Macron a bien claqué un Smic par jour pendant 3 ans ! (+ 25 questions à lui poser sur des bizarreries sur son patrimoine) (1÷5), par Olivier Berruyer sur les​-crises​.fr

2/03/2017 | 16 commentaires

Je vous signale (et vous devriez faire connaître autour de vous) l’en­quête exem­plaire d’Oli­vier Ber­ruyer, enquête qui fait honte aux pré­ten­dus « jour­na­listes pro­fes­sion­nels » du pays, pré­ten­dus « jour­na­listes » en fait tous ven­dus comme des mar­chan­dises à 10 mil­liar­daires et qui, pour le compte de leurs maîtres, nous rebattent les oreilles tous les jours avec Macron, le pro­chain bour­reau du peuple vou­lu par la Banque, sans jamais évo­quer ses évi­dentes tur­pi­tudes financières.

Je repro­duis ci-des­sous tout l’ar­ticle d’O­li­vier pour rendre hom­mage à son énorme travail.
Vous devriez cepen­dant consul­ter l’o­ri­gi­nal, mis à jour et sur­tout com­men­té par la très per­ti­nente col­lec­ti­vi­té des lec­teurs du site les​-crises​.fr.

Macron a bien claqué un Smic par jour pendant 3 ans ! (+ 25 questions à lui poser sur des bizarreries sur son patrimoine) (1÷5)

Retour sur le patri­moine d’Emmanuel Macron. La presse refuse à l’évidence de trai­ter ce pro­blème sérieu­se­ment.

Cette nou­velle ana­lyse fait suite à ce pre­mier billet, fon­dé à l’époque sur les révé­la­tions du Canard Enchaî­né du 1er juin 2016 – M. Macron refu­sant tou­jours de répondre aux ques­tions pré­cises. J’ai donc déve­lop­pé dans ce billet plus pré­ci­sé­ment les choses, tout en sachant que, si les ordres de gran­deur sont très clairs, il reste des détails à pré­ci­ser pour pré­ci­ser cette étude, que seul M. Macron peut donner.

Je rap­pelle enfin que ce blog est apo­li­tique, et ne vise per­sonne en par­ti­cu­lier. Il cherche sim­ple­ment à jouer un rôle de vigie citoyenne et à orga­ni­ser du débat par­ti­ci­pa­tif pour faire avan­cer la recherche de la Vérité.

Série : Le Phénomène Macron…

Som­maire

0. Résumé pour ceux qui ne veulent pas tout lire 🙂

Ce billet est très dense et com­plet. Il montre au pas­sage la dif­fé­rence de trai­te­ment qu’il est pos­sible de faire dans l’analyse des deux décla­ra­tions de patri­moine de vingt lignes de M. Macron, selon que l’on sou­haite être exhaus­tif (comme ici) ou selon qu’on soit un grand titre de presse.

Si vous ne vou­lez pas tout lire, je résume mes prin­ci­pales ques­tions à M. Macron ici :

  1. M. Macron, vous avez gagné (sur­tout chez Roth­schild) ≈ 2,7 mil­lions d’euros bruts entre 2011 et 2013, soit ≈ 1,4 mil­lion d’euros nets après impôts. Vous décla­rez un patri­moine qua­si nul en 2014. Cela signi­fie­rait une dila­pi­da­tion d’environ 1 SMIC PAR JOUR durant 3 ans. Votre porte-parole a indi­qué que vous aviez « pas mal dépen­sé ». Pour­riez-vous vous expli­quer, et jus­ti­fier la réa­li­té et la com­po­si­tion de ces dépenses ?(Ques­tion 2)
  2. M. Macron, en 2007, à 30 ans, vous déci­dez d’acheter un appar­te­ment. Vous gagnez alors envi­ron 40 000 € par an, et n’avez guère d’apport per­son­nel. Vous choi­sis­sez un appar­te­ment de 83 m² à Paris à 890 000 €, soit un inves­tis­se­ment de plus de 1 000 000 € avec tra­vaux et frais de notaire. En théo­rie, cela signi­fie donc aux taux d’intérêts de 2007 plus de 40 000 € de simple charge d’intérêts par an. Pour­quoi un tel choix aus­si dis­pro­por­tion­né avec vos reve­nus ? (Ques­tion 4)
  3. M. Macron, pour finan­cer votre achat, vous emprun­tez en 2007 selon vos décla­ra­tions au JDD 550 000 € à votre ami mul­ti­mil­lion­naire, le regret­té Hen­ry Her­mand, et 400 000 €au Cré­dit Mutuel. Le tout avec 40 000 € de reve­nus annuels. Com­ment les avez-vous convain­cus – sur­tout la Banque – que vous auriez un jour assez d’argent pour les rem­bour­ser ? Saviez-vous  donc que vous devien­driez asso­cié-gérant chez Roth­schild 5 ans plus tard ? (Ques­tion 5)
  4. M. Macron, sans le prêt de 550 000 € sans inté­rêts à débour­ser (seule­ment en 2022) de votre ami mul­ti­mil­lion­naire, le regret­té Hen­ry Her­mand, vous n’auriez jamais pu ache­ter votre appar­te­ment en 2007. Êtes-vous inter­ve­nu à l’Élysée ou à Ber­cy sur des affaires le concer­nant lui ou son sec­teur d’activité (immo­bi­lier, start-up, presse…) ? (Ques­tion 6)
  5. M. Macron, vous décla­rez avoir ache­té en 2007 votre appar­te­ment 960 000 € avec tra­vaux. Vous avez esti­mé vous-même votre appar­te­ment 935 000 € en 2014. Comme le sou­ligne le Canard enchaî­né, les prix ont aug­men­té de 33 % dans votre quar­tier durant ces 7 ans. Vous avez indi­qué au Canard enchaî­né avoir “ache­té cher“. “Ache­ter cher”, ici, ce serait donc avoir payé au moins 250 000 € de trop pour un appar­te­ment qui n’était en plus pas du tout dans vos moyens de l’époque.  Pour­riez-vous donc nous expli­quer pour­quoi vous êtes un des très rares Pari­siens en moins-value dans cette période ?(Ques­tion 9)
  6. M. Macron, vous pas­sez chez Roth­schild d’une rému­né­ra­tion en rythme annuel de 137 000 € en 2009 à 2 600 000 € en 2012. Une telle pro­gres­sion sala­riale est-elle fré­quente ? Puisque vous avez appa­rem­ment dila­pi­dé presque tout cet argent en 3 ans, pour­quoi avoir quit­té Roth­schild en 2012 ? Êtes-vous cen­sé y reve­nir si vous per­dez en avril ? (Ques­tion 11)
  7. On lit sur le site du maga­zine Capi­tal (06÷11÷2014) que vous auriez appe­lé en 2013 la rap­por­teure PS du pro­jet de loi  de sépa­ra­tion des banques « plu­sieurs fois pour lui deman­der de reti­rer deux amen­de­ments non favo­rables à [vos] amis ban­quiers. Elle avait fait la sourde oreille. » Pou­vez-vous nous confir­mer ces faits et vous en expli­quer ? Pou­vez-vous nous confir­mer qu’ils n’ont aucun lien avec la ques­tion pré­cé­dente ?  (Ques­tions 12 et 25)
  8. Selon vos décla­ra­tions au JDD, vous gagnez 1 500 000 € après impôts chez Roth­schild essen­tiel­le­ment en 2011-12. Il semble bien que mi-2012, vous emprun­tiez 200 000 € de plus au Cré­dit mutuel. Est-ce vrai ? Pour­quoi aug­men­ter votre endet­te­ment ban­caire dans ces condi­tions, sur­tout d’un tel mon­tant ?  (Ques­tion 13)
  9. M. Macron, mal­gré vos plan­tu­reux reve­nus, vous emprun­tez au Cré­dit Mutuel le 23/11/2011 “350 000 € pour des tra­vaux dans la rési­dence secon­daire” – qui appar­tient à votre épouse. À quoi cor­res­pondent ces gigan­tesques tra­vaux ? N’est-ce pas un peu exces­sif, sur­tout quand on a appa­rem­ment déjà du mal à se désen­det­ter ? (Ques­tion 16)
  10. M. Macron, un LDD de 40 000 €, c’est une pos­si­bi­li­té réser­vée aux anciens ministres ? Pour les autres per­sonnes, c’est nor­ma­le­ment limi­té à 12 000 €, non ? (hors inté­rêts capi­ta­li­sés) Est-ce une erreur de sai­sie dans votre décla­ra­tion ? (Ques­tion 18)
  11. D’après le site de réfé­rence societe​.com, votre asso­cia­tion de finan­ce­ment aurait un code d’activité NAF 6622Z, qui est celui des Agents et cour­tiers d’assurance. Est-ce une simple erreur de plus ? (Ques­tion 23)
  12. M. Macron, vous avez cer­ti­fié avoir ache­té : 140 000 € 2/ une Volks­wa­gen EOS en 2005 (à 28 ans) 3/ d’occasion 4/ que vous avez esti­mée à 6 000 € en 2014. Or 1/ la VW EOS n’est com­mer­cia­li­sée qu’à par­tir de 2006 2/ mi-2006, le modèle le plus cher neuf vaut 36 000 € 3/ la plu­part des modèles de 2006 valent 10 à 12 k€ en 2014 440 000 € semblent être supé­rieurs à votre rému­né­ra­tion annuelle 2005. D’où vient le sou­ci ? Esti­mez-vous impor­tant qu’un ministre rem­plisse avec soin les 20 lignes de sa décla­ra­tion pour que les citoyens puissent exer­cer un contrôle démocratique ?

Ques­tion bonus : M. Macron, que pen­sez-vous de cette décla­ra­tion de Charles de Gaulle ? « Mon seul adver­saire, celui de la France, n’a jamais ces­sé d’être l’Argent. » [Charles de Gaulle, 11 décembre 1969, dis­cus­sion avec André Mal­raux, cité dans Les chênes qu’on abat, Gallimard)

================================================

AVERTISSEMENT : On pren­dra donc les ana­lyses avec pru­dence. Il s’agit sim­ple­ment d’aiguillonner les jour­na­listes pour qu’ils creusent eux-mêmes ces ques­tions, et enquêtent enfin sérieu­se­ment sur ce sujet qu’ils laissent de côté depuis 8 mois.

Je com­plé­te­rai / modi­fie­rai au mieux, en fonc­tion des retours que fera M. Macron ce qui n’est qu’un pre­mier jet, afin que les lec­teurs spé­cia­listes puissent réagir et nous aider à amé­lio­rer l’étude – objet même de cet espace d’échange par­ti­ci­pa­tif qui ne pré­tend déte­nir aucune vérité.

Les conclu­sions à ce stade sont simples :

  • pri­mo, il se confirme qu’Emmanuel Macron a bien consom­mé (et pas pas seule­ment dépen­sé – bref l’argent a été “cla­qué”, ou don­né) en moyenne un SMIC par jour durant 3 ans. Ce qui est par­fai­te­ment légal au demeu­rant ; il ne s’agit pas de remettre en ques­tion l’honnêteté de M. Macron, mais sim­ple­ment de com­prendre com­ment a géré ses propres affaires quelqu’un qui demande à gérer le pays ;
  • de nom­breuses autres ques­tions, impor­tantes, se posent sur ses choix finan­ciers, et méritent des réponses d’Emmanuel Macron, afin de com­prendre sa rela­tion à l’argent. J’en pose 25 pour illus­trer, sans pré­tendre être exhaustif.

Bref, aux jour­na­listes d’agir, désor­mais.

I. Retour sur notre analyse du Patrimoine Macron l’été 2016

Par ailleurs, M. Macron a évi­dem­ment droit au res­pect de sa vie pri­vée en géné­ral, mais les infor­ma­tions ten­dant à éclai­rer ses moti­va­tions, son rap­port à l’argent, ses capa­ci­tés de ges­tion, ses rela­tions, son éthique, son carac­tère ne peuvent être balayées d’un revers de la main, quand on brigue la magis­tra­ture suprême. Savoir si une per­sonne qui veut gérer le pays a bien géré sa vie n’est pas anec­do­tique pour moi. Le reste – y com­pris les sales rumeurs per­son­nelles qui sont sor­ties sur M. Macron -, elles, doivent être balayées. Der­nier point, oui on parle d’argent pri­vé et pas d’argent public ; mais encore faut-il que l’argent pri­vé l’ait été léga­le­ment (je n’ai aucun doute sur ce point concer­nant M. Macron) mais aus­si éthi­que­ment (c’est-à-dire qu’il doit être ni plus ni moins la simple contre­par­tie du tra­vail four­ni durant la période rémunérée).

Petit rap­pel pour commencer.

Le 1er juin 2016, l’indispensable Canard Enchaî­né fai­sait les révé­la­tions sui­vantes (Source) :

Bref :


Par consé­quent, très éton­né par le refus de M. Macron de répondre aux ques­tions du Canard enchaî­né (ce n’est jamais très bon signe), et, plus encore, par le manque de curio­si­té de la presse, j’ai déci­dé d’analyser le patri­moine d’Emmanuel Macron, et d’en faire un billet ; devant tant de cachot­te­ries, je le fais évi­dem­ment très sérieu­se­ment, mais j’utilise un ton un peu gouailleur.  L’article se dif­fuse un peu en juin, avant de “buz­zer” très for­te­ment en jan­vier-février, et d’atteindre le record de 180 000 vues.

Comme c’est une ana­lyse fina­le­ment assez simple (regar­dez vous-même à quoi res­semble la décla­ra­tion de patri­moine – 19 lignes !), cela montre déjà qu’il y a un sou­ci avec les médias, car il leur aurait été assez facile de faire la même chose – d’autant que cer­tains ont pré­ten­du avoir enquê­té sérieusement.

La conclu­sion du billet pré­cé­dent est qu’il me sem­blait y avoir un pro­blème avec le patri­moine de M. Macron, ou plu­tôt qu’il était hors normes : il avait gagné vrai­ment beau­coup d’argent chez Roth­schild mais en 2014 avait un patri­moine rachi­tique, voire, selon mes pre­mières esti­ma­tions, légè­re­ment néga­tif – en tout cas disons vrai­ment faible – ayant appa­rem­ment un peu plus de dettes que d’actifs.

La dif­fi­cul­té de l’estimation était qu’on ne connais­sait pas sa part dans l’appartement com­mun avec son épouse et qu’il avait un prêt appa­rem­ment in fine (voir plus bas) dont il n’avait pas indi­qué les inté­rêts qui seraient ver­sés à terme (tout en bas, “inté­rêts capitalisés”).

macron

On se demande d’ailleurs pour­quoi la HATVP auto­rise à ne pas indi­quer le mon­tant esti­ma­tif de ces inté­rêts. Il est vrai que pour les autres prêts, amor­tis­sables annuel­le­ment, on consi­dère que ce sont des charges de l’année, et cela ne figure pas comme une dette dans un cal­cul de patri­moine. Mais ici, si on a bien affaire à un prêt in fine (amor­tis­sable plus ou moins régu­liè­re­ment – qui a d’ailleurs été pro­ro­gé), le mon­tant qui s’accumule est tel qu’il faut le connaitre pour appré­cier le patri­moine réel…

Remarque métho­do­lo­gique : j’avais esti­mé le cumul final de ces inté­rêts à 159 000 € envi­ron jusqu’au terme de 2022 avec un taux d’intérêt que j’estimais à 3 % ; on a appris ce mois-ci que le taux était en fait de 3,5 %, ce qui aurait alors abou­ti à 189 000 € au final. Mais le prêt a été rem­bour­sé en 2016. On pour­rait bien enten­du faire les choses dif­fé­rem­ment – les lec­teurs comp­tables l’auront noté -, plu­sieurs méthodes sont défen­dables. Mais je retiens celle de la prise en compte de l’estimation rétro­ac­tive des inté­rêts fina­le­ment dus main­te­nant qu’on connait la fin de l’histoire (si tous les inté­rêts ont bien été payés à la fin). Cela per­met pour moi de per­ce­voir au mieux l’évolution réelle du patri­moine de M. Macron, et elle semble très bien col­ler à la réa­li­té main­te­nant que ce prêt a été sol­dé. On arrive à 130 000 € environ.

On voit que ce n’est pas rien du tout. Mais ce point est à confir­mer, il y a très peu d’informations dessus.

Un autre point m’avait beau­coup éton­né : le fait que M. Macron soit vrai­ment un énarque Ins­pec­teur Géné­ral des Finances (IGF) “anti-sys­tème” – situa­tion qu’à l’époque, il ne le reven­di­quait alors pas encore. Car il n’est pas com­mun de voir une per­sonne de ce pro­fil refu­ser d’entrer dans la logique ban­caire actuelle et de ne pas leur deman­der un prêt. 🙂 Je plaisante.

Mais, plus sérieu­se­ment, l’important est que ce prêt dont on parle de 550 000 € a été sous­crit auprès… d’un ami mul­ti­mil­lion­naire de M. Macron –  sans  aucun rem­bour­se­ment les pre­mières années ! Et comme on l’a vu, il refu­sait alors fer­me­ment d’en dévoi­ler l’identité au Canard enchaî­né – ce qui me sem­blait très gênant quand on est ministre de l’Économie. Comme je l’ai écrit en juin :

macron

Voi­là où nous en étions l’été 2016. Pour­sui­vons l’analyse aujourd’hui, Emma­nuel Macron n’étant plus ministre.

II. Henry Hermand, le multimillionnaire bienfaiteur d’Emmanuel Macron

Mon billet de juin com­men­çait par ces mots assez clairs :

macron

Eh bien, fina­le­ment, rien ne se pas­sa, aucun jour­na­liste n’étudia alors ce sujet.

Cepen­dant, en aout 2016, on a appris inci­dem­ment, noyé dans un article de BFM, l’identité de la “banque très pri­vée” de M. Macron : il s’agissait d’Henry Her­mand, son “par­rain” en politique :

macron

Hen­ry Her­mand est la 288e for­tune française…

macron

…avec 220 mil­lions d’euros. On apprend aus­si dans l’article à pro­pos de M. Her­mand (92 ans) que :

  • “Il se dit même que l’ancien ministre ne pren­drait aucune déci­sion impor­tante sans consul­ter le nona­gé­naire, qui ne cesse de chan­ter les louanges de son protégé.” ;
  • “Je lui apporte mon expé­rience, des années de vie poli­tique. Je suis un peu l’homme de l’ombre”, recon­naît Hen­ry Her­mand, celui qui “évite de trop par­ler de (lui)” et “donne des idées” ;
  • “Je lui ai fait ren­con­trer des milieux d’affaires, on a eu des réunions en Angle­terre et il y aura des contacts directs entre Emma­nuel Macron et la pré­si­dence des États-Unis” ;
  • Le men­tor prête même ses bureaux à “En Marche”.

En fait, c’était même car­ré­ment son témoin de mariage en 2007.

À part cette infor­ma­tion étran­ge­ment sor­tie des limbes, rien d’autre ne s’est passé….

…jusqu’à ce que mon article “buzze” un peu fin jan­vier, et oblige la presse à enfin s’intéresser un peu à ce sujet non anecdotique.

Mais avant de regar­der ceci, nous allons nous pen­cher de nou­veau sur le patri­moine d’Emmanuel Macron, dis­po­sant de nou­velles informations.

III. Le patrimoine d’Emmanuel Macron

La régle­men­ta­tion actuelle, votée après l’affaire Cahu­zac, est une très belle avan­cée au niveau de la trans­pa­rence, recon­nais­sons-le – sans elle, ce billet n’existerait pas.

Mais beau­coup de chausse-trappes sont lais­sées pour rendre dif­fi­cile le contrôle réel du patri­moine des élus.

L’idée de base est simple :

  • on regarde le patri­moine du ministre à son entrée au gouvernement ;
  • on regarde les reve­nus du ministre avant et pen­dant sa par­ti­ci­pa­tion au gouvernement ;
  • on regarde le patri­moine du ministre à sa sor­tie du gouvernement ;
  • et on ana­lyse pour voir si tout est normal.

On note que c’est un contrôle vrai­ment mini­mal, il est peu pro­bable que beau­coup de choses se passent en 2 ou 3 ans au gou­ver­ne­ment, mais c’est un début.

C’est plu­tôt tout au long de la car­rière poli­tique des élus qu’il faut faire ce sui­vi – et on en est loin. C’est d’ailleurs une vraie bonne ques­tion pour la pré­si­den­tielle, à poser aux can­di­dats – avec d’autres.

Alors comme M. Macron a quit­té le gou­ver­ne­ment, sa décla­ra­tion de sor­tie vient d’être publiée sur le site de la Haute Auto­ri­té pour la Trans­pa­rence de la Vie Poli­tique, où je me suis rendu :

Pas­sons sur l’arrivée sur le site, j’imagine payé clas­si­que­ment les yeux de la tête à une agence de com’ afin d’avoir une page d’accueil qui fait mal à la tête quand on arrive des­sus (oubliez le fond vidéo en page d’accueil les amis 😉 ), mais où ne trouve pas faci­le­ment voire du tout ce qu’on vient cher­cher. Parce que si on trouve ensuite très faci­le­ment la très récente décla­ra­tion de sor­tie de M. Macron, dépo­sée le 26 jan­vier 2017 :

le PETIT sou­ci est qu’on ne trouve plus les anciennes décla­ra­tions de reve­nus et de situa­tion patri­mo­niale à l’entrée au gou­ver­ne­ment en 2014 ! (ou alors, ils les ont très bien cachées, ce qui revient au même).

Pas grave, on ne me la fait pas, et je m’en étais bien dou­té : j’avais donc archi­vé ces décla­ra­tions sur ce blog. Elles sont là, avec la der­nière que j’archive aus­si : 2014 reve­nus / 2014 Patri­moine Entrée / 2016 Patri­moine Sor­tie. Voi­là – de rien. 🙂

Ah oui, je remer­cie aus­si la HATVP pour son humour :

macron

“Pour faci­li­ter les choses, on ne vous donne pas de don­nées Excel, mais des pdf à res­sai­sir à la main” => Mer­ci pour ce moment, la HATVP !

