DEMAIN : le film est sorti et il est épatant ! Faites passer.

21/12/2015 | 14 commentaires

Ah que c’est bon ! C’est une bouf­fée d’air frais, ce film, une rasade de potion magique, un conden­sé de mille expé­riences et pro­po­si­tions importantes. 

Vous vous sou­ve­nez que, fin mai, j’a­vais signa­lé que Méla­nie et Cyril nous deman­daient de les aider à faire un film posi­tif, construc­tif et opti­miste, un tour du monde d’expé­riences for­mi­dables, pour don­ner la pêche à tous ceux qui ne croient plus qu’on puisse ren­ver­ser la vapeur capi­ta­liste. Et nous avons été des mil­liers à les aider 🙂

Je viens (enfin ! quel traî­nard je suis, 6 semaines après la sor­tie…) d’al­ler voir ce film, et je l’ai trou­vé enthou­sias­mant, très beau, très riche, très bien fait, une bonne syn­thèse de tout ce qui nous pré­oc­cupe tous, mais sous un angle construc­tif et opti­miste, avec une par­tie pas­sion­nante sur la per­ma­cul­ture, des villes en tran­si­tion, des entre­prises res­pec­tueuses des hommes, des humains épa­tants au Dane­mark, en Inde, en Fin­lande, à San Fran­cis­co, en Nor­man­die, etc., une par­tie qui incri­mine la mon­naie-dette, les mul­ti­na­tio­nales et les banques, et Ber­nard Lie­taer qui explique les mon­naies locales et la néces­saire bio-diver­si­té moné­taire, une par­tie où David Van Rey­brouck parle de tirage au sort et même l’i­dée d’as­sem­blées consti­tuantes tirées au sort ! Le pied, quoi 🙂 J’en oublie plein, évi­dem­ment, car le film va vite, on ne s’en­nuie pas une seconde et c’est dif­fi­cile de tout fixer d’emblée. Il faut sans doute le revoir, et puis tra­vailler le texte, le crayon à la main, pour bien mémo­ri­ser et inté­grer toutes ces sug­ges­tions. Le livre ser­vi­ra pré­ci­sé­ment à ça, je pense.

Que vous dire de plus que vous invi­ter à aller le voir, si ce n’est pas déjà fait, et à le faire connaître autour de vous 🙂

Mer­ci à tous ceux à qui nous devons ce bel outil poli­tique d’o­ri­gine citoyenne.

Faites pas­ser 🙂

Étienne.

• Pour savoir dans quelle salle aller le voir, il y a le site du film : http://​www​.demain​-lefilm​.com/

• Aus­si, la page Face­book du film : https://​www​.face​book​.com/​d​e​m​a​i​n​.​l​e​f​i​lm/

• Il y a aus­si un livre, pour reprendre tout ça len­te­ment et bos­ser à son rythme 🙂 http://​www​.demain​-lefilm​.com/​d​e​m​a​i​n​-​l​e​-​l​i​vre

Le fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​3​8​5​9​7​2​9​6​7​2​317

Catégorie(s) de l'article :

14 Commentaires

  1. etienne

    Sou­ve­nir émouvant :
    Extrait de la soi­rée for­mi­dable, à Paris, de la Révo­lu­tion des Colibris : 

    Réponse
  2. etienne

    Obser­vez bien le pro­gramme démo­cra­tique des Coli­bris, vous ver­rez comme ces mou­ve­ments citoyens se res­semblent et convergent vers une cause commune :
    La ®évo­lu­tion des Coli­bris, soyons le chan­ge­ment : réin­ven­tons la démocratie

    http://​www​.coli​bris​-lemou​ve​ment​.org/​r​e​v​o​l​u​t​i​o​n​/​r​e​i​n​v​e​n​t​e​r​-​l​a​-​d​e​m​o​c​r​a​tie

    Réponse
    • Stéphane

      Bon­jour Etienne, je savoure vrai­ment cha­cune de vos inter­ven­tions, tou­jours pleines de bon sens. Et sachez que, si vous pou­vez tenir 7 heures à débattre de vos idées, je les tien­drais éga­le­ment sans pro­blème à vous écouter…
      Juste une ques­tion : pour démar­rer vrai­ment du tout début un ate­lier consti­tuant, en par­tant de rien donc, est-il pos­sible néan­moins de par­tir de « l’an­ti-consti­tu­tion » acuelle afin de reti­rer ce qui nous est nui­sible et d’a­jou­ter les sécu­ri­tés qui nous manquent ? Merci.
      Cordialement,
      Stéphane…

      Réponse
      • etienne

        Bon­soir Sté­phane, vous êtes gentil 🙂
        À mon avis, si on trouve ça plus facile, on peut très bien par­tir de notre anti-consti­tu­tion et y ajou­ter toute la puis­sance popu­laire qui manque 🙂
        Bien cordialement.
        Étienne.

        Réponse
  3. etienne

    Le PLAN DÉMOCRATIE des COLIBRIS : 
    http://​www​.coli​bris​-lemou​ve​ment​.org/​r​e​v​o​l​u​t​i​o​n​/​l​e​-​p​l​a​n​-​d​e​s​-​c​o​l​i​b​r​i​s​/​l​e​-​p​l​a​n​-​d​e​m​o​c​r​a​tie

    « GRANDE DIRECTION

    Une véri­table démo­cra­tie, garan­tis­sant que les déci­sions poli­tiques sont tou­jours conformes à l’in­té­rêt géné­ral, aux équi­libres éco­lo­giques et sont l’é­ma­na­tion d’une vraie volon­té popu­laire, éla­bo­rée à tra­vers de nom­breux, intenses et authen­tiques débats entre les membres de la société.

    AXE #1 : Nous doter d’une vraie consti­tu­tion, au ser­vice de l’in­té­rêt général

    Faire réécrire notre consti­tu­tion par une assem­blée consti­tuante popu­laire, tirée au sort et dont les membres seront inéli­gibles aux man­dats qu’ils défi­ni­ront. Ins­crire dans cette consti­tu­tion les prin­cipes per­met­tant aux citoyens les plus actifs d’en­ga­ger et de garan­tir une tran­si­tion éco­lo­gique, sociale, éco­no­mique, au ser­vice de l’in­té­rêt géné­ral, res­pec­tant l’é­qui­té entre tous et les équi­libres natu­rels. Faire en sorte que les règles du pou­voir ne soient pas écrites par les hommes ou femmes au pouvoir.

    AXE #2 : Repen­ser le rôle et les man­dats des élus

    Orga­ni­ser le fait que les élus rendent des comptes en fin de man­dat, devant des jurys citoyens tirés au sort. Per­mettre que les repré­sen­tants élus puissent être révo­qués à tout moment, par ini­tia­tive popu­laire. Mettre en place des man­dats uniques, non cumu­lables, mais allon­gés pour per­mettre une action véri­table, et peu (ou non) renou­ve­lables, pour évi­ter la pro­fes­sion­na­li­sa­tion de la politique.

    AXE #3 : Réin­ven­ter nos pro­ces­sus élec­tifs et représentatifs

    Choi­sir nos repré­sen­tants par des moda­li­tés qui n’en­traînent pas une confis­ca­tion du pou­voir par des pro­fes­sion­nels de la poli­tique. Intro­duire, pour cer­tains man­dats, de nou­velles pro­cé­dures de dési­gna­tion comme le tirage au sort ou les élec­tions sans can­di­dat, et don­ner une force signi­fi­ca­tive aux votes blancs dans toutes les consul­ta­tions électorales.

