« L’argent des Banques Centrales n’est donné qu’aux malfrats » #QEforThePeople !

17/03/2016 | 30 commentaires

Juste avant la ren­contre épa­tante avec Jacques Tes­tart à Lyon, ven­dre­di der­nier, j’ai pas­sé quelques minutes avec les jeunes jour­na­listes d’Agence Info Libre. En voi­ci la trace (27 min) : 

Je vous demande par­don, ceux qui suivent mon tra­vail depuis long­temps vont trou­ver que je radote (et ils ont bien rai­son 🙂 ) Mais bon, une autre façon de voir ça est de dire que je tiens réso­lu­ment un cap pré­cis mûre­ment réfléchi.

Pour les pres­sés, il existe (déjà) un extrait très court — 3 minutes, ça va ? 🙂 :

Mer­ci à tous ceux qui m’é­crivent tous les jours des mes­sages d’en­cou­ra­ge­ment très émou­vants et à qui je n’ar­rive pas à répondre, sou­vent, faute de temps (vous êtes trop nom­breux). Même si je ne réponds pas, comme un affreux jojo que je suis, je vous lis et je puise une grande par­tie de ma force dans vos mes­sages, qui me montrent que je ne fais pas tout ça pour rien, que ça sert à quelque chose, à quel­qu’un. Il fau­dra peut-être un jour com­po­ser un livre avec ces mes­sages ; c’est vrai­ment très émou­vant et chaleureux. 

Bon, mer­ci pour tout, donc, et n’ou­bliez pas de vous entraî­ner tous les jours à consti­tuer, bande de virus 🙂

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​0​4​4​9​0​0​6​9​2​317

Catégorie(s) de l'article :

30 Commentaires

  1. etienne
    • Thierry Saladin

      Bon­jour Etienne Chouard,
      J’ai été très déçu de consta­ter qu’à deux reprises dans cette vidéo vous vous sen­tez obli­gé de céder au prin­cipe stu­pide (et à la mode : pfff!) consis­tant à sau­pou­drer votre dis­cours de mots anglais :
      à 4′40″:  » so called ».
      et un peu plus loin  » quan­ti­ta­tive easing for the people ».
      Res­sai­sis­sez-vous, s’il vous plaît, et faites donc confiance à votre langue mater­nelle, le fran­çais, qui dis­pose de tous les mots pour expri­mer par­fai­te­ment les nuances de la pen­sée humaine, et donc de la vôtre.
      Par­don­nez-moi ce ton iro­nique, mais le Mon­sieur que vous êtes (avec un M majus­cule, SVP!) n’a pas besoin que je lui explique ce qu’il advien­dra du fran­çais avec de telles pra­tiques, qui hélas se banalisent.
      Du moins, j’ai la fai­blesse de le croire en ce qui vous concerne.

      Res­pec­tueu­se­ment vôtre.

      Thier­ry Saladin

      Réponse
  2. Maciek Pomin

    Un autre choix d’économie est là, dans la Blo­ck­chain et les cryp­to-mon­naies, il suf­fit de prê­ter atten­tion et de participer. 

    J’ai écrit un article qui traite ce sujet, la chaîne de blocs et ses applications.
    Les banques sont déjà des­sus, ils anticipent. 

    Le Club de réflexion sur les mon­naies, les chaînes de blocs et les nou­velles attri­bu­tions de valeurs.
    https://medium.com/@stosty/le-club-de‑r%C3%A9flexion-sur-les-monnaies-les-cha%C3%AEnes-des-blocs-et-les-nouvelles-attributions-des-244b18fbdc0#.fn2shk6j9

    Tout com­men­taire est bien venu.