J’ai un un petit mes­sage per­son­nel à la HATVP – des fois qu’ils veulent amé­lio­rer le modèle sachant qu’il y en aura plein à rem­plir dans 2 mois… 🙂  Pas­sez donc la liste si vous vou­lez gagner du temps.

Je peux même leur en sug­gé­rer d’autres, de ma main, vu le temps per­du inutilement

  • “Toi aus­si cherche des heures les anciennes déclarations !”
  • “On a chan­gé le for­mat entre 2014 et 2016, ça ne vous gêne pas au moins ?”
  • “On a rajou­té aus­si les comptes finan­ciers des conjoints sans trop le dire. Et on ne vous donne aucune infor­ma­tion sur leur patri­moine, donc c’est super utile pour com­prendre les évo­lu­tions de patri­moine de l’élu.”
  • “Ah, et les comptes des conjoints on les a bien mélan­gés avec les comptes de l’élu – vous ferez bien atten­tion de ne pas vous plan­ter, comme on a plan­qué leurs noms, une erreur est si vite arrivée…”
  • “On ne vous met pas les condi­tions des prêts (type, taux d’intérêt, condi­tions de rem­bour­se­ment, garan­ties…), c’est acces­soire pour com­prendre un patri­moine, non ?”
  • “On ne vous met pas les quote-part des couples pour les biens com­muns, c’est acces­soire pour com­prendre un patri­moine, non ?”
  • “On ne vous dit pas si les emprunts sont conjoints ou pas, ni les quote-parts dans le pre­mier cas”
  • “C’est quoi des inté­rêts capi­ta­li­sés sur un emprunt in fine ?”
  • “Bien sûr, tous les reve­nus indi­qués sont bruts, on en vous donne pas les reve­nus nets après tous les impôts, c’est acces­soire pour com­prendre l’évolution d’un patri­moine entre deux dates, non ?”
  • “Et on ne met pas le total de chaque poste de patri­moine, ce serait trop simple, faites-le avec votre calculatrice…”
  • “Et bien sûr, on ne met pas le total géné­ral du patri­moine du ministre à la fin – vu que c’est le but même de cet exer­cice de trans­pa­rence – ce serait trop simple, faites-le avec votre calculatrice…”

=> “Mer­ci pour ce moment” de recherche pénible, chers élus et la HATVP !

Mais reve­nons à notre mou­ton. Il y a une évo­lu­tion majeure sur le patri­moine de M. Macron entre 2014 et 2016 : il a reven­du son appar­te­ment et donc sol­dé ses emprunts – ce qui sim­pli­fie consi­dé­ra­ble­ment l’analyse de son patri­moine, mer­ci à lui. 🙂

Je rap­pelle en effet qu’il est assez dif­fi­cile d’y voir clair sur le patri­moine immo­bi­lier ; l’appartement pari­sien a été acquis en com­mun avec son épouse, mais il semble bien que ce soit lui qui ait sous­crit per­son­nel­le­ment la plu­part des emprunts (ce qui parait logique vu les faibles reve­nus de son épouse par rap­port à lui). Ce serait à confir­mer, la décla­ra­tion HATVP est très peu claire. Je fais donc à ce stade une hypo­thèse, qu’il fau­dra confir­mer : l’appartement a été acquis par une quote-part de 90 % Macron 10 % sa femme ; et que les dettes sont bien 100 % à M. Macron. Au final, on ver­ra que cette hypo­thèse change peu de choses au final – l’appartement ayant été depuis revendu.

macron

Je vais vous faire gagner du temps, nous n’allons pas entrer de nou­veau dans les détails. Je vous pro­pose l’exercice que la HATVP devrait faire si la Trans­pa­rence était vrai­ment son but. On arrive à ceci :

macron

N.B. : je rap­pelle qu’il y a 2 incon­nues sur 2014 : pri­mo la quote-part de M. Macron sur son appar­te­ment et secun­do le mon­tant des inté­rêts du prêt in fine qu’il a payés à M. Her­mand en 2016. Ces esti­ma­tions me semblent logiques, rai­son­nables et pru­dentes ; elles sont à confir­mer. Cepen­dant, comme nous dis­po­sons d’une vision réelle et sans aucune hypo­thèse majeure pour le patri­moine en 2016, les hypo­thèses sur 2014 ont donc peu d’impact pour l’analyse.

On peut syn­thé­ti­ser le patri­moine ainsi :

macron

ou ain­si :

macron

Il y a plein de ques­tions qui se posent en ana­ly­sant la décla­ra­tion de M. Macron. Mais de très loin, de très très loin, la prin­ci­pale est la dis­pro­por­tion de son patri­moine qua­si inexis­tant avec les reve­nus pha­rao­niques qu’il a encais­sés et que voilà :

macron

C’est à dire avec ceci : près de 3,4 mil­lions d’euros bruts gagnés entre 2009 et 2016 (en rouge les gains chez Roth­schild, en bleu hors Rothschild) !

macron

Ce qui repré­sente envi­ron 1 800 000 euros nets après impôts sur la période de 8 ans ici présentée.

Et c’est encore plus fla­grant quand on regarde seule­ment 2011–2013, années de l’explosion des reve­nus chez Rothschild :

macron

Par prudence, au vu des hypothèses prises, on indique seulement “proche de 0” pour son patrimoine, plutôt que “négatif”

Comme on a sa décla­ra­tion de patri­moine de 2014, on constate qu’il a donc consom­mé envi­ron 2,6 mil­lions d’euros bruts, donc envi­ron 1,4 mil­lion d’euros nets en 3 ans, rame­nant son patri­moine net à presque rien (lar­ge­ment néga­tif pour moi).

Cela repré­sente donc envi­ron 1 250 € consom­més par jour, soit plus d’un SMIC consom­mé par jour.

C’est d’ailleurs indi­qué dans la presse, mais non dit clai­re­ment – on en repar­le­ra dans le pro­chain billet :

macron

(Ou alors qu’il s’explique enfin clairement)

Et c’est là que c’est très éton­nant : com­ment Emma­nuel Macron a‑t-il pu consom­mer plus d’un SMIC par jour pen­dant 3 ans ?

Et on parle bien ici de consom­ma­tion, pas de simples dépenses : le patri­moine doit baisser.

Ce n’est pas si dur de dépen­ser 1 SMIC par jour : par exemple, il “suf­fit” d’acheter une voi­ture à 30 000 € par mois – ou un yacht ou des tonnes de bijoux à sa femme… Mais dans ces cas, si l’argent est bien dépen­sé, il n’est PAS consom­mé. En début de mois, il y avait 30 000 € sur un compte en banque, à la fin, il n’y sont plus, mais on a dans son patri­moine une voi­ture à 30 000 € : le patri­moine n’a pas baissé.

Dans le cas de M. Macron, il faut vrai­ment le “perdre”, bref le “cla­quer” : man­ger du caviar tous les jours, ache­ter et jeter un cos­tume tous les jours, tout don­ner aux bonnes œuvres, perdre au poker – je ne sais pas… Mais j’avoue que j’aimerais bien savoir car cela dépasse un peu mon enten­de­ment – c’est sim­ple­ment ce que je demande depuis 8 mois...

Et on voit que c’est la bonne piste – on y revien­dra, mais son porte-parole a indi­qué ça cette semaine :

macron

Il serait inté­res­sant d’en savoir plus ce “train de vie”…

Train de vie, qui, en plus d’être fran­che­ment hal­lu­ci­nant (ok pour un prince saou­dien qui par­court le monde, mais là on parle d’un ban­quier d’affaires et d’un secré­taire géné­ral adjoint de la pré­si­dence de la Répu­blique, acti­vi­tés peu connues pour leur temps libre), a la sin­gu­lière par­ti­cu­la­ri­té (contrai­re­ment à un prince saou­dien… 🙂 ) de le conduire à un patri­moine néga­tif – bref, tech­ni­que­ment, Macron était rui­né mi-2016 !

Donc la presse devrait ces­ser de s’intéresser à “pour­quoi il ne paye pas d’ISF”, car il y a pro­ba­ble­ment pas mal de SDF plus riches que lui (il leur suf­fit de pas avoir trop de dettes…), vu qu’il pos­sède net­te­ment moins que rien…

Mais cette ques­tion, cen­trale, est loin d’être la seule. Comme on le ver­ra, en voi­ci d’autres…

IV. 20 questions à Emmanuel Macron sur son patrimoine (Spécial Journalistes)

Le jour­na­lisme d’investigation sombre chaque jour de plus en plus, trans­for­mé en “jour­na­lisme CTRL+F” type “Pana­ma papers” livrés à domi­cile, ou simple “twee­tage” sans fin. On constate donc qu’il ne semble ni vou­loir ni même avoir encore les maigres capa­ci­tés d’investigation néces­saires à ana­ly­ser cor­rec­te­ment le patri­moine de M. Macron, et à le ques­tion­ner. Je n’aurais pas dû lui faire confiance en juin. 😉

Je vais donc rédi­ger les ques­tions que je sou­hai­te­rais poser à M. Macron sur son patri­moine – que je poste aux bons soins d’Internet, dès fois qu’un vrai jour­na­liste ce soit per­du sur ce blog… 😉

Ques­tion n°1 : M. Macron, pou­vez-vous nous confir­mer que vous n’avez rien oublié de décla­rer ? Je ne remets pas du tout en cause votre pro­bi­té, mais vous com­pren­drez qu’on puisse se poser des ques­tions au vu de l’analyse de vos décla­ra­tions. Je pense plu­tôt à des inves­tis­se­ments légaux par­ti­cu­liers (par ex. inves­tis­se­ments pro­duc­tifs, je ne sais pas) qu’on pour­rait même ima­gi­ner, étran­ge­ment, pou­voir ne pas être décla­rés à la HATVP (c’est une simple hypo­thèse ; mais dans ce cas, il y aurait un sou­ci avec les règles de décla­ra­tion). Je ne crois pas du tout à un sou­ci de type “compte à l’étranger” car, dans ce cas, on ne révèle évi­dem­ment pas les reve­nus gar­gan­tuesques au fisc – qui s’est d’ailleurs pen­ché sur vos décla­ra­tions… J’ai aus­si bien noté votre :

macron

Ques­tion n°2 : M. Macron, pour­riez-vous me confir­mer les ordres de gran­deur de mon étude pré­cé­dente svp ? Avez-vous donc bien aujourd’hui un patri­moine nul après avoir gagné plus de 1,8 mil­lion d’euros après impôts ? Confir­mez-vous que vous avez bien toutconsom­mé ? Quelles étaient vos dépenses men­suelles moyennes en 2011 et 2012 ? Pour­rais-je avoir sim­ple­ment votre solde total de tré­so­re­rie men­suel “dépenses/recettes” durant cette époque ? Com­ment consomme-t-on autant d’argent aus­si vite ? Quels ont été vos 10 plus gros postes de consom­ma­tion (res­tau­rants, habille­ment, voyages, cadeaux, dons aux œuvres, boites de nuit, poker, etc. — je ne sais pas —) cumu­lés sur la période ? Quand avez-vous trou­vé le temps de tant dépen­ser – Roth­schild puis l’Élysée lais­sant nor­ma­le­ment très peu de temps libre ? Vos reve­nus ayant chu­té, avez-vous faci­le­ment pu mettre fin à une telle fré­né­sie de dépenses ? Pour­riez-vous nous prou­ver la réa­li­té de telles dépenses qui n’ont lais­sé aucune trace dans votre patri­moine ? Accep­te­riez-vous de man­da­ter une très haute per­son­na­li­té du Com­mis­sa­riat aux Comptes fran­çais, et lui confier l’intégralité de vos comptes, afin qu’il en fasse une syn­thèse (dans les 2 ou 3 semaines) ?

J’ai ensuite plu­sieurs ques­tions concer­nant votre appar­te­ment et votre endet­te­ment. Mais avant une ques­tion simple, par curiosité :

Ques­tion n°3 : M. Macron, on apprend dans la presse que vous avez contrac­té un prêt fami­lial de 50 000 € étant jeune. À quelle date, auprès de qui et dans quel but ? Vos deux parents sont méde­cins, vous avez fait Sciences Po dont les frais de sco­la­ri­té (au vu de leur situa­tion) + les frais de vie pari­sienne pour­raient cor­res­pondre à ce mon­tant. Ensuite, vous êtes deve­nu fonc­tion­naire “sala­rié” en entrant à l’ENA. Me confir­mez-vous que ce prêt a ser­vi uni­que­ment à payer vos études ? À Sciences-Po uni­que­ment ? Mais je com­prends mal : les droits d’inscription croissent avec les reve­nus des parents ; ceux-ci ne vous ont pas aidé ? Mais alors pour­quoi être res­té rat­ta­ché à eux, et ne pas avoir deman­dé des droits réduits, voire une bourse ? Ou ce prêt n’a‑t-il alors rien à voir avec vos études – pour l’apport pour votre appar­te­ment par exemple ? Pour votre voi­ture ? Je demande, car on constate aisé­ment une nette ten­dance au sur­en­det­te­ment et aux dépenses appa­rem­ment fré­né­tiques de votre part (enfin, si en on croit vos décla­ra­tions), et je me demande quand tout ceci a commencé.

Ques­tion n°4 : M. Macron, en 2007, à 30 ans, jeune marié, vous déci­dez d’acheter un appar­te­ment – avec, appa­rem­ment, une faible quote-part de votre épouse, qui gagne peu. Vous gagnez alors envi­ron 40 000 € par an (Source : AFP) :

Vous choi­sis­sez un appar­te­ment de 85 m² à Paris, que vous payez 890 000 €  et y faites alors 70 000 € de tra­vaux (réa­li­sés à l’achat j’imagine, vu le mon­tant éle­vé ?), por­tant l’investissement à 960 000 € (hors droit de muta­tion – 60 000 € de plus envi­ron).  Bref, on est donc à plus de 1 000 000 € d’euros d’investissement, le tout avec très peu d’apport per­son­nel, un emprunt d’au moins 900 000 € (voire 950 000 € – et on ne sait pas si votre femme en a fait un en plus de son côté) et un couple gagnant a prio­ri moins de 90 000 € par an. Or, à l’époque, les taux d’intérêt sont non négligeables :

macron

Dans votre situa­tion, dans l’absolu, et avec assu­rance, s’il fal­lait tout emprun­ter clas­si­que­ment, vous auriez eu un taux d’intérêt autour de 4,5 %, soit, pour vos 950 k€ emprun­tés, une simple charge d’intérêts la pre­mière année de plus de 40 000 €, soit envi­ron 60 000 € avec de l’amortissement, soit autour de 70 % de taux d’endettement du ménage – déli­rant… Qu’est-ce qui vous a fait pen­ser que cet inves­tis­se­ment était dans vos moyens ? Vos proches ont-ils ten­té de vous en dissuader ?

Ques­tion n°5 : M. Macron, vous avez donc beau­coup de chance, votre “banque très pri­vée” Hen­ry Her­mand vient vous aider, et vous prête 550 000 € sur 10 ans, sorte de prêt in fine, avec inté­rêts a prio­ri payables à la fin. [Rap­pel sur un prêt in fine de 550 000 € : vous emprun­tez 550 000 € ; ne payez stric­te­ment rien pen­dant 10 ans ; et au bout de 10 ans vous devez rem­bour­ser d’un coup les 550 000 € + tous les inté­rêts capi­ta­li­sés depuis l’origine, ce qui est énorme. Pra­tique mais… dan­ge­reux, il faut être sûr d’avoir l’argent à la fin, et donc, en l’espèce, être sûr et cer­tain d’avoir une énorme pro­gres­sion de reve­nus…]. Pour­riez-vous tout d’abord nous en four­nir le plan d’amortissement théo­rique à l’origine, et réel main­te­nant qu’il est soldé ?

macron

Au vu de votre situa­tion finan­cière de très jeune fonc­tion­naire en 2007, com­ment diable avez-vous convain­cu M. Her­mand que vous seriez mil­lion­naire en 2011–2012, après une pro­gres­sion de car­rière inouïe chez Rot­sh­child (et donc que vous étiez un Mozart de la banque pri­vée – où vous n’aviez encore jamais mis les pieds…) – et que vous pour­riez donc lui rem­bour­ser ces sommes extra­va­gantes emprun­tées ? Quel était d’ailleurs, en gros, votre patri­moine net en 2007 ? Était-il déjà néga­tif ? Mais avez-vous déjà eu un patri­moine net positif ?

Je dis ça, car des lec­teurs pour­raient se deman­der si votre car­rière n’avait pas été pré­dé­fi­nie bien en amont, comme un plan écrit à l’avance pour les 15 ans à venir. Comme nous lut­tons ici contre le conspi­ra­tion­nisme, je ne peux y croire. Pour­riez-vous cepen­dant nous indi­quer la véri­té ? Pour­quoi et com­ment croyiez-vous tel­le­ment “en votre ave­nir” ? (Source : JDD 1202)

macron

On croit rêver qu’un journaliste écrive ça sans se poser de questions…

Qu’avez-vous expli­qué à M. Her­mand ? Accep­te­riez-vous de refaire l’exercice pour moi : “Nous sommes en 2007, vous n’avez pas un sou, vous venez d’emprunter 400 000 € (appa­rem­ment) au Cré­dit Mutuel, et vous devez me convaincre de vous prê­ter 550 000 € à me rem­bour­ser dans 10 ans ; com­ment me convainquez-vous ?”

Ques­tion n°6 : M. Macron, durant votre période à l’Élysée puis au gou­ver­ne­ment, avez-vous eu à trai­ter de sujets tou­chant de près ou de loin à une des très nom­breuses acti­vi­tés de M. Her­mand ? Pour­quoi avoir refu­sé de révé­ler son nom au Canard enchaî­né en mai 2016 ? Ne trou­vez-vous pas gênant, qu’un Ministre de l’Économie doive autant d’argent à un mul­ti­mil­lion­naire – tout res­pec­table qu’il fût ?

Ques­tion n°7 : M. Macron, Votre pro­jet immo­bi­lier était tota­le­ment impos­sible sans l’énorme aide de M. Her­mand. Avez-vous son­gé, plu­tôt qu’à accep­ter de telles lar­gesses, à vous rabattre sur, soit une loca­tion, soit un appar­te­ment bien plus modeste ? Avez-vous envi­sa­gé un achat en petite cou­ronne, comme la plu­part des pri­mo-accé­dants de 30 ans ?

Ques­tion n°8 : M. Macron, M. Her­mand était votre témoin de mariage, on peut com­prendre son aide et ses lar­gesses. Il a com­plé­té votre emprunt auprès du Cré­dit Mutuel pour votre appar­te­ment, qui était de 350 000 € ou plu­tôt 400 000 € – les sources divergent (JDD pour­tant à 1 semaine d’écart 1202 et 1902 ?) Pour­riez-vous nous en four­nir le plan d’amortissement ?

macron

JDD 12/02/16 : Prêt a priori personnel de M. Macron : 350 + 550 = 900 k€

macron

JDD 19/02/16 : Prêt a priori personnel de M. Macron : 950 k€ (on va y arriver…)

Ma ques­tion est très simple : mais com­ment diable avez-vous pu convaincre le Cré­dit Mutuel de finan­cer un tel pro­jet “Folie des gran­deurs” vu vos reve­nus à l’époque (sachant que, à moins d’être devin, vous ne pou­viez savoir vous-même que vous seriez mil­lion­naire 5 ans plus tard), qui fai­sait explo­ser l’endettement de votre couple ? Je veux bien que vous croyiez “en votre ave­nir” – mais com­ment la banque a‑t-elle pu y croire elle aus­si, sur quelles bases ? Vous êtes-vous adres­sé clas­si­que­ment à votre agence ban­caire, ou avez-vous deman­dé un appui quel­conque, par exemple via votre réseau de l’Inspection des Finances ou d’Henri Hermand ?

Le Cré­dit Mutuel n’a‑t-il pas tiqué ? Que vous-a-t-il conseillé ? Com­ment a‑t-il pu accep­ter un tel risque ? Quelles étaient vos garan­ties pour un pro­jet aus­si déme­su­ré, sans apport per­son­nel réel ou presque ? Quel était votre cau­tion­ne­ment ? M. Her­mand s’est-il por­té garant pour vous ? Si oui, sur toute la somme ?

Com­ment ont-ils pu savoir au Cré­dit Mutuel que vous gagne­riez des mil­lions 5 ans plus tard chez Rot­sh­child après une pro­gres­sion de car­rière inouïe ? Mais quel est votre secret M. Macron ?

Ques­tion n°9 : M. Macron, vous avez esti­mé vous-même votre appar­te­ment 935 000 € en 2014. Comme le sou­ligne le Canard enchaî­né, les prix ont aug­men­té de 33 % dans votre quar­tier en 7 ans.

macron

macron

Sa valeur était donc nor­ma­le­ment d’environ 935 0001,33 ≈ 700 000 € en 2007. Vous y avez certes fait 70 000 € de tra­vaux à l’achat, dont disons 50 000 € de non somp­tuaires et valo­ri­sables dans le prix. Cela signi­fie que le prix d’achat réel de votre appar­te­ment a été de 890 000 + 50 000 = 940 000 €. Vous auriez donc, selon ce pre­mier cal­cul, payé 34 % trop cher.

2e cal­cul : basons-nous sur un prix de vente consta­té de 980 000 € en 2016. Selon l’INSEE, les prix pari­siens n’ont pas aug­men­té entre mi-2014 et mi-2016 , votre appar­te­ment aurait donc pris 33 % depuis 2007, ce qui le met­trait alors à l’époque à 980 0001,33 ≈ 735 000 €, soit28 % trop cher.

Vous recon­nais­sez vous même dans le Canard : J’ai ache­té cher“. “Cher” repré­sente ici envi­ron +30 %, soit 220 000 € de trop.

