Élection vs tirage au sort : l’objection de la COMPÉTENCE

2/11/2014 | 50 commentaires

À pro­pos de la pré­ten­due « incom­pé­tence des élec­teurs » et de la pré­ten­due « com­pé­tence des élus », ce petit extrait d’une confé­rence à Lyon, que Benoît vient de créer (mer­ci à lui) :

Catégorie(s) de l'article :

50 Commentaires

  1. Ronald

    Juste pour illus­trer que peut-être le thème des Non-Com­pé­tents est ame­né à s’in­tro­duire dans la culture contem­po­raine : l’in­ter­view d’A­lexandre Astier sur le sujet dans la série Kaa­me­lott (deux pre­mières et deux der­nières minutes de la vidéo) :

    Réponse
    • etienne

      Mer­ci Ronald.
      Je ne me lasse pas de la réflexion d’A­lexandre Astier.
      Et c’est très bien trou­vé de faire le lien avec le sujet du fil.
      Merci.

      Réponse
    • Katharina

      Bon­jour,

      j’ai en ce qui concerne rere­gar­dé l’é­mis­sion de Ce soir ou jamais avec Etienne et Atti­la entre autres (https://​www​.you​tube​.com/​r​e​s​u​l​t​s​?​s​e​a​r​c​h​_​q​u​e​r​y​=​o​m​e​r​t​a​+​c​h​o​u​ard), puis il y avait hier dans la presse un article sur Mignard qui veut ras­sem­bler le PS et la droite dite le centre pour faire front au peuple.

      C’est pas­sion­nant : 1. dans l’é­mis­sion il y a un moment (2:55 à 58) où Etienne parle des élus qui sont ache­tés par les banques et les industriels.
      Atti­la com­mence à se sen­tir assez mal à l’aise en même temps que le degré de ner­vo­si­té de Robert Hue monte – puis Hue regarde Atti­la à ses côtés (que va-t-il dire?) avant que celui-ci attaque Etienne … qu’il pré­ten­dait que les élus sont tous les mêmes alors qu’il ya un com­mu­niste à ses côtés comme il ya d’autres … tous des élus ! C’est amu­sant de voir Atti­la deve­nant vul­gaire et bru­tal dans son com­por­te­ment alors que Hue trans­pi­rant de plus en plus.

      2. Dans ce contexte, le but de Mignard de ras­sem­bler les « élus » dans une « coa­li­tion » comme ici à Ber­lin est à hur­ler de rire. Comme si ce n’é­tait pas déjà le cas.

      A mon avis ce sera utile de connaître les trous, et de savoir à un moment don­né de les sai­sir avec leur propres moyens, puis­qu’ils n’ont pas peur de la gros­siè­re­té et des actes cri­mi­nels. Dans cette émis­sions on voit bien la facon auto­ri­taire dont ils réagissent dès que le peuple veut participer.
      C’est pour­quoi com­men­cer par­tout à s’au­to­gé­rer est la pra­tique for­mi­dable pro­po­sé ici – cela donne du cou­rage et de la légè­re­té – l’ex­pé­rience réelle que ca marche.
      D’ailleurs j’ai déjá men­tion­né une vidéo pro­duite par le PG sug­gé­rant la révo­lu­tion comme si c’é­tait un rave publique – c’est peut-être utile, mais l’ac­tion direct aide beau­coup plus.

      Réponse
  2. Saint-Jarre Claude

    Je vois. C’est bien pen­sé de nous mon­trer ça ainsi.

    Réponse
  3. Yéti

    L’ob­jec­tion n’est pas la com­pé­tence mais le cou­rage politique

    Le trou­peau pas tau­to­lo­gie est « moyen­ne­ment » courageux.

    Les « com­pé­tents » de la caste UMPS ne lâche­ront jamais sur une démo­cra­tie directe, même pas un réfé­ren­dum à l’helvète. Et la révo­lu­tion des veaux au niveau du pré …

    Le seul par­ti obli­gé de recou­rir à la démo­cra­tie directe, vu son pro­gramme, sera le FN, car tout l’é­tat pro­fond sera contre lui, réseaux franc mac, finance, UE, et autres salo­pe­ries tenues par les gôôô­chistes capitalistes. 

