[Démocratie = d’abord locale] Rendez-vous le 13 octobre 2018 à Aubenas, avec Les Affranchis, pour des ateliers sur une constitution d’agglo, premier niveau de fédération de communes libres

27/09/2018 | 0 commentaires

Chers amis,

Je vous pro­pose de nous ren­con­trer à nou­veau pour des ate­liers consti­tuants, mais cette fois sur le thème d’une « consti­tu­tion d’ag­glo » ; ce que le gou­ver­ne­ment appelle une « agglo » est une agglo­mé­ra­tion de com­munes, c’est-à-dire un pro­jet (très avan­cé) de crime contre la com­mune : le pou­voir se débar­rasse ain­si, scan­da­leu­se­ment, de la plus démo­cra­tique des enti­tés poli­tiques du pays : la com­mune. Plus la taille de la com­mu­nau­té poli­tique est grande, moins les pou­voirs sont contrô­lables et moins la démo­cra­tie est pos­sible. Et inver­se­ment.

Voyez ce billet de juillet 2011, « PAS DE DÉMOCRATIE SANS CELLULES POLITIQUES À TAILLE HUMAINE : VIVE LA COMMUNE », où je vous signa­lais à la fois une alerte de Roland Hureaux sur les pro­jets en cours contre les com­munes et une ana­lyse impor­tante de Jean-Jacques Rosa : « L’arithmétique de la démo­cra­tie, ou les consé­quences démo­cra­tiques de la dimen­sion des nations ».

De tous temps, les pou­voirs exé­cu­tifs (ceux qui contrôlent l’ad­mi­nis­tra­tion, la police et l’ar­mée) ont une ten­dance lourde à s’au­to­no­mi­ser, à s’af­fran­chir de tout contrôle. La géné­ra­li­sa­tion des agglo­mé­ra­tions de com­munes est une des mani­fes­ta­tions de cette ten­dance anti­dé­mo­cra­tique à s’af­fran­chir de tout contrôle, en éloi­gnant les pou­voirs des peuples assu­jet­tis à ces pou­voirs. Le pom­pon actuel de cette dérive, c’est pour la pré­ten­due « Union euro­péenne », agglo­mé­ra­tion de nations dont abso­lu­ment tous les organes de déci­sion publique sont d’ores et déjà com­plè­te­ment hors de contrôle des citoyens ; et cette dérive tyran­nique sera encore aggra­vée si les pré­ten­dues « élites » par­viennent à ins­tau­rer un « gou­ver­ne­ment mon­dial », comme le sou­haite expres­sé­ment https://​you​tu​.be/​O​Y​o​9​3​G​e​D​omg (entre autres « mondialistes »). 

Pour Les affran­chis, en Ardèche, l’ag­glo est donc inévi­ta­ble­ment, de fait, le pro­chain cadre de l’exer­cice d’un éven­tuel pou­voir consti­tuant popu­laire. Je peux l’en­tendre (même si je conteste la légi­ti­mi­té de toute agglo­mé­ra­tion qui ne soit pas une fédé­ra­tion de com­munes libres), ça m’in­té­resse, ça se dis­cute, et on va en par­ler ensemble, le 13 octobre 2018 à Aube­nas, avec vous et en com­pa­gnie de Domi­nique Filatre, un pra­ti­cien de la poli­tique locale que j’ai hâte de rencontrer.

Le ren­dez-vous est au 168 che­min des Vignettes, 07200 Saint-Didier-Sous-Aube­nas, de 9h30 à 18h.

L’an­nonce sur Face­book : https://​www​.face​book​.com/​e​v​e​n​t​s​/​2​0​4​2​9​7​5​9​3​5​7​2​1​5​90/

On par­le­ra sans doute du pro­cès de l’é­lec­tion et de l’al­ter­na­tive (radi­ca­le­ment anti­ca­pi­ta­liste) du tirage au sort, mais je pense que nous allons tâcher de nous concen­trer sur les (éven­tuelles) spé­ci­fi­ci­tés d’une consti­tu­tion locale (com­mu­nale ou « agglo­mé­rale » 🙂 ) par rap­port à une consti­tu­tion natio­nale ou fédé­rale.

Je repro­duis ci-des­sous les deux pages du Mani­feste poli­tique des Affran­chis (que je trouve très bien) : 

Deux jeunes gens pré­sentent ici leur projet :


Ces deux « Affran­chis » m’ont ren­du visite récem­ment pour évo­quer cette pro­chaine ren­contre à Aube­nas, et ils ont fil­mé notre entre­tien, à la mai­son. En voi­ci quelques extraits :

 
1. Com­ment des ate­liers consti­tuants vont per­mettre notre éman­ci­pa­tion et, en atten­dant, com­ment ce tra­vail enthou­sias­mant va sans doute vous plaire (1’30) :

 
2. À pro­pos de la consti­tu­tion, du rôle obli­ga­toire des citoyens dans la défi­ni­tion des contrôles de nos repré­sen­tants, et des ate­liers consti­tuants popu­laires, sous peine d’in­sé­cu­ri­té sociale géné­ra­li­sée (5’30) :

Le livre for­mi­dable dont je parle ci-des­sus est « Mad in USA. Les ravages du ‘modèle amé­ri­cain’  » de Michel Des­mur­get (éd. Max Milo, 2008) :

 
3. À pro­pos des jeunes gens qui créent des com­mu­nau­tés alter­na­tives : c’est for­mi­dable mais ça ne suf­fit pas pour empê­cher la tyran­nie (4′) :

 
4. À pro­pos des exer­cices pra­tiques de mise en oeuvre de notre sou­ve­rai­ne­té, à pro­pos de notre apti­tude à nous expri­mer très pré­ci­sé­ment, l’exemple (impor­tant) de l’ex­pres­sion « La loi est l’ex­pres­sion de la volon­té géné­rale » (7′) :

 
5. On devrait tes­ter au niveau local les Chambres de contrôle des pou­voirs, tirées au sort (4′) :

 
6. Com­ment on peut à la fois dési­rer l’a­nar­chie (qui res­semble beau­coup à une démo­cra­tie digne de ce nom) et un État (sous contrôle citoyen quo­ti­dien) (5’30) :

 
7. L’his­toire du TCE en 2005 et de la résis­tance au pro­jet anti­dé­mo­cra­tique et anti­so­cial de l’U­nion européenne

 
8. L’en­jeu démo­cra­tique de L’INCLUSION

 
L’en­tre­tien intégral

J’ai hâte de vous retrouver 🙂

Étienne.

Fil face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​6​0​1​6​1​9​4​7​2​317

Catégorie(s) de l'article :

0 commentaires

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....