La ques­tion est donc simple, M. Macron : la situa­tion finan­cière de votre couple ne vous per­met­tait clai­re­ment pas, nor­ma­le­ment, d’acheter un 85 m² dans Paris sans apport per­son­nel réel. Pour­quoi diable alors sur­payer un appar­te­ment plus de 200 000 € ? Qu’avait donc de si spé­cial cet appar­te­ment ? Où est l’erreur de rai­son­ne­ment – car il doit for­cé­ment y en avoir une, non ?

Ques­tion n°10 : M. Macron, com­ment avez-vous trou­vé votre appar­te­ment en 2007 ? Êtes-vous pas­sé par une agence ? Si oui, laquelle ? Pour­riez-vous l’autoriser à répondre à mes ques­tions, afin d’avoir son esti­ma­tion du bien à l’époque ? Connais­siez-vous le ven­deur ? M. Her­mand connais­sait-il le ven­deur ? Un de vos proches connais­sait-il cet heu­reux ven­deur avant la vente ? Avez-vous eu à trai­ter d’autres affaires avec le ven­deur durant votre pas­sage à l’Élysée ou à Bercy ?

Ques­tion n°11 : M. Macron, obser­vons votre pro­gres­sion de car­rière (la par­tie gauche du tableau surtout) :

macron

2008 arri­vée ; 2009 : Direc­teur ; 2010 Gérant ; 2011 : asso­cié-Gérant et donc, 2012 l’Élysée. Est-ce une pro­gres­sion nor­male chez Roth­schild ? Y a‑t-il beau­coup de pré­cé­dents ? Pou­vez-vous en citer ?

Après, il est vrai que votre ancien patron chez Roth­schild, Fran­çois Hen­rot, en expose bien cer­taines rai­sons, c’est à ne pas manquer… 🙂

Ques­tion n°12 : M. Macron, vous êtes un homme culti­vé et brillant, il n’y a pas de doute.  Votre situa­tion patri­mo­niale montre clai­re­ment que vous n’êtes pas un homme d’argent – mais bien au contraire, un homme de dettes. Chez Roth­schild, vous gagnez 1,4 mil­lion d’euros en 2011 et 1 mil­lion d’euros en 2012. Vous avez presque tout dépen­sé immé­dia­te­ment – je parie­rais presque qu’il y a plu­sieurs mois où vous consom­mez même 2 SMIC par jour en moyenne, vous offrant un train de vie de nabab. Vous y avez déjà répon­du, mais j’aimerais, bien plus de pré­ci­sions : pour­quoi avez-vous tout quit­té en 2012 pour aller gagner une misère à l’Élysée ? Vous n’aimez pas l’argent, vous avez le sens de l’État, tout­ça­tout­ça, oui, je sais.

Mais on parle de 1,4 mil­lion d’euro en 2011 chez Rothschild.

Et 1 mil­lion d’euros en 2012 – atten­tion, seule­ment du 1er jan­vier 2012 au 15 mai 2012, jour de votre nomination.

Et vous avez tout lais­sé tom­ber, ces­sant du jour au len­de­main votre consom­ma­tion débridée ?

Mais quel était votre plan de car­rière alors ? Reve­nir chez Roth­schild en 2017 en cas de défaite de Hol­lande ? D’ailleurs, y retour­ne­rez-vous si vous per­dez en mai ? Le tra­jet Roth­schild-Ély­sée-Roth­schild  est-il une piste (la Com­mis­sion de déon­to­lo­gie de la fonc­tion publique étant clai­re­ment en coma dépas­sé depuis des années – cf. cette émis­sion de France Culture sur ce scandale) ?

Durant votre période à l’Élysée puis au gou­ver­ne­ment, avez-vous eu à trai­ter de sujets tou­chant de près ou de loin à une des très nom­breuses acti­vi­tés de la banque Roth­schild – et donc à l’organisation du sec­teur ban­caire ? Par exemple, quelle était votre posi­tion lors des débats sur le pro­jet de loi mort-né de scis­sion des banques – ana­lyse de Finance Watch ici ?

Ques­tion n°13 : M. Macron, pas­sons à l’époque Roth­schild et aux impacts que l’afflux d’argent a eus sur votre patri­moine. Vous gagnez donc près de 1,5 mil­lion d’euros en 3 ans à par­tir de 2010. C’est bien­ve­nu puisque vous démar­rez la période avec envi­ron 1 030 000 € de dettes (l’effet magique du prêt in fine avec les inté­rêts qui courent… + 50 000 € de dette fami­liale). Que faites-vous alors au niveau de vos dettes ? On n’a pas le détail, on en est donc réduit à quelques sup­po­si­tions (à confir­mer ou à infir­mer, mer­ci d’avance) :

macron

On note 3 évo­lu­tions impor­tantes dans cette période 2011–2012 :

  • le prêt “Banque très pri­vée Her­mand” est rem­bour­sé en par­tie pour 350 000 € (je vois mal com­ment vous auriez com­men­cé à rem­bour­ser avant, mais vous nous direz) ; ne res­tent en 2014 que 200 000 € à rem­bour­ser. Il a en revanche été pro­ro­gé de 5 ans pour le solde de 100 000 € et les intérêts ;
  • le prêt immo­bi­lier de la rési­dence prin­ci­pale est “refi­nan­cé” à hau­teur de… 600 000 € sur 20 ans. Comme il était a prio­ri de 400 000 € en 2007 (cf. JDD v2), il devait res­ter en 2012 un capi­tal res­tant dû d’environ 330 000 € . L’encours de cet emprunt a donc été aug­men­té de 270 000 € ; 
  • un nou­vel emprunt est effec­tué pour 350 000 € pour des “tra­vaux dans la rési­dence secondaire”.

Or : ‑350 + 270 + 350 = + 270

Ain­si, M. Macron, quand, endet­té à hau­teur de 1 mil­lion d’euros, vous gagnez 1,5 mil­lion d’euros – selon les décla­ra­tions de votre porte-parole (cf. JDD) :

macron

vous arri­vez donc à presque tout consom­mer votre nou­veau capi­tal, et à emprun­ter près de 300 000 euros de plus… Est-ce exact ? Trou­vez-vous ceci nor­mal ? Pou­vez-vous nous expli­quer votre addic­tion à la dette ?

Ques­tion n°14 : M. Macron, pour­quoi rem­bour­ser 300 000 € à M. Her­mand, et pas la tota­li­té pour vous libé­rer de cette contrainte et rem­bour­ser votre ami qui a blo­qué pour vous un demi-mil­lion sans inté­rêt pen­dant 10 ans (inté­rêts payables à la fin) ? Pour­quoi avoir deman­dé à pro­lon­ger le prêt 5 ans de plus pour le solde d’intérêt et de 100 000 € ?

Ques­tion n°15 : M. Macron, pour­quoi avoir refi­nan­cé en 2012 votre ancien cré­dit (de 400 000 ou 350 000 € à l’origine ?) en le pas­sant à 600 000 €, alors que vous crou­liez sous l’argent ? Pour­quoi ne pas avoir rem­bour­sé tous vos prêts avant 2016 ? Y a‑t-il un lien avec la faillite de votre “banque très pri­vée” après 92 ans de lucra­tive acti­vi­té – je veux dire avec le fait que M. Her­mand, grand résis­tant, soit mal­heu­reu­se­ment décé­dé fin 2016 ? (je vous pré­sente mes condoléances)

Ques­tion n°16 : M. Macron, mal­gré vos plan­tu­reux reve­nus de 2011 chez Roth­schild, vous emprun­tez au Cré­dit Mutuel le 23/11/2011 “350 000 € pour des tra­vaux dans la rési­dencesecon­daire” – qui appar­tient à votre épouse. À quoi cor­res­pondent ces gigan­tesques tra­vaux ? C’était à ce point un tau­dis ? N’est-ce pas un peu exces­sif, sur­tout quand on a appa­rem­ment déjà du mal à se désen­det­ter ? Est-ce parce que, là-encore, vous avez “ache­té cher” à vos arti­sans ? (Voir les infor­ma­tions ici et ).

La maison secondaire des Macron

Ques­tion n°17 : M. Macron, com­ment avez-vous trou­vé un acqué­reur pour votre appar­te­ment en 2016 ? Êtes-vous pas­sé par une agence ? Si oui, laquelle ? Pour­riez-vous l’autoriser à répondre à mes ques­tions, afin d’avoir son esti­ma­tion du bien ? L’acheteur a ache­té 980 000 € en 2016 un bien que vous esti­miez à 935 000 € en 2014, les prix n’ayant pas bou­gé. Soit 5 % plus cher. Connais­siez-vous l’acheteur aupa­ra­vant ? M. Her­mand connais­sait-il l’acheteur ? Un de vos proches connais­sait-il l’acheteur ? Avez-vous eu à inter­ve­nir sur des dos­siers de l’acheteur durant votre période à l’Élysée ou à Bercy ?

Ques­tion n°18 : M. Macron, com­ment faites-vous pour avoir un Livret de Déve­lop­pe­ment Durable de 40 000 € – alors que les LDD sont limi­tés à 12 000 € (hors inté­rêts capi­ta­li­sés, mais ils ne peuvent évi­dem­ment atteindre ce chiffre) (Source) ?

macron

Je pense que c’est sim­ple­ment un livret ban­caire clas­sique, mais enfin, il n’y a que 18 lignes rem­plies dans votre décla­ra­tion de 2016 : cela aurait été res­pec­tueux de les ren­sei­gner avec soin…

Ques­tion n°19 : M. Macron, vous aviez en 2014 une voi­ture que vous indi­quez avoir “ache­tée d’occasion” à 28 ans, en 2005, 40 000 € :

Il se trouve que 40 000 € cor­res­pondent nor­ma­le­ment à votre niveau de salaire annuel de l’époque (Source : JDD 1202 – je le remets) :

macron

Com­ment avez-vous finan­cé son achat ? Est-ce à ça qu’ont ser­vi les fameux 50 000 € de “prêt fami­lial” ? Une telle dépense somp­tuaire vous semble-t-elle nor­male ? Là encore, saviez-vous à 28 ans que vous seriez mil­lion­naire 7 ans plus tard ? Si oui, com­ment ? Si non, com­ment expli­quer un tel achat ?

Ques­tion n°20 : M. Macron, pour­quoi avoir récem­ment reven­du votre voi­ture ? Pour­quoi n’en avez-vous plus pour votre cam­pagne ? Dom­mage, c’était une jolie “Voi­ture du peuple” (Volks-wagen) de “gauche” – ache­tée cepen­dant 40 000 € d’occasion (sic.) (sources ici et ) :

macron

Ques­tion n°21 – et der­nière, en bonus, puisque liée au jour­nal le Monde : M. Macron, chan­geons de sujet, éloi­gnons-nous de votre patri­moine. Cette incroyable his­toire racon­tée par le grand jour­na­liste Adrien de Tri­cor­not est-elle vraie ? Avez-vous ren­con­tré un des ache­teurs poten­tiels du Monde (tiens, tiens…) en 2010 en douce alors que vous conseilliez béné­vo­le­ment la socié­té des jour­na­listes (cf aus­si Media­part) ?

macron

macron

Voi­là !


V. Questions de plus suite à Mise-à-jour participative n°1

EDIT 2602 : MERCI aux lec­teurs. Toute la force de ce blog est jus­te­ment de s’enrichir mutuel­le­ment. Au vu des riches retours, j’ai d’autres ques­tions à M. Macron.

Com­plé­ments à la ques­tion n°17

Petite incise – amu­sante – , sur la  vente de l’appartement. En octobre 2015, la presse indique que M. Macron a mis son appar­te­ment de 83 m² du XVe arron­dis­se­ment en vente, pour “ache­ter plus petit” (Source) :

macron

Il semble bien en effet que M. Macron n’ait aucune détestation pour les riches… Quant à “préserver le même train de vie”, comment dire… ?

macron

Oh, oui, qui pourrait penser à la “folie des grandeurs” : il quitte un 83 m² pour acheter “plus petit”… (Source)

En sep­tembre 2016, on apprend (Source) :

macron

Fina­le­ment, c’est vrai qu’on est plus à l’aise dans 150 m² “plut petit” que 83 m²… Mais bon, c’est vrai que 200 €, c’est beau­coup pour les petites gens comme vous…

Par ailleurs, comme, en octobre 2015, un autre article à la plume toute puja­das­sique (Source) posait la ques­tion de la plus-value :

macron

La réponse est simple : presque AUCUNE ! Emma­nuel Macron est quand même un des très rares Pari­siens à avoir ache­té un appar­te­ment de 83 m² en 2007, et à l’avoir reven­du en 2016 presque sans plus-value (et en perte nette si on compte les frais de notaires et les travaux…)

macron

=> Moins-value sur l’opération immo­bi­lière complète…

macron

=> En 9 ans, hors plus-ou-moins-value, il aurait été plus inté­res­sant à M. Macron de louer que d’acheter. Je pré­cise pour les lec­teurs, ne faites pas l’erreur de Macron, n’investissez pas sur un coup de tête ! Les prix sont très éle­vés, les pers­pec­tives de plus-values sont faibles, vous voyez qu’en 10 ans on ne ren­ta­bi­lise déjà l’investissement – il faut donc être sûr de res­ter 1015 ans dans l’appartement pour acheter…

Réponse à la ques­tion n°17

Le sujet m’ayant intri­gué, j’ai du coup enquê­té ce week-end.

J’étais embê­té avec les 980 k€ de prix de vente de son appar­te­ment, vrai­ment très élevé :

macron

Mais ne connais­sant pas le quar­tier exact du XVe, tout était possible.

J’ai donc cher­ché et, fina­le­ment, très faci­le­ment trou­vé l’ancienne adresse de M. Macron (sérieu­se­ment, M. Macron, il ne faut pas lais­ser ses cor­don­nées per­son­nelles et télé­pho­niques dans l’annuaire sur Inter­net quand on est ministre, c’est dan­ge­reux –pen­sez vrai­ment à la liste rouge (je ne mets évi­dem­ment pas le lien…). Et bien enten­du, pen­sez aus­si à sécu­ri­ser aus­si votre site Inter­net sérieusement.).

Si je ne me trompe pas, votre ancien appar­te­ment est donc celui-ci, tout en haut, non ? (enfin, un des deux… Cor­ri­gez-moi svp. J’ai véri­fié et vali­dé l’adresse mais je ne sais pas si c’est la bonne photo)

macron

Mignon, mais ce n’est pas Versailles non plus… C’était bien là ou pas ?

macron

Bon, j’avoue très sym­pa donc, un duplex de 62m² avec une dépen­dance au des­sus et la grande ter­rasse ? Ça aug­mente donc le prix, c’est normal.

Voi­ci l’estimation faite ce jour par le déci­dé­ment très effi­cace Meilleur​sa​gents​.com :

macron

Ain­si, le prix de vente de votre appar­te­ment est donc appa­rem­ment nor­mal – on va lais­ser le jeune couple qui vous l’a ache­té tran­quille alors. 🙂

C’est donc bien le prix d’achat en 2007 et lui seul qui n’était abso­lu­ment pas nor­mal – ain­si que votre esti­ma­tion de 2014 à 935 k€, 7 à 8 % trop basse je dirais. Tsss.

Mais du coup, vous (ou un de vos proches) le connais­siez ou pas l’ingénieur qui vous l’a ven­du ? Car au prix de 890 k€ en 2007, il a vrai­ment eu du bol de tom­ber sur un Ins­pec­teur Géné­ral des Finances comme vous dites-moi…

Ques­tion n°22  : Reve­nons à l’ancienne voi­ture de M. Macron. Pas pour faire une fixa­tion, mais il me semble inté­res­sant de voir quels ont été les choix à 28 ans d’une per­sonne qui veut diri­ger le pays à 40… La déclaration :

macron

Une Volk­wa­gen EOS ache­tée 40 000 € d’occasion en 2005, valant 6 000 € en 2014 donc, hmmm ?

1/ Date de début de pro­duc­tion de cette voi­ture : mi-2006 (source : Wiki­pe­dia, LaCen­trale)

macron

macron

2/ Prix maxi­mum neuve cata­logue mi-2006 (hors options, certes…) neuve : 36 000 € (source :Cata­logue Construc­teur Volks­wa­gen 08/2006)

macron

3/ Prix de revente de l’occasion en 2014 (source : La Cen­trale en 2014) : autour de 10 000 à 14 000 €. À moins d’être cabos­sée, elle valait vrai­ment vrai­sem­bla­ble­ment plus de 6 000 €. M. Macron pour­rait-il nous dire à com­bien il l’a revendue ?

macron

On disait donc “Une Volks­wa­gen EOS ache­tée 40 000 € d’occasion en 2005, valant 6 000 € en 2014”. Kamoulox !

M. Macron, pou­vez-vous expli­quer ceci ? Quelle était le modèle de votre EOS et ses options ? Vous sem­blez avoir négo­cié la voi­ture comme votre appar­te­ment, fina­le­ment. Mais M. Macron, avez-vous déjà fait une bonne affaire finan­cière dans votre vie ? C’est appa­rem­ment fort agréable de faire des affaires avec vous – une vraie poule aux oeufs d’or en somme…

Ques­tion n°23  : D’après le site de réfé­rence societe​.com, votre asso­cia­tion de finan­ce­ment a un code d’activité NAF 6622Z, qui est celui des Agents et cour­tiers d’assurance. Sérieu­se­ment ?

macron

Par exemple, celle de Mélen­chon en comparaison :

ou Sar­ko­zy 2012 :

Bref :

Ques­tion n°24  : M. Macron, j’ai appris que votre asso­cia­tion de finan­ce­ment est pré­si­dée par Chris­tian Dar­gnat, ex-direc­teur géné­ral de BNP Pari­bas Asset Mana­ge­ment – ouf, j’ai eu peur que cela manque de ban­quiers par chez vous 🙂 .

macron

Votre QG de cam­pagne vient de s’installer dans 1 000 m² dans le XVe.

macron

Je n’ai pas trou­vé le tout nou­veau pro­prié­taire à qui vous louez votre QG, l’immeuble ayant été ven­du fin 2016 par… BNP.

macron

Ma ques­tion est sim­ple­ment : y‑a-t-il un lien, un sou­tien de la BNP durant votre compagne ?

Ques­tion n°25  – en lien avec la ques­tion 12 : Le maga­zine Capi­tal de novembre 2014 rap­porte ceci :

“Le nou­veau ministre est un redou­table séduc­teur. « Je me sou­viens d’un dîner à l’Elysée durant lequel il a mis les équipes de Mer­kel dans sa poche, et en alle­mand s’il vous plaît », se sou­vient Lau­rence Pari­sot, l’ex-présidente du Medef. Mais il sait aus­si mettre la pres­sion. La dépu­tée socia­liste des Hautes-Alpes, Karine Ber­ger, en témoigne. Lors du vote sur la loi de sépa­ra­tion des banques de dépôt et d’investissement en début de man­dat, le jeune secré­taire géné­ral adjoint de l’Elysée avait appe­lé l’élue plu­sieurs fois pour lui deman­der de reti­rer deux amen­de­ments non favo­rables à ses amis ban­quiers. Elle avait fait la sourde oreille. Pas­ser en force : Pigasse aus­si sait faire…

macron

M. Macron, que cela vous inspire-t-il ?

À suivre…


VI. Et comme il vaut mieux en rire…

Mon­sieur Macron, je vous remer­cie d’avoir pris le temps de me lire – et je compte sur vous pour les réponses… (Sources  : L’Express et Paris Match)

macron

macron

Tu m’étonnes qu’il ne veuille pas qu’on s’intéresse à ses décla­ra­tions de patri­moine… Et ce sont les mêmes qui sont dans des gou­ver­ne­ments qui t’expliquent que, pas de sou­ci, le gou­ver­ne­ment doit pou­voir t’espionner parce que “Quand on n’a rien à cacher… etc.”

J’imagine que la presse va se ruer sur tout ça, et on aura des réponses cette semaine :

macron

Je vous recom­mande de lire main­te­nant le billet sur l’analyse de la cou­ver­ture média­tique de cette affaire ici…

Pour conclure, je pré­fère en rire, et vous laisse avec ceci – comme l’a dit un com­men­ta­teur : “Trois petits tours et puits sans fonds !” (mer­ci JB) 🙂

macron

Qui perd gagne en effet…

P.S. je dédie ce billet au jour­nal Le Mondeet sur­tout à Jérôme Feno­glio, aux Déco­deurs, àSamuel Laurent, à Adrien Séné­cat (vous com­pre­nez pour­quoi j’avais mieux à faire qu’à répondre à vos enfan­tillages obs­cènes sur Twit­ter, je tra­vaille moi…) -, et à la clique de Néo-conser­va­teurs fran­çais, prin­ci­pa­le­ment Rudy Reichs­datd et Nico­las Ten­zer.

Il ne m’a pas échap­pé que leur stu­pé­fiant achar­ne­ment dif­fa­ma­toire à mon encontre – et dont ils répon­dront – a com­men­cé très peu de temps après ma pre­mière ana­lyse du patri­moine de leur can­di­dat Macron.

C’est pro­ba­ble­ment du hasard (ça arrive), bien enten­du, mais j’avoue que cela m’a clai­re­ment fait sus­pec­ter que j’avais peut-être dû appro­cher d’un  gros loup, et qu’il fal­lait que je m’y replonge très sérieusement.

C’est donc fait.

Qu’ils en soient remer­ciés, car, vrai­ment, sans eux, ce billet n’aurait pas exis­té (bien joué, j’avais déci­dé de ne pas m’occuper des pré­si­den­tiables !). 🙂

P.P.S. Sou­te­nez-nous sur Twit­ter en vous abon­nant à @OBer­ruyer – il y a encore des choses crous­tillantes à venir ce week-end et la semaine prochaine…

P.P.S : déso­lé pour les coquilles, elles seront cor­ri­gées ce soir… C’est beau­coup de bou­lot pour une per­sonne seule.

