Des problèmes d’élection ? L’impuissance n’est plus une fatalité !

6/11/2015 | 15 commentaires

Témoi­gnage :

A 45 ans, je redécouvre la vie d’Homme

Pos­ted by Jérôme qui t’aime


Musi­cien raté, gau­chiste mori­bond, ingé­nieur sou­mis, ouiouiste obs­ti­né, le ventre mou et la conscience géli­fiée, Jérôme Choain n’est pas à pro­pre­ment par­ler un homme sus­cep­tible de sus­ci­ter l’in­té­rêt de ses conci­toyens. C’est un homme nor­mal. Jus­qu’à ce que sa vie bas­cule. Il en parle en toute fran­chise, n’é­lude aucun détail de son inti­mi­té flap­pie. Un témoi­gnage rare :

« J’allais aban­don­ner tout espoir. Je m’étais presque habi­tué à cette vie pas­sive, j’avais la démo­cra­tie en berne, j’étais rési­gné : je ne serai plus jamais un Homme.

Et puis un jour un ami m’a conseillé un site. J’y suis allé sans grand espoir, les solu­tions miracles, on en a soupé.


Ce fut un choc ! J’ai décou­vert des tas de gens qui avaient le même pro­blème élec­tile que moi, tous par­ta­geaient leur expé­rience avec beau­coup de géné­ro­si­té et de bien­veillance. Pas de prê­chi-prê­cha : du débat, du par­tage, de la ver­gogne, et tout cela tota­le­ment gra­tui­te­ment. En à peine 6 mois, j’avais retrou­vé la niac, ma femme n’en reve­nait pas, j’avais retrou­vé l’envie.

Pour­tant ils n’ont pas man­qué les oiseaux de mau­vaise augure qui ont vou­lu salir mon désir de reprendre ma vie en main : “fais gaffe, c’est une secte”, “arrête de pen­ser, il y a des pro­fes­sion­nels pour ça”, “ne prend pas ça, ce sont des molé­cules popu­listes très dan­ge­reuses”, “Atten­tion aux effets secon­daires fas­ci­sants” et j’en passe…


Cela fait des mois que je suis ce trai­te­ment tota­le­ment natu­rel et croyez moi, je ne me suis jamais sen­ti aus­si bien. Aucun effet secon­daire en dehors d’un trop plein d’échanges par­fois dif­fi­cile à juguler.

Je me suis enfin réveillé, et je ne suis pas prêt de me rendormir !

J’in­vite tous ceux qui souffrent à ten­ter l’ex­pé­rience : je ne demande pas de me croire sur parole, je pro­pose d’en par­ler, ensemble. »

Source : jcfrog​.com/​d​e​m​o​c​r​a​c​y​4​all

Fil Face­book : https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​3​7​7​8​1​7​8​0​0​7​317

Catégorie(s) de l'article :

15 Commentaires

  1. richard30

    En effet, lorsque, après avoir subi les assauts du virus symp­tô­ma­tique de l’im­puis­sance totale, dont la souche a été ela­bo­rée par les pro­fes­sion­nels rele­vant de la patho­lo­gie des poly-tics, au sein des labos de l’E­cole Néfaste et Anes­thé­siante, sur la demande gra­ti­fiante des repré­sen­tants de la sphére des OGS, Oli-Gars-Schistes, spé­cia­listes en lubri­fiants, il serait judi­cieux de consul­ter le Dr Chouard qui sait par­fai­te­ment nous par­ler des ori­gines de ce virus de l’im­puis­sance et nous pro­pose une thé­ra­pie sus­cep­tible d’é­ra­di­quer ce virus. Mais, pour qu’un virus puisse être éra­di­qué, il fau­drait que toute la popu­la­tion décide de se soi­gner simultanément.
    Une remarque com­plé­men­taire, ce doc­teur connait à pré­sent par­fai­te­ment les causes de ce virus mais, de sur­croit, est capable d’a­dap­ter son trai­ment aux diverses sen­si­bi­li­tés et mor­pho­lo­gies des habi­tants de notre pays.
    Reste à lui deman­der si la pas­tille, objet de ce trai­te­ment existe dans toutes les cou­leurs de l’ « arc-en-ciel ». si o NO ?

