Insurrection violente ou pas ? (+ Monnaie + Francis Cousin) Entretien avec Jean-Christophe Chavanon

9/05/2020 | 26 commentaires

J’ai pas­sé un moment avec Jean-Chris­tophe Cha­va­non, hier soir au calme :

On a évo­qué les aspi­ra­tions actuelles (com­pré­hen­sibles) à la vio­lence insur­rec­tion­nelle, et l’al­ter­na­tive non vio­lente de notre muta­tion géné­rale en citoyens consti­tuants, deve­nus enfin méfiants de tous les pou­voirs, par prin­cipe et par méthode.

Il n’est pas sur­pre­nant, il est même logique et pré­vi­sible, que les hommes forts (aspi­rant à un pou­voir sans par­tage) méprisent et com­battent cette idée alter­na­tive, pour­tant pro­met­teuse, du point de vue popu­laire, si on la com­prend bien. 

Tâchez d’in­vi­ter la consti­tu­tion dans la plu­part de vos conver­sa­tions avec des incon­nus, et advienne que pourra.

Étienne.

PS : on aus­si par­lé de mon­naie et de créa­tion moné­taire sous contrôle populaire.

PPS : on a aus­si dit quelques mots de Fran­cis Cousin.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​face​book​.com/​s​t​o​r​y​.​p​h​p​?​s​t​o​r​y​_​f​b​i​d​=​1​0​1​5​8​2​1​2​5​9​8​0​7​7​3​1​7​&​i​d​=​6​0​0​9​2​2​316

Insurrection violente ou pas ? (+ Monnaie + Francis Cousin) Entretien avec Jean-Christophe Chavanon

Catégorie(s) de l'article :

26 Commentaires

  1. rognon

    Bon­jour
    après votre dis­cours sur la violence
    se serai inté­res­sant de connaitre votre opi­nion sur ce qu est entrain de mettre en place Michel onfray
    et s il vous invi­tai a y par­ti­ci­per iriez-vous
    mer­ci pour ce que vous faites
    on vous suit depuis le début

    Réponse
  2. Rollet Dominique

    Bon­jour j’ai écou­té votre inter­view sur le doute du pou­voir et le contre­pou­voir. Féli­ci­ta­tion pour votre réflexion étayée. À pro­pos de la mon­naie que pen­sez-vous de la pré­di­ca­tion de l’effondrement de l’euro par Fran­cois Asse­li­neau et d’autres éco­no­mistes suite au juge­ment du tri­bu­nal de Karls­ruhe du 5 mai 2020
    Pour lut­ter contre les médias infeo­da­lises aux pou­voirs j’ai adhé­ré au futur jour­nal Front Popu­laire de Michel Onfray. Espé­rons une démo­cra­tie plus participative.

    Réponse
  3. joss

    « A PRIMER ON MONEY » (docu­ment en anglais) explique dans un lan­gage simple le fonc­tion­ne­ment de notre sys­tème moné­taire et indique les domaines dans les­quels une réforme est néces­saire. Il s’a­git d’un rap­port de la sous-com­mis­sion du Congrès rédi­gé par le membre du Congrès Wright Pat­man en 1964.
    https://​books​.google​.be/​b​o​o​k​s​?​i​d​=​1​W​Z​F​A​Q​A​A​M​A​A​J​&​h​l​=fr

    le sup­plé­ment « 169 ques­tions et réponses » :
    http://​usa​-the​-repu​blic​.com/​b​a​n​k​s​/​M​o​n​e​y​_​F​a​c​t​s​_​(​Q​_​&_A).html

    Réponse
  4. JAK

    1170 mono­ie « argent »
    1181–90 mono­ie « pièce de métal ser­vant aux échanges, frap­pée par une auto­ri­té souveraine »
    1230 mon­noie dou païs
    1245 mon­noie « droit de battre monnaie »
    1296 monae corante
    1297 bone mousnoie
    2emoitié xiiies. fig. fausse monoie
    1305 monoye blanche
    1365 petite mon­noie « ensemble de pièces de faible valeur »
    fin xives. « ensemble de pièces repré­sen­tant la valeur d’une seule pièce »
    1653 fig. payer en la même mon­naie « don­ner une chose équi­va­lente, de même nature »
    1671 mono­ie « lieu des­ti­né à la fabri­ca­tion des monnaies »
    1690 (Fur.: Il y a deux sortes de mon­noyes, l’une réelle, comme sont toutes les espèces qui ont cours ; l’autre ima­gi­naire et de compte, inven­tées pour la faci­li­té du com­merce, ou de la supputation)

    Du lat. Mone­ta, d’a­bord « mère des muses », sur­nom de Junon, puis nom du temple qui lui était dédié à Rome et où l’on fon­dait la mon­naie, d’où les sens « hôtel de la mon­naie » et « argent mon­nayé », éga­le­ment att. en lat. médiév. au sens de « droit de battre mon­naie » (ca 820 ds Nov. Gloss.). L’é­ty­mol. pop. a rap­pro­ché à tort Mone­ta de monere « aver­tir », v. Ern.-Meillet.

    https://​www​.cnrtl​.fr/​e​t​y​m​o​l​o​g​i​e​/​m​o​n​n​aie

    Réponse
  5. joss

    La mon­naie devrait être gérée comme un bien com­mun. Ce n’est pas parce qu’une mino­ri­té en a fait leur mono­pole et nous l’im­pose que le concept de mon­naie est mau­vais en soi. Quand cer­tains refusent l’u­ti­li­sa­tion de mon­naies pour une future socié­té, quelles fonc­tions de celle-ci refusent-ils ? le moyen d’é­change ? l’u­ni­té de compte ? la réserve de valeur ? la spé­cu­la­tion ? Quel type de mon­naie refusent-ils ? une mon­naie dette ? sa ges­tion monopolistique ?
    J’ai comme l’im­pres­sion qu’ils refusent « la mon­naie » comme s’il exis­tait qu’un seul type de mon­naie, la mon­naie des puis­sants (ou des tyrans).

    Réponse
    • joss

      Ce n’est pas parce qu’un outil est uti­li­sé contre l’in­té­rêt com­mun que cet outil est mau­vais en soi. C’est son uti­li­sa­tion qu’il faut changer.
      Ima­gi­nons « le feu » comme outil. Il nous sert de moyen de cuis­son des ali­ments, mais peut être uti­li­sé aus­si pour brû­ler la mai­son du voi­sin, brû­ler nos forêts, etc… Ce n’est pas parce que cer­tains l’u­ti­lisent « mal » que nous devons le bannir.

      Réponse
    • ève

      Il fau­drait écrire une consti­tu­tion rien que pour la sou­ve­rai­ne­té moné­taire , avec tous les ingré­dients de l’autre consti­tu­tion natio­nale : un pôle contrôle com­po­sé de toutes les ficelles pour la main­te­nir dans l’é­tat sans qu’on puisse lui enle­ver une pié­cette , sans qu’elle soit une mon­naie d’é­change contre des armes , contre des hommes ( escla­vage) , contre tout ce qui ne pas et qui appar­tient à l’humain !

      Réponse
  6. aleste81

    Mr Chouard, les pères fon­da­teurs amé­ri­cains ont écrit le second amen­de­ment (les armes) jus­te­ment pour défendre le pre­mier. Vous n’ob­tien­drez rien sans vio­lence, sans force, toute l’his­toire le démontre.

    Réponse
  7. Renaud

    Ci-des­sous ces deux extraits de deux articles écrit par le très regret­té Jan­pier Dutrieux, finan­cier remar­quable, qui nous a hélas quit­té en février 2019. Il pro­dui­sit de nom­breuses études finan­cières et moné­taires si bonnes pour la Jus­tice dans les échanges éco­no­miques et sociaux. Entre autres, en par­ti­cu­lier avec les études et les inves­ti­ga­tions docu­men­tées du Major Dou­glas sur le Cré­dit-Social, alias Démo­cra­tie Économique. 

    sur Schwa­nen­kir­chen (Alle­magne)
    la Wara
    (.…)
    1931–1932. Il faut ajou­ter que dans toute l’Al­le­magne, des mil­liers de com­mer­çants l’ac­ce­ptèrent et que d’autres com­mu­nau­tés comp­taient appli­quer ce sys­tème moné­taire. Disons encore que ce mou­ve­ment eut une cer­taine influence en Alle­magne : il com­bat­tit la poli­tique défla­tion­niste du gou­ver­ne­ment Bro­ning et beau­coup de gens trou­vèrent du travail.

    Mais le gou­ver­ne­ment se mit à s’oc­cu­per de l’af­faire sous pré­texte que la « wara » était une mon­naie et son émis­sion en contra­ven­tion avec un droit que seul l’É­tat pos­sède. Au tri­bu­nal, la « wara » gagna le pro­cès. Mais le gou­ver­ne­ment conti­nua son oppo­si­tion en pré­ten­dant qu’elle pou­vait conduire à une dan­ge­reuse infla­tion… hélas ! le gou­ver­ne­ment ne sut pas faire la dis­tinc­tion entre infla­tion qui part à zéro pour atteindre des chiffres astro­no­miques et la modeste « wara » qui part au bord du pré­ci­pice pour rame­ner l’économie sur la terre ferme sans pour cela deman­der une aide exté­rieure… Fina­le­ment, l’ar­bi­traire peut arrê­ter le bon sens : la wara fut inter­dite. Le résul­tat ne se fit point attendre : Schwa­nen­kir­chen et les autres vil­lages pour les­quels la wara était « le fluide vital » de la machine éco­no­mique furent de nou­veau réduits au marasme complet…

    Un décret du Chan­ce­lier Brû­ning (der­nier chan­ce­lier alle­mand avant l’ar­ri­vée de Hit­ler) en date du 30 octobre 1931, inter­dit for­mel­le­ment en Alle­magne l’u­sage de la wara, de la mon­naie tim­brée et des bons d’é­changes en géné­ral… La France ne s’est pas mon­trée plus libé­rale que l’Al­le­magne puis­qu’elle inter­dit le fonc­tion­ne­ment des « Mutuelles d’é­changes » que quelques pion­niers fran­chistes avaient ins­ti­tuées dans notre pays…

    *

    sur Wör­gl (Autriche, même époque que la wara)
    (.…)
    Au 1er jan­vier 1933 (Hit­ler arri­va au pou­voir le 30 jan­vier 1933), Wôr­gl avait une nou­velle piste de ski (trem­plin) et une pis­cine… Un nou­veau pont en ciment armé por­tait l’inscription : « Construit en 1933 avec de l’argent libre ».
    Déjà plu­sieurs com­munes voi­sines allaient être admises par Wôr­gl dans le sys­tème. C’est alors qu’une plainte contre le maire de Wôr­gl fut dépo­sée à la Cour suprême de Vienne… Le Conseil muni­ci­pal contre-atta­qua… en prouvant :
    – que la com­mune avait pu payer tous ses arré­rages sur les impôts (120.000 schillings),
    – qu’elle avait réus­si à exé­cu­ter bon nombre de tra­vaux publics de pre­mière nécessité,
    – que le chô­mage avait été com­plè­te­ment résorbé,
    – que l’économiste amé­ri­cain, le pro­fes­seur Irving Fisher, de l’Université de Yale, avait envoyé en décembre 1932 une com­mis­sion pour étu­dier cette expérience,
    – qu’il ne s’agissait que d’une « mon­naie auxi­liaire » et non d’une mon­naie véritable. 

    Rien n’y fit ! De pro­cès en pro­cès, la Banque d’Autriche plai­da l’atteinte à son pri­vi­lège d’émission par cette mon­naie « héré­tique » (sic). La com­mune fut obli­gée de reti­rer ces « bons »…
    La manière dont le tri­bu­nal a débou­té Wôr­gl de son recours montre qu’elle recon­nais­sait les effets très posi­tifs de cette expé­rience, qui avait conduit à une reprise éco­no­mique rapide, mais qu’elle refu­sait de la lais­ser pour­suivre, ren­voyant de ce fait les citoyens à la misère.

    Réponse
  8. Vincent

    Quel­qu’un peut-il m’ex­pli­quer com­ment on pour­rait mettre en place le RIC sans une révo­lu­tion ? Com­ment on peut reprendre les médias aux capi­ta­listes (expro­pria­tion) sans Révo­lu­tion ? J’ai­me­rais bien qu’il soit pos­sible de chan­ger ce monde sans une Révo­lu­tion mais celà ne semble pas pos­sible. Pour mettre en place le RIC qui nous per­met­trait de sor­tir du capi­ta­lisme il fau­drait en être sor­ti. Peut-être que si on était 10 mil­lions dans la rue à récla­mer le RIC… mais à ce moment plus besoin du RIC, on pour­rait direc­te­ment fon­der la nou­velle socié­té. J’ai­me­rais bien com­prendre où je me trompe comme dirait Etienne.

    Réponse
    • Nicolas RP2.0

      Bon­jour Vincent 🙂

      Pour avoir pas mal écou­té Chouard, son point de vue sur le RIC est qu’il est utile dans une socié­té où le peuple n’a aucun pou­voir direct telle que la notre. Ca per­met prin­ci­pa­le­ment de com­men­cer à faire d’une socié­té aris­to­cra­tique une socié­té démo­cra­tique, c’est un pre­mier pas vers la démocratie.

      En revanche le RIC n’est pas utile dans le cas où la « révo­lu­tion » qui sera fata­le­ment « vio­lente » à un moment, mais qui se base prin­ci­pa­le­ment sur une évo­lu­tion des men­ta­li­tés de l’en­semble des humains. Le prin­cipe est que ce n’est pas aux hommes de pou­voir d’é­crire les règles du pou­voir, ce pou­voir ne doit pas reve­nir aux repré­sen­tants mais aux repré­sen­tés, aux citoyens, au peuple.
      C’est au peuple d’é­crire lui-même sa consti­tu­tion et d’ins­ti­tuer sa puis­sance poli­tique et de la méthode de contrôle de la repré­sen­ta­tion, si repré­sen­ta­tion il y a toujours.

      Le RIC est envi­sa­geable comme un pre­mier pas vers la démo­cra­tie tout en res­tant dans la consti­tu­tion actuelle. La consti­tu­tion citoyenne est un stade avan­cé où le peuple aura lui-même déci­dé de défi­nir sa façon de gouverner.

      J’es­père t’a­voir éclai­ré, bonne jour­née à toi. 🙂

      Réponse
  9. joss

    La mon­naie est un outil pour vivre sur le dos des autres. Dis­cus­sion de café…
    Expli­ca­tions par Mar­touf sur l’his­toire de la mon­naie (en 23min !)
    https://youtu.be/O‑mrJEBqQYg

    Réponse
  10. Gaudefroy

    Je crois que depuis le temps, enfin, ça y est, le sys­tème poli­tique sur lequel on a réflé­chi est au point, il n’y a plus qu’à prendre le pou­voir dès la semaine prochaine.
    Non ? Bon, alors conti­nuons alors à appro­fon­dir les concepts et à par­ler au conditionnel…

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles