[Bilan partiel du gouvernement représentatif et du faux « suffrage universel »] Reniements, trahisons, attaques frontales contre le salariat

15/03/2016 | 20 commentaires

Un bilan (récent et par­tiel) du faux « suf­frage uni­ver­sel » (élire des maîtres au lieu de voter nos lois), impo­sé depuis deux siècles par des « élus » grâce à une anti-consti­tu­tion (une pri­son au lieu d’une pro­tec­tion) :

Quatre ans de mal­fai­sances conti­nues : liste effarante.
Sol­fé­ri­niens : renie­ments, tra­hi­sons, attaques fron­tales contre le salariat

http://​www​.legrand​soir​.info/​s​o​l​f​e​r​i​n​i​e​n​s​-​r​e​n​i​e​m​e​n​t​s​-​t​r​a​h​i​s​o​n​s​-​a​t​t​a​q​u​e​s​-​f​r​o​n​t​a​l​e​s​-​c​o​n​t​r​e​-​l​e​-​s​a​l​a​r​i​a​t​.​h​tml

Mon com­men­taire :

Un bilan com­plet sur 200 ans du pré­ten­du « gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif » reste à écrire (en tra­vail col­la­bo­ra­tif ?), en n’ou­bliant pas les mas­sacres (de pauvres par des pauvres), appe­lés fau­ti­ve­ment « guerres » pour mas­quer que ce sont des crimes de masse gou­ver­ne­men­taux (tou­jours sur ordres d’ultra-riches).

Ceci dit, la plus longue liste de consé­quences épou­van­tables ne nous dis­pense pas, si l’on veut y échap­per, de la recherche des causes pre­mières et déci­sives. Or, tous les élec­teurs du monde ont UNE CAUSE COMMUNE, qui est leur impuis­sance poli­tique consti­tu­tion­na­li­sée, et qui devrait donc (logi­que­ment) consti­tuer leur toute pre­mière priorité.

Si l’on veut une vraie démo­cra­tie, il fau­dra, par édu­ca­tion popu­laire, 1) nous dés­in­toxi­quer de la mise à l’en­vers des mots impor­tants par les grands pro­prié­taires et leurs escrocs poli­ti­ciens, et donc prin­ci­pa­le­ment 2) arrê­ter de défendre l’é­lec­tion de maîtres comme une vache sacrée (ça c’est vrai­ment impor­tant), pour 3) apprendre à écrire (et défendre, puis cor­ri­ger) nous-mêmes une consti­tu­tion digne de ce nom.

Voi­ci donc (une pre­mière ébauche de l’) incroyable liste de tra­hi­sons anti­so­ciales dont nos pré­ten­dus « repré­sen­tants » sont (ou plu­tôt devraient être) responsables : 

Quatre ans de mal­fai­sances conti­nues : liste effarante

Solfériniens : reniements, trahisons, attaques frontales contre le salariat

BilanPS

On ne pen­sait pas humai­ne­ment pos­sible de com­mettre autant de salo­pe­ries en quatre ans. On avait tort : les Sol­fé­ri­niens l’ont fait. Il ne manque que la conti­nua­tion de la scan­da­leuse LRU par la zélée Fio­ra­so, le désastre de la poli­tique étran­gère de l’endormi Fabius.

Projet de loi El-Khomri

En cas de licen­cie­ment illé­gal, l’indemnité prud’homale est pla­fon­née à 15 mois de salaire.

Les 11 heures de repos obli­ga­toire par tranche de 24 heures peuvent être fractionnées.

Une entre­prise peut, par accord, bais­ser les salaires et chan­ger le temps de travail.

Les temps d’astreinte peuvent être décomp­tés des temps de repos.

Le dis­po­si­tif « for­faits-jours », qui per­met de ne pas décomp­ter les heures de tra­vail, est étendu.

Les appren­tis mineurs pour­ront tra­vailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine.

Le plan­cher de 24 heures heb­do­ma­daires pour un contrat à temps par­tiel n’est plus la règle dans la loi (confir­ma­tion d’une loi antérieure).

Il suf­fit d’un accord d’entreprise pour que les heures sup­plé­men­taires soient 5 fois moins majorées.

Une mesure peut-être impo­sée par réfé­ren­dum contre l’avis de 70% des syndicats.

Une entre­prise peut faire un plan social sans avoir de dif­fi­cul­tés économiques.

Après un accord d’entreprise, un sala­rié qui refuse un chan­ge­ment dans son contrat de tra­vail peut être licencié.

Par simple accord on peut pas­ser de 10h à 12h de tra­vail maxi­mum par jour.

Contac­ter le méde­cin du tra­vail devient presque impossible.

Le gou­ver­ne­ment envi­sage de sim­pli­fier le licen­cie­ment éco­no­mique.
[Bilan partiel du gouvernement représentatif et du faux « suffrage universel »] Reniements, trahisons, attaques frontales contre le salariat

Rap­port Badin­ter : Des limi­ta­tions peuvent être appor­tées aux liber­tés et droits fon­da­men­taux si elles sont jus­ti­fiées par les néces­si­tés du bon fonc­tion­ne­ment de l’entreprise.

[Envi­sa­gé] « For­fait jours » pour les sala­riés (= fin des heures supp.).

Rap­port Badin­ter : fin de fac­to des 35 heures.

Aus­té­ri­té : 2 mil­liards d’euros « d’économies » supplémentaires.

Nou­veau cadeau au patro­nat : prime de 2.000 € par an et par embauche pour les PME.

Prime réser­vée aux embauches à bas salaires.

La part socia­li­sée des bas salaires sera donc payée par… les contribuables.

La rup­ture du contrat de tra­vail sera simplifiée.

Bas­cu­le­ment du CICE en baisse défi­ni­tive de charges.

Hol­lande s’attaque à la durée légale du travail.

Décret n° 2015–1874 : la loi rela­tive au Dia­logue social et à l’emploi sacri­fie la citoyen­ne­té au travail.

EDF : sup­pres­sion de 4.000 postes en trois ans.

Pro­messe de sanc­tion­ner les licen­cie­ments bour­siers non tenue.

Compte péni­bi­li­té, l’inverse de la prévention.

Recul sur les critères.

Recul sur les dates d’entrée en vigueur.

Recul sur la date de paie­ment des pre­mières cotisations.

Recul sur le mode de déclaration.

Cri­mi­na­li­sa­tion de l’action syndicale :

Tor­pillage de la loi d’amnistie sociale votée au sénat.

Pri­son ferme pour 8 ex-Goo­dyear mal­gré le retrait des plaintes.

Arres­ta­tion à l’aube de 4 syn­di­ca­listes d’Air France.

Répres­sion pour la Confé­dé­ra­tion Pay­sanne, man­sué­tude pour la FNSEA.

Aban­don du pro­jet de loi rela­tif à la démo­cra­tie sociale.

Loi Macron : toutes les FNAC pari­siennes se retrouvent en ZTI.

Loi Macron : vers un accès res­treint aux prud’hommes.

Air France : 100 mil­lions d’€ de CICE en 2 ans = 3000 emplois supprimés.

Démantèlement du droit du travail (ANI)

La pres­crip­tion sur les rap­pels de salaire passe de 5 à 3 ans.

Demandes liées à la rup­ture de contrat passent de 5 à 2 ans.

Dif­fé­ré d’indemnisation de 180 jours pour rup­ture conventionnelle.

Mutuelle d’entreprise obli­ga­toire (2Mds€ pour 400.000 personnes).

Sapin appelle les entre­prises à ne pas aug­men­ter les salaires trop vite.

Retrait du Burn-out de la liste des mala­dies professionnelles.

Des­truc­tion du Code du Travail.

[objec­tif] Pri­vi­lé­gier les accords d’entreprise, au détri­ment de la loi.

Géné­ra­li­sa­tion du tra­vail du dimanche.

La Poste expé­ri­mente la livrai­son de colis le dimanche.

Ouver­ture des maga­sins de nuit.

Loi Rebsamen :

CDD renou­ve­lable 2 fois.

Fra­gi­li­sa­tion des CE & CHSCT.

Fin de l’obligation de reclas­se­ment en cas d’inaptitude professionnelle.

Créa­tion du CDI intermittent.

Des­truc­tion de l’Inspection du Travail.

Sup­pres­sion des élec­tions prud’hommales.

Pla­fon­ne­ment des indem­ni­tés de prud’hommes pour licen­cie­ment abusif.

Condam­na­tion d’une ins­pec­trice du tra­vail (Téfal).

Faci­li­ta­tion des licen­cie­ments collectifs.

Le Guen sug­gère de bais­ser la durée et le mon­tant des allo­ca­tions chômage.

Myriam El Khom­ri envi­sage la dégres­si­vi­té des allo­ca­tions chômages.

Idée réaf­fir­mée le 01.02.16 par Michel Sapin.

Hausse du chômage.

309 000 radia­tions en novembre 2015.

Prime d’activité :
Moins d’aide pour les plus fra­giles (RSA acti­vi­té et PPE).

Le contri­buable com­pen­se­ra les bas salaires du privé.

[Pro­jet] Encou­ra­ger les emplois de ser­vice (« trappes à bas salaires »).

[Pro­jet] For­ma­tion : Valls demande des contre­par­ties aux chômeurs.

Pré­ca­ri­té : Explo­sion de l’intérim : +10% en un an.

Ségo­lène Royal favo­rable au retour des cou­pures d’eau pour les mau­vais payeurs.

Taux de pau­vre­té à nou­veau en augmentation.

La chasse à la fraude aux allo­ca­tions s’accentue.

Ren­for­ce­ment du contrôle des chômeurs.

Pas de « coup de pouce » pour le SMIC.

Ouver­ture des centres d’hébergement seule­ment par ‑5°C.

Baisse du mon­tant des APL.

Acces­si­bi­li­té : normes moins contrai­gnantes et dérogations.

Retraites : Reva­lo­ri­sa­tion de… 0,1% en 2015.

Les béné­fi­ciaires de l’AME pri­vés de remboursement.

Remise en cause du droit au séjour pour soins.

Durée de coti­sa­tion retraite por­tée à 43 ans.

Loi Macron 2 : mise en place de fonds de pension.

Hôpi­taux : sup­pres­sion de 22.000 postes en 3 ans.

Gel des retraites >1200€ et déca­lage de 6 mois de la revalorisation.

Hausse de l’allocation han­di­ca­pés de 7€.

Prime excep­tion­nelle (sic) de 40€ pour les retraites les plus faibles.

Aban­don de la régle­men­ta­tion sur l’accessibilité aux handicapés.

Baisse de la pres­ta­tion de com­pen­sa­tion du Handicap.

Pas retour sur les fran­chises de soins.

Loi fin de vie vidée de son conte­nu (en attente de CMP).

Don du sang : main­tien d’une dis­cri­mi­na­tion pour les homosexuels.

Bud­get Sécu­ri­té sociale : sus­pen­sion des votes à l’Assemblée.

Le taux du Livret A passe pour la 1ère fois sous la barre de 1% (0,75%).

Sup­pres­sion de cen­taines de postes de contrô­leurs fiscaux.

Îles Vierges, Mont­ser­rat, Ber­mudes et Jer­sey sor­tis de la liste des para­dis fiscaux.

Pas d’interdiction des para­dis fis­caux pour les banques françaises.

3 taux d’imposition pour les entre­prises : non tenu.

Fraude fis­cale et sociale : aucune annonce.

Fraude aux coti­sa­tions sociales (25Mds/an) : aucune annonce.

900 mil­lions d’euros de réduc­tion d’impôts pour les plus riches.

Sapin demande le retrait d’un amen­de­ment visant à taxer les dividendes.

Main­tien des niches fis­cales : 82 mil­liards de perte pour l’Etat.

Com­munes : baisse de la DGF.

Inci­ta­tion à la créa­tion de com­munes nou­velles pour conser­ver les niveaux de dotation.

CICE : 40 mil­liards sur 3 ans (dont 12 pour 2015).

Pacte de Responsabilité

Plus forte exo­né­ra­tion de « charges » de la Vè République.

- 6,3 mil­liards pour la pro­tec­tion sociale.

Le bou­clier fis­cal de Hol­lande : 730M€ pour 7 630 contri­buables aisés.

Main­tien du Cré­dit Impôt Recherche (5,5 Mds€/an).

Inter­dic­tion de publi­ca­tion du rapport.

ISF : le gou­ver­ne­ment ne taxe­ra pas les œuvres d’art.

Entraves à la taxe sur les tran­sac­tions financières.

Aban­don de la « grande réforme fis­cale » Ayrault.

Recul sur l’alignement de la fis­ca­li­té du capi­tal sur celle du travail.

Recul sur l’instauration d’une taxe sur l’excédent brut d’exploitation.

Valls regrette la hausse (sym­bo­lique) des impôts des plus riches.

Vote du TSCG sans renégociation.

Le gou­ver­ne­ment pri­vé de latitude.

Hausse de la TVA de 19,6 à 20% et de 7 à 10%.

Rejet du contrôle des frais des dépu­tés, sur avis défa­vo­rable d’Eckert.

Rejet du « repor­ting public » sur demande de C. Eckert.

Miche­lin : 18M€ de CICE, pro­fits en hausse de 12% : 494 sup­pres­sions de postes.

Cor­rup­tion : les entre­prises pour­ront payer pour évi­ter le procès.

Loi Macron : Pro­jet de libé­ra­li­sa­tion des règles d’implantation de la publicité.

Obso­les­cence pro­gram­mée : Macron tente de déna­tu­rer la loi sur les pièces détachées.

Loi de finance 2014 : l’article 92 pro­po­sait une amnis­tie totale pour les banques.

La France bas­cule dans la mar­chan­di­sa­tion du sang.

Inter­dic­tion pour l’EFS de fabri­quer du plas­ma thérapeutique.

Sup­pres­sion des stock-option : pro­messe non tenue.

« Auto­ré­gu­la­tion exi­geante » : pas de loi limi­tant les rému­né­ra­tions des patrons.

Aban­don de l’encadrement des bonus.

40Mds € de divi­dendes pour le CAC40 en 2014.

47Mds € de divi­dendes en 2015 (+9,9% hors taux de change).

Pas de sépa­ra­tion banques de dépôt / d’investissement.

Trans­fert du risque de faillite ban­caire sur les déposants.

Déman­tè­le­ment d’Alstom : le gou­ver­ne­ment cède au lob­bying de GE.

Pro­lon­ga­tion des conces­sions autoroutières.

Pri­va­ti­sa­tion des aéroports.

Pri­va­ti­sa­tion des bar­rages hydro électriques.

TAFTA : négo­cia­tions secrètes.

ISDS (méca­nisme de règle­ment des dif­fé­rends entre inves­tis­seur et Etats) : Un tri­bu­nal privé.

Loi « Flo­range » inef­fi­cace et vide (Goo­dyear, Fra­lib, Petroplus).

Pro­jet de loi (aban­don­né) sur le secret des affaires.

Mul­ti­pli­ca­tion des Par­te­na­riats Public-Privé.

Aban­don du pro­jet de loi sur la res­pon­sa­bi­li­té juri­dic­tion­nelle du Président.

Aban­don du pro­jet de réforme du Conseil supé­rieur de la magistrature.

de la Cour de Jus­tice de la République.

Hol­lande gonfle le nombre de pro­cé­dures antiterroristes.

Pro­jet de réforme pénale : Valls veut court-cir­cui­ter le Parlement.

Pro­jet de réforme pénale : mise à l’écart des juges.

Jus­tice en faillite : cri d’alarme en Seine-Saint-Denis.

Contrôles de police : aban­don de l’idée de récépissé.

État d’urgence éten­du à 3 mois.

Pro­jet d’extension à 6 mois & ins­crip­tion dans la Constitution.

Pro­lon­ga­tion de trois mois sans sai­sir le par­le­ment (22.01.16).

Inter­dic­tion des mani­fes­ta­tions non commerciales.

Assi­gna­tion à rési­dence d’opposants.

Déchéance de nationalité.

Bru­no Le Roux envi­sage la déchéance pour tous.

Ins­tau­ra­tion d’une réten­tion de sûre­té après cer­taines peines.

Sur­veillance mas­sive des citoyens.

Vote avec l’UMP contre un amen­de­ment de Tau­bi­ra sur la Loi Renseignement.

Envi­sage la pri­va­tion de liber­té à titre préventif.

Fin de la pré­somp­tion d’innocence.

Exten­sion de la pré­somp­tion de légi­time défense pour la police.

Sus­pen­sion de la Conven­tion Euro­péenne des Droits de Homme.

Arme­ment des polices municipales.

Valls sou­tient la can­di­da­ture de Lagarde à la tête du FMI.

Hol­lande veut réin­té­grer plei­ne­ment la France dans l’OTAN.

La France déplore (sic) l’exécution par l’Arabie saou­dite de 47 personnes.