    AXE #4 : Déve­lop­per la res­pon­sa­bi­li­té de tous / Décen­tra­li­ser le pouvoir

    • Don­ner le plus de pou­voir pos­sible aux plus petits éche­lons de la socié­té, notam­ment par l’ins­ti­tu­tion de jurys citoyens tirés au sort, avec pou­voir déci­sion­naire, et pas seule­ment consul­ta­tif. Ces jurys seront une école uni­ver­selle per­ma­nente de civisme : cha­cun, tiré par le sort hors de ses pré­oc­cu­pa­tions indi­vi­duelles, et voyant le spec­tacle de ses sem­blables dévoués au bien com­mun, appren­dra en pra­tique à faire de même.

    • Appli­quer par­tout la sub­si­dia­ri­té c’est-à-dire qu’une com­pé­tence ne soit délé­guée (sous contrôle) à un éche­lon supé­rieur que lors­qu’elle ne peut être trai­tée à l’é­che­lon inférieur.

    • Déve­lop­per l’é­du­ca­tion popu­laire, afin de per­mettre à cha­cun de s’im­pli­quer plus acti­ve­ment dans la vie de la Cité, au sens large. Ensei­gner – et faire pra­ti­quer – la phi­lo­so­phie, la poli­tique et le droit consti­tu­tion­nel, outils majeurs d’é­man­ci­pa­tion intel­lec­tuelle, depuis la plus petite école jus­qu’aux classes supérieures.

    AXE #5 : Construire une gou­ver­nance par­ta­gée dans les organisations

    Par­ta­ger le pou­voir dans les orga­ni­sa­tions. Per­mettre à chaque per­sonne (citoyen, sala­rié, col­la­bo­ra­teur) de par­ti­ci­per aux déci­sions qui auront un impact sur lui et, plus lar­ge­ment, sur les orien­ta­tions de la struc­ture à laquelle il participe. »

    […]

    ACTIONS DES CITOYENS

    • Par­ti­ci­per à – ou mieux, orga­ni­ser – des ate­liers constituants.

    • Se for­mer à des tech­niques rela­tion­nelles (Com­mu­ni­ca­tion Non Vio­lente…) ou de gou­ver­nance par­ti­ci­pa­tives (Socio­cra­tie, Holacratie…).

    • Pro­po­ser ces modes de gou­ver­nance dans son orga­ni­sa­tion ou dans ses ateliers.

    • Se réap­pro­prier indi­vi­duel­le­ment le geste consti­tuant : réflé­chir dans son coin aux articles les plus impor­tants d’une bonne consti­tu­tion. Réflé­chir en son âme et conscience à un nou­veau (et bon) contrat social, et en écrire les règles, concrètement.

    • Réflé­chir aux abus de pou­voir et aux moyens de les empê­cher, en pre­nant les pro­blèmes à leur source pre­mière, et de façon réa­liste. Pour expli­quer les injus­tices sociales (et y remé­dier), cher­cher la cause des causes.

    • Par­ti­ci­per à des cafés phi­los, des ciné-débats, des ren­contres avec des per­sonnes qui s’im­pliquent dans des sujets de

    • Lire et faire par­ta­ger ses lec­tures. Apprendre, creu­ser les sujets qui font l’ac­tua­li­té ou qui nous concernent direc­te­ment dans nos vies. Se for­mer et s’in­for­mer auprès de sources diverses, conven­tion­nelles ou non-conven­tion­nelles. Entre­te­nir le goût de l’His­toire et la constante recherche de notre vérité.

    • Trou­ver notre juste place dans la socié­té. Où nous sommes en mesure d’ex­pri­mer nos talents et notre sen­si­bi­li­té, tout en étant utile aux autres. Trou­ver le che­min menant à notre propre joie et à notre épanouissement.

    • Tra­vailler à nous connaître, à nous amé­lio­rer per­son­nel­le­ment, à faire gran­dir nos qua­li­tés d’empathie, de géné­ro­si­té, d’al­truisme, de soli­da­ri­té, de coopération. »

    Réponse
  4. Gilles Turcotte

    Ma com­pré­hen­sion de la cause des causes pro­vient de ma démarche per­son­nelle, alors que j’ai été éle­vé très pro­fon­dé­ment condi­tion­né inten­sé­ment catholique.
    Ce qui ne cor­res­pon­dait pas du tout à ma nature pro­fon­dé­ment anarchiste.
    ( je suis fran­co-wen­dat, je pour­rais avoir héri­té d’un ADN nord-amé­rin­dien, dont il est abon­dam­ment docu­men­té qu’ils étaient tous anar­chistes, et cela était peut-être une culture consé­quente à une cause ADN dont j’au­rais hérité )
    Deve­nant athée en me décon­di­tion­nant ( 25 ans pour décon­di­tion­ner 15 ans ), je me suis mis à voir de l’ex­té­rieur ce dont j’a­vais une com­pré­hen­sion intérieure.
    Je pense que cette double vue sur la chose me donne une com­pré­hen­sion par­ti­cu­lière, à cause de la 3e variable, qui est mon esprit très ana­ly­tique et ma for­ma­tion scientifique.
    Ma com­pré­hen­sion est que l’u­ni­vers est anar­chique, tota­le­ment dépour­vu d’au­to­ri­té comme on la connait, qui a été inven­té par la religion :
    Dieu créant toutes choses, dont l’air à res­pi­rer et le pou­voir de les gou­ver­ner, la vie dépend de Dieu et du curé étant le seul à pou­voir lui par­ler. Dieu dis­tri­bue le pou­voir du haut vers le bas, en pas­sant par les Rois-Reines et les curés ( terme géné­rique pour religieux ).
    Cela est l’au­to­ri­té, le pou­voir de s’im­po­ser, inven­té par la reli­gion, donc repo­sant sur le men­songe, la mani­pu­la­tion et la terreur.
    Voi­là la cause des causes.
    Dis­soudre la croyance du pou­voir venant de Dieu vers le bas et tout ce qui existe, l’as­ser­vis­se­ment uni­ver­sel, s’effondrera.
    Obser­vons l’in­ten­si­té de l’a­mour des asser­vis­seurs pour la reli­gion, pour la pra­tique reli­gieuse par les masses. Ils en ont besoin pour subsister.
    Au plaisir.

    Réponse
    • Lili

      Bon­jour,
      À mettre en lien sans doute avec ce que dit Gérard Fou­cher dans sa der­nière vidéo, quand il fait un paral­lèle entre l’ap­pa­ri­tion des trois grandes reli­gions mono­théistes et celle de la mon­naie, à par­tir de 23:20 :

      Réponse
    • Dufour Gérard

      J’aime ta démarche, j’ai eu la tienne un temps , de Catho­lique je suis deve­nu agnos­tique c’est à dire per­sua­dé que le propre de la matière était dans cer­taines condi­tions de géné­rer la vie dont sont dotés les 3 règnes supé­rieures de la nature.
      Dans cette condi­tion de vie et par réac­tion pro­tes­ta­taire à la confes­sion reli­gieuse dans laquelle on m’a­vaient abon­né, j’ai ren­du mon tablier de croyance auprès de l’ad­mi­nis­tra­tion Catho­lique à laquelle j’a­vais été fice­lé tout baby, ce en me fai­sant rayer des registres de bap­tême de l’é­glise Catho­lique Notre-Dame à Armentières.
      Je dois dire que je menais tran­quille­ment mon exis­tence, quand les cir­cons­tances de la vie m’ont pla­cé devant des connais­sances qui ont orien­tées bien dif­fé­rem­ment, les points de vue de ma vie et de ce qui m’habitait.
      Je dirais sim­ple­ment ceci de ce qui est une croyance popu­laire encore bien ancrée, c’est que le Catho­li­cisme n’est pas le chris­tia­nisme, mais l’ou­til d’une force supé­rieure enne­mie de la liber­té et qui veut faire de l’homme un robot spi­ri­tuel, le Catho­li­cisme n’est qu’un pou­voir sur les âmes et tout pou­voir est des­truc­teur pour l’homme, il est le pro­lon­ge­ment de ce que l’on nome « l’im­pé­rium Roma­num », c’est ce qui dans son déve­lop­pe­ment dans les siècles pré­cé­dents appor­ta la pen­ser maté­ria­liste et la pen­sée binaire, appuyé par ce que l’on appelle la reli­gion du livre et le déve­lop­pe­ment de la pen­sée scien­ti­fique peser, mesu­rer, comp­ter. La vraie réa­li­té de cette enti­té qui s’est incar­née au tour­nant des âges le Christ est qu’il est l’Église. Cha­cun de nous est son temple, nous sommes la goutte d’eau il est l’o­céan nous tous réuni, à nous seul dans notre être pro­fond de le trou­ver, cette décou­verte en nous de ce qu’il est, nous appor­te­ra la force d’al­ler plus loin dans l’é­vo­lu­tion posi­tive de notre humanité.