    « Est diri­geant celui qui accepte de prendre les risques que les diri­gés ne veulent pas prendre. » 
    Jau­rès à Chouard (20÷10÷2022)

    Réponse
  4. Di Girolamo

    La com­pé­tence ou l’in­com­pé­tence ne peuvent pas être sépa­rés de leur domaines d’ap­pli­ca­tion ; ain­si un den­tiste ou un maçon , un scien­ti­fique etc peuvent ils être recon­nus plus ou moins com­pé­tents dans leurs domaines res­pec­tifs , mais ils ne sont pas obli­ga­toi­re­ment cha­cun com­pé­tents dans tous ces domaines .
    Quant on parle de chose publique , de socié­té à orga­ni­ser et construire on ne parle pas d’un domaine spé­ci­fique de com­pé­tence ; la construc­tion de la socié­té ‚ça concerne le den­tiste , le maçon ‚le scien­ti­fique ..mais aus­si tous les autres : l’en­semble des acteurs com­po­sant la socié­té . Nous ne nous trou­vons pas là dans un domaine spé­ci­fique deman­dant com­pé­tence indi­vi­duelle , mais dans un domaine glo­bal qui ne relève pas de la com­pé­tence indi­vi­duelle , mais d’une com­pé­tence col­lec­tive à construire par la réflexion et le débat , à par­tir de l’in­com­pé­tence recon­nue de cha­cun à com­prendre la glo­ba­li­té sociétale.
    C’est parce qu’in­di­vi­duel­le­ment nous nous recon­nais­sons comme incom­pé­tent que peut naître la démocratie .
    Réser­ver l’ac­ti­vi­té poli­tique à des com­pé­tents dans divers domaines , c’est réduire la poli­tique à la ges­tion , c’est le libé­ra­lisme : le monde est une usine à orga­ni­ser pour pro­duire et s’en­ri­chir , il nous faut des per­sonnes com­pé­tentes pour le gérer .
    Je reven­dique mon incom­pé­tence poli­tique et la désigne comme fon­da­trice de mon enga­ge­ment poli­tique ; les com­pé­tents (en poli­tique ) sont d’a­bord des cons.

    Réponse
  5. Di Girolamo

    …En consé­quence , nous pou­vons sans dom­mage dési­gner des repré­sen­tants ‚à condi­tion que leur mis­sion soit can­ton­née à la ges­tion des affaires publiques , mais qu’on refuse de délé­guer le choix des grandes orien­ta­tions qui doit res­ter aux mains de nous tous ‚citoyens.
    Aujourd’­hui les repré­sen­tants se sont empa­rés sub­ti­le­ment du choix des grandes orien­ta­tions , fai­sant croire que There is no alter­na­tive . Ils ont ain­si , avec notre béné­dic­tion fait coïn­ci­der ges­tion et grandes orien­ta­tions , ce qui n’est rien d’autre que le libéralisme/capitalisme : on gère une pla­nète usine/marchandise et on s’en fout plein les poches .

    Réponse
    • Ana Sailland

      Le mot « repré­sen­tant » me semble inadé­quat pour des char­gés de mis­sion contrô­lés en per­ma­nence. -> ? Peut être devons nous évi­ter ce terme quand nous décri­vons diverses décli­nai­sons de la démo­cra­tie réelle ?

      Réponse
      • Di Girolamo

        oui ‚exact ; le pro­blème étant que les mots qu’on a et qui ne conviennent effec­ti­ve­ment pas , sont ceux que peuvent entendre ceux qui vous écoute si on adresse à « tout le monde ». Chaque mot pro­non­cé sup­pose  »  » et long détour explicatif .

        Réponse
    • Eliade Guy

      Bien résu­mé avec en plus la remarque de Mme Ana repré­sen­tant : nous pou­vons sans dom­mage dési­gner des repré­sen­tants … avec man­dat impé­ra­tif et contrôle populaire …

      Réponse
  6. Di Girolamo

    .……Défi­nir et pré­ci­ser l’or­ga­ni­sa­tion d’un espace public dédié à la réflexion ‑déci­sion col­lec­tive des grandes orien­ta­tion est ce » tra­vail » dont il est ques­tion ici :https://​www​.chouard​.org/​2​0​1​4​/​1​1​/​0​1​/​e​l​e​c​t​i​o​n​-​v​s​-​t​i​r​a​g​e​-​a​u​-​s​o​r​t​-​l​o​b​j​e​c​t​i​o​n​-​d​e​-​l​a​-​c​o​r​r​u​p​t​i​o​n​/​#​c​o​m​m​e​n​t​-​6​405
    Le même que Jacques Romans désigne sous le vocable de « démo­cra­tie active ».

