sur ce site com­plètent nos mes­sages clés.

    Le FMI confirme les effets posi­tifs de la réforme « Mon­naie pleine »

    Oui à une mon­naie à l’abri des faillites bancaires
    • La créa­tion moné­taire par les banques
    • La mon­naie pleine, c’est simple et intelligible
    • L’argent le plus sûr du monde

    Oui à une éco­no­mie de mar­ché sans privilèges

    Oui à une forte place ban­caire suisse
    • L’E­tat ne sera plus l’o­tage des banques

    Plus de sta­bi­li­té et moins de risques financiers
    • La mon­naie créée par les banques est une cause d’insécurité
    • Pré­ve­nir les crises, au lieu de sub­ven­tion­ner les banques

    Oui à des mil­liards pour les contri­buables et l’économie

    Oui au désen­det­te­ment pro­gres­sif de la société

    Le besoin de crois­sance sera réduit […]

    Lire le détail :
    http://​www​.ini​tia​tive​-mon​naie​-pleine​.ch/​a​v​a​n​t​a​g​e​s​/​#​c​928

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Rdz-vs à Nîmes, le 20 mai 2018, toute la journée, avec Heu?reka (Gilles) pour analyser et comparer les différentes alternatives pour une souveraineté monétaire digne de ce nom | Blog du Plan C - […] On parlera sans doute du Crédit social (défendu par le major Douglas et Louis Even) et de l’initiative suisse…

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....