Un exemple (amusant) d’atelier constituant. (ici sur la vidéosurveillance, mais peu importe).

27/06/2017 | 10 commentaires

Un exemple (amu­sant) d’a­te­lier consti­tuant (ici sur la vidéo­sur­veillance mais, au fond, peu importe).

Cette petite scène, qui montre sur­tout com­ment il s’a­git sim­ple­ment d’in­vi­ter la consti­tu­tion dans nos conver­sa­tions quo­ti­diennes, pour­rait vous aider (je rêve) à enfin orga­ni­ser les vôtres.

Mille mer­cis à Benoît​​, jeune magi­cien de la mini vidéo virale, pour avoir ain­si extrait ce petit pas­sage de la (très chouette) confé­rence de Nantes.

Bon cou­rage, bande de virus 🙂

Étienne.

Fil face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​3​7​9​5​6​5​6​1​7​317

Catégorie(s) de l'article :

10 Commentaires

  1. Benoit

    Mer­ci Etienne !

    J’ai fait les sous-titres et voi­ci la retranscription : 

    « C’est impro­vi­sé mais c’est tout simple en fait, c’est pas com­pli­qué, il faut pas s’i­ma­gi­ner… on peut dire qu’on est autour d’un café. C’est un rôle.
    Com­ment vous vous appelez ?

    - Magni­fique pré­nom : je m’ap­pelle Étienne

    - Sans blague ! Un autre Étienne. Ça c’est mar­rant : il n’y en a pas beau­coup. Salut Étienne.
    Et toi, tu t’ap­pelles comment ?

    - Alexandre

    - Vous vous sou­ve­nez, hier on a par­lé du réfé­ren­dum et on avait par­lé de la sur­veillance dans les rues, et ce matin j’ai eu une idée, alors je l’ai écrite et je me suis dit que j’al­lais vous en par­ler. Mais j’ai char­rié, vous allez voir, c’est mal écrit et puis peut-être que j’exagère

    « Tous les fonc­tion­naires sont fil­més dans l’exer­cice de leurs fonctions. »
    Donc les juges, les gar­diens de pri­son, les poli­ciers, les profs… (je suis prof). Mais en fait je suis tel­le­ment ulcé­ré par le fait qu’on soit sur­veillés [comme du bétail ou des délin­quants] que je vou­drais que, si on est sur­veillé, que tout le monde soit sur­veillé. Ce n’est pas juste qu’il n’y ait que les peuples qui soient sur­veillés, il fau­drait que les acteurs poli­tiques qui décident de sur­veiller les gens soient eux aus­si sur­veillés. Est-ce que c’est tous les fonc­tion­naires ? Ou est-ce que ça peut être seule­ment les acteurs publics ?

    - Est-ce que c’est une sur­veillance indi­vi­duelle ou plu­tôt col­lec­tive dans des lieux d’institution ?

    - « Dans l’exer­cice de leurs fonctions »
    les poli­ciers ça serait dans les com­mis­sa­riats, les gar­diens de pri­son dans les prisons…

    - Ça veut dire qu’il faut sur­veiller ceux qui sur­veillent aus­si et sur­veiller ceux qui sur­veillent qui surveillent…

    - Il y a un moment où ce n’est plus néces­saire. Je pense par exemple que les poli­ciers qui nous sur­veillent dans les rues (si j’ai bien com­pris, der­rière les camé­ras qu’il y a dans les rues : c’est des poli­ciers, je pense… – je suis pas sûr de ça) mais il fau­drait que ces gens-là soient eux-mêmes sur­veillés, non ?

    - Mais en même temps, il y a aus­si des citoyens qui prennent leur télé­phone por­table de plus en plus, qui filment les forces de l’ordre… c’est un contre-pouvoir.

    - Oui voi­là. Mais ils ne sont pas dans les com­mis­sa­riats, ils ne sont pas dans les pri­sons… dans les pré­toires où on décide de la vie/la mort des gens…
    En même temps, je ne vou­drais pas trop limi­ter les pou­voirs parce que, il y a un moment [où trop sur­veiller peut tout blo­quer] En fait, c’est insup­por­table d’être fil­mé. En fait, moi, ce que je voudrais…

    - Ça pour­rait avoir un effet per­vers aussi…

    - Voi­là, ils ne [feraient] plus rien… de peur de… En même temps, s’ils ne font plus de mau­vaises actions… c’est pas mal…
    Peut-être qu’on pourrait…
    J’ai écrit après : « les films sont consul­tables », j’ai mis « en ligne » point d’in­ter­ro­ga­tion. C’est décon­nant de publier en ligne les gens [au tra­vail], mais ils ne se gênent pas eux, ils le font [ils nous filment par­tout]. Et donc tous les argu­ments… il fau­drait que je pré­sente ça à un élu. Il va me dire : « Vous n’y pen­sez pas mon vieux, nous fil­mer pen­dant qu’on est en train de tra­vailler, on ne va plus avoir d’in­ti­mi­té ». Et tous les argu­ments qu’il va me ren­voyer, je vais lui dire : « mais nous non plus, on n’a plus d’in­ti­mi­té puisque vous nous fil­mez par­tout. » Et donc les argu­ments qu’il va me ren­voyer je pour­rais lui ren­voyer [à mon tour], non ?

    - Le sou­ci de fil­mer, c’est qu’on n’est pas for­cé­ment au top tout le temps… ça peut être mon­té en épingle pour des brou­tilles. Il faut pas mettre en ligne, tu as rai­son mais par contre on pour­rait dire que :
    « les films sont consul­tables par les juges et par la chambre de contrôle des fonc­tion­naires, 200 citoyens tirés au sort pour un an, non renou­ve­lable. La chambre de contrôle des fonc­tion­naires qui peut ester en jus­tice – donc qui peut déclen­cher une action – et lan­cer un réfé­ren­dum. » Quand il y a un problème. 

    - …et qu’il y ait une confi­den­tia­li­té qui soit res­treinte à ces 200 personnes

    - Est-ce qu’on l’é­cri­rait ça ? « Sous contrainte de confidentialité »

    - Pour moi, ça aurait un effet per­vers de les sor­tir, un peu télé-réalité

    - « Sous contrainte de confi­den­tia­li­té » on va noter ça comme ça, comme tu l’as dit et puis si on trouve un meilleur nom on pour­ra le mettre autre­ment. Et j’a­vais écrit aussi :
    « Toute vidéo­sur­veillance des citoyens doit être sou­mise à réfé­ren­dum par les auto­ri­tés qui sou­haitent la mettre en place ». Donc ils ne pour­raient plus mettre des camé­ras par­tout sans nous deman­der notre avis.
    « et peut être inter­dit par réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive [citoyenne] »

    « Toute vidéo­sur­veillance doit être sou­mise à réfé­ren­dum » Donc, ils ne peuvent pas le faire sans l’ac­cord des gens au moins majo­ri­taire… ça veut dire que les mino­ri­taires… si ceux qui ne veulent pas de la surveillance…

    - Du coup, on parle de sur­veillance globale…

    - La sur­veillance dans les rues « Toute vidéo­sur­veillance » dans les maga­sins, partout

    - Les citoyens peuvent très bien par réfé­ren­dum déci­der qu’il y ait de moins en moins de camé­ras en fait. Ne plus sup­por­ter l’i­dée qu’on soit fil­mé de par­tout. De faire ça au départ mais avec le réfé­ren­dum fina­le­ment non

    - Comme ça ils peuvent chan­ger d’a­vis tu veux dire ?

    - Oui, fina­le­ment on pour­rait chan­ger d’avis

    - Donc comme le dit Yvan [Bachaud], et [l’as­so­cia­ton] Article 3, si on a le réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire comme
    comme garde-fou quoi, on peut chan­ger d’a­vis et l’in­ter­dire [la vidéosurveillance]

    - Pour­quoi pas ne pas deman­der dès le départ si les gens veulent être fil­més nuit et jour ? 

    -Voi­là, regarde : « Toute vidéo­sur­veillance des citoyens doit être sou­mise à réfé­ren­dum » ça veut dire avant… « doit être sou­mise préalablement »
    Tous les vidéo sur­veillances… qui cor­res­pondent pas, doivent être détruites. On pour­rait dire ça, non ? Parce que qu’est-ce qu’on fait avec toutes les camé­ras qu’ils ont ins­tal­lés ? Faut les virer, non ?

    - Si on fai­sait comme ça, toutes les camé­ras fau­drait les pas­ser au référendum.

    - Mais à ton avis, c’est exa­gé­ré ou pas ? Parce qu’il y en a par­tout : il y en a sur les auto­route mais y en a dans les maga­sins, dans les rues…

    - non je ne trouve pas ça exa­gé­ré dans le sens où ça nous concerne, c’est notre vie : on en revient à l’in­ti­mi­té, ce que tu évo­quais tout à l’heure.

    - Donc on peut sou­mettre à réfé­ren­dum toutes les camé­ras. Et on leur donne com­bien ? On leur donne 6 mois… ? Il fau­drait leur don­ner un temps pour les démonter

    - Est-ce qu’il fau­drait faire par type d’é­ta­blis­se­ment ? il y a peut-être des éta­blis­se­ments plus… sen­sibles – je sais pas si c’est le mot – où cer­tains pour­raient trou­ver ça plus approprié

    - Donc on met­trait une exception ?

    - Je pense aux banques qui n’au­raient pas for­cé­ment le même régime… [rires] ok j’ou­blie cet exemple. Il y aurait peut-être pas le même régime dans les trans­ports que dans les maga­sins par exemple. Peut-être qu’il y a des gens qui sou­hai­te­raient que ça soit pas le même régime de surveillance.

    - Déjà dans la vie pri­vée je pense, chez soi, dans la voiture…

    - Ben oui ! Alors com­ment on va faire ? Tu as raison…

    Tu as un autre exemple que les banques des situa­tions dans les­quels on devrait accep­ter sans réfé­ren­dum la vidéo surveillance ?

    - Les commissariats

    [rires]

    - Parce que les com­mis­sa­riats ça ne sur­veille pas que les citoyens pour le coup, il peut y avoir une sur­veillance des deux. Qu’est-ce qu’il se passe dans un commissariat ?

    - Mais ça on l’a mis, le 1er para­graphe c’est « Tous les fonc­tion­naires sont fil­més dans l’exer­cice de leurs fonction »

    - Oui mais là c’est pas que des fonc­tion­naires, parce que dans un com­mis­sa­riat il y a aus­si des citoyens

    c’est quand même com­pli­qué la sur­veillance. Ils nous cassent les pieds à nous sur­veiller, à nous obli­ger d’i­ma­gi­ner… Parce que c’est quand même un crève-cœur d’être sur­veillé par les gou­ver­nants et que les gou­ver­nants eux-mêmes ne soient pas sur­veillés… j’ai envie d’é­crire un truc, quoi !
    Il n’est pas facile, cet article là

    - Après, quelle est l’u­ti­li­té de la sur­veillance ? Quel est le but de la sur­veillance ? Est-ce qu’on sur­veille les gens parce qu’on a envie de leur faire peur, et donc qu’ils soient plus sou­mis et qu’ils acceptent plus de choses, ou est-ce qu’on les sur­veille parce qu’on a peur des voleurs, etc. ? Quel est le but de cette surveillance ?

    - Je pense que les poli­ciers qui savent qu’ils sont fil­més ne se com­portent pas de la même façon que quand ils savent qu’ils ne sont pas fil­més. Mais nous aus­si… toi et moi.

    - On est fil­mé là par exemple

    [rires]

    - J’ou­blie un peu ça, peut-être que je déconne de l’ou­blier si on orga­nise des sur­veillances comme ça, on va oublier les camé­ras, ça va nous retom­ber sur le museau. Non, la sur­veillance c’est une…
    je suis content de bien­tôt mou­rir : le monde dans lequel ils vont tous se sur­veiller : c’est un truc de dingue ! »

    Réponse
    • majax

      La fin est terrible.

      Réponse
      • Aquablue03

        Suis d’ac­cord !La vidéo sur­veillance va dis­pa­raitre , Jacques Atta­li et sa folie gran­dis­sante sont entrain de nous pré­voir un puçage défiant toute concur­rence ! Une sorte de numé­ros uti­li­sés comme dans les camps de concentration !
        Je n’ai pas l’in­fo concer­nant la façon dont ils vont s’y prendre ! Ce que je sais , c’est que je n’ai pas mis au monde des enfants pour que d’autres illu­mi­nés me les mutilent !
        Un ate­lier consti­tuant comme celui-là s’ap­pelle  » refaire le monde » !
        C’est pas l’ moment d’ bais­ser les bras !

        Réponse
  2. BlueMan

    Moi, c’est mar­rant, si j’a­vais par­ti­ci­pé à cette table ronde, j’au­rais dis :

    Pre­nons le pro­blème dans l’autre sens : inter­di­sons toute vidéo­sur­veillance à l’ex­cep­tion d’en­droits stra­té­giques bien spécifiques :

    - Les ins­ti­tu­tions et com­merces où des impé­ra­tifs de sécu­ri­té publique ou pri­vée s’im­posent : banques, ven­deurs de bijoux, com­merces sou­vent atta­qués, etc., avec une demande d’au­to­ri­sa­tion auprès d’une chambre natio­nale de citoyens dédiée à ce problème.
    – Les com­mis­sa­riats et les pri­sons pour des rai­sons du res­pect du droit et de la pro­tec­tion des citoyens contre les abus policiers.
    – Les cours des palais de jus­tice qui seront sys­té­ma­ti­que­ment fil­més et retrans­mis en direct sur le Net pour obte­nir une jus­tice plus sereine et parce-que celle-ci est ren­due au nom du peuple français.

    Réponse
    • Aquablue03

      Dans le détail , ne pas oublier la vidéo­sur­veillance des acteurs res­pon­sables du com­merce sou­ter­rain , com­merce qui semble ne jamais se faire atta­quer en appa­rence .…. mais qui ne peut en aucun cas venir se plaindre.… !
      Cepen­dant , c’est bien là que résident les motifs de déve­lop­pe­ment de ces réseaux de sur­veillance en surface !
      Bon dimanche

      Réponse
  3. Vincent F

    il manque la dif­fé­rence entre camé­ra en réseau et camé­ra lié à un enre­gis­treur local.
    Par exemple une camé­ra pour­rait être lié à un enre­gis­tre­ment et l’ enre­gis­tre­ment acces­sible uni­que­ment à le demande d’un juge. La véri­fi­ca­tion de la nature des camé­ras, pour ne pas qu’ il y ai fraude de la part des pou­voir publique. devra être du res­sort d’un comi­té de citoyen tiré au sort.

    Réponse
    • majax

      + Big Data ?

      Réponse
  4. annaelle

    Mer­ci à vous d’a­voir retrans­cris cet échange d’i­dée autour de la vidéo­sur­veillance aus­si appe­lée « vidéo­pro­tec­tion » lors­qu’il s’a­git du domaine public. De nom­breuses réflexions qui devraient effec­ti­ve­ment tous nous ame­ner à nous ques­tion­ner sur le réel bien-fon­dé de la vidéosurveillance.

    Réponse
  5. Carine Dhoye

    oui ate­lier consti­tuant et après, je dési­re­rai avoir l’a­vis et la pro­cé­dure de mon­sieur chouard, com­ment se faire entendre auprès des auto­ri­tés ? Bien mer­ci Mon­sieur Chouard

    Réponse
  6. yves leusch

    Il est un fait que « être fil­mé » met la pression.….et pas un peu. Un jour Macron nous disait : « Si vous n’a­vez rien à vous repro­cher, je ne vois pas le pro­blème ! » Woais ! Moi je dis : « mais que pour­ra-t-on nous repro­cher un jour ! ». De plus , si tout est contrô­lé, fil­mé, il n’y à plus d’é­chap­pa­toire, plus d’er­reur, plus d’oubli.…J’ai tra­vaillé dans des pri­sons et l’at­mo­sphère se déten­dait lorsque un indi­vi­du par­ve­nait à s’é­chap­per ! Pour­quoi ? Tout sim­ple­ment ce fait per­met­tait encore d’es­pé­rer ! Echap­per à la sur­veillance don­nait de l’espoir.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...