      Réponse
  5. binnemaya

    Bon­jour Étienne,

    C’est effec­ti­ve­ment par la socié­té civile que nos idées se généraliseront.

    Mais et c’est dom­mage pour ce qui est de Cyril Dion et entre autres Yann Arthus-Ber­trand dont je ne remet pas en doute la bonne foi (pour le moment), je me pose la ques­tion pour­quoi font-ils la pub de « la ruche qui dit oui  » qui est une ten­ta­tive de récu­pé­ra­tion des AMAP par le sys­tème financier.

    Car pour chan­ger le sys­tème il faut sur­tout se méfier de tout ces gens (en l’oc­cu­rence ren­tiers et finan­ciers) qui voient le désir de chan­ge­ment prendre corps dans le peuple et qui deviennent subi­te­ment très créa­tifs dans le col­la­bo­ra­tif, le solidaire. 

    Il faut démon­ter cette façade mar­ke­ting en insis­tant sur la réalité :
    Com­ment peuvent-ils pré­tendre être col­la­bo­ra­tifs, local etc. quand ils prennent 20% du CA juste pour l’ap­pli ? Et bien sûr, la socié­té est imma­tri­cu­lée au Luxem­bourg. La mafia ne prend que 10% et pour­tant on la consi­dère nuisible ?

    Réponse
  6. joss
  7. andrée

    Bon­jour,
    pour­riez-vous m’in­for­mer s’il est sor­ti en salle ou autre­ment au Québec ?

    Mer­ci

    Réponse
  8. etienne

    Plus de pou­voirs aux citoyens ? Chiche !
    http://​rue89​bor​deaux​.com/​2​0​1​6​/​0​1​/​p​l​u​s​-​d​e​-​d​e​m​o​c​r​a​t​i​e​-​p​a​r​t​i​c​i​p​a​t​i​v​e​-​c​h​i​c​he/

    La ville de Bor­deaux orga­ni­sait ven­dre­di une soi­rée débat sur la place des citoyens dans la déci­sion publique. Pour Rue89 Bor­deaux, deux experts et deux élus livrent quelques pistes – péti­tions citoyenne, bud­get par­ti­ci­pa­tif… – pour ren­for­cer la démo­cra­tie locale. […]

    « Le tirage au sort, « un bon début »

    (…) Pour évi­ter cette nota­bi­li­sa­tion, la mai­rie a d’ailleurs déci­dé de tirer au sort sur les listes élec­to­rales la moi­tié des membres des com­mis­sions per­ma­nentes. C’est un bon début : aux Assises, on trouve nor­mal de confier de lourdes res­pon­sa­bi­li­tés à des jurés tirés au sort. Pour­quoi pas plus de jurys citoyens en politique ? »

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles