CRISE SANITAIRE-ÉCONOMIQUE-DÉMOCRATIQUE / CRÉATION MONÉTAIRE – Entretien avec É. CHOUARD & Charles-Henri GALLOIS

19/04/2020 | 32 commentaires


J’aime bien Charles-Hen­ri Gal­lois, il vient d’é­crire un bon bou­quin sur la pré­ten­due « Union euro­péenne », je vous le recommande.

https://​www​.fauves​-edi​tions​.fr/​i​n​d​e​x​.​a​s​p​?​n​a​v​i​g​=​c​a​t​a​l​o​g​u​e​&​o​b​j​=​l​i​v​r​e​&​n​o​=​150

Nous nous sommes un peu par­lé, il y a deux jours, à propos :
1) de « la crise sani­taire » (qui peut être vue sur­tout comme une crise des liber­tés publiques, sous pré­texte de terreur)
et 2) de la créa­tion moné­taire une fois sor­tis de l’UE.
J’ap­pré­cie le tra­vail de ce jeune homme, que je trouve très poin­tu et per­ti­nent sur l’UE, même si, clai­re­ment, on n’est pas d’ac­cord du tout (pour l’ins­tant) sur les enjeux monétaires 🙂
Voi­ci l’en­re­gis­tre­ment de l’é­change, réa­li­sé par les mili­tants de l’UPR :
https://​you​tu​.be/​4​n​T​N​w​e​0​E​i​c​M​&​f​e​a​t​u​r​e​=​y​o​u​t​u​.be
Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Catégorie(s) de l'article :

32 Commentaires

  1. Jean Molliné

    L’in­com­pré­hen­sion sur la ques­tion moné­taire est simple : Charles-Hen­ri fait une fixa­tion sur la sou­ve­rai­ne­té ban­caire alors que le sujet est la sou­ve­rai­ne­té moné­taire. Or le contrôle de la mon­naie, c’est aus­si le contrôle de la créa­tion moné­taire. Là, Charles-Hen­ri est à coté de la plaque. Reli­sez ce que j’ai écrit sur la créa­tion moné­taire dans mon essai. Éven­tuel­le­ment Étienne, joi­gnez-moi, on pour­rait en dis­cu­ter en pro­fon­deur en atten­dant la fin du confi­ne­ment et une ren­contre atten­due depuis fort longtemps.

    Réponse
  2. Jérôme

    En ce qui concerne la mon­naie, je trouve que ce débat illustre le for­ma­tage – dénon­cé par Étienne – des étu­diants des écoles de com­merce, dont est issu Charles-Henri.
    Décla­rer que les cré­dits ne sont pas de la créa­tion (et des­truc­tion) moné­taire, c’est juste nier ce qu’est la monnaie !
    Et selon Étienne, même sorte de pro­blèmes avec Vincent Brousseau…

    Réponse
  3. Dsbois

    A mon sens si l’UE est un pro­blème, c’est sur­tout ses gênes du libé­ra­lisme et du capi­ta­lisme. M. Gal­lois est adhé­rent de l’U­PR et l’U­PR pré­tend aller au fond des choses. Or l’U­PR dénonce l’ou­til de domi­na­tion (l’UE) mais jamais :
    1 – le méca­nisme de domi­na­tion (le capi­ta­lisme et le libé­ra­lisme – bien qu’en ce qui concerne le libé­ra­lisme, l’U­PR pro­pose de l’en­ca­drer – controle des capi­taux, lutte contre para­dis fiscaux ; …)
    2 – ceux qui ont mis en place cet outil et s’en servent à leur béné­fice exclusif.
    https://​www​.edi​tions​la​de​cou​verte​.fr/​c​a​t​a​l​o​g​u​e​/​i​n​d​e​x​-​L​a​_​v​i​o​l​e​n​c​e​_​d​e​s​_​r​i​c​h​e​s​-​9​7​8​2​7​0​7​1​8​2​6​7​8​.​h​tml
    https://​you​tu​.be/​J​E​O​j​9​1​N​7​tn8
    http://​ses​.ens​-lyon​.fr/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​l​e​-​p​r​i​x​-​d​e​-​l​a​-​d​e​m​o​c​r​a​t​i​e​-​e​n​t​r​e​t​i​e​n​-​a​v​e​c​-​j​u​l​i​a​-​c​age
    Quant au cré­dit, oui, c’est de la créa­tion moné­taire. On appre­nait ça en pre­mière année de sciences éco­no­miques. Et cette mon­naie est détruite au fur et à mesure du rem­bour­se­ment du capital.