Livrai­sons d’armes à la rébel­lion « modé­rée » syrienne (viol de l’embargo).

Mani­pu­la­tion des rap­ports sur les armes chi­miques en Syrie.

Vente de Rafales aux pétromonarchies.

Annu­la­tion du contrat Mis­tral avec la Rus­sie, et vente à l’Égypte.

Le PS sou­tient Jun­cker à la pré­si­dence de la Com­mis­sion Européenne.

Hol­lande pousse Tsi­pras à accep­ter un accord avec la Troïka.

Refus du droit d’asile pour Assange et Snowden.

Inter­dic­tion de sur­vol de l’espace aérien pour le pré­sident Evo Morales.

Illé­ga­li­té du mou­ve­ment Boy­cott, Dés­in­ves­tis­se­ment, Sanctions.

Royal veut pro­lon­ger de 10 ans la durée de vie des cen­trales nucléaires.

Boues rouges de Gar­danne : l’État accorde des per­mis de polluer.

Un mois après la COP21, forte baisse du bonus à l’achat de véhi­cules propres.

Loi Macron : Oui­bus, la SNCF concur­rence ses propres TGV et TER.

Les régions devront finan­cer les défi­cits induits par ces pertes.

Loi Macron : le droit de l’environnement sera réfor­mé par ordonnances.

Loi Macron : un amen­de­ment pour l’enfouissement des déchets radioactifs.

signe un accord du G8 qui pro­meut la frac­tu­ra­tion hydraulique.

Aéro­port Notre-Dame-Des-Landes.

Futures lignes TGV et LGV inutiles.

SNCF : sup­pres­sion de 1400 emplois en 2016.

Dés­in­ves­tis­se­ment dans la SNCF.

Aban­don du fret ferroviaire.

Hausse du ton­nage des camions.

Davan­tage d’autocars sur les routes.

Renon­ce­ment à la fer­me­ture de Fessenheim.

Réduc­tion de 25% des aides au main­tien dans l’agriculture biologique.

Éle­vage : à la botte de la FNSEA.

Ajour­ne­ment du rap­port de l’ADEME sur une France 100% renouvelable.

Indus­tria­li­sa­tion de l’agriculture.

Retrait de l’écotaxe.

À peine née, baisse de l’indemnité kilo­mé­trique vélo (IKV).

Silence sur les exten­sions d’autorisation d’OGM.

Sivens : La gen­dar­me­rie enquête sur la mort de Rémi Fraisse…tué par un gendarme.

Loi Numérique :

Oppo­si­tion à la recon­nais­sance des Com­muns par la loi.

Cla­viers, OS sou­ve­rain, inter­dic­tion des hyper­liens : le ridi­cule pour toute politique.

Dou­ble­ment du bud­get de Poly­tech­nique, 60M€ d’euros sup­plé­men­taires en cinq ans.

Sup­pres­sion de la publi­ci­té dans les pro­grammes jeu­nesse : Enterrée.

Retour sur l’engagement à sanc­tua­ri­ser le bud­get de la Culture.

Loi Fio­ra­so (LRU 2) Uni­ver­si­tés mises en concurrence.

Mise en place chao­tique et inéga­li­taire des TAP en primaire.

Le MEN enterre le Logi­ciel Libre et « vend » les élèves à Micro­soft pour 13 M€.

[Bilan partiel du gouvernement représentatif et du faux « suffrage universel »] Reniements, trahisons, attaques frontales contre le salariat

Réforme du collège :

Auto­no­mie pour 20% des horaires disciplinaires.

Mise en concur­rence des établissements.

Baisse des moyens.

Sup­pres­sion du Latin, du Grec et des classes bilangues euro­péennes.

Nomi­na­tions de com­plai­sance (ex : com­pagne d’A. Morelle).

Hol­lande reproche à Bar­to­lone une cam­pagne trop à gauche.

Aban­don du pro­jet de loi rela­tif aux incom­pa­ti­bi­li­tés appli­cables à l’exercice de fonc­tions gouvernementales.

11 128 Roms éva­cués de force de leurs cam­pe­ments en 2015.

Stig­ma­ti­sa­tion des Roms.

Fer­me­ture des fron­tières aux réfu­giés syriens (30 000 en 2 ans).

Carole Del­ga et Alain Rous­set cumulent dépu­ta­tion et pré­si­dence de région.

Le Drian cumule les fonc­tions de ministre et de pré­sident de région.

Loi Macron : Construc­tions illé­gales, démo­li­tion impossible.

Lau­rence Boone, chef éco­no­miste à Bank of Ame­ri­ca, nom­mée conseillère à l’Élysée.

Jean-Pierre Jouyet, ministre de Sar­ko­zy, nom­mé Secré­taire Géné­ral de l’Elysée.

Loi Alur vidée de sa substance.

Loi Alur : enter­re­ment dis­cret de la Garan­tie Uni­ver­selle des Loyers.

Hol­lande satis­fait du résul­tat du 1er tour des élec­tions régionales.

Désis­te­ment et appel à voter pour la droite.

Renon­ce­ment au vote des étrangers.

Appels à la déla­tion (fraude fiscale).

3 recours à l’article 49.3 en un an.

Des enfants en zone d’attente aéroportuaire.

Comptes de cam­pagne : Contrôles pen­dant 6 mois au lieu de 12.

Pré­pa­ra­tion d’une « Alliance », sans PCF ni EEL.

ROMANE

Source ori­gi­nale : http://​www​.bilan​-ps​.fr/​l​i​ste
Tra­vail heu­reu­se­ment signa­lé par : http://​www​.legrand​soir​.info/​s​o​l​f​e​r​i​n​i​e​n​s​-​r​e​n​i​e​m​e​n​t​s​-​t​r​a​h​i​s​o​n​s​-​a​t​t​a​q​u​e​s​-​f​r​o​n​t​a​l​e​s​-​c​o​n​t​r​e​-​l​e​-​s​a​l​a​r​i​a​t​.​h​tml

 
_____________

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​0​3​8​0​4​5​6​9​2​3​1​7​?​p​n​r​e​f​=​s​t​ory

Catégorie(s) de l'article :

20 Commentaires

  1. Ronald

    Je vou­drais ajou­ter une brique his­to­rique man­quante pour mieux com­prendre cette his­toire de tra­hi­son du peuple par les élus. Il s’a­git d’une série de video pas­sées inaper­çues à l’é­poque. Anne-Emma­nuelle Bour­gaux (Uni­ver­si­té Libre de Bruxelles) a effec­tué un tra­vail sur les débats rela­tifs au mode de suf­frage en Bel­gique. Le tra­vail n’a pas été fait pour la France, mais don­ne­rait des résul­tats sans doute simi­laires. Vous écou­te­rez l’en­tre­tien, mais le point cen­tral est le sui­vant. Au départ, le régime repré­sen­ta­tif est basé sur le suf­frage cen­si­taire (1831 en Bel­gique, 1791 en France). A ce moment, repré­sen­tants et repré­sen­tés appar­te­nant au même groupe social, les repré­sen­tants se per­çoivent comme les relais de leurs élec­teurs, et les repré­sen­tés ne se sentent pas tra­his. Dès lors que se met en place le suf­frage uni­ver­sel (1919 en Bel­gique, 1848 en France), il y a un hia­tus entre la classe sociale des repré­sen­tants et celles des repré­sen­tés. C’est alors que les repré­sen­tants s’au­to­no­misent de la volon­té de leurs élec­teurs, et que ceux-ci ne se sentent plus repré­sen­tés valablement.

    On com­prend que de là vont naître le méca­nisme des par­tis voués à tra­hir au XXe siècle le peuple (par­tis fas­cistes, par­tis socia­listes, …), décrits par exemple par Robert Michels. Et on peut se dire que si le suf­frage cen­si­taire était ins­ti­tu­tion­nel­le­ment stable (même si il devait être ren­ver­sé de l’ex­té­rieur par les groupes exclus du fonc­tion­ne­ment des ins­ti­tu­tions), le suf­frage uni­ver­sel, avec la ten­sion qu’il induit entre repré­sen­tants et repré­sen­tés, doit fata­le­ment ame­ner un mécon­ten­te­ment chro­nique de ceux qui y par­ti­cipent. Il ne peut être qu’une ins­ti­tu­tion de tran­si­tion, en atten­dant des modes de dési­gna­tion plus démocratique.

    Les vidéos de l’entretien :
    https://​you​tu​.be/​d​k​p​A​P​7​k​I​dSk
    https://​you​tu​.be/​o​Q​X​6​i​c​I​s​8uI
    https://​you​tu​.be/​E​l​x​5​H​3​7​H​4TE
    https://​you​tu​.be/​d​m​h​m​_​U​A​g​gX8
    https://​you​tu​.be/​u​o​S​O​3​D​E​5​YR0

    Réponse
  2. thierry

    Deso­lé, je mets ce com­men­taire là, mais fina­le­ment l n’est pas si mal pla­cé car si nos sol­fé­ri­niens sont conster­nants de dupli­ci­té il en est d’autres, dans le camps de la démo­cra­tie qui le sont aussi.
    Je viens de voir le der­nier com­men­taire de F. Lor­don sur Etienne et je suis res­té scié. Aucun mot d’ap­pro­ba­tion, même sur la consti­tu­tion auquel il com­mence à se ral­lier, une condam­na­tion péremp­toire et sur des thèmes écu­lés ! On se demande plus ce que cela cache tel­le­ment c’est loin de la réa­li­té et de tout le mou­ve­ment qui se crée autour et par delà Etienne. Il ne veut sur­tout rien en connaitre, serait-ce de la jalou­sie ?, ce mon­sieur, qui pense bien par ailleurs, quoique abs­cons sou­vent, ne s’in­té­resse qu’à lui-même et gare à celui qui a eu rai­son trop tôt… déce­vant au possible.

    Réponse
    • binnemaya

      Vous avez rai­son d’ailleurs idem pour Mélen­chon qui dit qu’il veut faire une consti­tuante et ren­trer a la mai­son ce qui est notre désir.
      Pour moi je pré­fère quand même des gens qui sont d’ac­cord avec nous que tout le reste du trou­peau de ren­tiers du sys­tème mais c’est comme l’a sou­vent dit Etienne au moment de l’ef­fon­dre­ment du sys­tème qu’il fau­dra a la fois être prêt et ne pas se lais­ser séduire par de nou­veaux lea­der qui ne veulent que le pou­voir c’est a ce moment pré­cis comme dit A.Saillans qu’il ne fau­dra pas ren­trer a la mai­son et lais­ser faire.

      Réponse
      • thierry

        Si Melen­chon fait cela il aura droit à une place dans l’his­toire et ce sera tout à son hon­neur qu’il « rentre dans le rang » du peuple consti­tuant ; celui-ci sera alors en charge de la suite et aura la res­pon­sa­bi­li­té de l’ap­pli­ca­tion de la consti­tu­tion contre l’autre frac­tion (du peuple) et fac­tion de l’o­li­gar­chie qui ne va pas se lais­ser faire, sou­te­nue qu’elle sera par nombre d’é­tats euro­péens et étrangers.

        Réponse
    • Jacques

      https://​you​tu​.be/​f​O​C​8​X​J​b​c​A​y​U​?​t​=​1​h​4​3​m8s

      « Bon, alors, ayant dit ceci, et ayant ten­té comme je pou­vais de dis­joindre les deux, je peux essayer de répondre en toute géné­ra­li­té à la ques­tion, sans avoir l’air là aus­si d’éluder l’implicite – la par­tie à pro­blème quoi – alors, la réponse plus géné­rale c’est que, pour ma part, ma reli­gion n’est pas extrê­me­ment bien faite là-des­sus : il y a un cer­tain nombre de per­sonnes… si Eric Hazan était là par exemple, il vous dirait : com­men­cer à écrire une consti­tu­tion c’est le début de la fin de la révo­lu­tion. Alors, il y a quelque chose de vrai et d’insuffisant en même temps là-dedans : il est vrai que l’écriture d’une consti­tu­tion c’est le lan­ce­ment, c’est la mise sur orbite d’un ordre ins­ti­tu­tion­nel nais­sant ; et un ordre ins­ti­tu­tion­nel est, par construc­tion, un ordre de la cap­ture. Les ins­ti­tu­tions, ce sont des ins­tances de cap­ture de la puis­sance de la mul­ti­tude, donc de la volon­té col­lec­tive, c’est pour ça que c’est un pro­blème. Et en même temps, on ne peut pas res­ter ad aeter­nam dans la sus­pen­sion du moment insur­rec­tion­nel, ou alors les insur­rec­tions sont vouées à tou­jours finir et à se refer­mer sans rien don­ner, en quelque sorte. Alors là on pour­rait d’une cer­taine manière, puisque Pana­gio­tis, tu as fait réfé­rence à Badiou, il y a un cer­tain régime de la poli­tique qui est indi­qué par-là, qu’il a d’ailleurs en com­mun, par ailleurs toutes ses dif­fé­rences, avec Ran­cière qui est la poli­tique comme excep­tion­na­li­té, la poli­tique comme rare­té. Mais si on essaie de pen­ser mal­gré tout ce qui se passe en temps ordi­naire entre deux moment rare, entre deux évè­ne­ments, on se retrouve à devoir se col­le­ter la ques­tion ins­ti­tu­tion­nelle. Et il est vrai qu’à un moment il faut com­men­cer à… les ins­ti­tu­tions, ça s’institutionnalise. Et donc en effet, la méta-ins­ti­tu­tion c’est quelque chose qui est de l’ordre d’une consti­tu­tion. Que dire qui ne soit pas trop mièvre sur les citoyens consti­tuants sinon que, tout ce qui déve­loppe la rai­son poli­tique dans le plus grand nombre de per­sonnes est bon à prendre, donc y com­pris le fait que les indi­vi­dus se réap­pro­prie la ques­tion consti­tu­tion­nelle, acquiert à son pro­pos une com­pé­tence, et oui, peut-être, offre, par tirage au sort puisque c’est ça la ques­tion qui est régu­liè­re­ment évo­quée, offre par tirage au sort les élé­ments d’une assem­blée consti­tuante. Bon, pour­quoi pas ? Si vous vou­lez, dit comme ça, ça me paraît une idée… pour laquelle je ne me pro­non­ce­rais pas caté­go­ri­que­ment, mais qui mérite au moins en tant que tel d’être creu­sée. »

      ……………………….

      Quant à Friot, autant il ne se pro­nonce pas publi­que­ment sur le tirage au sort car ce n’est pas son domaine https://​you​tu​.be/​d​A​w​Z​K​j​n​u​5​g​Q​&​f​e​a​t​u​r​e​=​y​o​u​t​u​.​b​e​&​t​=​2​h​6​m​34s (lien trou­vé ici : https://​blogs​.media​part​.fr/​l​u​t​t​o​n​s​c​o​n​t​r​e​l​e​f​n​/​b​l​o​g​/​2​9​0​1​1​5​/​q​u​i​-​e​s​t​-​v​r​a​i​m​e​n​t​-​e​t​i​e​n​n​e​-​c​h​o​u​a​r​d​/​c​o​m​m​e​n​t​a​i​res); autant il a de quoi « tor­piller » Piket­ty et Stie­gler : https://​you​tu​.be/​o​4​D​s​v​0​n​c​M​Y​M​?​t​=​2​7​m​56s (lien trou­vé dans un com­men­taire du blog de Jorion je crois, je ne retrouve plus où…)

      Réponse
  3. Bastoune Boo

    Vu que ça me semble tom­ber dans le theme, je mets ici un cour­riel que j’a­vais envoye a Etienne Chouard il y a quelque temps.

    « Je me per­mets de vous ecrire un cour­riel. Je ne savais pas trop si c’e­tait mieux d’in­ter­ve­nir sur la page face­book, ou si meme mon com­men­taire appor­tait un ele­ment inter­es­sant ou non. Bref, je tente ici, quitte a repas­ser sur face­book si c’est plus approprie.

    J’ai regarde avec inter­et une video ou vous inter­ve­niez sur les forces armees. Ca m’a inter­esse car c’est un sujet peu cou­rant, et que je pense de plus en plus comme un point d’es­sen­tiel. En effet, la force phy­sique est le der­nier recours, et la force du plus fort in fine s’im­pose. Alors com­ment rendre le plus fort au ser­vice de tous (repondre a cette ques­tion semble resoudre le pro­bleme de l’a­bus de pouvoir).

    Mais lors du debat, des idees ont fuse, et il m’est venu une reflexion sur les pra­tiques au sein de struc­tures, sans les­quelles a mon avis les struc­tures ne tiennent pas. Dit autre­ment, le pro­bleme du struc­tu­ra­lisme, c’est que ce ne sont pas des struc­tures que vont neces­sai­re­ment emer­ger des pra­tiques effi­caces les renforcant.

