Synthèse remarquable mais incomplète sur les ordonnances scélérates, imposées par les GOPÉ de l’UE

6/02/2018 | 20 commentaires

Syn­thèse remar­quable, une fois de plus, de Jean-Luc Mélen­chon contre la « loi tra­vail » encore aggra­vée par les godillots du tyran, les valets « élus » de l’u­su­rier « élu ».

Mer­ci.

Mais il manque pour­tant à cette syn­thèse une par­tie essen­tielle : Fran­çois Asse­li­neau a rai­son de sou­li­gner l’in­co­hé­rence qui consiste à ain­si déplo­rer les consé­quences cruelles des causes pro­fondes qu’on ne veut pas com­battre : la pré­ten­due « Union euro­péenne » est, avec les GOPÉ notam­ment mais pas seule­ment, le car­can qui aurait contraint tout élu quel qu’il soit à détruire le code du tra­vail, les ser­vices publics, et toutes les ins­ti­tu­tions de la sécu­ri­té sociale ; et c’est ce même car­can qui contrain­dra tout pré­sident à nous mar­ty­ri­ser plus dure­ment chaque jour tant que nous n’en serons pas sortis. 

Il faut sor­tir de l’UE comme on s’é­chappe d’une pri­son politique. 

Naï­ve­ment peut-être, je sou­haite un rap­pro­che­ment entre la FI et l’U­PR, qui asso­cie­rait en un même mou­ve­ment de résis­tance à l’oc­cu­pa­tion une grande ambi­tion de jus­tice sociale et sa condi­tion sine qua non, la sor­tie immé­diate de l’UE, de l’eu­ro et de l’OTAN.

En atten­dant, j’in­vite tous mes frères humains (et mes soeurs aus­si, cela va sans dire) à se trans­for­mer en citoyens dignes de ce nom, c’est-à-dire en adultes poli­tiques, par une pra­tique quo­ti­dienne des ate­liers consti­tuants, de manière à deve­nir pro­gres­si­ve­ment capables, le jour venu, d’ins­ti­tuer eux-mêmes la socié­té qu’ils dési­rent profondément. 

Bon cou­rage à tous les virus démo­cra­tiques, qui fini­ront bien par rendre mor­tel­le­ment malade le monstre oli­gar­chique né de l’é­lec­tion, grâce à l’an­ti­dote natu­rel et uni­ver­sel qu’est le tirage au sort, qui retire aux riches le moyen d’a­che­ter le pou­voir politique.

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​0​0​8​6​6​9​2​3​2​317

Catégorie(s) de l'article :

20 Commentaires

  1. Jean Molliné

    Un tel rap­pro­che­ment serait en effet sou­hai­table, mais il ne se fera que lorsque les mili­tants de la FI se ren­dront compte que JLM les balade. Les échanges entre mili­tants FI et UPR sont géné­ra­le­ment cour­tois, enfin quand on a pas des hys­té­riques et il y en a dans tous les par­tis, mais la plu­part des mili­tants FI res­tent convain­cus de la vali­di­té de la fable « Plan A – Plan B ».

    Mais il semble qu’il com­mence à y avoir des ques­tion­ne­ments chez eux. Voyez à ce sujet l’ar­ticle écrit pas Yavar Syiah­kal­rou­di et publié hier : https://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​f​r​a​n​c​e​/​m​i​l​i​t​a​n​t​-​d​e​-​f​r​a​n​c​e​-​i​n​s​o​u​m​i​s​e​-​n​e​s​t​-​s​y​m​p​a​t​h​i​s​a​n​t​-​u​p​r​-​s​i​g​n​o​r​e​-​y​a​v​a​r​-​s​i​y​a​h​k​a​l​r​o​udi

    C’est assez éclairant.

