CHRIS HEDGES : « SEULE LA GRÈVE GÉNÉRALE POURRA SAUVER LES CLASSES POPULAIRES. » sur Élucid

28/04/2022 | 2 commentaires

Encore un papier for­mi­dable, sur Élu­cid — à connaître et à faire connaître :

CHRIS HEDGES : « SEULE LA GRÈVE GÉNÉRALE POURRA SAUVER LES CLASSES POPULAIRES. »

« La seule façon de mettre fin à l’at­taque mon­diale contre les droits humains des tra­vailleurs est de se syndiquer.

Ren­dons hom­mage à ces tra­vailleurs qui ont tenu tête à Ama­zon, tout par­ti­cu­liè­re­ment à Chris Smalls, décrit par l’a­vo­cat en chef d’A­ma­zon comme « pas très malin et inca­pable de s’ex­pri­mer », qui a orga­ni­sé un débrayage dans l’en­tre­pôt Ama­zon de Sta­ten Island JFK8 au début de la pan­dé­mie, il y a deux ans, pour dénon­cer des condi­tions de tra­vail dan­ge­reuses. Il a été immé­dia­te­ment licencié.

Les pres­ti­gieux avo­cats d’A­ma­zon ont tou­te­fois eu une sur­prise. Smalls a réus­si à fédé­rer dans un syn­di­cat le pre­mier entre­pôt Ama­zon du pays. Avec son cofon­da­teur Der­rick Pal­mer, ils ont mis en place leur syn­di­cat, tra­vailleur par tra­vailleur, avec peu de sou­tien exté­rieur et sans affi­lia­tion à quelque groupe syn­di­cal natio­nal que ce soit, en récol­tant 120 000 dol­lars sur GoFundMe. Selon des docu­ments fédé­raux, Ama­zon a pour sa part dépen­sé plus de 4,3 mil­lions de dol­lars rien que l’an­née der­nière, pour payer des consul­tants hos­tiles à la syndicalisation.

Nous ne devons sur­tout pas sous-esti­mer cette vic­toire. Seules la recons­truc­tion des syn­di­cats et la grève géné­rale pour­ront enrayer la spi­rale des­cen­dante et sau­ver les classes popu­laires. Aucun poli­ti­cien ne le fera pour nous. Aucun des deux par­tis au pou­voir ne sera notre allié. Les médias seront hos­tiles. Le gou­ver­ne­ment, rede­vable aux entre­prises et aux riches, uti­li­se­ra ses res­sources, quel que soit le par­ti au pou­voir à la Mai­son-Blanche, pour écra­ser les mou­ve­ments ouvriers. Ce sera une lutte longue, dou­lou­reuse et solitaire.

Nous pou­vons connaître les grandes peurs des oli­garques en regar­dant ce qu’ils cherchent à détruire : les syn­di­cats. Ama­zon, le deuxième employeur des États-Unis après Wal­mart, consacre des res­sources fara­mi­neuses pour blo­quer la syn­di­ca­li­sa­tion, exac­te­ment comme Wal­mart. Selon des docu­ments du tri­bu­nal, Ama­zon a for­mé une cel­lule de crise com­po­sée de 10 équipes, dont un groupe de sécu­ri­té com­po­sé de vété­rans de l’ar­mée, pour empê­cher Sta­ten Island de s’or­ga­ni­ser, et a éla­bo­ré des plans pour bri­ser l’ac­ti­vi­té syn­di­cale dans son « Pro­test Res­ponse Play­book » (fas­ci­cule de réponses aux mani­fes­ta­tions) et son « Labor Acti­vi­ty Play­book » (Guide des acti­vi­tés liées à la main‑d’œuvre).

Les équipes de bri­seurs de grève ont orga­ni­sé jus­qu’à 20 réunions obli­ga­toires par jour, au cours des­quelles les super­vi­seurs déni­graient les syn­di­cats. Ama­zon a uti­li­sé toutes sortes de sub­ter­fuges pour rendre impos­sible tout vote d’un syn­di­cat. Ama­zon a pla­cé des affiches hos­tiles aux syn­di­cats dans les toi­lettes. Ama­zon a licen­cié des tra­vailleurs sus­pec­tés de vou­loir s’or­ga­ni­ser. Et Ama­zon s’est appuyé sur le déman­tè­le­ment de la légis­la­tion anti­trust et de l’OSHA, ain­si que sur la cas­tra­tion du Natio­nal Labor Rela­tions Board (NLRB), qui a lar­ge­ment désar­mé les tra­vailleurs, même si le NLRB a pris quelques déci­sions en faveur des orga­ni­sa­teurs de syndicats.