    Car je vois un pro­fond para­doxe dans les per­iodes de revo­lu­tion : de nou­velles struc­tures se mettent en place, struc­tures fon­da­men­ta­le­ment insuf­fi­santes si une pra­tique ne s’y attache pas, c’est a dire une expe­rience d’af­fec­tion com­mune de l’u­sage de ces struc­tures, qui per­met d’en assu­rer la rela­tive per­en­nite, du moins suf­fi­sam­ment pour amor­cer la reac­tion chi­mi­co-demo­cra­tique nucleaire qui pour­ra ensuite s’au­to ali­men­ter. Mais le moment de la revo­lu­tion est jus­te­ment l’ins­tant de l’e­va­cua­tion d’un para­digme, et donc d’une cer­taine maniere le moment de la mise au rebus de tout un tas d’ha­bi­tudes, de pra­tiques ins­ti­tuees dans l’ordre ancien.

    Alors com­ment main­te­nir en place des struc­tures videes d’ha­bi­tudes car nou­velles ? Seule la force et fina­le­ment la « dic­ta­ture » me semble (mal­heu­reu­se­ment) le per­mettre. En effet, j’ai l’im­pres­sion que ce n’est pas la nuance ni le debat qui carac­te­rise les per­iodes revolutionnaires…

    Car si des struc­tures vides sans soit une pra­tique soit une auto­rite « auto­ri­taire » pour les main­te­nir, qu’est ce qui empeche que le jour ou on donne le pou­voir a tous de deci­der, tout le monde decide, par l’ha­bi­tude de l’ordre pre­cedent, de dire qu’ils ne veulent pas deci­der ? Rien.

    Vous en etes d’ailleurs conscient lorsque vous dites qu’il faut nous pre­pa­rer a ecrire des consti­tu­tions pour le jour ou ne devrons le faire, c’est non seule­ment un moyen de se pre­pa­rer mais un moyen de creer une pra­tique citoyenne, de cree une habi­tude, ou encore un affect com­mun qui nous unisse, qui des­sine les contours de ce qui le jour venu nous parai­tra col­lec­ti­ve­ment pen­sable ou impen­sable, et si nous nous y sommes suf­fi­sam­ment pre­pares, alors ayant cree cette pra­tique com­mune et cette conscience com­mune de la neces­se­cite d’une consti­tu­tion d’o­ri­gine citoyenne, l’i­dee d’une consti­tu­tion autre­ment ela­bo­ree nous sem­ble­ra inac­cep­table, et sera donc de fait impos­sible. Mais si nous pou­vons par­ti­ci­per a des ate­liers consti­tuants, chose auto­ri­see, coment pou­vons nous elar­gir la crea­tion d’une habi­tude demo­cra­tique a un niveau suf­fi­sam­ment large pour que le moment venu cette habi­tude per­siste a une echelle suf­fi­sam­ment large pour per­re­ni­ser la demo­cra­tie. Serait-il pos­sible de petit a petit creer un monde demo­cra­tique paral­lele a celui d’au­jourd’­hui dans lequel beau­coup de deci­sions seraient prises confor­me­ment au modele que nous vou­drions voir adve­nir au niveau national ?

    Autre reflexion sur les dyna­miques d’in­te­rets diver­gents (sepa­ra­tion des pou­voirs a la mon­tes­quieu). Au lieu de dif­fe­rents domaines (armees, edu­ca­tion etc) qui doivent etre contro­lees pour ne pas deve­nir des corps, et donc des dyna­miques propres, pour­quoi ne pas faire un sche­ma matri­ciel, ou les dyna­miques sont don­nees par les pou­voirs (exe­cu­tif, legis­la­tif, judi­ciaire, mediatque, ban­caire) et sont pre­sents dans tous les domaines (edu­ca­tion, armees) donc eux font corps et s’op­posent dans tous les domaines pour s’equilibrer.

    Car d’apres ce que j’ai com­pris de Mon­tes­quieu, il ne s’a­git pas uni­que­ment de sepa­rer les pou­voirs for­mel­le­ment, car rien n’empeche qu’ils oeuvrent pour les memes (i.e. les puis­sants). Ce qui importe c’est que ces pou­voirs, une fois separes, oeuvrent pour des dyna­miques contra­dic­toires. Separes et en oppo­si­tion, de force egale, c’est donc a cette seule condi­tion qu’ils peuvent empe­cher mutuel­le­ment les abus de l’un ou l’autre. Condi­tion neces­saire, mais pas suf­fi­sante. Il ne faut pas non plus qu’un nou­veau pou­voir, en marge de ceux la, et donc non ins­ti­tu­tion­na­lise, puisse gran­dir, car alors il ne trou­ve­rait pas d’op­po­si­tion effi­cace. Il faut donc pen­ser aux nou­veaux pou­voirs actuels (ban­caires, media­tique) mais aus­si peut etre ima­gi­ner un meca­nisme per­met­tant d’in­cor­po­rer de nou­veaux pou­voirs incon­nus aujourd’­hui mais qui pour­raient emer­ger dans le futur. »

    Réponse
  4. etienne

    Chris­tophe Bros­sard nous pro­pose de l’ai­der à com­plé­ter ensemble son propre réca­pi­tu­la­tif de hon­teuses tra­hi­sons de la part de nos « repré­sen­tants » et « jour­na­listes » :

    https://mypads.framapad.org/p/chronologie-contre-histoire-20–21siecle-qs3767pg

    Chro­no­lo­gie de la Contre His­toire du 20e & du 21e siècle

    Pour une vision syn­thé­tique du temps long sur des thé­ma­tiques comme :

    la domi­na­tion des USA, 

    La géos­tra­té­gie mas­quée entre puissances,

    les opé­ra­tion sous faux dra­peau, les coups d’é­tats mas­qués, les pré­textes de guerre fabri­qués, et autres complots… 

    la construc­tion de l’é­tat social sui­vi de son gri­gno­tage par le triomphe du néolibéralisme

    la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique (mar­chan­dise et capitaux),

    le mon­dia­lisme, xéno­cra­tie et Nou­vel Ordre Mon­dial (dis­pa­ri­tion de la sou­ve­rai­ne­té des nations dans des gou­ver­nances plus grandes ou étrangères),

    les ins­ti­tu­tions (finan­cières, éco­no­miques, politiques),

    l’im­mi­gra­tion au ser­vice de l’o­li­gar­chie éco­no­mique et du mondialisme,

    les mon­naies et leurs gouvernances

    Si vous sou­hai­tez par­ti­ci­per à la rédac­tion, ren­trez votre pseu­do­nyme en cli­quant sur l’icône en haut à droite —>
    Mer­ci de ne pas rédi­ger des juge­ments de valeurs non sour­cées ou des injures, elles seront effacées.

    DOCUMENTATION GÉNÉRALE : https://​mypads​.fra​ma​pad​.org/​p​/​c​h​r​o​n​o​-​c​o​n​t​r​e​-​h​i​s​t​o​i​r​e​-​d​o​c​u​m​e​n​t​a​t​i​o​n​-​k​i​1​z​w​7mh

    En bas de page, figure une liste mémo d’é­vè­ne­ment à dater-ajou­ter-déve­lop­per dans la chronologie

    CODE COULEUR : ANGLO-USA – EUROPE – FRANCE – RUSSIE – INTERNATIONAL

    1903 – Le 6e Congrès sio­niste, adopte le prin­cipe d’une ins­tal­la­tion en Pales­tine, dont le ter­ri­toire était alors pro­vince de l’Em­pire otto­man. C’é­tait un pro­jet majeur pour le peuple juif d’o­ri­gine euro­péenne qui impli­quait une immi­gra­tion en masse des Juifs d’Eu­rope vers un ter­ri­toire où vivaient déjà deux peuples, les Arabes et les Juifs de Pales­tine (tous deux peuples sémites). https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​C​h​r​o​n​o​l​o​g​i​e​_​d​u​_​s​i​o​n​i​sme

    1913 – Créa­tion de la FED, Fede­ral Reserve par 6 banques pri­vées : http://​etienne​.chouard​.free​.fr/​E​u​r​o​p​e​/​f​o​r​u​m​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​2​0​1​1​/​0​2​/​0​4​/​1​1​4​-​l​a​-​r​e​v​o​l​t​a​n​t​e​-​h​i​s​t​o​i​r​e​-​d​e​-​l​a​-​p​r​e​t​e​n​d​u​e​-​r​e​s​e​r​v​e​-​f​e​d​e​r​a​l​e​-​a​m​e​r​i​c​a​ine + http://​dik​ta​cra​tie​.com/​l​e​s​-​s​e​c​r​e​t​s​-​d​e​-​l​a​-​r​e​s​e​r​v​e​-​f​e​d​e​r​a​l​e​-​a​m​e​r​i​c​a​i​ne/

    1914 – Début de la 1ère Guerre Mondiale

    1914 – Paru­tion du livre d’H.G. Wells, « la des­truc­tion libé­ra­trice ». Pour la pre­mière fois l’ex­pres­sion « Nou­vel Ordre Mon­dial » est utilisée

    1917 – Décla­ra­tion Bal­four, La Décla­ra­tion Bal­four de 1917 est une lettre ouverte datée du 2 novembre 1917 et signée par Arthur Bal­four, le Forei­gn Secre­ta­ry bri­tan­nique. Elle est adres­sée à Lord Lio­nel Wal­ter Roth­schild (1868−1937), émi­nence de la com­mu­nau­té juive bri­tan­nique et finan­cier du mou­ve­ment sio­niste, aux fins de retrans­mis­sion. https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_Balfour_de_1917

    1917 – Début de la révo­lu­tion Russe. https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_russe#La_r.C3.A9volte_de_Kronstadt_et_l.27instauration_de_la_NEP_.28mars_1921.29

    1918 – Fin de la 1ère Guerre Mondiale

    1920 – Un rap­port de la Socié­té des Nations (ONU) éva­lue la popu­la­tion glo­bale de la Pales­tine à 700 000 per­sonnes, dont 76 000 juifs. https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​a​l​e​s​t​i​n​e​#​D​.​C​3​.​A​9​m​o​g​r​a​p​hie

    1921 – Fon­da­tion du Coun­cil on Forei­gn Rela­tions ou CFR, un think tank non par­ti­san amé­ri­cain, ayant pour but d’a­na­ly­ser la poli­tique étran­gère des États-Unis et la situa­tion poli­tique mondiale. 

    1921 – Fin de la révo­lu­tion Russe.

    1922 – Richard Cou­den­hove Kaler­gi fon­da à Vienne le mou­ve­ment « Paneu­ro­péen », qui visait l’instauration d’un Nou­vel Ordre Mon­dial basé sur une Fédé­ra­tion de Nations diri­gée par les Etats-Unis. L’unification de l’Europe aurait été le pre­mier pas vers un unique Gou­ver­ne­ment Mon­dial. https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​R​i​c​h​a​r​d​_​C​o​u​d​e​n​h​o​v​e​-​K​a​l​e​rgi + http://​www​.neo​trouve​.com/​?​p​=​8​1​9​6​#​h​j​K​L​q​E​O​l​t​R​D​L​8​F​T​d​.99

    #####################################################################

    1930 – Créa­tion de la banque des banques, la Banque des Règle­ments Inter­na­tio­naux (BRI) basée en Suisse. The Bank for Inter­na­tio­nal Set­tle­ments (BIS) was foun­ded in 1930 and is refer­red to the ban­kers as the, « Cen­tral bank for the cen­tral banks. » Whe­reas the IMF and the World Bank deal with govern­ments, the BIS deals only with other cen­tral banks. All its mee­tings are held in secret and involve the top cen­tral ban­kers from around the world. For example the for­mer head of the Fede­ral Reserve, Alan Greens­pan, would go to the BIS head­quar­ters in Basel, Swit­zer­land, ten times a year for these pri­vate mee­tings. http://www.buckeyeplanet.com/forum/threads/money-changers-a-world-history-of-oppression.631241/page‑3

    1932 – La FED Fede­ral Reseve U.S. prête 30 mil­liard $ (de l’é­poque) à l’Al­le­magne. L’argent néces­saire à la pré­pa­ra­tion de la machine de guerre alle­mande, pour laquelle les Sovié­tiques don­naient les leçons pra­tiques, tran­si­tait par les banques Thys­sen, dont les agents à New York se nom­maient Har­ri­man et Bush (paren­té directe avec les pré­si­dents qui sui­virent). Le par­le­men­taire répu­bli­cain Louis T. McFad­den, qui fut répu­té pour son franc-par­ler et sa langue sans rete­nue, mais qui savait de quoi il dis­ser­tait, décla­rait le 10 juin 1932 devant la Chambre des Repré­sen­tants, dans ce dis­cours res­té célèbre où il atta­quait le rôle de la Fede­ral Reserve (rôle effec­ti­ve­ment recon­nu) dans la catas­trophe de la Grande Dépres­sion : « Through the Fede­ral Reserve Board over 30 bil­lion of dol­lars of Ame­ri­can money… has been pum­ped into Ger­ma­ny… You have all heard of the spen­ding that has taken place in Ger­ma­ny… moder­nis­tic dwel­lings, her great pla­ne­ta­riums, her gym­na­siums, her swim­ming pools, her fine public high­ways, her per­fect fac­to­ries. All this was done on our money. All this was given to Ger­ma­ny through the Fede­ral Reserve Board. The Fede­ral Reserve Board… has pum­ped so many bil­lions of dol­lars into Ger­ma­ny that they dare not name the total. » http://www.dedefensa.org/article/troisieme-partie-1919–1933-du-reve-americain-a-lamerican-dream

    1933 – Glass-Stea­gall Act – Roos­velt : sépa­ra­tion entre les banques d’af­faires et de dépôt : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​G​l​a​s​s​-​S​t​e​a​g​a​l​l​_​Act

    1933 – incen­die du Reich­tag et acces­sion au pou­voir de Hit­ler https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​I​n​c​e​n​d​i​e​_​d​u​_​R​e​i​c​h​s​tag

    1933 – L’ac­cord Haa­va­ra (« accord de trans­fert ») est un accord signé le 25 août 1933 après trois mois de négo­cia­tions entre la Fédé­ra­tion sio­niste d’Al­le­magne, la Banque anglo-pales­ti­nienne (sous les ordres de l’A­gence juive, une agence exé­cu­tive offi­cielle en terre pales­ti­nienne) et les auto­ri­tés éco­no­miques du régime de l’Al­le­magne nazie d’Hitler.
    L’ac­cord a été conçu pour faci­li­ter l’é­mi­gra­tion des Juifs alle­mands vers la Pales­tine. Aidant les Juifs à émi­grer, il les force à aban­don­ner la plu­part de leurs pos­ses­sions à l’É­tat alle­mand avant le départ. Ces actifs, selon l’ac­cord, pou­vaient être obte­nus plus tard, en les trans­fé­rant en Pales­tine comme biens d’ex­por­ta­tion alle­mands. Les accords fonc­tion­ne­ront jus­qu’en 1939. https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​A​c​c​o​r​d​_​H​a​a​v​ara

    1935 – Confis­ca­tion de l’or de tous les citoyens amé­ri­cains. All the gold held by Ame­ri­can citi­zens had final­ly been tur­ned in under Pre­sident Roo­se­velt’s 1933 confis­ca­tion order at the price of $20–66 an ounce. Without expla­na­tion the offi­cial price of gold was then rai­sed to $35 per ounce. The only catch was that only forei­gners could sell their gold at the new higher price. Where is the world price of gold set ? Since 1919, in the same room of pri­vate bank N. M. Roth­schild & Sons in Lon­don, at 11:00 a.m., on a dai­ly basis. The­re­fore War­burg and his ban­king friends who put their money into gold at $20.66 before the stock mar­ket crash and ship­ped it to Lon­don, could now ship it back and sell it to the Uni­ted States Govern­ment for the new higher price. The money chan­gers have a gol­den rule,« He who has the gold, makes the rules. » Pre­sident Roo­se­velt orders the buil­ding of a new gold bul­lion depo­si­to­ry to hold the vast amount of gold the Uni­ted States govern­ment had ille­gal­ly confis­ca­ted. That depo­si­to­ry was Fort Knox. http://www.buckeyeplanet.com/forum/threads/money-changers-a-world-history-of-oppression.631241/page‑3

    1936, mai-juin, Grèves géné­rales en France : http://​www​.his​toire​-image​.org/​s​i​t​e​/​e​t​u​d​e​_​c​o​m​p​/​e​t​u​d​e​_​c​o​m​p​_​d​e​t​a​i​l​.​p​h​p​?​i​=​542

    1938 – Le juriste SS Wal­ter Hall­stein rédige pour Hit­ler le plan Das Neue Euro­pa, une dic­ta­ture dans laquelle les peuples seraient enchaî­nés… sans fron­tières et par­cou­rue de grands axes rou­tiers. http://​www​.neo​trouve​.com/​?​p​=​8​1​9​6​#​h​j​K​L​q​E​O​l​t​R​D​L​8​F​T​d​.99

