GOUVERNEMENT PAR ORDONNANCES (SANS PARLEMENT) : UNE VRAIE TYRANNIE SE MET EN PLACE (DISCRÈTEMENT) EN FRANCE

28/05/2014 | 13 commentaires

Le pou­voir exé­cu­tif devient lit­té­ra­le­ment tyran­nique en impo­sant au Par­le­ment (Assem­blée natio­nale + Sénat) LE GOUVERNEMENT PAR ORDONNANCES, qui est la méthode-type des des­potes : confondre tous les pou­voirs dans les mêmes mains. 

Ce véri­table coup d’État, un de plus, est encore ren­du pos­sible par notre anti­cons­ti­tu­tion qui pré­voit, en l’occurrence :

1) la pos­si­bi­li­té même du gou­ver­ne­ment par ordon­nances (qui est une abjec­tion antidémocratique), 

2) que les « élus » de l’As­sem­blée natio­nale ne seront tou­jours, sur l’es­sen­tiel, que de ser­viles godillots, parce qu’ils dépendent pour leur car­rière du chef de par­ti qui leur donne — ou qui leur retire — leur vitale inves­ti­ture aux élections, 

3) que l’an­ti­cons­ti­tu­tion de la 5ème Répri­vée donne le der­nier mot à l’As­sem­blée Natio­nale en cas de conflit avec le Sénat. 

Donc tout est prêt pour le jour où le Pré­sident (et sa cour) veut tout le pou­voir sur un sujet jugé essen­tiel (sans même par­ler de la pos­si­bi­li­té de décré­ter seul l’é­tat d’ur­gence avec l’ar­ticle 16).

La pro­tes­ta­tion solen­nelle des Séna­teurs (ci-des­sous) est un cri d’a­larme contre un coup de force anti­ré­pu­bli­cain, per­pé­tré par un gou­ver­ne­ment pré­ten­du­ment « socia­liste », dans le silence com­plice incroyable des « grands médias » (mais où sont pas­sé les vrais journalistes ?!) :

**********************************************************************

Réforme du droit des contrats : l’habilitation à pro­cé­der par voie d’ordonnance ne passe pas au Sénat.

Le désac­cord entre le Sénat et l’Assemblée Natio­nale au sujet de l’habilitation du Gou­ver­ne­ment à pro­cé­der par voie d’ordonnance pour réfor­mer le droit des contrats et le régime des obli­ga­tions, sup­pri­mée par le Sénat puis réin­tro­duite par les dépu­tés lors de la pre­mière lec­ture du pro­jet de loi, a conduit à l’échec de la com­mis­sion mixte pari­taire le 13 mai. 

« Je tiens à expri­mer mon total désac­cord avec le recours aux ordon­nances pour modi­fier l’ensemble du droit des contrats et des obli­ga­tions, soit un cin­quième du Code civil », a indi­qué le pré­sident du Sénat, Jean-Pierre Sueur. 

La com­mis­sion des lois du Sénat s’était oppo­sée una­ni­me­ment au recours aux ordonnances.

Par un scru­tin public, le Sénat avait sui­vi, à l’unanimité moins une voix.

« Avec l’ensemble des séna­teurs, de tous les groupes, de la com­mis­sion des lois du Sénat, je tiens à dire ma pro­fonde oppo­si­tion au consen­te­ment à ce recours aux ordon­nances – qui sera inévi­table si l’Assemblée natio­nale, qui a le der­nier mot, main­tient sa posi­tion – qui revient à un auto-des­sai­sis­se­ment du Par­le­ment sur des sujets majeurs qui relèvent à l’évidence de la loi et jus­ti­fient un vrai débat par­le­men­taire », a fait valoir Jean-Pierre Sueur. 

« Je consi­dère que le texte pré­pa­ré pour l’ordonnance pose de nom­breux pro­blèmes, dans ce domaine sen­sible et impor­tant du droit.

