[Populisme, mon amour] Emmanuel TODD : « la France n’est évidemment pas une démocratie »

20/01/2017 | 8 commentaires

Emma­nuel Todd insiste (sans se lais­ser inter­rompre par les eurocrates) : 

« On n’est évi­dem­ment pas en démo­cra­tie, on fait tous sem­blant, on fait du théâtre : on remet en cause la démo­cra­tie amé­ri­caine (qui renaît ! [heu, là, il rêve, Emma­nuel 🙂 ]) et on fait comme si, nous, on était des démocrates… 

Mais en fait la France n’a plus d’au­to­no­mie moné­taire et c’est l’Al­le­magne qui va décider !

On n’est évi­dem­ment plus en démo­cra­tie : [en 2008,] la classe poli­ti­cienne s’est assise sur le réfé­ren­dum de 2005 (!), et notre pré­ten­due « élec­tion pré­si­den­tielle », c’est un sys­tème qui per­met d’é­lire celui qui va être notre repré­sen­tant à Berlin…

Donc, on est vrai­ment des gros rigo­los, quand on met Trump en question »

Je trouve amu­santes les lèvres (très) pin­cées du vieil euro­lâtre des­po­tique Ber­nard Guetta.


Guet­ta : « Non, là, Todd, vous exagérez… »

Mer­ci Emma­nuel Todd, MERCI 🙂

Étienne.

—-

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​8​9​2​4​7​8​3​1​7​317

Catégorie(s) de l'article :

8 Commentaires

  1. etienne

    « hooo, je ne peux pas vous lais­ser dire ça ! » s’ex­clament en se pâmant les euro­lâtres de service 😀

    Réponse
    • Thierry Saladin

      Bon­jour Étienne Chouard,
      Ber­nard Guet­ta, dans sa réponse à Emma­nuel Todd, ne dit-il pas quelque chose d’as­sez cohé­rent : en éli­sant Sar­ko­zy en 2007, mais j’a­jou­te­rais, moi, plus géné­ra­le­ment en pla­çant trois can­di­dats en tête dès le pre­mier tour : Sar­ko­zy, Royal et Bay­rou tous favo­rables au oui au TCE, le peuple ne se contre­di­sait-il pas ?
      C’est ce que j’ai tou­jours pen­sé. Et c’est d’ailleurs LA rai­son pour laquelle je n’ai voté au pre­mier tour pour aucun de ces trois-là. Puisque j’a­vais voté NON deux ans auparavant.
      Qu’en pensez-vous ?

      Cor­dia­le­ment.

      Thier­ry Saladin

      Réponse
      • Neo Sieyès

        Bon­jour,

        Lors d’une élec­tion, les citoyens choi­sissent entre quelques can­di­dats et donc entre quelques pro­grammes. Le pro­gramme du par­ti vain­queur ne béné­fi­cie géné­ra­le­ment pas en chaque point du sou­tien de la majo­ri­té. Même lors­qu’il applique une mesure annon­cée dans son pro­gramme, l’é­lu ne peut donc pas pré­tendre être sou­te­nu par la majo­ri­té. C’est pour­quoi des réfé­ren­dums sont nécessaires. 

        Sar­ko­zy ne pou­vait donc pas argu­men­ter que son élec­tion annu­lait la déci­sion que les citoyens avaient prise lors du réfé­ren­dum sur la Consti­tu­tion européenne.

        Cor­dia­le­ment,

        Réponse
    • Aquablue03

      Bon­soir ,
      c ‘est dit quand même et c’est reçu aus­si ! À cha­cun sa gri­mace de régurgitation !
      Bon voyage , pre­nez soin .… !

      Réponse
  2. etienne

    Vladimir Poutine commente les attaques contre Donald Trump

    Réponse
  3. etienne
  4. alexis

    Mer­ci à toi Etienne !!

    Réponse
  5. Neo Sieyès

    Bon­jour,

    L’af­fir­ma­tion de Todd selon laquelle la France n’est plus une démo­cra­tie est mani­fes­te­ment fausse. Elle sup­pose en effet que la France ait été une démo­cra­tie et ait ces­sé de l’être. Or la France n’a jamais été une démocratie. 

    Cor­dia­le­ment,

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles