Histoire détaillée d’un odieux complot, celui de la dérégulation financière : INSIDE JOB, enquête essentielle pour comprendre la prochaine « crise » et l’énorme trahison des « élites »

20/02/2016 | 54 commentaires

Chers amis,

Vous vous sou­ve­nez sans doute de ce film for­mi­dable qui nous avait tous bluf­fés en 2010 et qui s’ap­pe­lait INSIDE JOB ? 

L’ex­pres­sion « inside job » est uti­li­sée dans les enquêtes poli­cières, si j’ai bien com­pris, pour par­ler des crimes qui sont com­mis de l’in­té­rieur, par des intimes qui connais­saient par­fai­te­ment les vic­times et qui avaient toute leur confiance avant de les trahir.
On pour­rait peut-être tra­duire ce titre par « TRAHISON ».
Car c’est bien une immense tra­hi­son des peuples par leurs « res­pon­sables » publics dont ce film apporte les preuves éclatantes.

En sep­tembre der­nier (2015), j’ai pen­sé utile de faire voir ce film à mes étu­diants (en éco­no­mie), et à y tra­vailler ensemble, pour les aider à com­prendre les enjeux réels de ce qu’on appelle la « science éco­no­mique » : régu­la­tion ou déré­gu­la­tion ? Là, on pou­vait juger sur pièces, éva­luer les résul­tats d’une déré­gu­la­tion gran­deur nature. 

J’ai donc revu ce film pour l’oc­ca­sion, avant de le pré­sen­ter, et je me suis alors ren­du compte que j’a­vais oublié, en 5 ans, cer­tains faits impor­tants, des détails déci­sifs, cer­tains noms des traîtres, cer­tains enchaî­ne­ments chro­no­lo­giques et même quelques aveux incroyables. En effet, une vidéo est sti­mu­lante à regar­der, évi­dem­ment attrayante mais aus­si super­fi­cielle d’une cer­taine façon : un film grave moins de détails dans notre mémoire qu’un écrit lu et étu­dié à tête reposée. 

J’ai donc entre­pris, pour aider mes étu­diants à bien fixer leurs idées, de leur pré­pa­rer une retrans­crip­tion inté­grale, en fran­çais, qu’ils pour­raient relire et ana­ly­ser tran­quille­ment, point par point. 

Je suis par­ti des sous-titres en fran­çais que j’ai trou­vé . Mais ils étaient très som­maires, encom­brés d’in­for­ma­tions gênantes (minu­tages de syn­chro), et lacu­naires aus­si puis­qu’il y man­quait car­ré­ment tous les noms de ceux qui par­laient, un détail…

Ensuite, au fur et à mesure des cor­rec­tions et des mises en forme, j’ai ajou­té des copies d’é­cran, tou­jours pour aider le lec­teur à mieux mémo­ri­ser, les noms des témoins et des res­pon­sables sur­tout : ain­si, les images nous aident à revoir inté­rieu­re­ment les séquences du film tout en lisant.

Enfin, pour inci­ter mes élèves à une lec­ture active, je leur ai posé un peu par­tout des ques­tions (dans des enca­drés vert clair).
Je me suis deman­dé si je devais vous lais­ser ces ques­tions, ou s’il valait mieux les reti­rer. Ne sachant pas ce que vous alliez pré­fé­rer, je les ai lais­sées : il n’est pas dif­fi­cile, pour ceux que ces ques­tions énervent, de les ignorer 🙂

Enfin, j’ai ajou­té en der­nière page quelques conseils de lec­tures pour creu­ser le sujet.

Cli­quez sur l’i­mage pour ouvrir

Cli­quez sur l’i­mage pour ouvrir

Vous pou­vez feuille­ter ici-même ce pré­cieux document :
[pdf-embed­der url=« https://​www​.chouard​.org/​w​p​-​c​o​n​t​e​n​t​/​u​p​l​o​a​d​s​/​2​0​1​6​/​0​2​/​I​n​s​i​d​e​_​j​o​b​_​t​e​x​t​e​_​i​n​t​e​g​r​a​l​_​e​n​_​f​r​a​n​c​a​i​s​.​pdf »]

Au bout du compte, j’ai dû revoir ce film au moins 20 fois, seconde par seconde, et ce chan­tier m’a deman­dé un tra­vail de Romain, des cen­taines d’heures, pen­dant des mois et des mois 🙂 

Je vous livre aujourd’­hui le résul­tat, en vous invi­tant à y tra­vailler à votre tour et à faire connaître ce film autour de vous, car c’est la plus for­mi­dable enquête que j’ai vue sur ce qui est indé­nia­ble­ment le grand com­plot de la déré­gu­la­tion finan­cière : que d’en­tentes secrètes et de récom­penses occultes (par­fois dif­fé­rées dans le temps) il aura fal­lu aux ban­quiers pour arri­ver à leurs fins, que d’ac­teurs uni­ver­si­taires et jour­na­lis­tiques et poli­ti­ciens à cor­rompre… (Cette fois, on a les noms, et même des aveux !)

C’est pas­sion­nant. Et c’est un pro­cès impor­tant pour com­prendre la pro­chaine « crise » (qui n’est pas une crise pour tout le monde…).

La ques­tion cen­trale de cette affaire mon­diale est « régu­la­tion ou déré­gu­la­tion ? », « key­né­sia­nisme ou néolibéralisme ? ».

Ce choix de socié­té n’a pas du tout les mêmes enjeux pour les 99% et pour les 1% : les 99% ont un inté­rêt vital à la régu­la­tion (pour échap­per à l’es­cla­vage) alors que les 1% ont un inté­rêt cen­tral à la déré­gu­la­tion (deve­nir les renards libres dans un pou­lailler libre est le rêve ultime des négriers auto­pro­cla­més « libéraux »).

Dès lors, les choix publics qui seront impo­sés à tous par les repré­sen­tants poli­tiques (puisque notre pré­ten­due »démo­cra­tie« nous inter­dit de voter nous-mêmes nos lois et nous asser­vit à des maîtres « élus ») sont abso­lu­ment déci­sifs : ce contrôle pri­vé des choix publics, c’est « le mobile du crime », celui qui explique les innom­brables intrigues des 1%, à grands coups de mil­liards, pour cor­rompre les médias, les pro­fes­seurs, les intel­lec­tuels, les experts, les poli­ti­ciens, pour faire gagner les élec­tions à leurs hommes de main (éti­que­tés « droite » ou « gauche », peu importe) et impo­ser la déré­gu­la­tion aux 99% par la magie de la »force publique« ain­si privatisée.

À l’é­vi­dence, toutes ces manœuvres (bien mises en lumière dans ce film) peuvent légi­ti­me­ment être ana­ly­sées comme d’o­dieux com­plots contre le bien com­mun. Et ceux qui pré­tendent qu’il n’y a pas de com­plot (et que les don­neurs d’a­lerte sont des « conspi­ra­tion­nistes », des « com­plo­tistes », — bien­tôt des « ter­ro­ristes » ou des « nazis » si on les écoute…), ceux-là sont soit des sui­veurs irré­flé­chis (je tiens à ne pas dire abru­tis), soit des com­plices des comploteurs.

Les liens entre les « chas­seurs de conspis » (sic) et les néo­con­ser­va­teurs va-t-en-guerre sont de mieux en mieux docu­men­tés, d’ailleurs ; voir , , et .

Un jour­na­liste digne de ce nom est une sen­ti­nelle du peuple, il passe sa vie à cher­cher les com­plots contre l’in­té­rêt géné­ral et à les dénon­cer, vigou­reu­se­ment et cou­ra­geu­se­ment, sinon c’est un impos­teur, il ne sert à rien. Depuis tou­jours, les démo­cra­ties se savent fra­giles et ont besoin des yeux des simples citoyens pour mon­ter la garde à tout moment contre les intrigues tou­jours pos­sibles : à Athènes il y a 2 500 ans, l’i­sé­go­ria, droit de parole pour tous, à tout moment et à tout pro­pos, ser­vait déjà pré­ci­sé­ment à armer les citoyens pour que cha­cun puisse défendre per­son­nel­le­ment la démo­cra­tie. De ce point de vue, les « chas­seurs de conspis » (quel sale nom ils se sont don­né à eux-mêmes, vrai­ment) sont des enne­mis de la démo­cra­tie (à mon avis). Nous avons tous abso­lu­ment besoin de don­neurs d’a­lertes, de whistle-blo­wers, et nous devons les pro­té­ger du mieux que nous le pouvons.

Si l’on veut sor­tir des griffes des 1% et évi­ter le retour à l’as­ser­vis­se­ment géné­ral du 19e siècle, il va fal­loir être un peu cou­ra­geux et arrê­ter de bais­ser les yeux devant les extra­va­gantes calom­nies des chiens de garde du système.

Le texte au for­mat pdf, 4 Mo (pour une impres­sion facile et propre ; je pré­co­nise for­mel­le­ment la couleur) :
https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​I​n​s​i​d​e​_​j​o​b​_​t​e​x​t​e​_​i​n​t​e​g​r​a​l​_​e​n​_​f​r​a​n​c​a​i​s​.​pdf

Le texte au for­mat doc, 140 Mo (pour copier/coller faci­le­ment des pas­sages importants) :
https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​I​n​s​i​d​e​_​j​o​b​_​t​e​x​t​e​_​i​n​t​e​g​r​a​l​_​e​n​_​f​r​a​n​c​a​i​s​.​doc

Je pense que vous devriez vrai­ment ache­ter le DVD (ça coûte à peine 10 € => le rap­port qualité/prix est imbat­table), pour aider les enquê­teurs à finan­cer leur pro­chain tra­vail, et pour l’a­voir encore à dis­po­si­tion quand on nous aura sup­pri­mé l’In­ter­net et pour expli­quer tout ça à vos petits-enfants 🙂

J’es­père que ce tra­vail de retrans­crip­tion-illus­tra­tion vous sera utile, pour pro­lon­ger et ampli­fier ce tra­vail d’en­quête his­to­rique, qui ne doit pas som­brer dans l’oubli.

Bon tra­vail, bande de virus 🙂

Étienne.

PS : la voix du nar­ra­teur (Matt Damon) est agréable et sa dic­tion est par­faite : ce film est donc, en plus, un bon cours d’anglais 🙂

PPS : en plus de cette pré­cieuse enquête sur la conspi­ra­tion pour la déré­gu­la­tion FINANCIÈRE, il fau­dra relayer d’autres enquêtes (j’en ai quelques unes en maga­sin) pour dénon­cer en détail les com­plots qui ont per­mis la scan­da­leuse déré­gu­la­tion COMMERCIALE (et le cor­tège délo­ca­li­sa­tions-dés­in­dus­tria­li­sa­tion-chô­mage-bas salaires-misère), de même que les intrigues qui sont en train de rendre pos­sible la hon­teuse déré­gu­la­tion SOCIALE.

PPPS : j’at­tire votre atten­tion sur le der­nier livre que j’ai signa­lé en biblio (j’ai gar­dé le meilleur pour la fin) : ne ratez pas ce livre, il est épa­tant, vraiment : 

« Néo­li­bé­ra­lisme ver­sus État-providence.
Le débat éco­no­mique entre clas­siques et keynésiens »
par Édouard Cot­tin-Euziol (2016)


http://​www​.yves​mi​chel​.org/​p​r​o​d​u​c​t​-​p​a​g​e​/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​n​e​o​l​i​b​e​r​a​l​i​s​m​e​-​v​e​r​s​u​s​-​e​t​a​t​-​p​r​o​v​i​d​e​n​ce/

J’ai rare­ment lu un livre à la fois aus­si léger à lire et aus­si effi­cace pour com­prendre l’es­sen­tiel du débat éco­no­mique fon­da­men­tal pour les humains. 

Un tra­vail remar­quable, à décou­vrir et à faire connaître.

PPPPS : fina­le­ment, je vous ai pré­pa­ré aus­si une ver­sion « nue », sans aucun enca­dré vert avec ques­tions, ni aucun coup de sur­li­gneur jaune 🙂
https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​I​n​s​i​d​e​_​j​o​b​_​t​e​x​t​e​_​i​n​t​e​g​r​a​l​_​e​n​_​f​r​a​n​c​a​i​s​_​n​u​.​pdf

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​3​9​7​8​8​8​3​5​7​7​317

Catégorie(s) de l'article :

54 Commentaires

  1. Noaman Kabir

    mer­ci Etienne !

    Réponse
  2. André Marchal

    Mer­ci Etienne pour ce tra­vail achar­né … et de qua­li­té, et aus­si pour ta pas­sion et ta persévérance.
    André (nous nous sommes ren­con­trés à LCC)

    Réponse
  3. Logan

    Super tra­vail, comme d’hab 😉

    Réponse
  4. Durand Fabrice

    La der­nière fois que l’on s’est vu, on atten­dait un livre de vous 😉 …
    Quand je vois le tra­vail que vous faite pour vos élèves, je ne suis pas sûr que vous ayez le temps d’en écrire un.
    Par contre lorsque se sys­tème poli­tique éprou­vé aura lais­sé place à une vraie démo­cra­tie, vous serez ministre de l’é­co­no­mie. Vous pour­rez vous repo­ser un peu comme ça … 😉
    Démo­cra­tie Directe Votez Pour Vous
    PS : Nous somme res­tés en contact avec mes par­te­naires (et d’autres) de votre ate­lier consti­tuant à Ver­sailles, et nous conti­nuons notre petit bon­homme de che­min. Pro­chain ate­lier le 27/02/2016 à Paris si vous vou­lez venir …

    Réponse
    • Gérard

      Bon­jour, je n’ai pas pu venir à l’A­te­lier consti­tuant de Ver­sailles suite à un sou­ci fami­lial, en revanche j’ai­me­rais bien me joindre au pro­chain de Paris le 2702 si cela est pos­sible. Mer­ci de me contac­ter par mail, Gerard.

      Réponse
  5. etienne

    Pré­fé­rez ACHETER le film (pour le sou­te­nir) quand vous le pou­vez (il ne coûte que 10 € !) : les auteurs de ces pré­cieuses enquêtes ont besoin de sous, bien sûr, pour pré­pa­rer leurs enquêtes suivantes.

    🙂

    Réponse
  6. Patrick

    Sauf que ce n’est pas vrai­ment une his­toire de déré­gu­la­tion, mais bien une his­toire d’HY­PER RÉGLEMENTATION IMPOSSIBLE puique c’est le plus regle­men­té de TOUS les sec­teurs, en france c’est l’un des 7 ou 8 codes code dédié entié­re­ment à une pro­fes­sion (3556p pour l’é­di­tion ordi­naire chez Dal­loz presque aus­si gros que celui du car­tel syn­di­cal de mutuel appe­lé « SECU ») , sans compte la légis­la­tion euro­péenne .… Kikif aux USA et par­tout dans le monde

    Comme le train (et les exploi­teurs de la SNCF en par­ti­cu­lier) , il est
    hyper subventionné
    hyper réglementé
    hyper renfloué
    Hyper défaillant

    Voi­là ce qui se passe quand on HYPER REGLEMENTE en lieu et place de la res­pon­sa­bi­li­té pleine et entière.
    Même causes mêmes conséquences .…

    Mau­vais diag­nos­tique mau­vais résul­tats … pour ne pas dire inverse …

    Réponse
  7. Laurent

    Bon­jour Etienne,
    je me sens impuis­sante, je bouillonne devant mon ordi­na­teur au fur et à mesure des infor­ma­tions qui me montrent à quel point nous sommes menés par le bout du nez dans tous les domaines par notre gou­ver­ne­ment et ses amis, à quel point nous sommes exploi­tés ! J’ai­me­rais tant faire pour aider les gens à ouvrir les yeux et chan­ger les choses mais com­ment ? je n’ai aucune com­pé­tence en matière d’é­co­no­mie ou poli­tique, je suis juste pous­sée par mon intime convic­tion que je ne me trompe pas, que nous sommes pris pour des mou­tons et qu’il faut faire quelque chose… Merci

    Réponse
    • etienne

      Mer­ci Oli­vier, bien sûr !
      OK. J’ai ajou­té Eco­no­mix dans la biblio 🙂
      (pen­ser à taper F5 pour rafraî­chir le pdf…)

      Réponse
  8. AJ Holbecq

    Dans moins de 5 ans nous aurons un col­lapse finan­cier qui englou­ti­ra tout (le sys­tème ban­caire, les réseaux d’éner­gie, d’eau, d’a­li­men­ta­tion, de san­té ) pen­dant plu­sieurs mois créant, par­tout dans le monde des guerres civiles.
    Cette crise sera bien plus vio­lente que toutes celles que nous avons pu connaître jusqu’ici.
    Écou­tez mon inter­view https://​you​tu​.be/​l​7​6​o​0​3​M​J​Mho

    Mais après cette période de trouble, ne nous trom­pons pas… ce sont encore ceux qui ont le pou­voir finan­cier qui repren­dront le pou­voir… cette fois sous forme dictatoriale !

    Réponse
    • binnemaya

      là est tout le pro­blème, com­ment faire en sorte que, une fois cette effon­dre­ment réa­li­sé (rien ne pour­ra l’ar­rê­té), on recons­truise une éco­no­mie fonc­tion­nelle, juste, éco­lo­gique, humaine , redis­tri­bu­tive etc sans que les mêmes reprennent le pouvoir ?
      Car là est le vrai risque qui s’est quand déjà pro­duit plu­sieurs fois en 2 siècles.
      Et je crois qu’il va fal­loir les expro­prier de force et sans pas­ser par la case tri­bu­nal où leurs vic­toire est acquise d’a­vance (famille et amis compris).
      Et une part des solu­tions réside dans la fixa­tion dans la consti­tu­tion de l’in­ter­dic­tion totale et irré­vo­cable de tout enri­chis­se­ment qui peut repré­sen­ter un risque de corruption :
      Taille des entre­prises fixer par ex a 5 mil­lions de CA et 50 employés car au-delà elle va se trans­for­mer en risque non accep­table pour la démo­cra­tie même locale.
      Sup­pres­sion de l’en­tre­prise « morale » qui n’a par essence rien de morale car basé sur la recherche du pro­fit et qui per­met l’ir­res­pon­sa­bi­li­té des déten­deurs de capital.
      Sinon cha­peau Etienne pour le taf réalisé

      Réponse
  9. MoMo

    Tra­hi­son des « élites » ou méca­nisme fatal de classe et du pouvoir ?

    Pour chan­ger notre modèle poli­tique on doit chan­ger le modèle éco­no­mique et sociale avant, sinon on chan­ge­ra juste de maîtres (et pas d’  »élites », ça veut rien dire pour moi, même un mec du « peuple » peut être auto­ri­taire, sans être une soit disant « élite »).
    Sinon pour­quoi mon mes­sage a été sup­pri­mé par rap­port à l’ar­ticle pos­té sur la guerre d’Espagne ?

    Réponse
    • etienne

      Momo,
      quel mes­sage a‑t-il été supprimé ??

      Réponse
      • MoMo

        Je sais plus exac­te­ment ce que j’a­vais écrit mais en gros c’é­tait que la démo­cra­tie directe avait déjà été mise en pra­tique plu­sieurs fois par les anar­chistes (notam­ment espa­gnols puis­qu’il s’a­gis­sait de ça) et que c’é­tait dom­mage que tu fasses de la pub pour cer­tains des­cen­dants idéo­lo­giques de Franco.
        J’ai peut être chié lors de l’en­voi mais pour­tant il me semble bien l’a­voir vu publié, puis après plus rien 🙁

        Réponse
  10. etienne

    La félo­nie du TAFTA — autre COMPLOT MAJEUR (graves intrigues secrètes des repré­sen­tants du pays contre l’in­té­rêt géné­ral) — contes­tée publi­que­ment par les godillots par­le­men­taires :

    La réponse du gou­ver­ne­ment (à la fin) est édi­fiante (le MENSONGE ÉHONTÉ comme ligne de conduite) : « J’ai fait de la trans­pa­rence le cœur de ce sujet »

    Sans décon­ner… Com­ment on dit « fou­tage de gueule » en bon français ?

    Réponse
  11. Lisbeth Levy

    Et oui cher Etienne, nous voi­là bien dans la m.….….…e avec ces gens là, je vous salue et vous êtes mon héros mais chutt ! J’en pro­fite pour vous don­ner un livre gra­tuit ven­du fort cher ailleurs sur la mon­tée du fas­cisme en Alle­magne avec la crise (sic !) le fas­cisme rimant avec la crise : 

    « On ne peut que saluer la déci­sion de livrer au public fran­co­phone quelques tra­vaux de Kurt Goss­wei­ler cou­vrant près de trois décen­nies (de 1953 à 1980) et consa­crés à l’analyse du fas­cisme allemand. 

    L’historien mar­xiste est-alle­mand y traite des condi­tions de son ins­tal­la­tion depuis les années vingt, recen­sant ses sou­tiens de classe pré­coces, des Jun­kers au grand capi­tal, de l’industrie lourde à l’IG Far­ben, tous sec­teurs de l’économie confon­dus. Il décrit ses adver­saires les plus réso­lus, les com­mu­nistes du KPD, qui menèrent « une lutte réelle et active contre le capi­tal monopolistique ». 

    Il étu­die, contre la vieille thèse du « gau­chisme » du KPD res­pon­sable de la défaite de la classe ouvrière alle­mande en jan­vier 1933, le rôle joué par « la direc­tion du SPD » : han­tée par la transformation. »

    Hit­ler : l’ir­ré­sis­tible ascension ?
    Essais sur le fascisme

    de Kurt Gossweiler

    http://​www​.aden​.be/​u​p​l​o​a​d​s​/​f​i​l​e​/​i​n​t​_​g​o​s​s​w​e​i​l​e​r​.​pdf


    http://​www​.aden​.be/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​a​d​e​n​=​h​i​t​l​e​r​-​i​r​r​e​s​i​s​t​i​b​l​e​-​a​s​c​e​n​s​ion

    Pour que les éven­tuelles erreurs ne soient pas répé­tées ou com­ment savoir que le pas­sé éclaire le pré­sent et pré­voit l’avenir ! 

    Bien à vous Étienne

    Réponse
  12. Pierro GARRIGUES

    Bra­vo à vous M.Chouard, et mer­ci pour toute la per­sé­vé­rance dont vous faites preuve et l’exemple d’é­du­ca­teur sco­laire, uni­ver­si­taire, et plus géné­ra­le­ment popu­laire que vous mon­trez à l’é­tu­diant que je suis.

