[Désespéré par l’efficacité du piège de l’élection] Je n’arrive pas à mettre mes frères humains AU TRAVAIL pour devenir (vraiment) des citoyens constituants

29/04/2022 | 12 commentaires

.

Sep­tembre 2014… Plus de 40 mil­lions de vues pour cette courte vidéo… mais c’est mani­fes­te­ment insuf­fi­sant : je n’ar­rive PAS à enga­ger les gens dans un TRAVAIL consti­tuant : ils trouvent tous cette IDÉE for­mi­dable… (ils me prennent dans leurs bras dans la rue quand ils me recon­naissent et me remer­cient cha­leu­reu­se­ment d’a­voir « chan­gé leur vie », car­ré­ment), MAIS AUCUN (ou presque) ne s’en­traîne per­son­nel­le­ment, avec ses cou­sins, ses voi­sins, ses copains…„ comme je le recom­mande pour­tant avec insis­tance : ça ne fonc­tion­ne­ra que si on tra­vaille à deve­nir TOUS CONTAGIEUX, pour deve­nir TRÈS NOMBREUX autour d’une CAUSE COMMUNE : « on veut défi­nir nous-mêmes les règles de notre repré­sen­ta­tion ».

Même enthou­siastes pour cette idée, les gens ne se mettent pas au bou­lot. Donc, cette idée est mau­vaise, mani­fes­te­ment. Elle ne fonc­tion­ne­ra pas. C’est une belle graine qui ne germe pas. Ou pas assez. Pas assez vite.

Notre espèce n’est pas capable de prendre elle-même en charge l’a­na­lyse et l’ins­ti­tu­tion de sa propre représentation.

Notre espèce est donc, en consé­quence, vouée à être domi­née et exploi­tée (et mas­sa­crée) par ceux-là mêmes qui pré­tendent la repré­sen­ter et qui s’in­crustent — sans aucune résis­tance popu­laire — dans le pro­ces­sus constituant.

Je vais encore essayer, sans doute empor­té par l’ha­bi­tude de tant d’an­nées d’o­pi­niâ­tre­té, mais voir les Fran­çais réélire leur bour­reau, car­ré­ment, me déses­père, littéralement.

Déso­lé de vous avoir fait perdre tant de temps, j’y croyais vraiment.

Fra­ter­nel­le­ment.

Étienne.
_______

[Edit 29–4 7h30]] PS : je viens de répondre ceci à un commentaire :

Ne cher­chez pas un ate­lier exis­tant : CRÉEZ LE VÔTRE.
Avec vos voi­sins, vos copains, vos cousins…
Créez des NOUVEAUX VENUS, (tout près de) chez vous ; comme ça, ça peut durer plus long­temps parce que c’est SIMPLE (et joyeux).
Ceci est essentiel.
Excu­sez-moi d’in­sis­ter, même si je vois bien que c’est sans effet.

PPS : mer­ci pour tous vos gen­tils mes­sages, ça fait du bien, ça aide à tenir, évi­dem­ment. Même si on n’ar­rive pas à empê­cher le vrai fas­cisme 2.0 d’a­van­cer, on est les neu­rones d’un cer­veau col­lec­tif utile et attachant.
_______

[Edit 8h15] Autre réponse à un commentaire :

Com­ment ça va se pas­ser, concrè­te­ment ? Il faut deve­nir NOMBREUX. Nom­breux au point que les hommes armés (les poli­ciers, les gen­darmes, les mili­taires, les agents de ren­sei­gne­ment…), à force de voir TOUT LE MONDE se trans­for­mer en citoyens consti­tuants, même leurs parents (!), mêmes leurs enfants (!), mêmes leurs copains (!), tous leurs voi­sins (!), vont com­prendre que c’est toute la socié­té (dont ils se pensent, dans la plu­part des cas, sin­cè­re­ment les pro­tec­teurs – ceci est impor­tant) qui est en train de se trans­for­mer et qui VEUT cette révo­lu­tion, et c’est NATURELLEMENT, logi­que­ment, que les mili­taires vont lever les crosses, que les poli­ciers vont reti­rer leur casque, et ALORS, plus rien ne pro­té­ge­ra les tyrans.

Mais pour être nom­breux, il faut qu’on s’en occupe TOUS, tout le temps (je ne suf­fis pas à la tâche, évi­dem­ment) : à chaque occa­sion, conta­mi­ner (gen­ti­ment) de nou­veaux INCONNUS, de nou­veaux ENDORMIS, avec l’i­dée démo­cra­tique conta­gieuse : notre cause com­mune, c’est que, pour que tout change, il faut qu’on apprenne à déci­der nous-mêmes des règles de notre repré­sen­ta­tion poli­tique (et qu’on l’ap­prenne aus­si à nos enfants).


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​9​8​7​3​1​7​7​5​1​2​317


Tweet cor­res­pon­dant à ce billet :


Tele­gram cor­res­pon­dant à ce billet :
https://t.me/chouard/594


 

Catégorie(s) de l'article :

12 Commentaires

  1. Calliope

    Cher Étienne,

    Il me semble que tu te fais du mal inuti­le­ment, car tu éva­lues l’é­chec de tes actions en mesu­rant les mau­vaises données.

    La mau­vaise don­née : le nombre de per­sonnes que tu ren­contres s’é­tant entrai­nées à constituer.
    Tu aime­rais que davan­tage de per­sonnes te répondent « oui » à ta ques­tion « T’es-tu déjà entrai­né à constituer ? ».

    En quoi ce nombre est-il une bonne don­née pour mesu­rer l’a­van­ce­ment de notre cause ?

    Peut-être que si tu arrê­tais de consi­dé­rer cette don­née pour mesu­rer ton suc­cès, tu dépri­me­rais moins et tu (t’)affligerais moins.

    Voi­ci les don­nées que j’u­ti­lise pour mesu­rer le suc­cès de notre cause commune.

    1. Le nombre de per­sonnes qui disent « oui » à « Faut-il que les citoyens puissent modi­fier la consti­tu­tion par Réfé­ren­dum d’I­ni­tia­tive Citoyenne ? ».

    Voir le der­nier son­dage à ce sujet (73%) :
     

    https://​www​.espoir​-ric​.fr/​p​r​e​s​s​e​/​s​o​n​d​a​g​e​-​i​f​o​p​-​2​0​2​2​-​p​o​u​r​-​e​s​p​o​i​r​-​r​i​c​-​l​e​s​-​f​r​a​n​c​a​i​s​-​e​t​-​l​e​-​r​i​c​-​c​o​n​s​t​i​t​u​ant

    Et au-delà du constat…

    2. Le nombre de per­sonnes qui se placent en situa­tion d’ob­ser­va­tion et d’at­tente d’une bonne oppor­tu­ni­té de pas­ser à l’ac­tion pour défendre cette cause commune.

    Voir les asso­cia­tions (500 000 per­sonnes envi­ron au total qui ont don­né leurs coor­don­nées de contact et qui sont poten­tiel­le­ment mobilisables) :
      

    https://​www​.ric​-france​.fr

    Et après observation…

    3. Le nombre de per­sonnes qui agissent effec­ti­ve­ment pour notre cause commune.
     
    Voir une par­tie de leurs actua­li­tés :
     

    https://​conver​gence​.ric​-france​.fr/​g​a​z​e​tte

    Je ne dis pas que tout va bien, que nous sommes assez à agir, que nous sommes à deux doigts de don­ner le pou­voir consti­tuant au peuple…

    Ce n’est pas le cas, il y a beau­coup de chemin.

    Mais pour res­ter à la fois POSITIF et FACTUEL, c’est impor­tant de regar­der l’é­vo­lu­tion des bonnes don­nées… don­nées fac­tuelles et mesu­rables qui avancent tant bien que mal et qui sont bien plus encou­ra­geantes qu’une sta­tis­tique per­son­nelle bidon du genre « nombre de per­sonnes que tu ren­contres s’é­tant entrai­nées à constituer ».

    Dans une ten­ta­tive déses­pé­rée d’al­lé­ger ton désespoir,
    Amicalement,

    Réponse
    • Étienne CHOUARD

      Chère Cal­liope.

      C’est un point de vue ras­sé­ré­nant, merci.

      J’ai insé­ré des images sur les trois bons liens que tu as rap­pe­lés dans ton com­men­taire, pour en sou­li­gner l’importance.

      Mer­ci à tous ceux qui animent ces belles asso­cia­tions, pour votre immense tra­vail qui force le respect.

      Je me trompe quand j’ou­blie ça, pardon.

      Étienne.

      Réponse
  2. citoyensdebout

    Mon cher Étienne, ça me navre, mais je vois que vous mesu­rez comme moi la dif­fi­cul­té qu’il y a à moti­ver les gens à s’oc­cu­per de ce qui les concerne directement.
    Je vous laisse ima­gi­ner ce que ça peut être lors­qu’on tente d’é­chan­ger avec des per­sonnes comme vous lors­qu’on a une idée pour faci­li­ter un peu le tra­vail pour tout le monde.