    Réponse
  7. Saint-Jarre Claude

    Hors sujet.
    Je suis à relire Toxique Pla­nète. Cer­tains com­men­taires anté­rieurs concer­nant le réseau des villes et vil­lages en san­té ( pas si loins des com­munes) ain­si que les groupes Hans en san­té, peuvent se relier aux idées forces de ce livre. Je cherche com­ment relier l’au­teur au Plan C. Je lui ai sug­gé­ré, sur son site de faire connais­sance avec vous et le plan c devrait contac­ter l’au­teur, mon­sieur André Cicolella.

    Réponse
  8. Saint-Jarre Claude

    Fini Toxique pla­nète. Retour à : La Consti­tu­tion d’A­thènes d ‘Aris­tote. Aris­tote y parle de la SEISACHTERIA, la libé­ra­tion du far­deau des dettes des pay­sans. Dans une nou­velle Consti­tu­tion, pour­quoi ne pas effa­cer toutes les dettes de tout le monde ? Est-ce dans le Wiki que cela se dit ?

    Réponse
  9. joss

    Pas besoin d’é­lec­tion pour être com­pé­tent (la com­pé­tence ne vient pas du fait d’é­lire). Par contre besoin de tirage au sort pour res­ter sou­ve­rain. A quoi bon avoir toutes les com­pé­tences du monde en ayant les pieds et mains liés.
    Avoir une com­pé­tence néces­saire n’est pas com­pli­qué, il suf­fit de faire pas­ser un exa­men aux tirés au sort. Cela per­met­trait de véri­fier la com­pé­tence mini­mum requise pour exer­cer leur fonction.
    Les tirés au sort pour­raient deman­der un avis à un groupe de sages si néces­saire (groupe de sages tirés au sort ou élu?).

    Réponse
  10. Eliade Guy

    Hors sujet quoique … je viens, same­di, de par­ti­ci­per à une jour­née en deux par­ties : 1) expo­sé sur la mon­naie, 2) ate­lier consti­tuant. La jour­née ayant été longue je n’ ai pas par­ti­ci­pé à l’ ate­lier consti­tuant (deuxième partie).
    Du fait d’ une cer­taine spé­cia­li­sa­tion de la lutte, il me semble que cer­tain défende une cer­taine « cen­tra­li­tée », pou­vez vous me dire si je me trompe ?
    j’ expose :
    1) fin du tra­vail, salaire à vie
    2) créa­tion d’ une mon­naie alternative
    3) constituante
    Pour ma part je suis plu­tôt du pôle constitution.
    Qu’ en pen­sez vous ? j’ ai en hor­reur cette sorte de remise sur le tapis de la divi­sion des tâches, de leur prio­ri­sa­tion, de leur « com­pé­ti­tion » aimable comme chapelle.
    Guy
    je ne suis ni deçu ni triste ni frus­tré … mas j’ ai besoin d’ avis fusse-t-il en privé.

    Réponse
    • Eliade Guy

      Peut-être que les mots « lutte » et le ques­tion­ne­ment même semble sor­tir d’ un gôooo­chisme sus­pect, il s’ agit bien sûr de faire tra­vailler un cer­veau col­lec­tif sur tous les sujets … mais d’ un point de vue pra­tique je main­tiens ma question

      G

      Réponse
    • joss

      Selon moi, les 3 vont ensemble et sont liés. Ils ont la même fina­li­té : la sou­ve­rai­ne­té du peuple. L’un ne va pas sans l’autre.
      1. fin de l’emploi comme nous le connais­sons et salaire uni­ver­sel, suivre les pro­pos de Benard Friot
      2. créa­tion de notre mon­naie sou­ve­raine sans intérêt
      3. rédac­tion de notre consti­tu­tion et mise en place de notre démo­cra­tie directe

      Réponse
      • Protagoras

        Je suis d’ac­cord avec vous, les 3 ont la même fina­li­té. Cela dit le der­nier point doit être le 1er mis en œuvre. En effet, ima­gi­nons que dans l’é­la­bo­ra­tion de cette nou­velle consti­tu­tion – peut importe la façon dont les inter­ve­nant sont choi­sis – on ne trouve que des liber­ta­riens, parce que la socié­té tient cette idéo­lo­gie comme sou­hai­table. Ne pen­sez vous pas que le point 1 et 2 passent à la trappe ? Ne fau­dra t il pas nous y faire et l’ac­cep­ter avec regret ?

