QUEL SEUIL DE DÉCLENCHEMENT POUR LE RIC ? À lire ensemble, sur tous les ronds-points et tous les péages…— ou sur tous les points de repli, après avoir été délogés temporairement par la maréchaussée 🙂

15/12/2018 | 48 commentaires

Ana Sailland nous explique ici, comme d’ha­bi­tude de façon lim­pide et péné­trante, les enjeux du RIC, et sur­tout LE SEUIL DE DÉCLENCHEMENT qu’elle pré­co­nise, avec ses « CERCLES CROISSANTS ».

Vous allez voir c’est pas­sion­nant.

C’est peut-être la moda­li­té de seuil qui nous met­tra tous d’ac­cord.

Mer­ci Ana, mer­ci d’exis­ter.

Étienne.

PS : cet après-midi, vers 15 h, je retrouve les gilets jaunes de mon coin (et les autres que ça inté­resse), pour par­ler du RIC et des moda­li­tés pra­tiques dont nous avons besoin, à La Bouilla­disse 🙂 Pre­nez du papier, un crayon et votre anticonstitution 🙂 

Ana Sailland, 10 mai 2016

Ici je vais enfon­cer des portes ouvertes 🙂
Mais peut être pas que.

Le réfé­ren­dum, 
c’est cette pro­cé­dure qui per­met d’in­ter­ro­ger le peuple sur un point pré­cis.
Il peut être pen­sé au niveau local ou au niveau natio­nal.
Je n’en­vi­sage ici que le niveau natio­nal, bien que le niveau local soit le point d’en­trée natu­rel et non violent de la démo­cra­tie dans la jungle du sys­tème repré­sen­ta­tif qui la singe. Mais à chaque jour suf­fit sa peine.

Le réfé­ren­dum ((( natio­nal ))) nous est lar­ge­ment pré­sen­té, depuis l’en haut, comme un outil de la démocratie.

Voyons ça de plus près.

Concep­tuel­le­ment, il existe deux sortes de réfé­ren­dum :
1) Le réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive de la gou­ver­nance, tra­di­tion­nel­le­ment dénom­mé « réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du prince ». Là, c’est la gou­ver­nance ( en France, donc, c’est le pré­sident ) qui pose la ques­tion.
2) Le réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du peuple, tra­di­tion­nel­le­ment dénom­mé « réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire », ou « réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne ». Là, c’est le peuple qui s’in­ter­roge lui-même.

On peut « clas­ser » selon un autre mode :

Concep­tuel­le­ment, il existe deux sortes de réfé­ren­dum :
1) Le réfé­ren­dum consul­ta­tif, qui sert à inter­ro­ger le peuple, pour connaître son opi­nion, et rien de plus. Il s’a­git donc d’un réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du prince. C’est un peu mieux que les son­dages, moins sus­cep­tible de tru­cage.
2) Le réfé­ren­dum déci­sion­naire, qui de la réponse du peuple fait loi, de manière incontestable.

Cela donne donc trois possibilités :

a) Réfé­ren­dum consul­ta­tif à l’i­ni­tia­tive du prince
b) Réfé­ren­dum déci­sion­naire à l’i­ni­tia­tive du prince
c) Réfé­ren­dum déci­sion­naire à l’i­ni­tia­tive du peuple

En France, l’op­tion c n’existe pas. Ce serait pour­tant, des trois, la seule option que l’on pour­rait consi­dé­rer comme démo­cra­tique, puisque elle seule per­met­trait au peuple de se gou­ver­ner lui-même, en répon­dant à SA ques­tion, qu’il se serait posée lui-même, et dans l’op­tique que sa réponse aurait force de loi.
Notons au pas­sage qu’existe depuis peu un ersatz pom­peu­se­ment nom­mé réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire. Il s’a­git de l’ar­ticle 11. Un vrai fou­tage de gueule.
Faut il pour autant faire une croix sur le réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire, et déci­sion­naire ? Cer­tai­ne­ment pas. Mais il s’a­git d’un com­bat. Que mène l’as­so­cia­tion « article 3 ».

Jus­qu’à récem­ment, nous avions l’illu­sion que l’op­tion b était la règle. ( Réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du Prince, et déci­sion­naire)
Mais promp­te­ment après 2005, nous avons com­pris qu’en France, le réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du prince n’est fac­tuel­le­ment que consul­ta­tif. 
Le scé­na­rio est assez cocasse et il faut en peser la malhonnêteté.

Phase 1, le prince pro­pose au peuple, en lui lais­sant entendre que sa réponse aura force de loi.
Phase 2, l’empire média­tique, cul et che­mise avec le pou­voir, sou­tient à fond la pro­po­si­tion du prince.
Phase 3, on dépouille, et c’est là que la super­che­rie éclate.

Si à la pro­po­si­tion du prince la réponse du peuple est oui, alors cette réponse pro­duit loi. You­pi. 
… Et cette loi per­met­tra plus tard au prince de reje­ter toute contes­ta­tion, puisque la déci­sion ne sera pas de lui, mais du peuple « dans sa souveraineté ».

Par contre, si à la pro­po­si­tion du prince la réponse du peuple est non, alors le prince pour­ra envi­sa­ger la voie par­le­men­taire pour impo­ser sa volon­té, en modi­fiant la forme mais pas le sens, afin de faire ava­ler la pilule. Dans l’a­ven­ture, il n’au­ra per­du que l’a­van­tage de pou­voir dire : c’est pas moi, c’est vous. Mais sa volon­té aura bien pro­duit loi, sans contes­ta­tion légale et effi­cace possible.

Rete­nons, pour résu­mer, qu’en France, le réfé­ren­dum est à l’i­ni­tia­tive du Prince uni­que­ment, et qu’il n’a cer­tai­ne­ment pas pour fonc­tion de don­ner parole et pou­voir au peuple : il n’a pour fonc­tion que de faire signer par le peuple la pro­po­si­tion du prince, ce qui ren­dra plus tard et sur plu­sieurs géné­ra­tions toute contes­ta­tion qua­si impos­sible ( « com­ment ?!? vous osez vous oppo­ser à une déci­sion du sou­ve­rain peuple ?!? » ) . Et si le pro­ces­sus rate, le prince sort de sa musette d’autres outils pour impo­ser sa volonté.

Ce qu’on nous pré­sente comme un outil de la démo­cra­tie n’est donc, de fait, qu’un piège à rat.

Remède ?

Le remède est bien enten­du le réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du peuple, et déci­sion­naire, ayant force de loi, incon­tour­nable.
((( Que jamais très pro­ba­ble­ment les « « élites » n’é­cri­ront dans la consti­tu­tion, car ce serait contraire à leur inté­rêt de caste )))

Je ne vais pas tout de suite lâcher le sty­lo ( ou le cla­vier ), car cer­taine ques­tion tech­nique me tient à cœur , la ques­tion du seuil.

Si on prend l’exemple hel­vé­tique, forte est l’en­vie d’en copier les prin­cipes techniques :

Les ini­tiants ( c’est à dire les gens qui ont l’i­dée d’une ques­tion et sou­haitent la voir poser au peuple ), les ini­tiants doivent ras­sem­bler un cer­tain nombre de signa­tures de citoyens, qui par leur griffe attestent qu’ils sou­haitent que la ques­tion soit posée. Notons au pas­sage qu’on peut sou­hai­ter que la ques­tion soit posée sans sou­hai­ter que la réponse sera oui, ni qu’elle sera non. Il peut s’a­gir d’un élan démo­crate pur. Notons aus­si que le fait d’ac­cor­der sa signa­ture ou de la refu­ser est en quelque sorte un vote sur la nature du débat poli­tique ! Ain­si le peuple peut il, dans une cer­taine mesure, défi­nir col­lec­ti­ve­ment la nature du débat poli­tique. Ce qui en soi, déjà, est très riche.

Ce nombre de signa­tures sera ici appe­lé le seuil de déclen­che­ment de l’i­ni­tia­tive populaire.

Dans un pays de 60 mil­lions d’ha­bi­tants tel que la France, le choix de ce seuil est cru­cial et délicat.

Si le seuil est trop bas, une ava­lanche de réfé­ren­dums s’en­suit , la fan­tai­sie peut être pro­po­sée, voire la caco­pho­nie, et le coût du pro­ces­sus explose.

Si au contraire le seuil de déclen­che­ment est trop haut, alors, il est impos­sible à un petit groupe de per­sonnes désar­gen­tées de col­lec­ter les signa­tures néces­saires à la pro­mo­tion de son idée.
Si par exemple le seuil est de 1 % de 40 mil­lions de citoyens, alors besoin est de 400000 signa­tures. Essayez d’i­ma­gi­ner le bou­lot pour convaincre 400000 per­sonnes de signer. Autant dire que le réfé­ren­dum n’est plus d’i­ni­tia­tive citoyenne mais que l’i­ni­tia­tive est réser­vée à de puis­santes asso­cia­tions, à des par­tis, voire à des lob­bies. Le citoyen est dans les choux …

Or dans mon esprit far­fe­lu germe l’un des points qui à mon sens devrait être ins­crit en lettres d’or sur le cahier des charges de la démo­cra­tie réelle, vraie, intégrale :

Tout citoyen doit pou­voir à tout ins­tant se mêler des affaires de la cité, avec un poids non nul et cer­tain, et cela sans pré­su­mer de son assi­dui­té anté­rieure et de son inves­tis­se­ment pas­sé dans le débat et la déci­sion publiques.

Je lance donc une idée folle : le réfé­ren­dum d’initiative mono­ci­toyenne, où UN citoyen peut invi­ter la nation entière à réflexion et déci­sion ; ça décoiffe et on va me prendre pour une jobastre, non ?

L’i­dée tech­nique est toute bête pour­tant : rem­pla­cer ou dou­bler le prin­cipe du seuil de déclen­che­ment par une autre pro­cé­dure : le réfé­ren­dum à dia­mètre crois­sant.

Voi­ci l’i­dée ( mille variantes sont possibles ):

L’i­ni­tiant soli­taire, et à ses frais, consulte un espace local de son choix, rue de 1000 habi­tants mini­mum, ou vil­lage de 1000 habi­tants mini­mum, ou autre.

Si là son idée gagne , c’est à la muni­ci­pa­li­té d’or­ga­ni­ser à son échelle.

Si là de nou­veau l’i­ni­tia­tive mono­ci­toyenne est accep­tée, on passe à la région, et ain­si de suite ….

Étant enten­du qu’un échec ren­con­tré avant d’at­teindre l’é­chelle natio­nale met fin à l’aventure.

Voi­lou.

Les gens vont trou­ver com­pli­qué, et ils n’ont pas tort. Mais si la démo­cra­tie vraie est un sou­hait ardent, la démo­cra­tie à grande échelle est un pro­blème com­plexe. Jus­qu’où est on prêt à sacri­fier à la simplicité ?

___________________________________________________

Je ter­mine sur la ques­tion de l’empire média­tique. 
Les médias de masse appar­te­nant à une poi­gnée de mil­liar­daires, ils dis­posent, quoi­qu’en disent cer­tains, du pou­voir de for­ger l’o­pi­nion ( et le désir, et la libi­do, mais c’est un autre drame ).

Le réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire déci­sion­naire qui peut sem­bler la pana­cée se heurte à ce pro­blème rédhi­bi­toire, qui devra un jour être résolu.

___________________________________________________

Il fau­drait aus­si décli­ner le champ du réfé­ren­dum ( lois, consti­tu­tion, trai­tés, réfé­ren­dum révo­ca­toire, etc )

« Next time may be ». Si vous avez lu jusque là, merci:)

!!! Et n’ou­bliez pas de sou­te­nir l’as­so­cia­tion article 3 !!!

Ana Sailland.

 
« Légis­la­tif » concerne les lois, les règle­ments et les trai­tés. Étienne.

Résu­mé des Réfé­ren­dums à dia­mètres crois­sants :
(à tra­vailler ensemble sur les péages et les ronds-points)

Tout citoyen peut, par ses propres moyens, consul­ter ses concitoyens. 

Si l’échantillon consul­té (plus de 1000 per­sonnes sur une même loca­li­té, vil­lage, rue…) est favo­rable à l’initiative, la muni­ci­pa­li­té ou les muni­ci­pa­li­tés des citoyens consul­tés doivent orga­ni­ser rapi­de­ment un réfé­ren­dum municipal. 

Si le réfé­ren­dum muni­ci­pal est favo­rable à l’initiative, le dépar­te­ment dont dépend la muni­ci­pa­li­té doit orga­ni­ser rapi­de­ment un réfé­ren­dum départemental. 

Si le réfé­ren­dum dépar­te­men­tal est favo­rable à l’initiative, la nation (ou la confé­dé­ra­tion) doit orga­ni­ser un réfé­ren­dum natio­nal (ou confédéral). 

Tout résul­tat défa­vo­rable avant d’atteindre l’échelle confé­dé­rale met fin à la pro­gres­sion de l’initiative.

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

48 Commentaires

  1. rfab

    Bon­jour,
    Très inté­res­sant. Com­ment faire si deux villes votent dif­fé­rem­ment sur le même sujet ? Voir même deux dépar­te­ments ? Ima­gi­nons un refe­ren­dum sur un loi anti fraude fis­cale, il suf­fi­ra à une seule ville ( par exemple Neuilly 😉 ) de voter contre et le RIC sera fichu ? à voir
    rfab

    Réponse
    • Ronald

      Soit le sujet du RIC concerne les affaires muni­ci­pales. En ce cas, cha­cune peut fixer ses propres règles de fonc­tion­ne­ment, et les résul­tats du RIC peuvent varier d’une ville à l’autre.
      Soit le sujet du RIC a un reten­tis­se­ment natio­nal (ou régio­nal), et il faut avoir préa­la­ble­ment fixé les règles d’a­dop­tion du résul­tat, soit par la consti­tu­tion, soit pas une com­mis­sion ad hoc (par exemple, il est pré­vu que le résul­tat est adop­té si la majo­ri­té des villes l’on adop­té, ou les 23, ou l’unanimité, …)

      Réponse
    • RV

      @ rfab | 15 décembre 2018 à 19:18
      Je n’ai pas com­pris la pro­po­si­tion comme vous sem­blez la développer.
      Chaque cercle per­met de savoir si une pro­por­tion suf­fi­sante de citoyens veulent se pro­non­cer sur un sujet. On ne décide rien à chaque étape, uni­que­ment de pas­ser à l’é­tape sui­vante. L’é­tape sui­vante est par défi­ni­tion un cran au des­sus. Il ne peut y avoir deux villes en concurrence.
      Le contraire lais­se­rait la porte ouverte à ce que par exemple, il y ait un code de la route dif­fé­rent dans chaque ville selon le vote.
      Le mode de déclen­che­ment pro­po­sé se fait en cercles concen­triques, mais la loi ne sera votée ou reto­quée qu’au niveau national.

      Réponse
      • rfab

        Mer­ci RV, je pense, après relec­ture, que vous avez raison.

        Réponse
  2. Sébastien CHAMORAND

    RIC CLAIR à dia­mètre crois­sant, super.
    Cepen­dant, il fau­drait lui adjoindre sa mise en appli­ca­tion dès le bureau de vote (en France aujourd’hui max 800 à 1000 votant) où il est adop­té, puis de la com­mune, com­mu­nau­té de com­mune, dépar­te­ment région… 

    Consé­quence :
    ‑la mise en place d’une véri­table fédé­ra­tion (repo­sant sur le nombre de citoyens et non pas sur un décou­page admi­nis­tra­tif arbitraire).
    ‑cela per­met aus­si de mettre à l’épreuve du ter­rain le RIC adop­té, et d’être une véri­table expé­rience ser­vant d’exemple,
    ‑la dif­fi­cul­té pour des voleurs de pou­voir d’imposer des règles scé­lé­rates à un ensemble homo­gène de la population,
    ‑à contra­rio, cela entraî­ne­rait un véri­table mor­cel­le­ment (voir « confét­ti­sa­tion ») législative.

    Rela­ti­vi­sons, si le bureau de vote semble une struc­ture trop petite, la vali­da­tion du RIC peut ce faire au niveau de la com­mune ou du département.