    Il y a presque un an et demi, j’a­vais lan­cé un pro­jet pour créer un outil de tra­vail pour les assem­blées citoyennes. De mon coté, je n’ai jamais pu for­mer le plus petit groupe pour ten­ter de le déve­lop­per en com­men­çant par en éta­blir clai­re­ment le péri­mètre fonc­tion­nel. Il y a bien eu un petit groupe où nous étions trois, mais l’un deux vou­lait le trans­for­mer à sa propre idée en écar­tant des élé­ments pour­tant importants.
    Mais plus grave : je vous ai envoyé cette infor­ma­tion … et vous n’a­vez jamais don­né suite. Si ceux qui tentent de créer une dyna­mique n’é­changent pas, alors pour­quoi les autres réagi­raient davantage ?

    Alors ne vous tra­cas­sez pas avec mon idée, j’ai balan­cé ça dans la cor­beille : tout le monde s’en fout, alors que cha­cun se démerde. La démo­cra­tie, c’est quelque chose de col­lec­tif, et aucun d’entre nous ne peut le faire seul. On a donc un sacré pro­blème sur les bras, et ça s’ap­pelle l’é­goïsme géné­ra­li­sé. Ça fait long­temps que la plu­part ont balan­cé par des­sus bord la par­tie « fra­ter­ni­té » de la devise de la France, tout comme les valeurs fon­da­men­tale qui ont construit ce pays dès le bap­tême de Clo­vis, des valeurs chré­tiennes en l’occurrence.

    Réponse
  3. zedav

    « Notre espèce n’est pas capable de prendre elle-même en charge l’analyse et l’institution de sa propre représentation. »
    Cher Étienne, je crains fort, effec­ti­ve­ment, que là réside la cause (bio­lo­gique donc) des causes.
    Cré­du­li­té, sou­mis­sion et confor­misme tels qu’on les trouve en moyenne dans notre espèce, carac­té­ris­tiques sélec­tion­nées il y a très long­temps dans des contextes sociaux forts différents…

    Réponse
  4. Marie-Pierre

    Il est pos­sible, aus­si, que les résul­tats des élec­tions soient truqués.

    Réponse
    • Marie-Pierre

      Mais si MLP elle-même ne conteste pas, alors c’est plié…

      Réponse
  5. Thierry Saladin

    Cher Étienne,

    J’é­prouve le même sen­ti­ment que vous.
    Hélas, et il ne sert à rien de se voi­ler la face, rien n’a avan­cé depuis que nous nous sommes ren­con­trés à Tou­louse en mai 2017.
    Pour­tant ce com­bat est juste. Et nécessaire.

    Bien cor­dia­le­ment.

    Thier­ry Saladin

    Réponse
  6. Cerise

    Les 8 niveaux de contrôle- Les idiots utiles de Saul Alinsky :

    Rap­pe­lons qu’Hillary (Clin­ton) a fait sa thèse uni­ver­si­taire sur cet écrit et qu’Obama en parle dans ses livres.

    Saul Alins­ky est mort il y a envi­ron 43 ans, mais ses écrits ont influen­cé ceux qui contrôlent la poli­tique de notre nation aujourd’hui.
    Quelqu’un pense-t-il que ce genre de choses ne se passe pas aujourd’hui aux Etats-Unis ?
    Les 8 règles sont actuel­le­ment en jeu.
    Com­ment créer un état social par Saul Alinsky :
    Il y a huit niveaux de contrôle qui doivent être obte­nus avant de pou­voir créer un état social (sous contrôle). Le pre­mier est le plus important.
    1. Soins de san­té – Contrô­lez les soins de san­té et vous contrô­lez le peuple.
    2. Pau­vre­té – Aug­men­tez le niveau de pau­vre­té aus­si haut que pos­sible ; les pauvres sont plus faciles à contrô­ler et ne se défen­dront pas si vous leur four­nis­sez tout ce dont ils ont besoin pour vivre.
    3. Dette – Aug­men­tez la dette à un niveau insou­te­nable. Ain­si, vous pour­rez aug­men­ter les impôts, ce qui entraî­ne­ra davan­tage de pauvreté.
    4. Contrôle des armes à feu – Reti­rer la capa­ci­té de se défendre du gou­ver­ne­ment. De cette façon, vous pou­vez créer un État policier.
    5. Aide sociale – Prendre le contrôle de tous les aspects de leur vie (nour­ri­ture, loge­ment et revenus).
    6. Édu­ca­tion – Contrô­ler ce que les gens lisent et écoutent – contrô­ler ce que les enfants apprennent à l’école.
    7. Reli­gion – Reti­rer la croyance en Dieu du gou­ver­ne­ment et des écoles.
    8. Bien-être des classes – Divi­ser le peuple entre les riches et les pauvres. Cela pro­vo­que­ra plus de décon­nexion, et il sera plus facile de prendre (taxer) les riches avec le sou­tien des pauvres.
    Cela res­semble-t-il à ce qui arrive aux États-Unis d’Amérique ?
    Saul Alins­ky n’a fait que sim­pli­fier le plan ori­gi­nal de Vla­di­mir Lénine pour la conquête du monde par le com­mu­nisme, sous la domi­na­tion russe. Sta­line décri­vait ses conver­tis comme des “idiots utiles”.
    Les idiots utiles ont détruit chaque nation dans laquelle ils ont pris le pou­voir et le contrôle. Cela se pro­duit actuel­le­ment à un rythme alar­mant aux États-Unis. “Il est dif­fi­cile de libé­rer les idiots des chaînes qu’ils révèrent”.

    Réponse
  7. Dominique Gagnot

    Etienne,

    Voi­ci pour­quoi je n’ai pas écrit « ma » constitution.

    Je suis conscient de ce que le pou­voir de nos repré­sen­tants doit être enca­dré, mais suis incom­pé­tent pour écrire quelque chose de conve­nable. Je n’ai pas la tour­nure d’esprit adap­tée à ça. Je suis sec comme on dit.

    Je pro­pose que ceux qui sont doués pour les lettres et le droit écrivent des pro­jets de consti­tu­tion que TOUS nous pour­rions dis­cu­ter, rema­nier, amé­lio­rer et au final valider.

    Pour­quoi pas ?

    Domi­nique.

    Réponse
  8. Zolko

    Bon­jour Etienne,

    j’ai par­ti­ci­pé, avec toi, à plu­sieurs ate­liers consti­tuants, et je suis dans l’o­bli­ga­tion de te dire que c’é­tait voué à l’é­chec. A la fois sur la forme – c’est celui qui gueu­lait le plus fort qui avait la parole – mais sur­tout sur la forme : tous ne vou­laient qu’une sorte de com­mu­nisme-bis, une socié­té de Bisou­nours ou de Schtroumpfs où tout-le-monde-il-est-gen­til, et qua­si­ment PERSONNE ne s’é­tait inté­res­sé au par­tage des rôles du pouvoir. 

    « Déso­lé de vous avoir fait perdre tant de temps, j’y croyais vraiment. »

    Tu n’as pas à t’ex­cu­ser, l’ex­pé­rience était inté­res­sante. Main­te­nant, il fau­drait en tirer les leçons et com­prendre *pour­quoi* ça n’a pas mar­ché. Et, si pos­sible, pro­po­ser mieux. Mais, fran­che­ment, réunir quelques cen­taines ou mil­liers de volon­taires dés­œu­vrés – la plu­part des par­ti­ci­pants étaient soit des étu­diants soit des chô­meurs – ne peut pas être le point de départ pour l’or­ga­ni­sa­tion d’une société. 

    Selon mon expé­rience, in fine, les gens ne veulent pas la « démo­cra­tie », mais plu­tôt la jus­tice et la sta­bi­li­té. Et c’est là des­sus qu’il fau­drait foca­li­ser le débat, pas sur une sup­po­sée « démo­cra­tie Athé­nienne » où régnait l’es­cla­vage et la ségré­ga­tion des femmes.

    Réponse
  9. Beo

    Faut peut-être com­men­cer petit bras : par exemple ma copro­prié­té doit retra­vailler ses sta­tuts. Et ils ne peuvent être chan­gés qu’à l’unanimité.

    Réponse
  10. NingúnOtro

    Étienne, ça ne fonc­tion­ne­ra jamais tel que tu veux le faire, déso­lé de devoir te le dire. La dyna­mique de masses est telle que plus tu réunis des gens, moins est le quo­tient intel­lec­tuel moyen pos­sible d’une majo­ri­té qui puisse arri­ver à des accords accep­tables (entre eux), et plus insi­gni­fiants et inutiles seront ces accords. Pour exemple, dans le cas de forums du mou­ve­ment espa­gnol du 15M, les nan­tis pro­po­sèrent de limi­ter la richesse indi­vi­duelle à 1 mil­lion d’eu­ros. Aucun des pré­sents n’es­pé­rant jamais avoir cette somme, le vote fut bul­gare… 100% d’ap­pro­ba­tion. Com­ment pou­voir réa­li­ser cela dans la vie réelle ne fut jamais discuté.

    Les gens intel­li­gents qui recon­naissent la dyna­mique à l’œuvre aban­donnent ces envi­ron­ne­ments impos­sibles… et la moyenne en quo­tient intel­lec­tuel n’en voit que du bénéfice ;(.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...