Pour ne prendre qu’un exemple, ce texte sup­prime la pro­cé­dure dite de retrait liti­gieux, pré­vue à l’article 1699 du Code civil, qui consti­tue une garan­tie du droit fran­çais contre la spé­cu­la­tion des sub­primes.

Je rejoins le rap­por­teur du Sénat, Tha­ni Moha­med Soi­li­hi, qui a expli­qué, exemples à l’appui, que le pas­sage par les ordon­nances ne fait pas for­cé­ment gagner de temps et pose, en revanche, de très réelles ques­tions de sécu­ri­té juri­dique », a affir­mé le pré­sident du Sénat. 

Après une pre­mière lec­ture devant le Sénat, le pro­jet de loi rela­tif à la moder­ni­sa­tion et à la sim­pli­fi­ca­tion du droit et des pro­cé­dures dans les domaines de la jus­tice et des affaires inté­rieures avait été adop­té par l’Assemblée natio­nale le 16 avril der­nier (AN, 1re lec­ture, 16 avr. 2014, TA n° 324 : http://​www​.assem​blee​-natio​nale​.fr/​1​4​/​t​a​/​t​a​0​3​2​4​.​asp )

Il habi­lite le Gou­ver­ne­ment à prendre par ordon­nance des mesures de sim­pli­fi­ca­tion dans les domaines de la jus­tice et des affaires intérieures.

Sénat, com­mu­ni­qué, 14 mai 2014
Source : Nexis­Lexis, http://www.lexisnexis.fr/depeches/index2.jsp?depeche=15–05-2014/05#top »

**********************************************************************

Il est peut-être temps de se sou­ve­nir que ce sont aus­si des « socia­listes » qui ont don­né les pleins pou­voirs à Pétain.

Mais que font les journalistes ?

MARAT, reviens !

Catégorie(s) de l'article :

13 Commentaires

  1. Jacques Roman

    On remar­que­ra quand même que les  » ordon­nances » ne sont rien d’autres que les « décrets-lois », abon­dam­ment uti­li­sés par les pré­cé­dentes répu­bliques – notam­ment la Qua­trième, qui en avait fait son régime ordi­naire de gouvernement.

    D’autre part, l’ar­ticle 38 de la consti­tu­tion actuelle encadre assez stric­te­ment la pro­cé­dure. Je le cite :

    « Le Gou­ver­ne­ment peut, pour l’exé­cu­tion de son pro­gramme, deman­der au Par­le­ment l’au­to­ri­sa­tion de prendre par ordon­nances, pen­dant un délai limi­té, des mesures qui sont nor­ma­le­ment du domaine de la loi.

    « Les ordon­nances sont prises en conseil des ministres après avis du Conseil d’É­tat. Elles entrent en vigueur dès leur publi­ca­tion mais deviennent caduques si le pro­jet de loi de rati­fi­ca­tion n’est pas dépo­sé devant le Par­le­ment avant la date fixée par la loi d’ha­bi­li­ta­tion. Elles ne peuvent être rati­fiées que de manière expresse.

    « A l’ex­pi­ra­tion du délai men­tion­né au pre­mier ali­néa du pré­sent article, les ordon­nances ne peuvent plus être modi­fiées que par la loi dans les matières qui sont du domaine législatif. »

    Rien à voir avec la fin de la démo­cra­tie. Mais cela ne veut pas dire que le Sénat ait tort de pré­fé­rer la pro­cé­dure ordi­naire pour la modi­fi­ca­tion du droit des contrats : pour ma part, je serais plu­tôt de son avis. JR

    Réponse
  2. Méchant Virus

    « Il habi­lite le Gou­ver­ne­ment à prendre par ordon­nance des mesures de sim­pli­fi­ca­tion dans les domaines de la jus­tice et des affaires intérieures. »

    Lais­sez moi devi­ner, ils vont >sim­pli­fier< les condi­tions d’im­mu­ni­té judi­ciaire des élus, d’am­nis­tie, d’ar­res­ta­tion et de déten­tion pré­ven­tive d’opposants…?