    Réponse
  13. BA

    A pro­pos de la guerre des classes :

    26 novembre 2006 :

    War­ren Buf­fett, troi­sième for­tune mon­diale, déclare au jour­nal New-York Times :

    « There’s class war­fare, all right, Mr. Buf­fett said, but it’s my class, the rich class, that’s making war, and we’re winning. »

    Tra­duc­tion :

    « La guerre des classes existe, c’est d’ac­cord, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. »

    http://​www​.nytimes​.com/​2​0​0​6​/​1​1​/​2​6​/​b​u​s​i​n​e​s​s​/​y​o​u​r​m​o​n​e​y​/​2​6​e​v​e​r​y​.​h​tml

    Réponse
    • claude saint-jarre

      Lire Buck­mins­ter Ful­ler, anti lutte des classes.

      Réponse
  14. etienne

    [ESSENTIEL] Franck LEPAGE,
    sur LE SALAIRE, coti­sa­tions comprises :

    Réponse
  15. Eliade Guy

    Un article qui sans doute n’ est pas une pana­cée mais il a le mérite de poser le pro­blème de l’ action où le pou­voir ne nous attends pas. Ain­si il se trompe peut-être sur les lan­ceurs d alerte mais des expé­riences comme la ZAD de notre-dame-des-landes ou les nom­breuses mon­naies locales ou encore les conseils de mai­rie fil­més sont des actes inven­tifs à multiplier :

    https://​blogs​.media​part​.fr/​g​e​o​f​f​r​o​y​-​d​e​-​l​a​g​a​s​n​e​r​i​e​/​b​l​o​g​/​2​0​0​2​1​6​/​s​o​r​t​i​r​-​d​e​-​n​o​t​r​e​-​i​m​p​u​i​s​s​a​n​c​e​-​p​o​l​i​t​i​que

    Réponse
    • Eliade Guy

      Les ate­liers consti­tuants aus­si bien sûr

      Réponse
  16. etienne

    Entre­tien avec Eva Joly

    En Islande, les responsables du naufrage bancaire n’ont pas pu acheter leur procès

    20 février par Eva Joly , Renaud Vivien
    http://​cadtm​.org/​E​n​-​I​s​l​a​n​d​e​-​l​e​s​-​r​e​s​p​o​n​s​a​b​l​e​s​-du

    CC – Hall­dor Kolbeins

    À l’issue de sa visite en Grèce qui s’est ache­vée le 8 décembre 2015, l’Expert de l’ONU sur la dette, Juan Pablo Boho­slavs­ki, a recom­man­dé au gou­ver­ne­ment grec « d’améliorer les pro­cé­dures juri­diques et admi­nis­tra­tives pour exa­mi­ner la res­pon­sa­bi­li­té des auto­ri­tés du gou­ver­ne­ment et celles des déci­deurs du sec­teur pri­vé » en citant l’exemple de l’Islande. Ce petit pays de 320 000 habi­tants a, en effet, démon­tré qu’il est tout à fait pos­sible de pour­suivre en jus­tice les res­pon­sables de la crise finan­cière et de les condam­ner à des peines d’emprisonnement. Le CADTM s’est entre­te­nu avec Eva Joly, dépu­tée euro­péenne du groupe des Verts, qui a joué un rôle clé puisqu’elle a conseillé en 2009 et 2010 le Pro­cu­reur spé­cial islan­dais dans le cadre de ces enquêtes pénales. Eva Joly, à qui nous avons remis le der­nier ouvrage d’Éric Tous­saint, « Ban­co­cra­tie », aborde éga­le­ment dans cet entre­tien la ges­tion de la crise en Islande et les pres­sions de ses créan­ciers pour obte­nir le rem­bour­se­ment d’une dette illé­gi­time.

    Avant d’évoquer votre rôle comme conseillère du Pro­cu­reur islan­dais, pou­vez-vous nous rap­pe­ler la situa­tion des banques islan­daises en 2008 ? 

    Comme les autres pays euro­péens, l’Islande a subi de plein fouet la crise finan­cière déclen­chée par la crise des « sub­primes ». En sep­tembre 2008, les trois prin­ci­pales banques du pays (Kaup­thing, Land­sban­ki et Glit­nir) sont tom­bées en faillite et l’État a dû les natio­na­li­ser en urgence.

    La faillite de ces banques s’explique par la déré­gu­la­tion finan­cière qui a débu­té dans les années 1990. Le sec­teur ban­caire, qui a été tota­le­ment pri­va­ti­sé en 2003, a alors pris un maxi­mum de risques pour atti­rer les capi­taux étran­gers. Les banques islan­daises ont notam­ment déve­lop­pé des comptes en ligne qui per­met­taient d’offrir des taux d’intérêt éle­vés défiant toute concur­rence. Résul­tat : en à peine quatre ans, la dette exté­rieure de ces trois banques islan­daises a plus que qua­dru­plé : pas­sant de 200% du PIB en 2003 à 900 % du PIB en 2007 ! En 2008, lorsque la crise des sub­primes frappe l’Islande, elles étaient évi­dem­ment dans l’impossibilité de rem­bour­ser leurs dettes.

    Contrai­re­ment aux autres pays euro­péens, les dettes du sec­teur ban­caire n’ont pas été trans­fé­rées vers le sec­teur public. Elles ont été sup­por­tées par les créan­ciers de ces banques plu­tôt que par la popu­la­tion islan­daise. Ce qui est tout à fait nor­mal vu que la grande majo­ri­té des Islan­dais-e‑s ne sont en rien res­pon­sables du com­por­te­ment des banques.

    Le refus d’assumer ces dettes pro­vient de la for­mi­dable mobi­li­sa­tion citoyenne qui, mal­heu­reu­se­ment, a été lar­ge­ment pas­sée sous silence par les grands médias. Rap­pe­lons que par deux réfé­ren­dums suc­ces­sifs (en mars 2010 et avril 2011), le peuple islan­dais a refu­sé de rem­bour­ser les créan­ciers étran­gers qui étaient prin­ci­pa­le­ment des épar­gnants bri­tan­niques et néer­lan­dais ayant per­du de l’argent lors de la faillite en 2008 de la banque en ligne Ice­save, la suc­cur­sale Inter­net de la banque Land­sban­ki qui offrait des taux déli­rants. Les résul­tats de ces réfé­ren­dums ont été sui­vis d’effet par le gou­ver­ne­ment islan­dais en dépit des pro­tes­ta­tions des gou­ver­ne­ments bri­tan­nique et hol­lan­dais. La popu­la­tion a ain­si obte­nu une vic­toire sur les créanciers.


    Que récla­maient les gou­ver­ne­ments hol­lan­dais et britannique ?

    Ils exi­geaient que l’Islande leur verse des sommes astro­no­miques (plus de 2,7 mil­liards d’euros pour le Royaume-Uni et plus de 1,3 mil­liards d’euros pour les Pays-Bas) assor­ties d’un taux d’intérêt de 5,5 %.

    Alors que les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont accueilli à bras ouverts les filiales et suc­cur­sales de ces banques islan­daises et que les auto­ri­tés de ces deux pays ont été aler­tées des risques qui pesaient sur ces banques, ils ont esti­mé que c’était à l’État islan­dais de garan­tir les dépôts réa­li­sés auprès d’Icesave… Et ils ont déci­dé de fixer eux-mêmes cette garan­tie de 50 000 euros à 100 000 euros par dépôt. Or, ce que disait la direc­tive euro­péenne sur les garan­ties des dépôts était bien différent.