    1939 – Hit­ler lance le départ de la 2eme guerre mon­diale : https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Hitler#Succ.C3.A8s_et_conqu.C3.AAte_d.E2.80.99une_grande_partie_de_l.E2.80.99Europe_.281939–1940.29

    #####################################################################

    1940 18 juin, La France est vain­cu. Hit­ler visite Paris le 18 juin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Hitler#Succ.C3.A8s_et_conqu.C3.AAte_d.E2.80.99une_grande_partie_de_l.E2.80.99Europe_.281939–1940.29

    1940 18 juin, le même jour le Géné­ral De Gaulle lance à la BBC, l’ap­pel du 18 juin 1940 au peuple fran­çais pour résis­ter et rejoindre les Forces fran­çaises libres. https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​C​h​a​r​l​e​s​_​d​e​_​G​a​u​lle

    1941 juin. Début de l’o­pé­ra­tion Bar­ba­ros­sa d’invasion de l’Union sovié­tique par l’ar­mée d’Hit­ler : https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Barbarossa

    1944 mars. Adop­tion du pro­gramme éco­no­mique et social du CNR : Conseil natio­nal de la Résis­tance : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance & https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance

    1944 juin. Débar­que­ment en Nor­man­die. Objec­tif, prendre de vitesse Sta­line avant qu’il ne conquière l’Eu­rope. La Rus­sie a déjà déci­mé l’ar­mée alle­mande qui ne compte plus que 500 000 hommes sur les 4 500 000 avant l’o­pé­ra­tion Bar­ba­ros­sa. « Le débar­que­ment de Nor­man­die, en juin 1944, n’est inter­ve­nu que tar­di­ve­ment, alors que les troupes russes avaient déjà atteint la fron­tière orien­tale de l’Allemagne. Le débar­que­ment allié a eu pour seul et prin­ci­pal effet d’éviter que l’Europe entière devienne sovié­tique (com­mu­niste). Il y avait 26 divi­sions alle­mandes sur le front occi­den­tal contre 170 divi­sions sur le front de l’Est. » : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9barquement_de_Normandie + http://​info​-resis​tance​.org/​g​u​e​r​r​e​s​/​l​i​b​e​r​a​t​i​o​n​-​1​9​4​4​-​r​u​s​s​e​-​e​t​-​n​o​n​-​l​e​s​-​e​t​a​t​-​u​n​is/

    1944 – Le S.S. Wal­ter Hall­stein qui rédi­gea pour Hit­ler le plan Das Neue Euro­pa est fait pri­son­nier à Cher­bourg et à la fin de la guerre est recy­clé par les Amé­ri­cains. Il ren­contre Dean Ache­son à qui il confie son plan. Ache­son y ajoute une pin­cée de CIA et le repasse à Jean Mon­net qui le refile à Robert Schu­mann qui recy­cle­ra ce plan lors de son célèbre dis­cours du 9 mai 1950. http://​www​.neo​trouve​.com/​?​p​=​8​1​9​6​#​h​j​K​L​q​E​O​l​t​R​D​L​8​F​T​d​.99

    1944 juil. Accords de Bret­ton Woods (pari­té dol­lars / or ) https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​A​c​c​o​r​d​s​_​d​e​_​B​r​e​t​t​o​n​_​W​o​ods
    La fin de la seconde guerre mon­diale donne nais­sance au sys­tème de Bret­ton-Woods, p
    ériode qua­li­fiée par l’auteur de «  libé­ra­lisme encas­tré » («  embed­ded libe­ra­lism ») pen­dant laquelle le capi­tal était «  gou­ver­né » («  capi­tal ruled »). Le consen­sus de l’époque était «  extra­or­di­naire » en ce que le monde esti­mait natu­rel de contrô­ler les mou­ve­ments de capi­taux alors même que l’orthodoxie était inverse quelques décen­nies plus tôt. «  Le capi­tal devait être contrô­lé et ce, pour une rai­son impor­tante  : les gou­ver­ne­ments étaient sup­po­sés être auto­nomes des forces du mar­ché » (p. 44). Les règles de l’époque ont codi­fié le droit des États de contrô­ler les mou­ve­ments de capi­taux, notam­ment à court terme, dans les textes fon­da­teurs du FMI, de la Com­mu­nau­té euro­péenne et de l’OCDE. Ce sont cer­tains de ces textes qui seront trans­for­més dans les années 1980, sous l’impulsion de socia­listes fran­çais, pour obli­ger les États à ouvrir les vannes aux mou­ve­ments de capi­taux. http://​repor​terre​.net/​Q​u​a​n​d​-​l​e​s​-​s​o​c​i​a​l​i​s​t​e​s​-​l​i​b​e​r​a​i​ent

    1944 – Le com­plot du 20 juillet 1944 contre Adolf Hit­ler – Ce com­plot est une opé­ra­tion essen­tiel­le­ment pla­ni­fiée par des conju­rés mili­taires sou­hai­tant le ren­ver­se­ment du régime nazi afin de pou­voir négo­cier la fin de la Seconde Guerre mon­diale avec les puis­sances alliées. http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​C​o​m​p​l​o​t​_​d​u​_​2​0​_​j​u​i​l​l​e​t​_​1​944

    1944 aout. De Gaulle prend de vitesse les amé­ri­cains, libère Paris et met en échec le plan AMGOT en pre­nant le pou­voir via la mise en place d’un Gou­ver­ne­ment pro­vi­soire de la France et l’ap­pli­ca­tion du pro­gramme du CNR. Le plan AMGOT était une mise sous tutelle de la France par les Etats Unis avec la nomi­na­tion d’un gou­ver­ne­ment sous leur contrôle. A cette inten­tion un navire amé­ri­cain rem­pli de billets frai­che­ment impri­més de Francs-Dol­lars auraient été dis­tri­bués dans toute la France si De Gaulle n’a­vait pas pris le pou­voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_militaire_alli%C3%A9_des_territoires_occup%C3%A9s

    1944 Créa­tion de la Banque Mon­diale : http://​www​.ban​que​mon​diale​.org/​f​r​/​a​b​o​u​t​/​h​i​s​t​ory

    1944 Créa­tion du FMI : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_mon%C3%A9taire_international

    1945 févr. Confé­rence de Yal­ta avec Sta­line, Chur­chill et Roo­se­velt qui écar­ta De Gaulle. A ce moment les armées sovié­tiques ne sont plus qu’à une cen­taine de kilo­mètres de Ber­lin.: https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Yalta

    1945. juil. Opé­ra­tion Paper­clip. En juillet 1945, un mémo­ran­dum confi­den­tiel de l’é­tat-major amé­ri­cain recom­mande que « ces esprits talen­tueux et rares (scien­ti­fiques alle­mands), à la pro­duc­ti­vi­té intel­lec­tuelle hors du com­mun, soient pla­cés à notre ser­vice », pré­di­sant une « guerre totale » contre l’URSS d’i­ci 1952. L’opération Paper­clip fut menée à la fin de la Seconde Guerre mon­diale par l’é­tat-major de l’ar­mée des États-Unis afin d’ex­fil­trer et de recru­ter près de 1 500 scien­ti­fiques alle­mands issus du com­plexe mili­ta­ro-indus­triel de l’Al­le­magne nazie pour lut­ter contre l’URSS et récu­pé­rer les armes secrètes du Troi­sième Reich. Ces scien­ti­fiques effec­tuèrent des recherches dans divers domaines, notam­ment sur les armes chi­miques (Zyk­lon B), sur l’u­sage des psy­cho­tro­pes­note 1, sur la conquête spa­tiale, sur les mis­siles balis­tiques et sur les armes à longue por­tée (bombes volantes V1 et V2). https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Paperclip
    De nou­velles révé­la­tion via les archives déclas­sées de la CIA porte à un peu moins de 10 000 le nombre de nazis exfil­trés entre 1948 et 1952 vers les USA : http://www.letemps.ch/culture/2014/11/18/etats-unis-accueillaient-10–000-nazis + http://​www​.wsws​.org/​e​n​/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​2​0​0​6​/​0​7​/​c​i​a​-​j​2​7​.​h​tml + http://​www​.nytimes​.com/​2​0​1​0​/​1​1​/​1​4​/​u​s​/​1​4​n​a​z​i​s​.​h​t​m​l​?​_​r=0

    1945 aout. Bom­bar­de­ment Ato­mique de Hiro­shi­ma et Naga­sa­ki (les deux seules villes catho­liques du Japon) par les USA : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​H​i​r​o​s​h​i​m​a​#​L​a​_​p​r​e​m​i​.​C​3​.​A​8​r​e​_​a​t​t​a​q​u​e​_​a​t​o​m​i​q​u​e​_​d​e​_​l​.​2​7​h​i​s​t​o​ire

    1946 janv. De Gaulle démis­sionne du Gou­ver­ne­ment pro­vi­soire de la France : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​C​h​a​r​l​e​s​_​d​e​_​G​a​u​l​l​e​#​A​u​_​G​o​u​v​e​r​n​e​m​e​n​t​_​p​r​o​v​i​s​o​i​r​e​_​d​e​_​l​a​_​F​r​a​nce

    1947 fév. le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique remet le man­dat qu’il déte­nait depuis 1920 sur la Pales­tine aux Nations Unies. https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d’Isra%C3%ABl

    1947 sept. Signa­ture du Plan Mar­shall. Cré­dit contre ouver­ture au ciné­ma amé­ri­cain (soft power). Les mil­liards déblo­qués ne sont pas un don mais un prêt accor­dé par des banques amé­ri­caines avec une garan­tie des États-Unis. Le méca­nisme rete­nu consis­tait à four­nir un cré­dit à un État euro­péen. Ce cré­dit devait ser­vir à payer des impor­ta­tions en pro­ve­nance des États-Unis. L’É­tat euro­péen béné­fi­ciaire encais­sait, en mon­naie locale, le pro­duit des ventes de ces impor­ta­tions sur son mar­ché natio­nal, ain­si que les droits de douanes affé­rents. Paral­lè­le­ment cet État devait octroyer à des agents éco­no­miques natio­naux (entre­prises ou admi­nis­tra­tions) des cré­dits des­ti­nés à des inves­tis­se­ments d’un mon­tant deux fois supé­rieur au cré­dit qu’il avait lui-même reçu. L’É­tat euro­péen béné­fi­ciaire devait en outre faire la preuve qu’il auto­fi­nan­çait sa part, sans recou­rir à la créa­tion moné­taire, donc au moyen de l’im­pôt ou en recou­rant à de banques. Par ce mon­tage, les États-Unis encou­ra­geaient un effort signi­fi­ca­tif d’é­qui­pe­ment et d’é­pargne en Europe. https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​l​a​n​_​M​a​r​s​h​all

    L’Eu­rope est à recons­truire. Ses infra­struc­tures ont beau­coup souf­fert. L’ap­pa­reil pro­duc­tif a été par­tiel­le­ment détruit ou sur­ex­ploi­té et mal entre­te­nu pen­dant les hos­ti­li­tés. Les cri­tiques des années 1980 pré­cisent que la crois­sance de nom­breux pays euro­péens avait été réta­blie bien avant l’ar­ri­vée à grande échelle de l’aide pro­ve­nant des États-Unis, et était même rapide chez cer­tains destinataires. 

    On meurt de froid et on ne mange pas à sa faim en Alle­magne, les bar­rières éco­no­miques et les res­tric­tions de com­merce avec ce pays forcent ses par­te­naires com­mer­ciaux habi­tuels à détruire des sur­plus agri­coles. Il faut donc réta­blir des cir­cuits nor­maux et évi­ter que l’in­ves­tis­se­ment ne soit sacri­fié à l’ur­gence d’a­li­men­ter les populations.

    Il s’a­git aus­si de trou­ver des débou­chés pour les pro­duits amé­ri­cains. Les États-Unis ont connu pen­dant la guerre une forte crois­sance liée à l’in­dus­trie de guerre et la ques­tion à l’é­tude depuis 1941 à Washing­ton est de savoir com­ment main­te­nir le plein emploi après la guerre. La solu­tion mise en place sera, via le plan Mar­shall de trou­ver des débou­chés à l’é­tran­ger finan­cés par des prêts rem­bour­sables en dol­lars. Ces prêts sont émis via la banque mon­diale et contrô­lés via le FMI (accords de Bret­ton Woods). La par­ti­cu­la­ri­té de ces deux ins­ti­tu­tions est que les États-Unis sont seuls à y avoir un droit de veto, ce qui leur per­met de dic­ter leurs condi­tions, en par­ti­cu­lier, d’o­bli­ger les pays euro­péens rui­nés à accep­ter que des condi­tions soient liées aux prêts du FMI. L’une des condi­tions de l’é­poque était que les dettes contrac­tées par le pays rece­vant cette aide ne soient plus émises dans la mon­naie du pays mais en or ou son équi­valent en dol­lars dont le prix était de 34 $ l’once d’or. Ces prêts en dol­lars sont la garan­tie pour les États-Unis de ne pas avoir de perte de valeur si les pays emprun­teurs déva­luent ; d’autre part les dol­lars dépen­sés pour ache­ter des pro­duits autres qu’a­mé­ri­cains fini­ront tou­jours par reve­nir aux États-Unis pour ache­ter des biens américains5.

    Enfin la doc­trine Mar­shall maté­ria­lise la crainte des Amé­ri­cains que les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques occi­den­tales ne s’ef­fondrent au pro­fit de l’URSS com­mu­niste. Par l’aide finan­cière, les États-Unis cherchent à pré­ve­nir l’ac­ces­sion au pou­voir des par­tis com­mu­nistes en Europe de l’Ouest. Les Amé­ri­cains estiment que la pau­vre­té de l’Eu­rope, qui fait le lit du dis­cours com­mu­niste, doit être résolue.

    1947 oct. Créa­tion du GATT Gene­ral Agree­ment on Tariffs and Trade (GATT, en fran­çais : Accord géné­ral sur les tarifs doua­niers et le com­merce, AGETAC)

    1947 USA : le congrès vote en faveur de la créa­tion d’une europe de type FÉDÉRALE.

    1947 nov. L’As­sem­blée géné­rale des Nations Unies adopte (au mépris du droit des peuples à dis­po­ser d’eux même) la réso­lu­tion 181 qui pré­voit le par­tage de la Pales­tine en un État juif et un État arabe. En 1947 l’UN­SCOP estime la popu­la­tion arabe à envi­ron 1 200 000 per­sonnes et la popu­la­tion juive à envi­ron 600 000 per­sonnes. Les Arabes pales­ti­niens lar­ge­ment majo­ri­taires et l’en­semble des pays arabes qui mili­taient pour la consti­tu­tion d’un État arabe sur toute la Pales­tine rejettent la réso­lu­tion. https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d’Isra%C3%ABl + https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​a​l​e​s​t​i​n​e​#​D​.​C​3​.​A​9​m​o​g​r​a​p​hie
    La réso­lu­tion 181 avait pour but la créa­tion de deux États : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​l​a​n​_​d​e​_​p​a​r​t​a​g​e​_​d​e​_​l​a​_​P​a​l​e​s​t​i​n​e​#​P​a​r​t​a​g​e​_​d​e​s​_​t​e​r​res

    un État juif de 14 000 km² avec 558 000 Juifs et 405 000 Arabes, for­mé de trois par­ties : la plaine côtière, le long de la fron­tière syrienne et le désert du Neguev ;

    un État arabe de 11 500 km² avec 804 000 Arabes et 10 000 Juifs for­mé de quatre par­ties : une zone autour de la ville de Gaza, les mon­tagnes de Judée et de Sama­rie, la majeure par­tie de la Gali­lée au Nord, ain­si que la ville de Jaffa ;

    enfin, une zone sous régime inter­na­tio­nal par­ti­cu­lier com­pre­nant les Lieux saints, Jéru­sa­lem et Beth­léem avec 106 000 Arabes et 100 000 Juifs.

    1947 nov. Le len­de­main du vote, la guerre civile éclate entre les com­mu­nau­tés juive et arabe pales­ti­niennes. Le 30 novembre 1947, la guerre voit s’af­fron­ter les com­mu­nau­tés juive et arabe. https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d’Isra%C3%ABl

    1948 – En gagnant la guerre de 1948, Israël conquiert 26 % de ter­ri­toires sup­plé­men­taires par rap­port au plan de par­tage et prend le contrôle de 81 % de la Pales­tine de 1947. La guerre s’ac­com­pagne de bou­le­ver­se­ments démo­gra­phiques. Entre novembre 1947 et juillet 1949, envi­ron 720 000 Arabes de Pales­tine fuient ou sont expul­sés des ter­ri­toires qui for­me­ront Israël et dans les 20 années qui sui­vront, en paral­lèle avec les ten­sions du conflit israé­lo-arabe, l’es­sen­tiel des membres de la com­mu­nau­té juive du monde ara­bo-isla­mique, soit plus de 850 000 per­sonnes fuient de ces pays, devant sou­vent aban­don­ner tous leurs biens. https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d’Isra%C3%ABl

    1948 – La construc­tion euro­péenne pro-fédé­rale est menée par des agents (Robert Schu­man, Paul-Hen­ri Spaak, Joseph Retin­ger) payés et tra­vaillant pour le compte de la CIA (via les Fon­da­tions Ford et Rocke­fel­ler) ; selon les archive de la CIA publiées en 2000 dans le Dai­ly Tele­graph par le jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion Ambrose Evans-Pritchard.
    Créa­tion en 1948 de l’ ACUE : Ame­ri­can Com­mit­tee on Uni­ted Europe, (archive CIA) « Les docu­ments montrent que l’ACUE a finan­cé le Mou­ve­ment euro­péen, l’organisation fédé­ra­liste la plus impor­tante d’après-guerre. En 1958, par exemple, l’ACUE a assu­ré 53,5 % du finan­ce­ment du mou­ve­ment. » + « Les diri­geants du Mou­ve­ment euro­péen – Retin­ger, le vision­naire Robert Schu­man et l’ancien pre­mier ministre belge, Paul-Hen­ri Spaak – étaient tous trai­tés comme des employés par leurs par­rains amé­ri­cains. Le rôle des États-Unis fut tenu secret. L’argent de l’ACUE pro­ve­nait des fon­da­tions Ford et Rocke­fel­ler, ain­si que de milieux d’affaires ayant des liens étroits avec le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. » : http://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​e​u​r​o​p​e​/​d​e​s​-​f​e​d​e​r​a​l​i​s​t​e​s​-​e​u​r​o​p​e​e​n​s​-​f​i​n​a​n​c​e​s​-​p​a​r​-​d​e​s​-​c​h​e​f​s​-​d​e​-​l​e​s​p​i​o​n​n​a​g​e​-​a​m​e​r​i​c​ain + https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_europ%C3%A9en_international + https://​en​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​A​m​e​r​i​c​a​n​_​C​o​m​m​i​t​t​e​e​_​o​n​_​U​n​i​t​e​d​_​E​u​r​ope + http://​www​.atlan​ti​co​.fr/​d​e​c​r​y​p​t​a​g​e​/​s​c​h​u​m​a​n​-​m​o​n​n​e​t​-​f​o​n​d​a​t​e​u​r​s​-​e​u​r​o​p​e​-​c​i​a​-​c​i​r​c​u​s​-​p​o​l​i​t​i​c​u​s​-​c​h​r​i​s​t​o​p​h​e​-​d​e​l​o​i​r​e​-​c​h​r​i​s​t​o​p​h​e​-​d​u​b​o​i​s​-​2​8​3​7​4​1​.​h​tml + http://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​e​u​r​o​p​e​/​l​a​-​c​i​a​-​f​i​n​a​n​c​e​-​l​a​-​c​o​n​s​t​r​u​c​t​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​nne + http://​www​.tele​graph​.co​.uk/​n​e​w​s​/​w​o​r​l​d​n​e​w​s​/​e​u​r​o​p​e​/​1​3​5​6​0​4​7​/​E​u​r​o​-​f​e​d​e​r​a​l​i​s​t​s​-​f​i​n​a​n​c​e​d​-​b​y​-​U​S​-​s​p​y​-​c​h​i​e​f​s​.​h​tml

    1948 – Sous la pré­si­dence de Wins­ton Chur­chill se déroule en mai 1948 le Congrès de la Haye auquel par­ti­cipent plus de 700 per­son­na­li­tés poli­tiques issues des États béné­fi­ciaires du plan Mar­shall. Le congrès est pré­pa­ré par l’Union des fédé­ra­listes euro­péens, UEF, et finan­cé par l’ACUE. Ses abou­tis­se­ments les plus remar­quables sont la créa­tion du Conseil de l’Europe et la fon­da­tion du Mou­ve­ment Euro­péen : https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_des_f%C3%A9d%C3%A9ralistes_europ%C3%A9ens_%28Allemagne%29

    1948 – Le Mou­ve­ment Euro­péen a été fon­dé suite au Congrès de La Haye de 1948, à l’i­ni­tia­tive de l’U­nion des fédé­ra­listes euro­péens et du Uni­ted Europe Move­ment, son pre­mier pré­sident était Wins­ton Chur­chill et sa créa­tion s’est faite sous l’im­pul­sion de plu­sieurs hommes poli­tiques euro­péens de toutes ten­dances. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_europ%C3%A9en_international

    1948 – Fin 1948, Frank Wis­ner crée le pro­jet Mocking­bird (« oiseau moqueur »), un pro­gramme visant à influen­cer les médias amé­ri­cains. À par­tir de 1954, ce réseau d’influence sera super­vi­sé par Allen Dulles, direc­teur de la CIA.. L’O­pé­ra­tion Mocking­bird est une opé­ra­tion de la CIA pour influen­cer les médias des États-Unis et à l’é­tran­ger com­men­çant dans les années 1950. Ces acti­vi­tés ont été ren­dues publiques par les inves­ti­ga­tions de la Com­mis­sion Church, en 1975 (publié en 1976). Ope­ra­tion Mocking­bird, until then CIA direc­tor George H. W. Bush pro­hi­bi­ted paid media recrui­ting. Ope­ra­tion Mocking­bird was a secret cam­pai­gn (1948- to 1976 ) by the Uni­ted States Cen­tral Intel­li­gence Agen­cy (CIA) to influence media. Begun in the 1950s, it was ini­tial­ly orga­ni­zed by Cord Meyer and Allen W. Dulles, it was later led by Frank Wis­ner after Dulles became the head of the CIA. The orga­ni­za­tion recrui­ted lea­ding Ame­ri­can jour­na­lists into a net­work to help present the CIA’s views, and fun­ded some student and cultu­ral orga­ni­za­tions, and maga­zines as fronts. As it deve­lo­ped, it also wor­ked to influence forei­gn media and poli­ti­cal cam­pai­gns, in addi­tion to acti­vi­ties by other ope­ra­ting units of the CIA. http://​en​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​O​p​e​r​a​t​i​o​n​_​M​o​c​k​i​n​g​b​irdhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Mockingbird

    1949 4 avril. Créa­tion de l’OTAN 

    1949 5 mai. Créa­tion du Conseil de l’Eu­rope (signa­ture du Trai­té de Londres) qui est à l’é­poque contrô­lé par des anti-fédéralistes

    1949 23 mai. Divi­sion de l’Al­le­magne avec créa­tion de la RFA et de la RDA

    1949 mai. Trai­té d’al­lé­geance de l’Al­le­magne envers les USA jus­qu’en 2099 par la signa­ture du docu­ment secret supé­rieur à la consti­tu­tion (loi fon­da­men­tale), nom­mé « Acte de Chan­cel­le­rie ». Dans ce trai­té furent fixées les réserves émises par l’alliance vic­to­rieuse en ce qui concerne la sou­ve­rain­té de l’Allemagne fédé­rale jusqu’en 2099 ». Entre autre furent fixées « les réserves émises par les Alliés à pro­pos des médias, jour­naux et radio/télévision, jusqu’en 2099 ; par ailleurs, il fut déci­dé que tout chan­ce­lier alle­mand devait, avant de prê­ter ser­ment, signer, sur ordre des Alliés, l’‹Acte de chan­cel­le­rie›. De plus, les réserves en or de la Répu­blique fédé­rale res­tent en main propre des Alliés. » D’ailleurs : les réserves en or alle­mandes d’une valeur de 95 mil­lions d’onces d’or fin sont dépo­sées dans les caves de la Fede­ral Reserve Bank (FED) à New York. : https://​www​.face​book​.com/​x​b​r​o​s​.​2​/​p​o​s​t​s​/​1​0​2​0​8​0​5​6​0​5​1​7​4​6​950

    #####################################################################

    1950 9 mai, Décla­ra­tion Schu­man où celui-ci parle d’une « Fédé­ra­tion Euro­péenne », créa­tion de la CECA Com­mu­nau­té Euro­péenne du Char­bon et de l’A­cier. La CECA est sous contrôle des fédé­ra­liste euro­péen (Jean Monet), elle fut crée pour faire contre poids au Conseil de l’Eu­rope contrô­lé par des anti-fédéralistes.

    1950 juil. USA : un memo­ran­dum secret (archive CIA), donne des ins­truc­tions pour une cam­pagne visant à pro­mou­voir un véri­table par­le­ment euro­péen. Il est signé par le Géné­ral William J. Dono­van, chef du Bureau amé­ri­cain des ser­vices stra­té­giques en temps de guerre (OSS), l’ancêtre de la CIA. http://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​e​u​r​o​p​e​/​d​e​s​-​f​e​d​e​r​a​l​i​s​t​e​s​-​e​u​r​o​p​e​e​n​s​-​f​i​n​a​n​c​e​s​-​p​a​r​-​d​e​s​-​c​h​e​f​s​-​d​e​-​l​e​s​p​i​o​n​n​a​g​e​-​a​m​e​r​i​c​ain

    1951 – Les Pro­jets BLUEBIRD, ARTICHOKE et MK-ULTRA, MK-SEARCH dévoi­lé en 1975, sont les noms de code d’une série de pro­jets secret illé­gal de la CIA des années 1950 à 1970 visant à mani­pu­ler men­ta­le­ment cer­taines per­sonnes par l’in­jec­tion de sub­stan­ces­psy­cho­tropes. De 1951 à 1963, il se nom­mait pro­jet ARTICHOKE ; le pro­jet BLUEBIRD (1951−1953) lui est apparenté1. Un arran­ge­ment secret réser­vait au pro­jet un pour­cen­tage du bud­get de la CIA. Le direc­teur du pro­jet MK-ULTRA reçut 6 % du bud­get de l’a­gence en 1953, en dehors de tout contrôle budgétaire12. De 1953 à 1963, le pro­jet et ses satel­lites dépen­sèrent 25 mil­lions de dol­lars 13. En décembre 1974, le New York Times révé­la que la CIA avait conduit des acti­vi­tés illé­gales sur le ter­ri­toire amé­ri­cain, dont des expé­riences sur des citoyens amé­ri­cains dans les années 1960. Ce rap­port entrai­na la for­ma­tion d’une com­mis­sion d’en­quête du congrès amé­ri­cain (la com­mis­sion Church), et d’une com­mis­sion d’en­quête pré­si­den­tielle (la com­mis­sion Rocke­fel­ler) pour enquê­ter sur les acti­vi­tés de la CIA et du FBI qui avaient eu lieu sur le ter­ri­toire amé­ri­cain. Ces com­mis­sions ont aus­si enquê­té sur les acti­vi­tés des agences de ren­sei­gne­ment mili­taires. Durant l’é­té 1975, des audiences du congrès et de la com­mis­sion Rocke­fel­ler révèlent offi­ciel­le­ment au public que la CIA et le dépar­te­ment de la Défense avaient conduit des expé­riences sur des sujets humains, avec ou sans leur consen­te­ment, dans le cadre d’un pro­gramme visant à influen­cer des sujets humains par l’u­ti­li­sa­tion de sub­stances psy­cho­tropes, ain­si que par d’autres moyens (psy­cho­lo­gique, chi­mique, phy­sique, élec­trique). La com­mis­sion révé­la aus­si qu’au moins un sujet était mort suite à ces expé­riences. – http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​r​o​j​e​t​_​M​K​-​U​l​tra

    1952 juil. Créa­tion de l’é­chelle mobile des salaires (SMIG) sous la pré­si­dence de Vincent Auriol (SFIO) par le gou­ver­ne­ment Antoine Pinay. L’é­chelle mobile des salaires est l’in­dexa­tion des salaires sur les prix : quand les prix aug­mentent, les salaires suivent. C’est une mesure des­ti­née à pré­ser­ver le salaire réel de l’in­fla­tion. L’é­chelle mobile des salaires est une des reven­di­ca­tions his­to­riques du mou­ve­ment ouvrier, apre­ment com­bat­tue par les capi­ta­listes. http://​wiki​rouge​.net/​I​n​d​e​x​a​t​i​o​n​_​d​e​s​_​s​a​l​a​i​r​e​s​_​s​u​r​_​l​e​s​_​p​rix

    1953 – sep. IRAN : Opé­ra­tion AJAX – Le coup d’é­tat contre le pré­sident ira­nien élu Mos­sa­degh, était une opé­ra­tion secrète finan­cée par la CIA pour reprendre le contrôle de la mane pétro­lière (témoi­gnage de John Per­kins – http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/19/97001–20130819FILWWW00470-iran-la-cia-a-bien-renverse-mossadegh.phphttp://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Ajax + https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​M​o​h​a​m​m​a​d​_​M​o​s​s​a​d​egh

    1954 – fin de l’In­do­chine Fran­çaise : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d’Indochine

    1954 – mai. Fon­da­tion du Club Bil­der­berg : Joseph Retin­ger, David Rocke­fel­ler, Jean Mon­net, Bill don­no­van (OSS-CIA), Allen Dulles (CIA), Guy Mol­let : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​G​r​o​u​p​e​_​B​i​l​d​e​r​b​erg + https://​you​tu​.be/​S​C​p​L​q​z​s​U​f​j​k​?​t​=​7​m​53s + http://www.20minutes.fr/monde/1628647–20150610-club-bilderberg-reunion-secrete-maitres-monde-entretient-mystere + http://​www​.hang​the​ban​kers​.com/​w​p​-​c​o​n​t​e​n​t​/​u​p​l​o​a​d​s​/​2​0​1​2​/​0​6​/​b​i​l​d​e​r​b​e​r​g​-​c​h​a​r​t​.​jpg

    1954 juil. – L’af­faire Lavon est le nom d’un impor­tant scan­dale poli­tique israé­lien des années 1950. À la base de l’af­faire Lavon se trouve une opé­ra­tion du Aman, le ser­vice de ren­sei­gne­ment mili­taire israé­lien, connue sous le nom d’« opé­ra­tion Susan­nah ». Suite à la révo­lu­tion natio­na­liste égyp­tienne de 1952, l’in­quié­tude gran­dis­sait en Israël sur les orien­ta­tions poli­tiques anti-israé­liennes du nou­veau régime. L’« opé­ra­tion Susan­nah » visait à brouiller les rela­tions entre le gou­ver­ne­ment égyp­tien et les gou­ver­ne­ments occi­den­taux en par­ti­cu­lier amé­ri­cain et bri­tan­nique, et plus spé­ci­fi­que­ment à empê­cher l’ap­pli­ca­tion de l’ac­cord anglo-égyp­tien sur le retrait des troupes bri­tan­niques de la zone du canal de Suez, retrait qui sup­pri­mait une bar­rière à une éven­tuelle attaque mili­taire égyp­tienne contre Israël. Pour ce faire, le colo­nel Binya­min Gibli, le chef du Aman, orga­ni­sa des atten­tats à la bombe contre des inté­rêts égyp­tiens et occi­den­taux, atten­tats qui devaient être attri­bués à des natio­na­listes égyp­tiens, afin de « miner la confiance occi­den­tale dans le régime égyp­tien en géné­rant de l’in­sé­cu­ri­té publique1 ». Le 2 juillet 1954, un bureau de poste d’A­lexan­drie était vic­time d’un atten­tat, et le 14 juillet, les biblio­thèques de « l’a­gence d’in­for­ma­tion des États-Unis » à Alexan­drie et au Caire, ain­si qu’un théâtre pos­sé­dé par des capi­taux bri­tan­niques sau­taient. Les dégâts furent modé­rés, et il n’y eut pas de vic­times. L’o­pé­ra­tion Susan­nah et ses atten­tats anti-égyp­tiens n’ont pas été les déclen­cheurs, ni même les élé­ments prin­ci­paux de l’é­mi­gra­tion juive, qui touchent à l’é­poque tous les pays du monde arabe. Mais ils ont assez net­te­ment contri­bué à la dégra­da­tion des rela­tions entre juifs et musul­mans en Égypte. Publi­que­ment, Moshé Sha­rett refuse toute impli­ca­tion israé­lienne dans les atten­tats en Egypte et déclare les accu­sés inno­cents, les pré­sen­tant à l’o­pi­nion comme des vic­times dont le seul crime est d’être sio­niste. Pour main­te­nir cette illu­sion, ils ne seront
    pas inclus dans l’é­change de pri­son­niers fai­sant suite à la crise de Suez de 1956 et ne seront libé­rés qu’a­près la guerre de 1967. Le gou­ver­ne­ment israé­lien ne recon­nut qu’ils avaient agi sur ordre qu’en 1975. http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Susannah

    1955, Jean Mon­net fonde le Comi­té d’Ac­tion pour les Etats Unis d’Eu­rope : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​J​e​a​n​_​M​o​n​net

    1958 janv. – Entrée en vigueur du trai­té de Rome aus­si nom­mé TFUE Trai­té sur le fonc­tion­ne­ment de l’U­nion euro­péenne. Le trai­té de Rome de 1957 ne fai­sait de la liber­té des mou­ve­ments de capi­taux qu’une liber­té secon­daire par rap­port aux autres liber­tés éco­no­miques fon­da­men­tales. «  Le capi­tal devait être, selon le lan­gage de l’époque, «  dis­ci­pli­né  » – obli­ga­toi­re­ment inves­ti dans le pays pour créer des emplois et des reve­nus fis­caux, qui per­met­traient alors de finan­cer l’État-providence » http://​repor​terre​.net/​Q​u​a​n​d​-​l​e​s​-​s​o​c​i​a​l​i​s​t​e​s​-​l​i​b​e​r​a​i​ent

    1958 janv. – Wal­ter Hall­stein devient le pre­mier pré­sident (ex-NAZI, juriste d’Hit­ler) de la com­mis­sion euro­péenne jus­qu’en juin 1967 : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​W​a​l​t​e​r​_​H​a​l​l​s​t​ein + http://​www​.upr​.fr/​t​a​g​/​w​a​l​t​e​r​-​h​a​l​l​s​t​e​i​n​-​j​u​r​i​s​t​e​-​n​azi

    1958 – Retour de De Gaulle au pouvoir. 

    1958 – La nou­velle consti­tu­tion qui pro­mulgue la 5ème Répu­blique fran­çais est vali­dée par référendum

    #####################################################################

    1960 janv. Lan­ce­ment du Nou­veau Franc : https://fr.wikipedia.org/wiki/Franc_fran%C3%A7ais#Nouveau_franc

    1960 – Pre­mier essai nucléaire fran­çais en Algé­rie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_programme_nucl%C3%A9aire_militaire_de_la_France

    1961 aout. Début du mur de Ber­lin : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​M​u​r​_​d​e​_​B​e​r​lin

    1962 – Ken­ne­dy refuse éga­le­ment d’au­to­ri­ser la mise en œuvre du pro­jet secret Opé­ra­tion Nor­th­wood visant à enva­hir Cuba sur le pré­texte d’une fausse attaque d’un avion US mon­tée de toute pièce : https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Northwoods

    1962 avril – Echec du Plan Fou­chet, un pro­jet poli­tique euro­péen à l’i­ni­tia­tive du Géné­ral De Gaulle qui conçoit l’Eu­rope comme une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale, char­gée entre autres de conser­ver son auto­no­mie face aux deux super­puis­sances que sont à cette époque les États-Unis et l’U­nion sovié­tique. Il a été éla­bo­ré par une com­mis­sion inter­gou­ver­ne­men­tale pré­si­dée par Chris­tian Fou­chet en 1961. Le tra­vail de cette Com­mis­sion abou­tit à une pre­mière ver­sion pré­sen­tée le 2 novembre 1961, puis à une seconde en jan­vier 1962. Le pro­jet, qui ne conve­nait pas aux pays de la CEE autres que la France, res­ta fina­le­ment lettre morte. Le trai­té de l’É­ly­sée sera un pis-aller de ce plan en en repre­nant les prin­ci­pales dis­po­si­tions mais en les limi­tant à deux pays, l’Al­le­magne et la France.
    Les rai­sons de l’é­chec sont :
    1) réfé­rence à l’O­TAN, reje­tée par la France ;
    2) réor­ga­ni­sa­tion et coopé­ra­tion des ins­ti­tu­tions issues des anciens trai­té européen
    3) can­di­da­ture de la GB.
    https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​l​a​n​_​F​o​u​c​het

    1962 – Fin de l’Algérie fran­çaise : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alg%C3%A9rie_fran%C3%A7aise

    1962 – De Gaulle rem­bourse par anti­ci­pa­tion les der­nières traites du cré­dit du Plan Mar­shall de 1947. https://books.google.fr/books?id=CB_zLkOKlHcC&pg=PT8&lpg=PT8&dq=de+gaulle+%22plan+marshall%22+rembourser+anticipation&source=bl&ots=ixqjwHYlts&sig=Oyb3bQeI6mnm0TfkCzprK2vEZFg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiLv8n-lJjLAhWCyxoKHbMBAyUQ6AEIMjAD#v=onepage&q=de%20gaulle%20%22plan%20marshall%22%20rembourser%20anticipation&f=false

    1962 oct. crise des mis­siles de Cuba : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​C​r​i​s​e​_​d​e​s​_​m​i​s​s​i​l​e​s​_​d​e​_​C​uba

    1963 La sor­tie de la France du GATT début 1963, à l’i­ni­tia­tive du géné­ral de Gaulle, a conduit à de vastes mani­fes­ta­tions dans le monde contre le « pro­tec­tion­nisme immo­ral de la France ». Ce scan­dale mon­dial a débou­ché sur sa réin­ser­tion fin 1963. https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_g%C3%A9n%C3%A9ral_sur_les_tarifs_douaniers_et_le_commerce

    1963 juin. Rati­fi­ca­tion du Trai­té de l’E­ly­sée (coopé­ra­tion fran­co-alle­mande) par l’Al­le­magne après avoir modi­fié à l’in­su de De Gaulle le pré­am­bule en faveur des USA alors que la France avait signé le trai­té en jan­vier 1963 avec un autre pré­am­bule. Ce trai­té de l’Élysée signé par Charles de Gaulle et Kon­rad Ade­nauer le 22 jan­vier 1963 fut entiè­re­ment déna­tu­ré, 5 mois après, par un fameux « pré­am­bule inter­pré­ta­tif » voté sans crier gare par le Bun­des­tag alle­mand le 15 juin 1963 au moment de sa rati­fi­ca­tion. Ce « pré­am­bule inter­pré­ta­tif » réin­tro­dui­sit uni­la­té­ra­le­ment, sans l’accord de la France, tous les élé­ments que Charles de Gaulle avait jus­te­ment déli­bé­ré­ment exclus du trai­té, dans l’objectif de des­ser­rer les liens entre l’Allemagne et les États-Unis afin de sous­traire l’Europe à l’hégémonie amé­ri­caine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_de_l’Élysée + http://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​f​r​a​n​c​e​-​e​u​r​o​p​e​/​c​o​u​p​l​e​-​f​r​a​n​c​o​-​a​l​l​e​m​a​n​d​-​a​l​l​i​a​n​c​e​-​g​e​r​m​a​n​o​-​a​m​e​r​i​c​a​i​n​e​-​1​-​a​n​s​-​l​e​-​2​7​-​f​e​v​r​i​e​r​-​2​014

    1963 – Pom­pi­dou (ministre) déclare : « L’im­mi­gra­tion est un moyen de créer une cer­taine détente sur le mar­ché du tra­vail et de résis­ter à la pres­sion sociale » https://​www​.lutte​-ouvriere​.org/​d​o​c​u​m​e​n​t​s​/​a​r​c​h​i​v​e​s​/​c​e​r​c​l​e​-​l​e​o​n​-​t​r​o​t​s​k​y​/​a​r​t​i​c​l​e​/​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​e​t​-​i​m​m​i​g​r​a​t​ion

    1963 juin. Ken­ne­dy a signé l’ordre exé­cu­tif 11110 qui deman­dait l’émission de 4.292.893.815 (4,3 mil­liards) de dol­lars Amé­ri­cains par le Tré­sor plu­tôt que par le sys­tème tra­di­tion­nel de la Réserve Fédé­rale. Le même jour, il a signé une loi pro­cla­mant que les billets d’un et de deux dol­lars devaient être conver­tibles en l’or et non en l’argent, ce qui a per­mis de ren­for­cer la devise Amé­ri­caine affai­blie. L’ordre exé­cu­tif 11110 du pré­sident Ken­ne­dy a don­né au Dépar­te­ment du Tré­sor le droit ‘d’émettre des cer­ti­fi­cats sur l’argent contre des lin­gots d’argent, de l’argent ou des dol­lars argent’. Cela veut dire que pour chaque once d’argent qui se trou­vait dans les coffres du Tré­sor des Etats-Unis, le gou­ver­ne­ment pou­vait intro­duire de la nou­velle mon­naie dans l’économie. En consé­quence, plus de quatre mil­liards de dol­lars de billets Amé­ri­cains sont entrés en cir­cu­la­tion en déno­mi­na­tions de 2 et 5 dol­lars. Les billets de 10 et 20 dol­lars n’ont jamais cir­cu­lé mais étaient en train d’être impri­més par le Dépar­te­ment du Tré­sor quand Ken­ne­dy a été assas­si­né. Le pré­sident Lyn­don John­son ou les pré­si­dents qui lui ont suc­cé­dé n’ont jamais déci­dé de le faire entrer en vigueur cet ordre exé­cu­tif 11110. https://​en​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​E​x​e​c​u​t​i​v​e​_​O​r​d​e​r​_​1​1​110 + http://​rus​ty​james​.canal​blog​.com/​a​r​c​h​i​v​e​s​/​2​0​1​3​/​1​1​/​2​7​/​2​8​5​2​9​4​0​4​.​h​tml

    1963 nov. Assas­si­nat de Ken­ne­dy à Dal­las : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​J​o​h​n​_​F​i​t​z​g​e​r​a​l​d​_​K​e​n​n​edy

    1964 aout. Pré­texte de guerre fabri­qué : Inci­dents du golfe du Ton­kin. Opé­ra­tion sous faux dra­peau des USA pour déclen­cher la guerre du Viet­nam https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​I​n​c​i​d​e​n​t​s​_​d​u​_​g​o​l​f​e​_​d​u​_​T​o​n​kin

    1965 De Gaulle envoie le marine de guerre fran­çaise à New York récu­pé­rer une grande par­tie de l’or de la France ain­si que la contre­par­tie or des excé­dents com­mer­ciaux reçus en dol­lars : http://www.les-crises.fr/de-gaulle-smi‑1/

    1965 Compte ren­du (archive CIA) d’une réunion secrète d’un des pères fon­da­teurs de l’UE (Robert Mar­jo­lin) à Washing­ton, pre­nant ses ordre pour creer une mon­naie com­mune en Europe. L’administration amé­ri­caine recom­mande ain­si à Robert Mar­jo­lin (vice-pré­sident de la C.E.E) de « pour­suivre de manière cachée l’unification d’une union moné­taire, et d’empêcher tous débats jusqu’à ce que celle-ci devienne inévi­table » – http://​www​.upr​.fr/​d​o​s​s​i​e​r​s​-​d​e​-​f​o​n​d​/​r​e​u​n​i​o​n​-​s​e​c​r​e​t​e​-​1​1​-​j​u​i​n​-​1​9​6​5​-​d​e​p​a​r​t​e​m​e​n​t​-​e​t​a​t​-​a​m​e​r​i​c​a​i​n​-​u​n​i​o​n​-​m​o​n​e​t​a​i​r​e​-​e​u​r​o​p​e​e​nne + http://​www​.upr​.fr/​w​p​-​c​o​n​t​e​n​t​/​u​p​l​o​a​d​s​/​d​o​s​s​i​e​r​s​/​D​E​P​A​R​T​E​M​E​N​T​-​D​-​E​T​A​T​-​A​M​E​R​I​C​A​I​N​-​N​o​t​e​-​d​u​-​1​1​-​j​u​i​n​-​1​9​6​5​-​V​1​3​.​pdf + http://​www​.upr​.fr/​t​a​g​/​r​o​b​e​r​t​-​m​a​r​j​o​lin

    1965 appa­raît le « Plan Hall­stein pour une Europe Fédé­rale » qui fait bon­dir le Géné­ral De Gaulle…http://www.neotrouve.com/?p=8196#hjKLqEOltRDL8FTd.99

    1966 févr. De Gaulle décide uni­la­té­ra­le­ment de sor­tir de l’O­TAN. Les bases de l’O­TAN doivent quit­ter la France : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9int%C3%A9gration_de_la_France_dans_le_commandement_int%C3%A9gr%C3%A9_de_l’OTAN#Conf.C3.A9rence_de_presse_du_21_f.C3.A9vrier_1966

    1968, mai, Mai 68 !!! mou­ve­ment étu­diant se trans­for­mant en grève. Role pos­sible de la CIA pour faire tom­ber De Gaulle (En juin 68 Cohn-Ben­dit déclare à Her­vé Bourges : « Il semble que la CIA se soit inté­res­sée à nous ces der­niers temps : cer­tains jour­naux et asso­cia­tions amé­ri­caines, filiales et inter­mé­diaires de la CIA, nous ont pro­po­sé des sommes impor­tantes ; inutile de vous dire l’accueil que nous leur avons fait… ») ttp://www.comite-valmy.org/spip.php?article497 + https://www.dailymotion.com/video/xdy6o5_la-cia-contre-charles-de-gaulle‑3–3_news

    1969 Élec­tion de Pompidou.

    #####################################################################

    1970 le SMIC rem­place le SMIG, avec la mise en place de l’in­dexa­tion auto­ma­tique du salaire mini­mum sur l’é­vo­lu­tion du salaire moyen, et non plus seule­ment sur l’in­fla­tion. http://​piket​ty​.pse​.ens​.fr/​f​i​l​e​s​/​p​r​e​s​s​e​/​L​i​b​e​r​a​t​i​o​n​1​1​0​5​9​8​.​htm + https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​S​a​l​a​i​r​e​_​m​i​n​i​m​u​m​_​i​n​t​e​r​p​r​o​f​e​s​s​i​o​n​n​e​l​_​d​e​_​c​r​o​i​s​s​a​nce

    1971 aout. Richard Nixon, sus­pend la conver­ti­bi­li­té du dol­lar en or dit d’une autre manière, les USA se déclarent en faillite, inca­pable de rem­bour­ser en or les dol­lars qui cir­culent dans le monde : http://​www​.les​-crises​.fr/​4​0​-​a​n​s​-​d​-​i​n​c​u​r​i​e​-​m​o​n​e​t​a​i​re/

    1971 – Daniel Ells­berg a four­ni en 1971 au New York Times un rap­port top-secret de 7 000 pages sur l’é­tat de la guerre du Viêt Nam connu comme les Penta­gon Papers. Il appa­rut au public que le gou­ver­ne­ment des États-Unis men­tait sur la situa­tion réelle des troupes sur le ter­rain, en réa­li­té désas­treuse. Ells­berg fut pour­sui­vi entre autres pour espion­nage et conspi­ra­tion, avant d’être acquit­té durant le scan­dale du Water­gate – http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​D​a​n​i​e​l​_​E​l​l​s​b​erg

    1972 – Scan­dal du Water­gate – W. Mark Felt (alias Gorge Pro­fonde) un infor­ma­teur (secret jusqu’en 2005) qui en 1972 a révé­lé aux jour­na­listes Carl Bern­stein et Bob Wood­ward des infor­ma­tions sur l’implication du pré­sident des États-Unis Richard Nixon dans le scan­dale du Water­gate. L’af­faire débou­cha sur la démis­sion du pré­sident, une peine de déten­tion pour le chef de cabi­net de la Mai­son-Blanche H.R. Hal­de­man et pour John Ehr­lich­mann, un conseiller du pré­sident – http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​S​c​a​n​d​a​l​e​_​d​u​_​W​a​t​e​r​g​ate

    1972 – Publi­ca­tion du rap­port Mea­dows : Halte à la crois­sance ? : Rap­port sur les limites de la crois­sance (The Limits To Growth). Ce rap­port a été deman­dé à une équipe du Mas­sa­chu­setts Ins­ti­tute of Tech­no­lo­gy par le Club de Rome en 1970. Repo­sant sur un modèle infor­ma­tique de type dyna­mique des sys­tèmes appe­lé World3, il est la pre­mière étude impor­tante sou­li­gnant les dan­gers éco­lo­giques de la crois­sance éco­no­mique et démo­gra­phique que connaît le monde à cette époque. En envi­sa­geant que la crois­sance éco­no­mique puisse un jour avoir une fin, et aus­si par la prin­ci­pale pro­po­si­tion que l’on en a tirée, mais qui ne s’y trouve pas explicitement1 (la crois­sance zéro), ce rap­port a sus­ci­té de nom­breuses contro­verses. https://fr.wikipedia.org/wiki/Halte_%C3%A0_la_croissance_%3F

    1972 dec. – Fon­da­tion de la Tri­la­té­rale à Davos : David Rocke­fel­ler, Hen­ry Kis­sin­ger, Georges Bush : https://​you​tu​.be/​S​C​p​L​q​z​s​U​f​j​k​?​t​=​7​m​53s

    1973 janv. Loi 1973 Pom­pi­dou Gis­card, emblé­ma­tique mais non déter­mi­nante de l’arrêt du cir­cuit du tré­sor per­met­tant à l’é­tat d’emprunter à la Banque de France. Dans les faits ce sys­tème ne sera aban­don­né qu’en 1993 lors de l’ap­pli­ca­tion du trai­té de Maas­tricht. http://​www​.contre​la​cour​.fr/​i​t​w​-​e​n​q​u​e​t​e​-​d​e​b​a​t​-​l​o​i​-​d​e​-​1​9​73/