    Réponse
    • binnemaya

      La par­tie mon­naie est très inté­res­sante mais encore plus la Blo­ck­chain comme outil d’é­change non mar­chand sans inter­mé­diaire garan­tie infal­si­fiable et en rajou­tant le salaire à vie et la pro­prié­té d’u­sage le tout sou­te­nu par une consti­tu­tion écrite et défen­due par nous le peuple constituant.
      Là est pour moi la moder­ni­té dis­rup­tive la seule pos­sible sinon on aura l’es­cla­va­gisme assai­son­né a la sauce dictature+guerre

      Réponse
    • Eliade guy

      Par­don d’ être un peu pro­vo, mais les pla­quettes sumé­riennes ne marchent pas mal non plus. A part la TRM tous ces sys­tèmes me donnent la nau­sée. Elles font de nous des petits comp­tables (d’ une « valeur » accu­mu­lée, d’ un petit capi­tal), des petits finan­ciers. Pour­quoi comp­ta­bi­li­ser ce qui n’ a pas de prix, les biens com­muns ou richesse sociale réelle.
      Quand donc allez vous écou­ter cer­tains qui parlent de cri­tique de la valeur ? Ce ne sont pas des idiots, ils savent que le « méta­bo­lisme avec la nature » est une constante, l’ acti­vi­té humaine. Mais :
      1) les socié­tés de l’ êtres ou dites pri­mi­tives étaient des socié­tés de l » Abon­dance et non de stricte sub­sis­tance comme le laissent croire cer­tains. Non ils ne pas­saient pas leurs temps à faire la guerre pour avoir des ter­ri­toires de chasse, non ils ne pas­saient pas leur temps a cher­cher de quoi se nour­rir. 2Heures par jour leur suf­fi­saient aisé­ment. Ils étaient plus dans l’ entraide loca­le­ment bien sûr. C’e­taient des socié­tés de la guerre mais pas pour des rai­sons éco­no­miques (plu­tôt pour des ques­tions d’ evi­te­ment de la consan­gui­ni­té) (Voir archéo­lo­gie de la vio­lence de Pierre Clastres)
      2) l’ équa­tion : Valeur (ou valo­ri­sa­tion de la valeur c.a.d pro­fit) = tra­vail (sala­riat, tra­vail abs­trait (indif­fé­ren­cié) comme pro­duc­tion de la valeur) = éco­no­mie (domi­nante capi­ta­liste) = capi­ta­lisme. Tout ça est lié à l’ eco­no­mie de mar­ché, au Capi­tal comme sujet auto­mate sorte de lévia­than ne se mou­vant que pour sa reproduction
      3) sor­tir du capi­ta­lisme c’ est sor­tir du tra­vail et trou­ver une forme d’ orga­ni­sa­tion sociale où les êtres humains se « fédé­rent » pour réa­li­ser leurs biens com­muns dont leur sub­sis­tance et autres richesses sociales.
      Ceux qui comme réseau sala­riat ne voyent que par le tra­vail ont au mieux qu’ une vision cen­tra­li­sa­trice du social. D’ ailleurs (coup bas) ils ne disent pas trop com­ment et sous quel contrôle citoyen ils vont gérer leur caisse d’ inves­tis­se­ment. Lieu de vio­lence sociale comme l’ explique B. Friot lui-même. Peut-être pensent ils à une sorte de soviet suprême planificateur.
      Par contre le divi­dende uni­ver­sel (et pas SALAIRE à vie) oui, la pro­prié­té d’ usage oui, la consti­tuante tirée au sort oui. Mais de grâce pas de kolkhoze.
      Je suis peut-être encore à côté de la plaque … mais quand j’ entends « valeur non mar­chande », sala­riat etc ça m’ énerve .. le sala­riat est né AVEC le Capi­ta­lisme. La valeur est la valeur d’ échange née avec le Capitalisme.
      Lexique mar­xien progressif :
      http://​www​.palim​-psao​.fr/​l​e​x​i​q​u​e​-​w​e​r​t​k​r​i​t​i​k​-​p​r​o​g​r​e​s​s​i​f​.​h​tml
      Par exemple : « La spé­ci­fi­ci­té du tra­vail dans le capi­ta­lisme est qu’il média­tise les inter­ac­tions humaines avec la nature, aus­si bien que les rela­tions sociales entre les gens. »
      Et sur­tout : qu’ est ce que la valeur ?
      http://​www​.palim​-psao​.fr/​a​r​t​i​c​l​e​-​q​u​-​e​s​t​-​c​e​-​q​u​e​-​l​a​-​v​a​l​e​u​r​-​q​u​-​e​n​-​e​s​t​-​i​l​-​d​e​-​s​a​-​c​r​i​s​e​-​5​2​1​4​5​9​8​3​.​h​tml
      Pour moi la cen­tra­li­té ici est le tirage au sort d’ une constituante.
      Les banques sont au bord d’ une crise sys­té­mique majeure qui risque de pro­vo­quer de la « bar­ba­rie ». Fré­de­ric Lor­don l’ a bien expliqué.
      Alors oui toutes les solu­tions locales pour evi­ter ce désastre seront les biens venus. Mais pour­quoi ima­gi­ner les plus sophis­ti­qués alors que l’ Inter­net sera peut-être à genoux ?
      Par­don si j’ ai occu­pé le ter­rain à contre emploi
      Guy