    Pri­mo, la direc­tive pré­voyait 20 000 euros envi­ron par dépôts (ce qui était déjà impos­sible à tenir pour le gou­ver­ne­ment islan­dais). Secun­do, elle n’obligeait pas les États à garan­tir les dépo­sants avec de l’argent public. En effet, cette direc­tive deman­dait seule­ment aux États de consti­tuer des fonds de garan­ties qui peuvent donc être ali­men­tés par les banques elles-mêmes via des pré­lè­ve­ments obli­ga­toires réa­li­sés par l’État.

    En plus de nier leurs res­pon­sa­bi­li­tés |1| et de bafouer le droit euro­péen, les gou­ver­ne­ments du Royaume-Uni et des Pays-Bas ont ten­té d’imposer le rem­bour­se­ment de ces dettes pri­vées en exer­çant un chan­tage odieux sur le gou­ver­ne­ment islan­dais. Mais fort heu­reu­se­ment, le peuple a résis­té au chan­tage et a pous­sé le Pré­sident d’Islande à recou­rir aux réfé­ren­dums |2| afin de reje­ter les demandes des créanciers.


    Quel était ce chan­tage des créanciers ?

    En octobre 2008, le Royaume-Uni de Gor­don Brown a pris une mesure de rétor­sion extrême : le gel des avoirs de la banque Land­sban­ki mais aus­si de Kaup­thing alors que cette der­nière n’avait aucun rap­port avec Ice­save, en usant de sa légis­la­tion anti-ter­ro­riste. Ce fai­sant, il met­tait les Islan­dais dans la même caté­go­rie que des orga­ni­sa­tions comme Al Qai­da. Le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique a aus­si usé de son influence pour qu’aucune « aide » inter­na­tio­nale (de l’UE et du FMI) ne soit octroyée à l’Islande avant qu’elle ne rem­bourse les dettes pri­vées contestées.

    Quant au FMI lui-même, il a assor­ti les condi­tions de son prêt de 2,1 mil­liards de dol­lars à des mesures dras­tiques dont l’objectif était de rame­ner le défi­cit public de l’Islande à zéro d’ici 2013. Cet objec­tif impos­sible à tenir a entraî­né d’énormes coupes dans les dépenses publiques. Le FMI a éga­le­ment condi­tion­né le ver­se­ment des tranches de ce prêt au rem­bour­se­ment des dettes pri­vées par l’Islande (celles qui ont été refu­sées par la popu­la­tion islan­daise). Le FMI s’est donc com­por­té comme un véri­table agent de recou­vre­ment au ser­vice du Royaume-Uni et des Pays-Bas !

    La Com­mis­sion euro­péenne a aus­si clai­re­ment pris fait et cause pour ces deux pays puisque son pré­sident de l’époque, José Manuel Bar­ro­so, a indi­qué qu’il n’y aurait pas d’ « aide » euro­péenne tant que le cas « Ice­save » ne serait pas réso­lu |3|. Ajou­tons à cela que la Com­mis­sion euro­péenne s’est asso­ciée à la plainte dépo­sée par les Pays-Bas et le Royaume-Uni contre l’Islande auprès du tri­bu­nal de l’AELE (Asso­cia­tion euro­péenne de libre-échange).


    Pou­vez-vous nous résu­mer le juge­ment ren­du par ce tribunal ? 

    Ce tri­bu­nal a don­né rai­son à l’Islande dans son refus de payer la dette récla­mée par le Royaume-Uni et les Pays-Bas et a donc reje­té les plaintes dépo­sées par ces pays. Le juge­ment indique clai­re­ment que ce n’est pas la res­pon­sa­bi­li­té du pays où une socié­té ban­caire a son siège de cou­vrir les coûts des garan­ties de son sys­tème ban­caire. Ce juge­ment est tout à fait conforme au droit euro­péen puisque je le répète : rien dans les direc­tives euro­péennes n’obligeait les États à secou­rir les banques avec de l’argent public.


    Venons-en à pré­sent au volet pénal. Com­ment avez-vous été contac­tée par le gou­ver­ne­ment islan­dais en 2008 pour enquê­ter sur les res­pon­sa­bi­li­tés dans ces faillites ban­caires et quels ont été les prin­ci­paux résul­tats de l’enquête ?

    À l’origine, il y a eu une émis­sion de talk show à la télé­vi­sion islan­daise en 2008 à laquelle j’ai par­ti­ci­pé comme expert juri­dique sur les délits et les crimes finan­ciers. Le jour­na­liste-pré­sen­ta­teur de cette émis­sion m’avait invi­tée sur son pla­teau car il avait lu mon livre Jus­tice under Siege et parce qu’il y avait une demande forte de jus­tice de la part de la popu­la­tion pour iden­ti­fier et sanc­tion­ner les res­pon­sables de la crise.

    À la suite de cette émis­sion, il y a eu un engoue­ment incroyable : une page « Eva Joly » sur Face­book a été créée (en une nuit cette page a réuni 20 000 inter­nautes !). J’ai éga­le­ment don­né plu­sieurs confé­rences dans des Uni­ver­si­tés en Islande. Devant cet élan popu­laire, le gou­ver­ne­ment m’a deman­dé de le conseiller pour cher­cher les res­pon­sa­bi­li­tés pénales dans ce nau­frage ban­caire. Il y a donc eu une volon­té poli­tique claire des auto­ri­tés islan­daises pous­sées par la popu­la­tion de pour­suivre les res­pon­sables de la crise financière.

    Vu que le sys­tème juri­dique islan­dais est très proche du sys­tème nor­vé­gien |4|, j’ai accep­té la pro­po­si­tion mais à la condi­tion de dis­po­ser de véri­tables moyens humains pour mener l’enquête. Fort heu­reu­se­ment, le gou­ver­ne­ment a accep­té et j’ai pu tra­vailler au sein d’une large équipe de 84 per­sonnes com­po­sée de plu­sieurs experts judi­ciaires et d’auditeurs finan­ciers. Ma mis­sion en tant que conseillère du Pro­cu­reur spé­cial islan­dais sur ces enquêtes a duré de jan­vier 2009 à octobre 2010.

    Avec cette équipe, nous avons pu mener des per­qui­si­tions dans les filiales des banques islan­daises comme la filiale de Kaup­thing au Luxem­bourg. Il faut sou­li­gner que cette banque emprun­tait auprès de la Banque cen­trale euro­péenne (BCE) de manière frau­du­leuse, que le ratio de sol­va­bi­li­té ins­crit dans les Conven­tions de Bâle n’était abso­lu­ment pas res­pec­té et que des délits bour­siers ont été com­mis. D’autres délits sont venus s’ajouter au fil de notre enquête.

    Concrè­te­ment, ces enquêtes ont per­mis les pour­suites en jus­tice et les condam­na­tions de plu­sieurs dizaines de res­pon­sables de haut niveau. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a mal­heu­reu­se­ment pas d’équivalent dans d’autres pays européens.


    Qui sont ces res­pon­sables condam­nés et pour quel motifs ?

    Les per­sonnes qui ont été pour­sui­vies et condam­nées par les tri­bu­naux islan­dais occu­paient dif­fé­rents postes clés. On trouve aus­si bien des PDG de ces banques, des direc­teurs finan­ciers, des avo­cats de ces banques, des gros action­naires, que des hauts fonc­tion­naires d’État.