    Réponse
    • richard30

      Pour ce qui concerne la der­nière ques­tion : « Reste à deman­der au Doc­teur Chouard si la pas­tille, objet de ce trai­te­ment existe dans toutes les cou­leurs de l’ « arc-en-ciel ». si o NO ? », il s’a­git de lever toute ambi­guï­té. « NO » est le résul­tat du vote qui a per­mis au peuple chi­lien de se débar­ras­ser de leur dic­ta­ture et l’ « arc-en-ciel », la cou­leur de leur logo. Refor­mu­lons cette ques­tion dif­fé­rem­ment. La cou­leur bleue, du bleu très fon­cé au bleu pri­maire, est obte­nue à l’aide de pro­duits colo­rants qui sont aller­gi­sants, voire qui pro­voquent un phé­no­mène de rejet pour cer­tains sujets. Par consé­quent , ce médi­ca­ment uti­li­sé contre l’im­puis­sance, a‑t-il été tes­té sur des sujets qui ne sup­portent que les pro­duits colo­rants de la palette allant du blanc au rouge ? Doc­teur Chouard, êtes-vous en mesure de nous affir­mer que ce médi­ca­ment ne pré­sente aucun « effet secon­daire » sur les sujets aller­giques, qu’il est adap­té à tous les sujets, ne pré­sente aucun risque ni aucun dan­ger pour les habi­tants de notre pays, voire plus, de l’Europe ?

      Réponse
  2. anti-fa(cilité)

    Si ça peut nous rendre une verve vigoureuse.

    Réponse
  3. binnemaya

    Excellent on devrait le dis­tri­buer dans toutes les phar­ma­cies et par­tout ailleurs

    Réponse
  4. claude saint-jarre

    Sérieu­se­ment, j’ai eu un rêve assez récem­ment où il était écrit : « L’é­lec­tion du petit matin ». 🙂

    Réponse
  5. Florence

    Décou­verte du mes­sage de Jérôme, et grand plai­sir (hier), sur­tout pour cette mise au point si évi­dente (une secte, et gna gna gna…) à se tordre de rire, tant il s’a­git de l’in­verse, de l’ouverture d’es­prit, de l’é­coute, de la réflexion et de la remise en question !
    Et comme Étienne a de l’al­lure en blouse blanche !

    Puis, ce dimanche, cette blouse jus­te­ment, cette classe et auto­ri­té propres (nickel d’as­pect) qu’elle accorde à Étienne (qui n’en a pas besoin !) et fina­le­ment la posi­tion qu’elle NOUS (re)-donne me font un peu ruminer !
    Le méde­cin qui sait et pres­crit ? L’au-des­sus, le supé­rieur qui va se char­ger de nous dire que faire, pen­ser à notre place, voire nous PRENDRE EN CHARGE (mot typique du monde médical) ?

    En plus, je m’in­ter­roge et explore comme je peux la méde­cine contem­po­raine (de ville et de « soins », les hôpi­taux sous pres­sion et machines à argent qu’ils doivent être, les urgences mises à part, dans mon inter­ro­ga­tion) et le che­val de Troie que risque fort d’être la Sécu­ri­té sociale pour les labo­ra­toires et les ins­ti­tu­tions de pou­voir sur la per­sonne humaine et ses socié­tés, une fois les leviers-clés en leurs mains (auto­ri­sa­tions de molé­cules, pro­to­coles, rem­bour­se­ments ou non, fichages et sui­vis, etc.) ? Qu’en est-il véri­ta­ble­ment de nos jours ? Che­val gagnant pos­si­ble­ment… Comme il est beau !

    A bien y regar­der, paral­lè­le­ment, ne doit-on pas se deman­der si la méde­cine d’aujourd’hui GUÉRIT ou ne fait que « cas­ser », repous­ser les symp­tômes et loger plus pro­fon­dé­ment les maux en bri­sant la réponse immu­ni­taire natu­relle (mala­dies graves de plus en plus nom­breuses – ceci dit avec la conscience que notre envi­ron­ne­ment et notre manière de vivre est délé­tère… / La source de mor­ta­li­té des USA est déte­nue par la méde­cine, en 2e ou 3e place / Pen­ser en niveaux de san­té, selon le savoir homéo­pa­thique), les doses toxiques s’ac­cu­mulent et agissent. Bien­tôt, les nanos, déjà, les nanos… fran­chis­sant les bar­rières cellulaires.

    Allez, j’é­pargne le refrain sur la mort douce géné­ra­li­sée et uti­li­ta­riste qui se pro­file dans les locaux hos­pi­ta­liers ou à la mai­son (liber­té du patient qui sera invo­quée un jour ou l’autre, trop sym­pa)… Elle serait vou­lue, dit-on, en masse. Cette his­toire d’eu­tha­na­sie léga­li­sée me fait quant à moi trem­bler d’ef­froi donc : quand un col­lec­tif humain décide de don­ner la mort, décide des condi­tions de mort de ses membres… Curieux non ? Flip­pant même ?
    Pour ceux qui vou­draient pour­suivre, le doc­teur Nicole Delé­pine décrit pas mal de choses (vidéos ou entre­tiens sur inter­net). D’autres se ré-emparent de la vieillesse posi­ti­ve­ment et concrè­te­ment au vu de nos drôles d’idées :
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/10/30/31003–20151030ARTFIG00257-robert-redeker-le-gerontocide-sera-t-il-le-genocide-du-xxie-siecle.php
    Les jeunes patients en mau­vaise san­té ne sau­raient être écar­tés – cf en Belgique…
    La vie, c’est quoi.

    Ne m’en veut pas Jérôme !
    C’est super, cette prise de parole et ce sou­tien rigo­los ! Les prendre comme ils viennent… et comme nous sommes : de trop « gen­tils patients » à réveiller encore plus le matin venu… et en jetant la blouse blanche ou bleue !

    Réponse
  6. binnemaya
  7. joss

    Dans « Matrix » c’é­tait la pilule rouge :
    https://​you​tu​.be/​T​g​f​L​N​O​b​f​wLg

    Mor­pheus : Je sup­pose que pour l’ins­tant tu te sens un peu comme Alice, tom­bée dans le ter­rier du lapin blanc.
    Néo : On pour­rait dire ça.
    Mor­pheus : Je le lis dans ton regard.
    Tu as le regard d’un homme prêt à croire tout ce qu’il voit, parce qu’il s’at­tend à s’é­veiller à tout moment…
    Et para­doxa­le­ment ce n’est pas tout à fait faux.
    Crois-tu en la des­ti­née Néo ?
    Néo : Non.
    Mor­pheus : Et pourquoi ?
    Néo : Parce que je n’aime pas l’i­dée de ne pas être aux com­mandes de ma vie.
    Mor­pheus : Bien sûr ! Et je suis fait pour te comprendre…
    Je vais te dire pour­quoi tu es là.
    Tu es là parce que tu as un savoir.
    Un savoir que tu ne t’ex­pliques pas mais qui t’habite.
    Un savoir que tu as res­sen­ti toute ta vie.
    Tu sais que le monde ne tourne pas rond sans com­prendre pour­quoi mais tu le sais.
    Comme un implant dans ton esprit.
    De quoi te rendre malade.
    C’est ce sen­ti­ment qui t’a ame­né jus­qu’à moi.
    Sais-tu exac­te­ment de quoi je parle ?
    Néo : De la Matrice…
    Mor­pheus : Est-ce que tu veux éga­le­ment savoir ce qu’elle est ?
    Néo : Oui.
    Mor­pheus : La Matrice est uni­ver­selle, elle est omniprésente.
    Elle est avec nous ici, en ce moment même.
    Tu la vois chaque fois que tu regardes par la fenêtre ou lorsque tu allumes la télévision.
    Tu res­sens sa pré­sence quand tu pars au tra­vail, quand tu vas à l’é­glise, ou quand tu paies tes factures.
    Elle est le Monde qu’on super­pose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité.
    Néo : Quelle vérité ?
    Mor­pheus : Le fait que tu es un esclave Néo.
    Comme tous les autres, tu es né enchaîné.
    Le monde est une pri­son où il n’y a ni espoir ni saveur ni odeur.
    Une pri­son pour ton esprit.
    Et il faut que tu saches que mal­heu­reu­se­ment, si tu veux décou­vrir ce qu’est la Matrice, tu devras l’ex­plo­rer toi-même…
    C’est là ta der­nière chance. Tu ne pour­ras plus faire marche arrière.
    Choi­sis la pilule bleue et tout s’ar­rête, après tu pour­ra faire de beaux rêves et pen­ser ce que tu veux, choi­sis la pilule rouge tu restes au pays des mer­veilles et on des­cend avec le lapin blanc au fond du gouffre.
    N’ou­blie pas, je ne t’offre que la véri­té, rien de plus.

    Réponse
    • richard30

      A Xénia : « Il est cer­tain que tu regret­te­ras sou­vent de ne pas avoir choi­si la pilule bleue. Mais il y aura des moments, si tu choi­sis la rouge, celle de l’a­mère véri­té, où tu met­tras à nu les men­songes des puis­sants, révé­lant alors leur lai­deur et leur bêtise. Ce sera ta récompense. »

      Réponse
  8. Eve

    On m’a sou­vent deman­dé quelles sont mes addictions !
    Là , j’ai de quoi deve­nir accroc , mais en fait j’ai hor­reur des médicaments !
    Bonne semaine à tous

    Réponse
  9. Gaudefroy

    Lors de l’af­faire Char­lie, Nor­man Fin­kel­stein a dit des mots très justes : 

     » La satire authen­tique est exer­cée soit contre nous-mêmes, afin d’amener notre com­mu­nau­té à réflé­chir à deux fois à ses actes et à ses paroles, soit contre des per­sonnes qui ont du pou­voir et des pri­vi­lèges, a‑t-il affirmé.

    « Mais lorsque des gens sont misé­rables et abat­tus, déses­pé­rés, sans res­sources, et que vous vous moquez d’eux, lorsque vous vous moquez d’une per­sonne sans-abri, ce n’est pas de la satire », a affir­mé Finkelstein.

    « Ce n’est rien d’autre que du sadisme. Il y a une très grande dif­fé­rence entre la satire et le sadisme. Char­lie Heb­do, c’est du sadisme. Ce n’est pas de la satire. »

    - See more at : http://​sayed7a​san​.blog​spot​.fr/​2​0​1​5​/​0​1​/​n​o​r​m​a​n​-​f​i​n​k​e​l​s​t​e​i​n​-​c​h​a​r​l​i​e​-​h​e​b​d​o​-​n​e​s​t​.​h​t​m​l​#​s​t​h​a​s​h​.​6​r​l​A​H​5​O​9​.​d​puf

    Un jour­na­liste colom­bien rap­pe­la une cou­ver­ture infame se riant d’un mas­sacre en Egypte :

     » Je n’ou­blie pas la cou­ver­ture du N°1099 de Char­lie Heb­do, dans lequel on bana­li­sait le mas­sacre de plus de mille Égyp­tiens par une dic­ta­ture mili­taire bru­tale, qui a la béné­dic­tion de la France et des USA, avec un des­sin d’un homme musul­man cri­blé de balles, tan­dis qu’il essayait de se pro­té­ger avec le Coran, avec ce texte : « Tue­rie en Égypte. Le Coran c’est de la merde : il n’ar­rête pas les balles ». Cer­tains auront trou­vé ça amu­sant. En leur temps, des colons anglais en Terre de Feu (Argen­tine) trou­vaient amu­sant de poser pour des pho­to­gra­phies avec des indi­gènes qu’ils avaient « chas­sés », avec de larges sou­rires, cara­bine à la main, et avec le pied posé sur un cadavre san­gui­nolent encore chaud. Plu­tôt qu’amusante, cette cari­ca­ture me semble vio­lente et colo­niale, un abus de cette liber­té occi­den­tale de la presse aus­si fic­tive que mani­pu­lée. Qu’est-ce qui arri­ve­rait si je publiais aujourd’­hui un jour­nal avec en cou­ver­ture la phrase : « Tue­rie à Paris. Char­lie Heb­do, c’est de la merde : ça n’ar­rête pas les balles » et une cari­ca­ture du défunt Jean Cabut­cri­blé de balles avec une copie du jour­nal entre les mains ? Bien sûr, ce serait un scan­dale : la vie d’un Fran­çais est sacrée. Celle d’un Égyp­tien (ou d’un Pales­ti­nien, Ira­kien, Syrien, etc.), c’est du maté­riau « humo­ris­tique ». C’est pour­quoi je ne suis pas Char­lie, puisque la vie de cha­cun de ces Égyp­tiens cri­blés de balles est pour moi aus­si sacrée que celle de n’im­porte quel de ces cari­ca­tu­ristes aujourd’­hui assassinés. »

    http://tlaxcala-int.blogspot.fr/2015/01/a‑t-on-le-droit-de-blasphemer-contre.html

    Ce tor­chon  » sati­rique  » , aus­si utile à ce régime que l’é­tait  » der stur­mer  » au régime nazi, ricane mécham­ment cette fois sur les vic­times du crasch de l’a­vion Russe en Egypte.

    http://​arret​su​rin​fo​.ch/​n​o​u​s​-​s​o​m​m​e​s​-​i​n​d​i​g​n​e​s​-​p​a​r​-​d​i​g​n​o​b​l​e​s​-​c​a​r​i​c​a​t​u​r​e​s​-​p​a​r​u​e​s​-​d​a​n​s​-​c​h​a​r​l​i​e​-​h​e​b​do/

    Cou­ra­geuse et una­nime, la classe poli­tique défen­dant notre liber­té d’expression : 

    http://​img11​.hos​ting​pics​.net/​p​i​c​s​/​8​1​4​7​6​3​L​a​c​l​a​s​s​e​p​o​l​i​t​i​q​u​e​U​n​a​n​i​m​e​.​jpg

    Même le jour­na­liste Denis Robert qui écrit un livre sur Char­lie Heb­do se voit mena­cé avant parution :

    http://​www​.ago​ra​vox​.fr/​t​r​i​b​u​n​e​-​l​i​b​r​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​e​c​r​i​r​e​-​t​e​m​o​i​g​n​e​r​-​e​t​-​c​o​m​b​a​t​t​r​e​-​1​7​3​809

    Réponse
    • richard30

      Denis Robert, un jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tions qui, par ailleurs et maintes fois, a été atta­qué en jus­tice aux motifs de dif­fa­ma­tion, pour des révé­la­tions, sur des affaires opaques
      A prio­ri, c’est lui qui a notam­ment écrit « Révé­la­tion$ », en col­la­bo­ra­tion avec Ernest Backes, livre qui porte, sauf erreur ou omis­sion, sur la chambre de com­pen­sa­tion inter­na­tio­nale, basé au Luxem­bourg. De mémoire, c’est avec la com­pa­gnie de deux Claires qui tra­vaillent sans repos : les Claires triment. Denis Robert sou­tient que la socié­té où les Claires triment, entre­tient des comptes occultes qui per­met­traient des trans­ferts illé­gaux internationaux.
      Au prin­temps 2015, est sor­ti le film l’ « Enquête » qui explique l’affaire.
      Ce film, écrit et réa­li­sé par Vincent Garenq en février 2015, nous relate les faits sur les bases des ren­sei­gne­ments four­nis par Denis Robert, qui nous explique la pré­sence de listes com­pro­met­tantes et com­ment ces listes, sauf erreur ou omis­sion, ne seraient plus dis­po­nibles. Il aurait cepen­dant été utile de connaître qui, dans le cir­cuit des pro­cé­dures a été ou est en mesure de les identifier.
      Tou­jours sauf erreur ou omis­sion, ces docu­ments auraient été la cause de pour­suites envers Denis Robert, aux motifs de recel.
      Défi­ni­tion de recel : « Le recel est le fait de dis­si­mu­ler, de déte­nir ou de trans­mettre une chose, ou de faire office d’in­ter­mé­diaire afin de la trans­mettre, en sachant que cette chose pro­vient d’un crime ou d’un délit ».
      En consé­quence, si le terme « recel » a été rete­nu et uti­li­sé, c’est la preuve irré­fu­table que nous sommes en pré­sence d’un « crime » ou d’un « délit ».
      Les crimes et délits ne seraient plus punis dans notre pays ? Lais­se­rait-on impu­nies des per­sonnes à la mora­li­té très laides, des cri­mi­nels ? Serait-ce donc cela le monde de la pilule bleue ?

      Réponse
      • richard30

        En syn­thèse de cette affaire lamen­table où les citoyens renoncent à tous leurs DROITS au pro­fit de l’o­bli­ga­tion de res­pec­ter tous leurs DEVOIRS, nous consta­tons que les sys­tèmes légis­la­tif, exé­cu­tif et judi­ciaire, sauf erreur ou omis­sion, inter­disent en fai­sant scru­pu­leu­se­ment res­pec­ter cette inter­dic­tion, le recel de docu­ments qui prouvent par l’emploi du terme pré­cis RECEL, qu’il s’a­git d’une affaire avé­rée ayant un rap­port direct avec le CRIME ou le DELIT mais auto­risent les crimes et délits qui y sont relatifs.
        Nous aurions donc atteint le comble des abus de pou­voirs, dans les termes de l’ar­ticle 16 de la DDHC de 1789, preuves de notre totale impuissance ?

        Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...