        Réponse
        • joss

          Entiè­re­ment d’accord

          Réponse
          • Di Girolamo

            D’ac­cord à moitié.
            La sou­ve­rai­ne­té popu­laire désigne la pos­si­bi­li­té réelle active qu’on les citoyens de se gou­ver­ner eux mêmes ; c’est à dire de déci­der ensemble de l’or­ga­ni­sa­tion et des orien­ta­tions de la société .
            Cette défi­ni­tion ne sup­porte AUCUN préa­lable , aus­si bon soit il puisque un préa­lable quel qu’il soit va contre cette souveraineté .

            Beau­coup de gens sont pour la démo­cra­tie à condi­tion que ça aille dans leur sens . Ce qui signi­fie qu’ils sont en fait pour eux mêmes .

            Il est pour­tant exact de dire qu’il vaut mieux que le peuple prenne des bonnes déci­sions plu­tôt que des mau­vaises ; mais ce n’est pas en impo­sant les bonnes qu’on est démo­crate mais en pro­po­sant qu’on per­fec­tionne l’ou­til de co déci­sion pour pou­voir tirer toute la sub­stan­ti­fique moelle de la démo­cra­tie : si les pro­cé­dures de réflexion ‚déli­bé­ra­tions, sont sérieuses , durent le temps qu’il faut , per­mettent réel­le­ment l’ex­pres­sion de tous et le débat contra­dic­toire , il y a plus de chances de prendre des déci­sions conformes à l’in­té­rêt général .
            C’est donc vrai qu’é­crire une consti­tu­tion posant les règles de la gou­ver­nance par­ta­gée est un préa­lable ; étant enten­du que l’é­cri­ture par­ta­gée de cette consti­tu­tion est aus­si un préalable .
            Mais il convient de s’en tenir là et de ne pas anti­ci­per sur un « notre » qui par nature sera large et diversifié.
            La consti­tu­tion doit poser les bases d’une gou­ver­nance par­ta­gée et s’en tenir là .
            La manière dont on orga­nise la mon­naie ou le tra­vail doit donc se sou­mettre à cette consti­tu­tion qui oblige à une co déli­bé­ra­tion et co déci­sion sur ces sujets( comme sur les autres) ; mais la consti­tu­tion ne décide pas ; elle s’en tient à orga­ni­ser et règle­men­ter la déci­sion publique. Ce qui est fondamental.

          • Protagoras

            @ Di Girolamo
            Je ne trouve rien à redire, à ce que vous avez écrit. Même pas une moi­tié de désaccord 😉
            Même si les 3 points cités plus haut sont à mon sens éman­ci­pa­teurs. Je ne vois pas com­ment on peut les amal­ga­mer sans don­ner à pen­ser qu’il y a effec­ti­ve­ment un préa­lable à la souveraineté.
            Pour don­ner une image peux relui­sante de ce pro­pos : Si dans un pays où l’es­cla­vage existe nous deman­dons aux esclaves de voter pour leur libé­ra­tion. Si 52 % vont dans un sens, devons nous appli­quer au 48 res­tant la déci­sion ou accep­ter 2 états du monde différents ?
            Je vous avoue que je n’aime pas abor­der ce sujet, car il me place en totale contra­dic­tion avec moi même.

          • Eliade Guy

            je lis :
            Il est pour­tant exact de dire qu’il vaut mieux que le peuple prenne des bonnes déci­sions plu­tôt que des mau­vaises ; mais ce n’est pas en impo­sant les bonnes qu’on est démo­crate mais en pro­po­sant qu’on per­fec­tionne l’outil de co déci­sion pour pou­voir tirer toute la sub­stan­ti­fique moelle de la démo­cra­tie : si les pro­cé­dures de réflexion ‚déli­bé­ra­tions, sont sérieuses , durent le temps qu’il faut , per­mettent réel­le­ment l’expression de tous et le débat contra­dic­toire , il y a plus de chances de prendre des déci­sions conformes à l’intérêt général .

            C’ est pour­quoi je me docu­mente sur le vote majo­ri­taire. Il fau­drait quand c’ est pos­sible lais­ser un champ d’ expé­ri­men­ta­tion aux options mino­ri­taires afin que par l’ expé­rience elles apportent la preuve de leurs « véri­tés » ou en tout cas qu’ elles éclairent le débat.
            Addi­tion­ner plu­tôt que soustraire
            Certes on en est pas là

        • Di Girolamo

          On peut espé­rer que la démo­cra­tie qui est bien le contraire de l’es­cla­vage fasse son effet et qu’une bonne déci­sion soit prise .
          D’autre part cela serait en contra­dic­tion avec la consti­tu­tion qui par nature oblige par ses règles à l’é­ga­li­té à se gou­ver­ner . Un esclave s’il sou­haite l’es­cla­vage refuse pour lui même et les autres ce prin­cipe de liber­té à se gou­ver­ner. Ce cas de figure ne peut donc pas se pro­duire à moins de jeter la consti­tu­tion aux orties .

          Réponse
          • joss

            Une socié­té où les esclaves imposent à leur tyran de les main­te­nir en condi­tion d’es­cla­vage. Aldous Hux­ley se retour­ne­rait dans sa tombe !

    • Eliade Guy

      J’ ai lan­cé ce sujet car il semble qu’ il y ait un troll sur les sys­tèmes moné­taires et leurs corol­laires la mise en place d’ un salaire à vie OU un divi­dende uni­ver­sel (mon­naie libre).
      Je suis aus­si pour la prio­ri­té de la mise en place de l’ écri­ture de la consti­tu­tion par des ate­liers et la dési­gna­tion par tirage au sort d’ une assem­blée qui remet­tra son tra­vail en débat puis à l’ assen­ti­ment de tous. Cepen­dant cer­tains pensent que pra­ti­que­ment la maî­trise d’ une mon­naie alter­na­tive lar­ge­ment uti­li­sée peut avoir un réel inté­rêt. … NON NON je laisse tom­ber ce troll sans inté­rêt, la démo­cra­tie d’ abord … je laisse quand même le déve­lop­pe­ment que j’ avais fait et qui me gratte la gorge … ceux qui pensent la mon­naie en pre­mier lieu sont des aven­tu­riers aven­tu­reux non-démo­crates et peu sou­cieux du dépas­se­ment de la valeur donc du tra­vail donc des rap­ports de domi­na­tion … Et qui veulent recons­truire les rap­ports de force dans le tra­vail. Avant de com­men­cer un jeu on s’ entend sur les règles.
      Et il y en une, une consti­tu­tion qui garan­tisse le contrôle des pou­voirs par les citoyens.
      il va fal­loir que je trouve d’ autres ateliers ?

      suite de la bêtise ..
      1) mise en place d’ une mon­naie que je qua­li­fie­rais d’ éco­no­mique des­ti­né aux échanges consommateurs/producteurs.
      2) déri­ver de la masse moné­taire un divi­dende (salaire)
      Je vois donc un rai­son­ne­ment boi­teux en deux temps et c’ est une vraie fai­blesse et ne fait pas appa­raître direc­te­ment la liber­té quand au sujet du tra­vail. Et le temps mis à convaincre une masse signi­fi­ca­tive de producteurs/consommateurs (même ces mots m’ écorchent un peu la gorge devant aus­si peu de rigueur quand on lutte contre la valeur) serait rédhi­bi­toire. Donc oui je suis l’ avis don­né ici … d’ abord la constitution …
      Même si elle a un inté­rêt la solu­tion de la mon­naie ici et main­te­nant, je pense aus­si que c’ est s’ éloi­gner de l’ objec­tif prin­ci­pal … la consti­tu­tion dont le reste décou­le­ra démo­cra­ti­que­ment. A bas les moné­ta­ristes !! qui veulent sau­ver le rap­port entreprise/salarié en l’ état
      … tout le monde semble tout de même d’ accord pour desi­gner une consti­tuante tirée au sort alors … no pro­ble­mo … il faut tenir à ce qui est consensuel.
      G .. le puceau sort de sa puceautrie ?
      Entre liber­taire et liber­ta­rien il y a un gouffre le même que entre laïcs/athées et new âge religieux

      Réponse
      • Eliade Guy

        Lourd le mec … mais bon je me soigne

        Réponse
        • Eliade Guy

          je vais essayer d’ être plus rigou­reux et moins naïf

          Réponse
      • Eliade Guy

        je cite :
        1) mise en place d’ une mon­naie que je qua­li­fie­rais d’ éco­no­mique des­ti­né aux échanges consommateurs/producteurs.