    Réponse
    • RV

      La fable plan A plan B c’est la stra­té­gie de d’a­bord essayer de négo­cier avec les membres de l’U€ et dans un second temps d’ap­pli­quer uni­la­té­ra­le­ment les mesures du plan A, soit la France seule, soit avec d’autres Etats qui la rejoindraient.
      Le conte­nu du plan A est le même que celui du plan B. Les deux appel­la­tions ne concernent que le mode de mise en œuvre.
      Cette poli­tique assume ouver­te­ment de déso­béir au trai­té, mais pas d’en sortir.

      Réponse
  2. Waki

    Il y a des abus pro­pre­me­ment fran­co-fran­cais que Melen­chon denonce mais pas Asse­li­neau, et qu’il est pour­tant impor­tant de denoncer.
    La cor­rup­tion de nos grands elus et de grandes intre­prises est fran­co-fran­caise et innac­cep­table. Les Sue­dois par exemple ont une tole­rance zero vis a vis de l’a­bus de biens sociauxet de la cor­rup­tion des elus. La ser­vi­lite impo­see aux fran­cais au sein de l’en­tre­prise, denon­cee par Jau­re­set citee par Melen­chon, exis­tait avant l’UE, et ne peut pas etre reduite a la ques­tion de l’UE (qui est une vraie et grave question).
    L’UPR aurait cer­tai­ne­ment tout inter­et de rejoindre la FI, dont la vision et les com­bats, et les pro­po­si­tions vont tres loin, beau­coup plus loin que remettre l’UE en ques­tion : plus loin dans tous les domaines et a tous les niveaux. Voir le pro­gramme de la FI sur http://​www​.laec​.fr
    Mais Asse­li­neau n’a eu de cesse d’in­sul­ter Melen­chon pen­dant la cam­pa­gnee pre­si­den­tielles, de le trai­ter de bouf­fon et de le deni­grer, sans jamais faire ce que vous, Etienne, faites : appre­cier et sou­li­gner la valeur du tra­vail col­los­sal four­ni par Melen­chon et les insou­mis. L’in­verse n’est pas vrai, en revanche. Jamais Melen­chon n’a traite Asse­li­neau de bouf­fon ni denigre son petit mouvement.
    Il est donc clair qu’As­se­li­neau ne sou­haite pas se rap­por­cher de la FI, et que son objec­tif n’est que l’af­fai­blis­se­ment des forces d’op­po­si­tion a l’UE venue des forces huma­nistes et sociales de la France.

    Réponse
    • Jean Molliné

      Ne vous trom­pez pas de cible Waki, Asse­li­neau s’at­taque bien davan­tage aux causes qu’aux effets. On peut ten­ter de col­ma­ter les brèches en soi­gnant les effets, mais ça équi­vaut à mettre en emplâtre sur une jambe de bois. Il faut trai­ter la cause de ces dérives, et ça passe actuel­le­ment par la sor­tie de l’UE pour se débar­ras­ser des obli­ga­tions inhé­rentes aux trai­tées de l’UE.
      De plus, il est à mon sens impru­dent d’as­si­mi­ler les mili­tants de la FI et Mélen­chon. Autant je suis volon­tiers enclin à croire la bonne foi de ces mili­tants, autant je consi­dère Mélen­chon comme le der­nier des hypo­crites que lui-même dénonce avec verve.

      Réponse
    • ève

      La FI est une petite uni­té de dis-sept per­sonnes cer­tai­ne­ment plus active que tous les dépu­tés sou­mis ! Je rejoins votre ana­lyse sur Asse­li­neau pro­fon­dé­ment médi­sant sur tout , se regar­dant son pas­sé d’é­lu ou de sous-fifre sous je ne sais quel pré­sident ! Sor­tir de l’U.E par l’ar­ticle 50 du trai­té de Lis­bonne qui dit ceci : Tout État membre peut déci­der, confor­mé­ment à ses règles consti­tu­tion­nelles, de se reti­rer de l’Union.
      Que dit l’ar­ticle 50 ?
      L’ar­ticle 50 défi­nit les moda­li­tés d’un retrait volon­taire et uni­la­té­ral, qui est un droit ne néces­si­tant aucune jus­ti­fi­ca­tion. Cette pos­si­bi­li­té de retrait a été intro­duite en 2009, car « jusque-là, les trai­tés ne pré­voyaient pas de retrait volon­taire et la doc­trine demeu­rait par­ta­gée quant à l’existence d’une pos­si­bi­li­té impli­cite de retrait uni­la­té­ral »( Vie publique) . 

      L’ar­ticle 50 pré­voit aus­si que l’E­tat qui a quit­té l’UE peut deman­der à y être réin­té­gré en sui­vant la pro­cé­dure, comme n’im­porte quel Etat euro­péen (deve­nir Etat can­di­dat, négo­cier l’adhé­sion, signer un trai­té d’adhé­sion). Il suf­fi­rait donc qu’une fois par­tie , la France pour­rait avoir la mal­chance au cours d’un chan­ge­ment de pré­sident de retour­ner en pri­son et avoir ain­si tou­jours , un pied dehors un pied dedans !
      On veut du solide .

      Réponse
    • gracia

      Bien à lui, de mettre JLM dans le même panier de crabes
      Un faux nez du sys­tème qui assure sans réserve la péren­ni­té de la domi­na­tion mon­dia­liste. Un repère d’i­do­lâtres qui ne pense plus au bien com­mun depuis bien longtemps.
      FI sui­vra LR, le PS et le PC .. une oppo­si­tion éter­nelle. FA est hon­nête cela se voit quand on sait qu’il n’est pas et ne sera jamais un homme poli­tique. C’est son point fort.
      Les autres ont bai­gnés depuis des lustres dans les cou­lisses de la poli­tique prêts à mordre leurs plus fidèles alliés. Si les Fran­çais refusent de voir la réa­li­té, la domi­na­tion d’une UE qui depuis des décen­nies nous mènent vers une dic­ta­ture.. qu’ils en subissent les conséquences..

      Réponse
  3. nunu

    Pen­ser que Fran­cois Asse­li­neau est là pour divi­ser l’op­po­si­tion c’est tout même fort : pen­dant la cam­pagne qui par­lait clai­re­ment de sor­tir de l’UE, Euro et de l’O­TAN et essayait d’ex­pli­quer aux gens ce qui allait se passer ?
    Il n’y avait qu’un seul can­di­dat à ma connais­sance sur cette ligne !
    Et je pense sin­cè­re­ment que Fran­cois Asse­li­neau est plus digne de confiance que Melen­chon pour la simple et bonne rai­son qu’il a tou­jours tenu la même ligne, même si elle n’é­tait pas popu­laire et pou­vait lui poser des pro­blèmes de répu­ta­tion (com­plo­tisme etc..). Il n’a pas eu de revi­re­ment de ligne pour des rai­sons élec­to­rales ou choses du genre. Il a tou­jours dit les choses clai­re­ment en ce qui concerne l’UE.
    Ce qui est éton­nant c’est que rare­ment FI, après l’élection com­mu­ni­quait sur les GOPEs dans le médias lors des réformes sur le code du tra­vail pour expli­quer d’où cela venait.
    Car au final, il n’y a que 2 camps qui sont cohé­rents actuel­le­ment : LREM et UPR, les autres c’est de l’a­gi­ta­tion qui ne sert qu’a cap­ter un sem­blant d’opposition…

    Réponse
    • RV

      @ nunu | 7 février 2018 à 11:59
      « Il n’y avait qu’un seul can­di­dat à ma connais­sance sur cette ligne »
      C’est bien d’a­voir des convic­tions mais ça ne devrait pas empê­cher d’é­cou­ter les concurrents.
      à lire sur : https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​L​a​_​F​r​a​n​c​e​_​i​n​s​o​u​m​ise

      « …/… Le 9 avril, le mee­ting de Jean-Luc Mélen­chon ras­semble plus de 70 000 per­sonnes au Vieux-Port à Mar­seille. Prin­ci­pa­le­ment axé sur le thème de la paix, il a ren­du hom­mage aux 30 000 per­sonnes mortes dans la Médi­ter­ra­née par une minute de silence. Sur les enjeux géo­po­li­tiques, il a réaf­fir­mé sa volon­té de sor­tir de l’Or­ga­ni­sa­tion du trai­té de l’At­lan­tique nord (OTAN), afin de ne pas entraî­ner la France dans les guerres menées par les États-Unis, et ain­si d’a­gir dans le seul cadre de l’Or­ga­ni­sa­tion des nations unies (ONU). Pour finir il a bran­dit un rameau d’o­li­vier en affir­mant : « Je serai le pré­sident de la paix »…/… »

      Réponse
  4. majax

    Un rap­pro­che­ment FI et UPR…
    Il fau­drait pour cela Mélen­chon décide clai­re­ment de sor­tir de l’U.E car l’U­PR sera sans conces­sion à ce sujet. Et cela aura lieu quand Mélen­chon sen­ti­ra que cette idée pour­ra lui faire gagner des élec­tions. C’est cette poli­tique du « en même temps » chère à Macron et que Mélen­chon maî­trise par­fai­te­ment aus­si qui me fait pen­ser que ce der­nier tra­hit dans l’œuf la réécri­ture de la consti­tu­tion défen­due ici sur ce site. Il y aurait de quoi déve­lop­per encore sur ce point.
    C’est extrê­me­ment regret­table car la plu­part de mili­tants FI et UPR pour­raient s’en­tendre sur une majo­ri­té de sujets. Les échanges entre les mili­tants des deux mou­ve­ments sont cour­tois et constructifs. 

    Tout se passe à la tête du parti.
    C’est Étienne qui nous a fait décou­vrir ici Simone Weil et qui nous à démon­trer l’im­pos­si­bi­li­té d’ar­ri­ver à une solu­tion par la voie actuelle du vote. Et nous suc­com­bons encore et encore aux chants des sirènes, comme lors des der­nières élections.

    Il faut attendre que Sire Mélen­chon se décide enfin à mettre en place l’ar­ticle 50, tout le reste n’est que perte de temps. Voi­là ce à quoi nous sommes réduit.

    Réponse
  5. ERIC

    En tant qu’adhé­rent à l’U­PR je sais qu’il y a énor­mé­ment de mili­tants hon­nêtes et sin­cères à la France Insoumise.
    Nous nous sommes régu­liè­re­ment croi­sés lors des tractages.
    Il faut bien dire aus­si que nous avons aus­si une « forme » de res­pect cor­dial avec des mili­tants d’autres mouvements.
    Au delà des opi­nions, il fau­dra bien que l’on se retrouve sur des ana­lyses tech­niques pré­cises, (Gopés, art.48, solde tar­get II, bref le minimum)

    l’o­li­gar­chie sou­haite deux choses : notre igno­rance et notre division
    l’o­li­gar­chie craint deux choses : notre connais­sance et notre rapprochement
    (çà marche aus­si dans l’autre sens, alors à vous de voir…)
    amic
    Eric

    Réponse
  6. etienne

    Inté­res­sants com­men­taires de JLM : 

    Réponse
    • Ronald

      La logique du sys­tème, ce serait à terme de sup­pri­mer les élec­tions, qui ne font que le gêner inuti­le­ment. Le régime ne fonc­tion­ne­rait alors plus qu’a­vec des diri­geants dési­gnés par cooptation.

      Réponse
      • majax

        Oui Ronald, c’est pour cela que je n’ar­rive pas à faire confiance à un Mélen­chon, même s’il m’est arri­vé de voter pour lui, faute de mieux, car cette logique est tota­le­ment absente de son dis­cours, à part quand il semble se for­cer à par­ler de la 6ème constitution.