      Réponse
      • binnemaya

        Bon­jour E.G,
        si l’on ne reprend pas la main sur la finance effec­ti­ve­ment ça craint ‚je ne vou­drais pas non plus d’un kol­khoze ni d’ailleurs d’un Lor­don trans­for­mé du jour au len­de­main en lea­der mais si l’on y arrive avant la cata alors la mon­naie ne va pas dis­pa­raitre car le troc qui peut mar­cher pour les échanges entre per­sonnes qui se connaissent ne fonc­tionne pas pour des échanges entre incon­nus sur de longues dis­tances donc il faut bien un moyen d’é­change qui a une valeur recon­nut par les concer­nés et la chaine de bloc per­met cela bien sur il faut comme avec le peuple consti­tuant inven­ter, et on sait le faire, un moyen afin que ne se recons­ti­tut pas des comi­tés qui décident et donc reprennent le pouvoir.
        Ce n’est pas le capi­ta­lisme qui a inven­ter le com­merce, la valeur il a juste trans­for­mer notre façon de l’interpréter.

        Réponse
        • Eliade Guy

          Mer­ci de votre réponse. J’ idéa­lise sûre­ment un peu en éva­cuant l’ échange un peu vite. Mais concer­nant tout ce quan­ti­ta­tif, je pense à la situa­tion d’ un homme dans le désert avec une montre car­tier, il meurt de soif, il pro­pose un « échange » avec un bédouin, la montre contre le verre d’ eau. Où est pas­sé cette putain de valeur ?
          Sur­tout que le bédouin devant l’ offense faite avec la ten­ta­tive échan­giste risque de lui foutre le verre d’ eau au visage.
          Bon, je plaisante
          Le don- contre don décrit par Mar­cel Mauss a beau­coup plus à voir avec le sym­bo­lique (l’ hon­neur et le reli­gieux) qu’ avec l’ échange marchand.
          source wiki­pe­dia : « Mauss a le sou­ci de sai­sir les réa­li­tés dans leur tota­li­té : il éla­bore en ce sens le concept nova­teur de « fait social total » qui connaî­tra un vif suc­cès d’in­té­rêt et d’u­sage dans l’u­ni­vers des sciences sociales. Mar­cel Mauss consi­dère qu’un fait social est intrin­sè­que­ment plu­ri­di­men­sion­nel. Il com­porte tou­jours à ses yeux des dimen­sions éco­no­miques, cultu­relles, reli­gieuses, sym­bo­liques ou encore juri­diques et ne peut jamais être réduit à un seul de ces aspects. »
          Le rap­port pure­ment mar­chand quan­ti­fié a une évi­dente rela­tion avec le capi­ta­lisme car il n’ existe que pour « argent-mar­chan­dise-plus d’argent » for­mule du profit.
          Mais vous avez sûre­ment rai­son il y a sûre­ment un échange non régi par le profit
          Bonne journée
          G

          Réponse
          • binnemaya

            Votre idéal serait aus­si le mien mais com­men­çons par le pos­sible qui en soi n’a jamais été réa­li­sé ce serait déjà très bien.
            Sinon pour le reste je suis qua­si d’accord