    1973 sept. Coup d’é­tat mas­qué des USA-CIA au Chil­li via le Géné­ral Pino­chet : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​A​u​g​u​s​t​o​_​P​i​n​o​c​het

    1973 – Choc pétro­lier arti­fi­ciel­le­ment fabri­qué par les USA et ven­du dans les médias du monde entier comme le résul­tat de pro­blèmes au moyen orient. Le pre­mier choc pétro­lier est une crise mon­diale des prix du pétrole qui débute en 1971 à la suite du pic de pro­duc­tion de pétrole des États-Unis et l’a­ban­don des accords de Bret­ton-Woods et dont les effets se feront sen­tir jus­qu’en 1978. la rai­son du pre­mier choc pétro­lier est tout sim­ple­ment le fait que les États-Unis, pre­mier pro­duc­teur de l’é­poque, ont pas­sé leur pic de pro­duc­tion en 1971 (avant l’a­ban­don de Bretton-Woods)5. Le séna­teur amé­ri­cain James Akins, man­da­té par le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain pour éva­luer l’é­tat réel des réserves amé­ri­caines en pétrole, montre en 1972 que les États-Unis n’ont alors plus la capa­ci­té d’aug­men­ter encore leur production.
    Selon le cheikh Ahmed Zaki Yama­ni, ministre saou­dien du pétrole entre 1962 et 1986, ce sont les États-Unis eux-mêmes, par le biais d’Hen­ry Kis­sin­ger (Secré­taire d’É­tat du gou­ver­ne­ment Nixon), qui sou­hai­taient que le prix du pétrole aug­mente fortement5. Cette hausse du prix devait per­mettre de rendre ren­table l’ex­ploi­ta­tion des champs de pétrole non conven­tion­nels situés sur le sol amé­ri­cain. Dans son dis­cours du 18 avril 1973, Richard Nixon évoque en par­ti­cu­lier le déve­lop­pe­ment des champs de pétrole et de gaz situés dans le golfe du Mexique, le pla­teau conti­nen­tal atlan­tique et le golfe de l’A­las­ka, et le déve­lop­pe­ment des schistes bitu­mi­neux (« oil shales »). C’est d’ailleurs James Akins qui, le pre­mier, lors d’une réunion de l’O­PEP à Alger (Algé­rie) en mai 1972, évoque offi­ciel­le­ment la pos­si­bi­li­té d’un prix du baril à 4 ou 5 dol­lars, soit le double du prix du baril de l’époque5 (alors que jusque-là, les res­pon­sables des pays arabes n’a­vaient envi­sa­gé que des hausses de quelques dizaines de cen­times, comme la Libye, en 1971, avec une hausse de 40 cen­times du prix du baril). https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_choc_p%C3%A9trolier + https://fr.wikipedia.org/wiki/Choc_p%C3%A9trolier

    1973 – Richard M. Nixon com­mis­sionne le Hud­son Ins­ti­tute, pour réa­li­ser un rap­port ayant pour objet :  » qui sera en occi­dent notre prin­ci­pal adversaire ? « .
    Le titre final du rap­port sera : « l’En­vol de la France dans les année 1980 ». Il pose la France comme le prin­ci­pal concur­rent de l’a­mé­rique sur le ter­rain de la puis­sance poli­tique. https://books.google.fr/books?id=DFJaHjksP_QC&pg=PT255&lpg=PT255&dq=%22hudson+institute%22+france+nixon&source=bl&ots=9DhNuwHJk6&sig=ewj1oHMBzszKMx1zIyxrN_JiiuA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi47Y3r-8DLAhVK7hoKHUvkCaUQ6AEIQjAD#v=onepage&q=%22hudson%20institute%22%20france%20nixon&f=false

    1974 « On se sou­vient du pré­sident Pom­pi­dou avouant peu avant sa mort qu’il avait ouvert les vannes de l’immigration en France à la demande des grands patrons, dési­reux de pou­voir béné­fi­cier d’une main d’oeuvre nom­breuse, docile et bon mar­ché, d’une réserve qua­si inépui­sable à même de réduire les ardeurs reven­di­ca­trices des tra­vailleurs fran­çais sou­vent orga­ni­sés. » +« Quand le gou­ver­ne­ment com­men­ça à expri­mer des vel­léi­tés de contrôle, vers 1972, il ren­con­tra de vives réti­cences de la part du CNPF, pour­tant assu­ré que déro­ga­tions et assou­plis­se­ments seraient lar­ge­ment appli­qués dans la pra­tique. » : http://​www​.marianne​.net/​I​m​m​i​g​r​a​t​i​o​n​-​p​o​u​r​q​u​o​i​-​l​e​-​p​a​t​r​o​n​a​t​-​e​n​-​v​e​u​t​-​t​o​u​j​o​u​r​s​-​p​l​u​s​_​a​1​9​2​2​5​2​.​h​tml + https://​www​.lutte​-ouvriere​.org/​d​o​c​u​m​e​n​t​s​/​a​r​c​h​i​v​e​s​/​c​e​r​c​l​e​-​l​e​o​n​-​t​r​o​t​s​k​y​/​a​r​t​i​c​l​e​/​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​e​t​-​i​m​m​i​g​r​a​t​ion

    1974 Élec­tion de Giscard 

    1976 début de la poli­tique de regrou­pe­ment fami­liale pour les immi­grés : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​R​e​g​r​o​u​p​e​m​e​n​t​_​f​a​m​i​l​i​a​l​#​D​r​o​i​t​_​f​r​a​n​.​C​3​.​A​7​ais

    1977 Le maga­zine TIME titre sur l’ar­ri­vée d’un petit age gla­cière. Les scien­ti­fique pensent alors que le cli­mat va se refroi­dir dura­ble­ment. http://​watt​sup​wi​th​that​.com/​2​0​1​1​/​0​1​/​0​1​/​t​i​m​e​-​m​a​g​a​z​i​n​e​-​a​n​d​-​g​l​o​b​a​l​-​w​a​r​m​i​ng/

    1979 début de la guerre russe d’Af­gha­nis­tan : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_couveuses_au_Kowe%C3%AFt

    1979, des étu­diants Ira­niens ont pris en otage 66 employés de l’ambassade des États-Unis à Téhé­ran qui seront rete­nu jus­qu’en 1981.

    1980 dis­cours his­to­rique de George Mar­chais PCF qui dénonce l’im­mi­gra­tion orga­ni­sée par le patron­nat : https://​you​tu​.be/​L​G​2​B​A​9​S​x​ClM

    #####################################################################

    1980 – Atten­tat de la gare de Bologne en Ita­lie (les explo­sifs uti­li­sés pro­ve­naient du réseau para­mi­li­taire Gla­dio sous contrôle de l’OTAN+CIA+MI6) – http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​G​l​a​dio

    1981 – IRANGATE : Le 20 jan­vier 1981, le jour où Ronald Rea­gan est deve­nu Pré­sident, les otages ont été libé­rés à la suite des accords d’Alger. Bani Sadr, alors pré­sident de la Répu­blique isla­mique, et Gary Sick, alors membre du Conseil de sécu­ri­té natio­nale, parlent d’une « sur­prise d’oc­tobre », c’est-à-dire d’un accord entre Rea­gan et Kho­mei­ny pour retar­der la libé­ra­tion des otages et ain­si désa­van­ta­ger Car­ter dans la pré­si­den­tielle, en échange d’une livrai­son d’armes. Plu­sieurs membres de l’ad­mi­nis­tra­tion Rea­gan ont ven­du illé­ga­le­ment des armes à l’I­ran, qui était un enne­mi avoué des États-Unis, uti­li­sant les pro­fits pour finan­cer secrè­te­ment, et mal­gré l’op­po­si­tion du Congrès des États-Unis1,2, les Contras, un mou­ve­ment contre-révo­lu­tion­naire nica­ra­guayen de lutte armée regrou­pant les oppo­sants au gou­ver­ne­ment san­di­niste de Daniel Orte­ga. Dans le cadre de la Guerre froide, il s’a­git pour l’ad­mi­nis­tra­tion Rea­gan de ren­ver­ser un régime consi­dé­ré comme communiste3 et situé dans ce que les États-Unis consi­dèrent comme leur zone d’in­fluence. Après la révé­la­tion de la vente d’armes en novembre 1986, le pré­sident Rea­gan est appa­ru à la télé­vi­sion amé­ri­caine et a nié les faits4. Tou­te­fois, une semaine plus tard, le 13 novembre, il est retour­né sur les ondes pour affir­mer que les armes étaient effec­ti­ve­ment trans­fé­rées à l’Iran. Rea­gan a en revanche démen­ti que cette vente fai­sait par­tie d’un échange d’o­tages (plu­sieurs Amé­ri­cains sont à l’é­poque otages au Liban). http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​I​r​a​n​g​ate

    1981 mai. Elec­tion de Fran­çois Mit­ter­rand – Pre­mier Ministre Pierre Mau­roy – ministre des Finances Jacques Delors

    1981 – La fuite des capi­taux contraint Mit­ter­rand à prendre des mesures dras­tiques de contrôles des mou­ve­ments de capi­taux. Mit­ter­rand parais­sait avoir une marge de manœuvre sur l’économie de manière à favo­ri­ser la redis­tri­bu­tion des richesses. Mais ce pro­jet échoua rapi­de­ment, «  en par­tie parce que les mar­chés finan­ciers ne fai­saient pas confiance au nou­veau gou­ver­ne­ment fran­çais  » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Mitterrand

    1982 Sup­pres­sion de l’in­dexa­tion auto­ma­tique du salaire mini­mum sur l’é­vo­lu­tion du salaire moyen par Jacques Delors (PS) était ministre des Finances, dans le deuxième gou­ver­ne­ment de Pierre Mau­roy (PS). http://​wiki​rouge​.net/​I​n​d​e​x​a​t​i​o​n​_​d​e​s​_​s​a​l​a​i​r​e​s​_​s​u​r​_​l​e​s​_​p​rix

    1983 mars. Le  » tour­nant de la rigueur  » ( « the Mit­ter­rand U‑turn » ) de Pierre Mau­roy – aban­don de la lutte social pour le libé­ra­lisme. «  le moment du retour­ne­ment, celui où se concré­tise le bas­cu­le­ment de l’idéologie à la réa­li­té éco­no­mique » ecrit la Fon­da­tion Jean-Jau­rès. «  L’année 1983 n’a pas été l’année de la capi­tu­la­tion de la gauche fran­çaise devant la finance, mais celle de son ral­lie­ment à celle-ci », écrit Aqui­li­no Morelle dans une tri­bune de presse. les idées et pra­tiques nées en France à cette période – à savoir que la mon­dia­li­sa­tion peut et doit être maî­tri­sée par des règles, fussent-elles libé­rales – consti­tuent un véri­table schème expli­ca­tif cohé­rent. «  La seule conver­gence déci­sive des visions libé­rales était à Paris. C’est le ’ consen­sus de Paris’, et non celui de Washing­ton, qui est avant tout res­pon­sable de l’organisation finan­cière mon­diale telle que nous la connais­sons aujourd’hui, c’est-à-dire cen­trée sur les éco­no­mies déve­lop­pées de l’UE et de l’OCDE, et dont les codes libé­raux consti­tuent le socle ins­ti­tu­tion­nel de la mobi­li­té des capi­taux  » écrit Rawi Abde­lal : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​T​o​u​r​n​a​n​t​_​d​e​_​l​a​_​r​i​g​u​eur + http://​repor​terre​.net/​Q​u​a​n​d​-​l​e​s​-​s​o​c​i​a​l​i​s​t​e​s​-​l​i​b​e​r​a​i​ent + http://www.people.hbs.edu/rabdelal/le%20consensus%20de%20paris.pdf

    1983 fin. Le gou­ver­ne­ment fran­çais com­men­ça à assou­plir ses contrôles des mou­ve­ments de capi­taux à la fin de 1983, et le pro­ces­sus se pour­sui­vit durant l’été et l’automne 1984. C’étaient des socia­listes sin­cères dou­blés d’habiles poli­ti­ciens, aus­si s’attaquèrent-ils d’abord aux res­tric­tions qui avaient été les plus contrai­gnantes pour les classes moyennes et les plus impo­pu­laires dans leur propre élec­to­rat : le pla­fon­ne­ment des allo­ca­tions de devises en cas de voyage à l’étranger et le car­net de change. L’une des rai­sons déter­mi­nantes ayant pous­sé le gou­ver­ne­ment à prendre ce tour­nant est le constat selon lequel les contrôles des capi­taux nui­saient sur­tout aux classes moyennes, tan­dis que les riches arri­vaient sans dif­fi­cul­té à les contour­ner. Le « car­net de change » était alors impo­pu­laire et limi­tait les devises aux­quelles avaient droit les Fran­çais lors de leurs dépla­ce­ments à l’étranger. Il serait inté­res­sant de savoir quelle pro­por­tion des «  classes moyennes  » pou­vait, en 1983, prendre ses vacances à l’étranger et était réel­le­ment sous la contrainte du car­net de change. Quoi qu’il en soit, en se basant sur des entre­tiens avec des acteurs de cette période, Abde­lal consi­dère qu’il y a là un fon­de­ment du tour­nant pris par les socia­listes. En outre, une autre moti­va­tion du tour­nant est l’objectif d’utiliser des «  poli­tiques libé­rales osten­sibles comme des outils à objec­tif social ». La libé­ra­li­sa­tion du sec­teur ban­caire fran­çais était, comme pour l’assouplissement du contrôle des changes, « d’apporter les béné­fices du capi­tal aux classes moyennes ». Enfin, la volon­té de «  moder­ni­ser  » la France est appa­rue à cer­tains res­pon­sables socia­listes comme un moyen de gagner une cré­di­bi­li­té poli­tique per­son­nelle en met­tant en avant leur com­pé­tence et leur réa­lisme. Que le terme de moder­ni­sa­tion soit asso­cié à la libé­ra­li­sa­tion finan­cière signe un chan­ge­ment d’époque, une trans­for­ma­tion du voca­bu­laire, un tour­nant. : http://​repor​terre​.net/​Q​u​a​n​d​-​l​e​s​-​s​o​c​i​a​l​i​s​t​e​s​-​l​i​b​e​r​a​i​ent

    1983 – Lan­ce­ment du Front Natio­nal (FN) sur une stra­té­gie poli­tique de Mit­te­rand-Atta­li pour divi­ser la droite. Fond secret mobi­li­sé grace à un reli­quat de vente de chars au Liban

    1983 – Le terme anglais glo­ba­li­za­tion (« mon­dia­li­sa­tion » en fran­çais) a été intro­duit par Théo­dore Levitt en 1983. Dans un article de la revue Har­vard Busi­ness Review, l’é­co­no­miste dési­gnait ain­si la conver­gence des mar­chés pour les pro­duits des grandes firmes mul­ti­na­tio­nales. http://​ici​.radio​-cana​da​.ca/​n​o​u​v​e​l​l​e​s​/​d​o​s​s​i​e​r​s​/​m​o​n​d​i​a​l​i​s​a​t​i​o​n​/​o​r​i​g​i​n​e​.​s​h​tml

    1984 – Lan­ce­ment de SOS-Racisme pour faire contre­poids au FN et empê­cher la droite de chas­ser sur les terres du FN et neu­tra­li­ser les dis­cours anti-immigration.