        C’ est JP Voyer qui disait dans « intro­duc­tion à la science de la publi­ci­té » que l’ His­toire est l’ his­toire de l’ échange. Et il ne limi­té pas l’ échange à l’ échange mar­chand. Dans la com­mu­ni­ca­tion il y a échange, dans l’ amour il y a échange. En recen­trant sur la consti­tu­tion, on s’ auto­rise à qua­li­fier les échanges que l’ on sou­haite. Il est néces­saire de sor­tir de la logique mar­chande, stop­per le sujet-automate.

        Réponse
    • Eliade Guy

      je lis :
      La sou­ve­rai­ne­té popu­laire désigne la pos­si­bi­li­té réelle active qu’on les citoyens de se gou­ver­ner eux mêmes ; c’est à dire de déci­der ensemble de l’organisation et des orien­ta­tions de la société .
      Cette défi­ni­tion ne sup­porte AUCUN préa­lable , aus­si bon soit il puisque un préa­lable quel qu’il soit va contre cette souveraineté .

      110% d’ accord … fin du bal.

      Réponse
  11. joss

    Si la com­pé­tence était propre aux élec­tions et à nos chers élus, on ne connaî­trait pas de crises. J’a­vais enten­du dire qu’à la bourse un singe ferait mieux qu’un tra­der car il gar­de­rait son sang froid dans les moments de panique.

    Réponse
    • Mic El

      En effet ! c’est pro­ba­ble­ment que la mon­naie de singe n’a pas trop d’intérêt pour les singes.…

      Réponse
  12. Saint-Jarre Claude
    • Eliade Guy

      j’ ai dépo­sé sur leur site une décla­ra­tion concer­nant les ate­liers constituants

      Réponse
  13. Yéti

    Les per­ro­quets benêts furent convo­qués au Châ­teaux, l’in­di­cible admi­nis­tra­tion qui gérait le monde psittaciforme.
    Devant l’a­go­ra des vola­tiles, l’o­rang-outang Chouar­né­lius, le grand lothéo­crasse s’ex­cla­ma en pontifiant :
    -« Peuple loto­crasse, une grande déci­sion doit être prise, démar­rer où pas La Machine !
    Écou­tez nos experts conseillers. Et déci­dez démocratiquement ! »
    Les 9 pre­miers experts (tous orangs-outangs) décla­rèrent que La Machine était inof­fen­sive et appor­te­rait une baisse d’im­pôts. Les per­ro­quets étaient embal­lés, sauf un vieux per­ro­quet sud-amé­ri­cain, sur­vi­vant d’un nau­frage, qui était très pas­séiste et méfiant.
    Puis vint le tour du der­nier expert, un tout jeune gib­bon du nom de Majo­ra­nius, qu’on sur­nom­mait le Grand Inqui­si­teur. Blême et trem­blo­tant il ânonna :
    -« Nooooon ! … Ne démar­rons pas La Machine … La Machine va pro­pa­ger un effet Casi­mirs sur la Mer de Dirac .… Les fer­mions vir­tuels entre­ront en col­li­sion avec leurs super­par­te­naires et tout gluon de ce Monde chan­ge­ra de couleur. »
    L’A­go­ra loto­crasse res­ta dubi­ta­tive. Mais dans le silence on enten­dit par­tir un per­ro­quet à tire-d’ailes.
    Les per­ro­quets sui­virent l’a­vis de l’é­cra­sante majo­ri­té des vieux singes scien­ti­fiques, igno­rant le petit gib­bon tout fou. N’ayant pas la pos­si­bi­li­té de don­ner un avis objec­tif, les loto­crasses ne pou­vaient d’ailleurs que répé­ter ce que diraient les singes experts (où la télé, ce qui est pareil). De plus la baisse des impôts était une trop forte cacahouète.
    Seule­ment en science, la mino­ri­té a sou­vent rai­son (même chez les scien­ti­fiques, alors chez les benêts de base …) Et quand la Machine fût démar­rée en grandes pompes, tout l’U­ni­vers fit un bon quan­tique pour dis­pa­raître instantanément.

    Réponse
  14. Yéti

    Un ordi­na­teur pour­rait se char­ger d’une vraie démo­cra­tie directe via INTERbeNET 

    La poli­tique de la direc­to­cras­sie serait encore plus inco­hé­rente et débile que celle de la cas­to­cras­sie où la loto­cras­sie, et mène­rait encore plus vite à un gros mer­dier et une guerre civile. Je suis pour !

    « Est diri­geant celui qui accepte de prendre les risques que les diri­gés ne veulent pas prendre. » 
    Jaurès

    « Les che­veux blonds et blan­châtres comme ceux des Scythes, dénoncent la stu­pi­di­té, la méchan­ce­té et la sau­va­ge­rie » Aristote

    Réponse
    • Yéti
    • 222

      Comme quoi ces deux-là (Jau­rès et Aris­tote) ont pu dire eux-mêmes des conne­ries ! et c’est bien pour ça, et sur­tout le sérieux de ceux qui s’af­fichent ain­si quand c’est pour mieux cacher leur inté­rêt propre et impres­sion­ner autrui, que plus per­sonne ne m’im­pres­sionne aujourd’­hui, sinon ce qui tra­vaille de leur main et savent gar­der l’hu­mi­li­té de leur ambi­tion, cette volon­té qu’il y a à vou­loir le meilleur pour soi et pour autrui, fruit de la connais­sance et par­tage en nature.

      Réponse
  15. Ana Sailland

    « Le rai­son­ne­ment nous le montre en même temps que les faits nous l’en­seignent, L’au­to­ri­té et la subor­di­na­tion sont non seule­ment des choses néces­saires mais encore des choses utiles ; et c’est immé­dia­te­ment après la nais­sance que s’é­ta­blissent cer­taines réa­li­tés, les unes étant des­ti­nées au com­man­de­ment et les autres à l’obéissance. »

    Aris­tote

    Mais plus loin :

    L’âme gou­verne le corps avec une auto­ri­té de maître, et l’in­tel­lect règle le désir avec une auto­ri­té de chef poli­tique et de roi.

    Mais il faut lire en entier Poli­tique I 7 ( c’est savou­reux et bour­ré d’as­pé­ri­tés tan­tôt insup­por­tables tan­tôt por­teuses d’é­mer­gence ) Poli­tique I 7 (pages sur l’es­cla­vage) car on y voit un homme for­gé par sa civi­li­sa­tion s’in­ter­ro­ger quand même, et ! c’est cela que nous devons faire, plus encore : nous arra­cher à ce que nous croyons être juste car pres­sen­ti comme natu­rel puisque jamais de notre vivant nous n’a­vons vu mieux, sinon en imagination.

    Vous ver­rez qu’A­ris­tote détecte l’u­to­pie mais ne s’y engage pas. ne le lui repro­chons pas : osons faire mieux.

    L’u­to­pie, c’est le prag­ma­tisme de demain. Volon­té tran­quille y préside.

    Réponse
  16. 222

    « Vous ver­rez qu’A­RIS­TOTE détec­té l’u­to­pie mais ne s’y engage pas (et pour­quoi ? quel­qu’un pour­rait-il nous en par­ler ?). Ne lui repro­chons pas, osons faire mieux »…

    Réponse
  17. CM63

    Bon­jour,
    Je com­prends l’ar­gu­ment de la com­pé­tence, je vais voir un peu plus avant com­ment ça peut se faire. On fait venir les gens de Bayer, la confé­dé­ra­tion pay­sanne, on dis­cute, puis on les fait reve­nir (on a l’argent, hein), ben jus­te­ment, ce pro­blème d’argent n’est pas clair.
    Bra­vo pour les ini­tia­tives, je pense qu’ef­fec­ti­ve­ment une assem­blée consti­tuante doit aus­si, sinon d’a­bord, de nos jours être de nos jours un espace (web) consti­tuant, ce qui n’empêche pas des vraies assem­blés en « pré­sen­tiel ». Mais un espace web capi­ta­lise tout de suite, alors que pour une assem­blée, c’est plus dur.
    See you

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. CHANGER, oui, mais demain ? - […] https://www.chouard.org/2014/11/02/election-vs-tirage-au-sort-lobjection-de-la-competence/ […]

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...