        Réponse
    • Guy de la Pétodière

      Inter­res­sant com­men­taire de JLM en effet, mais une fois de plus, il n’é­voque jamais la cause des causes.
      Exemple à #23′ sur le sujet des tra­vailleurs déta­chés : il dénonce très exac­te­ment le pro­blème. Et il dit « le jour où nous aurons une majo­ri­té par­le­men­taire nous abrogerons ».
      1/ encore faut-il qu’il ait la majorité
      2/ même si, il ne peut pas l’a­bro­ger car c’est une direc­tive européenne.
      –> Donc une fois de plus, même si çà fait plai­sir de l’en­tendre, c’est du gros pipeau.

      Réponse
      • RV

        Il dit que la France déso­béi­ra aux Trai­té, c’est sa stra­té­gie pour prendre en compte cette objection.

        Réponse
        • Ronald

          Dans tous les cas, son dis­cours témoigne d’un mode de pen­sée de l’An­cien Monde, et qui ne me convient pas dans les rela­tions poli­tiques que je sou­haite voir advenir :
          – Soit il n’en­vi­sage pas ni de modi­fier les Trai­tés ni de leur déso­béir. En ce cas, ce qu’il raconte est une simple fausse pro­messe à son élec­to­rat. Une salo­pe­rie, mais néan­moins assez clas­sique en régime représentatif.
          – Soit il sait qu’on ne modi­fie pas les Trai­tés, et que leur « déso­béir » signi­fie quit­ter l’U­nion. Mais il ne veut pas par­ler de quit­ter l’U­nion pour ne pas effrayer le bon peuple. Le but est meilleur, mais on reste alors dans un sché­ma clas­sique où les repré­sen­tants dirigent le pays en se méfiant du peuple.
          – Soit il sait qu’on ne modi­fie pas les Trai­tés mais aus­si que les Etats puis­sants peuvent y « déso­béir » sans consé­quence pour eux. La France a long­temps déro­gé au cri­tère des 3 % de défi­cit sans être sanc­tion­née. On est ici dans l’i­dée que les accords ne sont rien et que la force est tout, ce qui est une très mau­vaise base pour bâtir une Europe démocratique.

          Quoi qu’il en soit, avec le régime où nous vivons, il n’y a pas moyen de savoir ce que Mélen­chon à der­rière la tête, et en lui fai­sant confiance, on navigue vrai­ment à l’aveugle.

          Réponse
          • RV

            Il y a la lettre des trai­tés, leur esprit et la réa­li­té des négo­cia­tions et même la mise devant le fait accompli.
            Com­ment expli­quez vous, si je vous suis à la lettre, que le Por­tu­gal, sans quit­ter l’U€, puisse faire la poli­tique éco­no­mique qu’il fait depuis l’ar­ri­vée au pou­voir de cette coa­li­tion de gauche ?
            Boris Vian disait très jus­te­ment qu’entre le noir et le blanc il y a une infi­ni­té de gris et aus­si « il y a quelque chose qui cloche là dedans, j’y retourne immédiatement ! »

          • RV

            « il n’y a pas moyen de savoir ce que Mélen­chon à der­rière la tête, et en lui fai­sant confiance, on navigue vrai­ment à l’aveugle. »

            Depuis les élec­tions pré­si­den­tielles la FI se referre au pro­gramme « l’hu­main d’a­bord », avec lequel vous pou­vez avoir des points de désac­cord mais que vous ne pou­vez pas ignorer.
            Je vous invite, pour appro­fon­dir, à la lec­tures des « livrets thé­ma­tiques » dont bien sur celui sur la Défense.
            https://​ave​ni​ren​com​mun​.fr/​l​i​v​r​e​t​s​-​t​h​e​m​a​t​i​q​u​es/

    • majax

      A force de faire des par­tis d’u­nion de français…ces der­niers sont plus divi­sés que jamais. Mais bon, pour­quoi pas.

      Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles