Qui peut écrire une constitution ? (vidéo 5 minutes)

17/11/2017 | 7 commentaires

Par­lez-en entre vous. 

Et autour de vous.


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​7​8​7​8​8​7​5​5​7​317

Rap­pel : les 12 vidéos de « Deve­nons citoyens ! » Entre­tiens à pro­pos d’une démo­cra­tie digne de ce nom :

https://​www​.chouard​.org/​2​0​1​5​/​1​1​/​1​1​/​d​e​v​e​n​o​n​s​-​c​i​t​o​y​e​n​s​-​e​n​t​r​e​t​i​e​n​s​-​a​-​p​r​o​p​o​s​-​d​u​n​e​-​d​e​m​o​c​r​a​t​i​e​-​d​i​g​n​e​-​d​e​-​c​e​-​n​om/

1 Quels sont les défauts du gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif ? (5 min.)
2 Quels sont les grands prin­cipes de la démo­cra­tie ? (5 min.)
3 La répu­blique favo­rise-t-elle la démo­cra­tie ? (5 min.)
4 Le public aux mains des inté­rêts pri­vés (4 min.)
5 Indi­vi­dua­lisme et démo­cra­tie : ce n’est pas un pro­blème (7 min.)
6 Faut-il un « chef » dans une démo­cra­tie ? (6 min.)
7 Com­ment être effi­cace pour réta­blir une vraie démo­cra­tie ? (5 min.)
8 Étienne Chouard est-il un gou­rou de la démo­cra­tie ? (6 min.)
9 Qui peut écrire une consti­tu­tion ? (5 min.)
10 Démo­cra­tie, reli­gions et laï­ci­té (4 min.)
11 Com­ment se finance une démo­cra­tie ? (10 min.)
12 Conseils de lec­tures anti-escla­va­gistes (12 min.)

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

7 Commentaires

  1. etienne

    Fran­çois Ruf­fin est un des rares repré­sen­tants dignes de ce nom :

    « CONTRE LES MAÎTRES DES MÉDIAS, VIVE LES DUTTON PEABODY ! » – Macron, Lagardère et le service public

    Réponse
    • ève

      Les pre­miers rangs de l’As­sem­blée en pâmoi­son devant l’o­ra­teur se demandent s’il va tout balan­cer ! Ben oui , une puis­sante inter­ven­tion , comme un gros rocher des­cen­du en ava­lanche dans une rivière , vient d’é­cla­bous­ser tous ceux reliés à cette boue , pour réveiller qques z’en­dor­mis ! Mais où sont les autres dépu­tés ? .…..Ah oui .…..for­cé­ment à leurs affaires .…!
      Bon week-end

      Réponse
  2. etienne

    Vrai­ment, j’aime Ruffin 🙂

    Réponse
    • Ronald

      C’est vrai que moi aus­si je suis tou­jours d’accord avec ce qu’il dit ou fait, tant sur le fond que la forme. Il incarne toutes les idées révo­lu­tion­naires que je vou­drais voir mises en place. Qui avant lui avait son­gé à révé­ler comme ici les cou­lisses l’assemblée ? Un jour cela sem­ble­ra pour­tant évident que chaque citoyen doit savoir com­ment cela fonc­tionne. Sur sa chaîne You­tube, il nous fait régu­liè­re­ment part de sa propre décou­verte pro­gres­sive du fonc­tion­ne­ment de nos ins­ti­tu­tions (et il se rend compte avec nous que déci­dé­ment, il n’y a rien qui marche comme cela devrait le faire dans un régime sain). La manière dont il le fait est éga­le­ment nova­trice : un poli­tique « clas­sique » n’expliquerait pas qu’il rédige ses ques­tion au gou­ver­ne­ment après avoir bu un grog à la buvette ; ici, cela passe avec le plus grand naturel.

      (Petite inser­tion au pas­sage : sur le fond de l’intervention de Loïc Prud­homme, je ne suis pas favo­rable à ce que l’État sub­si­die les asso­cia­tions de consom­ma­teur. Ce devrait être aux adhé­rents de les finan­cer, et si l’État veut leur faci­li­ter la tâche, il n’a qu’à dimi­nuer les impôts ; mais ça c’est mon côté plus libé­ral et anti­éta­tiste que la France Insou­mise ou En Marche).