« Ils nous ont trai­tés de voyous », a décla­ré Smalls aux jour­na­listes après le vote de 2 654 contre 2 131 en faveur de la créa­tion d’un syn­di­cat. « Ils ont essayé de répandre des rumeurs racistes. Ils ont essayé de dia­bo­li­ser nos per­son­na­li­tés, mais ça n’a pas mar­ché ».

Ama­zon, comme la plu­part des grandes entre­prises, n’a pas plus de res­pect pour les droits des tra­vailleurs que pour la nation. Elles évitent les impôts grâce à une série de niches éla­bo­rées par leurs lob­byistes à Washing­ton et adop­tées par le Congrès. En 2021, Ama­zon a échap­pé à envi­ron 5,2 mil­liards de dol­lars d’im­pôts fédé­raux sur le reve­nu des socié­tés, alors même qu’elle décla­rait des béné­fices records de plus de 35 mil­liards de dol­lars. Elle n’a payé que 6 % de ces béné­fices en impôt fédé­ral sur les sociétés.

Ama­zon a affi­ché des reve­nus de plus de 11 mil­liards de dol­lars en 2018, mais n’a payé aucun impôt fédé­ral et a reçu un rem­bour­se­ment d’im­pôt fédé­ral de 129 mil­lions de dol­lars. Jeff Bezos, deuxième homme le plus riche du monde, vaut plus de 180 mil­liards de dol­lars. Tout comme Elon Musk, l’homme le plus riche du monde, qui vaut 277 mil­liards de dol­lars, s’a­muse avec des fusées spa­tiales comme s’il s’a­gis­sait de jouets, et ter­mine à pré­sent les tra­vaux de son yacht qui vaut 500 mil­lions de dol­lars, le plus grand du monde.

Bezos pos­sède le Washing­ton Post. Le mil­liar­daire bios­cien­ti­fique Patrick Soon-Shiong pos­sède le Los Angeles Times. Les fonds spé­cu­la­tifs et autres socié­tés finan­cières pos­sèdent la moi­tié des quo­ti­diens des États-Unis. La télé­vi­sion est, en gros, entre les mains d’une demi-dou­zaine de socié­tés qui contrôlent 90 % de ce que les Amé­ri­cains regardent. War­ner­Me­dia, actuel­le­ment déte­nue par AT&T, pos­sède CNN et Time War­nerMSNBC est déte­nue par Com­cast, qui est une filiale de Gene­ral Elec­tric, le 11plus grand entre­pre­neur de défense des États-Unis. News Corp pos­sède le Wall Street Jour­nal et le New York Post.

Les oli­garques au pou­voir ne se sou­cient pas de ce que nous regar­dons, tant que nous res­tons fas­ci­nés par les spec­tacles futiles et char­gés d’é­mo­tions qu’ils nous offrent. Aucun de ces médias ne remet en cause les inté­rêts de ses pro­prié­taires, fussent-ils action­naires ou annon­ceurs, qui orchestrent l’at­taque contre les tra­vailleurs. Plus les tra­vailleurs devien­dront puis­sants, mieux les médias seront armés pour les contrer.

Le pre­mier article que j’ai publié dans un grand jour­nal, le Chris­tian Science Moni­tor, por­tait sur la cam­pagne de répres­sion que la socié­té amé­ri­caine Gulf and Wes­tern a menée contre l’or­ga­ni­sa­tion d’un syn­di­cat dans sa zone franche indus­trielle de La Roma­na, en Répu­blique domi­ni­caine, cam­pagne qui impli­quait l’in­ti­mi­da­tion, le pas­sage à tabac, le licen­cie­ment et l’as­sas­si­nat d’or­ga­ni­sa­teurs syn­di­caux dominicains.