    Réponse
  4. Mary

    Petite idée :
    Quand une entre­prise se crée, elle a besoin de fond propre. Pour­quoi ces fonds ne seraient pas ame­né par la Nation, après étude de ce que l’en­tre­prise veut pro­duire (uti­li­té sociale, pro­tec­tion éco­lo­gie, etc…), et « don­né » « gra­tui­te­ment ». Le mon­tant appor­té est ins­crit au bilan de l’en­tre­prise (pas­sif immobilisé).
    Pas d’emprunt avec inté­rêt à rem­bour­ser. Par contre si la pro­duc­tion s’ar­rête (l’en­tre­prise ferme ou autre rai­son), le fond propre doit être remboursé.

    Réponse
    • ève

      Excel­lente pro­po­si­tion ! Qu’en serait ‑il des impôts à payer sur les bénéfices ?

      Réponse
      • Mary

        Pas réflé­chi à cela, vous avez une idée ?

        Réponse
    • joss

      Bonne idée, ce n’est plus de la mon­naie-dette comme la mon­naie stan­dard actuelle. Il reste à voir qui décide au niveau de l’en­tre­prise et de la nation (et ce qui se cache der­rière ces concepts) et par­tir de l’i­dée du « salaire à vie », de la « coti­sa­tion », de la « pro­prié­té d’u­sage des moyens de pro­duc­tion » de Ber­nard Friot.

      Réponse
      • Mary

        Les déci­sions doivent être démo­cra­tiques. Au sein de l’en­tre­prise, les fonds propres étant four­nis par la Nation, il n’y a plus d’ac­tion­naires. Peut ima­gi­ner une direc­tion col­lé­giale avec les sala­riés, des repré­sen­tants d’associations de consom­ma­teurs, etc, etc.
        Au niveau de la nation, Etienne évo­quait dans son débat avec M. Gal­lois le sys­tème ban­caire natio­na­li­sé pour ana­ly­ser les pro­jets. Peut ensuite ima­gi­ner par Dépar­te­ment une ins­tance (tirée au sort ou autre ?) avec des repré­sen­tants d’as­so de consom­ma­teurs, d’as­sos citoyennes, etc. Des MOUVEMENTS CITOYENS ASSOCIATIFS tels que : (quelques exemples) https://​www​.coli​bris​-lemou​ve​ment​.org/ https://​france​.attac​.org/ http://​www​.atterres​.org/ Pour la science : Sciences citoyennes – https://​scien​ces​ci​toyennes​.org/ Pour l’agriculture : https://​ter​re​de​liens​.org/ … etc, la liste est longue d’associations qui connaissent la réa­li­té de la vie de ter­rain, bien plus que n’importe quel élu natio­nal, dans tout domaine pour aider à déci­der qui peut pro­duire quoi, et comment.

        Réponse
  5. joss

    Un extrait qui vient du sec­teur ban­caire en per­sonne, pour ceux qui auraient encore des doutes 😉

    Tra­duit de « Modern Money Mecha­nics »- Fede­ral Reserve Bank of Chi­ca­go (1994)

    QUI CRÉE L’ARGENT ?

    Les chan­ge­ments dans la quan­ti­té d’argent peuvent pro­ve­nir des actions du sys­tème de la Réserve fédé­rale (la banque cen­trale), des ins­ti­tu­tions de dépôt (prin­ci­pa­le­ment les banques com­mer­ciales), ou du public. Le contrôle prin­ci­pal, cepen­dant, incombe à la banque cen­trale. Le pro­ces­sus réel de créa­tion moné­taire a lieu prin­ci­pa­le­ment dans les banques*. Comme indi­qué pré­cé­dem­ment, les dettes exi­gibles des banques sont de l’argent. Ces pas­sifs sont les comptes des clients. Elles aug­mentent lorsque les clients déposent des devises et des contrôles et lorsque le pro­duit des prêts accor­dés par la les banques sont cré­di­tées sur les comptes des emprun­teurs. En l’ab­sence de réserves légales obli­ga­toires, les banques peuvent consti­tuer des dépôts en aug­men­tant les prêts et les inves­tis­se­ments tant qu’ils conservent suf­fi­sam­ment de devises pour rache­ter quels que soient les mon­tants que les déten­teurs de dépôts veulent conver­tir en mon­naie. Cette carac­té­ris­tique unique du sec­teur ban­caire a été décou­vert il y a plu­sieurs siècles.
    *Afin de décrire le pro­ces­sus de créa­tion moné­taire aus­si sim­ple­ment que pos­sible, le terme « banque » uti­li­sé dans cette bro­chure doit être com­pris comme englo­bant toutes les ins­ti­tu­tions de dépôt. Depuis la déré­gle­men­ta­tion des ins­ti­tu­tions de dépôt et la Loi sur le contrôle moné­taire de 1980, toutes les ins­ti­tu­tions de dépôt ont été auto­ri­sées à offrir des comptes d’o­pé­ra­tions rému­né­rés à cer­tains clients. Les comptes de tran­sac­tions de tous les dépo­si­taires sont sou­mis à l’o­bli­ga­tion de consti­tu­tion de réserves fixée par la Réserve Fédé­rale. Ain­si, ces ins­ti­tu­tions, et pas seule­ment les banques com­mer­ciales, ont le poten­tiel de créa­tion monétaire. 

    Réponse
  6. joss

    Sur l’influence de la banque cen­trale sur les banques commerciales…
    Extrait tra­duit de « Money and Sus­tai­na­bi­li­ty : Appen­dix A » – Ber­nard Lietaer
    « Si vous com­pre­nez cette « alchi­mie de l’argent », vous avez com­pris le plus mys­té­rieux secret de notre sys­tème monétaire.
    Selon ce sché­ma théo­rique, il semble tou­te­fois que les banques ne puissent accor­der de cré­dits que dans la mesure où elles dis­posent de réserves suf­fi­santes.
    Dans la pra­tique, cepen­dant, les banques n’at­tendent pas de réserves excé­den­taires avant de faire des cré­dits et de créer des dépôts. Au contraire, si vous êtes confron­té à un client sol­vable et à une demande de cré­dit, une banque accorde le cré­dit. Elle s’ef­force ensuite d’ob­te­nir les réserves néces­saires pour faire face aux exi­gences légales. Si les banques sont glo­ba­le­ment à court de réserves obli­ga­toires, la banque cen­trale doit auto­ma­ti­que­ment les four­nir.
    En dépit des dis­cours sur la poli­tique de la Fed visant à décou­ra­ger ces cré­dits, il est tout sim­ple­ment impos­sible pour la Fed de refu­ser de four­nir les réserves néces­saires au sys­tème. En consé­quence, la quan­ti­té de mon­naie cen­trale créée est en réa­li­té contrô­lée par les banques elles-mêmes, car la banque cen­trale n’a pas vrai­ment la pos­si­bi­li­té de refu­ser de four­nir les réserves néces­saires. Son influence est limi­tée au taux d’in­té­rêt qu’elle applique sur ces réserves sup­plé­men­taires. »

    Réponse
    • Cedric

      Argu­ment super inté­res­sant. Je veux bien des réfé­rences qui l’étayent.
      Car en effet, je crois que c’est là la diver­gence de point de vue entre Etienne et Charles-Henri.
      Charles-Hen­ri attri­bue la créa­tion moné­taire à la BCE car c’est la seule qui décide du taux de créa­tion in fine dans la mesure où la banque com­mer­ciale est limi­tée par un taux de réserve et que le bilan glo­bal s’é­qui­libre par un échange de mon­naies cen­trales entre banques centrales.
      En ça Charles-Hen­ri a rai­son de par­ler de créa­tion pure uni­que­ment impul­sée par la BCE. Main­te­nant si cette der­nière ne fait que régu­la­ri­ser les besoins des banques com­mer­ciales comme dit ici, ça ne tient plus.
      Je crois qu’E­tienne ne parle pas de créa­tion moné­taire au sens glo­bal du terme, mais plu­tôt, d’al­lo­ca­tion moné­taire. Les banques com­mer­ciales décident de quelles acti­vi­tés et per­sonnes elles financent. C’est là la clé. Sa créa­tion de mon­naie fidu­ciaire est théo­ri­que­ment limi­tée par la BCE, seule sou­ve­raine de la quan­ti­té glo­bale vou­lue. Mais la banque com­mer­ciale décide de à qui elle alloue cette monnaie.
      Et effec­ti­ve­ment, en pra­tique même théo­rique, elle décide de faire usage ou non de son « droit à créer » de la mon­naie fidu­ciaire dans la limite de ses réserves et quan­ti­tés de mon­naie cen­trale émise. Et comme cette mon­naie créée est celle qui fait tour­ner l’é­co­no­mie et repré­sente envi­ron 90% de la mon­naie totale, on peut dire que les banques com­mer­ciales sont les réelles créatrices.
      Mais encore une fois, le plus impor­tant n’est pas tant qu’elle la créer (bien que la spo­lia­tion par taux d’in­té­rêt est énorme), mais plu­tôt qu’elle décide à qui la don­ner (actuel­le­ment mar­chés boursiers).