    Réponse
    • RV

      une mise en appli­ca­tion autre que natio­nale est une héré­sie, ima­gi­nez un peu un pays avec autant de code de la route que de commune !

      Réponse
  3. Serios

    Il ne faut pas se faire trop d’illu­sions sur la pos­si­bi­li­té d’ap­pli­ca­tion d’un RIC en France. Puis­qu’il en va de la sur­vie des pou­voirs et des pri­vi­lèges de l’o­li­gar­chie, atten­dons nous à une lutte à la hau­teur de son refus obs­ti­né de ne pas vou­loir céder un pouce de pou­voir au peuple. D’ailleurs, toute la caste média­tique à sa botte fait tout ce qui est en son pou­voir pour le déni­grer avec des argu­ment bidons. Dès lors, il semble impé­ra­tif d’a­jus­ter nos armes à hau­teur des enjeux, et la stra­té­gie à adop­ter pour notre défense devra être assez per­cu­tante pour faire plier cette oli­gar­chie. Et les gilets jaunes doivent prendre conscience de la per­ver­si­té mani­chéenne et dia­bo­lique qu’ils vont devoir affron­ter. Autant dire que ça n’est pas demain la veille qu’un RIC sera adop­té et que la pers­pec­tive d’une révo­lu­tion n’est pas à écarter.
    En réa­li­té, c’est tout l’é­di­fice qu’il faut abattre, le RIC n’é­tant qu’une frac­tion de ce qui est à recons­truire, la caste domi­nante s’é­tant tou­jours éver­tuée à reti­rer au peuple le droit de déci­der de sa des­ti­née. Affaire à suivre !…

    Réponse
  4. domy

    bon­soir , com­ment faire pas­ser ce mes­sage si bien expli­qué aux plus grand nombres de citoyen ?

    Réponse
  5. azerty

    c’est une catas­trophe. ce qui parait évident pour les gilets jaunes ne l’est pas pour les autres, d’ailleurs çà m’a beau­coup éton­né que les GJ adoptent l’i­dée aus­si rapi­de­ment et faci­le­ment. Parce que j’ai l’ha­bi­tude de lire les réac­tions aux articles des mer­dias sur yahoo et la démo­cra­tie directe leur hérisse les poils.
    Il va fal­loir beau­coup de péda­go­gie et d’ar­gu­ments solides pour com­battre les trolls du sys­tème, parce que je soup­çonne for­te­ment qu’es­sen­tiel­le­ment les oppo­sants en sont. Mais ils influencent beau­coup les indé­cis et les gens qui découvrent.
    Ils vont lan­cer une cam­pagne de déni­gre­ment et il faut rapi­de­ment ras­sem­bler des argu­ments et contre-argu­ment et apprendre à répondre à leurs objections.
    et il faut dis­tri­buer çà aux gilets jaunes, vite.
    on les fait déjà pas­ser pour débiles men­taux anal­pha­bètes alco­lo cas­sos fei­gnants extré­mistes de droite ou de gauche pour les discréditer.
    on ferait d’une pierre 2 coup, mon­trer qu’ils sont l’in­verse de ce que les trolls disent dans les mer­dias, et convaincre les indé­cis, enter­rer les trolls.
    vite vite vite…
    faites remonter.

    Réponse
  6. Malika AM

    Bon­jour à tous amis, évo­lu­tion­naires, amis du peuple et de la nation !!!!

    D’a­bord mer­ci à tous pour vos mobi­li­sa­tions afin de court-cir­cui­ter l’é­co­no­mie et de faire entendre à l’E­tat, aux mul­ti­na­tio­nales et au monde entier que le peuple fran­çais est en vie et qu’il va faire bou­ger les lignes du libé­ra­lisme et de sa cor­rup­tion inhérente.
    Mer­ci de tout coeur !!!!
    Car je vous le dis, cela fait 30 ans que j’at­tends ce jour, 30 ans que je milite indi­vi­duel­le­ment en sus­ci­tant cette idée simple et évi­dente que nous devons prendre notre pou­voir et ces­ser d’at­tendre que l’on nous le donne, et sur­tout ces­ser ce putain de fata­lisme qui étrei­gnaient nos coeurs !!!!
    Moi je revis, je ne sais pas ce qu’il en est pour vous !!!! Je sais désor­mais et ce dans chaque cel­lule de mon corps pour­quoi je suis sur cette pla­nète. La rai­son était de pou­voir vivre ce moment plein de souffle et d’es­poir qu’est la Liber­té de Choi­sir le monde dans lequel nous sou­hai­tons vivre !!!!
    Mer­ci pour cela et pour mon espoir retrou­vé en l’humanité.

    Mali­ka

    Réponse
    • Louis

      Je par­tage abso­lu­ment. Je pen­sais jusque là ne pas avoir de fibre patrio­tique. Cette évo­lu­tion en marche enfin arri­vée donne un sens plus pro­fond à ma vie.

      Réponse
  7. jérémie

    L’i­dée est très inté­res­sante et je la trouve juste en théo­rie. Ce qui me pose une ques­tion pra­tique sur sa mise en place en com­men­çant (petit) par la muni­ci­pa­li­té : il y a tou­jours une mino­ri­té de per­sonnes « biens pla­cées « qui ont l’art et la manière de faire avor­ter cer­taines ques­tions fon­da­men­tales, ou de les tuer dans l’oeuf avant qu’elle n’ait eu le temps de germer…Comment le citoyen peut-il voir sa pro­po­si­tion pas­ser en réfé­ren­dum muni­ci­pal s’il a cet obs­tacle face à lui ? Il fau­drait peut-être avant remettre en cause le fonc­tion­ne­ment et l’or­ga­ni­sa­tion d’une muni­ci­pa­li­té : sup­pres­sion du maire, de ces élus ? créer une muni­ci­pa­li­té citoyenne ? Les pro­blèmes d’une com­mune seraient-ils réglés par réfé­ren­dum citoyen ? Reste à voir si la popu­la­tion veut s’in­ves­tir tous les jours dans les déci­sions locales pour mener cer­tains pro­jets de A à Z en plus de sa vie professionnelle…

    Réponse
    • RV

      |||||||||Excel­lente objection|||||||||||
      Si la ques­tion mise en délibération
      l’est déli­bé­ré­ment dans une commune
      qui lui est répu­tée hostile,
      cela per­met d’exclure
      un tas de pro­po­si­tions du RIC.

      Réponse
      • Eric

        +1 !!!!!!! C’est exac­te­ment ce que je pense aussi !!!!!!!!!
        Pro­po­ser des RIC et voter sur inter­net de façon sérieuse (via un site sécu­ri­sé et impar­tial, d’autres que moi savent faire…) serait une bonne façon de se libé­rer des pré­ju­gés et des bâtons dans les roues tout en sim­pli­fiant énor­mé­ment la procédure.
        Je nous vois mal toquer à 1000 portes, expli­quer notre idée 1000 fois pour obte­nir les signa­tures nécessaires.
        Je sais de quoi je parle… je l’ai fait !
        Sans par­ler du risque de fraude pour les moins honnêtes…

        Réponse
  8. Malika AM

    Quelle(s) stra­té­gie met­tons-nous en place pour l’ob­ten­tion du RIC CLAIR,
    ci-des­sous mes sug­ges­tions, res­tons concen­trer et tac­ti­ciens c’est main­te­nant que cela se joue. Pour ma part je suis déter­mi­née et adop­te­rai la direc­tion qui nous fera gagner pas dans 6 mois, cela se joue main­te­nant que le fer est bien brû­lant, ne lais­sons pas retom­ber le mou­ve­ment, ce n’est pas envi­sa­geable une seule seconde !!!!!
    SURTOUT QUE TOUT LE MONDE PARLE AU PRESENT EN NE LAISSANT AUCUN DOUTE, DECOURAGEMENT, HESITATION TRANSPARAITRE QUAND NOUS PARLONS DU RIC. C’EST TRES IMPORTANT, LES POLITICIENS SAVENT EXPLOITER LES ELEMENTS DE LANGAGE MAIS NOUS AUSSI !!!!

    Pro­po­si­tion pour Infor­mer la population :
    – Har­ce­ler les media pour que des débats de grandes audiences aient lieu.

    - Eta­blir une péti­tion, expo­sant très clai­re­ment comme l’in­fo­gra­phie sur votre site ce qu’est le RIC Clair, il fau­drait que cela soit signé par une per­sonne ayant pignon sur rue pour l’ob­ten­tion de plu­sieurs mil­liers voir mil­lions de voix je pense à vous Etienne, Ruf­fin, Besan­ce­not afin de la pré­sen­ter aux media et à l’assemblée.

    - Recen­ser les Dépu­tés et Séna­teurs sus­cep­tibles de nous aider, com­bien sont-ils ?

    - Contac­ter des juristes, avo­cats, juges, per­son­na­li­tés média­tiques, artistes
    afin de leur pro­po­ser une lettre ouvertes où ils sous­crivent au RIC CLAIR.
    Nous avons besoin de visi­bi­li­té et de sou­tient, la popu­la­ri­té des artistes nous aidera !

    PS : Léga­le­ment est-ce que le RIC peut être pré­sen­té en l’é­tat actuel au Par­le­ment sans avoir à pas­ser par la Consti­tu­tion, nous la réécri­rons en entier Etienne mais l’ur­gence est de faire adop­ter le RIC qui est la pre­mière porte à franchir.Les juristes peuvent nous dire les sub­ti­li­tés et failles de nos lois. 

    SOYONS STRATEGIQUE – NOUS GAGNERONS !!!

    Mali­ka AM

    Réponse
    • RV

      @ Mali­ka AM | 16 décembre 2018 à 14:29
      …/… Léga­le­ment est-ce que le RIC peut être pré­sen­té en l’état actuel au Par­le­ment sans avoir à pas­ser par la Constitution …/…

      Le RIC est une modi­fi­ca­tion de la Constitution.
      Il faut donc que son texte soit rédi­gé par les citoyens,
      ce n’est pas aux poli­tiques d’é­crire les règles du pouvoir,
      sans amen­de­ment pos­sible de l’AN et du Sénat.

      Réponse
      • Malika AM

        Mer­ci RV. Je m’in­té­resse à la poli­tique mais l’as­pect légis­la­tif est vrai­ment très récent et nous sommes nom­breux dans mon cas.
        Pour­quoi Ruf­fin se pro­po­sait de faire une pro­po­si­tion de Loi devant l’As­sem­blée, dans ce cas ? Par pure tech­nique poli­ti­cienne pour le FI et pou­voir l’é­crire eux-même ?

        Mali­ka AM

        Réponse
  9. Ana Sailland

    Voca­bu­laire

    Je pense qu’il est peut être mieux de réser­ver le mot seuil ( numé­rique ) pour le cas du pro­ces­sus par récolte de signature. 

    Sinon tant pis 🙂

    Réponse
  10. alainr

    Deman­der à un citoyen d’en élire un autre est aus­si absurde que de lui deman­der de déci­der sur tout. 

    De même que vou­loir convaincre des élus de lâcher leur pou­voir est aus­si vain que de deman­der à des consom­ma­teurs de lâcher leur panier. 

    Par contre, fonc­tion­ner exclu­si­ve­ment en petits groupes décen­tra­li­sés peut deve­nir un réflexe agréable et utile. 

    C’est s’au­to-limi­ter natu­rel­le­ment (comme les mon­tagnes suisses, ou les îles grecques ou véni­tiennes), pour évi­ter l’am­bi­tion et la com­pé­ti­tion indi­vi­duelles, et pour favo­ri­ser la connais­sance et l’en­vie du collectif.

    Ni seul, ni en foule, il est plus agréable de par­ler et d’é­cou­ter en petits groupes proches, convi­viaux et régu­liè­re­ment réunis, de moins de dix per­sonnes (9 maximum). 

    Si cha­cun parle 10 minutes pen­dant une ren­contre, cela fait 9×10 = 90 minutes, soit 1h30 d’échanges. 

    Si on ajoute les inévi­tables échanges hors sujet de fond, comme l’in­tro­duc­tion (règles de parole, ordre du jour, compte ren­du de la ren­contre pré­cé­dente) et la conclu­sion (qui fait quoi, date et lieu de la pro­chaine ren­contre, règles des échanges à dis­tance), alors on arrive très vite à 2h de ren­contre phy­sique au-delà des­quelles cer­tains com­mencent à décro­cher, pour des rai­sons diverses. 

    Notre condi­tion humaine nous impose une limite à envi­ron 9 per­sonnes maxi­mum, au delà de laquelle un groupe de proxi­mi­té sou­hai­tant échan­ger a vive­ment inté­rêt à se scin­der en 2 groupes. 

    Ces petits groupes, se ren­con­trant régu­liè­re­ment pour apai­ser et huma­ni­ser leurs échanges à dis­tance, ont alors le temps d’é­cou­ter et com­prendre cha­cun des membres, puis de réflé­chir et de se lier col­lec­ti­ve­ment en interne, et enfin de créer des ana­lyses et des pro­po­si­tions, et de mener des actions, de publier et de se faire connaître à l’extérieur. 

    Ensuite vient le temps de fédé­ra­tions, des ren­contres et des liai­sons entre petits groupes, avec comme outil démo­cra­tique d’or­ga­ni­sa­tion le tirage au sort, là encore, de *petites* chambres pour régu­ler, man­da­ter, contrô­ler, et sur­tout *par­ta­ger* pou­voirs et responsabilités. 

    Plu­tôt que de deman­der à tout le monde de déci­der sur tout, ce qui est inin­té­res­sant et fati­guant et pousse rapi­de­ment à délé­guer aux meilleurs, il est pos­sible de par­ta­ger au maxi­mum les déci­sions à prendre entre petits groupes tirés au sort, en impli­quant tout le monde. 

    Pour s’or­ga­ni­ser col­lec­ti­ve­ment, les mis­sions à se par­ta­ger ne manquent pas : qui peut pro­po­ser de nou­velles règles ? qui les trie ? qui en débat (réel­le­ment) ? qui les amende ? qui les vote ? qui les fait appliquer ? … 

    Lors de la créa­tion d’un grand col­lec­tif, s’il n’est pas natu­rel dès le début de se par­ta­ger les res­pon­sa­bi­li­tés en petits groupes, alors cer­tains ont vite à cœur de mon­trer qu’ils sont les plus dis­po­nibles, com­pé­tents et moti­vés pour faire indi­vi­duel­le­ment ce que le col­lec­tif ne sait pas faire. 

    Mais la confiance se fonde davan­tage dans de petits groupes tirés au sort ayant le temps d’ap­prendre et de débattre que dans des indi­vi­dus qui croient être des repré­sen­tants, ou dans une foule qui croit déci­der librement. 

    Ces petits groupes, de base ou tirés au sort au sein de plu­sieurs petits groupes fédé­rés, peuvent choi­sir (et non élire) les meilleurs indi­vi­dus pour agir (web­mestre, tré­so­rier, porte-parole tem­po­raire …) et les man­da­ter (durée et objet déter­mi­nés…) mais aus­si et sur­tout les contrô­ler et les révo­quer si besoin.

    Un man­da­taire ayant à agir au nom de tous, mais choi­si par un petit groupe (et contrô­lé par un autre) aura beau­coup moins de légi­ti­mi­té sym­bo­lique à se croire en capa­ci­té d’im­po­ser sa loi que s’il est choi­si (élu) par un vote de tous. 

    C’est en construi­sant de la base que de petits groupes peuvent apprendre à fonc­tion­ner, com­prendre l’in­té­rêt d’être plu­sieurs sans être iso­lé (ni seul, ni en foule), et créer, appli­quer, amé­lio­rer et échan­ger des règles *poli­tiques* communes.

    Réponse
  11. cornet c

    Bra­vo mon­sieur Chouard pour tout le tra­vail que vous faites depuis plu­sieurs années !
    Que pen­sez-vous de l’a­na­lyse de Yous­sef Hin­di (voir lien ci-des­sous) qui dit qu’il est encore beau­coup trop tôt pour la mise en place et l’ap­pli­ca­tion du RIC ?
    https://​you​tu​.be/​-​h​6​l​F​e​0​M​7ds

    Chris­tiane

    Réponse
    • misha

      Mer­ci Conet c
      1 heure de conf, .…
      Est-ce que tu peut retra­cer un ou deux de ses arguments ?

      Réponse
      • cornet c

        Yous­sef Hin­di ana­lyse la situa­tion plus ou moins comme ceci :
        ‑nous n’en sommes qu’à la 1ère étape (stade de révolte) d’une crise pro­fonde qui va pro­ba­ble­ment durer plu­sieurs mois voir quelques années.
        ‑le mou­ve­ment n’a pas de lea­der et c’est une très bonne chose car le pou­voir en place n’est pas encore suf­fi­sam­ment ébran­lé. Un lea­der à l’heure actuelle se « ferait cou­per la tête » d’une manière ou d’une autre. Un mou­ve­ment sans lea­der appa­rem­ment désor­ga­ni­sé est beau­coup plus désta­bi­li­sant pour le pou­voir qui n’a per­sonne avec qui pou­voir négo­cier (mani­pu­ler)
        ‑le mou­ve­ment a mal­gré tout besoin d’aides et de conseils exté­rieurs pour évi­ter de tom­ber dans les dif­fé­rents pièges (récu­pé­ra­tion par des mou­ve­ments poli­tiques, ten­ta­tive de repré­sen­ta­tion du peuple par de « faux » lea­ders, pro­po­si­tion de mise en place d’un régime fort – géné­ral De Vil­liers ‑etc) et réus­sir à aller jus­qu’au bout
        ‑le mou­ve­ment doit se pré­pa­rer et apprendre à avoir « plu­sieurs coups d’a­vance » comme l’o­li­gar­chie pour pou­voir pro­po­ser un pro­jet qui tient la route après l’ef­fon­dre­ment (RIC, écri­ture d’une nou­velle consti­tu­tion par les citoyens… comme le fai­sait déjà depuis long­temps Etienne avec ses ate­liers par exemple)
        Donc, pour lui, une démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive ne serait pas appli­cable pour le moment car le pays est en crise pro­fonde mais elle pour­rait l’être uni­que­ment après, quand l’é­tat sera sta­bi­li­sé avec par exemple un pou­voir (un ou plu­sieurs lea­ders) suf­fi­sam­ment fort pour repré­sen­ter le peuple et défendre ses inté­rêts contre l’o­li­gar­chie qui va mul­ti­plier ses attaques contre le peuple en uti­li­sant tous les moyens en son pou­voir (y com­pris la violence) 

        Pour lui, le pou­voir en place uti­lise dif­fé­rentes pro­vo­ca­tions (anti-fa, poli­ciers cas­seurs, cas­seurs « pro­fes­sion­nels », atten­tats (?),… pour favo­ri­ser des luttes eth­niques (il ne faut sur­tout pas tom­ber dans ce piège-là – le pacte de Mar­ra­kech fait pro­ba­ble­ment par­tie du plan), pré­ci­pi­ter la cas­sure sociale et ain­si ame­ner le chaos, ce qui lui per­met­trait de déclen­cher l’é­tat d’ur­gence puis de mettre en place une dic­ta­ture (géné­ral De Vil­liers ?) avant de trans­fé­rer défi­ni­ti­ve­ment la sou­ve­rai­ne­té du pou­voir vers le « polit­bu­reau » de Bruxelles.
        Ils « sacri­fie­ront » Macron sans aucune hési­ta­tion pour arri­ver à leur objec­tif (note per­son­nelle : je pense que Macron le sait et se croit « inves­ti » d’une mis­sion qui le trans­cende – voir une de ses interviews)

        Pour conclure, Y. Hin­di voit dans cette crise une oppor­tu­ni­té his­to­rique pour le peuple fran­çais de se réap­pro­prier le pou­voir mais il va devoir affron­ter de nom­breux pièges et sur­tout tenir jus­qu’au bout.

        Une autre remarque per­son­nelle : je suis belge et lors des élec­tions com­mu­nales, j’ai éga­le­ment ten­té de faire pas­ser l’i­dée de réfé­ren­dum citoyen au niveau de ma com­mune (c’est pas gagné). Je sou­tiens donc les gilets jaunes et le RIC à 200%. Mais je pense, qu’en l’é­tat actuel des choses, dans les reven­di­ca­tions, il ne faut sur­tout pas oublier ce qui a déclen­ché le mou­ve­ment : les besoins vitaux et urgents. Il me semble que le peuple a besoin de savoir qu’il peut obte­nir le plus rapi­de­ment pos­sible ce dont il a cruel­le­ment besoin : plus d’argent pour pou­voir nour­rir sa famille et vivre décem­ment. Si le RIC devient la seule reven­di­ca­tion, il risque de se déso­li­da­ri­ser du mou­ve­ment. Donc le RIC oui, bien sûr mais avec les reven­di­ca­tions de base.
        Ne lâchez (ne lâchons) rien !!!

        Réponse
  12. BlueMan

    L’en­jeu du RICETM (Réfé­ren­dum d’I­ni­tia­tive Citoyenne En Toutes Matières) va démas­quer tous les faux démo­crates, les cryp­to-fas­cistes, les hypo­crites, les traîtres et enne­mis du peuple !
    Et ça commence !!!
    http://​www​.blue​man​.name/​L​i​e​n​s​_​E​t​_​I​n​f​o​r​m​a​t​i​o​n​s​_​D​i​v​e​r​s​e​s​_​E​t​_​V​a​r​i​e​e​s​_​D​u​_​M​o​m​e​n​t​.​p​h​p​?​I​d​N​e​w​s​=​1​3​588

    Réponse
  13. sbeb

    Mdr les triples paren­thèses glis­sées à l’an­glaise, bien joué

    Réponse
  14. Chris

    Cher Etienne,

    Certes, votre tra­vail est remar­quable, il est prêt depuis x temps, mais la prio­ri­té des gens ne peuvent plus attendre…
    Vous com­pren­drez que la com­plexi­té d’une orga­ni­sa­tion se mesure dans la réor­ga­ni­sa­tion et non le degré de la tech­ni­ci­té d’un sujet.
    Mal­heu­reu­se­ment, il y a des gens qui ne peuvent plus vivre à la fin du mois.J’ai bien peur que le pou­voir risque de vous ins­tru­men­ta­li­ser sur le long terme.
    Je suis curieux sur le chan­ge­ment de dis­cours de Jacques Atta­li, il com­mence à fré­quen­ter RT et il parle de l’é­tat de droit mondial ?!?!
    Bien à vous, 

    Voi­là la vraie vio­lence sociale à résoudre en urgence, et il concerne tout le monde…

    Source jova­no­vic :
    ATTENTION A LA FICHE DE PAIE DE JANVIER 2019 QUI VA ETRE AMPUTEE DES IMPOTS
    Le mois de février 2019 va être ter­rible pour des dizaines de mil­lions de Fran­çais. Car ce que ce gra­phique ne com­prend pas, ce sont les dépenses faites à la fin décembre pour les cadeaux avec la carte Visa et qui pas­se­ront aus­si fin jan­vier 2019. Le choc va être ter­rible sur les bud­gets, de la même façon que le pas­sage à l’Eu­ro avait sur­pris les Fran­çais à la fin du mois. Trois mois après le pas­sage, la Banque de France avait consta­té une hausse bru­tale des comptes ban­caires à décou­vert. Eh bien le mois de février 2019 va être encore plus bru­tal. Soyez prêts et sur­tout soyez pru­dents avec vos dépenses. On ver­ra des mil­lions de mau­vaises sur­prises. Mais les banques seront les grandes gagnantes grâce aux agios qu’elles gagnent avec les pauvres.

    Ajou­tez à cela les 100 euros pro­mis par la pleu­reuse Emma­nuel Macron, 100 euros qui sont déjà repor­tés à février 2019, sans par­ler du fait que les comp­tables ne savent rien et ne peuvent les inclure dans les fiches de paie, lisez bien le mail de notre lec­teur Didier, avec le mail de son comp­table KPMG.

    Par ailleurs regar­dez la pho­to de notre lec­trice Marie-Mathilde de l’Hy­per U qui a com­pris que la fin du mois arrive au 15 pour la majo­ri­té des Fran­çais. Donc, l’Hyper‑U ins­taure ou du moins faci­lite la cavalerie…

    https://​www​.jova​no​vic​.com/​D​A​T​A​/​h​a​u​s​s​e​s​2​0​1​9​p​r​i​x​.​jpg

    Réponse
    • ève

      Tout payer en mon­naie pleine !

      Réponse
  15. Zedav

    Bon­jour à tous,
    Concer­nant le pro­blème du seuil, j’ai déjà pos­té une idée que je trouve bien plus simple, un cri­tère fon­da­men­tal pour réunir le plus grand nombre de per­sonnes possible :
    Un seuil par rythme de vota­tion plu­tôt que par nombre de soutiens.
    Une vota­tion par mois (ou plus ou moins mais ce rythme me paraît pou­voir être l’en­jeu d’un débat assez simple puis d’un vote) au moins pen­dant 2 ou 3 ans car nous avons du pain sur la planche au sor­tir de l’in­si­dieuse dic­ta­ture de La Banque (après quoi ce rythme pour­rait être modi­fié par RIC).
    Dans ce cadre, pas de seuil à fixer, la ques­tion pro­po­sée recueillant le plus grand nombre de suf­frages ce mois là étant la ques­tion « élue ». Un genre de RIC par sélec­tion « naturelle ».

    Un seuil fixe sera tou­jours pro­blé­ma­tique car la mobi­li­sa­tion des gens peut dépendre du type de sujet, de la période de l’an­née et du contexte poli­tique et géopolitique…

    Réponse
    • Deuteragenie

      Excel­lente idée !
      Il fau­drait tout de même veiller à ce qu’un strict mini­mum (1000 ?) sou­tiens soient acquis afin d’éviter de se retrou­ver avec des dizaines de mil­liers de pro­po­si­tions a consi­dé­rer lors des vota­tions que vous proposez.
      Une autre sug­ges­tion : à la place de n’élire qu’une seule pro­po­si­tion par cycle, pour­quoi ne pas lais­ser la pos­si­bi­li­té d’en élire plu­sieurs, en fonc­tion de la charge de travail ?

      Réponse
      • RV

        Il pour­rait y avoir un bul­le­tin de vote avec des cases à cocher.
        La limite incon­tour­nable est le temps impar­ti à la campagne/débat d’ex­pli­ca­tion, de chaque pro­po­si­tion, si il y en a trop, ça sera ingé­rable, il vau­dra mieux saucissonner.

        Réponse
  16. Deuteragenie

    Autre solu­tion possible :

    Chaque pro­po­si­tion est revue par un groupe de X per­sonnes tirees au sort.
    Si la majo­rite du groupe est « pour », la pro­po­si­tion avance dans la procedure.

    Il y a en France envi­ron 55 mil­lions de citoyens > 18 ans.
    Un peu de sta­tis­tiques (inter­valle de confiance / marge d’er­reur) … et je pense que X = 1000 … ne serait deja pas mal du tout. 

    Afin d’en­cou­ra­ger la par­ti­ci­pa­tion de chaque citoyen du groupe, une retri­bu­tion pour chaque vote peut etre prevue.

    Tout cela peut etre orga­nise assez faci­le­ment sur un site web (il fau­dra bien veiller a l’i­den­ti­fi­ca­tion des citoyens qui peuvent pro­po­ser une ini­tia­tive et pre­voir une pro­ce­dure en cas d’a­bus mani­feste du systeme) .

    Réponse
    • RV

      Vous êtes en train de décrire les son­dages d’o­pi­nion sur la toile, non ?
      Par ailleurs si vous pro­po­sez 1000, c’est jus­te­ment le chiffre pro­po­sé pour le pre­mier seuil. Autant faire voter direc­te­ment, non ?

      Réponse
      • Deuteragenie

        En effet, je pense que réa­li­ser un « son­dage d’o­pi­nion » offi­ciel (par exemple de 1000 citoyens choi­sis au hasard, pour chaque pro­po­si­tion), comme vous l’in­dique, per­met­trait de se faire très rapi­de­ment une idée des pro­po­si­tions qui sont à consi­dé­rer de celles qui ne le sont point, en s’assurant de la repré­sen­ta­ti­vi­té de l’ensemble des citoyens.

        La grosse dif­fé­rence par rap­port à la méthode du seuil, c’est qu’il n’est pas pos­sible pour un groupe large (disons 10000 per­sonnes), de pro­po­ser des idées qui ne sont sou­te­nues que par ce groupe lui-même. En effet, mal­gré le fait que la pro­po­si­tion serait sou­te­nue par 10000 per­sonnes ini­tia­le­ment, le « son­dage d’opinion » fil­tre­rait immé­dia­te­ment la pro­po­si­tion (par exemple en ne récol­tant que 1% de réponses positives).

        L’intérêt est de per­mettre à cha­cun d’exprimer une idée, tout en s’assurant à moindre cout que les idées far­fe­lues ne pro­gressent pas dans le pro­ces­sus si elles ne sont pas sou­te­nues par une majo­ri­té (mesu­rée par le son­dage repré­sen­ta­tif). En effet, faire consi­dé­rer des cen­taines, voire des mil­liers de pro­po­si­tions par une assem­blée consti­tue une perte de temps et d’argent importante. 

        Afin d’encourager les par­ti­ci­pants au son­dage, on pour­rait pré­voir une rému­né­ra­tion fixe et/ou un sys­tème de lote­rie. Par exemple 5 per­sonnes sur les 1000 gagnent un gros sau­cis­son par pro­po­si­tion. En consi­de­rant 3000 pro­po­si­tions a revoir par an, les couts de fonc­tion­ne­ment sont donc de 15000 sau­cis­sons par an.

        Réponse
  17. BlueMan

    SONDAGE orga­ni­sé par Valeurs Actuelles : Êtes-vous favo­rable à la créa­tion d’un réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne comme le demandent les “gilets jaunes” ?
    https://​www​.valeur​sac​tuelles​.com/​e​t​e​s​-​v​o​u​s​-​f​a​v​o​r​a​b​l​e​-​l​a​-​c​r​e​a​t​i​o​n​-​d​u​n​-​r​e​f​e​r​e​n​d​u​m​-​d​i​n​i​t​i​a​t​i​v​e​-​c​i​t​o​y​e​n​n​e​-​c​o​m​m​e​-​l​e​-​d​e​m​a​n​d​e​n​t​-​l​e​s​-​g​i​l​e​t​s​-​j​a​u​n​e​s​-​1​0​1​810

    OUI, j’y suis favo­rable, et plus pré­ci­sé­ment pour un réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne en toutes matières !

    VOTEZ en MASSE les amis ! :-)))

    Réponse
  18. Youssef

    Le pro­bleme de cette methode c’est qu’elle ren­dra impos­sible l ini­tia­tive citoyenne lorsque l ini­tia­teur est en mino­ri­té sur rue ou le village.
    Exemple : * un ouvrier qui habite dans un vil­lage a majo­ri­té cadre.…comment les convaincre ?
    * un cadre qui habite dans une rue a majo­ri­té d’ouvrier.…comment les convaincre ?
    * un retrai­té qui habite dans une rue a majo­ri­té de jeunes actif…comment les convaincre ?
    Etc…Etc…

    Sinon conti­nuons la reflexion

    Réponse
    • etienne

      Les trois méthodes sont com­pa­tibles et donc ins­ti­tuables ensemble. Dès lors, si une moda­li­té n’a pas fonc­tion­né, on peut en ten­ter une autre.

      Non ?