L’his­toire a ini­tia­le­ment été reprise par la sec­tion Out­look du Washing­ton Post jus­qu’à ce que Gulf and Wes­tern, pro­prié­taire de Para­mount Pic­tures, menace de reti­rer sa publi­ci­té ciné­ma­to­gra­phique du jour­nal. Le Moni­tor, finan­cé par l’É­glise de la Science Chré­tienne, ne conte­nait pas de publi­ci­té. Cette his­toire a consti­tué une pre­mière et impor­tante leçon quant aux contraintes sévères impo­sées par la presse marchande.

Un an plus tôt, le New York Times avait vidé de sa sub­stance un article d’in­ves­ti­ga­tion écrit par celui qui est pro­ba­ble­ment notre plus grand jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion, Sey­mour Hersh, celui qui a révé­lé le meurtre par l’ar­mée amé­ri­caine de quelque 500 civils non armés à My Lai ain­si que la tor­ture per­pé­trée à Abu Ghraib, tra­vaillant avec Jeff Gerth lors­qu’il s’a­gis­sait de Gulf and Western.

Hersh et Gerth ont docu­men­té la manière dont Gulf and Wes­tern a pra­ti­qué la fraude, les abus, l’é­va­sion fis­cale et ont dénon­cé ses liens avec le crime orga­ni­sé. Charles Bluh­dorn, le PDG de Gulf and Wes­tern, entre­te­nait des rela­tions avec l’é­di­teur Arthur « Punch » Sulz­ber­ger, qui l’in­vi­tait notam­ment à vision­ner des films Para­mount en avant-pre­mière dans la salle de ciné­ma pri­vée du domi­cile de Bluh­dorn. Bluh­dorn s’est ser­vi de ses rela­tions au sein du jour­nal pour dis­cré­di­ter Hersh et Gerth, ain­si que pour assaillir le jour­nal de lettres accu­sa­trices et d’ap­pels télé­pho­niques mena­çants. Il a enga­gé des détec­tives pri­vés pour déter­rer des ragots sur Hersh et Gerth.

Lorsque les deux repor­ters ont publié leur article de 15 000 mots, le rédac­teur éco­no­mique en chef, John Lee, et, selon les mots de Hersh, « sa cote­rie de rédac­teurs cré­tins lèche-cul », peut-être par peur d’être pour­sui­vis, l’ont édul­co­ré. C’é­tait une chose, selon Hersh, de s’op­po­ser à une ins­ti­tu­tion publique. C’en était une autre de s’at­ta­quer à une grande entre­prise. Plus jamais il ne devait être enga­gé pour tra­vailler régu­liè­re­ment pour un journal.

Dans son livre de sou­ve­nirs, « Repor­ter », Hersh écrit :

« L’ex­pé­rience était frus­trante et exas­pé­rante. Écrire sur l’A­mé­rique des entre­prises avait sapé mon éner­gie, déçu les rédac­teurs en chef et m’a­vait angois­sé. Les entre­prises amé­ri­caines ne seraient jamais contrô­lées, telle était ma crainte : la cupi­di­té l’a­vait empor­té. Le sale affron­te­ment avec Gulf and Wes­tern avait tel­le­ment secoué l’é­di­teur et les rédac­teurs en chef que ceux qui diri­geaient les pages d’é­co­no­mie avaient été auto­ri­sés à déna­tu­rer et saper tout le bon tra­vail que Jeff et moi avions fait. Je ne pou­vais man­quer de me deman­der si les rédac­teurs en chef avaient été infor­més des liens per­son­nels qui exis­taient entre Bluh­dorn et Punch. Quoi qu’il en soit, il était clair pour Jeff et moi que le cou­rage dont le Times avait fait preuve en affron­tant la colère d’un pré­sident et d’un pro­cu­reur géné­ral lors de la crise des Penta­gon Papers en 1971 ne serait plus de mise face à une bande d’es­crocs du monde des affaires… »

Les États-Unis ont connu les guerres ouvrières les plus vio­lentes du monde indus­tria­li­sé : des cen­taines de tra­vailleurs ont été assas­si­nés par des hommes de main et les milices des entre­prises, des mil­liers d’autres ont été bles­sés et des dizaines de mil­liers ont été mis sur liste noire. Les luttes pour la créa­tion de syn­di­cats, et avec ceux-ci pour des salaires décents, des avan­tages sociaux et la pro­tec­tion de l’emploi, se sont sol­dés par des rivières de sang ouvrier et d’im­menses souf­frances. La for­ma­tion de syn­di­cats, comme par le pas­sé, entraî­ne­ra une longue et vio­lente guerre de classe. L’ap­pa­reil de sécu­ri­té et de sur­veillance, y com­pris le Home­land Secu­ri­ty et le FBI, sera déployé, ain­si que des sous-trai­tants pri­vés et des voyous enga­gés par les entre­prises, pour sur­veiller, infil­trer et détruire les mou­ve­ments en faveur d’une syndicalisation.