      Une autre atti­tude de Ruf­fin qui tranche avec l’ancienne poli­tique, que l’on retrouve dans d’autres video, c’est son refus sys­té­ma­tique de se pro­non­cer sur des sujets qu’il n’a pas tra­vaillé. On ne mesure pas le chan­ge­ment que cela fait qu’un dépu­té invi­té sur un pla­teau de télé­vi­sion, inter­ro­gé sur la Cata­logne, le bud­get mili­taire ou la levée du secret fis­cal, réponde qu’il n’a pas réflé­chi à la ques­tion ! Cela lui pose d’ailleurs des pro­blèmes lors du vote à l’assemblée, car sur de nom­breux sujets, il est obli­gé de s’en réfé­rer aveu­glé­ment au membre du groupe FI qui s’y est consa­cré. Il ne déve­loppe pas expli­ci­te­ment son atti­tude, mais il est pour moi clair qu’il estime que, pour qu’une assem­blée prenne la déci­sion opti­male, il est indis­pen­sable que les membres aient un avis infor­mé (ce qui ne veut pas non plus dire être des tech­ni­ciens du sujet). Si cer­tains ne le sont pas, il vaut mieux qu’ils s’abstiennent cas ils risquent de se fier à leur impres­sion super­fi­cielle, ou à la pres­sion de la foule, ou des lob­bys, ce qui dégra­de­ra la qua­li­té de la déli­bé­ra­tion et de la déci­sion (Vous avez peut-être vu la video où il réagit à l’affaire Ada­ma Traoré : 

      Je vou­drais juste encore don­ner un petit exemple illus­tra­tif de rhé­to­rique poli­tique pas­sé récem­ment. Il montre bien l’opposition des deux mondes. Il concerne l’affaire Sonia Nour. Sonia Nour tra­vaille à la mai­rie de la Cour­neuve. Dans un tweet, elle qua­li­fie le ter­ro­riste de la gare Saint-Charles à Mar­seille de « mar­tyr ». Cela fait scan­dale et elle est licen­ciée. Elle est cepen­dant sou­te­nue dans un autre tweet par Zoé Des­bu­reaux, sup­pléante de Ruf­fin. Pain béni pour En Marche, et le dépu­té Richard Fer­rand attaque sur le thème : le ter­ro­riste a été sou­te­nu par Sonia Nour, qui a été sou­te­nue par Zoé Des­bu­reaux, qui est sup­pléante de Ruf­fin, qui fait par­tie du groupe FI. Donc, la France Insou­mise est un peu com­plice de terrorisme.
      Inté­res­sons-nous à la réponse de Ruffin :
      httpv://www.facebook.com/FrancoisRuffin80/posts/805831552931717

      On note­ra l’argumentation rigou­reu­se­ment agen­cée, qua­si sco­las­tique : « D’abord … Ensuite … Et bien sûr … » Il se défend contre cha­cune des accu­sa­tions qu’on pour­rait lui faire. Puis, il indique sa posi­tion en posant un dis­tin­go : « Je ne sou­tiens pas ma sup­pléante quant à son mes­sage », mais « Ce mes­sage ne mérite pas les menaces de mort qu’elle a reçue ».
      On voit ici que dans son esprit, le « tour­nant déli­bé­ra­tif » est déjà effec­tué. Il se voit dans un régime où les déci­deurs s’échangent des rai­son­ne­ments logiques. Après déli­bé­ra­tion, cha­cun s’incline devant l’argumentation la plus ration­nelle. Les argu­ments fal­la­cieux sont écartés.

      Tout autre est la réponse de Mélenchon :
      https://​www​.face​book​.com/​J​L​M​e​l​e​n​c​h​o​n​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​8​3​0​9​4​8​4​8​8​750

      Le vieux singe sait, lui, com­ment marche la socié­té du spec­tacle. On a une argu­men­ta­tion en trois points :
      1) Dévoi­ler la tech­nique retorse de l’adversaire, de manière plus effi­cace que chez Ruf­fin (« On devine la manœuvre qui me prend à témoin de l’homme qui a vu l’ours qui a croi­sé le che­val qui a man­gé le foin du pay­san qui avait giflé son fils ! »).
      2) Défense nette et sans finesse contre l’attaque, avec un voca­bu­laire ici aus­si dif­fé­rent (« Que j’ai tou­jours condam­né les assas­sins et les actes ter­ro­ristes. Que j’ai tou­jours condam­né l’is­la­misme poli­tique. Je condamne toute ambi­guï­té sur le sujet quelles qu’en soient les inten­tions ou les prétextes. »)
      3) Lorsqu’on est accu­lé, il ne faut pas se limi­ter à se défendre mais contre-atta­quer sur un sujet péri­phé­rique pour créer une diver­sion (Cela aurait été dési­gné par Pas­qua par l’expression « créer une affaire dans l’affaire »). Ici, la réplique de Mélen­chon est un som­met de la mau­vaise foi, tout à fait hors de pro­pos par rap­port au pro­blème initial :
      « L’in­ter­pel­la­tion offen­sante du pré­sident Fer­rand ne sau­rait effa­cer l’in­fa­mie de son refus par son vote per­son­nel de châ­tier Lafarge pour sa com­pli­ci­té avec Daesh, ni son refus d’en­quê­ter sur les liens du Qatar avec les groupes ter­ro­ristes qui ont assas­si­né nos com­pa­triotes. Je demande au pré­sident Fer­rand de condam­ner la com­pli­ci­té finan­cière avec Daesh. Je lui demande aus­si de condam­ner les meurtres de Mar­seille, ce qu’il n’a tou­jours pas fait per­son­nel­le­ment. » (Fer­rand est ici pra­ti­que­ment accu­sé de sou­te­nir lui-même le terrorisme).
      Le com­bat est gagné si l’attaquant est lui-même ame­né à se justifier.

      Dans le régime actuel (peut-être est-ce même indis­so­ciable du sys­tème élec­tif), une parole telle que celle de Ruf­fin semble par­tir avec un han­di­cap par rap­port à celle d’un Mélenchon.
      Est-ce que la popu­la­tion pré­fé­ra une vie poli­tique ani­mée par des Ruf­fin, ou par des Fer­rand et des Mélen­chon ? Ce sera, là aus­si, l’une des condi­tions néces­saires qui déci­de­ront du bas­cu­le­ment du régime.

      Réponse
  3. alainr

    Juillet 2017, Le Monde Diplomatique : 

    Redonner à l’Union européenne une base politique légitime

    Quand le juge dissout l’électeur

    https://​www​.monde​-diplo​ma​tique​.fr/​2​0​1​7​/​0​7​/​G​R​I​M​M​/​5​7​645

    […] aus­si long­temps que les coûts démo­cra­tiques de la consti­tu­tion­na­li­sa­tion échap­pe­ront à l’attention publique.

    Die­ter Grimm, ancien membre de la Cour consti­tu­tion­nelle fédé­rale alle­mande et pro­fes­seur au Wis­sen­schafts­kol­leg de Ber­lin (29 mars 2017).

    Réponse
  4. etienne

    Véro­nique a retrans­crit cette petite vidéo : 

    RETRANSCRIPTION :
    QUI PEUT ÉCRIRE UNE CONSTITUTION ?

    Les fonc­tion­naires, par la pro­tec­tion de leur sta­tut, sont sûre­ment ceux qui ont qua­si­ment une mis­sion de résis­tance et d’émancipation : comme ils sont plus pro­té­gés ils peuvent le faire.
    Main­te­nant, il y a plein de gens qui sont profs, pro­té­gés, et ne qui font rigou­reu­se­ment rien, qui s’occupent de leurs affaires dans leur coin… C’est pas bien, hein… Mais bon, cha­cun agit en conscience, on ne peut pas les for­cer. Et il n’y a pas que les profs : tous les fonc­tion­naires, tous les gens qui sont pro­té­gés, qui ont une situa­tion qui leur per­met de pas avoir peur de perdre son bou­lot à cause de leur action poli­tique, devraient, par soli­da­ri­té avec tous ceux qui ont peur de perdre leur bou­lot et qui ne peuvent pas ouvrir le bec du tout, devraient mili­ter, faire de l’éducation populaire… 

    Mais celui qui risque de perdre son bou­lot, qui est fra­gi­li­sé, qui n’a pas le droit d’ouvrir le bec, il a le droit de toquer à la porte de son voi­sin et de faire des ate­liers consti­tuants avec lui, en cati­mi­ni, en tapi­nois comme dirait Guille­min, pas besoin de le crier sur les toits, on fait des ate­liers consti­tuants, dis­crè­te­ment, mais on s’en occupe, on éteint cette fichue télé, on l’éteint, com­plè­te­ment, et on apprend à écrire des articles, à écrire les enjeux, on apprend à repé­rer ce qui est impor­tant dans une consti­tu­tion, une vraie, à [com­prendre] la façon dont on se fait gru­ger dans les fausses consti­tu­tions, on s’entraîne quoi, c’est pas com­pli­qué, c’est à la por­tée de n’importe quel humain. Quelques heures, tu fais des pro­grès immenses. 

    C’est pas com­pli­qué d’écrire une bonne consti­tu­tion. Ce qui est com­pli­qué, c’est d’écrire une fausse consti­tu­tion : écrire une consti­tu­tion qui a l’apparence d’une consti­tu­tion et puis qui, en fait, est une anti­cons­ti­tu­tion, qui a l’apparence de défendre les droits du peuple et qui en fait empri­sonne les peuples, ça, c’est un art, un art de juriste, un art de men­teur, ok, ça, c’est compliqué. 

    Mais c’est pas ça qu’on a besoin de faire : on a besoin d’écrire un texte tout simple qui ins­ti­tue notre puis­sance, et qui ne ment pas, qui l’écrit en mots simples jus­te­ment. C’est pas com­pli­qué, ça. Mais faut s’en occu­per quand même hein, faut un peu tra­vailler. Faut quand même se réunir, mer­douiller au début, écrire de mau­vais articles dans un pre­mier temps, et puis gri­bouiller, cor­ri­ger, « tiens c’est mieux », gri­bouiller, cor­ri­ger, « tiens c’est mieux », et puis ça s’arrange, ça va pas être bon du pre­mier coup mais on s’en fout com­plè­te­ment, qui écrit bien du pre­mier coup ? per­sonne. Écri­vez, surtout. 

    « Le secret de l’action c’est com­men­cer » (Alain). Le secret de l’action c’est de com­men­cer. Com­men­cez à écrire des articles. C’est pas bien ? On s’en fout, c’est le début. Vous allez cor­ri­ger, vous allez ratu­rer. Tiens, là je me suis trom­pé, je cor­rige, je rem­place un mot, je rem­place une phrase. Écri­vez des articles de consti­tu­tion. Vous avez peur de la feuille blanche ? pre­nez la consti­tu­tion de 1958, l’anticonstitution actuelle. Pre­nez la pre­mière par­tie, c’est pas long. Et vous la cri­ti­quez, vous la lisez, vous bar­rez quand ça vous plaît pas. C’est pas com­pli­qué ça : tu barres quand ça ne te plaît pas. Et puis de temps en temps, tu vas voir, tu vas rajou­ter. Tu vas rajou­ter des mots. Et puis tu vas te mettre à rajou­ter des articles. Eh ben voi­là, t’es par­ti d’une mau­vaise consti­tu­tion, voire d’une anti­cons­ti­tu­tion, t’es en train d’en fabri­quer une bonne. T’es à l’entraînement. Au match, quand le match arri­ve­ra, tu seras précieux. 

    Et puis ça te ren­dra capable de lire. Tout le monde ne va pas écrire la consti­tu­tion, on est trop nom­breux. Mais si tout le monde s’est ren­du capable d’écrire la consti­tu­tion, on sera tous capables de lire avec un œil acé­ré, un œil exi­geant, un œil sour­cilleux, un regard sourcilleux. 

    Et on ne se fera plus enfu­mer comme d’habitude.

     
    Mer­ci Véronique 🙂

    Réponse
  5. Frank DUPLAQUET

    Mer­ci à Etienne pour ses explications.
    Mer­ci à Véro­nique de l’a­voir retranscrit.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....