    Réponse
  3. Caroline Porteu

    Le même jour , le Par­le­ment Euro­péen a adop­té une réso­lu­tion légis­la­tive pou­vant auto­ri­ser le régle­ment Différends/Etat par arbi­trage . La jus­tice est désor­mais bien tota­le­ment privatisée
    Je ne suis pas sûre que l’u­ti­li­sa­tion du condi­tion­nel dans la réso­lu­tion ne soit pas une nou­velle manière de poudre aux yeux , le chan­ge­ment de temps ne néces­site peut etre pas une nou­velle lec­ture . Dans ce contexte , l’ac­cord du Conseil est suf­fi­sant et c’est tota­le­ment plié : l’E­tat de Droit est mort et enterré .
    http://​reseauin​ter​na​tio​nal​.net/​u​n​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​m​e​m​e​-​j​u​s​t​i​c​e​-​e​c​h​a​p​p​e​-​a​u​x​-​e​t​a​t​s​-​r​e​s​t​e​-​t​-​i​l​-​s​o​u​v​e​r​a​i​n​e​te/

    Réponse
  4. etienne

    Grand mar­ché transatlantique :
    Des tri­bu­naux pour détrous­ser les États

    Des mul­ti­na­tio­nales qui traînent des États en jus­tice pour impo­ser leur loi et faire valoir leurs « droits », cela ne relève pas du fan­tasme : on compte déjà plus de cinq cents cas dans le monde.

    un article du Diplo signé Benoît Bré­ville et Mar­tine Bulard, juin 2014 :

    Il a suf­fi de 31 euros pour que le groupe fran­çais Veo­lia parte en guerre contre l’une des seules vic­toires du « prin­temps » 2011 rem­por­tées par les Égyp­tiens : l’augmentation du salaire mini­mum de 400 à 700 livres par mois (de 41 à 72 euros). Une somme jugée inac­cep­table par la mul­ti­na­tio­nale, qui a por­té plainte contre l’Égypte, le 25 juin 2012, devant le Centre inter­na­tio­nal pour le règle­ment des dif­fé­rends rela­tifs aux inves­tis­se­ments (Cir­di), une offi­cine de la Banque mon­diale. Motif invo­qué ? La « nou­velle loi sur le tra­vail » contre­vien­drait aux enga­ge­ments pris dans le cadre du par­te­na­riat public-pri­vé signé avec la ville d’Alexandrie pour le trai­te­ment des déchets.

    Le grand mar­ché trans­at­lan­tique (GMT) en cours de négo­cia­tion pour­rait inclure un dis­po­si­tif per­met­tant ain­si à des entre­prises de pour­suivre des pays — c’est en tout cas le sou­hait des États-Unis et des orga­ni­sa­tions patronales. 

    Tous les gou­ver­ne­ments signa­taires pour­raient alors se trou­ver expo­sés aux mésa­ven­tures égyptiennes.

    Le lucra­tif filon du règle­ment des dif­fé­rends entre inves­tis­seurs et Etats (RDIE) a déjà assu­ré la for­tune de nom­breuses socié­tés pri­vées. En 2004, le groupe amé­ri­cain Car­gill a, par exemple, fait payer 90,7 mil­lions de dol­lars (66 mil­lions d’euros) au Mexique, recon­nu cou­pable d’avoir créé une nou­velle taxe sur les sodas. En 2010, la Tam­pa Elec­tric a obte­nu 25 mil­lions de dol­lars du Gua­te­ma­la en s’attaquant à une loi pla­fon­nant les tarifs de l’électricité. Plus récem­ment, en 2012, le Sri Lan­ka a été condam­né à ver­ser 60 mil­lions de dol­lars à la Deutsche Bank, en rai­son de la modi­fi­ca­tion d’un contrat pétrolier.

    Encore en cours, la plainte de Veo­lia a été dépo­sée au nom du trai­té d’investissement conclu entre la France et l’Égypte. Signés entre deux pays ou inclus dans des accords de libre-échange, il existe plus de trois mille trai­tés de ce type dans le monde. Ils pro­tègent les socié­tés étran­gères contre toute déci­sion publique (une loi, un règle­ment, une norme) qui pour­rait nuire à leurs inves­tis­se­ments. Les … (lire la suite dans la ver­sion papier du jour­nal, dis­po­nible en kiosque…)

    Source : http://​www​.monde​-diplo​ma​tique​.fr/​2​0​1​4​/​0​6​/​B​R​E​V​I​L​L​E​/​5​0​487

    Réponse
  5. etienne

    Recours aux ordonnances ; 
    des uni­ver­si­taires aus­si tirent la son­nette d’alarme !

    MESSAGE AU PRÉSIDENT ET AUX MEMBRES
    DE LA COMMISSION MIXTE PARITAIRE
    contes­tant le bien fon­dé d’une réforme par ordon­nance du droit des contrats

    Mon­sieur le Président,
    Mes­dames et Mes­sieurs les Séna­teurs et Députés

    C’est avec sur­prise et inquié­tude que nous avons appris que le gou­ver­ne­ment avait obte­nu le 16 avril 2014 de l’As­sem­blée natio­nale l’habilitation en vue de réfor­mer par voie d’ordonnance le droit des contrats, et cela en dépit du vote contraire du Sénat, le 23 jan­vier 2014, par 346 voix contre 1, et de l’a­vis défa­vo­rable de la Com­mis­sion des Lois de l’As­sem­blée natio­nale le 19 février 2014.

    Le droit des contrats forme une par­tie impor­tante du droit des obli­ga­tions qui consti­tue le cœur du Code civil, qua­li­fié non sans rai­son de « Consti­tu­tion civile de la France ». La ques­tion est donc de la plus haute impor­tance pour la cohé­sion sociale et l’économie française.

    Nous sou­hai­tons atti­rer l’attention du Pré­sident et des membres de la Com­mis­sion Mixte Pari­taire sur les objec­tions que sus­cite une telle réforme, objec­tions qui touchent à la fois à la forme, au fond et à la méthode employée.

    1) Sur la forme 

    Il nous paraît anor­mal et même pré­ju­di­ciable qu’une réforme aus­si fon­da­men­tale et d’une telle enver­gure puisse être opé­rée par voie d’ordonnance, autre­ment dit sans débat public et contra­dic­toire. Sous la Cin­quième Répu­blique, les ordon­nances sont en effet des­ti­nées à déchar­ger le Par­le­ment des ques­tions tech­niques tou­chant à des domaines par­ti­cu­liers qui n’ont pas d’incidence poli­tique directe : pro­tec­tion de cer­taines caté­go­ries de per­sonnes, régle­men­ta­tions propres au droit de la consom­ma­tion, légis­la­tion en matière d’assurances, etc…

    Rien de com­pa­rable ici, où nous sommes au contraire en pré­sence de ques­tions, certes qui touchent à la tech­nique contrac­tuelle au plus haut niveau et même à la culture juri­dique, mais qui cor­res­pondent aus­si à des choix poli­tiques, à des choix de socié­té pri­mor­diaux des­ti­nés à enga­ger pour une très longue période la vie des affaires. 

    Qui ose­rait pré­tendre que le rôle assi­gné à la bonne foi dans les conven­tions, la prise en compte ou non de la cause dans celles-ci, la ques­tion de la vio­lence éco­no­mique comme vice du consen­te­ment, ou bien l’intervention du juge dans le contrat au titre de l’imprévision, pour ne prendre que quelques exemples, sont des ques­tions de détail sans grande impor­tance dans les rela­tions économiques ?

    Le gou­ver­ne­ment et en par­ti­cu­lier Madame Tau­bi­ra, Garde des Sceaux, affirment que l’actuel pro­jet por­té par le gou­ver­ne­ment béné­fi­cie d’un large consen­sus de la part de la doc­trine et des juristes. Cette affir­ma­tion est hâtive et même impru­dente. Si effec­ti­ve­ment un cer­tain nombre de points du pro­jet font l’objet d’un consen­sus, sur plu­sieurs autres rela­tifs tant à la for­ma­tion du contrat qu’à son exé­cu­tion de très impor­tantes contro­verses scien­ti­fiques divisent les auteurs, les pra­ti­ciens, la juris­pru­dence et plus géné­ra­le­ment les juristes. Ces contro­verses doc­tri­nales ne sont pas des que­relles byzan­tines et théo­riques ; bien au contraire elles touchent à des ques­tions graves dont la réponse enga­ge­ra dura­ble­ment le droit fran­çais et les rela­tions sociales à venir. Il y a bien là une orien­ta­tion poli­tique déci­sive qui lie­ra pour long­temps tous les français. 

    Dans un État démo­cra­tique, ou qui se pré­sente comme tel, et même plus sim­ple­ment dans un État de droit, la Repré­sen­ta­tion Natio­nale ne peut donc, sans man­quer gra­ve­ment à sa mis­sion, faire l’économie d’un débat public de haut niveau sur tous ces points. Quant au carac­tère tech­nique des matières abor­dées, de l’aveu même de Madame Tau­bi­ra, il ne sau­rait être pré­sen­té comme un obs­tacle au débat parlementaire. 

    Le débat public a non seule­ment l’avantage de per­mettre un expo­sé des argu­ments et des inté­rêts en pré­sence, mais encore celui de four­nir ensuite au juge des tra­vaux pré­pa­ra­toires qui lui per­mettent de connaître l’intention du légis­la­teur et d’interpréter les textes nou­veaux. Car on ima­gine que ce n’est pas sans hési­ta­tions et appré­hen­sions que les magis­trats feront appli­ca­tion des nou­velles notions…Rien de tel avec la tech­nique de l’ordonnance laquelle pro­duit un texte brut qui n’a jamais été confron­té au débat public.

    2) Sur le fond 

    Le pro­jet dont dis­pose le gou­ver­ne­ment et dont la teneur a été révé­lée par le jour­nal « Les Échos » à la fin de l’année 2013 sus­cite des réserves sur cer­tains points qui devraient pour le moins être sou­mis à la dis­cus­sion des juristes et des acteurs économiques.

    Sans entrer dans les détails, ce qui serait ici hors de pro­pos, le pro­jet com­porte des dis­po­si­tions qui pré­sentent deux incon­vé­nients majeurs : d’une part, un écla­te­ment de notions juri­diques impor­tantes ; d’autre part, un risque d’intrusion du juge dans l’économie du contrat.

    - L’éclatement des notions résulte de la dis­pa­ri­tion des notions fon­da­men­tales d’objet et de cause et de leur rem­pla­ce­ment, au titre des condi­tions de for­ma­tion du contrat, par la notion nou­velle de « conte­nu du contrat » net­te­ment moins pré­cise et sus­cep­tible de recou­per les deux autres. Ce chan­ge­ment est de nature à désta­bi­li­ser pro­fon­dé­ment les magis­trats en bou­le­ver­sant leurs repères tra­di­tion­nels. En outre, sur le point pré­cis de la théo­rie de la cause, il y a un manque évident de logique à sup­pri­mer la notion tout en conser­vant simul­ta­né­ment ses appli­ca­tions juri­diques, autre­ment dit son régime, comme pré­tend le faire le projet…

    - Le risque d’intrusion du juge dans le contrat, et même d’arbitraire du juge, résulte quant à lui de l’extension de la notion de clause abu­sive à tous les contrats, de la consé­cra­tion du « dés­équi­libre éco­no­mique » comme cause de nul­li­té des conven­tions, du rôle pré­pon­dé­rant accor­dé à la bonne foi, de la révi­sion des contrats pour impré­vi­sion et du pou­voir d’appréciation du juge dans le cadre de l’exécution en nature. Si cha­cune des ces inno­va­tions est déjà en elle-même dis­cu­table, leur conjonc­tion risque fort d’être catas­tro­phique pour la sécu­ri­té juridique. 

    On connaît l’insécurité juri­dique chro­nique qui régnait avant la Révo­lu­tion fran­çaise et l’adage « Dieu nous garde de l’équité des par­le­ments »… Est-il judi­cieux de res­sus­ci­ter ce redou­table pou­voir du juge et de retom­ber dans des erre­ments qui ont lar­ge­ment contri­bué à dis­cré­di­ter la jus­tice sous l’Ancien Régime et par voie de consé­quence l’autorité de l’État ?

    3) Sur la méthode employée 

    On peut enfin s’interroger sur l’opportunité d’une réforme de grande enver­gure dans un domaine où l’urgence est pour le moins dou­teuse. En effet, le gros du conten­tieux est bien plus sus­ci­té par la res­pon­sa­bi­li­té civile délic­tuelle que par le droit des contrats. 

    Madame Tau­bi­ra invoque l’urgence qu’il y aurait à pro­té­ger la par­tie faible au contrat. Mais c’est oublier que cette par­tie faible est déjà très lar­ge­ment pro­té­gée par des branches entières du droit comme le droit de la consom­ma­tion, le droit social, le droit des baux d’habitation, le droit pri­vé de la construc­tion, etc…

    En véri­té, en matière contrac­tuelle il serait bien suf­fi­sant pour tarir le conten­tieux de cla­ri­fier un cer­tain nombre de notions contro­ver­sées et de tran­cher une fois pour toutes quelques ques­tions récur­rentes. Rien n’oblige à rem­pla­cer en bloc le droit exis­tant par un nou­veau cor­pus de plus de 300 articles au risque de pro­vo­quer 15 ans de chaos jurisprudentiel…

    En conclu­sion, notre sen­ti­ment pro­fond est qu’il n’existe aucun motif sérieux à réfor­mer en catas­trophe et sans débat contra­dic­toire cette par­tie du Code civil. Il nous semble donc que le Sénat, qui est moins sou­mis à la pres­sion de l’actualité que l’Assemblée Natio­nale, a fait preuve de beau­coup de sagesse en exi­geant à la qua­si-una­ni­mi­té un débat par­le­men­taire sur cette impor­tante question. 

    Le Pre­mier Ministre ayant récem­ment mani­fes­té la volon­té de res­ti­tuer au Par­le­ment le rôle qui lui revient devrait éga­le­ment com­prendre le manque de légi­ti­mi­té et les dan­gers d’une réforme aus­si impor­tante qui se réa­li­se­rait en dehors de la Repré­sen­ta­tion Nationale.

    Jean-Louis Harouel, Pro­fes­seur d’Histoire du Droit à l’Université de Paris II
    Gérard Teboul, Pro­fes­seur de droit public à l’Université de Paris XII
    Oli­vier Tour­na­fond, Pro­fes­seur de droit pri­vé à l’Université de Paris XII

    Réponse
  6. J-Stéphane

    « Fran­çois Hol­lande, accor­dez l’a­sile poli­tique à Edward Snowden.

    En juillet pro­chain, le visa d’Ed­ward Snow­den arri­ve­ra à expi­ra­tion en Rus­sie. Nul ne sait alors ce qu’il advien­dra de lui dans le contexte inter­na­tio­nal ten­du qui est celui d’aujourd’hui. 

    Nous, intel­lec­tuels, phi­lo­sophes, cher­cheurs, essayistes, jour­na­listes, mais avant tout citoyens enga­gés, deman­dons à Fran­çois Hol­lande, pré­sident de la Répu­blique, à Manuel Valls, Pre­mier ministre, et à Laurent Fabius, ministre des Affaires étran­gères, de l’ac­cueillir, sans tar­der, sous le sta­tut de réfu­gié poli­tique en France, pays des droits de l’Homme et de la liber­té de la presse. 

    La France, pays des droits de l’Homme et de la liber­té de la presse, a une obli­ga­tion par­ti­cu­lière à l’é­gard d’Ed­ward Snow­den car sa consti­tu­tion pré­voit que « tout homme per­sé­cu­té en rai­son de son action en faveur de la liber­té a droit d’asile sur les ter­ri­toires de la république ». 

    Les révé­la­tions d’Ed­ward Snow­den ont mon­tré que les col­lectes mas­sives d’in­for­ma­tions par la NSA, concer­nant des citoyens du monde entier, dépas­saient le cadre de la lutte néces­saire contre le ter­ro­risme ou contre les autres risques géo­po­li­tiques. Lan­ceur d’a­lerte, Snow­den a per­mis d’in­for­mer le grand public de ces dérives, en pla­çant l’in­té­rêt géné­ral et l’ éthique au-des­sus de la rai­son d’Etat. 

    Désor­mais, dans de nom­breuses nations démo­cra­tiques, un débat est enga­gé sur la légi­ti­mi­té des écoutes et la néces­si­té de les enca­drer par des dis­po­si­tions légales et inter­na­tio­nales. Avec le déve­lop­pe­ment des nou­velles tech­no­lo­gies de com­mu­ni­ca­tion, cette réflexion est salu­taire et urgente. 

    Pour toutes ces rai­sons, il est indis­pen­sable d’ac­cueillir Edward Snow­den dans un véri­table Etat de droit, afin qu’il puisse se défendre et par­ti­ci­per au débat sur le ren­for­ce­ment des liber­tés publiques. 

    Pre­miers signataires :

    Serge Abi­te­boul, Direc­teur de recherche à l’In­ria et membre du Conseil natio­nal du numérique
    Phi­lippe Aigrain, Cofon­da­teur de la Qua­dra­ture du Net
    Fran­cis Balle, Pro­fes­seur de science poli­tique à l’u­ni­ver­si­té Paris 2
    Patrick Bau­douin, Pré­sident d’hon­neur de la Fédé­ra­tion Inter­naio­nale des Ligues des droits de l’homme
    Pierre Ber­gé, Pré­sident de la fon­da­tion Pierre Ber­gé – Yves Saint-Laurent
    Jean-Michel Billaut, Pré­sident fon­da­teur de l’A­te­lier BNP Paribas
    Laurent Binet, Ecrivain
    Pas­cal Boni­face, Fon­da­teur et direc­teur de l’Ins­ti­tut de rela­tion inter­na­tio­nales et stratégiques
    Phi­lippe Bou­cher, Conseiller d’E­tat hono­raire et ancien journaliste
    Juan Bran­co, Cher­cheur à Yale
    Rony Brau­man, Ancien pré­sident de Méde­cins sans Frontières
    Pas­cal Bru­ck­ner, Phi­lo­sophe et écrivain
    Daniel Cohn Bendit
    Céline Curiol, Ecri­vain, essayiste
    Daniel Dar­dailler, World Wide Web Consortium
    Oli­vier Duha­mel, Publiciste
    Chris­tophe Deloire, Secré­taire géné­ral de Repor­ters sans frontières
    Joëlle Far­chy, Universitaire
    Luc Fer­ry, Phi­lo­sophe et ancien ministre de la Jeu­nesse, de l’éducation natio­nale et de la Recherche
    Cyn­thia Fleu­ry-Per­kins, Philosophe
    Caro­line Fou­rest, Essayiste
    Léa Fores­tier, Avocate
    Mar­cel Gau­chet, Philosophe
    Marie Georges, Pla­nète infor­ma­tique et libertés
    Gaël Giraud, Economiste
    Pierre Has­ki, Cofon­da­teur de Rue89
    Mah­moud Hus­sein, Poli­to­logue et islamologue
    Jean-Noël, Jean­ne­ney , His­to­rien et ancien secré­taire d’é­tat au com­merce extérieur
    Louis Joi­net, Ancien direc­teur de la Com­mis­sion natio­nale de l’in­for­ma­tique et des libertés
    Jacques Jul­liard, Editorialiste
    Daniel Kaplan, Délé­gué géné­ral de la Fon­da­tion pour l’In­ter­net nou­velle génération
    Ber­nard Kouch­ner, ancien Ministre des Affaires étran­gères, cofon­da­teur de Méde­cins sans fron­tières et Méde­cins du monde
    Julia Kris­te­va, Psychanalyste
    Jack Lang, Pré­sident de l’Ins­ti­tut du monde arabe
    Antoine Lefè­bure, His­to­rien et spé­cia­liste des nou­velles technologies
    Phi­lippe Lemoine, Pré­sident du Forum action modernités
    Jean-Pierre Mignard, Avocat
    Edgar Morin, Sociologue
    Jean-Chris­tophe Nothias, Direc­teur de Glo­bal Geneva
    Fran­çois Pel­li­gri­ni, Com­mis­saire à la Cnil
    Louis­Pou­zin, Ancien direc­teur adjoint de l’I­RIA et l’un des pères de l’Internet
    Syl­via Preuss-Laus­si­notte, Enseignante-chercheur
    Oli­vier Py, Direc­teur du Fes­ti­val d’Avignon
    Jean-Michel Ribes, Met­teur en scène
    Mat­thieu Ricard, Moine bouddhiste
    Michel Rocard, Ancien Pre­mier ministre
    Mau­rice Ronai, Com­mis­saire à la Cnil
    Eli­sa­beth Rou­di­nes­co, His­to­rienne et psychanalyste
    Alain Tou­raine, Sociologue
    Jean Viard, Direc­tuer de recherche au CNRS
    Patrick Weil, Direc­teur de recherche au CNRS
    Michel Wie­vior­ka, Sociologue »

    https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/fran%C3%A7ois-hollande-accordez-l-asile-politique-%C3%A0-edward-snowden

    Réponse
  7. Jacques Roman

    À pro­pos du « Mes­sage des uni­ver­si­taires sur les ordonnances

    Je me réfère plus par­ti­cu­liè­re­ment à l’ob­jec­tion sur la forme qui y est conte­nue (voir le mes­sage d’É­tienne du 30 mai) : 

    « Il nous paraît anor­mal et même pré­ju­di­ciable qu’une réforme aus­si fon­da­men­tale et d’une telle enver­gure puisse être opé­rée par voie d’ordonnance, autre­ment dit sans débat public et contra­dic­toire. Sous la Cin­quième Répu­blique, les ordon­nances sont en effet des­ti­nées à déchar­ger le Par­le­ment des ques­tions tech­niques tou­chant à des domaines par­ti­cu­liers qui n’ont pas d’incidence poli­tique directe : pro­tec­tion de cer­taines caté­go­ries de per­sonnes, régle­men­ta­tions propres au droit de la consom­ma­tion, légis­la­tion en matière d’assurances, etc… »

    Il y a je crois erreur de la part des signataires : 

    De tout temps, sous la Vème Répu­blique, les ordon­nances ont été uti­li­sées pour prendre des déci­sions extrê­me­ment impor­tantes que ce soit en ver­tu de l’ar­ticle 16 (cir­cons­tances excep­tion­nelles), de l’ar­ticle 74–1 (appli­ca­tion – modi­fiée éven­tuel­le­ment –à la Nou­velle-Calé­do­nie et à d’autres col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales de la loi votée par le Par­le­ment), ou de la clause géné­rale de l’ar­ticle 38, qui ne com­porte aucune des res­tric­tions envi­sa­gées par les auteurs du Message.

    On ne peut cer­tai­ne­ment pas dire (sur­tout quand on pense à l’ar­ticle 16 de la consti­tu­tion ) qu’il s’a­gisse tout­jours « d’or­don­nances des­ti­nées à déchar­ger le Par­le­ment des ques­tions tech­niques tou­chant à des domaines par­ti­cu­liers qui n’ont pas d’incidence poli­tique directe » ! 

    Autant que je me rap­pelle, les décrets-lois sous les IIIème et IVème Répu­bliques étaient dans le même cas. JR

    Réponse
  8. EFFAB
  9. EFFAB

    (actua­li­té)

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....