Oli­vier Berruyer

=========================================================

Je vous conseille de lire l’ar­ticle mis à jour — et les très pré­cieux com­men­taires — sur le blog d’Oli­vier, les​-crises​.fr (site majeur, à consul­ter tous les jours en ces temps trou­blés et riches en graves com­plots des riches contre les pauvres) :

Source : http://​www​.les​-crises​.fr/​m​a​c​r​o​n​-​a​-​b​i​e​n​-​c​l​a​q​u​e​-​u​n​-​s​m​i​c​-​p​a​r​-​j​o​u​r​-​p​e​n​d​a​n​t​-​3​-​a​n​s​-​2​0​-​q​u​e​s​t​i​o​n​s​-​a​-​l​u​i​-​p​o​s​e​r​-​s​u​r​-​d​e​s​-​b​i​z​a​r​r​e​r​i​e​s​-​s​u​r​-​s​o​n​-​p​a​t​r​i​m​o​i​ne/

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​0​1​2​0​1​6​6​2​7​317

Catégorie(s) de l'article :

16 Commentaires

  1. etienne

    MACRON : TECHNIQUE D’UN COUP D’ÉTAT

    Source : http://​www​.vudu​droit​.com/​2​0​1​7​/​0​2​/​m​a​c​r​o​n​-​t​e​c​h​n​i​q​u​e​-​d​u​n​-​c​o​u​p​-​d​e​t​at/

    L’arrivée au gou­ver­ne­ment le 26 août 2014, d’Emmanuel Macron, par­fait incon­nu, et tous les évé­ne­ments qui ont sui­vi montre qu’il est quand même un par­fait vei­nard. Une furieuse et inter­mi­nable cam­pagne média­tique en sa faveur, des par­rains timides puisqu’il refuse de les nom­mer, mais géné­reux qui lui per­mettent une cam­pagne rui­neuse. Les organes de contrôle de la régu­la­ri­té, de l’égalité et de la sin­cé­ri­té la cam­pagne pré­si­den­tielle brus­que­ment atteints d’une forme grave de la mala­die du som­meil. Un Pré­sident de la Répu­blique qui laisse la place en fai­sant savoir qu’il se ver­rait bien pré­si­der l’UE. Et tous les copains de pro­mo de l’ENA déjà à des postes judi­cieux, qui lui pré­parent le ter­rain. Et la jus­tice pénale qui a adop­té au tem­po par­ti­cu­liè­re­ment bien ajus­té qui lui ouvre un boulevard.

    Je sais ce que je vais rece­voir pour ne pas mar­cher dans le conte de fées que nous sert le camp du Bien. Ce sera, la nou­velle injure dis­qua­li­fiante : com­plo­tiste ! Cri­ti­quer Macron et l’invraisemblable opé­ra­tion qui vise à en faire le futur Pré­sident de la Répu­blique, c’est consi­dé­rer que l’Histoire n’est qu’un com­plot judéo-maçonnique-illuminati-reptilien.

    Je pro­pose quand même d’essayer de mieux com­prendre et pour cela je pro­pose d’adopter la méthode de Law­rence Dur­rel dans son fameux « qua­tuor d’Alexandrie », qui avait racon­té la même his­toire sous quatre points de vue différents.

    Com­men­çons par l’affaire Fillon, qui a écla­té avec les infor­ma­tions gênantes du Canard enchaî­né, pro­vo­quant en pleine cam­pagne pré­si­den­tielle un lyn­chage média­ti­co-judi­ciaire géant quoique fina­le­ment rou­ti­nier. La pri­maire de la droite a choi­si un can­di­dat sur la soli­di­té duquel les bour­geois de pro­vince auraient mieux fait de s’interroger avant. Les reproches qui lui sont faits sont en par­tie jus­ti­fiés, sa défense ini­tiale a été cala­mi­teuse, et la jus­tice qui ali­mente comme d’habitude les gazettes ne ferait que son tra­vail. Et comme en plus Fran­çois Fillon avait impru­dem­ment et de façon très déplai­sante pour ses adver­saires, pla­cé sa can­di­da­ture sous l’égide de la pro­bi­té de la rec­ti­tude, il prend le boo­me­rang en pleine face. Dans un cli­mat poli­tique ten­du, il n’y a aucune sur­prise à voir la cla­meur se déchaî­ner. Si la droite répu­bli­caine se retrouve aujourd’hui dans la nasse, elle doit s’en prendre à elle-même pour avoir choi­si un che­val fra­gile et lan­cé l’épreuve pré­si­den­tielle n’importe com­ment. Tout ceci est dif­fi­ci­le­ment réfu­table. Mais quand même, la droite répu­bli­caine ne doit-elle s’en prendre qu’à elle-même ? Voire.

    Parce que si l’on raconte l’histoire en chan­geant de focale pour diri­ger l’objectif vers Emma­nuel Macron appa­raît une autre réa­li­té. Fina­le­ment très inquiétante.

    J’avais été frap­pé par le sou­rire radieux de Jean-Pierre Jouyet lorsque sur le per­ron de l’Élysée il annon­ça la nomi­na­tion d’Emmanuel Macron en rem­pla­ce­ment d’Arnaud Mon­te­bourg. Ce concen­tré de la haute fonc­tion publique oli­gar­chique était trop content du tour qu’il jouait à la France avec la pro­mo­tion de son pou­lain qu’il eut sous ses ordres entre 2005 et 2007 à l’inspection des finances. La fusée était lan­cée, mise en orbite pré­vue mai 2017, soit comme pre­mier ministre d’un Fran­çois Hol­lande recon­duit, voire d’Alain Jup­pé, soit car­ré­ment pré­sident. Cet objec­tif stra­té­gique une fois défi­ni, les dif­fé­rentes mises en œuvre tac­tiques sont très simples. Nul besoin d’un groupe occulte et secret pour ani­mer le défer­le­ment. Une stra­té­gie mar­ke­ting oné­reuse à base d’argent à l’origine obs­cure, de pro­mo­tion média­tique gros­sière, de ral­lie­ments spec­ta­cu­laires, le sou­tien tous ceux qui accro­chés à leurs pri­vi­lèges, ont une peur panique du chan­ge­ment, la machine s’alimente toute seule. Mais en plus, il y a l’appui d’une par­tie de l’appareil d’État et de ceux qui le dirigent. Comme par exemple Madame Ernotte qui semble ne voir aucun incon­vé­nient à ce que le ser­vice public radio­té­lé­vi­sé qu’elle dirige ait depuis long­temps aban­don­né le plu­ra­lisme que son sta­tut exige pour­tant.  Ou le pré­sident du CSA inerte devant le for­mi­dable dés­équi­libre des temps de parole, le Pré­sident de la Com­mis­sion Natio­nale des Comptes de Cam­pagne qui regarde ailleurs et le Pré­sident du Conseil Consti­tu­tion­nel qui assiste sans bron­cher à la confis­ca­tion de l’élection pré­si­den­tielle. Il y aurait pour­tant l’occasion de quelques remarques à pro­pos du finan­ce­ment par­ti­cu­liè­re­ment régle­men­té de la cam­pagne élec­to­rale d’Emmanuel Macron. L’origine des fonds, l’impli­ca­tion des ser­vices de l’État dans l’orga­ni­sa­tion de la cam­pagne , ce mutisme qui com­mence à res­sem­bler à un par­ti pris est par­ti­cu­liè­re­ment grave. Et consti­tue un dévoie­ment de l’appareil d’État qui devrait pour­tant affi­cher une stricte neutralité.

    Mais il y a pire, c’est l’instrumentalisation comme cela a été si sou­vent le cas dans ce quin­quen­nat, de la jus­tice à des fins poli­tiques. Qui peut croire que c’est par hasard, ou grâce à la saga­ci­té de ses « enquê­teurs », comme on appelle désor­mais les jour­na­listes sans que cela ne les gêne, que la presse s’est trou­vée ali­men­tée d’informations sur des faits par­fois vieux de 20 ans ? Qui peut croire que c’est chose nor­male que le par­quet finan­cier se soit sai­si avec cette rapi­di­té, et ait pu mener de façon ful­gu­rante ses pre­mières inves­ti­ga­tions sans qu’elles aient été pré­pa­rées à l’avance ? Qui peut pen­ser que ces vio­la­tions insen­sées du prin­cipe de sépa­ra­tion des pou­voirs d’abord par la des­cente de la police dans les locaux du Par­le­ment sans que le pré­sident Bar­to­lone n’y trouve à redire (!), relèvent de l’improvisation ? Et qui peut ima­gi­ner ensuite qu’au par­quet finan­cier on ne sache pas le carac­tère gros­siè­re­ment incons­ti­tu­tion­nel de sa déci­sion d’ouvrir une enquête pré­li­mi­naire concer­nant un par­le­men­taire dans l’exercice de ses fonc­tions, sans qu’elle ait été pré­cé­dée d’une enquête du bureau de l’assemblée ? Qui ne peut pas être scan­da­li­sé que, comme hélas c’était pré­vu, les élé­ments du dos­sier cou­verts par un strict secret se retrouvent ins­tan­ta­né­ment entre les mains des « enquê­teurs » du Monde, pré­po­sés à ce genre de besogne et par ailleurs confi­dents offi­ciels du Pré­sident de la République ?

    Nous avons même eu droit à un ridi­cule écran de fumée vou­lant faire por­ter la res­pon­sa­bi­li­té du déclen­che­ment du bar­rage d’artillerie à Rachi­da Dati.

    Eh bien, si l’on y regar­dait d’un peu plus près ? Jean-Pierre Jouyet secré­taire géné­ral de l’Élysée a su s’entourer c’est le moins que l’on puisse dire. Il y a Gas­pard Gant­zer, cama­rade de pro­mo­tion de Macron à l’ENA, à qui ses fonc­tions per­mettent d’être comme un pois­son dans l’eau dans la presse pari­sienne. Les avaient rejoints Pierre Heil­bronn énarque ins­pec­teur des finances lui aus­si, qui a long­temps col­la­bo­ré avec Fran­çois Fillon, pour ensuite aller occu­per la fonc­tion de direc­teur géné­ral adjoint du cabi­net de Michel Sapin. Il est par­ti en juillet der­nier à la direc­tion de la BERD, mais avant son départ, Jean-Pierre Jouyet a recru­té sa com­pagne Ariane Amson, nom­mée conseillère jus­tice au cabi­net ély­séen. Cette magis­trate n’est pas énarque, mais arrive direc­te­ment… du par­quet financier.

    Mais, qu’est-ce que tu vas cher­cher ? Mais rien voyons, je suis per­sua­dé que tout cela n’a aucun lien avec les ennuis de Fran­çois Fillon, ce genre de choses n’arrive jamais. De la même façon, le ren­voi pré­ci­pi­té en cor­rec­tion­nelle de Nico­las Sar­ko­zy à l’aide d’une ordon­nance qu’un des deux magis­trats co-sai­sis, et pas n’importe lequel, a refu­sé de signer, ne sau­rait en aucun cas être consi­dé­ré comme une ini­tia­tive visant à défi­ni­ti­ve­ment fer­mer la voie d’un plan B Sar­ko­zy, et à gêner la droite encore un peu plus. Ce serait fadaise, n’est-ce pas ?

    Com­plo­tiste ! Tu ne perds rien pour attendre, les déco­deurs du Monde et de Libé­ra­tion vont te mettre à l’index, ça ne va pas être long. Parce que, dans cette volon­té furieuse de ne rien chan­ger, la presse amie du pou­voir met le paquet. Et lance la chasse à ceux qui pensent mal. Avec toute une série d’initiatives visant à répri­mer la liber­té d’expression.

    Alors, effec­ti­ve­ment il y a deux approches de l’affaire Fillon. Tout d’abord consi­dé­rer que Fran­çois Fillon n’a que ce qu’il mérite. Et que tout cela relève d’un fonc­tion­ne­ment démocratique.

    Il y a aus­si une autre lec­ture, tout aus­si rece­vable mais qui pose un lourd pro­blème démo­cra­tique. Le moment choi­si, les méthodes uti­li­sées et l’objectif pour­sui­vi par ceux qui mani­fes­te­ment sont à la manœuvre carac­té­risent un dévoie­ment des ser­vices de l’État visant à confis­quer l’élection pré­si­den­tielle et faci­li­ter l’arrivée d’Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection, pour qu’il puisse l’emporter grâce au réflexe de front répu­bli­cain. En bon fran­çais, cela s’appelle un coup d’État.

    C’est jouer avec le feu. Rien ne garan­tit une vic­toire élec­to­rale du can­di­dat de tous les conser­va­tismes, man­da­taire de l’establishment énar­chique et finan­cier. Et quand bien même l’emporterait-il, sa vic­toire ne régle­rait rien. Et les méthodes uti­li­sées affai­bli­raient encore plus les ins­ti­tu­tions et crée­raient autant de pré­cé­dents très dan­ge­reux pour les liber­tés publiques.

    Quant à Marine Le Pen, elle aura beau jeu de se pré­sen­ter comme seule can­di­date du chan­ge­ment, et de la défense des liber­tés publiques. Il est assez stu­pé­fiant de voir que notre esta­blish­ment n’a rien appris des élec­tions américaines.

    Régis de Cas­tel­nau, vudu​droit​.com

    Source : http://​www​.vudu​droit​.com/​2​0​1​7​/​0​2​/​m​a​c​r​o​n​-​t​e​c​h​n​i​q​u​e​-​d​u​n​-​c​o​u​p​-​d​e​t​at/

    Réponse
  2. etienne

    #Ban­que­Pri­vée­Fléau­DeL­Hu­ma­ni­té

    Réponse
  3. etienne

    [Passionnant]

    Emmanuel Todd : « C’est un pays en cours de stabilisation morale qui vient d’élire Trump »

    Jeu­di 9 février, Emma­nuel Todd nous reçoit dans son appar­te­ment pari­sien pour un entre­tien fleuve sur l’élection de Donald Trump, les États-Unis et la situa­tion poli­tique mon­diale, que nous vous pro­po­sons en deux par­ties. Si notre ligne poli­tique peut diver­ger de celle du cher­cheur Todd et de sa pro­mo­tion d’un capi­ta­lisme régu­lé, il demeure pour nous une réfé­rence intel­lec­tuelle contem­po­raine majeure. Anthro­po­logue, his­to­rien, démo­graphe, socio­logue et essayiste, Todd est ingé­nieur de recherche à l’Institut natio­nal d’études démo­gra­phiques (Ined). Il est prin­ci­pa­le­ment connu pour ses tra­vaux sur les sys­tèmes fami­liaux et leur rôle poli­tique. En quatre décen­nies, le cher­cheur s’est notam­ment illus­tré en pro­phé­ti­sant l’effondrement de l’URSS (« La chute finale », 1976) et les prin­temps arabes (« Le ren­dez-vous des civi­li­sa­tions », avec Yous­sef Cour­bage, 2007). Il a éga­le­ment mis en lumière les fai­blesses de la construc­tion euro­péenne et de la mondialisation. 

    Le Comp­toir : Le 8 novembre 2016, Donald Trump rem­por­tait à la sur­prise géné­rale l’élection pré­si­den­tielle amé­ri­caine. Comme lors du réfé­ren­dum sur le Brexit en juin de la même année, ou du rejet fran­çais du Trai­té éta­blis­sant une Consti­tu­tion pour l’Europe (TCE) en mai 2005, les élites poli­ti­co-média­tiques n’avaient rien vu venir. Pour­quoi, à chaque scru­tin, les élites semblent-elles de plus en plus décon­nec­tées des électeurs ?

    © Lucas Pajaud

    © Lucas Pajaud

    Emma­nuel Todd : Je crois que la sépa­ra­tion fon­da­men­tale entre peuple et élites – c’est une image, car c’est tou­jours plus com­pli­qué – a pour point de départ la dif­fé­ren­cia­tion édu­ca­tive pro­duite par le déve­lop­pe­ment du supé­rieur. Au len­de­main de la guerre, dans les démo­cra­ties occi­den­tales, tout le monde avait fait l’école pri­maire – aux États-Unis, ils avaient éga­le­ment fait l’école secon­daire –, les socié­tés étaient assez homo­gènes et très peu de gens pou­vaient se van­ter d’avoir fait des études supé­rieures. Nous sommes pas­sés, ensuite, à des taux de 40 % de gens qui font des études supé­rieures par géné­ra­tion. Ils forment une masse sociale qui peut vivre dans un entre-soi. Il y a eu un phé­no­mène d’implosion sur soi de ce groupe qui peut se racon­ter qu’il est supé­rieur, tout en pré­ten­dant qu’il est en démo­cra­tie. C’est un phé­no­mène uni­ver­sel et pour moi, c’est la vraie rai­son. Il y a des déca­lages. L’arrivée à matu­ri­té de ce groupe social se réa­lise dès 1965 aux États-Unis. En France, nous avons trente ans de retard et ça s’effectue en 1995. Les gens des diverses strates édu­ca­tives ne se connaissent plus. Ceux d’en haut vivent sans le savoir dans un ghet­to cultu­rel. Dans le cas d’un pays comme la France, nous avons par exemple l’apparition d’un ciné­ma inti­miste, avec des pré­oc­cu­pa­tions bour­geoises décon­nec­tées des cruau­tés de la glo­ba­li­sa­tion éco­no­mique. Il y a des choses très bien dans cette culture d’en haut. L’écologie, les fes­ti­vals de musique clas­sique ou bran­chée, les expo­si­tions de pein­ture impres­sion­niste ou expres­sion­niste, le mariage pour tous : toutes ces choses sont bonnes. Mais il y a des per­sonnes avec des pré­oc­cu­pa­tions autres, qui sou­haitent juste sur­vivre éco­no­mi­que­ment et qui n’ont pas fait d’études supé­rieures. C’est en tout cas ce que j’écris dans mes livres, je ne vais pas chan­ger d’avis soudainement.

    Une ana­lyse qui rejoint en par­tie celle de Chris­to­pher Lasch en 1994, dans La révolte des élites et la tra­hi­son de la démo­cra­tie (The Revolt of the Elites and the Betrayal of Demo­cra­cy)…

    Ben écou­tez, La révolte des élites, je l’ai là [il attrape un exem­plaire de The Revolt of the Elites posé sur sa table]. Oui, peut-être. Hon­nê­te­ment, j’avais publié le bou­quin de Lasch sur le nar­cis­sisme [La culture du nar­cis­sisme, NDLR] quand j’étais jeune édi­teur chez Laf­font. J’avais été très atten­tif à ce livre, dont j’avais revu la tra­duc­tion. Mais je ne suis même plus sûr d’avoir lu La révolte des élites. C’est ça, l’âge. [Rires] Mais je sais de quoi il s’agit, c’est vrai que c’est à peu près ça. Par contre, je diverge de Lasch et de gens qui dénoncent les élites pour sup­po­ser des qua­li­tés spé­ciales au peuple. Je l’ai cru à une époque, mais je n’en suis plus là. Les élites tra­hissent le peuple, c’est cer­tain. J’estime même de plus en plus qu’il y a au sein des élites des phé­no­mènes de stu­pi­di­té induits par le confor­misme interne du groupe, une auto­des­truc­tion intel­lec­tuelle col­lec­tive. Mais je ne pense plus que le peuple soit intrin­sè­que­ment meilleur. L’idée selon laquelle, parce qu’il est moins édu­qué ou moins bien loti, le peuple serait mora­le­ment supé­rieur est idiote, c’est une entorse sub­tile au prin­cipe d’égalité. Adhé­rer plei­ne­ment au prin­cipe d’égalité, c’est être capable de cri­ti­quer simul­ta­né­ment élites et peuple. Et c’est très impor­tant dans le contexte actuel. Cela per­met d’échapper au piège d’une oppo­si­tion facile entre un popu­lo xéno­phobe qui vote Le Pen et les cré­tins diplô­més qui nous ont fabri­qué l’euro. C’est toute la socié­té fran­çaise qu’on doit condam­ner dans sa médio­cri­té intel­lec­tuelle et morale.

    la_culture_du_narcissime

    En 2008, alors que presque toute la gauche se féli­ci­tait de l’élection d’un Noir à la Mai­son-Blanche, vous étiez l’un des rares à émettre des doutes sur ce sym­bole. Selon vous, Barack Oba­ma n’avait pas de pro­gramme éco­no­mique. La per­cée inat­ten­due de Ber­nie San­ders à la pri­maire démo­crate et la vic­toire de Trump sont-elles les symp­tômes de l’échec d’Obama ?

    Je crois que c’est le symp­tôme d’un chan­ge­ment d’humeur de la socié­té amé­ri­caine dans son cœur, qui est un cœur blanc puisque la démo­cra­tie amé­ri­caine est à l’origine blanche. Depuis long­temps, je suis convain­cu que parce que les Anglo-Saxons ne sont au départ pas très à l’aise avec la notion d’égalité, le sen­ti­ment démo­cra­tique aux États-Unis est très asso­cié à l’exclusion des Indiens et des Noirs. Il y a quand même 72 % du corps élec­to­ral qui est blanc. Oba­ma a mené une poli­tique de sau­ve­tage de l’économie amé­ri­caine tout à fait esti­mable dans la grande crise de 2007–2008, mais il n’a pas remis en ques­tion les fon­da­men­taux du consen­sus de Washing­ton : le libre-échange, la liber­té de cir­cu­la­tion du capi­tal et donc les méca­nismes qui ont assu­ré la dégra­da­tion des condi­tions de vie et la sécu­ri­té des classes moyennes et des milieux popu­laires amé­ri­cains. Dans les années 1950, la classe moyenne com­pre­nait la classe ouvrière aux États-Unis. Les ouvriers ont été  “repro­lé­ta­ri­sés” par la glo­ba­li­sa­tion et les classes moyennes ont été mises en dan­ger. Il y a eu, en 2016, une sorte de révolte.

    Le pre­mier élé­ment qui m’a inté­res­sé – et c’était nor­mal puisque dans L’illusion éco­no­mique (1997) je dénon­çais le libre-échange –, c’est la remise en ques­tion du libre-échange, qui était com­mune à Trump et San­ders. C’est parce que le pro­tec­tion­nisme est com­mun aux deux que nous pou­vons affir­mer être face à une évo­lu­tion de fond de la socié­té amé­ri­caine. C’est vrai que le phé­no­mène Trump est incroyable : le type fout en l’air le Par­ti répu­bli­cain pen­dant la pri­maire et fout en l’air les Démo­crates ensuite. Mais jusqu’au bout, et des vidéos le prouvent, j’ai cru que c’était pos­sible, parce que j’étais tom­bé sur des études démo­gra­phiques lar­ge­ment dif­fu­sées. Je ne sais plus si je les avais vues men­tion­nées dans leNew York Times, dans le Washing­ton Post, ou dans les deux. Elles révèlent que la mor­ta­li­té des Blancs de 45–54 ans a aug­men­té aux États-Unis entre 1999 et 2013. Pour les Amé­ri­cains, le débat sur les mer­veilles du libre-échange est clos. Ils ont com­pris. Il faut par­tir de l’électorat et pas de Trump. L’électorat est en révolte et les États-Unis ont une tra­di­tion démo­cra­tique plus solide que la nôtre, à la réserve près qu’il s’agit d’une démo­cra­tie blanche.

    « Trump a donc fou­tu en l’air le Par­ti répu­bli­cain racial avec ses thé­ma­tiques éco­no­miques, pen­dant que le Par­ti démo­crate est res­té sur ses posi­tions raciales banales. »

    Beau­coup de com­men­ta­teurs ont vu dans l’élection du mil­liar­daire Trump une vic­toire des classes popu­laires. Or, encore une fois, celles-ci se sont majo­ri­tai­re­ment abs­te­nues. En outre, 58 % des Blancs ont voté Trump, contre 37 % pour Clin­ton. Réci­pro­que­ment, 74 % des non-Blancs ont pré­fé­ré la can­di­date démo­crate. L’élection de Trump ne reflète-t-elle pas le retour de la ques­tion eth­nique dans une Amé­rique qui s’est crue post-raciale après l’élection d’Obama ?

    2/2/2006 -- Washington, D.C. -- TD Greatest Hits 06 - Sen. Barack Obama , D-IL. Photo by Tim Dillon, USA TODAY staff ORG XMIT: TD 28458 2/2/2006 (Via MerlinFTP Drop) ORG XMIT: Q1P-0602021859377871 (Via MerlinFTP Drop)

    Non, je ne le pense pas. Bien enten­du, la ques­tion raciale reste lan­ci­nante. D’abord, il faut savoir que la situa­tion des Noirs, tou­jours ghet­toï­sés, et celle des His­pa­niques, pauvres mais en voie d’assimilation, n’est pas du tout la même, même si le Par­ti démo­crate a un dis­cours de ciblage géné­ral des mino­ri­tés. Comme aux pré­cé­dentes élec­tions, les Noirs ont voté très majo­ri­tai­re­ment pour la can­di­date démo­crate (89%), mais avec un taux d’abstention plus éle­vé, parce que les Clin­ton sont assez ambi­va­lents dans leurs rap­ports à la ques­tion, contrai­re­ment à Oba­ma. Toute la poli­tique amé­ri­caine, depuis Nixon – et ça a culmi­né avec Rea­gan –, a été mar­quée par un Par­ti répu­bli­cain qui a fait for­tune en deve­nant un par­ti blanc, résis­tant aux mesures de désé­gré­ga­tion et à l’affir­ma­tive action (dis­cri­mi­na­tion posi­tive). Les Répu­bli­cains ont inven­té la tech­nique du dog-whistle, c’est-à-dire du “sif­flet à chien”, qui agit sans qu’on l’entende. Un lan­gage codé per­met de bien faire com­prendre à l’électorat blanc qu’il faut détruire lewel­fare (les aides sociales), cen­sé n’aller qu’aux Noirs. C’est ce qui a per­mis au Par­ti répu­bli­cain de mener une poli­tique éco­no­mique abso­lu­ment défa­vo­rable à son propre élec­to­rat, c’est-à-dire de dimi­nuer les impôts des riches et de conti­nuer à foutre en l’air la classe ouvrière blanche par le libre-échange. Trump est à l’opposé du dog-whistle. Il avait un double dis­cours : d’un côté, un dis­cours xéno­phobe tour­né contre le Mexique – et pas contre les Noirs, qui sont sur le ter­ri­toire amé­ri­cain – et de l’autre, des thé­ma­tiques éco­no­miques qua­si-mar­xistes. Pour moi, Trump est le contraire du racia­lisme répu­bli­cain tra­di­tion­nel. Il a mené le débat sur le ter­rain éco­no­mique, face à des Démo­crates qui acti­vaient inlas­sa­ble­ment, sur le mode de la bien-pen­sance, la ques­tion raciale, en se pré­sen­tant comme les défen­seurs des Noirs et en expli­quant que si on appar­te­nait à tel groupe, on devait voter de telle manière. Trump a donc fou­tu en l’air le Par­ti répu­bli­cain racial avec ses thé­ma­tiques éco­no­miques, pen­dant que le Par­ti démo­crate est res­té sur ses posi­tions raciales banales.

    Jus­te­ment, vous sem­blez voir, dans l’élection de Donald Trump, l’amorce d’une sor­tie de la séquence néo­li­bé­rale qui avait été mar­quée par l’arrivée au pou­voir de Mar­ga­ret That­cher et Ronald Rea­gan au début des années 1980. La dénon­cia­tion du libre-échange ou la volon­té de réta­blir le Glass-Stea­gall Act– abo­li par l’administration Clin­ton – qui sépa­rait les banques de dépôt des banques d’affaires sont effec­ti­ve­ment en rup­ture avec le dis­cours tenu à la fois par les Répu­bli­cains et les Démo­crates. Les pre­mières mesures de déré­gu­la­tion finan­cière annon­cées dès le len­de­main de son élec­tion, comme l’abolition de la loi Dodd-Frank – régu­la­tion timide des mar­chés finan­ciers intro­duite sous Oba­ma – ne sont-elles pas plu­tôt le signe que ce dis­cours pro­tec­tion­niste et régu­la­teur n’était qu’une façade et que le consen­sus de Washing­ton conti­nue de faire loi ?

    Le pro­blème, c’est qu’en France, nous sommes confron­tés à une mécon­nais­sance de ce qu’est le pro­tec­tion­nisme. C’est un cer­tain type de régu­la­tion par l’État, mais ce n’est sur­tout pas une tech­nique de régu­la­tion hos­tile au mar­ché. C’est la fixa­tion d’une limite autour d’un mar­ché, qui doit res­ter capi­ta­liste et libé­ral. Dans la théo­rie clas­sique du pro­tec­tion­nisme, il n’y a pas de contra­dic­tion entre le fait de prendre des mesures de libé­ra­li­sa­tion en interne et le fait de pro­té­ger en externe. En for­ma­li­sant, nous pour­rions dire qu’il y a deux forces qui s’opposent aux États-Unis : un par­ti natio­nal et un par­ti glo­ba­liste. Nous pour­rions dire que le par­ti natio­nal se carac­té­rise par une pro­tec­tion aux fron­tières – des biens, de la cir­cu­la­tion des per­sonnes, le tout avec une bonne base xéno­phobe – mais qui n’est pas hos­tile au mar­ché et qui a pour seul but de relan­cer un capi­ta­lisme interne qui fabrique des biens. En gros, il explique que les entre­prises peuvent se faire de l’argent autre­ment. En face, il y a le par­ti glo­ba­liste qui va lais­ser les fron­tières ouvertes, en expli­quant que cela va fonc­tion­ner même si la théo­rie éco­no­mique explique que cela va géné­rer des dégâts et des inéga­li­tés, le tout devant être com­pen­sé par de la redis­tri­bu­tion et du wel­fare. J’ai obte­nu la réédi­tion de l’ouvrage clas­sique de l’économiste Frie­drich List sur le pro­tec­tion­nisme [Sys­tème natio­nal d’économie poli­tique, Gal­li­mard, 1998, NDLR], que j’ai pré­fa­cée en expli­quant bien que le pro­tec­tion­nisme n’était qu’une branche du libé­ra­lisme. Marx détes­tait List. Je me suis retrou­vé dans des émis­sions de radio face à des incultes qui me répli­quaient : « Vous vou­lez trans­for­mer la France en Corée du Nord ? »Ce sont des igno­rants qui pensent qu’en éco­no­mie, le pro­tec­tion­nisme est une branche de l’étatisme. Évi­dem­ment, ici, je fais comme si Trump et son équipe avaient une conscience par­faite de ce qu’ils font, ce qui n’est pas le cas. J’évoque l’idéal-type wébé­rien du libé­ra­lisme protectionniste.

    « Quand j’ai pen­sé que Trump pou­vait être élu, j’étais au fond en train d’admettre que mon modèle anthro­po­lo­gique était insuffisant. »

    Vous expli­quez donc que Trump est le pro­mo­teur d’un capi­ta­lisme natio­nal qui va relan­cer la pro­duc­tion de biens. Mais pour le moment, il a sur­tout annon­cé des mesures de déré­gu­la­tion de la finance et a mani­fes­té son envie de reve­nir sur les maigres mesures de régu­la­tion de l’administration Obama !

    Mais ce n’est pas cela qui est important.

    La finan­cia­ri­sa­tion de l’économie a géné­ra­le­ment nui au capi­ta­lisme pro­duc­tif que vous défendez…

    Mais l’important, c’est la pro­tec­tion contre l’arrivée de mar­chan­dises fabri­quées par des gens sous-payés. Une éco­no­mie qui se pro­tège avec des bar­rières tari­faires à 30–40 % – c’est une tra­di­tion amé­ri­caine, c’était ain­si avant la guerre de 1914, si mes sou­ve­nirs sont exacts –, c’est une éco­no­mie qui, même si toutes les règles internes deviennent plus libé­rales, est sou­mise à des contraintes dif­fé­rentes. C’est une éco­no­mie où les ouvriers et les ingé­nieurs vont rede­ve­nir néces­saires ! Alors il y aura tou­jours des gens – c’est le prin­cipe du capi­ta­lisme – qui vou­dront se faire de l’argent. Il fau­dra seule­ment qu’ils le fassent autre­ment. Si nous nous en tenons à une approche mar­xiste, et sou­hai­tons com­battre les puis­sances d’argent, éven­tuel­le­ment abo­lir le Capi­tal, nous res­tons à côté du pro­blème. La ques­tion, c’est de savoir s’il existe une tech­nique qui per­met que des gens s’enrichissent et que cela pro­fite à tout le monde dans l’espace national.

    ivanka-trump-melania-trump-donald-trump-s-adresse-a-ses-supporters-et-aux-medias-pendant-un-meeti_exact1024x768_l

    Vous avez long­temps sou­te­nu que l’acceptation par le monde anglo-saxon de la glo­ba­li­sa­tion et de la mon­tée des inéga­li­tés qui en découle ren­voyait à la struc­ture fami­liale de type nucléaire et indi­vi­dua­liste, indif­fé­rente à la valeur d’égalité. Le Brexit et l’élection de Trump ne sont-ils pas, au contraire, la preuve que l’action des peuples peut échap­per, du moins dans cer­taines limites, aux déter­mi­na­tions anthropologiques ?

    Je suis dans un manus­crit où je suis en train de trai­ter jus­te­ment cette ques­tion. Pour moi, c’est la vraie ques­tion. Jusqu’à pré­sent, j’étais rési­gné à l’enfermement de “l’anglosphère” dans son néo-libé­ra­lisme par son indif­fé­rence à l’égalité. Dans l’ensemble, mon modèle anthro­po­lo­gique ne fonc­tionne pas mal. L’idée d’un com­mu­nisme fabri­qué par une famille com­mu­nau­taire, éga­li­taire et auto­ri­taire explique très bien l’histoire russe. La famille nucléaire abso­lue explique très bien le modèle libé­ral anglo-saxon, ain­si que le déve­lop­pe­ment du capi­ta­lisme. Le fait que les gens ne sont pas très sen­sibles aux États-Unis ou en Angle­terre à l’idéal d’égalité explique pour­quoi le capi­ta­lisme y fonc­tionne de manière bien hui­lée et pour­quoi les indi­vi­dus ne sont pas cho­qués quand cer­tains font du pro­fit. Mais entre 2000 et 2015, nous avons atteint la limite du modèle. Et bien sûr, les peuples peuvent trans­cen­der leur déter­mi­na­tion anthro­po­lo­gique, mais à un cer­tain niveau de souf­france seule­ment. C’est pour cela que la hausse de la mor­ta­li­té a été un aver­tis­seur qui m’a per­mis d’échapper à mon propre modèle. Quand j’ai pen­sé que Trump pou­vait être élu, j’étais au fond en train d’admettre que mon modèle anthro­po­lo­gique était insuf­fi­sant. Mais c’est fina­le­ment la même chose qui s’est pas­sée avec la chute du communisme.

    Ce que vous écri­viez dans La chute finale (1976)…

    Mon modèle anthro­po­lo­gique dit que les tra­di­tions com­mu­nau­taires russes expliquent très bien l’invention du com­mu­nisme. Mais de même que le libé­ra­lisme a emme­né la socié­té amé­ri­caine à un niveau de souf­france exa­gé­ré, qui a pro­vo­qué la révolte de 2016, le com­mu­nisme avait atteint vers 1975 un niveau d’absurdité tel, avec une hausse de la mor­ta­li­té infan­tile, qu’il s’est effon­dré en 1990. Par contre, ce que nous dit déjà l’existence ulté­rieure de la Rus­sie, c’est que l’atteinte de ce point de rup­ture peut ame­ner une modi­fi­ca­tion du sys­tème éco­no­mique, mais ne fait pas sor­tir défi­ni­ti­ve­ment la popu­la­tion de sa culture. Je pense qu’il y a une démo­cra­tie en Rus­sie. Les Russes votent à 80 % pour Pou­tine. C’est une forme de démo­cra­tie auto­ri­taire. Mais le fonc­tion­ne­ment de la socié­té garde beau­coup des tra­di­tions com­mu­nau­taires d’autrefois. Le sys­tème amé­ri­cain tente de se réfor­mer, mais il va gar­der ses traits libé­raux et non éga­li­taires fon­da­men­taux. D’ailleurs, quand je décri­vais un pro­tec­tion­nisme qui laisse fonc­tion­ner le capi­ta­lisme en interne, c’est exac­te­ment cela que j’évoquais.

    « Le retour au natio­nal pro­mu par Trump devrait s’accompagner d’une “dés­uni­ver­sa­li­sa­tion” des problèmes. »

    En 1981, vous intro­dui­siez Chris­to­pher Lasch en France, en fai­sant tra­duire La culture du nar­cis­sisme(sous le titre Le Com­plexe de Nar­cisse). L’intellectuel amé­ri­cain y ana­ly­sait la des­truc­tion de la struc­ture fami­liale amé­ri­caine et ses consé­quences néfastes. Les élec­tions que nous venons de vivre s’inscrivent-elles dans la séquence décrite par Lasch ?

    inrocks

    Non, elles ne sont plus en décom­po­si­tion jus­te­ment. Les États-Unis ont tra­ver­sé une phase d’instabilité et de crise cultu­relle à par­tir des années 1960 : mon­tée du divorce, enfants hors mariage, etc. Ce sont quand même les Amé­ri­cains qui ont inven­té la pilule. Cette phase de crise a entraî­né une mon­tée spec­ta­cu­laire du taux d’homicide. Mais si nous repre­nons tous ces para­mètres – ce que je ne ferai pas main­te­nant – depuis 1995, il est clair qu’en termes de mœurs, les États-Unis sont dans une phase de resta­bi­li­sa­tion. Dans ses tré­fonds, la socié­té amé­ri­caine opère un retour à l’équilibre. Si nous lisons la presse fran­çaise – regar­dez, j’ai même ache­té Les Inrocks (il l’attrape) –, nous sommes affo­lés par Trump. Le sub­li­mi­nal de « Trump est fou », c’est que c’est pour nous que l’Amérique est folle. Pure illu­sion : l’Amérique de 2016 est ration­nelle et rai­son­nable. J’ai affir­mé dans un pre­mier temps qu’il existe une ratio­na­li­té éco­no­mique au vote Trump. Votre ques­tion me conduit à ajou­ter qu’en termes de mœurs, l’Amérique revient à l’équilibre. C’est un pays en cours de sta­bi­li­sa­tion morale, mal­gré sa souf­france éco­no­mique, qui vient d’élire Trump.

    Avec Yous­sef Cour­bage, vous avez lar­ge­ment décons­truit, avec l’outil démo­gra­phique, la notion de “choc des civi­li­sa­tions” (Le Ren­dez-vous des civi­li­sa­tions). Ne crai­gnez-vous pas que l’élection d’un Donald Trump ne la fasse revivre ?

    Évi­dem­ment, le dis­cours de Trump sur les ques­tions iden­ti­taires est inac­cep­table pour quelqu’un comme moi. C’est d’ailleurs parce que ce carac­tère inac­cep­table me semble évident que je suis capable d’accepter la dimen­sion éco­no­mique de son dis­cours. Les choses sont assez claires dans ma tête. Mais nous ne devons jamais oublier la ratio­na­li­té de Trump et de son équipe, aus­si bien en poli­tique inté­rieure qu’en poli­tique inter­na­tio­nale. Un effort intel­lec­tuel est néces­saire puisque nous avons affaire à un com­mu­ni­cant : der­rière les choses hor­ribles qu’il dit – ce qui a pous­sé ses adver­saires à le prendre pour un fou –, il y a des cal­culs. Sa conquête élec­to­rale de la Rust Belt et de la Penn­syl­va­nie, pro­mise par Trump avant l’élection, montre bien une cer­taine forme de rationalité.

    En poli­tique inter­na­tio­nale, les com­men­ta­teurs évoquent cette même folie : Trump attaque la Chine, l’Allemagne, l’Union euro­péenne (qu’il per­çoit, à juste titre, comme un ins­tru­ment de la puis­sance alle­mande)… Il marche à la guerre… Mais d’un point de vue pro­tec­tion­niste, ceci est tout à fait nor­mal puisque la Chine et l’Allemagne sont les pays qui posent des pro­blèmes de concur­rence éco­no­mique aux États-Unis. C’est bien l’Allemagne, plus que les États-Unis, qui pous­sait pour le fameux trai­té trans­at­lan­tique. L’Allemagne et la Chine sont deux ardents défen­seurs du libre-échange, comme l’indique la pro­po­si­tion absurde d’alliance libre-échan­giste faite par la seconde à la première.

    Je reviens à votre ques­tion sur le conflit de civi­li­sa­tions. Il est vrai que Trump donne des signaux forts d’hostilité à l’islam et aux musul­mans. J’ai beau­coup évo­qué sa ratio­na­li­té, mais j’admets que son hos­ti­li­té à l’Iran est un élé­ment exa­gé­ré, dis­cor­dant. Il s’agit peut-être d’une volon­té de semer le trouble au sein de l’électorat amé­ri­cain. Reve­nons sur le plan des prin­cipes géné­raux : en réa­li­té, le retour au natio­nal pro­mu par Trump devrait s’accompagner d’une “dés­uni­ver­sa­li­sa­tion” des pro­blèmes. Cela devrait finir par concer­ner l’islam aus­si, et pour­rait fina­le­ment conduire à une “dés­uni­ver­sa­li­sa­tion” de la ques­tion musul­mane. Le retour au natio­nal ne sup­pose pas une rup­ture avec l’idée de puis­sance, mais sup­pose une poli­tique dif­fé­ren­ciée qui cesse d’être géné­ra­li­sa­trice. Je peux me trom­per mais il me semble que les axes fon­da­men­taux de la poli­tique de Trump ne com­prennent pas cet uni­ver­sa­lisme géné­ra­li­sa­teur qui dési­gne­rait un enne­mi uni­ver­sel qui serait l’islam. Je recon­nais que cer­tains aspects de sa poli­tique sont, au stade actuel, insup­por­tables, et je suis ravi de l’action des contre-pou­voirs amé­ri­cains, (de ce sys­tème judi­ciaire qui avait posé tel­le­ment de pro­blèmes à Roo­se­velt), mais je ne parie­rai pas sur une uni­ver­sa­li­sa­tion durable de la ques­tion de l’islam, qui contre­di­rait le retour au natio­nal. Je ne m’étais pas vrai­ment posé la ques­tion mais c’est ain­si que je vois les choses pour l’instant : Trump ne peut pas être à la fois uni­ver­sa­li­sant et “dés­uni­ver­sa­li­sant”. Ce sont les par­ti­sans de la glo­ba­li­sa­tion qui ont ten­dance à uni­ver­sa­li­ser tous les pro­blèmes, et donc celui de l’islam. Le retour à l’égoïsme natio­nal a ses qualités.

    Kevin “L’Impertinent” Bou­caud-Vic­toire & Adlene Moham­me­di

    Nos Desserts :

    Source : Le Comp­toir, https://​comp​toir​.org/​2​0​1​7​/​0​3​/​0​1​/​e​m​m​a​n​u​e​l​-​t​o​d​d​-​c​e​s​t​-​u​n​-​p​a​y​s​-​e​n​-​c​o​u​r​s​-​d​e​-​s​t​a​b​i​l​i​s​a​t​i​o​n​-​m​o​r​a​l​e​-​q​u​i​-​v​i​e​n​t​-​d​e​l​i​r​e​-​t​r​u​mp/

    Réponse
  4. etienne

    COMITÉ ORWELL

    ☰ ~ Collectif de journalistes pour la défense de la souveraineté populaire et des idées alternatives dans les médias ~ ☰ Ni police de la pensée, ni minute de la haine.

    Jean-Claude Michéa : Emmanuel Macron, le Brexit et Donald Trump

    Jean-Claude Michéa est phi­lo­sophe. Il fait dans ses livres une cri­tique glo­bale du libé­ra­lisme, aus­si bien contre son ver­sant éco­no­mique que cultu­rel. Par­mi ses ouvrages : Impasse Adam Smith (Cli­mats, 2002), Les mys­tères de la gauche (Cli­mats, 2013) et son der­nier livre paru en jan­vier, Notre enne­mi le capi­tal (Cli­mats, 2017). Il pro­pose comme alter­na­tive au libé­ra­lisme un socia­lisme repo­sant sur le concept orwel­lien de com­mon decen­cy, c’est-à-dire de décence com­mune. Dans cet entre­tien, Jean-Claude Michéa aborde la can­di­da­ture d’Emmanuel Macron, ain­si que le Brexit et l’élection de Donald Trump.

    Le comi­té Orwell a signé récem­ment un livre inti­tu­lé Bien­ve­nue dans le pire des mondes, le triomphe du soft tota­li­ta­risme qui fait réfé­rence au Meilleur des mondesde Hux­ley et à 1984 de George Orwell. Y a‑t-il quelque chose de tota­li­taire ou de poten­tiel­le­ment tota­li­taire dans notre époque ?

      Mus­so­li­ni voyait dans le « tota­li­ta­risme » (il est l’un des pre­miers à avoir employé l’expression) le moyen de contrô­ler « du ber­ceau à la tombe » l’existence quo­ti­dienne des indi­vi­dus. Or c’est bien aus­si ce que finit par accom­plir aujourd’hui – au nom de la « com­pé­ti­ti­vi­té », de la « flexi­bi­li­té », de la « crois­sance » et de la néces­si­té « d’adapter les men­ta­li­tés au monde moderne » – l’économie capi­ta­liste mon­dia­li­sée. À cette dif­fé­rence près, il est vrai, que cette der­nière exerce essen­tiel­le­ment son emprise « tota­li­taire » à tra­vers les méca­nismes ano­nymes et imper­son­nels de l’accumulation du capi­tal, et non plus, comme sous le sta­li­nisme et le fas­cisme, en recou­rant de façon pri­vi­lé­giée à la main visible de l’Etat (d’où l’illusion, très répan­due de nos jours, selon laquelle toute forme de dépen­dance per­son­nelle aurait défi­ni­ti­ve­ment dis­pa­ru du monde libé­ral et que nos dif­fé­rents « choix » n’engageraient donc que notre seule res­pon­sa­bi­li­té indi­vi­duelle). Sous ce rap­port, l’avenir que nous pré­pare le capi­ta­lisme de la Sili­con Val­ley est sin­gu­liè­re­ment révé­la­teur. Il s’agit en effet d’un monde dans lequel l’homme « connec­té » – bar­dé de pro­thèses, puces élec­tro­niques, écrans et autres « cap­teurs » – pour­rait se voir signi­fier à chaque ins­tant de sa vie l’attitude « ration­nelle » qu’il convient d’adopter, qu’il s’agisse de la « ges­tion » de sa san­té, de sa vie affec­tive ou de celle de son réfri­gé­ra­teur. Si l’on ajoute que la poli­tique des gou­ver­ne­ments libé­raux, qu’ils soient de droite ou de gauche, dépend désor­mais infi­ni­ment plus de la « confiance » de leurs créan­ciers inter­na­tio­naux que des inté­rêts de ceux qui les ont élus, on com­prend donc que ces gou­ver­ne­ments soient de plus en plus ten­tés de voir dans les der­niers ves­tiges de la sou­ve­rai­ne­té popu­laire – et dans les liber­tés qu’elle implique encore – le prin­ci­pal obs­tacle à leur mis­sion « civi­li­sa­trice » (« il ne peut y avoir de choix démo­cra­tique contre les trai­tés euro­péens » admet­tait encore récem­ment Jean-Claude Jun­cker). Nous entrons donc bien, de ce point de vue, dans une ère « post-démo­cra­tique » où la liber­té illu­soire du consom­ma­teur alié­né (le pou­voir de choi­sir à quel type de pro­pa­gande publi­ci­taire il devra obéir) ne pour­ra trou­ver son véri­table com­plé­ment quo­ti­dien que dans une dépen­dance tou­jours accrue des indi­vi­dus ato­mi­sés envers la dyna­mique aveugle de la « crois­sance » mon­diale. Le recul constant, depuis trente ans, de la liber­té d’expression et du débat démo­cra­tique (là encore, le livre d’André Per­rin en apporte des preuves irré­fu­tables) trouve sans doute ici sa rai­son d’être la plus fon­da­men­tale. En d’autres termes – comme Orwell le sou­li­gnait déjà dans sa cri­tique des idées du « pro­fes­seur Hayek » -, il appa­raît bel et bien inhé­rent à l’idéologie libé­rale, du fait même de sa « neu­tra­li­té axio­lo­gique » consti­tu­tive, de devoir pro­gres­si­ve­ment se retour­ner en son contraire et d’accoucher ain­si, à la longue, d’un monde qui aurait cer­tai­ne­ment hor­ri­fié ses pères fon­da­teurs. Mais habent sua fata libel­li !

    George Orwell par­lait du fait que la langue anglaise était simple et donc facile à mal par­ler. Par­ta­gez-vous le com­bat du lin­guiste Claude Hagège pour la diver­si­té des langues contre l’anglais qui véhi­cu­le­rait une idéo­lo­gie libérale ?

      Le fait qu’Emmanuel Macron ait encore récem­ment choi­si de s’adresser en anglais aux dépu­tés alle­mands consti­tue à coup sûr une confir­ma­tion par­ti­cu­liè­re­ment sur­réa­liste de l’analyse de Claude Hagège ! Mais c’est là, d’une cer­taine façon, la consé­quence inévi­table des dogmes libé­raux. Comme le rap­pe­laient en effet Pierre Bitoun et Yves Dupont (leur essai sur le Sacri­fice des pay­sans est en tout point remar­quable), le déve­lop­pe­ment conti­nuel du capi­ta­lisme sup­pose « des tra­vailleurs « libres », déta­chés de tout lien social, mobi­li­sables à tout moment et accep­tant de se for­mer tout au long de leur vie pour s’adapter aux exi­gences du mar­ché ». L’uniformisation lin­guis­tique de la pla­nète ne repré­sente donc, de ce point de vue, qu’un aspect par­mi d’autres de l’uniformisation mar­chande et juri­dique du monde. Encore convient-il de pré­ci­ser que l’« anglais » qui est ain­si des­ti­né – dans l’idéal d’un monde inté­gra­le­ment « sili­co­ni­sé » – à rem­pla­cer toutes les autres langues natio­nales n’est évi­dem­ment pas celui de Ches­ter­ton, de Mel­ville ou de Vir­gi­nia Woolf. Il s’agit avant tout d’un busi­ness English – ou, si l’on pré­fère, d’un glo­bish -, certes inapte à expri­mer le moindre sen­ti­ment humain un peu com­plexe, mais ample­ment suf­fi­sant, en revanche, pour rendre concrè­te­ment pos­sibles le type d’opérations et de rela­tions humaines sim­pli­fiées (ce que Car­lyle et Marx appe­laient le cash nexus) qui doivent cor­res­pondre à une socié­té libé­rale « mul­ti­cul­tu­relle » déve­lop­pée. Bien enten­du, cette langue inter­na­tio­nale de mar­ché (très dif­fé­rente, sous ce rap­port, du pro­jet huma­niste qui a tou­jours sou­te­nu l’esperanto) pré­sente éga­le­ment un avan­tage poli­tique immé­diat. Qui­conque a lu l’appendice de1984 consa­cré à la « nov­langue » sait bien, en effet, que plus un lan­gage se voit sys­té­ma­ti­que­ment appau­vri (aus­si bien dans ses res­sources lexi­cales que syn­taxiques), moins il per­met à ses locu­teurs de construire un juge­ment cri­tique cohé­rent et libé­ra­teur sur la vie qui leur est faite (la rage et la vio­lence aveugle – « le monde de la haine et des slo­gans » écri­vait Orwell – appa­rais­sant alors comme le sub­sti­tut le plus natu­rel des res­sources lin­guis­tiques aban­don­nées). C’est ce qui explique, entre autres, cette poli­tique constante, de Claude Allègre à Najat Val­laud-Bel­ka­cem, visant à vider pro­gres­si­ve­ment la langue fran­çaise de tout son pou­voir cri­tique et poé­tique, sous le cou­vert « péda­go­gique » et men­son­ger d’en « sim­pli­fier » l’apprentissage pour les classes popu­laires (« la poé­sie est l’idéal du lan­gage » obser­vait pour­tant Prou­dhon). Ce n’est, du reste, cer­tai­ne­ment pas un hasard si Najat Val­laud-Bel­ka­cem appar­tient elle-même – tout comme, d’ailleurs, Emma­nuel Macron, Laurent Jof­frin, Alain Minc ou Eric Fas­sin – au cercle très fer­mé des Young lea­ders de cette French-Ame­ri­can Fon­da­tion, qui est char­gée, depuis 1976, d’encourager en France tout ce qui peut ser­vir, d’une manière ou d’une autre, les inté­rêts éco­no­miques et cultu­rels du sys­tème capi­ta­liste. Que nos « experts » en « sciences » de l’éducation aient pu ain­si pré­sen­ter un temps les slo­gans de l’industrie publi­ci­taire comme un sup­port d’apprentissage de la langue fran­çaise beau­coup plus appro­prié que les œuvres de la grande lit­té­ra­ture clas­sique en dit d’ailleurs très long sur les enjeux réels d’une telle politique !

      Dans toute votre œuvre, vous vous atta­quez au libé­ra­lisme, dans ses deux faces, liber­taire et éco­no­mique. La can­di­da­ture d’Emmanuel Macron est-elle aujourd’hui l’incarnation la plus abou­tie de cette idéologie ?

       On ne doit pas oublier qu’Emmanuel Macron, avant de deve­nir ban­quier d’affaires chez Roth­schild, a d’abord été l’élève d’Etienne Bali­bar et de Paul Ricœur. Ce qui lui confère incon­tes­ta­ble­ment ce mini­mum de culture his­to­rique et cette capa­ci­té d’analyse phi­lo­so­phique dont la plu­part des poli­ti­ciens actuels sont désor­mais à peu près tota­le­ment dépour­vus (l’époque des Hol­lande, des Sar­ko­zy et autres Chris­tiane Tau­bi­ra n’a évi­dem­ment plus grand-chose à voir avec celle des Jau­rès, des Blum ou des Clé­men­ceau !). Il n’est donc pas si éton­nant qu’il ait pu prendre conscience de façon beau­coup plus claire que la plu­part des autres poli­ti­ciens de métier du lien idéo­lo­gique struc­tu­rel qui unit néces­sai­re­ment le libé­ra­lisme éco­no­mique d’un Frie­drich Hayek au libé­ra­lisme cultu­rel d’un Michel Fou­cault (d’autant que sa pra­tique pro­fes­sion­nelle du monde de la finance inter­na­tio­nale lui en four­nis­sait chaque jour l’illustration concrète). Mais c’est une prise de conscience qui ne peut elle-même être plei­ne­ment com­prise que si on la replace éga­le­ment dans le contexte des trans­for­ma­tions spé­ci­fiques du capi­ta­lisme contem­po­rain. D’une part, en effet, parce que l’expérience pion­nière de la Sili­con Val­ley se fonde depuis déjà très long­temps sur la recon­nais­sance expli­cite de cette uni­té dia­lec­tique des deux moments du libé­ra­lisme (ce n’est évi­dem­ment pas par hasard si elle trouve l’une de ses ori­gines idéo­lo­giques les plus nettes dans la « contre-culture » de l’extrême gauche cali­for­nienne des années 1960). Et d’autre part, parce qu’au vu des pro­blèmes éco­lo­giques et éco­no­miques gra­vis­simes qui s’accumulent aujourd’hui à l’horizon, les sec­teurs les plus lucides – ou les plus moder­nistes – du monde finan­cier et des grandes firmes trans­na­tio­nales en sont eux-mêmes venus à pen­ser, comme je le sou­li­gnais déjà dans Notre enne­mi le capi­tal, que la pour­suite de l’aventure libé­rale exi­geait désor­mais qu’on renonce, au moins pour un temps, au sys­tème tra­di­tion­nel de l’« alter­nance unique », au pro­fit d’un mode de gou­ver­nance du sys­tème capi­ta­liste poli­ti­que­ment plus effi­cace, et dont la « grande coa­li­tion » à l’allemande offre de nos jours la forme la plus connue (ce n’est sans doute pas un hasard si la social-démo­cra­tie alle­mande avait déjà renon­cé dès 1959 à toute cri­tique de fond du sys­tème libé­ral). Dans cette  nou­velle pers­pec­tive stra­té­gique – qui sup­pose évi­dem­ment un cer­tain degré de remise en ques­tion des « vieux cli­vages poli­tiques » (et on se gar­de­ra bien de confondre ce « ni gauche ni droite » des élites avec le « ni gauche ni droite » des classes popu­laires), il est clair que le consen­suel Alain Jup­pé appa­rais­sait comme le can­di­dat par excel­lence de cette frac­tion la plus consciente – et la plus influente – des classes diri­geantes. C’est donc uni­que­ment la vic­toire inat­ten­due du that­ché­rien Fran­çois Fillon (vic­toire essen­tiel­le­ment due aux effets per­vers de ce nou­veau sys­tème des « pri­maires » impor­té de manière irré­flé­chie des États-Unis) qui a rapi­de­ment conduit cette frac­tion de l’élite diri­geante – et donc, à sa suite, la grande majo­ri­té du per­son­nel média­tique – à repor­ter, par défaut, tous ses espoirs sur cette can­di­da­ture d’Emmanuel Macron qui ne devait pour­tant être défi­ni­ti­ve­ment acti­vée, au départ, que quelques années plus tard et dans des condi­tions poli­tiques beau­coup plus pro­pices et mieux pré­pa­rées. Et comme le jeune Emma­nuel Macron est, du coup, encore visi­ble­ment trop tendre pour assu­mer de façon entiè­re­ment « pro­fes­sion­nelle » le des­tin qu’on a pro­gram­mé pour lui – et qu’il n’est donc pas à l’abri d’un cer­tain nombre de bourdes plus ou moins lourdes de consé­quences – bien malin est celui qui peut dire aujourd’hui ce qui sor­ti­ra des urnes lors du joli mois de mai !

    Beau­coup se sont enthou­sias­més à la vic­toire de Donald Trump et du Brexit : qu’en avez-vous pensé ?

        Si quelque chose peut nous réjouir dans ces deux évé­ne­ments, du reste très dif­fé­rents, c’est uni­que­ment le fait que, dans les deux cas, les grands médias du sys­tème et leurs ins­ti­tuts de son­dage – mal­gré les moyens de mani­pu­la­tion dignes de Big Bro­therdont ils dis­posent par défi­ni­tion – ont piteu­se­ment échoué dans leur ten­ta­tive d’imposer aux élec­teurs, et notam­ment à ceux des classes popu­laires, la ligne poli­tique qui cor­res­pon­dait le mieux aux inté­rêts des sec­teurs les plus moder­nistes de l’élite au pou­voir (ceux que repré­sen­tait Hil­la­ry Clin­ton aux États-Unis et que conti­nue à repré­sen­ter Ange­la Mer­kel en Europe). De là, cette incroyable croi­sade média­tique qui vise aujourd’hui – du matin jusqu’au soir et sept jours sur sept – à nous pré­sen­ter leBrexit et l’élection de Donald Trump comme une menace ter­ri­fiante pour le « monde libre » et le point de départ d’une nou­velle apo­ca­lypse « popu­liste ». Il y a même quelque chose de tout à fait sur­réa­liste à voir ce même monde média­tique qui célèbre d’ordinaire sans le moindre état d’âme toutes les ver­tus de l’ordre capi­ta­liste mon­dial (et que Marx appe­lait déjà la « presse aux ordres de la Bourse »), repro­cher en même temps au nou­veau pré­sident amé­ri­cain d’en incar­ner la figure la plus impi­toyable ! Il reste que per­sonne ne peut sérieu­se­ment croire que Donald Trump et The­re­sa May seraient subi­te­ment deve­nus des enne­mis réso­lus de l’oligarchie finan­cière et de la logique du pro­fit ! C’est pour­quoi il me semble beau­coup plus rai­son­nable de voir dans cette hal­lu­ci­nante croi­sade anti-Trump et anti-Brexit qu’orchestre en conti­nu la frac­tion domi­nante des grands médias libé­raux (celle dont le citoyen­nisme mar­chand deFrance-info repré­sente en France la forme la plus cari­ca­tu­rale) l’un des signes les plus spec­ta­cu­laires du fait que les classes diri­geantes de la pla­nète sont aujourd’hui en plein désar­roi et qu’elles éprouvent la plus grande dif­fi­cul­té – notre actuelle cam­pagne pré­si­den­tielle en offre chaque jour l’illustration – à s’accorder de manière cohé­rente sur la meilleure façon de sau­ver un sys­tème capi­ta­liste mon­dial qui prend l’eau de toute part. C’est dire l’ampleur de la crise qui nous attend !

    Jean-Claude Michéa

    Pro­pos recueillis par Alexandre Devec­chio et Laurent Ottavi

    Source : Comi­té Orwell, https://​comi​teor​well​.net/​2​0​1​7​/​0​3​/​0​1​/​j​e​a​n​-​c​l​a​u​d​e​-​m​i​c​h​e​a​-​e​m​m​a​n​u​e​l​-​m​a​c​r​o​n​-​l​e​-​b​r​e​x​i​t​-​e​t​-​d​o​n​a​l​d​-​t​r​u​mp/

    Réponse
  5. etienne

    Oli­vier Ber­ruyer conti­nue son enquête d’u­ti­li­té publique et son com­bat héroïque contre le PPA, le par­ti de la presse et de l’argent.
    Il a besoin de nous, ce n’est pas le moment de le lais­ser tom­ber. Faites passer.

    Le principe du Décodex illustré par l’équipe Macron : discréditer les gêneurs

    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​p​r​i​n​c​i​p​e​-​d​u​-​d​e​c​o​d​e​x​-​i​l​l​u​s​t​r​e​-​p​a​r​-​l​e​q​u​i​p​e​-​m​a​c​r​o​n​-​d​i​s​c​r​e​d​i​t​e​r​-​l​e​s​-​g​e​n​e​u​rs/

    Oli­vier Ber­ruyer : « Fan­tas­tique illus­tra­tion du dan­ger du Déco­dex – ou, plus pré­ci­sé­ment, d’une liste offi­cielle de sites “non fiables” éta­blie par le jour­nal Le Monde.

    J’ai com­pa­ré dès le début ce Déco­dex avec l’Index de l’Église Catho­lique. Nous allons voir que les mêmes consé­quences sur­viennent sur la liber­té d’expression.

    C’est la rai­son pour laquelle j’en parle autant, et que ce sujet ne m’a jamais fait sou­rire – mal­gré son aspect émi­nem­ment ridi­cule en pre­mière approche.

    Comme je vous l’ai dit, beau­coup de choses se passent sur mon compte Twit­ter depuis une semaine – jetez‑y un oeil @OBer­ruyer (n’hésitez pas à nous suivre)

    Je rap­pelle que les 25 ques­tions que j’ai posées à Macron (à par­tir d’un article du Canard Enchaî­né et de ses décla­ra­tions de patri­moine) sont ici, avec une syn­thèse au début de l’article.

    I. La question 18…

    J’ai conti­nué à twee­té hier cer­taines ques­tions à Emma­nuel Macron. À force, on est arri­vé à la ques­tion 18 – évi­dem­ment plus acces­soire que les autres :

    macron

    La Team­Ma­cron  (“équipe Macron”) est consti­tué des membres de l’équipe du Lea­der Mini­mo, dont, appa­rem­ment Syl­vain Maillard @Syl­vain­Maillard son porte-parole :

    CEO = PDG

    Eh bien, croyez-le : j’ai obte­nu une réponse offi­cielle de l’équipe Macron ! Et du lourd (3 mars, 17h49) :

    Ah, le LDD n’est pas pla­fon­né, fichtre, il faut d’urgence chan­ger la docu­men­ta­tion offi­cielle :

    Mais que dit le lien de la Team­Ma­cron vers le site du Cré­dit Mutuel ?

    On voit pour­tant clai­re­ment que le Cré­dit Mutuel a sim­ple­ment fait du mar­ke­ting et a gref­fé deux simples livrets ban­caires sur un LDD…

    EDIT : on m’a envoyé les Condi­tions géné­rales du Cré­dit Mutuel (mer­ci A.), ce qui confirme :

    Il aurait donc fal­lu scin­der en 3 la somme dans sa décla­ra­tion de patrimoine :

    Notez que – oh sur­prise -, c’était bien mon hypo­thèse prin­ci­pale sur ce point acces­soire, dans mon article aux 25 ques­tions à Macron (der­nière phrase) :

    Le point inté­res­sant, là, pour moi, était le manque de soin dans la rédac­tion de la décla­ra­tion.Décla­rer 40 000 € pour un LDD, c’est comme décla­rer 158 000 €sur un Livret A, il y a un pro­blème, ça doit faire “tilt” quand on a quelques connais­sances de base sur les pla­ce­ments – a for­tio­ri quand on est un Ins­pec­teur géné­ral des finances, et qu’on est ministre de l’Économie…

    Mais il y a mieux. Beau­coup mieux.

    II. L’Index Décodex

    La Team Macron avait dit autre chose avant de se sen­tir obli­gée de faire sem­blant de répondre (16h57 et 17h18) :

    Impres­sion­nant, non ?

    J’ai pen­sé dès le début (voir ce billet) qu’il arri­ve­rait très vite ce genre de choses avec l’Index duMonde, qui a pour simple objet de décon­si­dé­rer une source dans son inté­gra­li­té. Ce phé­no­mène se répand depuis sur les réseaux sociaux à mon détriment :

    samuel-laurent samuel-laurent

    samuel-laurent

    On com­prend bien que ce Déco­dex mine ma Liber­té d’expression et de Débat : mes contra­dic­teurs s’appuieront désor­mais tou­jours sur l’autorité du Monde pour dis­cré­di­ter mes pro­pos a prio­ri, sans même prendre la peine d’y répondre…

    Et la Team Macron @TeamMacron2017 se lâche encore aujourd’hui – et passe la deuxième couche, mon­trant toute son hon­nê­te­té intellectuelle :

    Les types ne sont pas élus, et ils se permettent déjà ça. Ca promet pour la suite…

    ce que per­çoivent bien les lec­teurs malins :

    Bon, en tous cas, avec son #AuRe­voir (unique pour moi, mer­ci), la Team espère sans doute pou­voir me congé­dier comme un domes­tique, me pre­nant peut-être pour un des jour­na­listes qui le suit au quotidien.

    Bref, je ne lâche rien :

    Enfin, vous voyez bien que, quand on a des choses à cacher, on applique sou­vent une stra­té­gie visant à atti­rer l’attention sur des sujets les plus acces­soires pos­sibles (genre le peu de soin mis à rem­plir la case LDD), loin du sujet pro­blé­ma­tique (genre avoir gagné l’équivalent d’une petite cagnotte du loto et à avoir tout dila­pi­dé en 2 à 3 ans, en étant en plus à l’Élysée – ce qui est par­fai­te­ment légal, mais qui inter­roge sur la per­son­na­li­té de M. Macron).

    Mais comme la Team Macron aime les anec­dotes, conti­nuons… Par exemple, juste pour rire, avec l’association de finan­ce­ment de la cam­pagne, décla­rée au Tri­bu­nal de Com­merce comme ayant une “Acti­vi­té des agents et cour­tiers d’assurances”

    Eh, Mon­sieur Macron, je peux avoir un devis pour l’assurance de ma voi­ture, svp ?

    Plus sérieu­se­ment, même la simple décla­ra­tion de sa voi­ture pose question :

    Mer­ci de vos réponses – on pas­se­ra ensuite aux plus sérieuses – sur vos dépenses, sur l’achat de votre appar­te­ment, sur les affaires de M. Her­mand, sur vos inter­ven­tions sur le pro­jet de loi de sépa­ra­tion des acti­vi­tés ban­caires, etc… Et ce mal­gré votre pro­ver­biale timidité :

    Bref, comme on dit :

    Oli­vier Berruyer


    72 réponses à Le principe du Décodex illustré par l’équipe Macron : discréditer les gêneurs

    Commentaires recommandés

    FritzLe 04 mars 2017 à 22h42

    Si les jour­naux avaient encore un peu d’honneur, ils auraient dénon­cé et ridi­cu­li­sé d’emblée le Déco­dex, à com­men­cer par le Canard enchaî­né. Mal­heu­reu­se­ment, qu’ils soient timides ou de mau­vaise foi, ils sont par­tie pre­nante d’un sys­tème de men­songe et de diver­sion : le sys­tème qui pro­pulse Macron à la tête de ce pays.

    Déco­dex, c’est la police de la pen­sée, l’arme d’intimidation, l’équivalent des menaces de déré­fé­ren­ce­ment que la grande dis­tri­bu­tion fait peser sur les petits pro­duc­teurs. Et cette menace n’est qu’un pre­mier pas : on com­mence par colo­rier votre site en rouge ou en orange, puis on vous traite comme un conspi, autant dire un paria qui mérite la pri­son ou l’asile psychiatrique.

    Plus que jamais, il faut résis­ter, et d’abord résis­ter men­ta­le­ment, et bien sûr ouvrir les yeux de nos proches, tant que c’est pos­sible… Tôt ou tard, l’édifice du men­songe fini­ra par s’écrouler.

    Voir dans la discussion

    Réponse
  6. etienne

    [Macron, c’est LA BANQUE AU POUVOIR, c’est pire que tout !]

    Emmanuel Macron veut réécrire [diminuer] la régulation financière !

    7 mars 2017 par Mar­tine Orange (Media­part)

    Se ran­geant aux côtés des banques et des assu­rances, le can­di­dat d’En Marche juge que les règles pru­den­tielles sont trop contrai­gnantes. Il sou­haite à l’avenir que ce soit les ministres des finances et non les régu­la­teurs qui les déter­minent. Un pre­mier pas pour effa­cer toutes les leçons de la crise financière.

    S’il y avait encore un doute sur le posi­tion­ne­ment d’Emmanuel Macron, il vient de le dis­si­per : il se place osten­si­ble­ment du côté de la finance. Tan­dis que l’attention de l’opinion publique est cap­tée par le feuille­ton quo­ti­dien de la droite, il avance dis­crè­te­ment ses pro­po­si­tions. Et quelles pro­po­si­tions ! Il ne s’agit rien de moins que de remettre en cause la régu­la­tion éla­bo­rée après la crise finan­cière de 2008. Comme Trump, il pro­pose de réécrire ces règles contrai­gnantes. Au nom de l’économie bien sûr. […]

    Ses pro­po­si­tions sont simples : il veut reprendre la main sur la régu­la­tion finan­cière. Pour lui, les régu­la­teurs ont des posi­tions beau­coup trop rigides, voire dog­ma­tiques. Il vau­drait bien mieux que cette tâche pru­den­tielle soit confiée aux ministres des finances euro­péens. Ils seraient beau­coup plus à même, selon Emma­nuel Macron, d’établir les ratios pru­den­tiels (Bâle 2 et 3 pour les banques, Sol­ven­cy 2 pour les assu­rances) qui fixent le niveau de fonds propres pour les banques et les assu­rances. « Ce que je sou­haite, c’est que les grands ratios de sol­va­bi­li­té de liqui­di­té et de fonds propres des banques et des assu­rances puissent être dis­cu­tés au niveau euro­péen à l’E­co­fin chaque année et qu’on en fixe, avec des objec­tifs de finan­ce­ment éco­no­mique, les grandes règles », a expli­qué Emma­nuel Macron.

    Le can­di­dat d’En Marche juge que ces règles sont trop contrai­gnantes, et finissent par être plus néfastes que béné­fiques pour l’économie. En tout cas, elles ne sont pas du tout « adap­tées à la France », selon lui. « Nous nous sommes fait avoir », a‑t-il assu­ré. Les règles pru­den­tielles des éta­blis­se­ments finan­ciers « touchent beau­coup les éco­no­mies comme les nôtres qui n’é­taient pour rien dans l’o­ri­gine de la crise ». « Les ins­tances pru­den­tielles veulent de la pru­dence, donc elles n’ont qu’un objec­tif de réduc­tion du risque et donc elles ont dés­in­ci­té (sic) les banques et les assu­rances à finan­cer l’é­co­no­mie », a‑t-il regretté.

    L’argumentation n’est pas nou­velle. Elle est déve­lop­pée depuis des années par les ban­quiers et les assu­reurs, en guerre contre toutes les régu­la­tions finan­cières qui leur ont été impo­sées après la crise finan­cière. Tous mettent en avant le pré­texte du finan­ce­ment de l’économie pour obte­nir l’assouplissement voire l’annulation de ces règles, qui encadrent plus stric­te­ment leurs engagements. […]

    Lire la suite :
    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​0​7​0​3​1​7​/​e​m​m​a​n​u​e​l​-​m​a​c​r​o​n​-​v​e​u​t​-​r​e​e​c​r​i​r​e​-​l​a​-​r​e​g​u​l​a​t​i​o​n​-​f​i​n​a​n​c​i​ere

    Source : Mediapart

    Réponse
  7. Hadrien

    Bon­jour Etienne,

    Hier, dans son mee­ting télé­vi­sé, Macron a relayé la pro­pa­gande euro­péiste du Monde-Eco (1er mars) [« Les épar­gnants fran­çais per­dront 30% de leurs avoirs en cas de retour au franc »], oubliant ce que tout le monde peut véri­fier en quelques clics sur le Net :

    L’EURO, MONNAIE MOINS FORTE QUE NE L’ETAIT LE FRANC !
    Pour com­pa­rer les deux mon­naies, il suf­fit d’en juger l’évolution sur leurs périodes d’existence res­pec­tives, par rap­port au dol­lar comme réfé­rence com­mune, depuis la dis­pa­ri­tion du Gold Exchange Stan­dard qui a lais­sé place aux changes flot­tants généralisés :
    – Fin du Gold Ex. St. (15.08.1971): 1 F = 0,1816 $
    – Cours fin du Franc (01.01.1999): 1 F = 0,1778 $ (-2,1% en 28 ans, soit ‑0,75% par décennie)
    et adop­tion de l’Euro(01.01.1999): 1 E = 1,1667 $
    – Cours act de l’Euro(22.02.2017): 1 E = 1,0513 $ (-9,89% en 18 ans, soit 5,5% par decen­nie, une dépré­cia­tion de l’Euro sept fois plus rapide que celle du Franc)
    (Encore faut-il noter que l’Euro n’a pas fini sa période bais­sière de Quan­ti­ta­tive Easing, contrai­re­ment au Dol­lar qui l’avait effec­tuée bien avant)
    Il est donc erro­né d’alléguer, comme le pré­tendent les médias sous influence, une forte dépré­cia­tion à redou­ter en cas de retour au Franc (ou à un Euro­franc gar­dant l’euro comme mon­naie com­mune, à l’instar de l’écu dans l’ancien SME).
    L’Euro est en réa­li­té une mon­naie dont le cours reflète l’effet de moyenne entre Nord et Sud de l’Europe. Dans un billet actuel libel­lé en euros, il y a certes une part de marks et de flo­rins, mais aus­si une forte pro­por­tion de lires, pese­tas, escu­dos et drachmes ! La France occupe une posi­tion médiane, de sorte qu’un Euro­franc serait très voi­sin de l’euro actuel, et devrait même subir en toute logique une légère appréciation.
    Il en va évi­dem­ment très dif­fé­rem­ment avec un Euro­mark, qui subi­rait une très forte appré­cia­tion par rap­port à l’euro actuel, et rame­nant les exports alle­mands à leurs justes pro­por­tions, confir­mant en cela les récents pro­pos de Donald Trump qui a jugé l’économie alle­mande « pas­sa­ger clan­des­tin » d’un Euro « sous-éva­lué » par la par­ti­ci­pa­tion des pays ne pra­ti­quant pas la même aus­té­ri­té que l’Allemagne.
    Lors­qu’on se réfère à « notre impor­tant défi­cit com­mer­cial », faut-il rap­pe­ler que ce défi­cit est le pen­dant de l’é­norme excé­dent de l’Al­le­magne (350 Mds actuels) et date pré­ci­sé­ment de l’adoption de l’euro :
    Lorsque s’acheva l’introduction de l’euro, sous sa forme fidu­ciaire (2002), notre balance exté­rieure jusque là excé­den­taire entra subi­te­ment dans une spi­rale glo­ba­le­ment défi­ci­taire dès l’année suivante :
    de peu en 2003, puis :
    de 5 Mds en 2004,
    de 24 Mds en 2005,
    de 30 Mds en 2006,
    de 42 Mds en 2007,
    de 56 Mds en 2008,
    etc.
    Dans une Union moné­taire et doua­nière non fédé­rale, c’est le pays qui s’est impo­sé le plus d’austérité socio-éco­no­mique qui oblige tous les autres à le suivre !
    D’où l’intérêt d’analyser d’un peu plus prés la situa­tion socio-éco­no­mique de cette Alle­magne que citent volon­tiers tous ceux qui n’y ont jamais vécu :

    PROPORTION DE BAS SALAIRES en Europe (Source OCDE):
    Alle­magne………. 22,4%
    Royaume-Uni…… 22,5%
    Pays-bas……….. 18,3%
    Espagne………… 14,6%
    Ita­lie…………….. 12,36%
    Bel­gique………….. 6,37%
    France…………….. 6,08%
    Zone euro………. 14,74%

    TAUX DE SURCHARGE DES COÛTS DU LOGEMENT, défi­ni de façon fort claire :
    « pour­cen­tage des ménages dont le coût total du loge­ment repré­sente 40% ou plus du reve­nu disponible »
    Éton­nam­ment, il est en France le plus faible (5,2) de toute l’Eurozone (y com­pris Autriche 7, Por­tu­gal 8,3, etc.)
    Alle­magne………… 16,6
    Pays-bas………….. 14,4
    Espagne…………… 14,2
    Bel­gique……………. 11
    Ita­lie………………….. 7,9
    Royaume-Uni……….. 7,4
    France……………….. 5,2
    Zone euro………….. 11,7
    (Source : EUROSTAT)

    MONNAIE FORTE ET IDÉES COURTES

    Durant toute l’après guerre, on n’a ces­sé à pro­pos du mark, en France et ailleurs, de confondre mon­naie forte et fort pou­voir d’achat, ce qui n’a rien à voir : le mark ne se déva­luait pas, mais les (bas) salaires ne « s’évaluaient » pas non plus… Rai­son pour laquelle les tou­ristes alle­mands ne s’attardaient guère en France ni en Italie !
    On est éga­le­ment res­té sur la légende bis­mar­ckienne d’un sys­tème social qui aurait les mêmes avan­tages sociaux qu’en France actuel­le­ment, ce qui n’est plus le cas depuis long­temps et dont on constate les dif­fé­rences aujourd’hui dans le reve­nu dis­po­nible des ménages, et sur­tout le faible patri­moine accu­mu­lé en Allemagne…
    Or, il devrait en être dif­fé­rem­ment puisqu’une démo­gra­phie qui dimi­nue, comme outre-Rhin, par­tage son acquis entre moins d’enfants !

    Dans la pré­pa­ra­tion de l’euro comme mon­naie unique, on a sur-éva­lué le pou­voir d’achat inté­rieur effec­tif des alle­mands, en fonc­tion d’indicateurs (salaires horaires ou annuels) qui ne cou­vraient pas for­cé­ment la même chose (retraites, par exemple).
    Ain­si, on ne nous dirait pas aujourd’hui que les alle­mands veulent un euro fort pour leurs retrai­tés si ceux-ci étaient sous le régime de répar­ti­tion fran­çais, qui est insen­sible aux évo­lu­tions de la mon­naie, ce qui n’est pas le cas de la capitalisation !

    Aujourd’hui, devant la crise socio-éco­no­mique des pays qui souffrent le plus en Europe, la BCE a dû pro­cé­der au même « Quan­ti­ta­tive Easing » que la Fed devant la crise finan­cière, ce qui rend légi­time la com­pa­rai­son annon­cée en en-tête de ce texte. Le résul­tat final est sur­pre­nant : non seule­ment l’Euro a accé­lé­ré la dés­in­dus­tria­li­sa­tion de la France, comme tout le monde en convient, mais on constate qu’il a appau­vri les fran­çais en capi­tal moné­taire et pou­voir d’achat… la seule chose dont « l’Euro-fort » était cen­sé les protéger !

    REMARQUE :
    Durant les deux der­niers siècles :
    – la France, tout comme l’Italie, n’a jamais fait défaut…
    – L’Allemagne 6 fois ! (Prusse 1813, Hesse 1814, Schles­wig-Hol­stein 1850, Alle­magne moderne 1932, 1939, 1948)
    – L’ « Ecole autri­chienne » 5 fois ! (Autriche-Hon­grie 1816, 1868, Autriche 1938, 1940, 1945)
    – Le Royaume-Uni 4 fois (1822, 1834, 1888–89, 1932)
    – Les États-Unis 3 fois (9 États 1841–1842, 10 États 1873–83, USA 1933)
    – La Chine 3 fois (1921, 1932, 1939)
    – Le Japon 2 fois (1942, 1946–1952)
    Les pré­ju­gés ont la vie dure…
    Mais avec un peu de patience, si l’on reste dans la roue des alle­mands, sous l’euro, ça fini­ra bien par nous arriver !

    N.B.
    On peut trou­ver quelques infor­ma­tions sup­plé­men­taires (notam­ment sur le patri­moine et le chô­mage alle­mands) dans le billet invité :
    https://​post​jo​rion​.word​press​.com/​2​0​1​7​/​0​2​/​2​7​/​3​3​5​-​m​o​n​n​a​i​e​-​f​o​r​t​e​-​e​t​-​i​d​e​e​s​-​c​o​u​r​t​es/

    Réponse
  8. etienne

    [Comme en 2012, la mis­sion de Hamon, c’est de faire perdre Mélenchon]

    « On lui assure [à Hol­lande] un flanc gauche qui évite que cer­tains élec­teurs se tournent vers Mélen­chon », assure Benoît Hamon.

    Source : Le Figa­ro, http://www.lefigaro.fr/politique/2012/01/20/01002–20120120ARTFIG00358-le-ps-place-la-gauche-de-la-gauche-sous-surveillance.php


    Hamon 2017, le P$ en actes :

    cam­pagne 2012 

    On lui (Hol­lande) assure un flanc gauche qui évite que cer­tains élec­teurs se tournent vers Mélenchon
    source capture

    Nous rené­go­cie­rons ce trai­té, car il a été impo­sé aux fran­çais et qu’il est mauvais
    source capture

    Je me sens plus proche de Hol­lande que de Mélenchon
    source

    ministre de hollande 

    aban­don de la réforme des trai­tés européens
    aban­don de la réforme ban­caire et com­plai­sance à l’égard de la finance
    vote du CICE, 23,5 mil­liards d’euros don­nés sans contre­par­tie aux grandes entre­prises et au patronat
    aucune reva­lo­ri­sa­tion du SMIC
    vote de l’ANI, loi sur l’emploi amor­çant la casse du code du tra­vail et la loi El Khomri
    Toutes les sources dans l’article #ÇaVa­Mieux

    « Il faut bais­ser le coût du tra­vail » source

    « Le « pacte de res­pon­sa­bi­li­té » c’est 20 mil­liards d’euros pour allé­ger le coût du tra­vail » source capture1 capture2

    Sa com­pagne embau­chée comme lob­byiste à LVMH juste après son arri­vée à rue de Gre­nelle capture

    N’a pas quit­té le gou­ver­ne­ment, s’en est fait éjec­ter source1 source2 capture

    Manœuvre pour pla­cer Valls au poste de Pre­mier ministre source capture

    Condamne la mani­fes­ta­tion de Mélen­chon qui divise la gauche source capture

    Hamon au par­le­ment

    A voté pour les mesures d’austérité en Grèce. source capture

    N’a pas voté la cen­sure de la droite la seule qui pou­vait ren­ver­ser le gou­ver­ne­ment source1 source2 capture

    A déci­dé sciem­ment de ne pas par­ti­ci­per aux votes de pro­lon­ga­tion l’état d’urgence de février, juillet et décembre 2016 source

    A voté pour la loi ren­sei­gne­ment. source capture

    ne sait pas s’il a voté la réforme de la pres­crip­tion en matière pénale source capture

    n’a pas signé la lettre ouverte deman­dant la recon­nais­sance de l’État de Pales­tine source capture

    tam­bouille

    Acco­lade avec Macron au dîner du Crif source capture

    Accord Jadot-Hamon source capture

    Refus d’alliance avec la France Insou­mise source1 source2 capture1 capture2

    Manœuvres pour empê­cher J‑L Mélen­chon d’obtenir ses par­rai­nages source capture1 capture2

    pro­gramme

    Veut une nou­velle loi tra­vail en gar­dant le compte péni­bi­li­té source1 source2 capture

    Pas de consti­tuante pour une VIe répu­blique, plu­tôt une révi­sion cos­mé­tique de la Ve source capture

    Reve­nu de base de plus en plus flou source1 source2 capture

    Nucléaire : Pas d’arrêt de l’EPR source (à 20’10) capture

    CETA : le groupe PS refuse de suivre la posi­tion de Hamon source capture

    Pas d’appui de la gauche euro­péenne pour son pro­jet euro­péen source capture

    Source : https://​www​.bilan​-ps​.fr/​H​a​m​o​n​-​2​017

    Réponse
  9. etienne

    Macron : en marche vers un scandale Servier

    PAR JBERMAN BLOG 

    Pen­dant que la presse tente de relan­cer le feuille­ton Fillon, c’est un ton­nerre de silence qui a accueilli la révé­la­tion, ce week-end, du scan­dale Macron-Ser­vier. Le labo­ra­toire com­mer­cia­li­sant le Media­tor, et connu pour ses tech­niques occultes de lob­bying, s’avère être l’inspirateur prin­ci­pal du volet « san­té » du pro­gramme d’Emmanuel Macron, via un « expert » gras­se­ment rémunéré.

    Hasard ou consé­quence, le lea­der d’En Marche plai­dait quelques jours plus tôt pour mieux rem­bour­ser les médi­ca­ments ven­dus par… les labo­ra­toires Ser­vier. Heu­reu­se­ment, aucun jour­na­liste n’a eu l’indélicatesse de deman­der à Emma­nuel Macron si Ser­vier fai­sait par­tie de la fameuse liste gar­dée secrète de ses géné­reux dona­teurs. Un cas d’école de la col­lu­sion entre les lobo phar­ma­ceu­riques, les poli­tiques et les médias.

    Ce ne sont ni les valeu­reux enquê­teurs du Canard, ni les fins limiers de Média­part, ni même les expé­ri­men­tés jour­na­listes du Monde qui ont dévoi­lé le pot au rose, mais le doc­teur Irène Fra­chon. Connue du grand public pour avoir révé­lé le scan­dale du Media­tor, et déco­rée par l’association Anti­cor du Prix éthique du Lan­ceur d’alerte citoyen, Irène Fra­chon a tiqué en rele­vant que le « repré­sen­tant san­té » (et prin­ci­pal ins­pi­ra­teur de son pro­gramme en la matière), Jean-Jacques Mou­rad, était en fait rému­né­ré par le labo­ra­toire, pour des mon­tants qui pour­raient avoi­si­ner le mil­lion d’euro pour la seule année 2016.

    Ce conflit d’intérêt carac­té­ri­sé avait déjà été signa­lé durant le week-end par For­min­dep (Asso­cia­tion Pour une Infor­ma­tion Médi­cale Indé­pen­dante), une asso­cia­tion non par­ti­sane et recon­nue. Mais la presse n’avait pas dai­gné rele­ver les faits avant l’intervention d’Irène Fra­chon, qui a du elle-même aller véri­fier les bases de don­nées du Minis­tère de la san­té, qui réper­to­rient les ver­se­ments effec­tués par les laboratoires.

    Oui mais voi­là, Jean-Jacques Mou­rad est aus­si le frère de Ber­nard Mou­rad, l’un des piliers de la cam­pagne d’Emmanuel Macron. C’est lui qui pilote pour Xavier Niel et Patrick Dra­hi les plus grands dos­siers des médias qui appar­tiennent à ces patrons (sou­tiens eux aus­si de Macron) : Le Monde, Libé­ra­tion, l’Express, BFM TV, RMC…

    Bref, un scan­dale de conflit d’in­té­rêt sans équi­valent par le pas­sé, mais dont on risque d’assez peu entendre par­ler. Notre pro­nos­tic : un petit papier neutre (pour pas que ça se voit trop non plus) entre deux Unes sur Fillon (Fillon a dit « autiste », Fillon a emprun­té des sous à un copain, Fillon a télé­char­gé illé­ga­le­ment Game of Thrones, Fillon a fait une faute d’accord sujet verbe….) et un papier hau­tain sur Mélen­chon (qui ne se couche pas devant Hamon), et pas de fol­low-up. On prend les paris ?

    J BERMAN

    Source : https://​blogs​.media​part​.fr/​j​b​e​r​m​a​n​/​b​l​o​g​/​0​7​0​3​1​7​/​m​a​c​r​o​n​-​e​n​-​m​a​r​c​h​e​-​v​e​r​s​-​u​n​-​s​c​a​n​d​a​l​e​-​s​e​r​v​ier

    Réponse
  10. etienne

    Programme Macron : un copier-coller des recommandations européennes

    par Mar­tine Orange (Media­part)

    Finances publiques, retraites, chô­mage, droit du tra­vail et même grands pro­jets comme le déve­lop­pe­ment numé­rique, toutes les réformes struc­tu­relles que le Conseil euro­péen demande à la France depuis plu­sieurs années se retrouvent dans le pro­gramme d’Emmanuel Macron. Mot pour mot.

    Des mil­liers d’intervenants de la socié­té civile, des comi­tés locaux dans toute la France réunis par thèmes, des cen­taines d’experts pour débattre des pro­jets, des groupes pour ana­ly­ser les pro­po­si­tions et sélec­tion­ner les meilleures… Emma­nuel Macron n’a pas man­qué de sou­li­gner la démarche ori­gi­nale mise en œuvre pour l’élaboration de son pro­gramme et pour jus­ti­fier le retard pris. Il fal­lait du temps pour éla­bo­rer le plan d’ensemble, a‑t-il expli­qué avant de dévoi­ler ses mesures le 2 mars.

    Mais était-il vrai­ment néces­saire de mobi­li­ser tant d’énergies ? Car à lire ses pro­po­si­tions éco­no­miques et sociales, il n’y a pas vrai­ment de nou­veau­té : elles sont en par­faite réso­nance libé­rale avec ce que sou­haite l’Europe. En soi, ce n’est pas sur­pre­nant. Emma­nuel Macron n’a jamais caché être en faveur d’une inté­gra­tion euro­péenne de plus en plus en pous­sée, pas­sant par la mise en œuvre d’une har­mo­ni­sa­tion poli­tique, fis­cale et bud­gé­taire. Cette adhé­sion se mani­feste sans rete­nue. Il n’y a pas la moindre dis­tance, le plus petit soup­çon d’un doute sur les thèses éco­no­miques de l’Europe, qui ont quand même contri­bué à enli­ser la zone euro dans la stag­na­tion éco­no­mique et le chô­mage de masse entre 2010 et 2015. Pas le moindre écho non plus aux révi­sions impor­tantes qui ont lieu dans les cénacles d’économistes aux États-Unis, dont cer­taines études concluent que le libé­ra­lisme a été sur­ven­du, aggra­vant les inéga­li­tés et com­pro­met­tant les chances de retour d’une crois­sance durable.


    [Pho­to] Emma­nuel Macron lors de la pré­sen­ta­tion de son pro­gramme le 2 mars © Reuters

    Pour Emma­nuel Macron, la dis­cus­sion ne semble pas avoir lieu d’être. La poli­tique défi­nie par l’Europe est la seule voie à suivre, comme pen­dant toute la pré­si­dence de Hol­lande. Une grande par­tie de ses mesures éco­no­miques et sociales sont même des copier-col­ler des recom­man­da­tions adres­sées par le Conseil euro­péen à la France dans le cadre du pro­gramme de sta­bi­li­té en 2014, 2015, 2016. Finances publiques, retraites, chô­mage, droit du tra­vail et grands pro­jets comme le déve­lop­pe­ment numé­rique, tout s’y retrouve. Même la manière de les décli­ner. À l’instar de la Com­mis­sion euro­péenne, le can­di­dat d’En Marche !, qui pour­tant ne cesse de se récla­mer d’une vision, se refuse à don­ner un cadre géné­ral cohé­rent à sa poli­tique. Il pré­fère énu­mé­rer une série de points, comme il l’avait fait dans le cadre de la com­mis­sion Atta­li, ou pour sa loi sur la crois­sance (la loi Macron), comme le fait la Com­mis­sion dans ses rap­pels à l’ordre aux pays de la zone euro, rame­nant ain­si la poli­tique à une énu­mé­ra­tion technocratique.


    [Extrait du pro­gramme Finances publiques]

    Emma­nuel Macron y met cepen­dant les formes. Parce qu’il sait qu’il existe des mots qui heurtent, il a rayé dans son pro­gramme toute réfé­rence aux poli­tiques d’austérité. Il men­tionne tout juste, au détour d’une simple paren­thèse, un « défi­cit ne dépas­sant pas 3 % dès 2017 et [l’]atteinte, en 2022, de l’objectif à moyen terme de solde struc­tu­rel soit – 0,5 point de PIB ». Comme si cela n’était qu’une men­tion acces­soire, un petit rap­pel pour mémoire sur lequel il était inutile de s’appesantir.

    Dans les faits, il s’agit pour­tant de se confor­mer à la lettre aux règles bud­gé­taires défi­nies par l’Europe. Mais s’il n’insiste pas sur la règle mère, il en donne la tra­duc­tion : les dépenses publiques doivent bais­ser de 60 mil­liards en 5 ans, afin de rame­ner le taux de dépenses publiques dans la norme euro­péenne. Tout un panel de mesures est envi­sa­gé pour y par­ve­nir allant de la sup­pres­sion de 50 000 postes dans la fonc­tion publique à l’encadrement des dépenses de san­té, et à la réduc­tion des dépenses des col­lec­ti­vi­tés locales.

    C’est exac­te­ment ce que pré­co­nise le Conseil de l’Europe dans sa lettre de recom­man­da­tion adres­sée à la France en juillet 2016 : « Le Conseil recom­mande que la France s’attache à assu­rer une cor­rec­tion durable du défi­cit exces­sif en 2017 au plus tard, en pre­nant les mesures struc­tu­relles requises et en consa­crant toutes les recettes excep­tion­nelles à la réduc­tion du défi­cit et de la dette ; à pré­ci­ser les réduc­tions de dépenses pré­vues pour les années à venir et accen­tuer les efforts pour accroître le mon­tant des éco­no­mies géné­rées par les revues de dépenses, y com­pris en ce qui concerne les dépenses des col­lec­ti­vi­tés locales. »

    Les révi­sions du FMI sur l’impact du coef­fi­cient mul­ti­pli­ca­teur et les consé­quences sous-esti­mées d’une réduc­tion des dépenses publiques sur l’économie semblent bien avoir été oubliées. « Il faut sor­tir de la logique du rabot, sor­tir d’une logique dans laquelle on com­prime la dépense pour pas­ser à une logique dans laquelle on engage le pays dans une tran­si­tion éco­no­mique et éco­lo­gique, explique Jean Pisa­ni-Fer­ry qui, après avoir été com­mis­saire géné­ral de France Stra­té­gie, a ral­lié Emma­nuel Macron et coor­donne le pôle « pro­gramme et idées » d’En Marche !. C’est une stra­té­gie qui repose fon­da­men­ta­le­ment sur l’offre mais, en même temps, cela a des effets de demande. »

    Ani­mé de la même pré­cau­tion, Emma­nuel Macron a ban­ni le mot « réforme », assi­mi­lé désor­mais par l’opinion publique à régres­sion sociale. Il parle donc de mobi­li­té, de chan­ge­ment, de flexi­bi­li­té. Une France en marche, comme il le promeut.

    Pour­tant, der­rière cet habillage consen­suel, le pro­gramme d’Emmanuel Macron parle bien de mettre en œuvre le plan de « réformes struc­tu­relles » que la Com­mis­sion euro­péenne et la BCE réclament à cor et à cri. Il entend mettre en œuvre sans retard une grande réforme des retraites. Un sys­tème uni­ver­sel par points, don­nant toute liber­té à cha­cun de par­tir à la retraite quand il le sou­haite, où « chaque euro coti­sé don­ne­rait le droit au même mon­tant de retraite », a‑t-il décla­ré. Avant de se ravi­ser en expli­quant que le taux des coti­sa­tions pour­rait varier, selon les métiers, que les condi­tions d’âge de départ pour­raient différer.[…]

    Lire la suite :
    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​f​r​a​n​c​e​/​1​0​0​3​1​7​/​p​r​o​g​r​a​m​m​e​-​m​a​c​r​o​n​-​u​n​-​c​o​p​i​e​r​-​c​o​l​l​e​r​-​d​e​s​-​r​e​c​o​m​m​a​n​d​a​t​i​o​n​s​-​e​u​r​o​p​e​e​n​nes

    Source : Mediapart

    Réponse
  11. etienne

    Macron, un danger pour la République ?
    Ce que le front républicain devrait dire…

    par Régis de Cas­tel­nau, avo­cat :

    « Pour avoir bien connu toutes les élec­tions pré­si­den­tielles au suf­frage uni­ver­sel depuis 1965, je reste sidé­ré au spec­tacle de cette campagne.

    Mal­gré la catas­trophe poli­tique du quin­quen­nat Hol­lande, le trau­ma­tisme de l’agression ter­ro­riste, une situa­tion éco­no­mique ter­ri­ble­ment dégra­dée et l’attitude d’élites désho­no­rées arc-bou­tées sur leurs pri­vi­lèges, le peuple fran­çais a été d’un calme éton­nant dans l’attente de l’échéance majeure. Pas sûr qu’il le reste devant une telle confis­ca­tion du scru­tin, à base de mani­pu­la­tions, d’instrumentalisations des ser­vices de l’État, et de pro­pa­gande éhon­tée d’un appa­reil média­tique qui fait bloc. Pas sûr que le peuple reste de marbre face à la mobi­li­sa­tion achar­née de la caste, illus­trée par la lita­nie des ral­lie­ments à Macron, et celle des traîtres qui avaient aban­don­né Fillon. Tout doit être fait pour envoyer le télé­van­gé­liste à une deuxième place au pre­mier tour qui lui ouvri­rait le second contre Marine Le Pen. Et là, uti­li­ser l’argument du bar­rage, le vieux « No pasa­ran » employé contre le FN depuis trente ans avec le suc­cès que l’on connaît.

    Ne pas repro­duire le piège de 2002

    Et pour­tant, com­ment ne pas par­ta­ger l’opinion de Fré­dé­ric Lor­don, ou de Jacques Ran­cière quand il dit : « Si Marine Le Pen devait l’emporter, ça ne serait pas gai, bien sûr. Mais il faut en tirer les bonnes conclu­sions. La solu­tion est de lut­ter contre le sys­tème qui pro­duit Marine Le Pen, non de croire qu’on va sau­ver la démo­cra­tie en votant pour le pre­mier cor­rom­pu venu. J’ai tou­jours en tête ce slo­gan de 2002 : « votez escroc pas facho ». Choi­sir l’escroc pour évi­ter le facho c’est méri­ter l’un et l’autre et se pré­pa­rer à avoir les deux ».

    Le pire étant d’être contraint main­te­nant de se poser la ques­tion de savoir entre les deux pro­bables qua­li­fiés du second tour qui est le plus dan­ge­reux. Et mal­heu­reu­se­ment, force est de recon­naître qu’Emmanuel Macron décroche la timbale.

    Tout au long de son man­dat, Fran­çois Hol­lande a pas­sé son temps à abî­mer les ins­ti­tu­tions et saper l’autorité de l’État. À croire qu’il a déci­dé de com­plè­te­ment les détruire. C’est une situa­tion grosse de dan­gers. L’opération Macron est plus qu’à l’évidence une ten­ta­tive de conti­nuer comme si de rien n’était. Dire que le télé­van­gé­liste est l’héritier en tout point de l’actuel pré­sident de la Répu­blique est une évi­dence, mais les méthodes uti­li­sées pour le faire adve­nir à base de vio­la­tions des liber­tés publiques et de pié­ti­ne­ment des prin­cipes répu­bli­cains consti­tuent un pré­cé­dent très grave. Les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques en sor­ti­ront gra­ve­ment affai­blies, quel que soit le résultat.

    Ser­vi­tude volon­taire des médias

    Pen­dant tout ce man­dat, la liber­té d’expression a été sévè­re­ment mal­me­née. Mul­ti­pli­ca­tion des pres­sions, sai­sines sys­té­ma­tiques des tri­bu­naux, et adop­tion de lois clai­re­ment liber­ti­cides (péna­li­sant la fré­quen­ta­tion de sites dji­ha­distes, la pro­pa­gande anti-avor­te­ment, etc.). Jusqu’à pré­sent, le Conseil consti­tu­tion­nel a tenu, mais pour com­bien de temps ? La créa­tion ex nihi­lo du télé­van­gé­liste par l’instrumentalisation sans pré­cé­dent de l’appareil média­tique sub­ven­tion­né, celui appar­te­nant aux oli­garques, ou au ser­vice public, a per­mis d’atteindre des som­mets. Les mêmes médias ont doci­le­ment joué le rôle que l’on atten­dait d’eux en par­ti­ci­pant avec enthou­siasme au coup d’État contre la can­di­da­ture Fillon. Avec un double objec­tif : dis­qua­li­fi­ca­tion du can­di­dat de droite et étouf­fe­ment du débat de fond. Le ser­vice public radio­té­lé­vi­sé mal­gré son obli­ga­tion légale de plu­ra­lisme est le plus zélé dans l’accomplissement de ce sale boulot.

    Ins­tru­men­ta­li­sa­tion sans ver­gogne de la justice

    Et puis, il y a l’instrumentalisation de la jus­tice. Les pro­fes­seurs de droit, les avo­cats, les juristes ont beau s’étonner, s’inquiéter, s’égosiller, le coup d’État anti-Fillon conti­nue imper­tur­ba­ble­ment. Du tem­po adop­té par le par­quet natio­nal finan­cier (PNF) et le Pôle du même nom pour trai­ter le dos­sier du can­di­dat de la droite découle une par­tia­li­té évi­dente qui laisse croire à une pré­pa­ra­tion anté­rieure à l’article du Canard enchaî­né. Pour Fran­çois Fillon, c’est pres­tis­si­mo, en revanche pour Macron, ses frais de bouche au minis­tère, le pro­bable délit de favo­ri­tisme pour filer à Las Vegas ren­con­trer Bol­lo­ré, les décla­ra­tions de patri­moine fan­tai­sistes, l’opacité totale du finan­ce­ment de sa cam­pagne, ce sera lar­go (lent, très lent), on connaît la musique au PNF. Pour­tant, la plus haute hié­rar­chie judi­ciaire nous dit que : « la jus­tice suit son rythme en toute indé­pen­dance », en oubliant de rap­pe­ler qu’elle doit aus­si le faire en toute impar­tia­li­té. Terme que l’on n’entend jamais. La pré­si­dente du SM, le syn­di­cat du mur des cons, finit par la reven­di­quer cette par­tia­li­té en nous assé­nant sans mol­lir : « Le juge “neutre” n’existe pas et c’est tant mieux. Il n’est pas un être dés­in­car­né, il pense et a des opi­nions per­son­nelles. Entre la loi et le cas par­ti­cu­lier, il y a un espace rem­pli par le juge avec ses valeurs, ses convic­tions et sa per­sonne. » Pro­po­si­tion abso­lu­ment hal­lu­ci­nante que cette reven­di­ca­tion qui montre à quel point cer­tains ont per­du le sens com­mun. La neu­tra­li­té, l’objectivité, l’impartialité sont les objec­tifs fon­da­men­taux que doivent res­pec­ter les déci­sions de jus­tice ren­due au nom du peuple fran­çais, comme d’ailleurs dans tous les sys­tèmes démo­cra­tiques et depuis long­temps. Le « juge neutre » indi­vi­duel n’existe pas, c’est vrai, mais c’est pour cela qu’il y a la jus­tice et son orga­ni­sa­tion. Ce type de dérive qu’on a vue à l’œuvre durant tout le man­dat Hol­lande trouve aujourd’hui sa cari­ca­ture avec l’affaire Fillon. Y a‑t-il des rai­sons de pen­ser que le télé­van­gé­liste suc­ces­seur de Fran­çois Hol­lande hésite à uti­li­ser ces méthodes ? Per­son­nel­le­ment, je crains que non.

    Les auto­ri­tés indé­pen­dantes laissent faire

    Deux ins­ti­tu­tions essen­tielles au fonc­tion­ne­ment équi­li­bré d’une démo­cra­tie, la jus­tice et la presse sont sor­ties de leurs lits. Elles ne sont pas les seules, ce que l’on appelle « les auto­ri­tés admi­nis­tra­tives indé­pen­dantes » font la même chose. La Com­mis­sion natio­nale des comptes de Cam­pagne, char­gée de contrô­ler les recettes et les dépenses des can­di­dats, et bien évi­dem­ment muette. Alors qu’on apprend tous les jours des bizar­re­ries pré­oc­cu­pantes sur la cam­pagne d’« En Marche ». Est-il néces­saire de rap­pe­ler que toute dépense expo­sée par qui que ce soit en dehors du compte de cam­pagne peut être réin­té­grée à celui-ci dès lors qu’elle a pu avan­ta­ger élec­to­ra­le­ment le candidat ?

    C’est ain­si que le compte de Nico­las Sar­ko­zy en 2012 avait été inva­li­dé à la suite de la réin­té­gra­tion d’une dépense expo­sée par l’État pour un dépla­ce­ment du pré­sident en exer­cice dont la com­mis­sion a consi­dé­ré que c’était plus un dépla­ce­ment élec­to­ral. Compte tenu de la pro­pa­gande éhon­tée de la presse, des inter­ven­tions de l’État, du carac­tère trouble des finan­ce­ments, la vali­da­tion du compte d’Emmanuel Macron n’est pas évi­dente. Soyons sûrs que tout pas­se­ra pour­tant sans encombres.

    Un appa­rat­chik sans principes

    Reste enfin la per­son­na­li­té d’Emmanuel Macron que l’on peut pres­sen­tir à par­tir de sa tra­jec­toire et d’un cer­tain nombre d’événements qui s’y sont dérou­lés. On rap­pe­lait ici un épi­sode révé­la­teur et déplai­sant à pro­pos du rachat du jour­nal Le Monde. La ces­sion à des inves­tis­seurs chi­nois de l’aéroport de Tou­louse-Bla­gnac et le très trouble bra­dage de la branche éner­gie d’Alstom à Gene­ral Elec­tric méri­te­raient éga­le­ment examen.

    Emma­nuel Macron est la solu­tion pour cette par­tie du Capi­tal, incar­née par l’oligarchie néo­li­bé­rale mon­dia­li­sée qui a fait séces­sion et qui emmène avec elle la petite par­tie des couches moyennes qui en pro­fitent. Et la cam­pagne élec­to­rale montre bien que ces gens-là sont prêts à tout. La bour­geoi­sie natio­nale avait choi­si Fran­çois Fillon, elle com­prend sa dou­leur. Si par mal­heur Emma­nuel Macron et ceux qui l’emploient arri­vaient au pou­voir, il n’y a aucune chance que les liber­tés publiques fou­lées aux pieds depuis cinq ans et mar­ty­ri­sées depuis six mois soient res­tau­rées. On sait bien que la mon­dia­li­sa­tion néo­li­bé­rale dont Macron est l’agent, est incom­pa­tible avec la démo­cra­tie. Gra­ve­ment incom­pa­tible. »

    Régis de Castelnau

    http://​www​.cau​seur​.fr/​m​a​c​r​o​n​-​v​e​g​a​s​-​h​o​l​l​a​n​d​e​-​l​e​-​p​e​n​-​4​3​2​3​6​.​h​tml
    Source : Causeur.

    Réponse
  12. etienne

    Le Gros Journal :
    « Ce tro­quet à Sevran, on s’est aper­çu grâce au Bon­dy Blog que c’é­tait une fabri­ca­tion totale, une “fake news” ser­vie par la rédac­tion de France 2. »

    Réponse
  13. 7démocratieendanger663

    N’ou­blions pas de dépo­ser nos ordures devant le siège de la Dic­ta­ture en Marche!On n’i­ra pas à Las Vegas.Liberté,Egalité,Fraternité !!

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...