Pen­dant un cer­tain temps, grâce aux syn­di­cats, il a été pos­sible de mettre en place un salaire don­nant accès à la classe moyenne aux ouvriers de l’au­to­mo­bile, aux conduc­teurs de bus, aux élec­tri­ciens et aux ouvriers du bâti­ment. Mais ces avan­cées ont été réduites à néant. Si le salaire mini­mum avait sui­vi le rythme de la hausse de la pro­duc­ti­vi­té, comme le sou­ligne le New York Times, aujourd’­hui les tra­vailleurs gagne­raient au moins 20 dol­lars de l’heure.

L’or­ga­ni­sa­tion nais­sante chez Ama­zon, Star­bucks, Uber, Lyft, John Deere, Kel­logg, l’u­sine Spe­cial Metals de Hun­ting­ton, en Vir­gi­nie occi­den­tale, appar­te­nant à Berk­shire Hatha­way ; REI, le syn­di­cat des char­pen­tiers du Nord-Ouest, Kro­ger, les ensei­gnants de Chi­ca­go, de Sacra­men­to, de Vir­gi­nie occi­den­tale, d’Ok­la­ho­ma et d’A­ri­zo­na ; les tra­vailleurs de la res­tau­ra­tion rapide, des cen­taines d’in­fir­mières à Wor­ces­ter, dans le Mas­sa­chu­setts, et les membres de l’Al­liance inter­na­tio­nale des employés de scène de théâtre, sont le signe que les tra­vailleurs découvrent que le seul pou­voir réel dont ils dis­posent est celui du col­lec­tif, bien qu’un maigre 9 % de la main-d’œuvre amé­ri­caine seule­ment soit syn­di­quée. Les 1 400 tra­vailleurs d’une usine Kel­logg’s d’O­ma­ha ont obte­nu un nou­veau contrat pré­voyant des aug­men­ta­tions de salaire de plus de 15 % sur trois ans après avoir fait grève pen­dant près de trois mois l’au­tomne dernier.

La tra­hi­son de la classe ouvrière par le Par­ti démo­crate, tout par­ti­cu­liè­re­ment pen­dant l’ad­mi­nis­tra­tion Clin­ton, s’est tra­duite par des accords com­mer­ciaux qui per­met­taient aux tra­vailleurs exploi­tés au Mexique ou en Chine de prendre la place des tra­vailleurs syn­di­qués ici, sur notre ter­ri­toire. Au nom des grandes entre­prises, des lois anti-ouvrières ont été approu­vées par des poli­ti­ciens des deux par­tis au pou­voir, ache­tés et sou­doyés. La dés­in­dus­tria­li­sa­tion et la pré­ca­ri­té de l’emploi se sont pro­gres­si­ve­ment méta­mor­pho­sées en une éco­no­mie de type « gig », une éco­no­mie qui contraint les tra­vailleurs à vivre avec un salaire de sur­vie, sans avan­tages sociaux ni sécu­ri­té de l’emploi, et avec peu de droits.

Les capi­ta­listes, comme l’a sou­li­gné Karl Marx, n’ont que deux objec­tifs : réduire le coût du tra­vail, ce qui implique appau­vrir et exploi­ter les tra­vailleurs, et aug­men­ter les taux de pro­duc­tion, ce qui passe sou­vent par l’au­to­ma­ti­sa­tion, bien illus­trée par les omni­pré­sents robots tra­pé­zoïdes oranges d’A­ma­zon qui trans­portent des rayon­nages jaunes dans des entre­pôts qui font un mil­lion de mètres car­rés. Lorsque les êtres humains inter­fèrent avec ces deux objec­tifs capi­ta­listes, on les sacrifie.

La détresse finan­cière des tra­vailleurs, pris au piège de l’es­cla­vage de la dette et exploi­tés par les banques, les socié­tés de cartes de cré­dit, les socié­tés de prêts étu­diants, les ser­vices publics pri­va­ti­sés, la « gig eco­no­my », un sys­tème de san­té à but lucra­tif qui n’a pas empê­ché les États-Unis d’a­voir envi­ron un sixième de tous les décès par Covid-19 signa­lés dans le monde – bien que nous ayons moins d’un dou­zième de la popu­la­tion mon­diale – et des employeurs qui paient de maigres salaires et ne four­nissent pas d’a­van­tages sociaux, ne cesse d’empirer, en par­ti­cu­lier avec l’in­fla­tion grandissante.

Biden, tout en dis­pen­sant géné­reu­se­ment 13,6 mil­liards de dol­lars à l’U­kraine et en por­tant le bud­get mili­taire à 754 mil­liards de dol­lars, a pilo­té la fin de l’ex­ten­sion des allo­ca­tions de chô­mage, de l’aide au loyer, de la rené­go­cia­tion des prêts étu­diants, des chèques d’ur­gence, du mora­toire sur les expul­sions et main­te­nant la fin de l’ex­ten­sion du cré­dit d’im­pôt pour les familles avec enfants. Il a refu­sé de tenir ne serait-ce que ses pro­messes de cam­pagne les plus timides, notam­ment l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum à 15 dol­lars de l’heure et l’an­nu­la­tion des prêts étu­diants. Son pro­jet de loi « Build Back Bet­ter » a été vidé de sa sub­stance et pour­rait bien ne pas être relancé.

Les tra­vailleurs d’A­ma­zon, comme de nom­breux tra­vailleurs amé­ri­cains, subissent des condi­tions de tra­vail épou­van­tables. Ils sont affec­tés à des postes de tra­vail qui sont obli­ga­toi­re­ment de 12 heures. Ils n’ont pas droit à des pauses toi­lettes et doivent sou­vent uri­ner dans des bou­teilles. Ils endurent des tem­pé­ra­tures étouf­fantes dans l’en­tre­pôt en été. Il leur faut scan­ner un nou­vel article toutes les 11 secondes pour atteindre leur quo­ta. L’en­tre­prise sait immé­dia­te­ment quand ils prennent du retard. Si on ne res­pecte pas le quo­ta, c’est le licen­cie­ment immédiat.

Will Evans, dans un article d’in­ves­ti­ga­tion pour Reveal du Cen­ter for Inves­ti­ga­tive Repor­ting, a décou­vert que « la course à la vitesse de l’en­tre­prise, véri­table obses­sion, a trans­for­mé ses entre­pôts en véri­tables fabriques à bles­sés ». Will Evans a réuni des rap­ports concer­nant les bles­sures en interne pro­ve­nant de 23 des 110 « centres d’exé­cu­tion » de la socié­té dans tout le pays :

« Glo­ba­le­ment, le taux de bles­sures graves dans ces ins­tal­la­tions était plus de deux fois supé­rieur à la moyenne natio­nale consta­tée dans le sec­teur des entre­pôts : 9,6 bles­sures graves pour 100 tra­vailleurs à temps plein en 2018, contre une moyenne du sec­teur cette année-là qui était de 4. »

Ceux qui sont bles­sés, a consta­té Evans, sont « reje­tés comme des biens ava­riés ou réaf­fec­tés dans des emplois qui leur infligent davan­tage de bles­sures ».

« La pro­cé­dure interne d’A­ma­zon visant Par­ker Knight montre la cruelle rigueur du sys­tème Ama­zon, il s’a­git d’un vété­ran han­di­ca­pé qui a tra­vaillé à l’en­tre­pôt de Trout­dale, dans l’O­re­gon, cette année. Knight avait été auto­ri­sé à tra­vailler sur des périodes plus courtes après avoir été vic­time de bles­sures au dos et à la che­ville dans l’en­tre­pôt, mais [le pro­gramme de sui­vi du logi­ciel pro­prié­taire] ADAPT ne l’a pas épar­gné. En mai, à trois reprises, Knight a été signa­lé par écrit pour avoir failli à son quo­ta. Les attentes étaient pré­cises. Il devait pré­le­ver 385 petits articles ou 350 articles moyens par heure. Une semaine, il a atteint 98,45 % de son taux pré­vu, mais ce n’é­tait pas suf­fi­sant. Ce manque de vitesse de 1,55 % lui a valu son der­nier aver­tis­se­ment écrit — le der­nier avant  licenciement ».

Le New York Times a révé­lé l’an­née der­nière que régu­liè­re­ment, Ama­zon péna­lise aus­si les nou­veaux parents, les patients confron­tés à des pro­blèmes médi­caux et autres tra­vailleurs vul­né­rables en congé :

« Dans tout le pays, des tra­vailleurs confron­tés à des pro­blèmes médi­caux et à d’autres moments per­son­nels dif­fi­ciles ont été licen­ciés lorsque le logi­ciel de pré­sence les a indi­qués par erreur comme absents, selon d’an­ciens et actuels membres du per­son­nel des res­sources humaines, dont cer­tains n’ont vou­lu par­ler que sous cou­vert d’a­no­ny­mat par crainte de repré­sailles, rap­porte le jour­nal. Les rap­ports des méde­cins ont dis­pa­ru dans les trous noirs des bases de don­nées d’A­ma­zon. Les employés avaient du mal à joindre leurs res­pon­sables de dos­siers, se débat­tant dans des arbo­res­cences télé­pho­niques auto­ma­ti­sées qui ache­mi­naient leurs appels vers des employés admi­nis­tra­tifs débor­dés qui se trou­vaient au Cos­ta Rica, en Inde et à Las Vegas.

Et l’en­semble du sys­tème de ges­tion des congés était géré par un patch­work de logi­ciels qui, sou­vent, n’é­taient pas com­pa­tibles. Cer­tains tra­vailleurs qui étaient prêts à reve­nir ont décou­vert que le sys­tème était trop encom­bré pour trai­ter leur cas, ce qui leur a fait perdre des semaines voire des mois de reve­nus. Les employés de l’en­tre­prise mieux rému­né­rés, qui devaient navi­guer dans les mêmes sys­tèmes, ont consta­té que l’or­ga­ni­sa­tion d’un congé de rou­tine pou­vait se trans­for­mer en un véri­table imbroglio. »

La classe diri­geante, par le biais de gou­rous du déve­lop­pe­ment per­son­nel comme Oprah, de pré­di­ca­teurs d’un « évan­gile de pros­pé­ri­té » et de l’in­dus­trie du diver­tis­se­ment, a effec­ti­ve­ment pri­va­ti­sé l’es­poir. Ils entre­tiennent le fan­tasme que la réa­li­té ne serait jamais un obs­tacle à ce que nous dési­rons. Si nous croyons en nous-mêmes, si nous tra­vaillons dur, si nous sai­sis­sons que nous sommes vrai­ment excep­tion­nels, nous pou­vons avoir tout ce que nous voulons.

La pri­va­ti­sa­tion de l’es­poir est un phé­no­mène per­vers et auto­des­truc­teur. Lorsque nous ne par­ve­nons pas à atteindre nos objec­tifs, lorsque nos rêves sont irréa­li­sables, alors on nous inculque que ce n’est pas dû à une injus­tice éco­no­mique, sociale ou poli­tique, mais bien à des failles qui nous sont propres. L’his­toire a démon­tré que le seul pou­voir des citoyens passe par le col­lec­tif, sans ce col­lec­tif nous sommes ton­dus comme des mou­tons. C’est une véri­té que la classe diri­geante passe beau­coup de temps à occulter.

Toute avan­cée que nous fai­sons en matière de jus­tice sociale, poli­tique et éco­no­mique est immé­dia­te­ment atta­quée par la classe diri­geante. Cette der­nière gri­gnote petit à petit les acquis que nous obte­nons, c’est ce qui s’est pro­duit après la pro­gres­sion des mou­ve­ments de masse dans les années 1930 et plus tard dans les années 1960. Les oli­garques cherchent à étouf­fer ce que le poli­to­logue Samuel Hun­ting­ton avec cynisme a appe­lé « excès de démo­cra­tie ». C’est ce qui a conduit le socio­logue Max Weber à qua­li­fier la poli­tique de vocation.

La trans­for­ma­tion sociale ne peut être obte­nue sim­ple­ment par le biais du vote. Elle exige un effort sou­te­nu, conti­nuel. Il s’a­git d’une lutte sans fin pour un nou­vel ordre poli­tique, qui requiert le dévoue­ment de toute une vie, la capa­ci­té de s’or­ga­ni­ser pour tenir en échec les excès rapaces du pou­voir et le sens du sacri­fice. Cette vigi­lance per­pé­tuelle est la clé du succès.

À l’heure où j’é­cris, la vaste méca­nique d’A­ma­zon est sans doute en train de com­plo­ter pour réduire à néant le syn­di­cat de Sta­ten Island. Le groupe ne peut pas per­mettre que ce soit un exemple de réus­site. Ama­zon pos­sède 109 « centres d’exé­cu­tion » pour les­quels la socié­té est déter­mi­née à s’as­su­rer qu’il n’y aura jamais de syn­di­ca­li­sa­tion. Mais, si nous ne nous lais­sons pas aller à la faci­li­té, si nous conti­nuons à nous orga­ni­ser et à résis­ter, si nous joi­gnons nos forces à celles de nos alliés syn­di­qués dans tout le pays, si nous sommes capables de faire grève, alors nous avons une chance.

Chris Hedges

Article tra­duit et repro­duit avec l’autorisation de Chris Hedges.
Date de publi­ca­tion ori­gi­nale : 04/04/2022 – Scheer­post

 


 

Cet article de Chris Hedge (que j’aime lire depuis des années, et que nous pou­vons tous lire en fran­çais grâce au tra­vail for­mi­dable d’O­li­vier Ber­ruyer et de son équipe des crises​.fr) me fait pen­ser à deux autres outils d’é­du­ca­tion popu­laire impor­tants (dont je vous parle depuis longtemps) :

• Le magni­fique film de Mar­tin Ritt, « Nor­ma Rae », en 1979 :

Norma Rae Union

(Union signi­fie Syn­di­cat en français)

Ce film est à voir abso­lu­ment, à ache­ter et à mon­trer à nos enfants et à leurs amis.

• Le livre de Gré­goire Cha­mayou « La socié­té ingou­ver­nable. Généa­lo­gie du libé­ra­lisme auto­ri­taire », livre essen­tiel pour la mémoire des luttes, à lire le crayon à la main, pour com­prendre en pro­fon­deur le tra­vail métho­dique (véri­table com­plot contre le bien com­mun) des patrons contre les tra­vailleurs, ici depuis les années 70 :


https://​lafa​brique​.fr/​l​a​-​s​o​c​i​e​t​e​-​i​n​g​o​u​v​e​r​n​a​b​le/

Étienne.

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

2 Commentaires

  1. Dboumghar

    Quid de la France ?
    N’im­porte qui SAIT que la CGT et tous les syn­di­cats roulent pour l’é­tat et uni­que­ment l’état.
    Cet article confonds allè­gre­ment oli­gar­chie ; depp-state avec quelques milliardiares.
    On vou­drait camou­fler la véri­table iden­ti­té du depp-state que l’on fe ferait pas autrement.
    Nulle part il ne montre com­ment une grève géné­rale pour­rait être bénéfique.
    On est en grève géné­rale for­cée depuis 2 ans et demi pour pas mal de monde et pour quel résultat ?
    Tous ces réflexes de gauche bien pen­sante sont dépas­sés et has-been ; il fau­dra vraie­ment trou­ver autre chose.

    Il point bien le fait de l’au­to­ma­ti­sa­tion et quelle pro­po­si­tion fait-il ? Aucune.
    Tout le monde sait que la meme gauche bien pen­sante hurle quand on parle de reve­nus uni­ver­sels incon­di­tion­nel pour garan­tir l’in­dis­pen­sable dorit de vivre et d’ex­pri­mer son libre-arbitre dans les temps modernes.
    Ils agissent comme relais des oli­gar­chies pone pré­sen­ter le reve­nu uni­ver­sel que comme condi­tion­nel et contre contrôles permanents.

    Il y a une vraie réfléxion à faire car c’est comme confondre droit de vote avec obli­ga­tion de vote.
    Un rac­cour­ci trop facile pour les faibles d’esprit.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....