    Les peines pro­non­cées, dont cer­taines font encore l’objet d’appel, vont jusqu’à 6 ans de pri­son ferme. Ces indi­vi­dus n’ont pas pu « ache­ter » leur pro­cès via des tran­sac­tions finan­cières pour échap­per à toute sanc­tion comme c’est sou­vent le cas ailleurs, notam­ment aux États-Unis.

    Les motifs de leurs condam­na­tions sont mul­tiples : mani­pu­la­tion des cours bour­siers, escro­que­rie, délits d’initiés, fal­si­fi­ca­tion de comptes, octroi de prêts frau­du­leux, etc. Ces cas ont été jugés par plu­sieurs cours en Islande : la Cour suprême et les tri­bu­naux de grande instance.

    Pour don­ner quelques exemples de condam­na­tions par la Cour suprême d’Islande : l’ancien chef de cabi­net du Minis­tère des finances a éco­pé de 2 ans d’emprisonnement pour délit d’initié. Il pos­sé­dait des parts dans la banque Land­sban­ki et les a reven­dues quelques jours seule­ment avant la faillite de cette banque. L’ancien PDG de la banque Byr a éco­pé de 4 ans de pri­son et le PDG de la banque MP a été condam­né à 1 an et demi de pri­son pour prêt frau­du­leux. Devant les tri­bu­naux de pre­mière ins­tance, deux anciens PDG de Kaup­thing ont éco­pé res­pec­ti­ve­ment de 3 ans et demi de pri­son et de 5 ans et demi. Un gros action­naire de Kaup­thing a quant à lui été condam­né à 3 ans de pri­son pour mani­pu­la­tion de cours et prêt frau­du­leux. Plu­sieurs de ces per­sonnes condam­nées ont fait appel devant la Cour suprême mais pour le moment elles res­tent en prison.

    Il y a aus­si de nom­breuses autres pro­cé­dures en cours (une qua­ran­taine) et des dos­siers tou­jours en phase d’enquête (près d’une tren­taine). Le com­bat contre l’impunité est donc loin d’être ter­mi­né en Islande ! Il serait temps que cette volon­té poli­tique de pour­suivre en jus­tice les res­pon­sables de la crise finan­cière se répande dans d’autres pays.


    Entre­tien réa­li­sé par Renaud Vivien (CADTM)

     

    Notes

    |1| Les direc­tives euro­péennes consa­crées aux conglo­mé­rats finan­ciers indiquent que les États membres de l’UE qui auto­risent l’entrée sur leur ter­ri­toire de tels éta­blis­se­ments ori­gi­naires d’un pays tiers doivent s’assurer qu’ils béné­fi­cient d’un même degré de contrôle de la part des auto­ri­tés de leur État d’origine que ce que les textes euro­péens prévoient.

    |2| Le 30 décembre 2009, l’Althingi (Par­le­ment islan­dais) vote la loi dite « Ice­save », en accord avec les exi­gences des pays deman­deurs, qui enté­rine le rem­bour­se­ment de 4 mil­liards d’euros au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Cela revient à payer envi­ron 100 euros par habi­tant et par mois pen­dant huit ans pour la faillite d’une banque aux inves­tis­se­ments très hasar­deux. La popu­la­tion mani­feste son désac­cord en exi­geant, par une péti­tion et plu­sieurs jours de « cas­se­ro­lades » devant le par­le­ment, que le pré­sident Olaf Ragnar Grim­sson ne pro­mulgue pas la loi. Ces mani­fes­ta­tions per­mettent aus­si la sen­si­bi­li­sa­tion d’une par­tie de la popu­la­tion sur les méfaits du monde finan­cier. Devant la pres­sion de la rue, démon­trant que les peuples en mou­ve­ment peuvent se faire entendre, le pré­sident refuse de signer, appe­lant, dans le cadre de l’article 26 de la Consti­tu­tion islan­daise, à un réfé­ren­dum contrai­gnant pour le gou­ver­ne­ment. Le 6 mars 2010, avec une forte mobi­li­sa­tion, 93% des Islan­dais rejettent l’accord. Le 9 avril 2011, les Islan­dais ont refu­sé, à près de 60%, de payer pour assu­mer les erreurs de ceux qui ont conduit leur pays dans l’abîme. Ils ont une nou­velle fois refu­sé par réfé­ren­dum l’accord Ice­save, qui pré­voit que l’État indem­nise Ils ont donc confir­mé le pre­mier « non » pro­non­cé en mars 2010.

    |3| L’Islande ou les faux sem­blants de la régu­la­tion de l’après-crise, par Eva Joly, Le Monde​.fr | 01.08.2009
    http://​www​.lemonde​.fr/​i​d​e​e​s​/​a​r​t​i​cle

    |4| Eva Joly a la double natio­na­li­té : fran­çaise et norvégienne

    Auteur

    Source : CADTM http://​cadtm​.org/​E​n​-​I​s​l​a​n​d​e​-​l​e​s​-​r​e​s​p​o​n​s​a​b​l​e​s​-du

    Réponse
  17. joss

    Le 24 février pro­chain sort en salle Mer­ci Patron, le pre­mier film de Fran­çois Ruf­fin, direc­teur du jour­nal Fakir.
    La cen­sure a encore frap­pé : Une entre­vue dépro­gram­mée par Europe 1, pro­prié­té de Lagardère.
    http://​fawkes​-news​.blog​spot​.be/​2​0​1​6​/​0​2​/​l​a​-​c​e​n​s​u​r​e​-​e​n​c​o​r​e​-​f​r​a​p​p​e​-​u​n​e​-​e​n​t​r​e​v​u​e​.​h​tml

    Réponse
  18. Eliade Guy

    Puisque j’ ai l’ insigne hon­neur de clôre tous les sujets,
    je sug­gère de pas­ser au sujet suivant

    Réponse
  19. BA

    Dimanche 21 février 2016 :

    Le maire de Londres annonce qu’il fera cam­pagne pour une sor­tie du Royaume-Uni de l’U­nion européenne.

    Le maire de Londres, le conser­va­teur Boris John­son, a annon­cé aujourd’hui qu’il fera cam­pagne en faveur d’une sor­tie du Royaume-Uni de l’U­nion européenne. 

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/21/97001–20160221FILWWW00132-le-maire-de-londres-annonce-qu-il-fera-campagne-pour-une-sortie-du-royaume-uni-de-l-union-europeenne.php

    Ven­dre­di 19 février 2016 :

    Grande-Bre­tagne. Les par­ti­sans du Brexit en tête des sondages.

    Si le réfé­ren­dum pour le main­tien de la Grande-Bre­tagne dans l’U­nion euro­péenne se tenait aujourd’­hui, les par­ti­sans du « non » l’emporterait avec 36 % des suffrages.

    Les Bri­tan­niques favo­rables à une sor­tie de l’U­nion euro­péenne ont deux points d’a­vance sur les par­ti­sans du main­tien, selon un son­dage de l’ins­ti­tut TNS publié ven­dre­di. Dans le cadre du réfé­ren­dum pro­mis par le Pre­mier ministre David Came­ron, 36 % vote­raient « No » et 34 %, « Yes ». Les indé­cis repré­sentent 23 % et 7 % n’ont pas l’in­ten­tion d’al­ler voter.