    • Domi Dasco

      Sans reje­ter l’i­dée com­plè­te­ment, rien que l’ins­ti­ga­trice du blo­ck­chain, j’ai nom­mé Blythe Mas­ters (banque JP Mor­gan) avec ses cre­dit default swap et le car­nage que ça a engen­dré, ne pré­sage pas for­cé­ment de bonnes choses.
      En // de ça, qu’il n’y ait plus que de la mon­naie élec­tro­nique nous assure un ave­nir ou nous ne pour­rons plus dis­po­ser de notre argent librement.
      Esclave un jour, esclave toujours ? ^^

      Réponse
      • binnemaya

        c’est pour cela qu’il ne faut pas lais­ser cet outil uni­que­ment aux mains des banques, GAFA etc sinon effec­ti­ve­ment on retombe tjrs sur ce pro­blème d’ac­cès a notre argent mais le liquide le cash lui aus­si est impri­mé dis­tri­bué par qui actuellement ?

        Réponse
        • Domi Dasco

          C’est pas faux comme dirait Perceval ^^
          Oui, il faut reti­rer ce pou­voir aux banques pri­vées avant toute chose comme le pré­co­nise Etienne Chouard et d’autres (je pense notam­ment à feu Aaron Rus­so dont j’ai vu l’in­ter­view sui­vante il y a peu https://​you​tu​.be/​o​w​X​t​j​r​W​A​CLg )

          Réponse
  3. etienne

    On en parle là : http://​www​.ago​ra​vox​.tv/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​s​o​c​i​e​t​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​e​n​t​r​e​t​i​e​n​-​a​v​e​c​-​e​t​i​e​n​n​e​-​c​h​o​u​a​r​d​-​l​-​5​2​632 où j’ai lu ce com­men­taire intéressant : 

    « nous avons plus besoin de citoyens consti­tuants que d’une consti­tu­tion. Un papier ne consti­tue pas une force poli­tique. Si consti­tu­tion citoyenne il y a, sa force rési­de­ra entiè­re­ment dans la déter­mi­na­tion des citoyens à la défendre.

    C’est à peu près ce que Démos­thène disait pour les lois : « Cette force des lois, en quoi consiste –t‑elle ? Est-ce à dire qu’elles accour­raient pour assis­ter celui d’ entre nous qui, vic­time d’une injus­tice crie­ra à l’aide ? Non, elles ne sont qu’un texte écrit qui ne sau­rait pos­sé­der un tel pou­voir. Alors, qu’est ce qui fait leur force ? Vous-mêmes, à condi­tion de les for­ti­fier et de mettre en toute occa­sion leur puis­sance sou­ve­raine au ser­vice de l’homme qui les réclame : voi­là ciment vous faites la force des lois, de même qu’elles font la vôtre ».

    L’intérêt des ate­liers consti­tuants est de faire émer­ger cette idée chez ceux qui y par­ti­cipent, la consti­tu­tion devient leur affaire, elle devient l’expression de la volon­té de la col­lec­ti­vi­té, c’est cette ori­gine popu­laire qui doit contri­buer à sa puissance. »

    Réponse
  4. pascot
  5. zedav

    Bon­jour Étienne,
    A pro­pos de l’as­so­cia­tion « Article 3 », vous dites que, si leur objec­tif est louable, jamais les élus ne nous don­ne­ront un véri­table refe­ren­dum d’initiative popu­laire. Or, cet argu­ment n’est-il pas tout aus­si valable pour la mise en œuvre d’une consti­tuante citoyenne ?
    Ne fau­dra t‑il pas, dans un cas comme dans l’autre, un vaste mou­ve­ment citoyen foca­li­sé sur l’un ou l’autre de ces objec­tifs, un consen­sus popu­laire trop puis­sant pour que les pou­voirs actuels puissent s’y opposer ?

    Autre­ment dit, par­ve­nir à l’un ou l’autre de ces deux objec­tifs néces­si­te­rait-il des condi­tions si différentes ? 

    Comme pour tout ce qui change, les forces en pré­sences peuvent-être me semble t‑il modé­li­sées en un couple de résul­tantes de forces : celle qui contri­buent au chan­ge­ment et celles qui s’y opposent.

    Il me semble donc que dans notre pro­blème peut se résu­mer ainsi :
    1) lequel de ces deux objec­tifs aurait le plus grand pou­voir mobi­li­sa­teur au sein du peuple ?
    2) lequel déclen­che­rait les réac­tions d’op­po­si­tion les plus puissantes ?

    1) Un dis­po­si­tif dont le modèle existe déjà en Suisse et qui a fait ses preuves depuis long­temps (un argu­ment puis­sant dont les pro­sé­lytes pour­ront se ser­vir : ça n’a rien d’u­to­pique, ça existe en Suisse ! ), ce qui minore l’ef­fet de rejet dû à la peur de l’in­con­nu ; ou un pro­ces­sus dont on ne peut que conjec­tu­rer les consé­quences et qui est logi­que­ment géné­ra­teur d’angoisses ?
    Un RIP qui, s’il n’a pas bou­le­ver­sé la socié­té Suisse (du moins pas encore, on voit que le RIP + média inter­net acquiert pro­gres­si­ve­ment un pou­voir bien plus sub­ver­sif, cf. refe­ren­dum créa­tion moné­taire) a néan­moins per­mis aux Suisses de résis­ter à ce qui leur sem­blait inac­cep­table et à faire adve­nir des lois nou­velles ; ou un pro­ces­sus consti­tuant plus radi­cal mais qui demande un entraî­ne­ment préa­lable à un hypo­thé­tique « match » dont on ne connaît pas la date ? (et n’est-il pas dif­fi­cile de res­ter moti­vé, comme « en sus­pend » pour un évè­ne­ment dont la date est au mieux inconnue ?).
    Un RIP qui pour­rait faci­le­ment ral­lier les classes moyennes supé­rieures ou une consti­tuante qu’ils devraient logi­que­ment craindre, compte tenu de ses pro­bables pers­pec­tives anar­chi­santes ou communisantes ?
    Enfin, un RIP facile sinon même immé­diat à expli­quer à la tota­li­té de la popu­la­tion ou une consti­tuante qui néces­site beau­coup plus de temps car plus com­plexe dans ses condi­tions, dans son orga­ni­sa­tion, plus désta­bi­li­sante aus­si dans ses pré­sup­po­sés (de com­pé­tence poli­tique des citoyens) et plus abs­traite dans ses conséquences ?

    2) Que devraient craindre le plus les pou­voirs en place ou, autre­ment dit, contre lequel des deux pro­jets lut­te­ront t‑ils avec le plus d’a­char­ne­ment et de violence ?
    Une remise en cause radi­cale de tous leurs pou­voirs ou une dimi­nu­tion impor­tante mais néan­moins par­tielle de leurs pouvoirs ?
    Un dis­po­si­tif qui fonc­tionne déjà en Suisse et qui n’a pas (encore) fon­da­men­ta­le­ment remis en cause la struc­ture des pou­voirs en Suisse ou une consti­tuante qui porte en elle des consé­quences poten­tiel­le­ment bien plus dan­ge­reuses et incer­taines pour les­dits pouvoirs ?
    Et lequel de ces deux objec­tifs devrait affron­ter la coa­li­tion de pou­voirs supra-natio­naux la plus vaste et la plus unie ? Celle qui fonc­tionne depuis des siècles sans avoir (du moins jusque là) mon­tré de pou­voir conta­mi­nant ou un pro­ces­sus réel­le­ment révo­lu­tion­naire au poten­tiel autre­ment subversif ?

    Vous aurez pro­ba­ble­ment com­pris où je veux en venir… il me semble que d’une part, le RIP a un poten­tiel fédé­ra­teur bien plus impor­tant, ce fameux plus petit déno­mi­na­teur com­mun qui per­met­trait de mettre d’ac­cord des gens d’ho­ri­zons poli­tiques très dif­fé­rents sur l’es­sen­tiel pour concen­trer nos forces et que, d’autre part, la pers­pec­tive du RIP, bien moins into­lé­rable aux puis­sants qu’une consti­tuante, mobi­li­se­ra moins leur forces (la conces­sion du RIP n’é­tant pas une abdication).

    Et à ceux (dont je fais par­tie) qui consi­dèrent que le RIP est insuf­fi­sant, que la Suisse n’est qu’une semi démo­cra­tie, je pro­pose de réflé­chir au RIP et à la démul­ti­pli­ca­tion de ses poten­tia­li­tés par le Net comme à une étape, une tac­tique de « pied dans la porte » (chère aux puis­sants), ou encore un che­val de Troie…en effet, quel moyen plus effi­cace (et ne néces­si­tant même plus une insur­rec­tion car légal) aurions nous de faire adve­nir une consti­tuante citoyenne que par une pro­po­si­tion spé­ci­fique dans le cadre du RIP ? Nous aurions alors une pers­pec­tive claire, un calen­drier avec échéances…de quoi moti­ver le plus grand nombre à s’en­traî­ner pour deve­nir constituants !

    Même arri­vés à ce point, et pour nous don­ner les meilleurs chances de faire pas­ser cette pro­po­si­tion de consti­tuante citoyenne, une étape néces­saire pour­rait-être une pro­po­si­tion de RIP concer­nant la struc­ture des média, la défiance popu­laire envers eux étant sus­cep­tible de ren­con­trer une forte adhé­sion. Une fois les média domi­nants court-cir­cui­tés, une cam­pagne RIP en faveur d’un pro­ces­sus citoyen consti­tuant aurait de bien meilleures chances d’a­bou­tir que sous le flux des men­songes, dis­qua­li­fi­ca­tions et mani­pu­la­tions des meneurs d’o­pi­nions et autres chiens de gardes des puissants…

    Réponse
  6. etienne

    Snow­den : pour­quoi le FBI fait sem­blant d’avoir besoin d’Apple pour déblo­quer un iPhone ?
    Edward Snow­den n’a pas été tendre avec le FBI lors de son inter­ven­tion à pro­pos du récent conflit qui oppose Apple et la jus­tice amé­ri­caine. Pour lui, les argu­ments avan­cés par le FBI sont des « conneries ».

    http://​www​.presse​-citron​.net/​s​n​o​w​d​e​n​-​p​o​u​r​q​u​o​i​-​l​e​-​f​b​i​-​f​a​i​t​-​s​e​m​b​l​a​n​t​-​d​a​v​o​i​r​-​b​e​s​o​i​n​-​d​a​p​p​l​e​-​p​o​u​r​-​d​e​b​l​o​q​u​e​r​-​u​n​-​i​p​h​o​n​e​/​?​r​e​f​=​yfp

    L’ancien consul­tant de la NSA qui a volé une quan­ti­té impres­sion­nante de don­nées sur les pro­grammes secrets des gou­ver­ne­ments amé­ri­cain et bri­tan­nique en matière d’espionnage et de sur­veillance, est aujourd’hui exi­lé en Rus­sie. C’est donc depuis Mos­cou qu’il a affir­mé que le FBI n’avait jamais eu besoin de l’aide d’Apple pour déver­rouiller un iPhone.

    Le FBI veut frei­ner le déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies dans le futur

    C’est pour­tant ce qu’affirment la Police et la jus­tice amé­ri­caine, qui sou­haitent qu’Apple livre ses clés de chif­fre­ment pour déblo­quer le télé­phone du ter­ro­riste de San Ber­nar­di­no. Tim Cook a refu­sé et a reçu le sou­tien de nom­breux géants du web pour pré­ser­ver cette part de liberté.

    Durant la confé­rence Com­mon Cause qui s’est dérou­lée à Washing­ton, Edward Snow­den a sou­hai­té don­ner son opi­nion au tra­vers d’une vidéo puisqu’il ne peut sor­tir de Rus­sie, étant consi­dé­ré comme un traître par le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. Il a décla­ré : « Le FBI dit qu’Apple a des moyens tech­niques exclu­sifs pour déver­rouiller un iPhone. Avec tout mon res­pect… C’est des conne­ries ». Selon lui, le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain sait par­fai­te­ment déver­rouiller un iPhone et il est ridi­cule de faire sem­blant de ne pas en être capable.

    Tou­jours d’après Snow­den, l’objectif du FBI est très évident dans cette affaire, sous cou­vert des menaces ter­ro­ristes dans le monde et sur le sol amé­ri­cain, le gou­ver­ne­ment sou­haite influen­cer le déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies dans le futur, en rédui­sant au maxi­mum le degré de sécu­ri­té. L’État amé­ri­cain sou­haite confron­ter les géants du high-tech à une ques­tion morale, afin de pous­ser le Sénat à légi­fé­rer sur la ques­tion. Le chef de l’unité anti­ter­ro­riste de la police de New York, John Mil­ler avait résu­mé la situa­tion de manière mani­chéenne il y a peu, en affir­mant qu’Apple a choi­si son camp en pro­té­geant les ter­ro­ristes, les kid­nap­peurs, les voleurs et les meur­triers. Un autre haut res­pon­sable de la Police avait indi­qué qu’Apple pré­fé­rait pro­té­ger la vie pri­vée d’un ter­ro­riste mort, plu­tôt que la sécu­ri­té natio­nale et les citoyens amé­ri­cains. Vu sous cet angle… que peut-on répondre ?

    Réponse
  7. etienne

    Tiens, je l’a­vais oubliée celle-là 🙂
    Voi­ci une vidéo qui dit justement
    « faites-atten­tion-aux-poches-dans-les­quelles-on-met-l’argent » :

    Là aus­si, je radote, mais vous ne devriez pas vous ennuyer 🙂

    Cette vidéo est un réca­pi­tu­la­tif de mes inter­ven­tions dans le film LA DETTE ; inter­ven­tions qui sont res­tées dans le film pen­dant la pre­mière année de sa dif­fu­sion, et qui ont été cen­su­rées (oui, car­ré­ment sup­pri­mées) au moment où le film a été dis­tri­bué en salle.
    Heu­reu­se­ment, on a gar­dé les pas­sages cen­su­rés (ici, donc) et la vidéo du film complet :

    LA DETTE (film com­plet non censuré) : 

    https://​you​tu​.be/​m​e​S​F​b​h​d​J​_3M

    Réponse
  8. etienne

    [Le pro­grès fait rage] Encore un effort du gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif, pro­gres­si­ve­ment, vers le contrôle total des administrés :
    La Jus­tice va pou­voir exa­mi­ner des ordi­na­teurs en secret :
    http://​data​news​.levif​.be/​i​c​t​/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​l​a​-​j​u​s​t​i​c​e​-​v​a​-​p​o​u​v​o​i​r​-​e​x​a​m​i​n​e​r​-​d​e​s​-​o​r​d​i​n​a​t​e​u​r​s​-​e​n​-​s​e​c​r​e​t​/​a​r​t​i​c​l​e​-​n​o​r​m​a​l​-​4​7​9​3​9​9​.​h​tml
    (C’est en Bel­gique, mais ça vien­dra chez nous, évi­dem­ment, si ce n’est pas déjà le cas.)

    Réponse
  9. Gaudefroy

    De fac­to, on peut lire tous les kindle d’A­ma­zon pen­dant 14 jours gratuitement…

    http://​rue89​.nou​ve​lobs​.com/​r​u​e​8​9​-​c​u​l​t​u​r​e​/​2​0​1​6​/​0​3​/​1​7​/​i​l​s​-​l​i​s​e​n​t​-​g​r​a​t​i​s​-​a​m​a​z​o​n​-​f​a​i​l​l​e​-​p​e​r​m​e​t​-​p​i​r​a​t​a​g​e​-​l​e​g​a​l​-​2​6​3​476

    Une biblio­thèque muni­ci­pale a reçu la visite d’agents de l’agence fédé­rale char­gée de la sécu­ri­té inté­rieure, après avoir ins­tal­lé un relais TOR, uti­li­sé pour navi­guer de manière ano­nyme sur Inter­net. ( « Le code de déon­to­lo­gie de l’association natio­nale des biblio­thèques amé­ri­caines (ALA) est très clair : “Nous pro­té­geons le droit de chaque usa­ger au res­pect de sa vie pri­vée et à la confi­den­tia­li­té de l’information recher­chée et reçue, et des res­sources qu’il consulte, emprunte, acquiert ou transmet”)

    http://​www​.lemonde​.fr/​p​i​x​e​l​s​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​1​6​/​0​3​/​0​7​/​l​i​b​e​r​t​e​s​-​n​u​m​e​r​i​q​u​e​s​-​a​u​x​-​e​t​a​t​s​-​u​n​i​s​-​l​e​s​-​b​i​b​l​i​o​t​h​e​c​a​i​r​e​s​-​f​o​n​t​-​d​e​-​l​a​-​r​e​s​i​s​t​a​n​c​e​_​4​8​7​7​9​3​4​_​4​4​0​8​9​9​6​.​h​t​m​l​#​G​k​K​t​a​l​i​M​j​R​2​1​q​M​d​l​.99

    Réponse
  10. Eliade guy

    Méa culpa sur mes inter­ven­tions par­fois « idéo­lo­gi­que­ment » intempestives.

    Je sug­gère le vision­nage de cette excel­lente vidéo sur l’ éco­no­mie collaborative
    avec l’“économiste atter­ré” Ben­ja­min Coriat et Dia­na Filip­po­va, coor­di­na­trice du think tank Oui­Share. Débat orga­ni­sé par média­part pré­sen­té par la jour­na­liste Rachi­da El Azzou­zi. Où l’ on parle des com­muns et à la fin des affron­te­ments notam­ment dans la ques­tion d’ appré­hen­sion de la façon de faire de la poli­tique au sens noble.
    Excellent :
    https://youtu.be/Ou1IXf27w‑k

    Réponse
    • Eliade guy

      je trouve juste un peu naïf de Mr Coriat, son « goût » pour la socié­té Red Hat
      qui a certes per­mis un déve­lop­pe­ment de Linux au sein des entre­prises grâce à un bon sup­port. Mais sans pro­cés d’ intention :
      1) ce n’ est pas du pur Free­ware au sens de Richard Stall­mann et de la free­soft­ware fondation
      2) je me per­mets de dou­ter de l’ excel­lence en terme de démo­cra­tie de leur modèle managérial

      Réponse
  11. etienne

    N‑ième ten­ta­tive virale (pour les jeunes gens, j’imagine 🙂 )

    Source : https://​www​.face​book​.com/​v​i​d​e​o​.​p​h​p​?​v​=​1​0​2​0​4​5​6​9​1​9​2​1​4​0​1​9​6​&​p​e​r​m​P​a​g​e=1
    (4 222 556 vues en mars 2016 sur cette seule copie publiée sur Face­book, 4 autres mil­lions sur une autre, et puis…)

    🙂
    Il y avait presque tout, là-dedans.
    Man­quaient juste les ate­liers constituants.
    Et le contrôle popu­laire de la mon­naie (évi­dem­ment publique), comme noyau pre­mier de toute souveraineté.

    Lien vers le fil Face­book de ce signalement :
    https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​0​5​2​9​4​0​5​4​7​3​1​7​?​p​n​r​e​f​=​s​t​ory

    Réponse
  12. zedav

    Michel Onfray chez Bour­din : « Je vais arrê­ter de voter »

    Réponse
  13. le texier

    Oui, un livre ou un film sur tous ces témoi­gnages et le che­min que par­court votre pen­sée, le rhi­zome que vous êtes en train de constituer.
    Si l’i­dée d’un film vous inté­resse, je suis prête à y réflé­chir. Il fau­drait en effet offrir une plus grande visi­bi­li­té à votre tra­vail et au désir de ceux qui vous suivent. En tous cas, j’y pense et peut-être ce pro­jet pren­dra-t’il une forme plus pré­cise dans ma tête.
    Bien cordialement,
    Lisa

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Oui, la planète fut détruite. Mais pendant un bref et merveilleux moment, une énorme plus-value fut créée pour les actionnaires.

        Fil Facebook correspondant à ce billet : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10159883602597317     Tweet correspondant à ce billet : https://twitter.com/Etienne_Chouard/status/1521818079159803904     Telegram...

Vidéo de mon intervention au 3ème Festival Citoyen (près de Toulon) du 1er mai 2022

  Sur l’élection et le tirage au sort, sur le RIC, sur le processus constituant populaire permanent, sur Alain (Émile Chartier), sur les élections sans candidats, sur les gilets jaunes et sur la priorité absolue que nous devrions tous donner à l'élaboration des...