Aurélien Bernier : « Faire ouvertement front au projet européen »

25/07/2015 | 108 commentaires

Voi­ci un texte impor­tant, d’Au­ré­lien Ber­nier, sur son blog :
http://​aber​nier​.vef​blog​.net/​3​2​.​h​t​m​l​#​F​a​i​r​e​_​o​u​v​e​r​t​e​m​e​n​t​_​f​r​o​n​t​_​a​u​_​p​r​o​j​e​t​_​e​u​r​o​p​e​e​n​e​u​r​o​p​een

Faire ouver­te­ment front au pro­jet européen

La séquence de « négo­cia­tions » entre la Grèce et l’U­nion euro­péenne s’est ache­vée de la pire façon qui soit : par la signa­ture, le 13 juillet, d’un accord ren­for­çant l’aus­té­ri­té et détrui­sant encore un peu plus la sou­ve­rai­ne­té du peuple. Un accord accep­té par le gou­ver­ne­ment de gauche radi­cale, élu jus­te­ment pour en finir avec l’aus­té­ri­té et l’hu­mi­lia­tion vécue par les Grecs depuis de longues années.

En ren­dant les armes, la majo­ri­té de Syri­za emme­née par le pre­mier ministre Alexis Tsi­pras n’a pas tota­le­ment tra­hi son pro­gramme élec­to­ral. Ce der­nier, en effet, n’a jamais évo­qué le fait de rompre avec l’U­nion euro­péenne ou de sor­tir de la zone euro. Par contre, le réfé­ren­dum du 5 juillet, qui a vu le peuple dire mas­si­ve­ment Non à un pre­mier pro­jet d’ac­cord, inter­di­sait abso­lu­ment à Alexis Tsi­pras de signer un plan aus­si proche du pro­jet reje­té dans les urnes et aus­si défa­vo­rable à la Grèce.

Le pre­mier ministre a cru que la large vic­toire du Non le 5 juillet suf­fi­rait à assou­plir la posi­tion des créan­ciers. Ce fut exac­te­ment le contraire. Mais cette erreur d’ap­pré­cia­tion n’est rien à côté de la faute poli­tique com­mise par la suite. Un réfé­ren­dum n’est pas un simple son­dage d’o­pi­nion. Il enga­geait Alexis Tsi­pras à obte­nir de meilleures condi­tions ou à refu­ser de signer. Quitte à démis­sion­ner en cas de blo­cage com­plet des négo­cia­tions, lui qui avait mis cette démis­sion sur la table huit jours plus tôt, à l’oc­ca­sion du scrutin.

En accep­tant l’ul­ti­ma­tum des créan­ciers, Syri­za envoie un mes­sage ter­rible, à savoir que la rup­ture avec l’U­nion euro­péenne serait encore pire que l’ex­trême aus­té­ri­té et la mise sous tutelle poli­tique qui figurent dans l’ac­cord. C’est une vic­toire de Mar­ga­ret That­cher à titre post­hume : il n’y aurait aucune alter­na­tive à l’eu­ro­li­bé­ra­lisme. C’est évi­dem­ment faux. Certes, il fal­lait envi­sa­ger d’autres alliances (avec la Rus­sie, la Chine…) qui n’au­raient pas été sans contre­par­ties, il fal­lait s’at­tendre à des repré­sailles de la part des diri­geants euro­péens et il fal­lait sur­tout avoir le cou­rage de natio­na­li­ser lar­ge­ment, de déva­luer, de relan­cer la pro­duc­tion et la consom­ma­tion natio­nales. Mais on ima­gine dif­fi­ci­le­ment que ce « plan B » puisse don­ner de pires résul­tats que le « plan A » qu’A­lexis Tsi­pras a signé.

Peut-être la majo­ri­té de Syri­za mise-t-elle sur un coup de billard à trois bandes pour se sous­traire, à pos­te­rio­ri, à cer­taines clauses de l’ac­cord. En atten­dant, ceux qui ont voté Non le 5 juillet ont bel et bien été tra­his. Et les consé­quences de cette faute sont pré­vi­sibles : le par­ti d’ex­trême droite Aube dorée s’est déjà posi­tion­né comme der­nier rem­part face à l’U­nion euro­péenne ; il risque fort de pro­gres­ser de façon spec­ta­cu­laire lors des pro­chains scrutins.

Les réper­cus­sions seront éga­le­ment sévères dans le reste de l’Eu­rope. Pour Pode­mos en Espagne tout d’a­bord, qui a cru bon de sou­te­nir la majo­ri­té de Syri­za après l’ac­cord du 13 juillet. Dans ces condi­tions, où la coa­li­tion de gauche annonce à l’a­vance qu’elle aus­si pré­fé­re­ra se cou­cher plu­tôt que de rompre avec Bruxelles, on voit mal pour­quoi les Espa­gnols la por­te­raient au pou­voir. Le renon­ce­ment de Syri­za se paie­ra cher aus­si en France. On ima­gine déjà Marine Le Pen ren­voyer cet échec de la gauche radi­cale grecque à la figure de Jean-Luc Mélen­chon ou de Pierre Laurent, qui auront bien du mal à trou­ver des argu­ments convain­cants pour se défendre.

Les dif­fi­cul­tés actuelles et celles qui s’an­noncent sont très lar­ge­ment dues à la myo­pie de la gauche radi­cale sur la véri­table nature de l’U­nion euro­péenne. Pen­dant dix ans, entre le Non fran­çais du 29 mai 2005 et aujourd’­hui, elle n’a ces­sé de pré­tendre, en dépit du bon sens, que les ins­ti­tu­tions com­mu­nau­taires étaient réfor­mables. L’U­nion euro­péenne pou­vait bien impo­ser le trai­té de Lis­bonne, le trai­té sur la sta­bi­li­té, la coor­di­na­tion et la gou­ver­nance (TSCG), mar­ty­ri­ser et humi­lier les pays du Sud, négo­cier avec les États-Unis le Grand mar­ché trans­at­lan­tique… les Syri­za, les Front de gauche et les Pode­mos n’en démor­daient pas : la négo­cia­tion avec Bruxelles, Franc­fort et Ber­lin per­met­trait de « chan­ger l’Eu­rope ». Et de faire de l’eu­ro un outil au ser­vice des peuples… Le plus tra­gique est de ne pas avoir per­çu que ce dis­cours, même s’il est plus viru­lent dans sa forme, n’est qu’une réplique de la pro­pa­gande sociale-démo­crate : demain, l’Eu­rope sociale ! Les pro­messes tra­hies de Fran­çois Mit­ter­rand, de Lio­nel Jos­pin puis de Fran­çois Hol­lande suf­fi­saient à dis­qua­li­fier tota­le­ment cette stra­té­gie. Mais la gauche radi­cale s’en­tê­tait. Jus­qu’à la séquence grecque de 2015 qui fait défi­ni­ti­ve­ment voler en éclat l’illu­sion de la « réforme de l’intérieur ».

Il est bien temps aujourd’­hui d’en­trou­vrir ces débats, tout en les cana­li­sant pour qu’ils ne nous emmènent pas trop loin. Clé­men­tine Autain (Ensemble) estime que l’on peut à pré­sent dou­ter du fait que l’u­nion moné­taire soit le para­dis sur Terre et que, par consé­quent, on est en droit de remettre en cause son exis­tence. Tout en pré­ci­sant aus­si­tôt que refu­ser l’eu­ro ne veut pas dire refu­ser l’U­nion euro­péenne. En Bel­gique, le trots­kiste Daniel Tanu­ro accepte enfin d’en­vi­sa­ger la sor­tie de la Grèce de la zone euro… avant d’in­di­quer que cette solu­tion n’est pas valable pour la France ou d’autres pays. Je repense alors aux écrits de mon ami et cama­rade Samir Amin, au len­de­main du 29 mai 2005 : « On ne pour­ra jamais faire évo­luer « de l’in­té­rieur » l’Eu­rope enga­gée dans la voie du libé­ra­lisme atlan­tiste, en direc­tion d’une « Europe sociale » et indé­pen­dante (des États-Unis). C’est en fai­sant front ouver­te­ment au pro­jet euro­péen tel qu’il est qu’on maxi­mi­se­ra les chances d’une construc­tion alter­na­tive authen­tique1. » Et je me dis que nous avons per­du dix ans.

J’ai défen­du de mon côté l’i­dée de « déso­béis­sance euro­péenne », en lui don­nant un conte­nu très clair : res­tau­rer la sou­ve­rai­ne­té juri­dique et moné­taire au niveau natio­nal pour mener des poli­tiques de gauche. Je consi­dé­rais qu’à par­tir du moment où un État diri­gé par la gauche radi­cale recou­vrait sa sou­ve­rai­ne­té, l’ap­par­te­nance for­melle aux ins­ti­tu­tions com­mu­nau­taires était secon­daire. Cela reste tech­ni­que­ment vrai, mais le sort qui est fait aujourd’­hui à la Grèce change la donne. Le simple fait d’être membre de l’U­nion euro­péenne est deve­nu poli­ti­que­ment into­lé­rable pour la gauche. Il ne s’a­git plus seule­ment de rompre avec l’eu­ro­li­bé­ra­lisme. Il s’a­git d’af­fir­mer que nous n’a­vons abso­lu­ment rien en com­mun, ni du point de vue des objec­tifs, ni du point de vue des valeurs, avec ces ins­ti­tu­tions conçues dans une logique de classe, pour lut­ter contre les peuples, et qui se sentent à pré­sent assez puis­santes pour ne plus faire le moindre com­pro­mis. Le seul objec­tif valable est d’en sor­tir et de les démanteler.

Auré­lien Bernier.

________
Notes :
1« Quel « pro­jet euro­péen » ? », Samir Amin, 21 juin 2005.

Source : Démon­dia­li­ser et coopé­rer.

 
Mon com­men­taire : seuls ceux qui appellent clai­re­ment à quit­ter l’UE tout de suite sont des résis­tants dignes de ce nom. Les autres, volon­tai­re­ment ou non, sont des col­la­bo­ra­teurs de l’occupant.

La capi­tu­la­tion est totale. Abjecte.
Comme celle de nos « socia­listes » et « com­mu­nistes » à nous.
« Élites » tou­jours capi­tu­lardes et cruelles quand leurs pri­vi­lèges sont contes­tés par le peuple.

Qu’on ne vienne plus me dire que la solu­tion vien­dra de l’é­lec­tion ou des « élus » :
Le faux « suf­frage uni­ver­sel » (l’é­lec­tion de maîtres consti­tuants par­mi des can­di­dats) FONDE le capi­ta­lisme, et le VERROUILLE.

 
Ne ratez pas ce livre important :

 
(Moi, après avoir lu le seul rap­pel sur l’é­pou­van­table félo­nie du chef (Robert HUE) du PC en 1997 (confir­mée chaque jour depuis par TOUS les chefs du PC fran­çais), j’au­rais plu­tôt inti­tu­lé le livre : « La gauche radi­cale et ses trahisons »…)

Pour ceux qui n’aiment pas lire, c’est cette vidéo qu’il ne faut man­quer à aucun prix :

http://​les​mu​tins​.org/​l​a​-​g​a​u​c​h​e​-​r​a​d​i​c​a​l​e​-​e​t​-​s​e​s​-​t​a​b​ous

– »’

Le fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​3​5​6​3​8​9​1​8​8​7​317

Catégorie(s) de l'article :

108 Commentaires

  1. etienne

    Pauvres Grecs : après les tanks en 1941, les banks en 2015…

    Les Pan­zer des banques alle­mandes écrasent la Grèce, Washing­ton grimace
    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.net/​l​e​s​-​p​a​n​z​e​r​-​d​e​s​-​b​a​n​q​u​e​s​-​a​l​l​e​m​a​n​d​e​s​-​e​c​r​a​s​e​n​t​-​l​a​-​g​r​e​c​e​-​w​a​s​h​i​n​g​t​o​n​-​g​r​i​m​a​ce/

    « Le payeur alle­mand de l’Europe a sou­mis la Grèce avec une cruau­té à cou­per le souffle. En 1941, l’Allemagne nazie a écra­sé la Grèce avec ses chars Pan­zer. Aujourd’hui, sans coup férir, les banques Pan­zer alle­mandes ont accom­pli la même chose, trans­for­mant le pays de fac­to en un pro­tec­to­rat alle­mand dont les actifs et la sou­ve­rai­ne­té natio­nale sont remis par dik­tat entre les mains des finan­ciers de Berlin. »
    [Lire la suite…]

    Réponse
  2. etienne
  3. claude saint-jarre

    Bon­jour. Alors, là, si je com­prends bien, le nou­veau mot d’ordre du Plan C est de quit­ter L’u­nion euro­péenne tout de suite. Pas­ser par les élections ?

    Réponse
    • etienne

      Ce n’est pas vrai­ment nou­veau : ça fait dix ans…

      🙂

      Réponse
      • claude saint-jarre

        Je voyais une dif­fé­rence entre ne pas vou­loir y entrer et vou­loir en sor­tir, sur le plan de l’ac­tion, de la stratégie.

        Réponse
        • Norton

          Exact, claude saint-jarre, mais dire que l’on veut en sor­tir implique de don­ner rai­son sur toute la ligne à l’U­PR qui ne répète cela à qui veut l’en­tendre…, que depuis 8 ans !…
          La réa­li­té de l’UE se fait jour car le sys­tème est accu­lé et ne peut plus dis­si­mu­ler qu’il est escla­va­giste et en étroite sym­biose avec la poli­tique américaine…
          Si tout le monde a le droit de rêver, tout le monde a aus­si le droit de se réveiller… Et mieux vaut tard que jamais !

          Réponse
          • claude saint-jarre

            Mer­ci Nor­ton ! On en sort par l’é­cri­ture citoyenne de la Consti­tion ? Si je com­prends que la Consti­tu­tion est actuel­le­ment sus­pen­due aux States, il n’y en a aucune en réa­li­té qui eset effective.

        • Mic El

          je ne com­prend pas vrai­ment ta logique claude ?
          Quand tu dis « ne pas vou­loir y entrer » ; tu parle du Canada ?

          Réponse
          • claude saint-jarre

            Non, en 2005 les Euro­péens ne vou­laient pas y entrer, avoir une union euro­péenne, elle s’est consti­tuée par la force. Alors, main­te­nant, il y a un désir d’en sor­tir. Mais, en sor­tir, c’est dif­fé­rent, je pré­sume , d’y être entré !

    • joss

      Le 21 juillet, Jun­cker a dit :
      « les Euro­péens n’aiment pas l’Europe, qui est en mal d’explications. La construc­tion euro­péenne, née de la volon­té des peuples, est deve­nue un pro­jet d’élite, ce qui explique le fos­sé entre les opi­nions publiques et l’action européenne ».
      D’a­bord, il confond Europe et UNION DES BANKSTERS.
      Il confirme bien que c’est « un pro­jet d’é­lite », donc aristocratie.
      Mais là où il se trompe, c’est que ça en est un depuis son origine.
      Et sa volon­té des peuples dans une aris­to­cra­tie, c’est du vent.

      Réponse
  4. joss

    Le modèle de l’U­nion Euro­péenne n’est qu’une vul­gaire copie du pro­gramme de l’Al­le­magne NAZIE. Ils n’ont pas pu faire mieux. Ce que Hit­ler et ses créan­ciers avaient rêvé, nous (notre élite) l’a­vons réalisé.
    http://​www​.comite​-val​my​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p​?​a​r​t​i​c​l​e​5​975
    Question :
    Si le CNR avait vou­lu chan­ger l’Al­le­magne Nazie de l’in­té­rieur, nous serions déjà tous Alle­mands aujourd’hui.
    Qu’ont ils fait alors à la place ? Ils ont résis­té et ren­ver­sé l’en­va­his­seur en appli­quant leur propre programme :
    http://​www​.comite​-val​my​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p​?​a​r​t​i​c​l​e13
    C’est ce pro­gramme que l’U­nion des Banks­ters a démoli.
    Dans ce pro­gramme je retiens entre autres :
    ‑l’instauration d’une véri­table démo­cra­tie éco­no­mique et sociale, impli­quant l’éviction des grandes féo­da­li­tés éco­no­miques et finan­cières de la direc­tion de l’économie ;
    ‑une orga­ni­sa­tion ration­nelle de l’économie assu­rant la subor­di­na­tion des inté­rêts par­ti­cu­liers à l’intérêt géné­ral et affran­chie de la dic­ta­ture pro­fes­sion­nelle ins­tau­rée à l’image des Etats fascistes ;
    ‑la liber­té de la presse, son hon­neur et son indé­pen­dance à l’égard de l’Etat, des puis­sances de l’argent et des influences étrangères ;
    ‑la liber­té d’association, de réunion et de manifestation ;
    ‑l’inviolabilité du domi­cile et le secret de la correspondance ;

    Réponse
    • Norton

      joss,
      « Le modèle de l’Union Euro­péenne n’est qu’une vul­gaire copie du pro­gramme de l’Allemagne NAZIE. Ils n’ont pas pu faire mieux. Ce que Hit­ler et ses créan­ciers avaient rêvé, nous (notre élite) l’avons réalisé. »

      Wal­ter Hall­stein ne vous le ferait pas dire…

      https://m.youtube.com/watch?v=nwS0E1N1OCg

      Réponse
  5. claude saint-jarre

    La sépa­ra­tion d’un ter­ri­toire de l’u­nion e se fait elle de la plus petite par­tie à la plus grande ou par une fédé­ra­tion glo­bale euro­péenne des élé­ments pro séparaion ?

    Réponse
    • Norton

      claude saint-jarre,
      Voyez comme l’U­PR a du mal à ras­sem­bler en France,… ima­gi­nez au niveau européen !
      L’a­ve­nir reste natio­nal ou bien uto­pique et fina­le­ment servile.

      Réponse
    • Mic El

      Claude, vous par­lez comme si vous étiez maître de votre des­tin, et nous du notre !

      Réponse
      • claude saint-jarre

        À Bou­cher­ville où je demeure, il y a des trains pleins de pétrole des sables bitu­mi­neux qui passent sur des voies chan­ce­lantes, tout près de mai­sons ; sur le fleuve des pétro­liers pas­se­ront ( pro­ba­ble­ment) et s’ils en échappent nous le boi­rons ! et pour cou­ron­ner le tout, des pipe­lines en trans­portent sur le ter­ri­toire de la ville. Maître chez-nous??!! Le gou­ver­ne­ment Fédé­ral qui gère tout ça a les pou­voirs sur le trans­port en ver­tu de la constitution.

        Réponse
  6. etienne

    Pierre Laurent, la Grèce et les mensonges

    Pierre Laurent, secré­taire natio­nal du PCF, vient de don­ner le same­di 25 juillet une inter­view à Marianne[1]. Il jus­ti­fie sa posi­tion au sujet de la Grèce et son sou­tien à la capi­tu­la­tion consen­tie par Alexis Tsi­pras. C’est son droit. Mais, pour se faire, il prend un cer­tain nombre de liber­tés avec les faits. Et cela est beau­coup plus condam­nable. Cette inter­view est une excel­lente illus­tra­tion des illu­sions d’une par­tie de la « Gauche Radi­cale », illu­sions sur l’Euro et sur l’Europe, dont il semble désor­mais que le Par­ti de Gauche com­mence à se déga­ger[2].

    Un petit flo­ri­lège des cita­tions de Pierre Laurent per­met de voir qu’il entre­tient de sérieuses illu­sions, et même qu’il adopte un point de vue « euro­péiste » qui n’est pas éloi­gné de celui du Par­ti dit « socia­liste ». Mais, il faut aus­si savoir que les prises de posi­tion de Pierre Laurent sont aujourd’hui for­te­ment cri­ti­quées dans de larges frac­tions de la base comme de l’appareil du PCF. Ces prises de posi­tion reflètent bien plus les errances d’un homme et d’un groupe de direc­tion du PCF qu’une posi­tion lar­ge­ment défen­due au sein du Parti.

    Une ana­lyse ten­dan­cieuse du 13 juillet

    Tout d’abord, quand il entend jus­ti­fier la capi­tu­la­tion de Tsi­pras, Pierre Laurent dit au jour­na­liste la chose suivante :

    « Ils ont enfer­mé la Grèce et ses diri­geants dans une alter­na­tive qui était soit le Grexit — sou­hai­té par les Alle­mands de manière ouverte, Wolf­gang Schaüble, le ministre des Finances alle­mand, a plai­dé jusqu’au der­nier moment auprès des Grecs pour une sor­tie ordon­née —, soit le plan d’austérité qui a fina­le­ment été impo­sé. Le choix qu’a fait Tsi­pras est un choix qui évite la ban­que­route ban­caire de son pays, une situa­tion qui aurait été ter­rible pour les Grecs. Je crois qu’il n’avait pas d’autres alter­na­tives »[3].

    Si je suis d’accord qu’un effon­dre­ment des banques est une catas­trophe, je signale à Pierre Laurent que ce que Tsi­pras a refu­sé c’est la pro­po­si­tion de Varou­fa­kis de (1) réqui­si­tion­ner les banques et (2) de réqui­si­tion­ner la Banque de Grèce. Ce fai­sant, le gou­ver­ne­ment aurait eu accès aux réserves (sous contrôle de la BCE avant la réqui­si­tion) dépo­sées à la Banque de Grèce mais aus­si dans les banques com­mer­ciales. La réqui­si­tion est un méca­nisme qui per­met à tout gou­ver­ne­ment de la zone Euro de s’affranchir de la tutelle de la BCE. Dire, dans ces condi­tions, que le choix de Tsi­pras était entre la ban­que­route et la capi­tu­la­tion est faux. La déci­sion de Tsi­pras a été poli­tique, et non éco­no­mique. C’était un choix entre s’engager sur une voie, celle que pro­po­sait son Ministre des finances Yanis Varou­fa­kis, voie pou­vant le conduire à sor­tir de l’Euro, ou bien d’accepter l’austérité. Pré­sen­ter cela comme une déci­sion éco­no­mique est un men­songe éhon­té[4]. Les choses sont désor­mais publiques, et il est triste de voir Pierre Laurent s’enferrer dans le mensonge.

