[Procès citoyen du faux « suffrage universel »] La vidéo du DÉBAT

22/01/2017 | 23 commentaires

[Pro­cès citoyen du faux « suf­frage uni­ver­sel » (élire des maîtres au lieu de voter les lois)]
La vidéo du DÉBAT au théâtre Soum-Soum (à Paris le 9 décembre der­nier) est publiée 🙂

Je n’ai pas eu le temps de répondre comme il aurait fal­lu à toutes les ques­tions & objec­tions, et je vous invite donc à vous exer­cer à y répondre vous-mêmes, bien sûr 🙂

—–

Rap­pel de la confé­rence qui avait pré­cé­dé ce débat : 

[Vidéo et texte] L’antidote uni­ver­sel au capitalisme,
ce sera un peuple deve­nu consti­tuant, capable de conduire lui-même LE PROCÈS DE L’ÉLECTION :

http://​bit​.ly/​2​i​Q​r​0V9

—–

N’ou­bliez pas de créer et ani­mer vous-même vos propres ate­liers consti­tuants, quo­ti­dien­ne­ment, obstinément 🙂

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​8​9​9​0​6​0​1​0​2​317

Catégorie(s) de l'article :

23 Commentaires

  1. Aquablue03

    Bon­soir ,
    excel­lente soi­rée très construc­tive , dans le sens qu’une plu­ra­li­té d’i­dées nou­velles per­mettent d’é­vi­ter des erreurs , et de prou­ver une fois de plus qu’un cer­veau col­lec­tif très  » pro­duc­tif  » fait pro­gres­ser plus vite !
    J’ appré­cie ! Bonne nuit

    Réponse
  2. Ronald

    Ce qui est posi­tif, c’est que fina­le­ment, on tourne tou­jours autours des mêmes ques­tions d’une confé­rence à l’autre. Le nombre et de type de pro­blèmes sou­le­vés reste assez limi­té, et l’on est rare­ment pris au dépour­vu. En outre, glo­ba­le­ment il y a peu de réelles objec­tions. Les cri­tiques que l’on peut asso­cier au tirage au sort peuvent sou­vent être appli­quées aus­si au sys­tème actuel, et reviennent sou­vent à dire que l’on ne résout pas l’in­té­gra­li­té des problèmes.

    Les quelques points sur les­quels je vou­drais ajou­ter des précisions :

    00:45 : Inter­ve­nant 1 : La majo­ri­té des Fran­çais étaient anal­pha­bètes au moment de la Révo­lu­tion française.
    Le pour­cen­tage d’al­pha­bé­ti­sa­tion dans l’his­toire reste une ques­tion sans fin. Car pen­dant long­temps, on n’a pas tenu de sta­tis­tiques sur la ques­tion. On doit sou­vent uti­li­ser des manières détour­nées et uti­li­ser des sources sujettes à dis­cus­sion (registres de mariages, etc). Car qu’est-ce qu’être alpha­bé­ti­sé ? Est-ce être capable de signer ? De lire ? D’é­crire ? De lire, écrire et com­prendre un texte plus ou moins com­plexe ? Et puis, il y a des varia­tions selon le sexe, la géo­gra­phie, … Ce qu’on sait c’est que l’al­pha­bé­ti­sa­tion en France a pris tout le XVIIIè et le XIXè siècle. Si on veut don­ner un chiffre (avec beau­coup de réserves) , à la Révo­lu­tion, il y a aurait envi­ron la moi­tié des hommes qui étaient alphabétisés.
    Un article sur le sujet :
    http://​www​.per​see​.fr/​d​o​c​/​a​h​e​s​s​_​0​3​9​5​-​2​6​4​9​_​1​9​7​4​_​n​u​m​_​2​9​_​3​_​2​9​3​505

    1:30 : Inter­ve­nant 1 : Les riches de tout les pays se sont ligués pour mener la guerre à la France révolutionnaire.
    Erreur his­to­rique très cou­rante. Dans les faits, c’est la France qui à décla­ré la Guerre de la Pre­mière Coalition.

    7 :30. Le dis­cours de Gre­go­ry illustre un pro­blème récur­rent depuis des années dans les débats sur le tirage au sort. Dans le feu du débat, les inter­ve­nants (mais tu le fais aus­si) ne pré­cisent pas dans quel contexte d’u­ti­li­sa­tion il font le remarque. Est-ce le tirage au sort de la consti­tuante ? De l’as­sem­blée légis­la­tive ? De jury citoyen ? Au niveau local ? Etc. L’un des débat­teur pense à un ins­ti­tu­tion, et un autre à une autre, c’est un dia­logue de sourds et per­sonne ne com­prend plus rien.
    Ain­si, la remarque de Gre­go­ry que les tirés au sort peuvent être appro­chés par le groupe Bil­de­berg pour y être coop­tés n’est valable que pour des man­dats longs tels que dépu­té, membre de l’exé­cu­tif ou fonc­tion­naire admi­nis­tra­tif. C’est beau­coup moins envi­sa­geable pour des groupes tirés au sort pour une ques­tion unique sur un temps limi­té (Consti­tuant, panel citoyen, jury d’as­sise). D’ailleurs, je ne sais pas pour­quoi les gens veulent tou­jours ima­gi­ner des situa­tions pires que la réa­li­té : il y a déjà eu plu­sieurs assem­blées consti­tuantes tirées au sort, et – alors qu’il y a eu des pro­blèmes – nulle part on n’a signa­lé que les membres avaient été appro­chés pour être cor­rom­pus. Cela dit, il est vrai que pour une assem­blée telle que l’as­sem­blée légis­la­tive, où les membres tra­vaillent sur la longue durée et à de nom­breuse déci­sions, le pro­blème de la cor­rup­tion est réel. Je pense que par sou­ci de sim­pli­ci­té, hors contexte d’a­te­liers consti­tuants, il vaut mieux en res­ter à débattre avec le public du tirage au sort de la Consti­tuante, qui est déjà un sujet assez vaste.

    11:55. Tu dis « il faut que tout pou­voir ait quelque chose à craindre ».
    Le prin­cipe du « checks and balances » est-il tou­jours bon ? Je vou­drais sou­mettre à la réflexion de tous le cas suivant :

    Au cours de son pre­mier man­dat (1933−1936), Frank­lin Roo­se­velt décré­ta, avec l’ap­pui du Congrès, une série de loi qui ren­for­çaient l’in­ter­ven­tion­nisme d’État et le pou­voir des sala­riés au sein des entre­prises. C’est le New Deal. La Cour Suprême blo­qua les réformes en les décla­rant incons­ti­tu­tion­nelles. À juste titre, la Consti­tu­tion des USA pro­té­geant très for­te­ment la libre entre­prise. Roo­se­velt est réélu en 1936 (on peut esti­mer dès lors que la popu­la­tion était favo­rable à ses mesures). Il veut remettre en selle ses pro­jets. Aux USA, le pré­sident a le pou­voir de nom­mer les juges de la Cour Suprême. Roo­se­velt menace alors les juges de les faire démis­sion­ner et de les rem­pla­cer par d’autres plus coopé­rants. La Cour s’in­cline et déclare conformes à la Consti­tu­tion les lois qu’elle avait inva­li­dées l’an­née précédente.

    D’où : est-il nor­mal que des juges décident de la consti­tu­tion­na­li­té de loi dans un sens ou l’autre selon qu’ils se sentent per­son­nel­le­ment mena­cés ? Les pou­voirs doivent-il pou­voir exer­cer une pres­sion les uns sur les autres ? Ne vaut-il pas mieux que cha­cun soit réel­le­ment indé­pen­dant et tout-puis­sant dans son domaine ? Mais c’est alors au risque de blo­cages prolongés…

    PS : j’ai pris volon­tai­re­ment un cas où le coup de force ins­ti­tu­tion­nel vient d’un « gentil ».

    Sur le New Deal : http://​meda​rus​.org/​N​M​/​N​M​T​e​x​t​e​s​/​n​m​_​0​5​_​0​2​_​n​e​w​_​d​e​a​l​.​htm

    22:30. « Je pense qu’il y a beau­coup de gens qui ne veulent pas la démocratie »
    Pour essayer d’é­clai­rer cette ques­tion, le CEVIPOF a intro­duit des ques­tions sur le sujet dans sa série de son­dages « com­prendre 2017 ». Cer­taines sont posées pour la pre­mière fois à ma connaissance :

    Vague 7 – module populisme :
    https://​www​.enef​.fr/​a​p​p​/​d​o​w​n​l​o​a​d​/​1​4​6​0​8​8​8​7​8​2​5​/​E​N​E​F​_​v​a​g​u​e​7​_​o​c​t​o​b​r​e​_​2​0​1​6​.​p​d​f​?​t​=​1​4​7​7​3​8​6​833

    Vague 9 – module démocratie
    https://​www​.enef​.fr/​a​p​p​/​d​o​w​n​l​o​a​d​/​1​4​8​9​8​0​6​1​5​2​5​/​E​N​E​F​_​v​a​g​u​e​9​_​d​e​c​e​m​b​r​e​_​2​0​1​6​.​p​d​f​?​t​=​1​4​8​1​7​0​7​181

    Mais il faut rela­ti­vi­ser : au vu des résul­tats don­nés à la page 88 de l’en­quête de jan­vier 2017, les son­dés ne com­prennent, semble-t-il, rien : il y a des gens qui veulent à la fois un sys­tème démo­cra­tique, diri­gé par des experts, par un lea­der fort, et par l’armée … :
    http://www.cevipof.com/fr/le-barometre-de-la-confiance-politique-du-cevipof/resultats‑1/vague8/

    24:34. « C’est quoi ton pré­nom ? » : c’est le fameux Jean-Robert Lom­bard qui joue le père Blaise dans Kaamelott !

    Bonne jour­née.

    Réponse
    • Aquablue03

      Mer­ci pour ce lien inté­res­sant ! Le constat que j’en retire est que dans les 11 dépar­te­ments en crois­sance zéro d’al­pha­bé­ti­sa­tion sont situés dans des régions de concen­tra­tion oli­garque (cher­cher l’er­reur) pour la majo­ri­té et dans des sites dif­fi­ciles d’ac­cès où la vie était plus rude !
      Signer un papier fai­sant office d’acte de mariage ou arrêt de mort car­ré­ment n’est pas à comp­ter par­mi les gens dits :  » sachant lire et écrire » .
      Cette étude est trop super­fi­cielle , même si des­si­ner des traits est un signe d’ap­ti­tude au gra­phisme ! On pour­rait dire dans ce cas que les égyp­tiens étaient beau­coup plus en avance que nous , ce qui est d’ailleurs vrai !
      Signer un acte de mariage à cette époque était une façon (pour moi ) d’as­su­rer aux mariés ées que les biens ter­riens et autres res­te­raient dans la famille ! Ce n’est pas une preuve notoire , mais nota­riée plu­tôt que tout allait dans leur sens !
      Mer­ci de m’a­voir per­mis de l’écrire !

      Réponse
    • Aquablue03

      Morte de rire , mon ordi me dit que la page est une erreur !

      Réponse
  3. etienne

    Les médias de La Banque nous poussent vers le piège Macron.

    Réponse
    • joss

      Et comme par hasard, il n’est pas pos­sible de trou­ver une pré­sen­ta­tion du véri­table pro­gramme de M. Macron par ses soins devant les « patrons » à la Fon­da­tion Concorde !
      Dommage 🙁

      Réponse
  4. Aquablue03

    Bon­jour,
    La France sera bien­tôt atteinte de la macro­nite aigüe des peoples ! Sa banque pré­fé­rée n’é­tant pas la nôtre , il nous reste l’an­ti­dote du bon tirage au sort .….
    en route , mais encore loin de l’ar­ri­vée .….. mais qui sait entre  » le lièvre et la tor­tue  » , La Fon­taine nous apprend la sagesse de la constance !
    Bonne journée

    Réponse
  5. etienne

    EMPLOI FICTIF – La femme de Fillon a déclaré ne s’être jamais impliquée dans la vie politique de son mari !


    https://www.lesriches.info/25–01-2017/emploi-fictif-la-femme-de-fillon‑d%C3%A9clar%C3%A9-ne‑s%C3%AAtre-jamais-impliqu%C3%A9e-dans-la-vie-politique

    « Le Nou­vel Obs révèle dans un article daté du mer­cre­di 25 jan­vier que la femme de Fran­çois Fillon s’est confiée au quo­ti­dien régio­nal « le Bien Public » en novembre 2016 et qu’elle a dit qu’elle ne s’est « jamais » « jusqu’à pré­sent, impli­quée dans la vie poli­tique de [son] mari ». 

    Cette décla­ra­tion de Péné­lope Fillon est une nou­velle bombe dans l’af­faire Fillon puis­qu’elle contre­dit tout l’ar­gu­men­taire bri­co­lé par le can­di­dat à la pré­si­den­tielle pour essayer de démi­ner l’ac­cu­sa­tion d’emploi fic­tif lan­cée par le Canard Enchaîné. 