      Réponse
      • Youssef

        Dans ce cas c’est magnifique.…force, cou­rage et honneur

        Réponse
  19. Laurent FRIZON

    J’en­tends déjà des gilets jaunes mani­fes­ter leur mécon­ten­te­ment envers le RIC… ils mettent l’ac­cent sur le fait que le mou­ve­ment est apo­li­tique… et que le RIC est à rai­son­nance poli­tique ! Ils voient déjà cer­tains par­tis poli­tiques nous tendre la main en oppo­si­tion à l’exé­cu­tif… disant que c’est une excel­lente ini­tia­tive à laquelle ils adhèrent !!!
    Beau­coup de gilets jaunes grognent car ils pensent que nois nous détour­nons de notre o jec­tif ini­tial… aà savoir ; plus de pou­voir d’a­chat, reva­lo­ri­sa­tion des salaires, baisse des taxes et dis­so­lu­tion du gou­ver­ne­ment actuel.
    Ils pensent que nous ten­tons de nous allier avec le diable !!!
    Je pense pour ma part que le RIC est une clé qui ouvre la porte de l’E­ly­sée afin de por­ter la parole du peuple et d’a­gir sur les bases même de nos problèmes…
    Mais je com­prends cette divi­sion d’opinion…
    Alors je pense que le mou­ve­ment sous sa forme actuelle doit se pour­suivre pen­dant que d’autres argu­mentent et passe à la table des négociations.
    Ma conclusion :
    Ser­rons nous les coudes… nous avons les mêmes objec­tifs… cha­cun doit faire ce qui lui semble bien… ne nous des­so­li­da­ri­sons pas main­te­nant… ce n’est qu’un début…
    Courage

    Réponse
  20. Ronald

    On parle du RIC depuis une semaine, et tout de suite on sort la grosse artillerie :
    https://​www​.lex​press​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​p​o​l​i​t​i​q​u​e​/​l​e​-​r​i​c​-​u​n​e​-​v​i​e​i​l​l​e​-​i​d​e​e​-​t​o​u​j​o​u​r​s​-​a​b​a​n​d​o​n​n​e​e​_​2​0​5​3​6​9​6​.​h​tml

    « un monstre », « régime de la Ter­reur », « dérive plé­bis­ci­taire », « pro­cé­dure com­plexe », « régime d’af­fron­te­ment », « conflit per­ma­nent », … Je pense qu’il ne manque que « nau­séa­bond », mais c’est peut-être pour la semaine prochaine.

    En plus d’être de mau­vaise foi, ce n’est même pas effi­cace, car on sait main­te­nant en rela­tions publiques que les argu­men­taires trop par­tiaux ont ten­dance à être contre-pro­duc­tifs, qu’il vaut mieux faire des conces­sions ver­bales pour pas­ser pour un homme rai­son­nable (un peu comme Phi­lippe qui dit accep­ter le prin­cipe, « mais pas sur n’im­porte quel sujet »).

    Le nom de l’au­teur (Anne Levade) me rap­pe­lant quelque chose, je suis allé faire des recherches : c’est elle qui pré­si­dait la com­mis­sion élec­to­rale pour la pri­maire des Répu­bli­cains. Le monde est petit.

    Réponse
  21. Malika AM

    AMIS EVOLUTIONNAIRES !!!!

    E. Phi­lippe annon­çait dès hier soir dans les Echos, son accord de prin­cipe sur le RIC mais tiquait sur le Révo­ca­toire !!! Ben quel étonnement…?
    Désor­mais les citoyens sont informés.
    Conti­nuons-nous à faire signer l’ar­ticle 3 ou réflé­chis­sons-nous aux réfu­ta­tions qu’ils ont en tête !
    Pour moi, le RIC CLAIR est com­pré­hen­sible et simple pour­tant on sait aus­si que les majo­ri­tés peuvent être conser­va­trices et que la sécu­ri­té natio­nale par ex, le peuple ne sera pas en roue libre sur ce sujet…
    Le I pour sujet Illi­mi­té ne pas­se­ra pas tel quel, pré­ci­sons d’ores et déjà les sujets essen­tiels avec les­quels nous ne tran­si­ge­rons pas !!!

    Peut-être faire un Post pour les Sujets/Matières que nous récla­mons, Ils vont tout dis­cu­ter, ANTICIPONS !!!

    Pour moi ce qui est essen­tiel de réformer :
    Avec le RIC nous pre­nons le pou­voir (ils vont le négo­cier) mais il nous faut l’argent aus­si pour inflé­chir le libé­ra­lisme et mettre en place des solu­tions res­pec­tueuses de notre pla­nète, parce que l’au­rez com­pris, nous en sommes là à cause de leur cupi­di­té ! Donc du poli­tique et notre argent que nous uti­li­se­rons pour sau­ver notre pla­nète, car nous en sommes là tout de même, bref !

    LE FISC- Faire sau­ter le ver­rou de Bercy !!! 

    LES BANQUES -
    – Taxer les flux finan­ciers, peut-être pour moi la plus urgente des mesures ; Elles volent nos Etats, en 2008, tous les pré­si­dents du monde sont allés à leurs res­cousses à coup de mil­liards de nos impôts, 10 ans plus tard nous sommes encore en réces­sion à cause du chaos de leur spé­cu­la­tion de merde !! ELLES DOIVENT PASSER A LA CAISSE !!!
    – Sup­pri­mer le secret ban­caire, (ces enfoi­rés toutes les banques du monde ce sont mises d’accord)
    – Mora­li­ser les pro­duits finan­ciers qu’ils inventent comme spé­cu­ler sur des guerres, le ter­ro­risme, les catas­trophes cli­ma­tiques, la chute des cours de matières pre­mières de den­rées vitales ( en écri­vant tout cela je n’en reviens pas que nous ayons lais­ser faire…)

    LA JUSTICE – Assu­rer la pro­tec­tion judi­ciaire des Lan­ceurs d’a­lerte et les rému­né­rer, une socié­té qui paie ses citoyens pour ser­vice ren­du à la Nation, c’est ver­tueux, meilleure façon d’é­ra­di­quer la cor­rup­tion dont le pays est gan­gré­né, plu­tôt que de rétri­buer la cor­rup­tion par l’o­mer­ta !! ET c’est sor­tir de ce car­can judéo-chré­tien qui dit que pour être hon­nête tu dois en baver et être misérable)
    – Chan­ger la nomi­na­tion des magis­trats qui sont pla­cés jus­qu’à pré­sent par l’Etat.
    – Pro­po­ser l’a­sile Poli­tique à Julian Assange et Snowden
    – Frais de jus­tice payé par le pro­cu­reur de la Répu­blique quand il s’a­git d’un indi­vi­du qui bataille seul pour faire valoir ses droits face à une admi­nis­tra­tion ou multinationales
    (je ne suis pas juriste, mais vous com­pre­nez de quoi je parle !)

    L’ECONOMIE
    – Contrôle des mul­ti­na­tio­nales, Amende salé au PDG qui s’aug­mente quand les licen­cie­ments pleuvent dans l’en­tre­prise pour aug­men­ter les salaires des action­naires, et comme cela ne suf­fit pas les aides d’E­tat qu’elles perçoivent!!!)

    L’ ECOLOGIE
    – Inves­tis­se­ment mas­sif dans les éner­gies éco-responsables,
    – Déve­lop­per l’é­co­no­mie bleue (l’up-cycling),
    – INTERDIRE la bio ingénierie
    – Sup­pres­sion des 11 vaccins

    Voi­là ma liste, bien­sûr l’emploi, la san­té… je vous laisse compléter.

    Ce qu’il serait bien c’est d’é­ta­blir ensemble les sujets sur les­quels nous ne tran­si­ge­rons pas. Un juriste ou avo­cat pour­rait nous expli­quer les moda­li­tés pour faire adop­ter le RIC sans que nous ne nous fas­sions enfumer. 

    Je vous embrasse,
    POURSUIVONS LA LUTTE !!!
    Malika

    Réponse
  22. Deuteragenie

    La Mai­son Blanche per­met aux citoyens amé­ri­cains d’introduire des péti­tions en ligne. Voir https://​peti​tions​.whi​te​house​.gov/

    Les citoyens amé­ri­cains ont 30 jours pour ras­sem­bler 100.000 signatures.

    Sur une période de 5 ans (de 2011 à 2016), 323 péti­tions ont atteint ce seuil.

    Il semble donc, au vu de cette expé­rience, que le seuil de 100.000 signa­tures a per­mis de « fil­trer » les péti­tions les moins en vogue, tout en lais­sant un nombre appré­ciable de péti­tions a considérer.

    D’un côté, la popu­la­tion fran­çaise est cinq fois moindre que celle des Etats-Unis.
    D’un autre, il est fort à parier qu’un nombre impor­tant de pro­po­si­tions soient émises dans les pre­mières années de fonc­tion­ne­ment du RIC, et que l’intérêt pour ces ques­tions ini­tiales soit signi­fi­ca­tif. Il faut donc fil­trer, au moins ini­tia­le­ment, pour se foca­li­ser sur les demandes prioritaires.

    Tout ceci me mené à pen­ser qu’un seuil de 100.000 signa­tures en 30 jours est une bonne base de travail.

    Com­bien de pro­po­si­tions de loi y‑a-t-il pour l’instant chaque année ? Dis­pose-t-on des statistiques ?

    Réponse
  23. ève

    Bon­soir Ana ,
    Cent ans sont pas­sés rapi­de­ment ou len­te­ment selon le style de vie menée .
    Je vois que tu es à l’heure !
    L’é­vo­lu­tion évo­quée entre nous est en route sûre­ment pour un peu plus de meilleur .
    Le cadeau empi­lé dans ta musette a com­men­cé à fêlé ce vase débordant .
    Qques fois on se demande pour­quoi nous exis­tons , aujourd’­hui nous savons mieux !
    Vont s’en­suivre de gros grin­ce­ments de dents , je sou­haite que per­sonne se soit au mau­vais moment au mau­vais endroit .
    Dieu sait ce qu’ils inven­te­ront pour se pro­té­ger de la ruine qui les attend et du ren­du qu’ils nous ont volé !
    Ça va piquer ! .…..Dor­mir d’un oeil !
    Mer­ci d’a­voir illu­mi­né l’avenir
    Mer­ci de ton assiduité

    Réponse
  24. cornet c

    « Réfé­ren­dums à dia­mètres crois­sants » me semble une excel­lente idée, tout à fait réalisable.
    La mise en place de réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne au niveau des muni­ci­pa­li­tés pour le fonc­tion­ne­ment local serait déjà un excellent point de départ et un très bon entraî­ne­ment pour l’ap­pli­ca­tion au niveau national.
    Les citoyens peuvent déjà « tra­vailler » à cette mise en place avec la col­la­bo­ra­tion de leurs élus locaux. Il semble que cer­tains maires sont déjà preneurs…
    De plus, si les citoyens réa­lisent qu’ils peuvent s’im­pli­quer très concrè­te­ment dans la ges­tion de leur ville ou muni­ci­pa­li­té, ils auront encore plus envie de s’im­pli­quer au niveau natio­nal, non ?

    Réponse
  25. Hibou

    Pour ma part, il me semble nor­mal que les RIC soient issus d’un tra­vail de lob­bying actif (asso­cia­tifs ou pri­vés). La poli­tique, c’est jus­te­ment le tra­vail de réunir les gens, de les sol­li­ci­ter, de les faire se concer­ter. Un citoyen seul ne peut pas faire de poli­tique. La poli­tique n’est pas indi­vi­duelle. Il me paraît donc nor­mal de mettre un seuil à 700 000 pour déclen­cher un réfé­ren­dum natio­nal. Une telle évo­lu­tion, natio­nale, demande un tra­vail poli­tique, et donc non indi­vi­duel. Je ne crois pas au concept de « mono-citoyen ». On n’est pas citoyen tout seul.
    Pour offrir un espace d’ac­tion à des groupes d’in­té­rêt moins consti­tués, la solu­tion est de géné­ra­li­ser le RIC à tous les éche­lons élec­tifs (région, can­ton, com­mune). Un citoyen peut cher­cher à faire émer­ger un RIC à l’é­chelle de sa com­mune. C’est beau­coup plus attei­gnable pour une per­sonne isolée.
    Cela demande éga­le­ment pro­ba­ble­ment d’har­mo­ni­ser un cer­tain nombre d’é­che­lons administratifs/électifs. On vote à l’é­chelle du can­ton, de la com­mune et de la nation et pour­tant les sphères déci­sion­naires sont celles de la « métro­pole », de la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion, de l’in­ter­com­mu­na­li­té, de la région. Tout ceci doit être ration­na­li­sé pour que la sphère de déci­sion = la sphère élec­tive, sans mul­ti­plier les élections.

    Réponse
  26. Persévérant

    Bon­jour à tous,

    Concer­nant le ric, l’i­mage qui en est don­née dans les médias ne trouve pas son ori­gine uni­que­ment dans une pro­pa­gande média­tique. Le risque ne se trouve pas réel­le­ment dans un régime de la ter­reur comme cela a pu être enten­du car la ter­reur vient, telle qu’on la connaît, sur­tout d’une maté­ria­li­sa­tion de la colère envers une caste et est donc une réponse pas­sion­nelle à une situa­tion dif­fi­cile. Le ric ne tend pas à être une réponse émo­tion­nelle à nos pro­blèmes quo­ti­diens mais au contraire une alter­na­tive ration­nelle visant à faire de nous les dépo­si­taires d’un pou­voir légal. En cela, une dérive vio­lente de notre démarche n’est pas à craindre. 

    Tou­te­fois, la ques­tion de l’in­dé­ci­sion demeure. Nous le voyons lors des élec­tions, les fran­çais ne sont pas d’ac­cord entre eux et un suf­frage où il ne faut pas répondre par oui ou par non ne peut réunir au mieux qu’un quart des votes. Ain­si, si le ric est uti­li­sé de façon régu­lière, la pos­si­bi­li­té existe que les réponses obte­nues donnent tout et leur contraire. Ce risque n’ est pas à sous-esti­mé et il faut recon­naître que, sur ce sujet, notre orga­ni­sa­tion démo­cra­tique est effi­cace. Mal­heu­reu­se­ment cor­rom­pue, il est néan­moins néces­saire de se défaire d’un sys­tème qui a fait son temps et le ric semble être adapté. 

    Je pense tou­te­fois que le ric n’est qu’un outil de tran­si­tion pour per­mettre de reve­nir ensuite à un fonc­tion­ne­ment plus effi­cace sur le long terme. Cette moda­li­té qu’est le ric pour­rait en effet per­mettre de rapi­de­ment ins­ti­tuer de nou­veaux modes de fonc­tion­ne­ment démo­cra­tique. Par exemple, léga­li­ser le châ­ti­ment cor­po­relle pour ser­vice non ren­du à la nation ! (euh après ça n’en­gage que moi !) Sur­fant sur l’in­té­rêt mas­sif concer­nant les sujets cen­traux de notre socié­té, les citoyens semblent prêts à s’in­ves­tir sur des ques­tions car­di­nales que sont les répar­ti­tions des richesses, notre auto­no­mie, les pro­fils de nos diri­geants, le mono­pole des médias, une nou­velle consti­tu­tion, l’é­car­tè­le­ment, (oups pardon!),… 

    Mais encore une fois, le risque est qu’une telle méthode s’es­souffle et que l’é­chec de ce fonc­tion­ne­ment sur le long terme puisse favo­ri­ser un retour en force de nos élites… L’his­toire des Répu­bliques le montre, la monar­chie aurait pu reve­nir de façon défi­ni­tive et l’empire a bel et bien contre-attaqué ! 

    Donc pour finir ! Ric oui ! Urgem­ment ! Mais ne voyons pas en lui une fin en soi !

    Réponse
  27. Kahina Alami

    Très inté­res­sant !
    Le seul pro­blème que je vois à cette démarche c’est qu’un dépar­te­ment ou une com­mune n’est pas repré­sen­ta­tive du pays. Ce qui peut être plé­bis­ci­té natio­na­le­ment peut être reje­té loca­le­ment. Une demande per­ti­nente pour­ra donc être reje­tee dès le réfé­ren­dum com­mu­nal, régio­nal ou dépar­te­men­tal alors qu’en par­tant d’une autre com­mune il pour­ra être sou­mis au peuple tout entier.

    Il fau­drait défi­nir une ou 2 repré­sen­ta­tions pos­sibles de la requête hors région déjà consul­tée. Ou qu’une même demande ne puisse pas être repo­sée sauf res­pect d’un délai minimum.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Le message constituant – Montage vidéo par Alex Thoby

Le message constituant – Montage vidéo par Alex Thoby

https://www.youtube.com/watch?v=C-8QDUiIRBw » Ouvrir la vidéo Cette vidéo a pour but d’expliquer la logique de ce que j’appelle le « mouvement constituant » : le mouvement des citoyens et citoyennes qui veulent réécrire leurs constitutions pour tenter de créer des...