    Sans tenir compte des abs­ten­tions, le rap­port de force, encore plus favo­rable au Brexit, passe à 39 % pour la sor­tie, contre 36 % pour le maintien.

    http://​www​.ouest​-france​.fr/​e​u​r​o​p​e​/​u​e​/​g​r​a​n​d​e​-​b​r​e​t​a​g​n​e​-​l​e​s​-​p​a​r​t​i​s​a​n​s​-​d​u​-​b​r​e​x​i​t​-​e​n​-​t​e​t​e​-​d​e​s​-​s​o​n​d​a​g​e​s​-​4​0​4​5​183

    Réponse
  20. Eliade Guy

    idée .. faites une page face­book où vous sug­gé­re­rais au maxi­mum de gens de pré­le­ver 100 à 200€ sur le compte le même jour dans leurs agences (mini bank run)

    Réponse
  21. Monia Lambert

    Dans le même esprit
    « les dépor­tés du libre échange » de Marie Monique Robin

    Réponse
    • etienne

      Effec­ti­ve­ment. Ce sera le centre d’un pro­chain billet, contre le scan­da­leux com­plot de la déré­gu­la­tion com­mer­ciale, le « libre-échange », autre fléau du peuple 🙂

      Réponse
  22. thierry

    Bon­jour,
    Je le dis comme tous ici, Mer­ci Etienne pour le bou­lot immense que tu as fait et que tu conti­nue à faire, en sus­ci­tant les relais, en éta­blis­sant les rela­tions avec d’autres, ici et main­te­nant mais aus­si ailleurs et avant. On a un sacré retard dans les lec­tures à faire pour réel­le­ment arri­ver à se for­mer. Pour ma part, je reste com­plè­te­ment imper­méable à l’é­co­no­mie mal­gré les nom­breuses ten­ta­tives pour comprendre…ça doit être dans l’ADN de mon logi­ciel gravitationnel…
    Main­te­nant, j’envoie :
    Ne serait-ce pas le moment idéal pour élar­gir le champ de ta péda­go­gie via celle des nom­breux virus et tou­cher plus de monde que d’es­sayer d’en­trer dans (ou de frô­ler) le mou­ve­ment qui se crée autour de J.L.Mélenchon. Je dis moment idéal car on béné­fi­cie­rait d’une très grande ouver­ture (qui ne dure­ra peut-être pas), toute idée et infor­ma­tion (comme cette page actuelle de dénon­cia­tion) devrait pou­voir cir­cu­ler plus lar­ge­ment et mon­trer qu’il existe tout un mou­ve­ment (celui pour une consti­tu­tion écrite en com­mun) que toute une frac­tion du public ne connait pas. Sur­tout que tu n’es pas (en ce moment) atta­qué ver­te­ment par les fa-anti-fas.
    Il faut trou­ver un angle d’at­taque pour faire pas­ser tes-nos idées car même si elles ne passent pas in-fine elles infu­se­ront et pour­raient mul­ti­plier les petits virus. Je crois qu’il se passe actuel­le­ment qqchose avec toutes les attaques neo-libé­rales medef-gou­ver­ne­ment qui per­met de réunir un maxi­mum de gens autour de ces idées, mais il faut pou­voir les expo­ser, ces idées. Elles « trainent » un peu par­tout, plus ou moins bien éla­bo­rées et ne demandent qu’à se rencontrer.
    Voi­là c’est tout, bonne conti­nua­tion à tous.

    Réponse
  23. etienne

    1 150 000 000 000 dol­lars de divi­dendes ver­sés en 2015

    « En 2015, le mon­tant total des divi­dendes ver­sés par les entre­prises dans le monde a atteint 1 150 mil­liards de dol­lars, selon l’étude annuelle réa­li­sée par Hen­der­son, qui ana­lyse les divi­dendes payés par les 1 200 plus impor­tantes socié­tés mon­diales par leur capi­ta­li­sa­tion boursière. » :
    http://www.lemonde.fr/argent/article/2016/02/22/1–150-000–000-000-dollars-de-dividendes-verses-en-2015_4869618_1657007.html

    Réponse
  24. foucher

    Super article ! Quel blog ! Mer­ci Etienne, vous êtes remarquables !

    Réponse
  25. etienne

    [Pas­sion­nant] Gilles Raveaud
    La dis­pute des économistes 

    Réponse
    • Eliade Guy

      je suis fan de Karl Pola­nyi qui a ecrit : « La grande trans­for­ma­tion » avec le vole des com­muns en Angle­terre et aus­si « La Sub­stis­tance de l’ Homme »

      Réponse
      • Eliade Guy

        Deplus les mar­chés ne sont pas seule­ment uni­for­ma­teurs mais ils sont aus­si faus­sés à cause de l’ accu­mu­la­tion du capi­tal … les grandes sur­faces ont tués les petits magasins

        Réponse
  26. Eliade Guy
  27. Eliade Guy

    d’ après les auteurs comme la valo­ri­sa­tion du capi­tal dépend du tra­vail conte­nu humain deve­nant rare par les pro­grés de l’ auto­ma­tion de la pro­duc­ti­vi­té er de la concu­rence. le capi­tal dit « fic­tif » s’ emploie dans des paris sur le futur .. c’est la grande dégrin­go­lade … le capi­tal scie la branche sur laquelle elle est assise … quand tout ceci sera effon­dré .. il y aura peut-être une période de barbarie

    Réponse
    • binnemaya

      vous avez rai­son et la des­cente en enfer est en cours et rien ne pour­ra l’arrêter.
      Karl Pola­nyi excellent on devrait le remettre dans les débats éco­no­miques etc çà nous ferais du bien.

      Réponse
  28. binnemaya

    Bon­jour à tous,
    Plus le temps s’ac­cé­lère plus je pense que la solu­tion pré­co­ni­sé ici et la bonne :
    Consti­tu­tion par et pour le peuple avec tirage au sort (loi des nombres)
    Natio­na­li­sa­tion de toutes les banques et fer­me­ture de la bourse.
    Expro­pria­tion des socié­tés qui sont un risque sys­té­mique même pour une com­mune( ex : 5millions de CA+50à sala­riés au delà non)
    Salaire à vie de B.Friot avec pro­prié­té d’usage
    Blo­ck­chain par­tout où l’on peut
    Car le dan­ger est tout proche regar­der l’a­ve­nir de l’emploi sala­rié est là :
    http://​www​.scien​ce​se​ta​ve​nir​.fr/​h​i​g​h​-​t​e​c​h​/​r​o​b​o​t​/​2​0​1​6​0​2​2​4​.​O​B​S​5​2​2​6​/​p​l​u​s​-​l​e​g​e​r​-​l​e​-​r​o​b​o​t​-​b​i​p​e​d​e​-​d​e​-​b​o​s​t​o​n​-​d​y​n​a​m​i​c​s​-​p​e​u​t​-​s​e​-​r​e​l​e​v​e​r​.​h​t​m​l​?​x​t​o​r​=​R​S​S​-12

    Réponse
  29. Pauline

    Bon­jour,
    Mer­ci beau­coup d’a­voir par­ta­gé ce docu­ment. Je trouve ce for­mat de trans­crip­tion vrai­ment très effi­cace ! Si seule­ment plus d’en­sei­gnants fai­saient ce tra­vail cri­tique de qua­li­té, comme nous serions mieux armés !
    Dire que de plus en plus d’é­lèves ingé­nieurs rêvent d’en­trer dans le monde de la finance. Nous fau­drait-il infil­trer l’E­du­ca­tion natio­nale en masse pour ren­ver­ser ce courant ?

    Réponse
  30. BA

    Same­di 27 février 2016 :

    Le G20-Finances appelle à uti­li­ser tous les outils pour sou­te­nir l’é­co­no­mie, cite le choc d’un éven­tuel Brexit.

    Selon le G20-Finances, les cinq risques géo­po­li­tiques sont les suivants :

    1- La sor­tie du Royaume-Uni de l’U­nion Euro­péenne (Brexit). Ce risque géo­po­li­tique est cité dans le com­mu­ni­qué final du G20, dès le pre­mier para­graphe du texte.

    2- La vola­ti­li­té des mou­ve­ments de capi­taux, qui se déplacent d’une seconde à l’autre, d’un pays à l’autre, d’un conti­nent à l’autre, et qui dés­équi­librent toute l’é­co­no­mie mondiale.

    3- La chute des cours des matières premières.

    4- Les ten­sions géo­po­li­tiques accrues.

    5- L’af­flux de migrants dans cer­taines régions (Tur­quie, Union Européenne).

    http://​www​.roman​die​.com/​n​e​w​s​/​L​e​-​G​2​0​F​i​n​a​n​c​e​s​-​a​p​p​e​l​l​e​-​a​-​u​t​i​l​i​s​e​r​-​t​o​u​s​-​l​e​s​-​o​u​t​i​l​s​-​p​o​u​r​-​s​o​u​t​e​n​i​r​-​l​e​c​o​n​o​m​i​e​-​c​i​t​e​-​l​e​-​/​6​8​0​5​1​2​.​rom

    Conclu­sion :

    Le G20-Finances dit qu’il faut conti­nuer à faire ce qui est fait sans inter­rup­tion depuis sep­tembre 2008 : les banques cen­trales doivent conti­nuer à injec­ter des cen­taines de mil­liards dans le sec­teur financier.

    Depuis sep­tembre 2008, c’est tou­jours la même poli­tique de tarés.

    Depuis sep­tembre 2008, on ne change pas une poli­tique qui échoue.

    Cette poli­tique ne sert à rien, elle ne résout aucun pro­blème, elle n’empêche pas l’é­co­no­mie réelle de s’ef­fon­drer, … mais au moins elle gonfle des bulles bour­sières et des bulles obli­ga­taires ! Et lors de la pro­chaine crise, l’é­cla­te­ment de toutes ces bulles sera dévastateur.

    Des génies.

    Les par­ti­ci­pants du G20-Finances sont des génies.

    Réponse
  31. joss

    Une perle de Georges Frêche qui met en évi­dence le carac­tère « démo­cra­tique » des élec­tions. Les élec­tions entraînent de fac­to le populisme.
    https://​you​tu​.be/​t​5​5​C​C​7​U​8​2nc

    extrait :
    « c’est pour ça que moi quand je fais une cam­pagne, je ne la fais jamais pour les gens intel­li­gents. Des gens intel­li­gents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3% avec moi et 3% contre, je change rien du tout. Donc je fais cam­pagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse. »

    Réponse
  32. etienne

    [Rap­pel impor­tant] La mise à mort du CDI déci­dée par les banques 

    À voir, à revoir, et à faire connaître.
    Mer­ci FAKIR ! Mer­ci Fran­çois (Ruf­fin) !

    Réponse
  33. etienne

    « UE » évi­dem­ment domi­née par l’Allemagne : 

    Il faut d’ur­gence fuir ce piège à rats.

    Réponse
  34. etienne

    Pouria Amirshahi : « Les partis sont au mieux incapables, au pire dangereux »

    LE MONDE | • Mis à jour le

    Le député socialiste Pouria Amirshahi, souvent critique de la politique gouvernementale depuis 2012, annonce qu’il quitte son parti, une formation qu’il a rejoint en 1987 et qu’il juge aujourd’hui « sans ressort » et « sans idées ».

    Vous avez déci­dé de quit­ter le Par­ti socia­liste, pourquoi ?

    Je quitte le PS et le monde des par­tis en géné­ral, rhi­zomes d’un sys­tème ins­ti­tu­tion­nel à bout de souffle. Ils sont deve­nus des machines élec­to­rales sans grande convic­tion, sans pro­messe d’avenir heu­reux pour le pays. Ils sont au mieux inca­pables, au pire dan­ge­reux comme par exemple le Front natio­nal. Notre sys­tème, confis­ca­toire de pou­voirs et de richesses, mène à l’abîme démo­cra­tique, social ou écologique.

    Et les par­tis semblent ne pas pou­voir faire grand-chose quand ils ne sont pas car­ré­ment dans le renon­ce­ment ou la com­pli­ci­té. Le mien est sans res­sorts, sans idées mal­gré de nom­breuses bonnes volon­tés avec qui je conti­nue­rai de 

    Et pour vous, ce n’est pas ce que fait le gou­ver­ne­ment de Fran­çois Hollande ?

    La France n’est pas gou­ver­née par l’aile droite du PS, mais par des néo­con­ser­va­teurs, dans tous les domaines, à quelques excep­tions près… D’ailleurs, leurs alliés sont désor­mais issus du bloc réac­tion­naire : déchéance de natio­na­li­té, état d’urgence, sur­en­chère pénale, droit du travail.

    Depuis 2012, la suc­ces­sion de renon­ce­ments donne le ver­tige : cela a débu­té avec le trai­té euro­péen. Sur le contrôle ban­caire ou les inso­lentes rému­né­ra­tions, le gou­ver­ne­ment a vite cédé. Le cré­dit d’impôt pour la com­pé­ti­ti­vi­té et l’emploi [CICE] et le pacte de res­pon­sa­bi­li­té ont léga­li­sé le vol de l’argent public dont on dit pour­tant qu’il est si rare. 40 mil­liards d’euros don­nés sans condi­tions, sans que les sala­riés aient vu le début d’une amé­lio­ra­tion sub­stan­tielle de leur niveau de vie ! Le mépris est vécu direc­te­ment par beau­coup de nos com­pa­triotes, les ouvriers, les jeunes et bien d’autres. S’ajoute à cela le choix de gou­ver­ner par la peur… D’où mon opposition.

    Pour­tant, vous avez éga­le­ment déci­dé d’abandonner la dépu­ta­tion et de ne pas vous repré­sen­ter en 2017…

    Il me reste plus d’un an de man­dat et je conti­nue­rai d’agir avec la même éthique et la même éner­gie. Mais je ne veux pas m’accrocher abso­lu­ment à un man­dat. Ma cir­cons­crip­tion est pas­sion­nante, les gens sont d’une grande richesse plu­ri­cul­tu­relle. J’y ai été « bien » élu en 2012, avec 62 % des voix, mais après cinq ans de man­dat, je sou­haite retour­ner à la vie pro­fes­sion­nelle, ce qui ne cou­pe­ra pas mon appé­tit militant !

    En savoir plus sur http://​www​.lemonde​.fr/​p​o​l​i​t​i​q​u​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​1​6​/​0​3​/​0​4​/​p​o​u​r​i​a​-​a​m​i​r​s​h​a​h​i​-​j​e​-​q​u​i​t​t​e​-​l​e​-​p​s​-​e​t​-​l​e​-​m​o​n​d​e​-​d​e​s​-​p​a​r​t​i​s​-​e​n​-​g​e​n​e​r​a​l​_​4​8​7​6​4​5​1​_​8​2​3​4​4​8​.​h​t​m​l​#​v​Z​u​i​2​D​l​e​S​T​z​p​1​o​F​7​.99

    Réponse
  35. bessie tilt

    Ce tra­vail est vrai­ment très utile… J’ai failli le faire,mais pas de façon aus­si pous­sée. Alors mer­ci Étienne !

    Réponse
  36. etienne

    (Rap­pel) [Pour ceux qui veulent com­prendre « la crise de 2008 », pas­sion­nante (et savou­reuse) invi­ta­tion à nous concen­trer sur les STRUCTURES plu­tôt que sur les AGENTS]

    Lordon (très en forme) : les médias et la crise

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...