    Pierre Laurent révo­lu­tionne la science économique

    Com­men­tant un pos­sible Grexit, Pierre Laurent ajoute alors :

    « Et une sor­tie de la zone euro lais­se­rait n’importe quel pays qui la pra­ti­que­rait devant la même pres­sion des mar­chés finan­ciers, voire une pres­sion décu­plée et une déva­lua­tion natio­nale plus grave encore ».

    Il semble ici que Pierre Laurent, qui a pour­tant fait des études d’économie à Paris 1, ignore qu’il existe des moyens régle­men­taires per­met­tant à un pays de faire for­te­ment bais­ser la pres­sion exer­cée par les mar­chés finan­ciers. Cela s’appelle le contrôle des capi­taux. Non pas le « contrôle des capi­taux » impo­sé par la BCE à la Grèce, et qui abou­tit à empê­cher les entre­prises grecques de faire des opé­ra­tions sur l’étranger via les comptes Target2 (et qui s’apparente en réa­li­té à un contrôle des changes), mais les contrôles sur les mou­ve­ments de capi­taux à court terme non liés à des opé­ra­tions maté­rielles. Ces mou­ve­ments repré­sentent entre 90% et 95% des flux de capi­taux, et sont essen­tiel­le­ment des mou­ve­ments spé­cu­la­tifs. Bien enten­du, pour les mettre en œuvre, il faut recou­vrer le contrôle sur la Banque Cen­trale. Ici, soit Pierre Laurent fait la preuve de sa mécon­nais­sance des méca­nismes éco­no­miques de base, soit il les connaît, et en ce cas il ment en toute connais­sance de cause. Je laisse le lec­teur libre de son choix.

    Pierre Laurent est un grand logicien

    Pierre Laurent assène alors un argu­ment qui lui appa­raît impa­rable pour écar­ter une sor­tie de l’Euro. Cet argu­ment, le voici :

    « Il y a d’ailleurs des pays aujourd’hui qui, en dehors de la zone euro, sont éga­le­ment frap­pés par des poli­tiques d’austérité. Car la pres­sion des mar­chés s’exerce par­tout et sur tous les pays ».

    On reste sidé­ré par ce que ce para­graphe implique comme mécon­nais­sance des liens logiques qui relient plu­sieurs élé­ments. Bien sûr, il existe des pays qui ont des poli­tiques d’austérité sans appar­te­nir à l’Euro. Nul ne l’a nié. Mais, connaît-on un pays de la zone Euro qui n’applique pas une poli­tique d’austérité ? En fait, on peut mon­trer que la zone Euro induit un cadre dépres­sif pour les éco­no­mies qui y par­ti­cipent[5]. Donc, cet argu­ment ignore ce qu’en logique on appelle des condi­tions néces­saires et des condi­tions suf­fi­santes. La sor­tie de l’Euro est une condi­tion néces­saire à une rup­ture avec une poli­tique d’austérité, mais ne consti­tue nul­le­ment une condi­tion suf­fi­sante. Par contre, par sa mécon­nais­sance de la logique la plus élé­men­taire, Pierre Laurent nous montre qu’il est suf­fi­sant mais pas nécessaire.

    Pierre Laurent révo­lu­tionne la science éco­no­mique (bis)

    On revient à un argu­ment en appa­rence plus éco­no­mique avec la cita­tion sui­vante, qui se révèle, à nou­veau, tout à fait catastrophique :

    « Oui, mais aujourd’hui, la dif­fé­rence est que tous les avoirs déte­nus par les Grecs sont en euros. Et le trans­fert de ces avoirs dans une mon­naie natio­nale qui serait déva­luée par les mar­chés finan­ciers condui­rait, dans un pre­mier temps, à un affai­blis­se­ment consi­dé­rable du poten­tiel de res­sources des Grecs. Alors que pour recons­truire leur pays, ils ont besoin d’un niveau d’investissement impor­tant ».

    Notons tout d’abord que ce ne sont pas les « mar­chés finan­ciers » qui trans­fèrent les avoirs qui sont déte­nus par les grecs. C’est en réa­li­té le sys­tème ban­caire, s’il s’agit d’avoirs déte­nus en Grèce. Pierre Laurent, à l’évidence soit ne connaît pas les règles de fonc­tion­ne­ment de l’économie, soit cherche à nous mener en bateau. Ces avoirs en Euros seront auto­ma­ti­que­ment re-déno­mi­nés en Drachmes. Mais cette redé­no­mi­na­tion tou­che­ra toutes les valeurs de l’économie grecque. Donc, le poten­tiel d’investissement sur la base de l’épargne (oui, cette chose que l’on apprend en fin de pre­mière année d’économie, l’égalité entre l’épargne et l’investissement) sera inchan­gé par rap­port aux valeurs de l’économie grecque. Mais, une par­tie de ces avoirs ne sont pas déte­nus en Grèce. Donc, ils res­te­ront en Euros (ou dans une autre mon­naie, que ce soit le Dol­lar ou, peut être, le Mark alle­mand…). Si la Drachme est déva­lué, disons de 25%, cela signi­fie que ces avoirs seront rééva­lués de 33%. Donc, le poten­tiel d’investissement, sur la base des avoirs grecs déte­nus à l’étranger, sera lar­ge­ment aug­men­té. Ce qui veut dire que les grecs ayant mis leurs avoirs à l’étranger pour­raient les rapa­trier avec un effet bien plus posi­tif sur les inves­tis­se­ments que si la Drachme n’avait pas été déva­luée. Notons encore que ceci s’applique aus­si à l’ensemble des inves­tis­seurs étran­gers. En fait, une sor­tie de l’Euro et une déva­lua­tion de 25% de la Drachme consti­tuent la condi­tion pour qu’un flux d’investissement impor­tant en drachmes se recons­ti­tue en Grèce.

    Mais, il est peu pro­bable que Pierre Laurent ignore à ce point les méca­nismes de base de l’économie, ou alors il faut s’interroger sur les consé­quences délé­tères sur le cer­veau humain d’années de tra­vail au jour­nal l’Humanité. Il est bien plus pro­bable que Pierre Laurent, ici encore, mente, et qu’il mente avec l’appond d’un arra­cheur de dents.

    Quand Pierre Laurent joue au prestidigitateur

    Repre­nons le cours du rai­son­ne­ment. Pierre Laurent nous offre une magni­fique perle avec la cita­tion suivante :

    « Puisque les solu­tions appor­tées par Tsi­pras étaient tota­le­ment viables et elles res­tent pra­ti­cables dans la zone euro. Ce n’est pas la zone euro qui les empêche mais la déci­sion poli­tique prise par les diri­geants alle­mands et un cer­tain nombre d’autres diri­geants euro­péens de rendre impos­sible l’expérience poli­tique de Syri­za ».

    Ici, Pierre Laurent fait mine de croire que les diri­geants alle­mands et euro­péens ont été conduits uni­que­ment par leur haine poli­tique de Syri­za. Que ces diri­geants n’aient pas appré­cié Syri­za est cer­tain. Mais, quand bien même l’auraient-ils appré­cié, accep­ter les solu­tions pro­po­sées par Tsi­pras impli­quait, à rela­ti­ve­ment court terme, faire bas­cu­ler la zone Euro vers ce que l’on appelle une « union de trans­fert ». Or, les mon­tants néces­saires pour faire fonc­tion­ner la zone Euro sans les poli­tiques d’austérité ont été éva­lués, et on trou­ve­ra l’une de ces éva­lua­tions d’ailleurs dans ce car­net. Pour faire court, il fau­drait que l’Allemagne consacre entre 8% et 10% de son PIB tous les ans pen­dant envi­ron dix ans à ces trans­ferts. Il est clair que cela n’est pas pos­sible, sauf à vou­loir détruire l’économie alle­mande. La véri­table cause du rejet des options de Syri­za se trouve là. Affir­mer que « les solu­tions appor­tées par Tsi­pras étaient tota­le­ment viables et elles res­tent pra­ti­cables dans la zone euro » est un nou­veau men­songe. Les solu­tions pro­po­sées par Tsi­pras impli­quaient une refonte totale de la zone Euro, et cette refonte abou­tis­sait à faire peser un poids exces­sif sur l’Allemagne. Telle est la véri­té. Mais, cette véri­té gêne Pierre Laurent, qui pré­fère la faire pas­ser sous le tapis pour sau­ver l’illusion de la pos­si­bi­li­té d’une zone Euro qui ne soit pas aus­té­ri­taire. Pierre Laurent doit donc men­tir quant aux condi­tions de via­bi­li­té de la zone Euro, mais, nous l’avons vu, il n’est pas à un men­songe près.

    Le der­nier mensonge

    Il ne reste donc à Pierre Laurent qu’un argu­ment : le point God­win ou la réduc­tion du dilemme grec à un affron­te­ment avec le Front Natio­nal. Il suf­fit de regar­der le para­graphe sui­vant pour s’en convaincre :

    « Il y a aujourd’hui trois options en débat. L’option d’une Europe de l’ordre libé­rale, celle qui existe aujourd’hui. Il y a l’option d’une des­truc­tion de l’Europe et d’un retour à la com­pé­ti­tion, voire au choc des nations dans la crise que tra­verse l’Europe, c’est l’option du Front natio­nal et des forces qui l’appuient. Et il y a l’option qui est la nôtre, celle de Tsi­pras, la mienne, celle que nous défen­dons, qui est l’option de la recons­truc­tion d’une Europe de coopé­ra­tion, de soli­da­ri­té, d’une Europe de sou­ve­rai­ne­té qui doit lais­ser plus de place aux pou­voirs de chaque nation de négo­cier démo­cra­ti­que­ment son inser­tion dans cette Europe de soli­da­ri­té. Nous par­lons d’une Europe à géo­mé­trie choi­sie… ».

    Pas­sons sur le fait que pro­cla­mer que l’on vivrait mieux dans le monde des bisou­nours, la troi­sième option, na jamais fait avan­cer le débat. Mais, une sor­tie de la Grèce de l’Euro, et à terme, une dis­so­lu­tion de l’Euro, entrai­ne­raient-ils ce cata­clysme que pré­voit Pierre Laurent ? En fait, de nom­breux éco­no­mistes sou­tiennent aujourd’hui qu’une sor­tie de l’Euro était pré­fé­rable, cer­tains conser­va­teurs comme Hen­kel[6], d’autres pro­gres­sistes comme Kevin O’Rourke[7] ou Ste­fa­no Fas­si­na[8], ancien ministre du PD en Ita­lie, et par­mi eux des assis­tants de Varou­fa­kis[9]. C’est donc un nou­veau men­songe de Pierre Laurent que de pré­tendre que l’option d’une sor­tie de l’Euro serait le fait du seul Front Natio­nal. Un men­songe de plus dira-t-on. Espé­rons, en tous les cas, qu’il soit le dernier.

    [1] Pierre Laurent : “Une sor­tie de la zone euro n’empêche pas la pres­sion des mar­chés”, entre­tien avec Bru­no Rieth, Marianne, 25 juillet 2015, http://​www​.marianne​.net/​p​i​e​r​r​e​-​l​a​u​r​e​n​t​-​s​o​r​t​i​e​-​z​o​n​e​-​e​u​r​o​-​n​-​e​m​p​e​c​h​e​-​p​a​s​-​p​r​e​s​s​i​o​n​-​m​a​r​c​h​e​s​-​1​0​0​2​3​5​6​3​7​.​h​tml

    [2] Voir le blog de Guillaume Etie­vant, res­pon­sable éco­no­mique du PG, le 24 juillet 2015,http://​guillau​mee​tie​vant​.com/​2​0​1​5​/​0​7​/​2​4​/​s​o​y​o​n​s​-​p​r​e​t​s​-​a​-​s​o​r​t​i​r​-​d​e​-​l​e​u​ro/

    [3] Pierre Laurent : “Une sor­tie de la zone euro n’empêche pas la pres­sion des mar­chés”, op.cit..

    [4] Je ren­voie à l’article de Jamie Gal­braith, qui a tra­vaillé avec Varou­fa­kis publié dans Harper’s,http://​har​pers​.org/​b​l​o​g​/​2​0​1​5​/​0​7​/​g​r​e​e​c​e​-​e​u​r​o​p​e​-​a​n​d​-​t​h​e​-​u​n​i​t​e​d​-​s​t​a​t​es/ ain­si qu’aux expli­ca­tions don­nées par Yan­nis Varou­fa­kis lui-même sur son blog : http://​yanis​va​rou​fa​kis​.eu/​2​0​1​5​/​0​7​/​1​4​/​o​n​-​t​h​e​-​e​u​r​o​-​s​u​m​m​i​t​s​-​s​t​a​t​e​m​e​n​t​-​o​n​-​g​r​e​e​c​e​-​f​i​r​s​t​-​t​h​o​u​g​h​ts/

    [5] Voir Bibow, J., et A. Ter­zi (eds.), Euro­land and the World Economy—Global Player or Glo­bal Drag ? Londres, Pal­grave, 2007.

    [6] http://​www​.conser​va​ti​ve​home​.com/​p​l​a​t​f​o​r​m​/​2​0​1​5​/​0​7​/​h​a​n​s​-​o​l​a​f​-​h​e​n​k​e​l​-​m​e​p​-​g​r​e​e​c​e​-​m​u​s​t​-​l​e​a​v​e​-​t​h​e​-​e​u​r​o​z​o​n​e​-​f​o​r​-​t​h​e​-​g​o​o​d​-​o​f​-​u​s​-​a​l​l​.​h​tml

    [7] http://​www​.socia​leu​rope​.eu/​2​0​1​5​/​0​7​/​m​o​v​i​n​g​-​o​n​-​f​r​o​m​-​t​h​e​-​e​u​ro/

    [8] http://​www​.ste​fa​no​fas​si​na​.it/​l​a​v​o​r​o​e​l​i​b​e​r​t​a​/​2​0​1​5​/​0​7​/​1​9​/​s​o​n​o​-​d​a​c​c​o​r​d​o​-​c​o​n​-​s​c​h​o​u​b​l​e​-​u​n​a​-​g​r​e​x​i​t​-​a​s​s​i​s​t​i​t​a​-​u​n​i​c​a​-​s​o​l​u​z​i​o​ne/

    [9] Mune­var D., « Why I’ve Chan­ged My Mind About Grexit », inSocia­lEu­rope, 23 juillet 2015,http://​www​.socia​leu​rope​.eu/​2​0​1​5​/​0​7​/​w​h​y​-​i​v​e​-​c​h​a​n​g​e​d​-​m​y​-​m​i​n​d​-​a​b​o​u​t​-​g​r​e​x​it/

    Source : https://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/​4​144

    Réponse
    • Norton

      https://​his​toi​reet​so​ciete​.word​press​.com/​2​0​1​5​/​0​7​/​2​6​/​l​e​-​c​h​a​n​g​e​m​e​n​t​-​d​e​-​r​e​g​i​m​e​-​e​n​-​r​u​s​s​i​e​-​n​e​o​c​o​n​s​-​d​e​t​r​o​m​p​e​z​-​v​o​u​s​-​p​a​r​-​n​e​i​l​-​c​l​a​r​k​/​#​c​o​m​m​e​nts

      Com­men­taire :

      Nor­ton
      juillet 26, 2015 at 1:42
      Du bon usage du communisme…(je plaisante…)

      « Ce n’est pas seule­ment les popu­la­ri­té de m. Pou­tine qui consti­tue la pierre d’achoppement selon les neo­cons pour le « chan­ge­ment de régime ». Le prin­ci­pal par­ti d’opposition à Pou­tine et à son par­ti Rus­sie unie, n’est pas les Pro-OTAN, pro-Israël « libé­raux », mais le par­ti com­mu­niste, qui est le par­ti le plus popu­laire dans le pays…»

      Où l’on mesure l’ampleur des dégâts cau­sés par la tra­hi­son des élites com­mu­nistes françaises…
      Le PCF, le vrai, est demeu­ré jusqu’en 81 la com­po­sante essen­tielle de la bar­rière anti-impé­ria­liste car les USA ne pou­vaient prendre appuis sur lui pour colo­ni­ser la France et ren­ver­ser de Gaulle…
      L’action d’un vrai PCF dans l’opposition ne se mesure donc pas seule­ment au tra­vers des luttes syn­di­cales et du com­bat social en géné­ral mais éga­le­ment à son effet répul­sif contre la dic­ta­ture finan­cière concoc­tée outre-Manche et outre-Atlantique…

      Triple tra­hi­son, donc, de la part des élites com­mu­nistes, puisqu’en tra­his­sant le com­mu­nisme et les adhé­rents du PCF, ils ont tra­his la France pour quelques miettes de pou­voir, en aban­don­nant le poste de garde que le gaul­lisme avait su si intel­li­gem­ment leur confier…

      La France est peut-être de droite, mais depuis au moins le Conseil Natio­nal de la Résis­tance, une chose est cer­taine, c’est que la force et l’action du PCF ont lar­ge­ment contri­bué à la pré­ser­va­tion de sa sou­ve­rai­ne­té et ce, jusqu’à la grande tra­hi­son mitterandienne…

      Mit­te­rand n’était ni le « der­nier des grands pré­si­dents », ni le pre­mier des petits…
      Son intel­lec­tua­lisme lui a per­mis de dis­si­mu­ler son vrai visage, mais n’a pu cacher à tous qu’il n’avait d’Auguste que le masque…

      Réponse
      • Mic El

        « Triple tra­hi­son, donc, de la part des élites communistes, »
        on peu rajou­ter dans la fou­lée que cette tra­hi­son est aus­si cer­tai­ne­ment res­pon­sable de la pro­gres­sion de l’ex­trême droite…

        Réponse
  7. etienne

    Pierre Laurent est le digne suc­ces­seur de Robert Hue, dont l’i­gnoble et catas­tro­phique tra­hi­son des mili­tants en 1997 est très uti­le­ment rap­pe­lée et sou­li­gnée par Auré­lien Ber­nier dans la vidéo et le livre signa­lés ci-dessus. 

    Le PC n’est même plus l’ombre de lui-même ; à cause de ses chefs. 

    C’est le pro­blème de toutes les orga­ni­sa­tions hié­rar­chiques : il suf­fit de cor­rompre la tête pour para­ly­ser tout le groupe. 

    Le par­ti des ouvriers est com­plè­te­ment dévoyé par une bande de fri­pouilles qui ne pensent qu’à leurs places et à leurs pri­vi­lèges d’ « élus ». 

    Pauvres ouvriers.

    Et pauvres de nous tous.

    Réponse
    • joss

      Les par­tis poli­tiques sont comme des trains.
      On monte dans un qui était sen­sé nous mené à Paris et il nous débarque à Lyon. Une fois qu’on est dans le train, on y croit jus­qu’à la fin. Ils nous donnent un tas de jus­ti­fi­ca­tifs : il faut vivre avec son temps, il faut s’a­dap­ter au chan­ge­ment, c’est la mon­dia­li­sa­tion, il n’y a pas d’autre alternative,…
      Ce qui compte pour eux, c’est que l’on monte dans leur train, qu’on y croit, qu’on joue le jeu des élections.
      Puis, il y en a qui croit qu’en mon­tant dans le train, ils vont pou­voir chan­ger la des­ti­na­tion, en négo­ciant… Le train pour Ausch­witz arrive à Auschwitz.

      Réponse
    • Norton

      Pas seule­ment à cause de ses chefs, Étienne… Les syn­di­cats étaient la boîte à idées du PCF et leurs diri­geants ne valent pas plus cher…

      Le PCF, inca­pable de la moindre auto­cri­tique, c’est figé comme un mort… Il pour­rit à la fois de sa tête et de sa base syn­di­cale qui ont en com­mun de pèter toutes deux dans la soie bruxelloise…

      Pen­dant qu’ils choi­sis­saient le mobi­lier de leur bureaux flam­bant-neufs, la cour­roie de trans­mis­sion c’est com­plè­te­ment arrêtée…
      Qu’au­raient t’ils bien pu se trans­mettre, sinon les adresses de leur fournisseurs…?

      On leur laisse com­bien de temps avant de les trai­ter de collabos ?

      Pen­dant qu’on enterre nos pay­sans, morts sale­ment de can­cers étranges, pay­sans-chi­mistes, chi­mistes-pay­sans qui s’i­gnorent, pra­ti­quant l’a­gri­cul­ture de l’UE, avec des pro­duits estam­pillés « CEE », pro­té­gés par des sca­phandres estam­pillés « CEE », dans des cabines de trac­teurs fil­trantes estam­pillées « CEE »…, pen­dant qu’on crève au tra­vail à la cam­pagne, donc, ces mes­sieurs choi­sissent leur mobilier…!

      Pour­tant le sénat avait bel et bien réuni une com­mis­sion sur le sujet, avec des spé­cia­listes qui n’ont pas caché que la dan­ge­ro­si­té des pro­duits était lar­ge­ment sous esti­mée et qu’en consé­quence, le maté­riel de pro­tec­tion répon­dait à des normes insuffisantes.

      N’y a t’il pas un séna­teur de Paris qui s’ap­pelle Laurent ?…, Pierre Laurent…, com­mu­niste à la ville,…propre sur lui…, grand défen­seur des jour­na­listes et de la presse,…sa prin­ci­pale acti­vi­té au sénat…?

      Mais on ne l’en­tend jamais défendre les ouvriers et les employés…,alors les paysans…!

      Il va fal­loir faire sans le PCF, cette fois-ci,… Mos­cou n’en­voie plus d’ordres…, c’est Bruxelles qui leur jette des cacahuètes…
      Ça change pas mal de choses…

      Réponse
  8. etienne

    La haute tra­hi­son de Robert Hue (puis de ses suc­ces­seurs) est expli­quée ici à par­tir de la minute 9’05 : 

    Réponse
  9. Elisabetha

    Oui l’af­faire grecque révèle bien le carac­tère de trai­trise de la « gauche dite radi­cale » qui ne l’est que de façade et ce depuis le début : le PG ou FdG sont aus­si des Syri­za et Pode­mos, des futurs traitres, dans l’âme, à la cause de ceux qui l’ai­de­ront à être élus ou au pou­voir si tou­te­fois, ils y arrivent.https://​www​.wsws​.org/​f​r​/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​2​0​1​5​/​m​a​r​2​0​1​5​/​n​p​a​f​-​m​0​5​.​s​h​tml.

    .Bien que WSWS avait pré­vu d’a­vance ce qu’il en était de cette pseu­do-gauche concoc­tée par l’é­lite pour la mener droit dans le mur ou dans la gueule du loup : https://​www​.wsws​.org/​f​r​/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​2​0​1​5​/​j​u​l​2​0​1​5​/​p​e​r​s​-​j​2​5​.​s​h​tml En effet depuis le début ce jour­nal de gauche d’o­bé­dience pour­tant trots­kiste, dénonce les Varou­fa­kis et autres Tsi­pra ou Pode­mos comme autant de leurres adou­bés par le FMI ou le Broo­king Ins­ti­tute Usa et l’U­nion Euro­péenne : https://​www​.wsws​.org/​f​r​/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​2​0​1​3​/​f​e​v​2​0​1​3​/​t​s​i​p​-​f​0​2​.​s​h​tml.

    Et le FdG/PG avec Mélen­chon a sa tête ne fera pas mieux sur­tout quand on lit qu’il approuve les faits et fait pas­ser pour une vic­toire ce qui est une défaite pro­gram­mée : une vraie tra­hi­son, il est temps de dénon­cer ces Mélen­chon, et autres Coque­rel, Mar­tine Billard, qui sont prêts à vendre le peuple et ceux qui les élisent au pro­fit de l’UE et les banques…Surtout quand ils dési­rent res­ter dans l’UE et pré­tendent « refor­mer de l’in­té­rieur » un vaste blague . a part une révolte popu­laire géné­rale je ne vois pas d’autre façon d’y arri­ver. Hélas

    Réponse
  10. SERGE trottier

    CLAUDE tu es res­pon­sable je t’ac­cuse de m’ins­truire par la plus belle ency­clo­pé­die actuel­le­ment avec un prix conjoint ( nobel et trot­tier ) à ÉTIENNE chouard.
    Pour gagner de l’argent, il faut bien le prendre à quelqu’un…
    Mar­cel Pagnol (1895−1974)
    Vrai jus­qu’en 1912, ensuite les faux mon­nayeurs impriment l’argent pour eux (supers riches-banks­ters) les esclaves-pauvres eux n’ont pas cet argent ils doivent tra­vailler au lieu de pen­ser quoi faire pour chan­ger les règles du jeu. Bonne nou­velle aujourd’­hui il y un groupe avec comme men­tor ÉTIENNE chouard qui en toute humi­li­té la solu­tion se trouve dans la cause des causes. Il s’a­git de se ser­vir de notre intel­li­gence col­lec­tive d’en faire un déno­mi­na­teur com­mun, c’est tel­le­ment simple que j’ai peur que pour la masse ce soit trop com­pli­qué. ♥ allez à http://​www​.acrq​.org Tout sim­ple­ment pour arrê­ter de nous faire voler par les per­sonnes que nous met­tons en place pour nous voler, il nous faut être des mil­lions. mer­ci de me lire. serge1trottier@gmail.com

    Réponse
  11. claude saint-jarre

    Hors-pro­pos : retour à Dale Scott : j’ai bien com­pris que selon lui les États-Unis sont actuel­le­ment en état de sus­pen­sion de la Consti­tu­tion. Vrai ?

    Réponse
  12. binnemaya

    Bon­soir à tous,
    Je suis peut-être naïf mais j’es­père tou­jours que tsi­pras a un plan B.
    Actuel­le­ment je me dis qu’il y tra­vaille car vu que les condi­tions qu’il a accep­té sont tota­le­ment inte­nables et donc explo­sives a très court terme.
    Peut-être qu’il attend d’a­voir une nou­velle ligne de cré­dit de la BCE pour redon­ner la sou­ve­rai­ne­té moné­taire et poli­tique a son pays en les envoyant pro­me­ner sur la dette ? De toute façon on va le savoir très bien­tôt car le plan de sou­mis­sion de la grèce ne tien­dra pas six mois.
    Sinon le plan B de Varou­fa­kis n’é­tait pas si bête
    http://​www​.huf​fing​ton​post​.fr/​2​0​1​5​/​0​7​/​2​6​/​c​r​i​s​e​-​d​e​-​l​a​-​d​e​t​t​e​-​p​l​a​n​-​b​-​f​o​u​-​y​a​n​i​s​-​v​a​r​o​u​f​a​k​i​s​-​s​e​c​r​e​t​-​s​a​u​v​e​r​-​g​r​e​c​e​_​n​_​7​8​7​5​3​8​6​.​h​tml
    D’une manière géné­rale il fau­dra s’at­tendre au même style de blo­cage ban­caire de la part de la BCE si nous fran­çais ou autres essayons un jour de reprendre le pou­voir alors il vaut mieux com­men­cer a y réflé­chir dés main­te­nant pour ne pas se retrou­ver dans la même situa­tion que les grecques.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Pos­sible.

      Réponse
  13. Sam

    J’ai pris « quelques » heures pour com­po­ser le texte qui suit, et que j’ai pos­té sur le blog de Jacques Sapir (c’est une pre­mière que je m’au­to­ri­sais…), en réponse au texte signa­lé plus haut par Étienne « Pierre Laurent, la Grèce et les men­songes ». On y trou­ve­ra quelques élé­ments qui résonnent avec ce débat (notam­ment avec le mes­sage qu’É­li­sa­be­tha apos­té hier après-midi). 

    —–

    « illu­sions sur l’Euro et sur l’Europe, dont il semble désor­mais que le Par­ti de Gauche com­mence à se déga­ger [2] »

    [2] http://​guillau​mee​tie​vant​.com/​2​0​1​5​/​0​7​/​2​4​/​s​o​y​o​n​s​-​p​r​e​t​s​-​a​-​s​o​r​t​i​r​-​d​e​-​l​e​u​ro/

    Bon­soir Jacques,

    une fois n’est pas cou­tume, je ne sou­tiens pas cette part[ie] d’a­na­lyse de votre part – du moins cette impres­sion opti­miste, par­ta­gée comme par paren­thèse, qui aura pu vous ani­mer dans un moment de fai­blesse bien com­pré­hen­sible (cha­cun a besoin de se lais­ser quelques temps d’es­poir…). Et comme il va sans dire que cette ques­tion par­ti­cu­lière a une assez grande impor­tance dans le débat « euro­péen », je sors de ma petite retraite tem­po­raire de la vie poli­tique (et je res­sors un peu mes dos­siers) pour vous faire cette réponse.

    Ayant eu l’hon­neur, il y a quelques années, d’être affu­blé quelques mois du titre pom­peux de secré­taire natio­nal aux affaires euro­péennes et moné­taires (1) d’un mou­ve­ment qui s’é­ver­tua à être le com­pa­gnon de route du Front de Gauche, j’ai eu, à l’é­poque, à consa­crer une atten­tion par­ti­cu­lière aux décla­ra­tions et autres écrits du Par­ti de Gauche – ce mou­ve­ment poli­tique auquel j’ai appar­te­nu aspi­rait encore, à cette époque, à inté­grer le Front de gauche, dont les diri­geants l’ont écar­té du fait qu’il appe­lait à sor­tir de l’eu­ro et de l’UE et n’en­ten­dait évi­dem­ment pas négo­cier ce point (il n’est pas inutile de pré­ci­ser encore que les­dits diri­geants n’ont four­ni à leurs mili­tants que des expli­ca­tions fal­la­cieuses au sujet de cette alliance jamais opé­rée, illus­tra­tion par­mi d’autres du fait que l’op­tion de la sor­tie « sèche » de l’eu­ro (a for­tio­ri, de l’UE) était tout bon­ne­ment pri­vée de voix au cha­pitre au FdG, ce qui, je le crains fort, reste le cas).

    I) Même si je pré­fé­re­rais fran­che­ment évi­ter de bra­quer d’emblée cer­tains lec­teurs mili­tants, il me paraît essen­tiel de com­men­cer par cette mise au point. Jacques Géné­reux (pré­dé­ces­seur de Guillaume Étie­vant au titre de secré­taire natio­nal offi­ciel­le­ment en charge au PG), dans son petit mani­feste « Nous, on peut ! » (p 58), a fait un aveu à peine croyable pour un citoyen qui comp­te­rait sur la bonne foi de ses élus : « la Gauche » du temps de Maas­tricht a accep­té de sou­te­nir la créa­tion de l’eu­ro… dont elle savait per­ti­nem­ment qu’il serait inte­nable. Pour­quoi ? Il allait en faire baver les peuples, les tra­vailleurs, les entre­pre­neurs, mais… jus­te­ment (!!!) : cela les for­ce­rait donc à se rebel­ler et, donc, à devoir s’u­nir (mal­gré tous les obs­tacles qu’on ima­gine, et avec les­quels « la rue », « les luttes », après tout, n’au­raient qu’à se débrouiller elles-mêmes)… pour « chan­ger l’Eu­rope » (pos­tu­lat non dis­cu­té, qui exclut bien sûr celui d’un déman­tè­le­ment de la mon­naie unique), ce pro­ces­sus (inhu­main) abou­tis­sant dans les faits à la for­ma­tion du peuple euro­péen… (ce qui était évi­dem­ment le but de cette stra­té­gie cynique, autant que la condi­tion du fédé­ra­lisme). Je prie le lec­teur, au besoin, de relire trois fois ce para­graphe, sur­tout s’il avait déjà com­pris la manoeuvre, au point de ne plus s’en émerveiller.

    Natu­rel­le­ment, « on » n’a pas pré­sen­té les choses ain­si aux élec­teurs, ni à l’im­mense majo­ri­té des mili­tants. Et à l’é­vi­dence, ce n’est tou­jours pas le cas (à l’ex­cep­tion rare de pro­pos de ce genre, qu’il faut encore savoir un peu décryp­ter, ou dont il faut sim­ple­ment réap­prendre à s’é­mer­veiller). J’a­joute, en pas­sant, qu’au regard de la « curieuse » logique décryp­tée au para­graphe pré­cé­dent, il fau­drait re-consi­dé­rer jus­qu’aux impli­cites de votre ques­tion sur les « illu­sions » en ques­tion… Quoi qu’il en soit, l’une des seules ques­tions qui se pose au pré­sent, à ce sujet, est de savoir si la direc­tion du PG (pour ne par­ler que de ce cas) a réel­le­ment aban­don­né cette abo­mi­nable stra­té­gie. A cette ques­tion, je consi­dère mal­heu­reu­se­ment que la réponse reste négative.

    II) Une seconde mise au point me paraît tout aus­si indis­pen­sable, qui concerne le pro­blème fon­da­men­tal de « l’u­nion de trans­ferts » – vous avez été (c’est un drame) l’un des rares, à ce jour, à dai­gner expli­quer assez cor­rec­te­ment cette ques­tion au menu peuple – mais sur­tout, ses condi­tions de viabilité. 

    1) Il doit être bien clair (ce qui est très rare­ment dit et encore plus rare­ment expli­qué) qu’un tel méca­nisme, pour être à la hau­teur des mon­tants concer­nés et pour être durable (non remis en cause à la pre­mière occa­sion), implique néces­sai­re­ment le véri­table fédé­ra­lisme, qui sup­pose pré­ci­sé­ment que la loi fon­da­men­tale et les ins­tru­ments juri­diques déri­vés qui déter­mi­ne­raient notam­ment – et ren­draient auto­ma­tiques – les com­pen­sa­tions finan­cières entre « État membres » (label irré­mé­dia­ble­ment confé­dé­ral) soient éta­blies par des ins­ti­tu­tions (légi­times) qui ne seraient plus aucu­ne­ment diri­gées par des repré­sen­tants des « État membres », mais qui consti­tue­raient un « arbitre » situé « au-delà et au-des­sus » de ces der­niers. (2) En somme, que les exé­cu­tifs natio­naux rentrent chez eux (même la chambre haute fédé­rale ne sau­rait être com­po­sée de gens exer­çant simul­ta­né­ment la fonc­tion de dépu­tés natio­naux, du moins à moyen terme). Sur ce point car­di­nal, il paraît évident : d’une part, que l’UE demeure aux anti­podes du sché­ma ins­ti­tu­tion­nel néces­saire à la via­bi­li­té d’une union moné­taire ; d’autre part, que tous les euro­péistes (plu­tôt que de les qua­li­fier de natio­na­listes « euro­péens » je pré­fère, pour cette même rai­son, par­ler de sup­pôts de l’im­pé­ria­lisme) se bercent d’illu­sions (la folle et meur­trière stra­té­gie sus­dite consti­tuant en quelque sorte la « défense psy­cho­lo­gique » la moins coû­teuse face à ce problème).

    2) Avant que l’on me reproche de vou­loir tout, tout de suite, je tiens à sou­li­gner que, si le ver­dict du para­graphe pré­cé­dent semble décou­ler d’une ana­lyse déses­pé­ram­ment sta­tique, celle-ci n’a mal­heu­reu­se­ment pas d’é­chap­pa­toire tri­vial à trou­ver dans la dyna­mique. Ou plu­tôt, il y a que tout reste à inven­ter, à ima­gi­ner. Quand bien même toute une classe poli­tique et toute une intel­li­gent­sia, ou presque, se réfu­gient dans la fuite en avant déses­pé­rée ; quand bien même on peut tout à fait conce­voir, dans une logique tech­no­cra­tique ô com­bien avan­cée, qu’un appa­reil d’É­tat tout entier se sui­cide pour pas­ser la main à « l’Eu­rope » (pour­vu qu’il reste en vie tout en débar­ras­sant son per­son­nel des res­pon­sa­bi­li­tés poli­tiques) ; quand bien même, allons‑y gaie­ment, on peut ima­gi­ner que les défis de la diver­si­té des langues et de l’or­ga­ni­sa­tion pan-euro­péenne des « luttes sociales » trouvent (à moyen terme) des solu­tions géniales à coups de tech­no­lo­gie et de cyber­né­tique ; quand bien même, encore, cette popu­la­tion qui se fait à tout accep­te­rait (à moyen terme), pour les besoins de l’u­nion moné­taire, d’al­ler bou­cher les trous du « mar­ché du tra­vail » non plus à 500 bornes de chez elle mais, assez dura­ble­ment, aux confins du conti­nent (ça com­mence fran­che­ment à faire beau­coup pour consti­tuer un peuple), il y a que les classes diri­geantes, d’i­ci ou d’ailleurs, n’ont elles-mêmes aucun inté­rêt égoïste à trou­ver dans la re-consti­tu­tion d’un sys­tème dont elles ont si bien pro­fi­té de la désa­gré­ga­tion au plan natio­nal : un régime par­le­men­taire un tant soit peu digne de ce nom… Ou l’on devrait finir par com­prendre que le « pos­tu­ra­lisme » (F. Lor­don) des tenants de l’in­ter­na­tio­na­lisme mal com­pris (F. Lor­don encore [par la néga­tive]) à de quoi s’en­li­ser long­temps… sauf à ce que l’é­preuve des faits en vienne à tor­tu­rer autre chose que les gueux sans-voix qu’ils pré­tendent défendre – je peine à m’in­ter­dire ici de com­men­ter l’af­freux révi­sion­nisme que le chef du mou­ve­ment pour la 6e Répu­blique ver­sion PG, para­chu­té poli­ti­card pro­fes­sion­nel (rien que son CV en ligne laisse son­geur), en croyant convo­quer Marx, a déve­lop­pé dans un texte qu’il a com­po­sé en oppo­si­tion fré­né­tique au tirage au sort (sa seule qua­li­té est de pré­sen­ter le plus naï­ve­ment qui soit ce à quoi en est arri­vé le socia­lisme institutionnel).

    Je sou­hai­te­rais ici ouvrir une paren­thèse, en par­ti­cu­lier à l’a­dresse des éco­no­mistes de pro­fes­sion (ou de for­ma­tion). La théo­rie (lar­ge­ment admise, semble-t-il) de la « zone moné­taire opti­male » me semble recou­rir à plu­sieurs concepts dan­ge­reu­se­ment mal ou mal for­mu­lés, et en défi­ni­tive elle me paraît très pro­blé­ma­tique dans son ensemble, du moins dans l’u­sage qu’on ne peut man­quer d’en faire (Mun­del lui-même n’a-t-il pas sou­te­nu la créa­tion de l’eu­ro ?). En un mot, d’a­bord, elle est sup­po­sée éta­blir les condi­tions de via­bi­li­té d’une union moné­taire, alors que nous savons, y com­pris par l’ex­pé­rience, que toutes les ten­ta­tives d’u­nion moné­taire finissent par échouer… Autre­ment dit, alors qu’une mon­naie unique ne fonc­tionne pas (sauf, jus­te­ment, dans un cadre natio­nal, dans lequel l’emploi de ce terme n’a plus guère de sens, la men­tion de l’u­ni­ci­té rele­vant de la tau­to­lo­gie). Ensuite, la notion d’ « accord poli­tique entre les États-membres » est émi­nem­ment trom­peuse : comme je l’ai dit plus haut, c’est un oxy­more (une contra­dic­tion dans les termes), pour la bonne rai­son que la condi­tion même de la sou­te­na­bi­li­té de cet accord fon­da­men­tal (et de la via­bi­li­té de l’u­nion moné­taire) est que les­dits « État-membres » ne doivent pas, eux-mêmes, être en posi­tion de le remettre en cause, ce qui fait d’eux de simples États fédé­rés dans un sys­tème fédé­ral au sens strict (pour qui admet les points 1) et 2) ci-des­sus, la confé­dé­ra­tion n’est pas seule­ment un mode dis­tinct de la fédé­ra­tion, ces deux modes sont aus­si et sur­tout anta­go­nistes). Du reste, cette notion même de « zone moné­taire opti­male » forme un dan­ge­reux euphé­misme : en réa­li­té, elle devrait signi­fier rien moins que les condi­tions de via­bi­li­té de l’u­nion moné­taire, sauf à sup­po­ser que la dyna­mique du pro­ces­sus ins­ti­tu­tion­nel puisse débou­cher sur le fédé­ra­lisme (retour à la dyna­mique déses­pé­rée dont je par­lais à l’ins­tant : il est extrê­me­ment dou­teux que l’on puisse modi­fier de l’in­té­rieur un sys­tème confé­dé­ral pour le rendre fédé­ral). (3)

    La plu­part des dis­cours autour des notions d’ « union de trans­fert » et de « zone moné­taire opti­male », enfin, font appel à une der­nière for­mule pro­blé­ma­tique, repo­sant sur un pos­tu­lat impli­cite qui me paraît for­te­ment sus­pect : on y pré­sente les trans­ferts finan­ciers inter-« régions » comme essen­tiel­le­ment conjonc­tu­rels, liés à des « chocs » éco­no­miques plus ou moins pas­sa­gers. Vous par­lez d’ailleurs, ici même, d’une période limi­tée à 10 années envi­ron – pour le niveau cal­cu­lé « entre 8% et 10% » du PIB de l’Al­le­magne (et ensuite, plus rien ?). Je conteste éga­le­ment cette hypo­thèse du carac­tère seule­ment conjonc­tu­rel des trans­ferts, pour la simple rai­son que, par hypo­thèse, il s’a­git de via­bi­li­ser à long terme une union moné­taire, ce qui, encore une fois, impli­que­rait la fédé­ra­li­sa­tion au sens strict. En clair : dans un cadre natio­nal, il ne s’a­git évi­dem­ment pas d’im­plan­ter une indus­trie aéro­nau­tique en Lozère et en Ardèche pour que ces « régions » atteignent tel niveau de PIB par tête égal à celui de cha­cune des autres, afin d’être en mesure d’é­qui­li­brer leur balance com­mer­ciale avec le dépar­te­ment du Rhône ou l’Île-de-France… Pour la même rai­son, on sait qu’à terme, l’u­nion moné­taire a pour consé­quence de pous­ser à concen­trer l’in­dus­trie auto­mo­bile à Détroit, telle acti­vi­té ici, telle autre là, et on en revient au pro­blème cru­cial, évo­qué plus haut, de la mobi­li­té du « fac­teur de pro­duc­tion tra­vail » à l’é­chelle d’un gros mor­ceau de conti­nent – avec des dépla­ce­ment sur des durées longues, qui ne soient pas seule­ment ceux d’une classe de mana­gers déra­ci­nés (qui véhi­cule une idéo­lo­gie du déra­ci­ne­ment). Soit on vise l’u­nion moné­taire, donc la fédé­ra­li­sa­tion (à sup­po­ser que le pro­jet soit tenable), et alors on parle bien de trans­ferts (mas­sifs) en grande par­tie struc­tu­rels et non pas conjonc­tu­rels, soit on parle de trans­ferts essen­tiel­le­ment conjonc­tu­rels… mais on n’am­bi­tionne qu’une forme ins­ti­tu­tion­nelle bâtarde et un pro­jet poli­tique ban­cal ou inhu­main. Pour le dire encore autre­ment, soit on exige de la Grèce d’é­qui­li­brer sa balance com­mer­ciale avec les autres États-membres, soit on fait une mon­naie unique et une véri­table fédé­ra­tion euro­péenne (et un peuple euro­péen…) mais on ne demande jus­te­ment plus, dans ce cas, à des « régions » agri­coles, tou­ris­tiques, mon­ta­gneuses ou autre­ment « encla­vées » de main­te­nir une telle balance. Là encore, donc, nous voyons des for­mules bâtardes, repo­sant sur des pos­tu­lats incon­sé­quents, qui ont sur­tout pour effet de trom­per quant à ce qui est viable et de sou­te­nir l’exi­gence des classes diri­geantes d’ob­te­nir du peuple le beurre et l’argent du beurre. Et en par­ti­cu­lier, les trans­ferts de sou­ve­rai­ne­té sans les trans­ferts de responsabilité.

    III) En écri­vant « il semble désor­mais… », vous parais­sez consi­dé­rer que la « doc­trine Étié­vant » marque une évo­lu­tion par rap­port à la « qua­trième voie » de J. Géné­reux, posi­tion pré­sen­tée notam­ment dans l’ou­vrage cité en I), ou bien que cette der­nière pro­pose une stra­té­gie qui tien­drait enfin un peu la route. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas mon avis. 

    En un mot, la voie que le PG pro­pose conti­nue de traî­ner le défaut rédhi­bi­toire d’es­sayer de chan­ger les trai­tés UE pour via­bi­li­ser, en par­ti­cu­lier, la mon­naie unique. Si sor­tir de l’eu­ro, pour la direc­tion du PG, n’a sur­tout pas à être un préa­lable, c’est pré­ci­sé­ment parce que sa prio­ri­té, en dépit de tout son bara­tin assu­rant qu’on n’hé­si­te­ra abso­lu­ment pas à sor­tir de l’eu­ro « si on ne nous laisse pas d’autre choix » (tout est dit), est tou­jours de sau­ver l’eu­ro et l’UE. Or, outre que les réformes consi­dé­rables qui seraient requises pour main­te­nir l’eu­ro (et le rendre plus social et démo­cra­tique, ce qui est la même chose) sup­po­se­raient un accord una­nime des vingt-huit, outre que cela sup­po­se­rait sans doute, de sur­croît, de la part de l’Al­le­magne, de se défaire en bonne part de l’ « idio­syn­cra­sie » (F. Lor­don encore) moné­taire que l’on sait, il y a qu’on parle dans le vide de « refonte radi­cale des trai­tés euro­péens » du fait que la condi­tion fon­da­men­tale de la struc­ture fédé­rale – a for­tio­ri, celle de la dyna­mique qui pour­rait y mener (pas dans 50 ans) – n’est, assu­ré­ment, pas du tout expli­ci­tée (qu’elle effraie une majeure par­tie des élec­teurs et des mili­tants, et ceci d’ailleurs de plus en plus, est une chose, mais ce n’est évi­dem­ment pas une rai­son de la mas­quer, bien au contraire).

    Dans la même logique, le can­di­dat pré­si­den­tiel (et pré­su­mé­ment hos­tile au « pré­si­den­tia­lisme ») du PG entend obte­nir pour man­dat de choi­sir lui-même, dans le fil d’une navi­ga­tion à vue dans les arcanes de la finance et des Conseils euro­péens, de la sor­tie ou non de l’eu­ro… Belle avan­cée que cette « qua­trième voie » : la même impasse à la clef, plus un nou­veau chèque en blanc… Et le PG feint de ne pas com­prendre que le peuple ne gobe pas mas­si­ve­ment sa pro­po­si­tion, alors qu’elle empeste la cachot­te­rie. Plus acces­soi­re­ment, dans le texte auquel vous vous réfé­rez, Étie­vant pré­sente avec une can­deur inouïe la ques­tion de la sor­tie de l’eu­ro comme un argu­ment bas­se­ment élec­to­ra­liste… – fut-il contre-pro­duc­tif à ses yeux (il en appelle oppor­tu­né­ment à la confir­ma­tion par les faits, dans le cas de la Grèce et de Syri­za, sans son­ger (ou en fai­sant sem­blant de ne pas son­ger) que ladite expé­rience élec­to­rale, par elle-même, ne démontre pas du tout que Syri­za n’au­ra pas obte­nu encore plus de voix si son pro­gramme avait celui d’une sor­tie annon­cée de l’eu­ro… mais il n’y a rien de sur­pre­nant à ce que, sur la base d’un pro­jet ban­cal et, qui plus est, occulte, on ne compte plus les prises de liber­té avec la logique).

    Je crains de dis­traire le lec­teur de l’es­sen­tiel en com­men­tant cette énième ver­sion floue de la rhé­to­rique PG, qu’É­tie­vant déve­loppe en quelques phrases dans le billet en ques­tion. Mais rigueur et trans­pa­rence obligent, il me faut aus­si en pas­ser par là, et le mieux est même d’en citer in exten­so presque toute la (seconde) moitié : 

    « Ce que porte aujourd’hui le Par­ti de Gauche, c’est que quel que soit l’état du rap­port de force au niveau euro­péen, s’il arri­vait au pou­voir, il appli­que­rait son pro­gramme, en déso­béis­sance avec les trai­tés euro­péens et avec un contrôle immé­diat des mou­ve­ments de capi­taux pour per­mettre la mise en place de sa poli­tique. S’ensuivrait une crise diplo­ma­tique en Europe qui pour­rait ame­ner à une rené­go­cia­tion des trai­tés (a), mais qui pour­rait éga­le­ment conduire au même type d’étranglement que celui qui vient de faire plier le gou­ver­ne­ment d’Alexis Tsi­pras : le blo­cage des liqui­di­tés par la BCE. Alors, il fau­dra sor­tir de l’euro (b) et être prêt à cela ©.

    Au Par­ti de Gauche, nous assu­mons que nous tra­vaillons à un plan B (d) : si notre stra­té­gie de déso­béis­sance aux trai­tés n’aboutit pas à une refonte radi­cale des trai­tés euro­péens (e), nous
    orga­ni­se­rons une sor­tie négo­ciée de la zone euro (f), qui condui­ra à un chan­ge­ment radi­cal de struc­ture moné­taire, via l’instauration d’une mon­naie com­mune (g). (…)

    La posi­tion du Par­ti de Gauche est donc claire (h) : nous ne ferons aucun sacri­fice pour l’euro et nous en sor­ti­rons plu­tôt que de renon­cer à notre poli­tique (i). Mais nous consi­dé­rons que le
    préa­lable au chan­ge­ment n’est pas la sor­tie, mais bien au contraire (j) la bataille poli­tique pour créer une crise diplo­ma­tique et poli­tique au sein de l’Union euro­péenne. C’est cette bataille qui, sou­te­nue par les mou­ve­ments sociaux, per­met­tra de conscien­ti­ser et de fédé­rer les peuples euro­péens (k). Notre but stra­té­gique est l’application de notre pro­gramme et donc la sor­tie de l’austérité.
    Faire de la sor­tie de l’euro ou de l’Union euro­péenne un but en soi, c’est détour­ner notre com­bat de son hori­zon : sor­tir de la domi­na­tion du capi­tal sur la vie. (l)

    Notre sor­tie de l’euro et notre déso­béis­sance aux trai­tés met­tront fin à l’Union euro­péenne (m). Car il n’y a pas d’Union euro­péenne sans la France. Ce ne sera donc pas à la France de sor­tir de l’Union euro­péenne (n), ce qui serait une posi­tion qui nous mino­ri­se­rait et qui ferait le jeu de l’Allemagne et de ses alliés (o). La France devra construire d’autres soli­da­ri­tés avec les gou­ver­ne­ments qui le sou­hai­te­ront dans un nou­veau cadre euro­péen et inter­na­tio­na­liste. ℗ »

    Fichtre…

    (h) : Une posi­tion très claire, en effet…

    (a) / (e) / (j) / (n) : il est sur­tout très clair que le PG conti­nue à vou­loir chan­ger l’eu­ro et l’UE, autre­ment dit à vou­loir qu’on y reste, que cela reste (donc) son objec­tif prio­ri­taire, et qu’il conti­nue à ne sur­tout pas abor­der la ques­tion ins­ti­tu­tion­nelle fon­da­men­tale (de la muta­tion fédé­rale néces­saire à la via­bi­li­sa­tion de l’u­nion moné­taire), tan­dis qu’il dis­trait les gens avec un ou quelques hochets (comme si un contrôle natio­nal des mou­ve­ments de capi­taux était dura­ble­ment pra­ti­cable dans le contexte d’un mar­ché unique affu­blé d’une mon­naie unique…).

    (k) : for­mule visant, à l’ins­tar du pas­sage du livre de J. Géné­reux évo­qué au début de ce mes­sage, à confé­rer une appa­rence de res­pec­ta­bi­li­té à la cynique « stra­té­gie du pire » sus­dite – où il est confir­mé une nou­velle fois que le PG ne s’est pas démar­qué de cette stra­té­gie inavouable que Géné­reux attri­bue pudi­que­ment à « la Gauche » (de l’é­pi­sode Maas­tricht). Plus « poli­ment », on en remet encore et encore une couche pour ancrer dans les esprits le mythe d’une « construc­tion euro­péenne » vou­lue par les euro­péens et au ser­vice des euro­péens, aux­quels il n’est tou­jours pas pro­po­sé la moindre pers­pec­tive d’é­vo­lu­tion ins­ti­tu­tion­nelle viable, sim­ple­ment de se démer­der seuls pour for­mer, dans la dou­leur et sous la ter­reur, un peuple euro­péen on ne sait comment.

    (b) / © / (d) / (f) / (g) / (i) : il est aus­si très clair qu’on ne sau­ra même pas à quoi consiste au juste le plan B du PG… alors qu’il devrait jus­te­ment être bien cla­ri­fié. Sauf pour les igno­rants ou les naïfs, sur les voix des­quels « on » compte, il y a un gouffre entre une sor­tie « sèche », nila­té­rale, de l’eu­ro (ou de l’UE) et une sor­tie « négo­ciée »… aux fins d’é­ta­blir une mon­naie com­mune, c’est-à-dire non seule­ment négo­ciée mais concer­tée (on recon­naît à ce symp­tôme, qu’on retrouve par­ti­cu­lier dans le pro­gramme du Front natio­nal, la réso­lu­tion à ne pas sor­tir…). Sans cher­cher à être du tout exhaus­tif, il y a, en par­ti­cu­lier, ce « point de détail » que consti­tue la néces­si­té d’une una­ni­mi­té des dix-sept (et même des vingt-huit), dif­fi­cul­tée com­bi­née à un cadre ô com­bien pres­su­ri­sant et à un pro­blème déci­sif de timing sous (disons) la pres­sion des « mar­chés finan­ciers » et (selon l’ob­jec­tif sui­vi, ici une sor­tie « de Gauche ») dans l’op­tique éven­tuelle de déman­te­ler ces der­niers (comme J. Sapir, ou encore, Niko­noff, res­pec­ti­ve­ment, l’ont ample­ment expli­qué). Par­lant de timing (dans le cas plus direc­te­ment ambi­tieux d’une sor­tie de l’UE), il est mani­feste que la plu­part des gens qui parlent de l’ar­ticle 50 ne l’ont pas lu : il est tout à fait abu­sif de voir dans cette clause la per­mis­sion d’une sor­tie par déci­sion réel­le­ment uni­la­té­rale (l’a­val de cer­taines ins­ti­tu­tions UE étant expli­ci­te­ment requis, celles-ci gar­dant même le contrôle du calen­drier), et il est par­fai­te­ment évident qu’elle forme ce qu’on appelle une mesure dila­toire (en l’oc­cur­rence, c’est une mesure per­met­tant de gagner du temps afin de dis­sua­der le can­di­dat à la sor­tie, notam­ment au motif d’as­su­rer la conti­nui­té de la « juri­dic­tion » ô com­bien démo­cra­tique de l’OMC, l’ar­ticle 50 fai­sant expli­ci­te­ment réfé­rence à l’ar­ticle 88) – un grand mérite de la posi­tion de Nico­las Dupont-Aignan (quoi­qu’elle ne me semble pas entiè­re­ment claire), est pré­ci­sé­ment de reje­ter l’i­dée d’un recours à cet article 50 qui est un piège et une offense (un État n’a pas à négo­cier sa sor­tie selon des moda­li­tés impo­sées par le cadre dont il sort, ce qui ne signi­fie évi­dem­ment pas qu’il aie inté­rêt à ne rien négo­cier mais que c’est à lui de défi­nir ce qui mérite de l’être).

    (j) / (l) : où l’on conti­nue d’as­su­rer les gens qu’on peut abou­tir à un euro non aus­té­ri­taire, social et démo­cra­tique, bref, sup­por­table (en s’a­char­nant, une fois encore, à ne pas par­ler du prin­ci­pal, d’un cadre ins­ti­tu­tion­nel requié­rant un bou­le­ver­se­ment com­plet, impli­quant que les exé­cu­tifs natio­naux perdent tout pou­voir au plan européen). 

    (o) : natu­rel­le­ment, le PG, qui conti­nue odieu­se­ment à assi­mi­ler la volon­té de sor­tir de l’eu­ro et de l’UE au « natio­na­lisme », en arri­ve­ra et en arrive déjà, à l’ins­tar de tous les autres
    euro­péistes, à recou­rir à la rhé­to­rique natio­na­liste : c’est (une fois de plus) la faute à « l’Allemagne ».

    ℗ : on en revien­drait donc sur­tout à l’ho­ri­zon déses­pé­rant d’un cadre euro­péen, prio­ri­té dou­teuse au sens de l’internationalisme.

    (1) Je ne suis pas éco­no­miste de for­ma­tion, juste un ingé­nieur en méca­nique qui, certes, avait pas­sé une grosse décen­nie de mes temps libres à me for­mer. J’ai depuis « repris ma liber­té » vis-à-vis de cette orga­ni­sa­tion, non par désac­cord poli­tique mais du fait d’o­bli­ga­tion per­son­nelles, prin­ci­pa­le­ment (du reste, disons que je n’at­tends pas d’un par­ti poli­tique qu’il soit un miracle
    démocratique).

    (2) F. Lor­don, par exemple, a pro­po­sé cette impor­tante cla­ri­fi­ca­tion, mais ne l’a mal­heu­reu­se­ment pas pous­sé expli­ci­te­ment jus­qu’à ses conclu­sions ultimes, por­tant sur la struc­ture ins­ti­tu­tion­nelle : « (…) ce qui per­siste de trans­ferts finan­ciers inter­ré­gio­naux auto­ma­tiques, liés au poids domi­nant du bud­get cen­tral, conduit objec­ti­ve­ment les régions les plus riches à sou­te­nir les plus pauvres, mais sans que ces contri­bu­tions soient vécues par les contri­bu­teurs comme une charge contin­gente dont ils auraient été injus­te­ment les­tés, par là propre à nour­rir une pro­tes­ta­tion acri­mo­nieuse. Faute de poser le pro­blème en ces termes, les dis­cours qui en appellent avec des tré­mo­los à la « soli­da­ri­té » (finan­cière) des peuples euro­péens (« Nous devrions nous mon­trer soli­daires avec la Grèce »), ou au contraire qui stig­ma­tisent l’« égoïsme » de l’Allemagne, se condamnent au der­nier degré de l’inanité poli­tique — par dis­so­lu­tion dans un conster­nant bouillon mora­liste. (…) » – http://​www​.monde​-diplo​ma​tique​.fr/​2​0​1​4​/​0​4​/​L​O​R​D​O​N​/​5​0​3​0​1​#​nh4

    (3) Pour aller un peu plus loin sur le sujet, je me per­mets de vous signa­ler ce texte que j’ai com­po­sé un peu plus tard, éga­le­ment à titre per­son­nel : http://​www​.ago​ra​vox​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​e​u​r​o​p​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​n​o​u​s​-​o​n​-​v​e​u​t​-​p​o​u​r​q​u​o​i​-​i​l​-​f​a​u​t​-​1​1​8​812

    Réponse
  14. etienne

    [Edit (28÷7÷2015 17h30) : 

    Pour bien lire le texte sui­vant, il faut sou­li­gner que son auteur, Zoe Kons­tan­to­pou­lou, est une euro­lâtre déter­mi­née, un de ces innom­brables poli­ti­ciens de métier qui nous ont jetés en 1957 — et qui nous enferment encore aujourd’­hui — dans le piège anti­dé­mo­cra­tique et colo­nial que sont l’UE, l’eu­ro et l’O­TAN. C’est-à-dire que cette dame se lamente ici (avec talent) des consé­quences épou­van­tables dont elle impose ELLE-MÊME les causes pro­fondes à son peuple (puisque c’est bien elle qui est au pou­voir, et pas les Grecs), soit par aveu­gle­ment dog­ma­tique, soit par duplicité. 

    Il y a donc une façon de lire ce dis­cours qui consiste à noter sur­tout que JAMAIS, pas une seule fois, cette dame ne pro­pose de (sim­ple­ment, logi­que­ment, cou­ra­geu­se­ment, réso­lu­ment, puis­sam­ment) SORTIR du piège dont elle dénonce les méfaits.

    É.C.]

     

    Dis­cours de Zoe Kons­tan­to­pou­lou au Par­le­ment grec le 22 juillet 2015 :
    La sou­mis­sion totale d’un pays démo­cra­tique à la volon­té d’autres gou­ver­ne­ments ne consti­tue pas un accord

    « En ma capa­ci­té de Pré­si­dente du Par­le­ment, j’ai écrit au Pré­sident de la Répu­blique grecque, M. Pro­ko­pis Pav­lo­pou­los et au Pre­mier ministre Alexis Tsi­pras pour leur faire remar­quer qu’il est de ma res­pon­sa­bi­li­té ins­ti­tu­tion­nelle de sou­li­gner que les condi­tions dans les­quelles cette loi est pré­sen­tée n’offre aucune garan­tie que la Consti­tu­tion sera res­pec­tée, pas plus que le pro­ces­sus démo­cra­tique que doit favo­ri­ser le Par­le­ment dans l’exercice du pou­voir légis­la­tif, pas plus qu’elle ne per­met aux dépu­tés de voter en conscience. Nous nous trou­vons dans une situa­tion de chan­tage fla­grant exer­cé par les gou­ver­ne­ments d’autres États membres de l’Union euro­péenne sur ce gou­ver­ne­ment et sur les membres du par­le­ment. En effet comme le recon­naît le Ministre de la Jus­tice que je res­pecte pro­fon­dé­ment comme il le sait, à cause des exi­gences d’autres États membres, le par­le­ment ne peut pas amen­der le texte de cette loi qui consti­tue une inter­ven­tion majeure dans le fonc­tion­ne­ment de la jus­tice et dans l’exercice des droits fon­da­men­taux des citoyens, d’une manière qui nie le fonc­tion­ne­ment de la démo­cra­tie grecque en tant qu’État de droit qui doit pré­ser­ver la sépa­ra­tion des pou­voirs selon la Consti­tu­tion ain­si que le prin­cipe de juge­ments équitables.

    Actuel­le­ment, les ministres sont obli­gés de pré­sen­ter des mesures légis­la­tives qu’ils désap­prouvent (et la décla­ra­tion du Ministre de la Jus­tice est révé­la­trice à cet égard), des mesures aux­quelles ils sont en fait direc­te­ment oppo­sés, et les dépu­tés sont obli­gés de les voter alors qu’ils y sont éga­le­ment oppo­sés, comme l’exprime clai­re­ment cha­cune des prises de posi­tion des dépu­tés appar­te­nant aux deux familles poli­tiques de la majorité.

    Tout ceci se passe sous la menace d’une faillite désor­don­née et révèle qu’en fait ces mesures qui sont une exi­gence préa­lable de gou­ver­ne­ments étran­gers, consti­tuent une ten­ta­tive de mener à terme la dis­so­lu­tion de notre sys­tème, car elles pré­voient une inter­ven­tion majeure dans le troi­sième pou­voir indé­pen­dant, à savoir la jus­tice. Ces mesures veulent miner la fonc­tion judi­ciaire et sup­pri­mer des garan­ties fon­da­men­tales à un pro­cès équi­table et les droits fon­da­men­taux des citoyens.

    Je consi­dère qu’il est de mon devoir ins­ti­tu­tion­nel de réagir en tant que Pré­si­dente du Par­le­ment et de deman­der à mes homo­logues de tous les par­le­ments des États membres de l’Union euro­péenne, ain­si que je l’ai déjà fait dans le pas­sé et comme je l’ai fait dans ma lettre au Pré­sident du Par­le­ment euro­péen, et d’appeler à s’opposer à pareille dissolution.

    De même dans ma lettre au Pré­sident et au Pre­mier Ministre, qui sera reprise dans le compte-ren­du, je leur demande d’informer leurs homo­logues des condi­tions de chan­tage dans les­quelles nous sommes ame­nés à voter.

    Mon­sieur le Ministre, je m’adresse à vous en me réfé­rant aux fonc­tions que j’occupais lors de la légis­la­ture pré­cé­dente : le groupe par­le­men­taire de SYRIZA et le Pre­mier ministre actuel, alors chef de l’opposition, m’avaient pla­cée à la tête du groupe par­le­men­taire pour la trans­pa­rence, la jus­tice et les droits humains. Pré­cé­dem­ment, à ce titre, je vous ai féli­ci­té pour les pro­jets de lois que vous avez pré­sen­tés, et par­ti­cu­liè­re­ment pour votre pro­jet de loi sur le sys­tème péni­ten­tiaire. Aujourd’hui, en cette capa­ci­té, je vous dis qu’il est évident que per­sonne dans le groupe par­le­men­taire de SYRIZA ne peut sou­te­nir les clauses de cette loi puisque pen­dant la légis­la­ture pré­cé­dente, le groupe par­le­men­taire de SYRIZA s’est expres­sé­ment et farou­che­ment oppo­sé à ces mêmes mesures, qui là, non sans iro­nie, nous sont pré­sen­tées sous une forme qua­si iden­tique au pro­jet de votre pré­dé­ces­seur M. Atha­nas­siou, et sont impo­sées avec une urgence pro­pre­ment cho­quante par les créan­ciers afin de se débar­ras­ser défi­ni­ti­ve­ment de la démocratie.

    En effet, exac­te­ment comme ils ont essayé de trans­for­mer le NON du peuple grec en un OUI tant dans le com­mu­ni­qué du som­met de la zone euro que la loi pré­sen­tée ici à nou­veau en urgence le mer­cre­di 15, ils essaient ici de trans­for­mer en OUI, 93,12% de NON lors du réfé­ren­dum orga­ni­sé auprès des avo­cats en décembre 20141.

    Ces démarches qui nient les résul­tats de deux réfé­ren­dums montrent clai­re­ment que pour les créan­ciers tout pro­ces­sus démo­cra­tique est vain, que la démo­cra­tie directe par laquelle se sont expri­més les citoyens ou les avo­cats n’a aucune per­ti­nence. C’est là un mes­sage empoi­son­né pour les socié­tés euro­péennes, c’est un mes­sage dont la gauche et SYRIZA doivent empê­cher la propagation.

    Il est clair que l’objectif visé est l’anéantissement du gou­ver­ne­ment et du groupe par­le­men­taire qui le sou­tient, par le chan­tage. Il est clair que ce qui est mis en cause est la démo­cra­tie dans notre pays. Ce qui nous est deman­dé, ce qui m’est deman­dé par les créan­ciers, c’est en fait de leur remettre un sceau qui dirait « Par­le­ment grec » pour vali­der leurs diktats.

    Il n’est pas accep­table qu’aujourd’hui, après la lutte achar­née menée en novembre 2012 par SYRIZA et la com­mis­sion pour la trans­pa­rence, la jus­tice et les droits humains contre les 800 pages de mani­pu­la­tion anti­dé­mo­cra­tique que consti­tuaient ces mesures, le gou­ver­ne­ment soit obli­gé par le chan­tage de pré­sen­ter deux articles com­pre­nant 977 pages, le pre­mier conte­nant 1008 articles du Code de Pro­cé­dure civile et l’autre 130 articles trans­po­sant une direc­tive euro­péenne, dont beau­coup couvrent deux à trois pages ; le résul­tat recher­ché est l’humiliation. Le gou­ver­ne­ment de gauche ne peut pas être obli­gé de pré­sen­ter ces mesures urgentes, dans des délais inte­nables, alors qu’il les a dénon­cées par le passé.

    M. le Ministre, je sais qu’en m’adressant à vous, je frappe à une porte ouverte puisque vous avez com­bat­tu ces mesures, vous avez ana­ly­sé les rai­sons qui font que ce code devait être reti­ré en 2014, et l’a d’ailleurs été, ce qui était une grande vic­toire non seule­ment pour les avo­cats qui s’étaient bat­tus pour défendre les citoyens mais aus­si pour les mou­ve­ments citoyens, pour toutes ces asso­cia­tions qui s’étaient mobi­li­sées, et enfin pour le prin­ci­pal par­ti d’opposition de l’époque et pour l’opposition dans son ensemble.

    C’est cette vic­toire qu’ils veulent trans­for­mer en défaite pour envoyer le mes­sage que nous devons légi­fé­rer sous l’égide de la peur. M. Jun­cker a dit sans ver­gogne : l’accord a été obte­nu par la peur. Est-il pos­sible que ceci soit jamais accep­té et tolé­ré dans une Union euro­péenne qui reprend dans ses prin­cipes fon­da­teurs la pro­tec­tion des droits des citoyens et de la démocratie ?

    M. le Ministre, le NON des avo­cats en décembre 2014 vou­lait et veut tou­jours dire NON à des évic­tions en réfé­ré, NON à des mises en vente for­cées, NON à des pro­cès bidons sur papier qui court-cir­cuitent les pro­cé­dures d’audience, NON à la dété­rio­ra­tion de la jus­tice, qui est un pilier de la démo­cra­tie, il veut dire NON à la des­truc­tion des droits consti­tu­tion­nels des citoyens.

    Quand à l’été 2014, M. Har­dou­ve­lis a repris à son compte l’obligation impo­sée par la Troï­ka de com­pen­ser toute consé­quence de déci­sion judi­ciaire qui irait à l’encontre des clauses des pro­to­coles d’accord, l’opposition d’alors, la com­mis­sion pour la trans­pa­rence, la jus­tice et les droits et le dépar­te­ment de la jus­tice de SYRIZA ont été les pre­miers à pro­cla­mer que c’était into­lé­rable, qu’une telle ingé­rence dans le fonc­tion­ne­ment judi­ciaire était inac­cep­table, et pour­tant, c’est ce même pro­jet qui nous est impo­sé sous le chan­tage. Il serait donc bon que les col­lègues et cama­rades, que je res­pecte sans excep­tion, n’oublient pas leurs convic­tions et n’aillent pas par­ler d’accord. La coer­ci­tion n’est pas un accord. Le chan­tage n’est pas un accord. La sou­mis­sion totale d’un pays démo­cra­tique à la volon­té d’autres gou­ver­ne­ments et d’autres pays n’est pas un accord.

    Et nous ne devons pas oublier nos convic­tions parce qu’alors nous pour­rions aus­si bien tout oublier et en venir à par­ler de ces textes comme s’ils étaient à nous. Ils ne sont pas à nous, le conte­nu de cette loi, ce n’est pas le sou­hait et la volon­té du gou­ver­ne­ment. C’est aus­si mani­feste, M. le Ministre, dans le fait que vous ayez créé une com­mis­sion spé­ciale pour étu­dier un nou­veau code de Pro­cé­dure Civile.

    Et ce n’est pas non plus le sou­hait des dépu­tés qui vont voter pour et font par­tie de groupes par­le­men­taires qui sou­tiennent le gou­ver­ne­ment. Ils ne sou­haitent pas appli­quer ces mesures inhu­maines, qui laissent les citoyens (sur­tout les emprun­teurs) sans aucune défense face aux banques.

    M. le Ministre, vous le savez, vous, mais peut-être les citoyens ne le savent-ils pas aus­si bien, qu’à la tête de la com­mis­sion qui a rédi­gé ce code se trou­vait M. Cha­mi­lo­tho­ris, qui était res­pon­sable de l’odieuse loi 4055 sous le mémo­ran­dum de 2012, une loi qui a été dénon­cée non seule­ment par des asso­cia­tions mais aus­si par les avo­cats et des repré­sen­tants de l’appareil judi­ciaire et que SYRIZA s’est enga­gé à faire abro­ger, vous le savez aus­si que des membres de cette com­mis­sion étaient des conseillers de banques pri­vées. Il ne doit donc faire aucun doute que l’objectif est à nou­veau de dépouiller les citoyens au pro­fit des banques, de ser­vir les ban­quiers au détri­ment des citoyens.

    Nous ne devons pas per­mettre que cet objec­tif soit atteint, un objec­tif que vise pré­ci­sé­ment l’adoption aujourd’hui de ce Code de Pro­cé­dure Civile et je vou­drais ici vous deman­der à vous et à mes col­lègues avo­cats de vous expri­mer fran­che­ment ; voter une loi n’est pas à prendre à la légère, ce n’est pas juste pour un temps, et ça n’a rien d’une plai­san­te­rie. Il va s’agir d’un cadre légis­la­tif qui sti­pule que l’État grec cède le pas aux banques et passe après elles en cas de liqui­da­tion. Il va s’agir d’un cadre légis­la­tif qui sti­pule que les tra­vailleurs cèdent le pas aux banques et passent après elles en cas de liqui­da­tion. Il ne suf­fit pas de dire que ce que nous votons main­te­nant nous ne l’appliquerons pas. Ils nous diront « Vous l’avez voté » et quelle que soit la posi­tion que nous occu­pons, nous savons que ce n’est que pour un temps.

    Il s’agit d’une loi appli­cable à par­tir du 1er jan­vier 2016. Cela montre bien qu’il n’y a pas urgence et que nous pou­vons prendre le temps de débats dans des condi­tions nor­males mais sou­lève éga­le­ment de grandes inquié­tudes quant aux aspi­ra­tions et aux capa­ci­tés de nuire de ceux qui cherchent à ren­ver­ser ce gou­ver­ne­ment et à humi­lier les forces poli­tiques qui le sou­tiennent, dont l’objectif immé­diat est de les dis­cré­di­ter aux yeux des citoyens.

    Col­lègues, en tant que dépu­tée de SYRIZA je ne pour­rai jamais voter cette loi ; en tant que res­pon­sable de la com­mis­sion pour le contrôle du tra­vail par­le­men­taire sur des ques­tions de jus­tice, trans­pa­rence et droits humains du groupe par­le­men­taire de SYRIZA, un poste où pen­dant trois ans j’ai com­bat­tu les attaques des Pro­to­coles d’accord contre la jus­tice et les droits humains mais aus­si l’orgie de cor­rup­tion et d’intérêts pri­vés ins­crite dans les Pro­to­coles, je ne pour­rai jamais voter cette loi ; en tant qu’avocate, je ne pour­rai jamais voter cette loi, et en tant que Pré­si­dente du par­le­ment, je ne pour­rai jamais rendre légales des pro­cé­dures qui font du Par­le­ment un élé­ment déco­ra­tif, qui nient son rôle de garan­tie du citoyen, qui cir­con­viennent la conscience de par­le­men­taires et fina­le­ment se débar­rassent de la démo­cra­tie. Je vous remer­cie pour votre attention. »

    Tra­duit par le CADTM

    Source CADTM : http://​cadtm​.org/​D​i​s​c​o​u​r​s​-​d​e​-​Z​o​e​-​K​o​n​s​t​a​n​t​o​p​o​u​l​o​u​-au

    Réponse
    • Sam

      Un coup d’É­tat sous faux drapeau

      Cette décla­ra­tion que Mme Zoi Kons­tan­to­pou­lou a faite devant le Par­le­ment grec le 22 juillet 2015 est l’un des mes­sages poli­tiques les plus répu­gnants que j’aie vus pas­ser cette année (ce qui n’est évi­dem­ment pas peu dire). Mais si vous croyez déjà me voir venir, je crains que vous n’y soyez pas du tout.

      Il est cer­tain que le conte­nu de ce pro­pos aura révol­té beau­coup de monde (et c’est bien le pro­blème, disais-je) : les grecs souffrent, ils vont souf­frir tou­jours plus, les vio­la­tions des méca­nismes démo­cra­tiques les plus élé­men­taires sont même fla­grantes, et tout cela se pro­duit sous l’ac­tion de la Troï­ka (au ser­vice de ces hor­ribles et impla­cables « mar­chés finan­ciers ») – et même par le « chan­tage fla­grant exer­cé par les gou­ver­ne­ments d’autres États membres de l’Union euro­péenne sur ce gou­ver­ne­ment et sur les membres du par­le­ment » (pour qui dou­te­raient encore que l’UE nous ramène au nationalisme). 

      C’est effec­ti­ve­ment à vomir. Mais ce qui rend cette décla­ra­tion spé­ci­fi­que­ment scan­da­leuse n’est jus­te­ment pas à cher­cher dans ce que cette décla­ra­tion dit – n’a­vez-vous pas remar­qué, d’ailleurs, à la longue, qu’en fait, à peu près tout le monde dit peu ou prou la même chose, … dont l’im­mense majo­ri­té des euro­péistes, faux inter­na­tio­na­listes et autres « pos­tu­ra­listes », qui seront d’ailleurs réjouis de voir cette dame en rajou­ter une couche, vali­der le hur­le­ment des loups avec le tam­pon de sa légi­ti­mi­té élective ? 

      Le plus odieux, de très loin, réside pré­ci­sé­ment dans ce qu’elle ne dit pas :

      1) Pas une seule fois elle évoque la sor­tie de l’euro, ne fut-ce que comme une pos­si­bi­li­té qui existe pour libé­rer d’un coup son peuple de ces fléaux, et la « démo­cra­tie » grecque de ces vio­la­tions de pro­cé­dures tou­jours plus carac­té­ri­sées ; pas une seule fois elle se réfère aux méca­nismes ins­ti­tu­tion­nels UE pour y cher­cher une cause pro­fonde de ce qu’elle pré­sente ici comme un coup d’État, là comme une colo­ni­sa­tion, ou là encore comme un « tota­li­ta­risme éco­no­mique » (on nous vole tous les mots) ;

      2) pas une seule fois, non plus, elle rap­pelle que ce Par­le­ment grec, auquel elle s’adresse ici, dans lequel son par­ti (sa coa­li­tion) est majo­ri­taire (et qu’accessoirement elle pré­side), a le pou­voir INT֤ÉGRAL, d’une simple signa­ture, de faire sor­tir son pays de l’Union euro­péenne, de l’euro, ou d’organiser un réfé­ren­dum sur ces ques­tions. Et non pas sur des ques­tions (comme le paie­ment ou non de telle échéance) qui ne mènent qu’au milieu d’un gué pour très vite rame­ner, comme cha­cun le com­prend ou, du moins, le constate, à la case départ – dans une autre décla­ra­tion récente, elle a pas­sé beau­coup de temps à dire ce que le oui ou le non grecs veut dire et ne veut pas dire, et bien sûr, en bonne pale copie d’une numé­ro 2, 3, 5 ou 10 d’un PG fran­çais, elle a insis­té notam­ment pour dire que si un oui n’aurait pas signi­fié un « oui à l’Europe »… le non ne signi­fiait pas une volon­té du peuple grec de sor­tir de l’euro.

      Ni vu ni connu… 

      Et ça va tour­ner en quelques jours sur des mil­liers de blogs, nour­rir des dizaines de mil­liers de com­men­taires tout aus­si lar­moyants, et ce nuage de fumée ren­dor­mir les peuples. (1)

      La moindre des choses, faute de rem­plir ses devoirs élé­men­taires, si elle ne les a pas com­pris (elle enfume d’autant mieux le lec­teur qu’elle ne fait que par­ler de ses devoirs dans les petits détails pour mieux ne pas rap­pe­ler quels sont les prin­ci­paux), soit si elle se croit effec­ti­ve­ment si impuis­sante, serait encore de démissionner.

      Car il est bien pos­sible qu’elle soit aveu­glée par son idéo­lo­gie. Mais le peuple s’en fout, du moins ça ne change rien à son affaire. Il est très secon­daire d’apprendre, par exemple, que son papa, qui fut même ministre quelques mois, diri­gea pen­dant dix ans un par­ti (Synas­pis­mos) qui, en gros ancêtre de Syri­za, vota oui à Maas­tricht, ou qu’avant de se faire payer les frais de sco­la­ri­té de l’Université de Colum­bia, elle a béné­fi­cié d’une bourse Eras­mus, en plus des faveurs de a prin­cesse fran­çaise, pour étu­dier le droit euro­péen (et international). 

      En France, le Pré­sident et le Pre­mier ministre mani­festent dans la rue, pour dire qu’ils « sont Char­lie » (une évi­dente offense à ses morts, on n’est plus à une igno­mi­nie et à une pro­pa­gande gro­tesque près), au lieu de faire leur bou­lot et de com­battre le ter­ro­risme, ce qui devrait consis­ter d’abord à s’abstenir de fer­mer les yeux sur qui le finance, ensuite à affran­chir leur pays de son empire ; en Grèce, la Pré­si­dente du Par­le­ment, numé­ro deux de l’É­tat dans l’ordre pro­to­co­laire, repré­sen­tante émi­nente du par­ti du chef de l’État, se fait pas­ser et le fait pas­ser pour tota­le­ment impuis­sants alors qu’ils devraient avoir à assu­mer cha­cune des misères du peuple grec, qui ne sont pour eux qu’un moyen de nous enfu­mer pour le compte de l’empire.

      Le plus scan­da­leux, dans cette décla­ra­tion de Mme Kons­tan­to­pou­lou, est pré­ci­sé­ment qu’elle voile tota­le­ment la réa­li­té du pou­voir légi­time alors qu’elle est de son fait. Elle viole ain­si ce qui consti­tue le tout pre­mier devoir des « repré­sen­tants » ; car du point de vue du citoyen qui vou­drait pou­voir s’y fier, ce qui est en quelque sorte, en retour, son pre­mier droit poli­tique, il n’y a effec­ti­ve­ment plus de défi­ni­tion des Pou­voirs, de sépa­ra­tion des Pou­voirs (ce qui est la même chose). (2) Un faux constat signé par le Pou­voir, au nom même de la démocratie. 

      (1) Je pré­cise que j’avais pré­vu de faire cette réponse avant l’ « edit » qu’a insé­ré Étienne tout à l’heure (avouons même que notre hôte s’est fait pas­ser un savon par votre ser­vi­teur…), non pas pour me faire mous­ser ou je ne sais quoi, mais sim­ple­ment pour rap­pe­ler que, sous le coup de l’émotion et dans la pré­ci­pi­ta­tion que semble nous impo­ser sans cesse un calen­drier dont nous ne déci­dons pas, nous sommes cha­cun sus­cep­tibles de nous lais­ser aller à relayer à peu près n’importe quelle pro­pa­gande pour­vu qu’elle soit lar­moyante), et que cette dic­ta­ture de l’urgence qui en résulte dans les débats est un drame, elle anéan­tit la capa­ci­té de ceux qui le vou­draient de mener le mini­mum de recherches et de com­mu­ni­quer ; bref, que cela fait plon­ger le niveau des débats, et sauf à en prendre conscience et à se faire vio­lence, cha­cun, c’est irré­mé­diable et ça ira de mal en pis.

      (2) Et puisque nous en reve­nons, très logi­que­ment, à la chasse hys­té­rique au « conspi­ra­tion­nisme », il nous faut ajou­ter cette der­nière remarque élé­men­taire : par construc­tion, un Pou­voir qui n’est pas défi­ni est usur­pé. Tyran : du grec ὁ τύραννος, lit­té­ra­le­ment « celui qui a usur­pé le pou­voir », sans conno­ta­tion néces­saire de brutalité.

      Réponse
      • Ana Sailland

        Ce que disent les repré­sen­tants est inté­res­sant, mais les gens ? Depuis ici, il est très dif­fi­cile de savoir si les citoyens grecs sou­haitent quit­ter l’euro.

        Réponse
        • Sam

          Ce qu’ils disent… et, plus encore, par­fois, disais-je, ce qu’ils ne disent pas.

          Et sur­tout ce qu’ils ne font pas. On se pignole et on se fric­tionne avec des résul­tats de réfé­ren­dums qui ne nous sont jamais qu’octroyés ; le plus athée et le plus féroce anti-UE en est réduit, admet­tons-le, à se voir secrè­te­ment bénir le ciel qu’on les ait eus, ces ques­tions et ces réponses, alors qu’é­vi­dem­ment, en 2005 ici et en 2015 en Grèce, quitte à dis­sua­der les gens d’al­ler à la pêche, ça ne coû­tait à peu près rien d’a­jou­ter ce genre de ques­tion : quit­ter l’eu­ro O/N, quit­ter l’UE O/N. Et tant qu’à faire : Quit­ter l’O­TAN O/N, Quit­ter l’OMC O/N.

          Tout au plus a‑t-on quelques bouts de son­dages, octroyés par le jour­nal de mon­sieur untel et celui de mon­sieur untel, sur des ques­tions rare­ment non faus­sées d’ailleurs, et nos gou­ver­ne­ment pas de gêne que l’on ait à s’en conten­ter. « Depuis ici il est très dif­fi­cile… » : tu sais bien que c’est tout aus­si dif­fi­cile de savoir ce que pensent les fran­çais. Le tout est de ne pas leur poser offi­ciel­le­ment la question. 

          Fou­tage de gueule libre et non faus­sé. Mais qui en parle, en reparle sans se las­ser ? Et à force de ne pas reve­nir à l’es­sen­tiel, on en vient même à s’entre-déchi­rer pour des réponses à ces ques­tions non posées. 

          Le tout est de matra­quer le peuple d’une pro­pa­gande qui, très clai­re­ment quoique indi­rec­te­ment juste ce qu’il faut, fasse paraître ces ques­tions comme incon­ce­vables, ou odieuses, ou bien pas déci­sives, ou encore de pré­sen­ter la sor­tie comme le début d’un che­min qui mène à l’en­fer – quand l’UMPS joue sur les quatre options à la fois, la fausse oppo­si­tion des diri­geants du PCF ne prend que la der­nière option, celle des diri­geants du PG (ou du NPA, à leurs manières res­pec­tives), l’a­vant der­nière ; quant à ceux du FN, qui se posent comme tou­jours en der­nier recours, elle consiste car­ré­ment à faire croire qu’ils veulent sor­tir de l’eu­ro et de l’UE, ce qui n’est pas le cas.

          Réponse
          • Ana Sailland

            Le réfé­ren­dum à l’i­ni­tia­tive du prince a pour fonc­tion de ne poser que les ques­tions qui conviennent au prince. En effet.

  15. etienne

    JOSEPH STIGLITZ :
    GRÈCE, L’AGNEAU SACRIFICIEL

    26 juillet 2015 | Par Moni­ca M.

    « Joseph Sti­glitz a publié hier dans Le New York Times un article sur l’i­na­ni­té des exi­gences de la Troï­ka envers la Grèce.

    L’in­té­rêt de cet article très clair est de mon­trer à quel point la poli­tique de l’Eu­ro­zone a dépas­sé toutes les limites du bon sens en matière même de … capi­ta­lisme. Le plus inquié­tant est que cette poli­tique euro­péenne, menée sous les aus­pices de l’Al­le­magne pré­ten­du­ment « ordo-libé­rale » (en fait, tenante d’un capi­ta­lisme à visage inhu­main), soit cau­tion­née et mise en œuvre sans état d’âme par des zélés « socia­listes » et autres « sociaux-démo­crates ». Ces Lea­ders élus ne prêtent appa­rem­ment qu’un œil dis­trait ou aveugle à la pau­pé­ri­sa­tion des peuples qu’ils gou­vernent, au chô­mage galo­pant de la jeune géné­ra­tion, et adoptent tran­quille­ment, au nom du « prag­ma­tisme du réel » des règles insen­sées éla­bo­rées par des technocrates.

    Voi­ci ma tra­duc­tion de cet article Greece, the sacri­fi­cial lamb, de Jos­peh Stiglitz,ancien Éco­no­miste en chef de la Banque Mondiale. »

    [à lire sur Mediapart…]

    Source : https://blogs.mediapart.fr/blog/monica‑m/260715/joseph-stiglitz-grece-lagneau-sacrificiel

    Réponse
  16. Ana Sailland
  17. joss
  18. gracia

    Je me pose la ques­tion sur l’en­det­te­ment des états. Faire appel aux banques pri­vées est ce vrai­ment la réa­li­té et la loi de 1973 est-elle res­pon­sable de notre dette. Voir la vidéo de Vincent Brous­seau. Tout sim­ple­ment j’y perd mon latin…
    A par­tir de la 39 mn vidéo ‘l’Eu­ro est-il irré­vo­cable’ de Vincent Brousseau…j’attends des explications.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Tout euro cir­cu­lant est un euro de dette.
      Besoin de plus ?

      Réponse
    • Sam

      @ Gra­cia,

      il aurait, bien sûr, beau­coup trop de déve­lop­pe­ments à faire pour répondre à tout ça d’un coup, et il fau­drait déjà ample­ment déve­lop­per les ques­tions elles-mêmes. Cela a sus­ci­té des cen­taines et des cen­taines de pages de débats rien que sur ce blog (ou plu­tôt son ancêtre).

      Je ne peux guère que répondre, ici, que si j’ap­pré­cie gran­de­ment le sou­ci de qua­li­té péda­go­gique de V. Brous­seau, je suis en grand désac­cord avec lui sur ce qu’il PARAIT dire ou pen­ser (lui aus­si doit bien faire court).

      Une des grandes sources de mal­en­ten­dus sur ces ques­tions fon­da­men­tales pro­vient, comme sou­vent, du fait que l’a­na­lyse ou la cri­tique se situent soit dans un cadre qui est ce qui est, soit au regard de ce qui pour­rait être, et que cette dis­tinc­tion est elle-même rare­ment posée. Exemple, même si la loi de 1973 n’a­vait rien chan­gé pour la dette publique et en termes de pou­voirs confé­rés aux « mar­chés finan­ciers » (ce qui est faux, mais je ne peux me per­mettre de redé­mon­trer en quoi ici, à la va-vite), il y a encore qu’elle aurait pu le faire – une loi qui n’au­rait rien chan­ger à un sys­tème de pri­vi­lèges et de pou­voir occulte res­te­rait une loi scé­lé­rate, un sem­blant de chan­ge­ment qu’on appor­te­rait jus­te­ment pour que rien ne change (cette loi était d’a­bord sen­sée répondre au pro­jet d’en faire une, annon­cé à la Libé­ra­tion dans le cadre d’un pro­gramme qui devait nous libé­rer des féo­da­li­tés économiques).

      Une autre source de confu­sion énorme vient du fait qu’on ne peut pas ana­ly­ser les choses de la même manière selon qu’on est ou non dans l’eu­ro. Par paren­thèse, avant de reve­nir sur ce point par­ti­cu­lier, je répète ici que la ques­tion pas­sion­nante et fon­da­men­tale de la créa­tion moné­taire consti­tue elle-même (un comble) une dis­trac­tion impor­tante par rap­port à la ques­tion éga­le­ment déci­sive mais en très grande par­tie indé­pen­dante, de l’eu­ro (dont on aurait du se pas­ser)… Un exemple très emblé­ma­tique en est don­né par le débat – à science-po, de mémoire (en tous cas c’est sur You­tube) – entre le « néo-char­ta­liste » Grje­bine et J. Sapir. En un mot, quand le second mar­tèle, à très juste titre, que le pro­blème de l’eu­ro n’est pas une affaire de dette publique mais une ques­tion de dés­équi­libre des balances com­mer­ciales entre États-membres, que ne sau­rait com­bler qu’un sys­tème de com­pen­sa­tions dit « Union de trans­ferts » (auto­ma­tiques, ajoute Lor­don, et j’ai bien ré-expli­qué plus haut que cela ne peut se faire que dans un sys­tème stric­te­ment fédé­ral, qui est aux anti­podes de ce qu’est l’UE – voir mon mes­sage du 2707 à 20:16), le pre­mier nous assure (à tort, je pense) que la créa­tion moné­taire pour­rait résoudre mira­cu­leu­se­ment la chose. 

      Je reviens, disais-je, sur le fait qu’on ne peut pas ana­ly­ser les choses de la même manière selon qu’on est ou non dans l’eu­ro. En par­ti­cu­lier, il y a que ce qu’ex­plique V. Brous­seau au début (à la minute 39) tient à peu près la route si, jus­te­ment, on est dans l’eu­ro, tan­dis que ce ne serait pas du tout une fata­li­té sinon. Un point très impor­tant est que toute émis­sion de mon­naie par la banque cen­trale s’ins­crit, dans ses comptes, comme un pas­sif en ce qui la concerne, mais que cela ne veut abso­lu­ment pas dire que cette « dette » doive être rem­bour­sée. Et d’ailleurs, cha­cun sait ou devrait savoir que la masse moné­taire (en par­ti­cu­lier M0, celle de la mon­naie fidu­ciaire) ne cesse d’aug­men­ter (donc ce pas­sif vir­tuel). Dans le cadre d’une nation sou­ve­raine, c’est, en un mot, une dette de la socié­té envers elle-même, et on s’en fout éper­du­ment, l’im­por­tant étant que la cir­cu­la­tion moné­taire (au besoin, l’é­mis­sion moné­taire) soit suf­fi­sante pour finan­cer la pro­duc­tion de biens et de ser­vices dont le peuple a besoin. L’er­reur consi­dé­rable que semble com­mettre V. Brous­seau au début de pas­sage (minute 39) (*), n’est pas tant de ne rai­son­ner que sur les inté­rêts (« loyer » de l’argent) en oubliant que des inté­rêts ver­sés aux épar­gnants pri­vés ou à la BC ne sont pas la même chose (il s’a­gi­rait déjà, a mini­ma, de com­pen­ser cela par l’im­pôt, ce qui n’est pas méca­nique), mais de rai­son­ner sur un ensemble État – BC pro­prié­té de l’É­tat en oubliant que l’ins­ti­tut d’é­mis­sion n’a abso­lu­ment pas à rem­bour­ser le pas­sif en ques­tion (ce qui ne revien­drait évi­dem­ment pas à rem­bour­ser qui­conque, seule­ment à reti­rer de la mon­naie de la circulation).

      Mais du fait de l’u­nion moné­taire, le pas­sif (vir­tuel) en ques­tion, pour la Banque de France, se tra­duit par une dette de la nation fran­çaise envers l’en­semble des peuples des États membres de la zone euro. En quelque sorte, par ce biais malé­fique, la Banque de France rede­vient un agent ordi­naire, qui peut faire faillite, et dont la dette devrait être épon­gée soli­dai­re­ment par tous les États de la zone euro (au pro­ra­ta de leurs parts au capi­tal du SEBC, soit, disons, de leurs popu­la­tions res­pec­tives ou de leurs parts de PIB à la date du trai­té machin, pas­sons). Une autre manière de le dire est que la banque cen­trale de Grèce a un « droit de tirage » qui se limite à la part de PIB de la Grèce dans la zone euro alors qu’il fau­drait jus­te­ment l’aug­men­ter si on veut qu’elle se déve­loppe pour « rat­tra­per » les autres pays (sans ajus­te­ment vers le bas de la variable « reve­nus du tra­vail ») – et ici, Grje­bine a rai­son, même si, dans la pra­tique, son miracle qui ne sera jamais mis en place dans le cadre UE est sur­tout une diver­sion par rap­port à la ques­tion de la néces­saire sor­tie de l’eu­ro (qui, pour la nième fois, s’im­pose du fait que jamais une union moné­taire n’a tenu, du simple fait, pour la énième fois, que cela sup­pose le véri­table fédé­ra­lisme, en l’occurrence un État euro­péen, avec des gou­ver­ne­ments des « États membres » qui n’exercent plus aucun pou­voir au plan fédé­ral, bref, le contraire de ce qui découle d’une construc­tion par traités).

      Sur un point tech­nique plus acces­soire, V. Brous­seau me semble prendre les choses tout à fait à l’en­vers (il a du sim­ple­ment inver­ser les mots sans s’en rendre compte) : il dit que, s’il n’y avait qu’une seule banque de dépôt dans le sys­tème, elle ferait ce qu’elle vou­drait, tan­dis que s’il y en a un très grand nombre, le mul­ti­pli­ca­teur moné­taire ne mar­che­rait plus. C’est le contraire : c’est pré­ci­sé­ment parce qu’il y a plu­sieurs banques de dépôt, et non une seule, que les banques de dépôt peuvent créer de la mon­naie par le biais du cré­dit (et béné­fi­cier d’une part des inté­rêts et du pou­voir de déci­der de l’o­rien­ta­tion du cré­dit, donc des inves­tis­se­ments), et qu’elles peuvent le faire sans limite pour­vu sim­ple­ment que cha­cune le fasse en pro­por­tion de sa part de « chiffre d’af­faires » en termes de dépôts qu’elle attire. Quant à dire qu’e, tel cas, la BC n’au­rait plus d’im­por­tance, cela n’a pas de sens, du moins au regard de ce qui pour­rait être, du fait que la BC (de pré­fé­rence, sur déci­sion géné­rale du Par­le­ment) pour­rait notam­ment impo­ser d’im­por­tantes réserves obli­ga­toires (à 100%, il n’y a plus de ver­se­ments d’in­té­rêts à des agents pri­vés), des boni­fi­ca­tions de cré­dit selon les sec­teurs d’ac­ti­vi­tés finan­cées (avec plu­sieurs banques, on a encore l’en­ca­dre­ment du cré­dit qui met un point d’ar­rêt bru­tal à la course au chiffre d’af­faire pour le cré­dit (et pour les dépôts)). 

      (*) https://​you​tu​.be/​K​D​9​5​J​L​g​q​d64

      Réponse
      • Sam

        L’a­na­lyse de V. Brous­seau, déci­dé­ment, me paraît et dan­ge­reu­se­ment pri­son­nière d’une vision erro­née de l’é­co­no­mie comme sys­tème de vases com­mu­ni­cants (une vision archaïque d’ailleurs reprise par aucun grand éco­no­miste dans l’his­toire, sauf par les gratte-papier du régime impé­rial qui nous gouverne). 

        Cela appa­raît notam­ment à la minute 52, quand il dit que « le pro­tec­tion­nisme », s’il nous est indis­pen­sable pour ne pas som­brer sans fin vers le niveau de déve­lop­pe­ment et de reve­nus du Laos, revien­drait à lais­ser ce der­nier dans sa misère.

        Du reste, « le pro­tec­tion­nisme », entier et aveugle, n’est évi­dem­ment pas la solu­tion, il est à pra­ti­quer au cas par cas, ce qu’on sait depuis son pre­mier théo­ri­cien moderne, dont le nom m’é­chappe, là tout de suite… Des mesures pro­tec­tion­nistes uni­la­té­ra­le­ment déci­dées par la France, pour­vu qu’elles soient ciblées, réflé­chies, n’empêchent pas le Laos d’en prendre aus­si (ni d’a­dop­ter un régime moné­taire juste), ni même de pas­ser des accords d’é­changes com­mer­ciaux équi­tables avec le Laos, etc.

        Le pro­blème constant de ces débats minu­tés est de for­cer celui qui s’ex­prime à iso­ler bien trop les para­mètres. Mais il paraît que les gens, qui ont tou­jours le temps de lire mille textes courts et de ce simple fait trom­peurs, répugnent à lire de très longs textes (quand bien même ils sup­plient le ciel de leur envoyer des pro­grammes com­plets, fice­lés et cohérents).

        Réponse
      • Ana Sailland

        Sor­tir de l’eu­ro sauve ( c’est néces­saire ) mais on peut faire beau­coup mieux.
        Les rares poli­tiques qui prônent la sor­tie sans abor­der la ques­tion d’une reforme fon­da­men­tale très au loin de 1972 loupent un cha­pitre immense … et se privent d’un énorme pou­voir de séduction.
        Car selon les méca­nismes moné­taires choi­sis, on est dans la civi­li­sa­tion de la pin­gre­rie ou dans celle de l’abondance.

        Réponse
    • joss

      La loi de 73 s’ins­crit dans un pro­ces­sus qui mène à la créa­tion d’une banque cen­trale euro­péenne (BCE) pri­vée et indé­pen­dante des états et qui contrôle les banques natio­nales (voir trai­tés de Maas­tricht et Lis­bonne qui ont sui­vi cette loi). C’est la pre­mière marche de l’escalier.

      L’ob­jec­tif :
      Les états s’en­dettent uni­que­ment envers des banques privées.
      Ce qui per­met une poli­tique éco­no­mique d’en­det­te­ment des états et d’en­ri­chis­se­ment du sec­teur pri­vé (sur­tout bancaire).
      Asser­vis­se­ment de l’é­tat par les banques privées.

      Mais l’aug­men­ta­tion de la dette qui a été enre­gis­trée n’a été pos­sible que grâce à la poli­tique « d’aus­té­ri­té » (com­pli­ci­té de nos chers politiques) :
      ‑de réduc­tion de cer­taines dépenses (ser­vices publics),
      ‑d’aug­men­ta­tion de cer­taines dépenses (aides aux multi-nationales),
      ‑de casse salariale,
      ‑d’aug­men­ta­tion d’im­pôts (pour le citoyen),
      ‑de dimi­nu­tion d’im­pôts (pour les multi-nationales),
      ‑sans oublier les pri­va­ti­sa­tions (le dépe­çage de l’état).

      Réponse
    • joss

      Sur la créa­tion monétaire :
      Tout l’argent qui cir­cule au niveau mon­dial est de l’argent prêté.
      Par qui ? par les banques privées.
      Prê­té ? les banques ne donnent pas d’argent, elles ne savent que le prêter.
      Jusque là, on joue au « Mono­po­ly », à la fin du jeu tout retourne dans la boîte (la banque).
      Main­te­nant 2 points importants :
      Avant de le prê­ter, elles le créent à par­tir de rien.
      Comme l’argent n’est que prê­té, elles demandent de le rem­bour­ser, avec un loyer : des intérêts.
      Mais les inté­rêts ne sont pas prê­tés ! Il fau­dra les cher­cher dans l’emprunt du voi­sin (pro­voque faillite) ou dans l’emprunt futur (aug­mente la dette).
      Ce qui veut dire que :
      A- si tout le monde rem­bourse ses dettes, il n’y aura plus d’argent qui circule,
      B- et pour rem­bour­ser les inté­rêts de la dette, il fau­dra se ré-endet­ter (retour au point A-).
      Ce qui est un cercle vicieux :
      on passe de A- à B- à A- à B- à A- à…
      C’est pire que le Monopoly !

      Réponse
      • Ana Sailland

        NB : Tous autres vices répa­rés, la créa­tion par le cré­dit reste nuisible

        Réponse
    • Mic El

      le pro­blème c’est qu’en même temps E&R sou­lève des rires gras par ses inci­ta­tions à la vio­lence à peine masquée…

      Réponse
  19. binnemaya
    • Ana Sailland

      Je ne vou­drais pas être pes­si­miste et me réjouis de me trom­per et de consta­ter la réus­site, mais le salaire à vie dans le cadre de l’eu­ro me semble dif­fi­cile techniquement.

      Par contre si outre un fran­xit on réfor­mait le méca­nisme de créa­tion moné­taire en pas­sant du méca­nisme mon­naie-prê­tée au méca­nisme mon­naie-injec­tée, le reve­nu incon­di­tion­nel devien­drait plus une consé­quence qu’une revendication.

      ( cf quan­ti­ta­tive easing for the people )

      Réponse
  20. DESBOIS

    JE NE CONNAIS QU’UN SEUL PARTI POLITIQUE ENTIEREMENT TOURNE VERS LA SORTIE DE L’EURO / L’U.P.R.
    http://​www​.upr​.fr/
    Son défaut : il n’en­vi­sage pas de remettre à plat la constitution.

    Réponse
    • Mic El

      À pro­pos de l’article 50 autant pio­cher dans des argu­ments déjà bien écrits plus haut pas Sam :

      « Par­lant de timing (dans le cas plus direc­te­ment ambi­tieux d’une sor­tie de l’UE), il est mani­feste que la plu­part des gens qui parlent de l’article 50 ne l’ont pas lu : il est tout à fait abu­sif de voir dans cette clause la per­mis­sion d’une sor­tie par déci­sion réel­le­ment uni­la­té­rale (l’aval de cer­taines ins­ti­tu­tions UE étant expli­ci­te­ment requis, celles-ci gar­dant même le contrôle du calen­drier), et il est par­fai­te­ment évident qu’elle forme ce qu’on appelle une mesure dila­toire (en l’occurrence, c’est une mesure per­met­tant de gagner du temps afin de dis­sua­der le can­di­dat à la sor­tie, notam­ment au motif d’assurer la conti­nui­té de la « juri­dic­tion » ô com­bien démo­cra­tique de l’OMC, l’article 50 fai­sant expli­ci­te­ment réfé­rence à l’article 88) — un grand mérite de la posi­tion de Nico­las Dupont-Aignan (quoiqu’elle ne me semble pas entiè­re­ment claire), est pré­ci­sé­ment de reje­ter l’idée d’un recours à cet article 50 qui est un piège et une offense (un État n’a pas à négo­cier sa sor­tie selon des moda­li­tés impo­sées par le cadre dont il sort, ce qui ne signi­fie évi­dem­ment pas qu’il aie inté­rêt à ne rien négo­cier mais que c’est à lui de défi­nir ce qui mérite de l’être).’

      Réponse
  21. Ana Sailland

    J’en­vi­sage une migra­tion gra­tuite vers ubunto 😉

    Réponse
    • Mic El

      tu n’y es pas déjà??

      Réponse
      • Ana Sailland

        Pas évident quand on achète un ordi où le bios est qua­si verrouillé

        Réponse
        • Mic El

          il faut bien sûr y consa­crer un mini­mum de temps, mais pour s’af­fran­chir cela en vaut la peine. il existe main­te­nant même des tablettes et des télé­phone sur les­quels tu peu ins­tal­ler ubun­tu. il faut prendre patience de poser quelques ques­tion sur des pages spé­cia­li­sée, pour véri­fier la confor­mi­té de tes appa­reils avec les dif­fé­rents déri­vés de linux, ce genre http://​doc​.ubun​tu​-fr​.org/​p​o​r​t​a​ble

          Alter­na­tive, tu peu trou­ver une esclave qui en échange d’une modique séduc­tions sera prêt à mouiller sa che­mise pour ta ‘muta­tion’…

          Réponse
          • Ana Sailland

            La séduc­tion n’est pas plus évi­dente que le bios, grand éclat de rire.

            J’ai déjà consa­cré des jours à faire ce que tu me sug­gères, mais mer­ci quand même pour les conseils.

            Si je vis plus long­temps que mon PC, j’en achè­te­rai un dans une petite échoppe en posant mes condi­tions, ou chez un assembleur.

          • Mic El

            alter­na­tive à l’al­ter­na­tive, prendre ton vieux pc, por­ta­blet­tect, y col­ler des­sus un ubun­tu pas trop récent mais main­te­nu a jour genre ubun­tu 12.04 LTS…
            après, sauf excep­tion excep­tion­nelle, tu n’au­ra plus besoin d’escrosoft.

        • joss

          Il faut presque avoir 2 PC :
          un avec Micro­soft (ou autre OS Orwel­lien) NON CONNECTE,
          un avec UBUNTU (ou autre OS Libre) CONNECTE.

          Réponse
    • binnemaya

      Pour les plus bri­co­leurs il y a Voya­ger X8 (une Débian per­son­na­li­ser) et sinon je suis fan de Voya­ger sous Xubun­tu qui tourne très bien même sur des vieux PC vive le Libre en Open Source

      Réponse
  22. etienne

    Pour Varoufakis

    Source : http://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/​4​160

    La menace d’une incul­pa­tion pour Haute Tra­hi­son pesant désor­mais sur Yanis Varou­fa­kis a quelque chose d’absurde, mais aus­si de ter­ri­ble­ment révé­la­teur[1]. Elle éclaire de manière crue le faite que la zone Euro est désor­mais deve­nue un monstre, ou plus pré­ci­sé­ment un tyran qui s’est déga­gé de toute règle.

     

    Les faits

    Yanis Varou­fa­kis, en tant que Ministre des finances, a pris la déci­sion de faire péné­trer clan­des­ti­ne­ment le sys­tème infor­ma­tique de l’administration fis­cale grecque. On a ren­du compte de ce « plan B » dans ce car­net[2], et c’est ce qui lui est repro­ché. Mais, il a pris cette déci­sion en accord avec le Pre­mier ministre, Alexis Tsi­pras. Il a pris cette déci­sion concer­nant le sys­tème infor­ma­tique de l’administration fis­cale grecque parce que ce der­nier était en réa­li­té sous le contrôle d’hommes de la « Troï­ka », c’est à dire du Fond Moné­taire Inter­na­tio­nal, de la Banque Cen­trale Euro­péenne et de la Com­mis­sion Euro­péenne. C’est donc le Pre­mier ministre conser­va­teur, M. Sama­ras, bat­tu lors des élec­tions du 25 jan­vier, qui a en réa­li­té com­mis cet acte de Haute Tra­hi­son en confiant l’administration fis­cale à une (ou des) puis­sances étran­gères. C’est lui, et lui seul, qui porte la totale res­pon­sa­bi­li­té de ce qui est alors survenu.

    Cette déci­sion avait pour but de mettre en œuvre un sys­tème de paie­ments paral­lèles qui aurait per­mis au gou­ver­ne­ment grec de contour­ner le blo­cage des banques qui fut orga­ni­sé par la BCE à par­tir de la fin juin 2015. Ceci aurait été néces­saire pour évi­ter la des­truc­tion du sys­tème ban­caire grecque qu’a pro­vo­quée l’action de la Banque Cen­trale Euro­péenne. Cette action illé­gale de la BCE a mis en péril le sys­tème ban­caire alors que l’une de ses mis­sions, ins­crites dans la charte de la BCE est jus­te­ment d’assurer le bon fonc­tion­ne­ment de ce sys­tème ban­caire. Si Yanis Varou­fa­kis doit être incul­pé, il serait logique, il serait juste, que le Pré­sident de la BCE M. Dra­ghi ain­si que le Pré­sident de l’Eurogroupe, M. Dijs­sel­bloem, le soient aussi.

    Il est exact que ce sys­tème paral­lèle de paie­ments aurait aus­si pu per­mettre un glis­se­ment très rapide de l’Euro vers la Drachme, mais Varou­fa­kis, selon les pro­pos rap­por­té par The Tele­graph, n’envisageait cela qu’en toute der­nière extré­mi­té[3].

     

    Une déci­sion absurde.

    Incul­per M. Varou­fa­kis est ain­si absurde. Le fait qu’il soit désor­mais défen­du par des per­son­na­li­tés comme Moha­med El-Erian, l’économiste en chef d’Allianz et Pré­sident d’un comi­té d’experts éco­no­miques auprès du Pré­sident des Etats-Unis[4], montre bien que ce qu’il a fait, il l’a fait pour le plus grand bien de l’Etat qu’il ser­vait comme Ministre des finances. Cette incul­pa­tion, si elle devait de confir­mer, ne pour­rait avoir lieu qu’avec la com­pli­ci­té d’Alexis Tsi­pras qui aurait alors lâché son ancien Ministre des finances, et qui n’assumerait pas ses res­pon­sa­bi­li­tés. Cette incul­pa­tion, si elle sur­ve­nait, serait un acte odieux, un acte de pure jus­tice poli­tique, de ven­geance des auto­ri­tés euro­péennes contre un homme qui a osé, appuyé par son peuple, les défier.

    Cette incul­pa­tion serait aus­si quelque chose de très révé­la­teur de l’attitude néo-colo­niale qu’ont les auto­ri­tés euro­péennes aujourd’hui vis-à-vis de la Grèce, mais aus­si d’autre pays. Ste­fa­no Fas­si­na, ancien Vice-Ministre des finances du gou­ver­ne­ment ita­lien, membre du Par­le­ment de ce pays et l’un des membres émi­nents du Par­ti Démo­crate actuel­le­ment au pou­voir, a écrit dans un texte qui a été publié sur le blog de Yanis Varou­fa­kis[5] : « Alexis Tsi­pras, Syri­za et le peuple grec ont eu le mérite his­to­rique indé­niable d’arracher le voile de rhé­to­rique Euro­péiste et d’objectivité tech­nique qui n’a pour but que de mas­quer la dyna­mique de la zone Euro »[6]. Il ajoute aus­si : « Nous devons recon­naître que l’Euro fut une erreur de pers­pec­tive poli­tique. Il nous faut admettre que dans la cage néo-libé­rale de l’Euro, la Gauche perd sa fonc­tion his­to­rique et qu’elle est morte comme force ser­vant la digni­té et l’importance poli­tique du tra­vail ain­si que de la citoyen­ne­té sociale en tant qu’instrument d’une démo­cra­tie réelle »[7]. Il conclut enfin en écri­vant : « Pour une dés­in­té­gra­tion qui soit gérée de la mon­naie unique, nous devons construire une large alliance de fronts de libé­ra­tion natio­nale »[8].

    Cette pers­pec­tive est aujourd’hui entiè­re­ment jus­ti­fiée. La zone Euro s’est bien révé­lée une machine de guerre au ser­vice d’une idéo­lo­gie, le néo-libé­ra­lisme, et au ser­vice d’intérêts par­ti­cu­liers, ceux de la finance, et d’une oli­gar­chie sans fron­tières. La pers­pec­tive offerte par Ste­fa­no Fas­si­na est bien celle que nous avons aujourd’hui devant nous, soit la consti­tu­tion d’une « alliance des fronts de libé­ra­tion natio­nale » des pays de la zone Euro pour faire plier le tyran, et pour déman­te­ler la zone Euro.

    Jacques Sapir.

    Notes

    [1] Evans-Prit­chards A., « Euro­pean ‘alliance of natio­nal libe­ra­tion fronts’ emerges to avenge Greek defeat », The Tele­graph, 29 juillet 2015, http://​www​.tele​graph​.co​.uk/​f​i​n​a​n​c​e​/​e​c​o​n​o​m​i​c​s​/​1​1​7​6​8​1​3​4​/​E​u​r​o​p​e​a​n​-​a​l​l​i​n​c​e​-​o​f​-​n​a​t​i​o​n​a​l​-​l​i​b​e​r​a​t​i​o​n​-​f​r​o​n​t​s​-​e​m​e​r​g​e​s​-​t​o​-​a​v​e​n​g​e​-​G​r​e​e​k​-​d​e​f​e​a​t​.​h​tml

    [2] http://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/​4​148

    [3] http://​www​.tele​graph​.co​.uk/​f​i​n​a​n​c​e​/​e​c​o​n​o​m​i​c​s​/​1​1​7​6​4​0​1​8​/​V​a​r​o​u​f​a​k​i​s​-​r​e​v​e​a​l​s​-​c​l​o​a​k​-​a​n​d​-​d​a​g​g​e​r​-​P​l​a​n​-​B​-​f​o​r​-​G​r​e​e​c​e​-​a​w​a​i​t​s​-​t​r​e​a​s​o​n​-​c​h​a​r​g​e​s​.​h​tml

    [4] http://www.project-syndicate.org/commentary/varoufakis-agenda-defended-by-mohamed‑a–el-erian-2015–07

    [5] Voir Fas­si­na S., « For an alliance of natio­nal libe­ra­tion­fronts », article publié sur le blog de Yanis Varou­fa­kis par Ste­fa­no Fas­si­na, membre du Par­le­ment (PD), le 27 juillet 2015, http://​yanis​va​rou​fa​kis​.eu/​2​0​1​5​/​0​7​/​2​7​/​f​o​r​-​a​n​-​a​l​l​i​a​n​c​e​-​o​f​-​n​a​t​i​o​n​a​l​-​l​i​b​e​r​a​t​i​o​n​-​f​r​o​n​t​s​-​b​y​-​s​t​e​f​a​n​o​-​f​a​s​s​i​n​a​-​mp/

    [6] Alexis Tsi­pras, Syri­za and the Greek people have the unde­niable his­to­ri­cal merit of having rip­ped away the veil of Euro­pea­nist rhe­to­ric and tech­ni­cal objec­ti­vi­ty aimed at cove­ring up the dyna­mics in the eurozone

    [7] We need to admit that in the neo-libe­ral cage of the euro, the left loses its his­to­ri­cal func­tion and is dead as a force com­mit­ted to the digni­ty and poli­ti­cal rele­vance of labour and to social citi­zen­ship as a vehicle of effec­tive democracy.

    [8] For a mana­ged dis-inte­gra­tion of the single cur­ren­cy, we must build a broad alliance of natio­nal libe­ra­tion fronts

    Réponse
    • Ana Sailland

      Le droit devient bizarre qui envi­sage de pour­suivre pour haute tra­hi­son une pen­sée non réa­li­sée. Mais bon. On va vers le pire.

      Et tra­hi­son de qui au fait ? De la Grèce ou des infor­ma­ti­ciens extérieurs ?

      Réponse
      • joss

        Ca devient du « 1984 » pur jus (avec leur Police de la Pensée).
        Mais toutes les tra­hi­sons d’in­ten­tion, man­quées ou non, ne sont pas jugées, c’est une jus­tice à la tête du client. On doit éli­mi­ner un tel, qu’est-ce qu’on peut ima­gi­ner pour pou­voir l’inculper ?
        Tsi­pras, n’a t’il pas tra­hi son peuple en refu­sant le résul­tat du réfé­ren­dum ? ou quand il a signé l’ac­cord de la Troï­ka en disant « qu’il n’y croyait pas », n’a t’il pas une inten­tion de tra­hi­son der­rière la tête ? ou plu­tôt de haute trahison.

        Réponse
      • nlesca

        Même si elle a une cer­taine légi­ti­mi­té de la part d’un démis­sion­naire post referendum/pré capi­tu­la­tion, cette réponse ne me paraît pas cin­glante du tout, je la trouve un peu molle et mal­heu­reu­se­ment tou­jours empreinte d’un manque de réa­lisme sus­pect quant à l’at­ti­tude à adop­ter vis-à-vis de l’UE et de ses technocrates.

        Réponse
    • joss

      Gérard Fou­cher sur Varou­fa­kis, son plan B et le complot :

      Réponse
      • Ronald

        Le point notable est que l’argent créé ne devient réel­le­ment de la « dette » qu’à par­tir du moment où la recon­nais­sance de dette est refi­lée à un épar­gnant réel, en échange de son pécule. A la base, un habi­tant du nord de l’Eu­rope, par sen­ti­ment pro­so­cial, aurait ten­dance à sou­te­nir le peuple grec, et son sou­hait d’être libé­ré du far­deau de l’en­det­te­ment. Mais dès lors qu’il com­prend que le cré­di­teur, c’est deve­nu lui-même (indi­rec­te­ment : par les assu­rances-vie, les comptes en banques mena­cés de faillite, le bud­get des Etats prê­teurs, etc ), les sen­ti­ments égoïstes des gens du nord l’emportent sur leurs sen­ti­ments altruistes, et ils s’en­gagent dans la lutte aux côtés de la finance contre les habi­tants du sud. Si ça, ce n’est pas un méca­nisme pro­pre­ment satanique …

        Réponse
        • Ana Sailland

          La TITRISATION modi­fie l’i­den­ti­té du créan­cier, et dope le devoir moral de l’emprunteur :->

          Au la racine du cir­cuit de la dette, le créan­cier est l’é­met­teur de mon­naie ex nihi­lo, légal mais illé­gi­time, et l’emprunteur, s’il a un devoir ins­ti­tu­tion­nel ( dou­teux ) n’a aucun devoir moral au sens strict.
          Son défaut ne lèse pas.

          Mais celui qui plus tard achète sur les mar­chés des titres de dette les paye de sa poche, et de ce fait, l’emprunteur ini­tial se voit alour­di d’une dette morale envers un créan­cier phy­sique et de chair.
          Désor­mais, le défaut lèse.

          La titri­sa­tion est une sorte de blan­chi­ment de la mon­naie ex nihi­lo, qui en cas d’au­dit de la dette des états rend l’al­lè­ge­ment dif­fi­cile et néces­sai­re­ment partiel.

          La titri­sa­tion a été auto­ri­sée dans les années 80 et per­met de jon­gler et tri­cher à qui mieux mieux.

          Réponse
          • Mic El

            La titri­sa­tion est une sorte de blan­chi­ment de la mon­naie ex nihilo

            belle expres­sion, je dirais même plus, dans le pro­ces­sus de blan­chi­ment de la drogue de l’argent, la titri­sa­tion est le moment où l’ad­dic­tion prend corps.
            Or, la crise de manque est aus­si insup­por­table que tabou, …ce qui peut par­ti­ci­per à expli­quer l’ac­cu­sa­tion de haute tra­hi­son faite à Marie Varoufakir.

        • joss

          C’est comme un type A qui vend une voi­ture volée à un type B. Si le pro­prié­taire retrouve sa voi­ture, le type B aura tout per­du : la voi­ture et son argent.
          Le type A, c’est la banque.
          Le type B, c’est l’é­par­gnant (nous).
          Le pro­prié­taire, c’est l’état.
          Créer l’argent ex nihi­lo et l’u­ti­li­ser de cette manière, c’est donc du vol.
          Et pour pro­fi­ter du sys­tème, le pro­prié­taire (en par­tie, les poli­tiques dans le cas de l’é­tat) est com­plice avec le type A !

          Réponse
  23. etienne

    Très bon texte : 

    « Grèce : six mois pour rien ? »


    http://​www​.revue​-bal​last​.fr/​g​r​e​c​e​-​s​i​x​-​m​o​i​s​-​p​o​u​r​-​r​i​en/

    Extraits :

    « Le « tour­nant de la rigueur » de Mit­ter­rand en 1983 (deux ans après l’ar­ri­vée des socia­listes au pou­voir en France) n’est rien à côté de ce fran­chis­se­ment de toutes les « lignes rouges » de Syri­za : réduc­tion des retraites, limi­ta­tion des impôts des entre­prises, tra­vail du dimanche, détri­co­tage des droits syn­di­caux, mesures concer­nant la pro­prié­té des phar­ma­cies ou la concur­rence entre bou­lan­ge­ries… Sans oublier l’augmentation de la TVA sur des pro­duits ali­men­taires et de pre­mière néces­si­té (îles com­prises, jusqu’alors épar­gnées pour com­pen­ser le coût de trans­port des mar­chan­dises) — au hasard : la TVA pas­se­ra de 13 à 23 % sur les pré­ser­va­tifs, le sel et l’eau de mer, la viande de bœuf (mais pas le porc), les bro­chettes (mais pas sans sel), le sucre (mais pas les yaourts sucrés), les huiles (mais pas d’olive), le fro­mage râpé (mais pas au kilo)… Bref, tout ce que la gou­ver­nance euro­péenne sait pro­duire de plus ubuesque et indi­geste. Elle va appli­quer à la socié­té grecque, après cinq ans de chô­mage mas­sif et de coupes bud­gé­taires sociales, une nou­velle dose de che­val de ses « remèdes » qui ont pour­tant déjà lar­ge­ment prou­vé leur carac­tère inepte et néfaste. En for­çant le gou­ver­ne­ment grec à prendre des déci­sions qui ne sont pas seule­ment « impo­pu­laires » mais inhu­maines, injustes, déses­pé­rantes et rava­geuses dans un pays déjà rui­né par six années de récession. »

    […]

    « Il fal­lait faire payer aux Grecs le réfé­ren­dum et son résul­tat. Se ser­vir d’eux comme exemple pour mon­trer qu’aucune alter­na­tive poli­tique n’est envi­sa­geable dans le cadre euro­péen. Voi­là à quoi nos chers diri­geants, fiers d’avoir « sau­vé l’euro », ont pas­sé leur week-end. »

    […]

    « Varou­fa­kis dira avoir été stu­pé­fait par cette « absence totale de scru­pules démo­cra­tiques, […] d’avoir des per­son­nages très puis­sants qui vous regardent dans les yeux et disent : « Ce que vous dites est vrai, mais nous allons vous broyer quand même. » » Le plus incom­pré­hen­sible reste que, pen­dant six mois, l’équipe Tsi­pras a ain­si encais­sé les coups sans jamais les rendre ni chan­ger de stratégie. »

    […]

    « les diri­geants euro­péens ont aus­si condi­tion­né leur aide au fait que le pre­mier paquet de mesures soit voté dans les trois jours. Un temps record, qui ne per­met évi­dem­ment pas que les par­le­men­taires prennent cor­rec­te­ment connais­sance des textes signés à Bruxelles, ni qu’un débat de fond ait lieu. D’autres pays euro­péens ont pris des années pour faire pas­ser de telles mesures. Par exemple, la révi­sion du Code de pro­cé­dure civile, qui signi­fie­ra notam­ment la mul­ti­pli­ca­tion des expul­sions de ménages n’ayant pas pu s’acquitter de leur taxe d’habitation, doit être adop­tée la semaine sui­vante (ce jour-là, les dépu­tés rece­vront les 970 pages de lois vingt-quatre heures avant le vote). Une pro­cé­dure d’urgence que Syri­za a tou­jours ver­te­ment cri­ti­quée lorsqu’elle était uti­li­sée par les pré­cé­dents gou­ver­ne­ments et qui des­ti­tue d’autant plus le par­le­ment de son rôle et de sa fonc­tion qu’elle se déroule doré­na­vant « sans la pos­si­bi­li­té d’introduire le moindre amendement ». »

    […]

    « La majo­ri­té des sec­tions locales de Syri­za et des membres de son Comi­té cen­tral s’oppose à la déci­sion du Pre­mier ministre. Celui-ci, après avoir renié la tota­li­té de son pro­gramme et ava­lé toutes les cou­leuvres euro­péennes, s’accroche au pou­voir. Il refuse de reti­rer son plan et même de réunir le Comi­té cen­tral de Syri­za avant l’accord (comme il s’y était pour­tant enga­gé), mena­çant au contraire de convo­quer des élec­tions s’il n’obtient pas le sou­tien des par­le­men­taires de son par­ti, d’exclure les « fron­deurs » qui ose­raient voter « non ». Bien loin des pos­tures roo­se­vel­tiennes prises il y a une semaine à peine, le chef d’État qui s’affichait comme l’un des der­niers défen­seurs de la démo­cra­tie se montre sous un autre jour. »

    […]

    « Pour la pre­mière fois depuis l’arrivée de Syri­za au pou­voir, les ser­vices publics sont en grève. Aux alen­tours de Syn­tag­ma, des affron­te­ments éclatent. Les forces spé­ciales de police (MAT), que Syri­za avait pro­mis de dis­soudre et qu’on ne voyait plus en rue depuis jan­vier, refont leur appa­ri­tion et chargent bru­ta­le­ment les manifestants. »

    […]

    « Dès sa divul­ga­tion, l’accord a été des­cen­du en flammes, qua­li­fié de toutes parts de néfaste et d’impraticable. Quelques jours après sa signa­ture, il est deve­nu qua­si impos­sible d’en trou­ver le moindre défen­seur, hor­mis par­mi les socia­listes fran­çais et quelques obs­curs tech­no­crates bruxellois. »

    […]

    « Le « Water­loo de Syri­za » (comme l’appelle l’ethnologue Pana­gio­tis Gri­go­riou sur son blog Greek Cri­sis) aura démon­tré l’impasse dans laquelle mène la double volon­té de faire par­tie de la zone euro et d’y mener des poli­tiques anti-aus­té­ri­té. Il aura été un accé­lé­ra­teur de muta­tions : muta­tion expresse du pou­voir grec, muta­tions de la socié­té et de l’opinion. Car il n’est pas du tout cer­tain qu’après avoir pré­sen­té ce choix si cru­ment, le peuple grec et d’autres qui sont en appa­rence atta­chés à l’Europe pré­fèrent res­ter à tout prix dans son union moné­taire. Ce chiffre impres­sion­nant vient nous le rap­pe­ler : 85% des Grecs de 18 à 24 ans ont voté non au réfé­ren­dum, ce qui indique com­bien cette géné­ra­tion sacri­fiée est loin de par­ta­ger l’européanisme béat de ses dirigeants. »

    […]

    Source : BALLAST

    À l’é­vi­dence, tout « élu de gauche » qu’il soit, Tsi­pras prouve à tout pro­pos qu’il ne vaut pas mieux que Hol­lande et la clique des voleurs-men­teurs que sont les chefs du P$ (et du PC) en France. Encore un men­teur, un traître.

    Le faux « suf­frage uni­ver­sel » (l’é­lec­tion de maîtres par­mi des can­di­dats pro­mus par les plus riches) ne porte au pou­voir QUE des enne­mis du peuple.

    La véri­table cause pre­mière de nos mal­heurs, c’est NOTRE INAPTITUDE à écrire nous-mêmes une consti­tu­tion digne de ce nom.

    Rap­pel, à pla­car­der sur tous les murs de toutes les villes et de tous les vil­lages DU MONDE :

    « La source de tous nos maux, c’est l’indépendance abso­lue où les repré­sen­tants se sont mis eux-mêmes à l’égard de la nation sans l’avoir consultée.

    Ils ont recon­nu la sou­ve­rai­ne­té de la nation, et ils l’ont anéantie.

    Ils n’étaient de leur aveu même que les man­da­taires du peuple, et ils se sont faits sou­ve­rains, c’est-à-dire des­potes, car le des­po­tisme n’est autre chose que l’usurpation du pou­voir souverain.

    Quels que soient les noms des fonc­tion­naires publics et les formes exté­rieures du gou­ver­ne­ment, dans tout État où le sou­ve­rain ne conserve aucun moyen de répri­mer l’abus que ses délé­gués font de sa puis­sance et d’arrêter leurs atten­tats contre la consti­tu­tion de l’État, la nation est esclave, puisqu’elle est aban­don­née abso­lu­ment à la mer­ci de ceux qui exercent l’autorité.

    Et comme il est dans la nature des choses que les hommes pré­fèrent leur inté­rêt per­son­nel à l’intérêt public lorsqu’ils peuvent le faire impu­né­ment, il s’ensuit que le peuple est oppri­mé toutes les fois que ses man­da­taires sont abso­lu­ment indé­pen­dants de lui.

    Si la nation n’a point encore recueilli les fruits de la révo­lu­tion, si des intri­gants ont rem­pla­cé d’autres intri­gants, si une tyran­nie légale semble avoir suc­cé­dé à l’ancien des­po­tisme, n’en cher­chez point ailleurs la cause que dans le pri­vi­lège que se sont arro­gés les man­da­taires du peuple de se jouer impu­né­ment des droits de ceux qu’ils ont cares­sés bas­se­ment pen­dant les élec­tions. »

    Robes­pierre, 29 juillet 1792.

    Réponse
  24. joss
  25. BA

    À pro­pos de la faillite de la Grèce en 2009 :

    Le 6 octobre 2009, Geor­gios Papan­dréou devient Pre­mier ministre. 

    Onze jours après son arri­vée au pou­voir, il annonce, dans un sou­ci de trans­pa­rence, que l’é­tat réel des finances grecques avait été caché par le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment. Il fait réta­blir les véri­tables don­nées éco­no­miques, dont un défi­cit équi­valent à 12,5 % du PIB pour la seule année 2009. La Com­mis­sion euro­péenne confir­me­ra cette fal­si­fi­ca­tion des don­nées quelques semaines plus tard.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ge%C3%B3rgios_Papandr%C3%A9ou_(1952-)

    Le 17 octobre 2009, tout le monde com­prend que la Grèce est en faillite : la dette publique de la Grèce est de 299,69 mil­liards d’eu­ros, soit 129,7 % du PIB. Mais les autres diri­geants euro­péens, la BCE et le FMI ne veulent pas que la Grèce quitte la zone euro. 

    Les autres diri­geants euro­péens, la BCE et le FMI décident de tout faire, et même de faire n’im­porte quoi, pour gar­der la Grèce dans la zone euro. 

    En 2009, au lieu de lais­ser la Grèce faire un défaut total sur sa dette, sor­tir de l’eu­ro, reve­nir à la drachme, déva­luer, etc, ils décident de sacri­fier le peuple grec et de gar­der la Grèce dans la zone euro.

    Six ans plus tard, le résul­tat est le suivant :

    Le peuple grec a été sacrifié.

    La Grèce est en faillite.

    Les banques grecques sont en faillite.

    L’Al­le­magne a réa­li­sé 100 mil­liards d’eu­ros d’é­co­no­mies grâce à la crise grecque. C’est ça, le plus important.

    Pour que l’Al­le­magne conti­nue à s’en­ri­chir, il faut que la Grèce conti­nue à s’appauvrir.

    La construc­tion euro­péenne, c’est des nations du sud qui doivent conti­nuer à s’ap­pau­vrir, pour que les nations du nord conti­nuent à s’enrichir.

    La construc­tion euro­péenne, c’est un bou­le­vard pour les fureurs natio­na­listes, pour les colères popu­laires, pour les par­tis extré­mistes, puis, au bout du boulevard, …

    … la guerre.

    L’Al­le­magne, qui a adop­té une ligne dure vis-à-vis d’A­thènes, a for­te­ment pro­fi­té de la crise éco­no­mique et finan­cière en Grèce, révèle un ins­ti­tut d’é­tudes éco­no­miques alle­mand aujourd’hui.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/08/10/97002–20150810FILWWW00214-grece-l-allemagne-a-profite-de-la-crise-etude.php

    Réponse
    • Norton

      Sauf qu’il me semble que l’Al­le­magne ne peut plus se per­mettre de reve­nir au Mark étant don­né que l’é­norme masse de capi­taux engran­gée serait com­pen­sable en Marks et celui-ci s’é­crou­le­rait si les dépo­sants reti­raient subi­te­ment leur argent…, ce qui est la han­tise des Allemands…
      L’Al­le­magne pour­rait perdre bien plus que ce qu’elle a gagné au moindre inci­dent de la zone Euro… Le « sys­tème UE » repose sur la libre cir­cu­la­tion des capi­taux ( article 63 du TFUE…) et fait que l’Al­le­magne est condam­née à faire durer l’Eu­ro…, bien qu’à la fin, elle risque d’être la seule à en avoir et qu’il ne vau­dra plus rien…
      Remar­quez, c’est sou­vent comme ça que finissent les envo­lées ger­ma­niques : à la fin, l’Al­le­magne est marron !… 

      La situa­tion s’est blo­quée et l’U­nion Euro­péenne est pat…, mais cha­cun fait comme si la par­tie pou­vait continuer…
      L’af­faire grecque montre que nous entrons dans l’ère des contor­sions plus ou moins légales pour faire durer une ago­nie dont cha­cun espère se sor­tir le moins mal possible…
      C’est pitoyable et absurde…, mais aus­si très dangereux…

      Réponse
    • quelqu'un

      et à continuer :

      « L’Allemagne a réa­li­sé 100 mil­liards d’euros d’économies grâce à la crise grecque. C’est ça, le plus important.

      Pour que l’Allemagne conti­nue à s’enrichir, il faut que la Grèce conti­nue à s’appauvrir. »

      « C’est les boches qui payent tout », n’est-ce pas ? (Célèbre parole pro­non­cée dans les négo­cia­tions à Ver­sailles en 1918)

      N’au­riez-vous tou­jours pas com­pris que ce gou­ver­ne­ment Juncker/Lagarde/Draghi de l’UE tra­vaille pour l’o­li­gar­chie mon­diale ? Et que ce n’est pas « L’Al­le­magne » qui gagne des mil­lions mais les oli­garches de la France, de l’An­gle­terre, ‚de l’Al­le­magne, d’Is­rael, des Etats-Unis et j’en passe, sou­te­nus par L’UE qui le font et ne paye­ront pas un rond d’im­pôts, ni en Alle­magne ni en Grèce, par decret de Juncker ?

      Com­ment peut-on être rétro à ce point ? N’a­vez-vous pas lu que l’ap­pau­vris­se­ment du peuple alle­mand conti­nue et conti­nue ? cela vous fait peut-être plai­sir, vu le cou­loir idéo­lo­gique dans lequel vous me sem­blez vous trou­ver, mais sérieu­se­ment, com­ment Etienne, vous pou­vez sou­li­gner en rouge ces « ana­lyses » qui ne donnent que du mépris comme d’hab envers « les alle­mands » et n’a­na­lysent rien du tout ? 

      ce que vous saviez peut-être pas, puisque la dimen­sion extrême de votre mépris tra­di­tion­nel reste têtue : « le peuple » alle­mand est aus­si peu cohé­rent comme celui de la France. 

      Plus encore, il est mélan­gé de toute forme, mais pour­tant, ce même peuple, en 1945, a créé ce dont vous rêvez encore : le BGB, un texte de base de lois, qui est humai­ne­ment à une hau­teur jamais atteinte en France. 

      Et ce que vous ne savez tou­jours pas : l’Al­le­magne que vous ima­gi­nez être un pays consti­tué de richis­simes pro­prié­taires avares, n’a tou­jours pas de traî­té de paix . En 1955, les Russes le lui ont pro­po­sé mais c’é­tait les Amé­ri­cains, la France et l’An­gle­terre qui ont fait obs­tacle. Jusqu’aujourd’hui.

      Devi­nez pourquoi ?

      Pour pou­voir mieux les mettre sous pres­sion per­ma­nente et les culpa­bi­li­ser jus­qu’à la fin de nos jours ? Exactement.

      Quand je lis ces « ana­lyses » pas meilleures que la une du dai­ly mir­ror ou de Paris match, la bonne idée d’E­tienne, les ana­lyses dis­pa­raissent au pro­fit du :
      Tous les humains sont pareils sauf les alle­mands. Et celle-là elle a une barbe longue comme celle de Méthulasem. 

      Allez-vous vous réveiller un jour ?

      Réponse
  26. etienne

    Pas­sion­nant et essentiel :
    Éric Tous­saint (CADTM) résume les étapes du coup d’É­tat des banques en Grèce depuis 2010, tor­ture du peuple pour sau­ver les banques grecques de la faillite frau­du­leuse qu’elles méri­taient mille fois, tour­ments popu­laires impo­sés avec la col­la­bo­ra­tion active des bour­reaux de la fausse « gauche radi­cale par­le­men­taire » (oxy­more impossible).

    Éric Tous­saint explique aus­si en deux minutes impor­tantes (à la fin) l’al­ter­na­tive prin­ci­pale, (expé­ri­men­tée avec suc­cès en Équa­teur, mais refu­sée par les traîtres pré­ten­du­ment « de gauche » de Syri­za) : reprendre le contrôle public de la créa­tion monétaire :


    Ce qui est évident, c’est le paral­lèle criant entre la haute tra­hi­son de Tsi­pras et celle des « élus » fran­cais : ramas­sis de men­teurs pro­fes­sion­nels, TOUS au ser­vice des usu­riers (à qui ils doivent TOUT).

    Réponse
  27. etienne

    Inté­res­sant :

    Fran­cis Cou­sin : « Nos enfants ne ver­ront plus les nations »

    Réponse
    • Ana Sailland

      « Si quelqu’un vou­lait encore une preuve du dan­ger que font peser les réfé­ren­dums sur le fonc­tion­ne­ment des démo­cra­ties modernes, la voi­là », ful­mi­nait le site de l’hebdomadaire Der Spie­gel le 6 juillet 2015

      ->

      Au delà du cadre par­ti­cu­lier pré­sent, on voit ici en clair le més­usage dra­ma­tique du mot démo­cra­tie. C’est cari­ca­tu­ral. Et sur­tout cauchemardesque.

      ;;;;;;;;;;;;

      « Pour lui, les règles ont un carac­tère divin »
      « faire res­pec­ter les règles »

      Voi­ci donc que les éco­no­mistes libé­raux se prennent pour des archanges, des pro­phètes, les mes­sa­gers de la parole divine, donc incontestable.
      Tout ceci avec le mot démo­cra­tie plein la bouche, quand il s’a­git d’une reli­gion, armée qui plus est.

      Ces gens sont les réin­car­nats de l’in­qui­si­tion, qui vont brû­ler toute pen­sée à son stade foe­tal. La réflexion est inter­dite. Le hold up moné­taire mon­dial est consi­dé­ré comme sain. C’est la fin de l’humanisme.

      Réponse
      • quelqu'un

        ah oui, la nou­velle tac­tique : par­ler comme les révo­lu­tion­naires pour semer le doute et recon­for­ter le fa niente. « tu vois, même le Spie­gel dit qu’il faut chan­ger, donc tout va bien, ils vont bou­ger… » Le Spie­gel a été autre­fois le jour­nal cri­tique intel­lec­tuel tout comme Libé­ra­tion l’E­TAIT. Il est, comme DIE ZEIT, détour­né donc redoutable.

        Réponse
    • quelqu'un

      et alors ? Fixer des règles (= la consti­tu­tion) est exac­te­ment ce que vous pro­po­siez, Etienne, où est la nou­veau­té ? Où est la sur­pre­nante analyse ?

      Il se peut que pour les mon­dia­listes et les bobos le mot « règle » c’est du blasphème.

      L’im­por­tant est quand-même de savoir qui a construit les règles et si c’é­tait avec le consen­te­ment du peuple oubien, mieux encore, s’ils sont le fruit des ate­liers consti­tuants. Voi­là ce qui devrait être le centre des réflexions.

      A don­ner un mot (« ordo­li­bé­ra­lismes ») à une chose que tout le monde fait, n’a rien de nou­veau et il montre com­bien ces « poli­tiques » sont tota­le­ment bêtes et bouf­fés par le fric et le pou­voir, Varou­fa­kis inclu.

      Réponse
  28. etienne

    Il y a aus­si, dans le même numé­ro du Diplo, un article poi­gnant sur l’u­tra-vio­lence d’É­tat et les ultra-vio­lences connexes » au Mexique ; une auto­no­mi­sa­tion de tous les pou­voirs qui glace le sang : 

    Dire la vio­lence extrême au Mexique
    « Deux indi­vi­dus armés se sont approchés… »

    https://​www​.monde​-diplo​ma​tique​.fr/​2​0​1​5​/​0​8​/​G​O​N​Z​A​L​E​Z​_​R​O​D​R​I​G​U​E​Z​/​5​3​512

    Pour se pro­té­ger dura­ble­ment de toutes les formes de tor­ture impu­nie, les humains doivent deve­nir constituants.

    Mas­si­ve­ment.

    Réponse
  29. etienne
    • etienne

      Escro­que­rie politique 
      http://​www​.greek​cri​sis​.fr/​2​0​1​5​/​0​8​/​F​r​0​4​5​9​.​h​tml

      Le gou­ver­ne­ment d’Alexis Tsi­pras vient de démis­sion­ner au soir du jeu­di 20 août. Les élec­tions légis­la­tives anti­ci­pées auront lieu le 20 sep­tembre pro­chain. C’est très pro­ba­ble­ment le der­nier acte de l’escroquerie poli­tique SYRIZA… pri­mi­tif ; du temps d’avant, et en pre­mier lieu de son équipe diri­geante-diri­gée. Dans son allo­cu­tion radio­té­lé­vi­sée, le Pre­mier ministre du mémo­ran­dum III s’est jus­ti­fié avec mal­adresse, s’accrochant à l’hybris, men­songe après men­songe. Piètre spec­tacle des temps modernes.

      Athènes, août 2015

       
      Alexis Tsi­pras a donc démis­sion­né, après avoir fait exac­te­ment le contraire de ce qu’il pré­ten­dait accom­plir devant la nou­velle situa­tion méta-démo­cra­tique, ins­tau­rée par la gou­ver­nance par la dette en 2010. Une déci­sion qui s’imposait, tout d’a­bord parce que le gou­ver­ne­ment avait per­du sa majo­ri­té à la Chambre, situa­tion il faut dire inso­luble autre­ment, et d’autre part, parce qu’il n’a­vait plus aucune légi­ti­mi­té démo­cra­tique pour mettre en œuvre un pro­gramme sur lequel… il n’a pas été élu. Sauf que la légi­ti­mé démo­cra­tique est désor­mais le der­nier des sou­cis pour les poli­ti­ciens… arri­vés à matu­ra­tion de SYRIZA II. Le mémo­ran­dum est pas­sé par là.

      Aus­si­tôt, un proche conseiller de Jean-Claude Jun­cker, pré­sident de la Com­mis­sion euro­péenne, vient de décla­rer via son compte Twit­ter que “les élec­tions anti­ci­pées en Grèce peuvent être un moyen d’é­lar­gir le sou­tien au MES, et de son pro­gramme d’ap­pui à la sta­bi­li­té que vient de signer le Pre­mier Ministre Tsi­pras au nom de la Grèce”. C’est la suite… logique, à l’autre phrase désor­mais bien célèbre de Jean-Claude Jun­cker : “Il ne peut y avoir de choix démo­cra­tique contre les trai­tés euro­péens déjà rati­fiés”, (“Le Figa­ro”, 29/01/2015).

      Suite logique que seule la sophis­tique d’Alexis Tsi­pras pré­tend alors igno­rer : “Nous tenons entre nos mains, la démo­cra­tie et la Grèce” avait-il lan­cé avant de conclure lors de son allo­cu­tion. J’ai remar­qué qu’il n’a pas pro­non­cé une seule fois le mot “Consti­tu­tion”. Lors de son dis­cours d’investiture en jan­vier der­nier, Alexis Tsi­pras avait pour­tant décla­ré : “La fier­té et la digni­té de notre peuple ne seront pas posées sur la table des négo­cia­tions ; Nous sommes la chair de la chair de ce peuple, nous sommes chaque mot de la Consti­tu­tion de ce pays et c’est lui que nous ser­vi­rons jusqu’au bout”. Effec­ti­ve­ment, “Nous sommes chaque mot de la Consti­tu­tion de ce pays… l’Al­le­magne”, iro­nise-t-on en ce moment en Grèce.

      Expres­sion du moment. Athènes, août 2015

       
      Il faut bien le recon­naître. Le plan euro­péiste (et mon­dia­liste) aurait été si bien pré­pa­ré, il com­por­tait d’ailleurs déjà en son sein SYRIZA (d’en haut) et cela depuis long­temps. La suite est connue : Calen­drier des élec­tions anti­ci­pées en jan­vier, fausses et rare­ment vraies négo­cia­tions, éjec­tion de la Pla­te­forme de Gauche et nou­velles élec­tions en sep­tembre 2015 aus­si­tôt après le choc du mémo­ran­dum III, le but étant de consti­tuer un nou­veau bloc mémo­ran­diste (SYRIZA, Pota­mi, PASOK etc.).

      Seul impré­vu, ce résul­tat du réfé­ren­dum, les Tsi­priotes et les autres “ven­dus” de la Colo­nie auraient sans doute expli­qué aux maîtres-fous troï­kans que le ‘NON’ l’emporterait seule­ment de jus­tesse. C’est ain­si qu’Alexis Tsi­pras a osé même pro­non­cé cette phrase ter­rible lors de son allo­cu­tion du 20 août : “J’ai la conscience tran­quille”, copiant de la sorte Anto­nis Sama­ras jusqu’au gro­tesque, igno­rant comme il semble l’être, de cette éven­tua­li­té désor­mais plau­sible le concer­nant, à savoir de com­pa­raître un jour devant un tri­bu­nal, au même titre que les autres diri­geants de la gou­ver­nance mémo­ran­daire (Papan­dréou, Papa­dé­mos, Sama­ras), en com­men­çant par l’initiateur même de l’avant-projet, Costas Simítis.

      Jeu­di 20 août, Alexis Tsi­pras a dis­sous le Par­le­ment, après avoir dis­sous la Démo­cra­tie, l’espoir, la Grèce, et même SYRIZA, pour ne pas dire toute la Gauche dans un sens. Sauf qu’il était aus­si grand temps peut-être. Car lorsqu’enfin Alexis Tsi­pras déclare “enta­mer une dis­cus­sion démo­cra­tique avec nos par­te­naires euro­péens”, plus per­sonne n’y croit en Grèce et ceci est un réel pro­grès. Et donc, nom­breux sont ceux qui retien­dront son autre petite phrase “il faut que mon gou­ver­ne­ment puisse tirer tout le béné­fice du sou­tien popu­laire” alors que SYRIZA d’en haut, a tout fait pour court-cir­cui­ter tout mou­ve­ment d’en bas authen­ti­que­ment en sa faveur, sur­tout entre jan­vier et février 2015.

      Grèce, été 2015

       
      SYRIZA II, navigue déjà loin, très loin des pré­oc­cu­pa­tions des Grecs. Les Tsi­priotes espé­rèrent en tout cas se main­te­nir au pou­voir, sous les effets du choc et dans la mesure où le nou­veau Front de gauche orga­ni­sé autour du ‘NON’ (Pla­te­forme de gauche quit­tant SYRIZA, mou­ve­ment du Plan‑B et bien d’autres), a déjà suf­fi­sam­ment tar­dé à prendre corps. Suf­fi­sam­ment tar­dé par cette accé­lé­ra­tion du temps his­to­rique signi­fie pour nous tous vivant dans la Colo­nie, quelques semaines seule­ment… et pourtant.

      En ce moment, de nom­breux élec­teurs dégoû­tés de l’escroquerie SYRIZA, se dirigent déjà vers l’abstention, à l’instar de mon voi­sin Costas : “Depuis tant d’années je lutte et je votais SYRIZA. J’en suis pro­fon­dé­ment dégou­té, voire trou­blé. Nous autres Grecs, nous sommes bien incor­ri­gibles. Je me retire de tout, je ne sui­vrai même plus l’actualité et je n’irai plus jamais voter. Je ferai de l’ésotérisme, je fabri­que­rai mon sens autre­ment”.

      D’autres au contraire, élec­teurs de droite et anciens du PASOK, se sentent mieux libres pour voter en faveur du par­ti ins­tru­men­ta­li­sé par les diri­geants Tsi­priotes, main­te­nant que SYRIZA est un par­ti du mémo­ran­dum exac­te­ment comme les autres, le faux ali­bi en plus. Alexis Tsi­pras devient ain­si… le plus jeune… cadavre poli­tique du pays depuis bien long­temps. Même en cas de réélec­tion, il gou­ver­ne­ra de concert avec les déchets du népo­tisme athé­nien Bruxel­lo­com­pa­tible, et sur­tout, il ne gou­ver­ne­ra guère trop longtemps.

      Autres navires. Musée de l’A­cro­pole. Athènes, août 2015

       
      Car les rai­sins de la colère grecque sont déjà mûrs. Depuis son île, Naxos, Manó­lis Glé­zos aver­tit déjà Alexis Tsi­pras : “Le gou­ver­ne­ment du Palais du Pre­mier ministre, a déci­dé de conduire à des élec­tions hâtives et anti­ci­pées pour le 209, en igno­rant SYRIZA, ce qui explique pour­quoi aucune vaste réunion n’a été convo­quée. L’ob­jec­tif est évident : La sou­mis­sion aux créan­ciers (Troï­ka) et à l’o­li­gar­chie. Suite à cela, tous les fon­da­teurs de SYRIZA, comme tous ceux qui ne tiennent pas à la répé­ti­tion d’un nou­veau Liban (accords néfastes pour la Resis­tance de Gauche en 1944), ils sont appe­lés à for­mer un Front de Résis­tance uni, popu­laire, béné­fi­ciant de la coopé­ra­tion par­ti­sane, pour évi­ter l’hé­mor­ra­gie impo­sée à notre peuple et la des­truc­tion du pays, le peuple est le seul com­pé­tent, à en juger comme de déci­der de son ave­nir”, “Quo­ti­dien des Rédac­teurs” du 20 août au soir.

      À quelques heures seule­ment de la dis­so­lu­tion du Par­le­ment du 25 jan­vier et de Zoé Kons­tan­to­poú­lou (sa Pré­si­dente), les dépu­tés de la Pla­te­forme de Gauche for­me­ront très pro­ba­ble­ment un groupe indé­pen­dant, deve­nant ain­si le troi­sième groupe par­le­men­taire, der­rière SYRIZA et der­rière la Nou­velle démo­cra­tie. Ce qui lui don­ne­ra dans pareil cas, une meilleure pré­sence à tra­vers les médias durant la cam­pagne élec­to­rale… que le voi­sin Costas ne sui­vra pas, puisque “c’est de la comé­die, tout est déci­dé par avance et par les vrais centres du pou­voir pla­né­taire”.

      Rai­sins sous l’A­cro­pole. Août 2015

       
      Les temps galopent, l’été grec déci­dé­ment se prolonge.

      En Crète, “le maire de la ville de Siteia, se réfé­rant à une ‘lacune’ qu’existe dans la loi grecque, entre­prend l’a­bat­tage des ani­maux dits ‘sans sur­veillance’, leur viande est ensuite dis­tri­buée à tra­vers l’épicerie sociale muni­ci­pale aux familles confron­tées à de graves pro­blèmes finan­ciers. Comme l’a décla­ré le maire Theo­do­ros Pate­ra­kis : ‘Seule­ment la semaine der­nière, 37 chèvres et boucs ont été trans­for­més en nour­ri­ture pour les popu­la­tions néces­si­teuses de Siteia, plus de 500 kg de viande ont été dis­tri­bués !”, quo­ti­dien “Kathi­me­riní” du 20 août.

      Tout est dit à tra­vers la petite phrase : “des ani­maux dits ‘sans sur­veillance’”, dont nous sommes en quelque sorte… la chair de la chair, et la Grèce n’est plus à sa pre­mière muta­tion de la méta-démo­cra­tie galopante.

      Source : greek​cri​sis​.fr

      Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....