    1984 – loi Béré­go­voy, de renon­ce­ment à la sépa­ra­tion entre les banques d’af­faires et de dépôt : http://​www​.regards​.fr/​w​e​b​/​a​r​t​i​c​l​e​/​d​o​m​i​n​i​q​u​e​-​p​l​i​h​o​n​-​f​a​i​r​e​-​r​e​c​u​l​e​r​-le + https://​www​.les​-crises​.fr/​t​a​g​/​s​e​p​a​r​a​t​i​o​n​-​d​e​s​-​b​a​n​q​u​es/

    1985 Jacques Delors, devient pré­sident de la Com­mis­sion euro­péenne et son direc­teur de cabi­net est Pas­cal Lamy

    1985 Le gou­ver­ne­ment fran­çais libé­ra­lise à peu près toutes les tran­sac­tions. Il auto­rise notam­ment des émis­sions d’eurobonds libel­lés en francs. http://www.people.hbs.edu/rabdelal/le%20consensus%20de%20paris.pdf

    1985 déc. L’Eu­ro­pean Round Table (ERT) qui regroupe tous les grands capi­taines d’in­dus­tries, repré­sen­tant 60% de la capa­ci­té indus­trielle de l’Eu­rope occi­den­tale, exercent un chan­tage au libé­ra­lisme sur la com­mu­nau­té euro­péenne diri­gé par Jacques Delors qui se plie­ra à celui-ci. « Le pas­sage le plus impor­tant du docu­ment disait : nous n’a­vons aucune idée de ce que vous allez faire, mais nous vou­lons des actes de votre part. Vous avez le choix. Si vous ne vou­lez pas d’un mar­ché unique, nous serons peut être obli­gé de pour­suivre nos acti­vi­tés ailleurs. » https://www.facebook.com/notes/bruce-bourguignon/the-brussels-business-mais-qui-contr%C3%B4le-vraiment-leurope-2012/790895827706272/ + VIDEO : https://​www​.dai​ly​mo​tion​.com/​v​i​d​e​o​/​x​v​7​6​a​e​_​t​h​e​-​b​r​u​s​s​e​l​s​-​b​u​s​i​n​e​s​s​_​n​ews

    1986 Lorsque le gou­ver­ne­ment de droite de Jacques Chi­rac par­ta­gea le pou­voir avec Mit­ter­rand entre 1986 et 1988, le mou­ve­ment de libé­ra­li­sa­tion des mou­ve­ments de capi­taux conti­nua sur sa lan­cée, bien qu’à un rythme ralen­ti et por­tant désor­mais plu­tôt sur des opé­ra­tions comme l’acquisition de rési­dences secon­daires à l’étranger ou l’achat et la vente de devises par les entre­prises, le gou­ver­ne­ment Chi­rac ne tenant guère à une libé­ra­li­sa­tion aus­si radi­cale et rapide. 

    1986 – Scan­dal du pro­gramme nucléaire mili­taire israé­lien – Mor­de­chai Vanu­nu s’est fait connaître du grand public en 1986 en révé­lant au jour­nal anglais The Sun­day Times des détails sur le pro­gramme nucléaire mili­taire israé­lien dont notam­ment des pho­to­gra­phies prises à l’in­té­rieur de la cen­trale nucléaire de Dimona1. Après son enlè­ve­ment par les ser­vices secrets israé­liens, Vanu­nu a été jugé et condam­né pour « tra­hi­son de secret d’É­tat ». Il a pas­sé 18 ans en pri­son et à sa libé­ra­tion en 2004, il lui a été inter­dit de prendre contact avec tout jour­na­liste étran­ger – http://http://fr.wikipedia.org/wiki/Mordechai_Vanunu

    1987 le Franc est arri­mé au Mark, sa pari­té ne bou­ge­ra plus jus­qu’à l’eu­ro, et donc jus­qu’à aujourd’­hui. En 1960 fut mise en ser­vice le « nou­veau » Francs qui valait à l’é­poque, 1 Franc = 1 Mark alle­mand. 27 ans plus tard, en 1987 après de nombres déva­lua­tions le Franc ne valait plus que 30% de sa valeur de 1958. De 1987 à 2015 (période de 28 ans) avec l’en­trée en vigueur de l’Eu­ro le Franc n’a plus jamais subit de déva­lua­tion. : https://​www​.face​book​.com/​x​b​r​o​s​.​2​/​p​o​s​t​s​/​1​0​2​0​8​3​1​4​2​9​3​4​0​2​830

    1988 mai. Réélec­tion de Mitterrand

    1988 Retour d’une gou­ver­ne­ment socia­liste au pou­voir qui conti­nue­ra et ter­mi­ne­ra la libé­ra­li­sa­tion des mou­ve­ments de capi­taux. Au 1er jan­vier 1990, le compte de capi­tal de la France était com­plè­te­ment ouvert. http://www.people.hbs.edu/rabdelal/le%20consensus%20de%20paris.pdf

    1988 juin. Ouver­ture des DÉLOCALISATIONS INTRA U.E. Direc­tive euro­péenne sur la  » libé­ra­li­sa­tion des mou­ve­ments de capi­taux entre États membres « , par Jacques Delors, pré­sident de la Com­mis­sion euro­péenne. Alors même que dans un arrêt de 1981, la Cour de jus­tice des Com­mu­nau­tés euro­péennes pou­vait ain­si affir­mer que «  les mou­ve­ments de capi­taux pré­sentent des liens étroits avec la poli­tique éco­no­mique et moné­taire des États membres. Au stade actuel, on ne sau­rait exclure que la liber­té com­plète de tout mou­ve­ment de capi­tal puisse com­pro­mettre la poli­tique éco­no­mique de l’un ou de l’autre des États ou pro­vo­quer un dés­équi­libre de sa balance des paie­ments  ». : http://​repor​terre​.net/​Q​u​a​n​d​-​l​e​s​-​s​o​c​i​a​l​i​s​t​e​s​-​l​i​b​e​r​a​i​ent

    1988 nov. Le GIEC, Groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’é­vo­lu­tion du cli­mat (GIEC) – en anglais IPCC, a été créé à la demande du G7 par deux orga­nismes de l’ONU : l’Organisation météo­ro­lo­gique mon­diale (OMM) et le Pro­gramme des Nations unies pour l’en­vi­ron­ne­ment (PNUE). La déci­sion du G7 avait été prise sous la pres­sion de Ronald Rea­gan et Mar­ga­ret That­cher, afin d’empêcher une agence de l’ONU, soup­çon­née de mili­tan­tisme éco­lo­gique, de mettre la main sur l’expertise cli­ma­tique. Il « a pour mis­sion d’évaluer, sans par­ti-pris et de façon métho­dique, claire et objec­tive, les infor­ma­tions d’ordre scien­ti­fique, tech­nique et socio-éco­no­mique qui nous sont néces­saires pour mieux com­prendre les risques liés au réchauf­fe­ment cli­ma­tique d’ ORIGINE HUMAINE, cer­ner plus pré­ci­sé­ment les consé­quences pos­sibles de ce chan­ge­ment et envi­sa­ger d’éventuelles stra­té­gies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour man­dat d’entreprendre des tra­vaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables cli­ma­to­lo­giques ou d’autres para­mètres per­ti­nents. Ses éva­lua­tions sont prin­ci­pa­le­ment fon­dées sur les publi­ca­tions scien­ti­fiques et tech­niques dont la valeur scien­ti­fique est lar­ge­ment recon­nue ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_d’experts_intergouvernemental_sur_l’%C3%A9volution_du_climat#Historique
    Il est très étrange de consta­ter que le man­dat du GIEC ne l’au­to­rise donc pas à éva­luer le réchauf­fe­ment cli­ma­tique d’ ORIGINE NATURELLE. 11 ans après la cou­ver­ture de TIME maga­zine (1977) sur une pro­chaine gla­cia­tion, le cadre de pen­sée a donc chan­gé du tout au tout. Ceci alors que l’a­na­lyse du cli­mat doit se faire sur un « pas de temps » de 30 ans au mini­mum. En des­sous de ce pas de temps, on parle de météorologie.
    « C’est au départ sir Cris­pin Tickell, un proche du prince Phi­lip d’Edimbourgh et ambas­sa­deur de Grande-Bre­tagne aux Nations unies entre 1987 et 1990, qui inci­ta Mar­ga­ret That­cher à adop­ter le thème du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, dont elle vit tout le pro­fit qu’elle pou­vait tirer pour jus­ti­fier son mal­thu­sia­nisme finan­cier.  » http://​www​.soli​da​ri​teet​progres​.org/​o​r​i​e​n​t​a​t​i​o​n​-​s​t​r​a​t​e​g​i​q​u​e​-​4​7​/​a​n​a​l​y​s​e​s​/​L​a​-​m​y​s​t​i​f​i​c​a​t​i​o​n​-​d​u​-​R​e​c​h​a​u​f​f​e​m​e​n​t​-​c​l​i​m​a​t​i​q​u​e​_​0​6​0​5​9​.​h​tml
    « Subis­sant de plein fouet le choc pétro­lier des années 70, pré­oc­cu­pée par la sécu­ri­té éner­gé­tique de la Grande-Bre­tagne et dési­reuse de ne pas lais­ser le pays se faire prendre en otage par les syn­di­cats du char­bon­nage anglais, That­cher a esti­mé que la thèse, mino­ri­taire à l’époque, du réchauf­fe­ment cli­ma­tique d’origine anthro­pique était un argu­ment sup­plé­men­taire en faveur du nucléaire dont elle était une par­ti­sane incon­di­tion­nelle (elle contri­bua d’ailleurs acti­ve­ment à la créa­tion du CERN). Elle a som­mé la Royal Socie­ty de prou­ver un lien exis­tant entre tem­pé­ra­ture et CO2 et l’argent public a cou­lé à flots pour finan­cer la recherche, le déve­lop­pe­ment et les ins­ti­tu­tions en tous genres qui ont pro­li­fé­ré à condi­tion de vali­der les conclu­sions qu’on leur exi­geait de tirer. Elle char­gea le pres­ti­gieux MET Office bri­tan­nique de mettre en place une uni­té de recherche cli­ma­tique. Cette uni­té fut la base d’une nou­velle com­mis­sion inter­na­tio­nale qu’on appel­le­ra plus tard… l’IPPC : le GIEC. » http://​blog​.tur​got​.org/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​p​o​s​t​/​C​o​r​e​n​t​i​n​-​T​h​a​t​c​her

    1989 Fin de la guerre russe d’Af­gha­nis­tan : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_couveuses_au_Kowe%C3%AFt

    1989 oct. à oct. 1990 pro­ces­sus de réuni­fi­ca­tion de l’Allemagne

    1989 nov. Chute du mur de Ber­lin : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9unification_allemande

    1989 – Inven­tion du World Wide Web par Tim Ber­ners-Lee. http://​ici​.radio​-cana​da​.ca/​n​o​u​v​e​l​l​e​s​/​d​o​s​s​i​e​r​s​/​m​o​n​d​i​a​l​i​s​a​t​i​o​n​/​o​r​i​g​i​n​e​.​s​h​tml

    […] Lire la suite : https://mypads.framapad.org/p/chronologie-contre-histoire-20–21siecle-qs3767pg (Source et lieu de tra­vail collaboratif).

    Réponse
  5. etienne

    Pra­tique du com­plot des pires enne­mis du peuple :
    Les pro­fits juteux des banques fran­çaises dans les para­dis fiscaux
    http://​www​.lemonde​.fr/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​1​6​/​0​3​/​1​6​/​l​e​s​-​p​r​o​f​i​t​s​-​j​u​t​e​u​x​-​d​e​s​-​b​a​n​q​u​e​s​-​f​r​a​n​c​a​i​s​e​s​-​d​a​n​s​-​l​e​s​-​p​a​r​a​d​i​s​-​f​i​s​c​a​u​x​_​4​8​8​3​9​2​8​_​3​2​3​4​.​h​tml

    « Les banques fran­çaises abusent-elles des para­dis fis­caux ? Dans un rap­port inédit, fon­dé sur des don­nées offi­cielles, et publié mer­cre­di 16 mars, trois orga­ni­sa­tions non gou­ver­ne­men­tales (le Comi­té catho­lique contre la faim et pour le déve­lop­pe­ment-Terre soli­daire – CCFD, Oxfam France et le Secours catho­lique-Cari­tas France) asso­ciées à la Pla­te­forme para­dis fis­caux et judi­ciaires, un réseau anti­cor­rup­tion, livrent ce chiffre choc : à elles cinq, BNP Pari­bas, la Socié­té géné­rale, BPCE (Banque popu­laire-Caisse d’épargne), le Cré­dit agri­cole et le Cré­dit mutuel-CIC ont réa­li­sé 5 mil­liards d’euros de béné­fices dans des pays à basse fis­ca­li­té en 2014.

    Ce mon­tant est impor­tant : il repré­sente le tiers des pro­fits réa­li­sés par ces banques hors de France (15,3 mil­liards d’euros au total). Le Luxem­bourg, dont la place finan­cière a pros­pé­ré grâce à son régime fis­cal ultra-avan­ta­geux pour les mul­ti­na­tio­nales, accueille à lui seul 11 % de ces béné­fices ; ce qui en fait le troi­sième pays le plus lucra­tif pour ces groupes ban­caires après la France et les Etats-Unis. […] »

    Réponse
  6. etienne

    J’aime bien Albert Jac­quard, et je suis bien d’ac­cord avec lui pour dénon­cer l’es­prit de com­pé­ti­tion — impo­sé par­tout par les escla­va­gistes qui se sont (fal­la­cieu­se­ment) éti­que­tés « libéraux » :
    Albert Jac­quard : « On est en train de sélec­tion­ner les gens les plus dangereux »

    Réponse
  7. etienne

    Les nou­veaux champs de la mort du Honduras 
    par Den­nis J Bernstein :
    « Le meurtre d’une célèbre acti­viste envi­ron­ne­men­tale, Ber­ta Caceres, rap­pelle le rôle d’Hillary Clin­ton dans le sou­tien au coup d’État d’extrême-droite de 2009 qui a ren­ver­sé le pré­sident élu, un pro­gres­siste, et a trans­for­mé le Hon­du­ras en champs de la mort. […] »

    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​l​e​s​-​n​o​u​v​e​a​u​x​-​c​h​a​m​p​s​-​d​e​-​l​a​-​m​o​r​t​-​d​u​-​h​o​n​d​u​ras

    Réponse
  8. etienne

    Incroyable… « pri­va­ti­sa­tion de la guerre »… Abjecte muta­tion mar­chande : tout devient mar­chan­dise… Salo­pe­rie de « gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif »… Vrai­ment, quelle honte.

    Yémen : la pri­va­ti­sa­tion de la guerre

    « De nou­veaux mer­ce­naires de la socié­té éta­su­nienne Dyn­Corp sont arri­vés au Yémen pour com­battre les rebelles dans le pays. Ils doivent rem­pla­cer ceux de Bla­ck­wa­ter, tués les uns après les autres par ces mêmes rebelles. […] »

    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​y​e​m​e​n​-​d​e​-​n​o​u​v​e​a​u​x​-​s​o​l​d​a​t​s​-​u​s​-​v​o​n​t​-​a​u​-​c​o​m​b​a​t​-​c​o​n​t​r​e​-​l​e​s​-​r​e​b​e​l​les

    Réponse
  9. etienne

    De la « Democrannie »
    par Jacques Sapir :
    http://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/​4​795

    « Pour­quoi créer aujourd’hui un néo­lo­gisme ? Les rai­sons à cela sont nom­breuses mais l’une d’elles est impé­rieuses. Nous sommes en train de sor­tir de la démo­cra­tie, oh certes pas par un coup d’Etat ou l’arrivée au pou­voir d’un par­ti sou­hai­tant ren­ver­ser la Répu­blique, mais nous sommes aujourd’hui mena­cés par un nou­veau mal qui s’étend insi­dieu­se­ment : la « Démo­cran­nie » ou mélange de « Démo­cra­tie » dans la forme mais de Tyran­nie quand au fond. 

    La Démo­cran­nie s’étend quand les règles l’emportent sur le poli­tique, quand la forme prend l’ascendant sur la sub­stance, quand le pou­voir peut se croire libé­rer de toute inter­ro­ga­tion sur sa légi­ti­mi­té par le simple fait qu’il a res­pec­té la léga­li­té, quand la sou­ve­rai­ne­té, fon­da­trice en réa­li­té de la Démo­cra­tie, est oublié. 

    C’est un phé­no­mène rela­ti­ve­ment nou­veau, même si le risque poten­tiel avait été iden­ti­fié dès les années trente. Mais, à cette époque, c’était plus les formes tra­di­tion­nelles des mou­ve­ments anti­ré­pu­bli­cains, qui dominaient. 

    La situa­tion actuelle est toute autre[1], et elle néces­site la construc­tion de ce néo­lo­gisme car pou­voir nom­mer une chose c’est déjà pou­voir la com­prendre, et demain pour lut­ter contre elle. [lire la suite…] »
    Source : http://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/

    Réponse
  10. joss

    Ago­ra 2017 :  » Sommes nous en démocratie ? »
    https://​you​tu​.be/​k​Z​P​5​w​N​v​K​fBw

    Rien de trans­cen­dant, Domi­nique Rous­seau en mode mineur…

    Conférence/débat orga­ni­sée par Ago­ra 2017 ayant eu lieu à Lyon (69) le 11 février 2016.
    Intervenants :
    Domi­nique Rousseau
    Jean-Marie Cavada
    David Guez, Co-fon­da­teur de LaPri​maire​.org
    Sté­phane Guyot, Pré­sident de Citoyens du Vote Blanc (ex Par­ti du Vote Blanc)
    Toàn Nguyen-Minh et Arnaud Cave­lier #MaVoix

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Désespéré par l’efficacité du piège de l’élection] Je n’arrive pas à mettre mes frères humains AU TRAVAIL pour devenir (vraiment) des citoyens constituants

. Septembre 2014... Plus de 40 millions de vues pour cette courte vidéo... mais c'est manifestement insuffisant : je n'arrive PAS à engager les gens dans un TRAVAIL constituant : ils trouvent tous cette...