      Réponse
      • Cedric

        ERRATUM : lire « mon­naie scrip­tu­rale » à la place de « mon­naie fiduciaire »

        Réponse
  7. Jérôme

    Outre les voi­tures auto­nomes et la domo­tique à com­mande vocale, voi­ci quelques autres élé­ments du film Demo­li­tion Man de Mar­co Bram­billa (1993) : contacts phy­siques inter­dits, couvre-feu, lan­gage contrô­lé, oppo­si­tion décla­rée « ter­ro­riste » et affa­mée, popu­la­tion régu­lière pacifiée/désarmée et tra­cée, mul­ti­na­tio­nale mono­po­liste ; le tout mis en place par une oli­gar­chie hypo­crite et mafieuse après des épi­dé­mies et un confi­ne­ment généralisé.
    Je m’ar­rête là car je ne vou­drais pas qu’on fasse de paral­lèles hasardeux…

    Réponse
  8. lavin

    Sur le sujet de la créa­tion moné­taire ce Mr Charles Hen­ry part d’un pos­tu­lat qui pour lui n’est pas dis­cu­table c’est un pur libé­ral avec qui Etienne ne peut pas faire pas­ser ses idées . Etienne, l’U­PR n’est pas la solu­tion je ne com­prend pas pour­quoi tu perds du temps avec ce dis­cours impénétrable.
    De plus ce mon­sieur est un mou­lin a parole qui n’é­coute pas tes argu­ments il reste dans son dis­cours, dif­fi­cile pour nous tes audi­teurs habituels.
    Mer­ci quand même de te prê­ter à toutes ces ren­contres qui nou­sper­mettent de nous éclai­rer un peu plus à chaque fois . Ton dis­cours huma­niste, même en par­lant des banques est inau­dible par ces libéraux .

    Réponse
    • Jean Molliné

      @JPM : la réponse est conte­nue dans votre ques­tion : c’est une boule puante.
      Ça a déclen­ché pas mal d’é­changes et de dis­cus­sions entre adhé­rents et mili­tants, ça sent l’o­pé­ra­tion télé­gui­dée soi­gneu­se­ment mon­tée de l’ex­té­rieur avec l’u­sage d’une taupe peut-être même pas au cou­rant elle-même. C’est en tous cas un signe clair : l’U­PR doit com­men­cer à emmer­der sérieu­se­ment le sys­tème en place pour en arri­ver à ce genre de manœuvre.
      Mais ça ne res­te­ra pas sans suite, le simple fait que l’i­ni­tia­teur ait balan­cé ça à a rédac­tion du Figa­ro sans pour autant être iden­ti­fiable montre tout le cré­dit qu’on peut y accor­der, ce tor­chon ne publiant jamais les ana­lyses de l’U­PR mais se pré­ci­pi­tant la bave aux lèvre sur ce genre d’in­fo-pou­belle pour en faire des tonnes.

      Réponse
  9. Mozart

    La ques­tion des médias est essen­tielle dans une démocratie.
    Afin de garan­tir la plu­ra­li­té des opi­nions et la qua­li­té des infor­ma­tions et des inves­ti­ga­tions, il faut don­ner le pou­voir de leur finan­ce­ment aux citoyens.
    Com­ment ? En ins­tal­lant un méca­nisme très simple de « chèques info ».
    Chaque citoyen reçoit trois chèques par an et les donne aux médias de ses choix. (Papier ou déma­té­ria­li­sé lors de sa décla­ra­tion d impot)
    Com­ment on le finance ? Aucun surcoût
    A la place de la rede­vance audio­vi­suelle qu on sup­prime + aides directes et indi­rectes de l’É­tat qu on sup­prime également.
    Quels sont les medias concernés ?
    On sépare les médias d infor­ma­tions des médias de divertissement.
    Seuls ceux trai­tant de l info peuvent obte­nir ces chèques info.
    Publi­ci­té pla­fon­né à 25% du CA
    Sta­tut de coopé­ra­tive obli­ga­toire ou les sala­riés et jour­na­liste pos­sèdent le média. Publi­ca­tion annuelle des annon­ceurs et leur poids.
    Les médias de diver­tis­se­ment conti­nuent comme aujourd­hui mais non pas le droit de trai­ter l’ac­tua­li­té, la poli­tique, etc.
    Tous les papiers trai­tant de l’in­fo, les blog, les webtv, les 20 pre­mières chaînes de la tnt du câbles et des box inter­net si elle res­pectent les condi­tions citées plus haut et qui ont un n° de com­mis­sion pari­taire peuvent béné­fi­ciéer du CI.
    Appe­lez cette mesure comme vous voulez :
    RAC (rede­vance audio­vi­suelle citoyenne),
    chèques info,
    cmic (contri­bu­tion média­tique et d’in­for­ma­tion citoyenne)
    cic (contri­bu­tion ou chèque infor­ma­tion citoyen).

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....