    Pour rap­pel, le jour­nal sati­rique accuse la femme de Fran­çois Fillon. Elle aurait été rému­né­rée par un emploi fic­tif. En effet, elle aurait per­çu 500 000 euros en huit ans en la qua­li­té d’at­ta­chée par­le­men­taire sauf que selon le Canard Enchaî­né elle n’a jamais exer­cé cette fonction. »

    Réponse
    • etienne

      Mathilde Mathieu (Media­part) : « Mon­sieur Fillon n’est mal­heu­reu­se­ment pas le seul dépu­té à employer sa femme… »

      Réponse
    • etienne

      Le culot des candidats « élus »…

      « Autant dire que les pires gou­ver­ne­ront. » (Alain)

      Réponse
  6. etienne

    Pour­ri­ture ban­caire (pléo­nasme)]

    Les banquiers véreux enfin rattrapés par la justice espagnole

    Cinq ex-diri­geants de la banque Nova­Caixa­Ga­li­cia, condam­nés à deux ans de pri­son pour s’être accor­dé de géné­reux para­chutes dorés en pleine crise, ont été incar­cé­rés. Contre toute attente. […]

    Lire la suite :

    http://www.lemonde.fr/m‑moyen-format/article/2017/01/23/les-banquiers-vereux-enfin-rattrapes-par-la-justice-espagnole_5067695_4497271.html

    Source : Le Monde

    Réponse
  7. Aquablue03

    Bon­soir ,
    Qu’ils rendent l’argent et s’ils ne l’ont pas , leurs faire les poches .….toutes les poches !
    Mais je suis sure que déjà tout est à l’a­bri .…. ET INTOUCHABLES !
    On va enfin savoir de quel côté est cette justice !
    .….
    Bonne nuit et bonne fin de semaine !

    Réponse
  8. etienne

    [« Com­pé­tence et res­pon­sa­bi­li­té des ‘élus’ »]

    Espagne : le grand gâchis des autoroutes

    « En Espagne, c’est le scan­dale d’un gas­pillage à près de six mil­liards d’eu­ros qui agite le débat public, celui des auto­routes fantômes. »

    http://​www​.fran​cet​vin​fo​.fr/​m​o​n​d​e​/​e​s​p​a​g​n​e​/​e​s​p​a​g​n​e​-​l​e​-​g​r​a​n​d​-​g​a​c​h​i​s​-​d​e​s​-​a​u​t​o​r​o​u​t​e​s​_​2​0​1​3​1​3​2​.​h​tml


    Espagne : le grand gâchis des autoroutes

    Réponse
  9. etienne

    Audrey Ver­non :

    Les poli­ti­ciens : « c’est la loi du capi­ta­lisme, ce n’est pas ma faute »

    Réponse
  10. etienne

    Palantir, l’encombrant ami américain du renseignement français

    La start-up numé­ro un du big data pour­suit son irré­sis­tible ascen­sion. Son co-fon­da­teur, Peter Thiel, est aujourd’­hui conseiller numé­rique de Donald Trump. Quant à sa filiale fran­çaise, elle vient de signer un contrat de 10 mil­lions d’eu­ros avec la DGSI.

    Dans Le Sei­gneur des anneaux de Tol­kien, le palan­tir est une pierre magique qui per­met de voir par­tout, tout le temps. Une boule de cris­tal elfique qui offre un pou­voir consi­dé­rable. Dans le monde des hommes, Palan­tir est une entre­prise qui ambi­tionne de voir par­tout, tout le temps. 

    C’est l’une des « licornes » de l’économie numé­rique, valo­ri­sée à 20 mil­liards de dol­lars. Juste der­rière Uber et Airbnb. Devant Snap­chat. Pour­tant, son nom n’évoquera rien chez les pro­fanes. Comme ses petits cama­rades de l’économie cali­for­nienne, Palan­tir veut chan­ger le monde. A quelque détails près. Palan­tir ne conçoit pas de pro­duits ver­nis de cool des­ti­nés au plus grand nombre. Palan­tir ne vous inonde pas de noti­fi­ca­tions push. Palan­tir ne se répand pas dans la presse. Palan­tir rechigne à être intro­duit en bourse. Pour faire simple, Palan­tir veut voir sans être vu.

    Sen­ti­nelle d’une Amé­rique traumatisée

    Créée en 2004, la start-up est un lea­der de l’analyse des don­nées, qu’elle croise, com­pare et « crunche » à l’aide de ses logi­ciels phares, Gotham et Metro­po­lis. C’est la Rolls-Royce du big data, ce terme à la mode des pros­pec­teurs en pétrole imma­té­riel. Elle a été cofon­dée par Peter Thiel, grand argen­tier de la Sili­con Val­ley, désor­mais conseiller numé­rique de Donald Trump. Son pre­mier inves­tis­seur ? In-Q-Tel, le fonds d’investissement de la CIA. Dans l’Amérique trau­ma­ti­sée de l’après-11 sep­tembre, Palan­tir pro­met de mou­li­ner des giga­oc­tets de don­nées afin d’anticiper les menaces. 

    Et, pour­quoi pas, pré­dire l’avenir. Aux Etats-Unis, dans un pays qui compte pas moins de dix-sept agences de ren­sei­gne­ment et une myriade d’a­gences fédé­rales, le mar­ché s’ouvre aus­si sûre­ment que la mer Rouge : de la NSA aux ser­vices de police de Los Angeles, les contrats pleuvent.

    Pour faire éta­lage de leurs capa­ci­tés, les « Palan­ti­rians », comme ils se nomment entre eux, offrent des démons­tra­tions gran­deur nature. En 2007, une ONG uti­lise une de leurs solu­tions mai­son pour enquê­ter sur la mort du jour­na­liste Daniel Pearl, exé­cu­té au Pakis­tan cinq ans plus tôt. Une visua­li­sa­tion plus tard, les vingt-sept indi­vi­dus impli­qués dans son enlè­ve­ment appa­raissent sur un écran. Le rôle de cha­cun d’entre eux y est détaillé, tout comme ses liens avec les autres. Plus besoin de punai­ser des pho­tos floues sur un tableau en liège avec la fébri­li­té d’une Car­rie Mathi­son : Palan­tir prend les choses en main. Comme toute grande reli­gion, la nébu­leuse entre­prise pos­sède ses mythes fon­da­teurs. Le plus connu ? Elle aurait aidé à la traque et à l’élimination d’Oussama Ben Laden. Une rumeur jamais confir­mée, jamais infir­mée non plus, qui lui garan­tit une place de choix à la droite du pou­voir régalien.

    A la table de Trump

    Au fil des ans, la petite start-up devient le plus gros pro­prié­taire ter­rien de Palo Alto, juste der­rière le cam­pus de Stan­ford, dont le dépar­te­ment de sciences infor­ma­tiques est l’un de ses plus gros pour­voyeurs en méninges. Sur­tout, elle s’ouvre au sec­teur pri­vé en lui fai­sant la danse du ventre : iden­ti­fiez les menaces internes, opti­mi­sez vos résul­tats, ayez un coup d’avance sur la concurrence. 

    En 2010, elle signe un juteux contrat avec son pre­mier client com­mer­cial, la puis­sante banque JPMor­gan. D’autres mul­ti­na­tio­nales sui­vront, de Coca-Cola à BP. En mai 2016, une enquête de Buzz­Feed révèle – docu­ments à l’appui – la san­té finan­cière pas si flo­ris­sante d’une entre­prise minée par les départs et les défec­tions de gros comptes dubi­ta­tifs. Qu’importe : Palan­tir conti­nue d’avoir la côte. En six ans, l’entreprise a amas­sé pour 340 mil­lions de dol­lars de contrats avec les auto­ri­tés américaines. 

    Alex Karp, son excen­trique patron, est deve­nu un habi­tué du forum éco­no­mique de Davos. Depuis 2011, il a éga­le­ment son rond de ser­viette aux réunions du groupe Bil­der­berg, à l’invitation d’Henri de Cas­tries, encore P‑DG d’Axa. Un client de… Palan­tir. Nom de code : Asterix.[…]

    Lire la suite :
    http://​www​.tele​ra​ma​.fr/​m​e​d​i​a​s​/​p​a​l​a​n​t​i​r​-​b​i​g​-​d​a​t​a​-​r​e​n​s​e​i​g​n​e​m​e​n​t​,​1​5​3​2​2​9​.​php
    Source : Télérama.

    Réponse
  11. etienne

    Au cœur de l’évasion fiscale, les incontournables intermédiaires

    « Ce sont des banques, des cabi­nets d’au­dit ou des cabi­nets d’a­vo­cats. Sans eux, les entre­prises et les riches par­ti­cu­liers qui cherchent à évi­ter l’im­pôt seraient bien dému­nis. Un rap­port du groupe des Verts au Par­le­ment euro­péen met un coup de pro­jec­teur sur ces dis­crets intermédiaires. »

    Lire la suite :
    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​2​4​0​1​1​7​/​a​u​-​c​o​e​u​r​-​d​e​-​l​e​v​a​s​i​o​n​-​f​i​s​c​a​l​e​-​l​e​s​-​i​n​c​o​n​t​o​u​r​n​a​b​l​e​s​-​i​n​t​e​r​m​e​d​i​a​i​res

    Source : Mediapart

    Réponse
  12. etienne

    François Fillon a bénéficié de fonds publics détournés au Sénat

    28 jan­vier 2017 par Mathilde MATHIEU

    Media­part révèle que Fran­çois Fillon, quand il était séna­teur, a empo­ché une par­tie des cré­dits théo­ri­que­ment réser­vés à la rému­né­ra­tion d’assistants, grâce à un sys­tème de com­mis­sions occultes.

    Fran­çois Fillon n’a pas seule­ment sala­rié son épouse ou ses enfants avec les fonds publics mis à sa dis­po­si­tion par le par­le­ment. À l’époque où il sié­geait au Sénat, il s’est mis dans la poche une par­tie des cré­dits théo­ri­que­ment réser­vés à la rému­né­ra­tion d’assistants, grâce à un sys­tème de com­mis­sions occultes.

    Les sommes siphon­nées entre 2005 et 2007 par l’actuel can­di­dat LR à la pré­si­den­tielle ne dépassent sans doute pas les 25 000 euros mais des juges d’instruction ont d’ores et déjà esti­mé que le stra­ta­gème uti­li­sé, par­ta­gé avec nombre de séna­teurs UMP entre 2003 et 2014, pou­vait rele­ver d’une infrac­tion pénale. Plu­sieurs élus en ayant pro­fi­té viennent même d’être mis en exa­men pour « recel de détour­ne­ments de fonds publics ». À ce stade, l’information judi­ciaire en ques­tion porte uni­que­ment sur des faits pos­té­rieurs à 2009, période à laquelle Fran­çois Fillon avait déjà quit­té le palais du Luxem­bourg pour Mati­gnon. Son cas ne fait donc pas l’objet d’investigations.

    Mais d’après des témoi­gnages et docu­ments comp­tables de l’époque, le séna­teur Fillon a bien béné­fi­cié de ce méca­nisme clan­des­tin de cap­ta­tion de fonds publics au cours de son man­dat. Com­ment cela fonctionnait-il ?

    Il suf­fit de savoir que les par­le­men­taires n’épuisent pas tou­jours l’enveloppe mise à leur dis­po­si­tion pour sala­rier des assis­tants per­son­nels. Plu­tôt que de lais­ser leurs « restes » dans les caisses du Sénat, cer­tains élus pré­fèrent alors les délé­guer à leur « groupe poli­tique » (la struc­ture qui se charge d’organiser le tra­vail col­lec­tif entre élus d’une même éti­quette). Jusque-là, rien d’irrégulier. Si l’institution tolère ce trans­fert, c’est qu’il per­met aux groupes (sub­ven­tion­nés par ailleurs) d’embaucher des col­la­bo­ra­teurs sup­plé­men­taires, donc d’améliorer le tra­vail par­le­men­taire. En théorie.

    LIRE AUSSI :
    Des mil­lions d’euros ont été siphon­nés par des séna­teurs UMP
    PAR MATHILDE MATHIEU
    Dos­sier : les fonds secrets des séna­teurs UMP
    PAR MATHILDE MATHIEU
    La labo­rieuse défense de Fran­çois Fillon
    PAR ELLEN SALVI
    Ces 600 000 euros qui ruinent la cam­pagne Fillon
    PAR MATHILDE MATHIEU
    Ladreit de Lachar­rière, le mécène riche et puissant
    PAR LUCIE DELAPORTE
    L’af­faire est un acci­dent indus­triel pour la droite
    PAR ELLEN SALVI
    L’As­sem­blée a rému­né­ré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de dépu­tés en 2014
    PAR MATHILDE MATHIEU

    Car entre 2003 et 2014, le sys­tème a été per­ver­ti côté UMP : des séna­teurs récu­pé­raient en douce un tiers du cré­dit qu’ils délé­guaient au groupe. Dans les cou­loirs du palais du Luxem­bourg, cette com­mis­sion por­tait même un sur­nom, désuet et euphé­mi­sé à sou­hait : « la ris­tourne ». Selon les années et les cou­rants poli­tiques aux­quels appar­te­naient les béné­fi­ciaires, ces sommes ont pu suivre divers cir­cuits, être direc­te­ment dis­tri­buées par le groupe UMP ou bien tran­si­ter par une asso­cia­tion fan­toche bap­ti­sée Union répu­bli­caine du Sénat (URS), plus dis­crète, qui se char­geait de signer les chèques. […]

    Lire la suite :
    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​f​r​a​n​c​e​/​2​8​0​1​1​7​/​f​r​a​n​c​o​i​s​-​f​i​l​l​o​n​-​b​e​n​e​f​i​c​i​e​-​d​e​-​f​o​n​d​s​-​p​u​b​l​i​c​s​-​d​e​t​o​u​r​n​e​s​-​a​u​-​s​e​nat

    Source : Mediapart.

    Réponse
  13. Ronald

    L’in­ter­view retrou­vé par Marianne prête aus­si à sourire :
    http://​www​.marianne​.net/​q​u​a​n​d​-​p​e​n​e​l​o​p​e​-​f​i​l​l​o​n​-​c​e​n​s​e​e​-​b​o​s​s​e​r​-​f​r​a​n​c​o​i​s​-​1​0​-​a​n​s​-​v​o​u​l​a​i​t​-​s​e​-​r​e​m​e​t​t​r​e​-​a​u​-​t​r​a​v​a​i​l​-​1​0​0​2​4​9​4​6​2​.​h​tml

    Encore une fois, ce ne sont pas les indi­vi­dus qui sont en cause. C’est le sys­tème qui est pro­fon­dé­ment vicié. Il permet :
    – un sen­ti­ment d’im­pu­ni­té. Avec son diplôme et ses rela­tions, Pene­lope Fillon aurait très faci­le­ment trou­vé un poste à 100.000 euros bruts qui cor­res­ponde à un emploi réel. Ces emplois fic­tifs ne sont favo­ri­sés que quand les gens se croient tout permis.
    – une absence de contrôle des acteurs poli­tique. Avec une sur­veillance par une ins­tance indé­pen­dante (pas seule­ment indé­pen­dante hié­rar­chi­que­ment, mais aus­si qui ne soit pas « du même milieu »), tout cela n’exis­te­rait pas.
    – un « effet de levier » du fait de la concen­tra­tion du pou­voir. Car les sommes ne sont pas énormes en soi et ne grèvent pas le bud­get public. Des gabe­gies de 100.000 euros, j’en vois tous les mois. Mais le pro­blème est que les diri­geants peuvent être ache­tés avec 100.000 euros. S’ils sont un petit nombre à tout contrô­ler, et per­sonne pour les sur­veiller, il est pos­sible pour des cor­rup­teurs agis­sant judi­cieu­se­ment de tenir la main sur tout le pays.

    Réponse
  14. Berbère

    Ce que cache l’af­faire Fillon , le vrai scandale !

    Ce n’est pas le fait que Fran­çois Fillon ait embau­ché sa femmes et ses enfants sur­payés léga­le­ment qui est grave , ce qui est grave c’est que vous ne voyez pas qu’il faut tout sim­ple­ment sup­pri­mer le sénat et l’as­sem­blé natio­nale et révo­quer tous les par­le­men­taire et faire voter les lois par le peuple …on vous agite un chif­fon rouge et vous vous exci­tez sur un effet au lieu d’é­ra­di­quer la cause …faut deve­nir des hommes res­pon­sables les gars…c’est toute la caste poli­tique qu’il faut éli­mi­ner …Fillon est juste un idiot qui à pro­fi­té d’un sys­tème légis­la­tif obs­cène dont les lois sont faites par la caste des poli­tiques pour la caste des politiques…La seul chose que vous devez faire si vous vou­lez deve­nir des hommes libres , c’est d’in­sis­ter pour que le peuple vote les lois …

    https://​you​tu​.be/​b​Q​D​0​M​G​r​M​xrQ

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....