L’atelier constituant (entretien avec L’Affranchi-Presse, mai 2014)

12/09/2014 | 61 commentaires

Retour à l’es­sen­tiel : VOUS, oui vous, en train de bos­ser, dès que possible 🙂

Les gen­tils virus sont vrai­ment épa­tant 😐 Ils ont déjà retrans­crit le plan détaillé de cette réflexion ciblée sur l’a­te­lier constituant :
http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/L%27atelier_constituant_-_Entretien_avec_Etienne_Chouard_-_l%27Affranchi-Presse

1 Résu­mé de l’entretien
1.1 Qu’est-ce qu’un ate­lier constituant ?

Une recons­truc­tion d’un peuple digne de ce nom.
La fabri­ca­tion, ensemble, de notre ima­gi­naire collectif.
Concrè­te­ment on réflé­chit et on écrit, on parle de constitution.
Des tra­vaux pra­tiques à pro­pos de la constitution.
Un entraî­ne­ment utile pour demain, pour que le sujet nous devienne familier.
Un ques­tion­ne­ment, une dis­cus­sion sur un sujet ou une moda­li­té pré­cise de la consti­tu­tion tel le RIC ou les gardes-fous.
Une ren­contre simple, légère, infor­melle et souple.
Une façon simple, agréable et pro­met­teuse de faire de la politique.
C’est un école poli­tique qui fait que les gens vont se for­mer en s’oc­cu­pant du bien com­mun sous l’angle de l’é­cri­ture du plus haut niveau du droit. 

1.2 L’ob­jec­tif d’un ate­lier constituant

C’est nous en train de nous transformer.
C’est décou­vrir qu’on est capable d’é­crire la consti­tu­tion, que c’est agréable, très simple et que cela va tout changer.
C’est prendre d’en bas en for­ma­tion popu­laire sur la constitution.
C’est faire que le peuple veuille s’ins­ti­tuer par notre propre édu­ca­tion populaire. 

1.3 Qu’é­crit-on dans une constitution ?

Ce sont les règles supé­rieurs que l’on écrit.
On va écrire :

qui écrit les lois,
avec qu’elle pro­cé­dure de déli­bé­ra­tion collective,
sous le regard de quels contrôleurs,
sous le risque de quelle puni­tion ou sanction,
avec quel man­dat renou­ve­lable ou pas,
quel type de dési­gna­tion de ces acteurs,
quelle ini­tia­tive popu­laire laisse-t-on aux humains pour « prendre la main »,
des sujets qui comptent, qui cor­res­pondent à un pou­voir réga­lien de notre puis­sance poli­tique et qui seront ensuite reti­rés du débat poli­tique de par le fait qu’ils sont dans la constitution. 

par exemple : la mon­naie doit être publique et les banques ne peuvent être pri­vées ou encore le finan­ce­ment de l’économie. 

1.4 Les obstacles

Le non res­pect mutuel 

Apprendre à se respecter.
Per­mettre à tous de parler.
Ne pas lais­ser de côté les timides.
Ne pas per­mettre la mono­po­li­sa­tion par quelqu’un.
Nombre trop impor­tant des par­ti­ci­pants empê­chant une cor­recte expres­sion de cha­cun sur un temps convenable. 

L’agressivité 

Elle tient sûre­ment en par­tie au fait que nous sommes en géné­ral muse­lés et sans espace pour nous exprimer. 

Le hors sujet 

Écrire une consti­tu­tion n’est pas écrire une loi, il s’a­git d’ins­ti­tuer des pou­voirs qui vont res­ter sous le contrôle des citoyens. 

L’écueil 

Mon­ter dans la consti­tu­tion trop de sujets qui doivent res­ter poli­tiques et qui doivent être lais­sés à la réflexion des citoyens au cas par cas dans le cadre de lois, tels l’é­co­lo­gie et la pol­lu­tion par exemple.
Se mettre à légi­fé­rer et écrire des lois. 

Les gens pré­fèrent des maîtres 

Alain a écrit : « Le trait le plus visible de l’homme juste est de ne point vou­loir gou­ver­ner les autres et de seule­ment se gou­ver­ner lui-même. » ’
Les gens veulent des repré­sen­tants qui décident à leur place et pré­fèrent avoir de mau­vais maîtres plu­tôt que d’être eux-mêmes des maîtres. C’est un obs­tacle aux ate­liers constituants. 

1.5 Sug­ges­tion pratique

Com­bien de par­ti­ci­pants pour un ate­lier consti­tuant et où, quelle durée ? 

Seul ou à plusieurs.
N’im­porte où en réunion, chez soi, dans les trans­ports, les salles d’at­tente, etc.
Quelques minutes suf­fisent, la durée peut varier selon les humeurs et le temps disponible.
Il vaut mieux pré­voir plu­sieurs petites ren­contres fré­quentes et régu­lières que de longues ren­contres trop espacées. 

Avoir un réser­voir des ate­liers réalisés. 

Avoir un site pour annon­cer et rendre compte des sujets déjà tra­vaillés ce qui per­met­trait aux autres d’a­voir des pistes.
Créer une plate-forme dédiée aux ate­liers constituants.
Chez les Gen­tils Virus nous avons déjà cela sur le pré­sent wiki avec le « calen­drier » qui per­met de pla­cer les évé­ne­ments et aus­si une page spé­ciale qui regroupe tous les tra­vaux concer­nant les ate­liers consti­tuants. Voir : Projetgentilsvirus:Actualités et Les Ate­liers Constituants 

Source : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/L%27atelier_constituant_-_Entretien_avec_Etienne_Chouard_-_l%27Affranchi-Presse

Mer­ci à tous pour tout ce que vous faites, par pur dévouement.
On n’est forts qu’ensemble.

Étienne.

atelier constituant (Krapo)

Voir aus­si :

• Sur le blog : 
Qu’est-ce qu’un ate­lier constituant ?

• Échanges sur Agoravox :
http://​www​.ago​ra​vox​.tv/​t​r​i​b​u​n​e​-​l​i​b​r​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​e​t​i​e​n​n​e​-​c​h​o​u​a​r​d​-​l​-​a​t​e​l​i​e​r​-​4​6​668

• Échanges sur Facebook :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​2​8​0​6​3​3​7​3​1​7​317

Catégorie(s) de l'article :

61 Commentaires

  1. etienne

    Ate­lier consti­tuant : ces citoyens qui veulent écrire eux-mêmes la constitution

    http://​www​.ago​ra​vox​.tv/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​c​i​t​o​y​e​n​n​e​t​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​a​t​e​l​i​e​r​-​c​o​n​s​t​i​t​u​a​n​t​-​c​e​s​-​c​i​t​o​y​e​n​s​-​4​6​703

    Les Citoyens Consti­tuants orga­ni­saient un ate­lier consti­tuant le 26 juin 2014 à Paris. Une tren­taine de par­ti­ci­pants se sont réunis pour s’entraîner à écrire eux-même une consti­tu­tion. Après une rapide expli­ca­tion du dérou­le­ment de la séance, ils se sont répar­tis par groupes de six explo­rant cha­cun diverses pro­blé­ma­tiques. Le res­pect des temps et des tours de parole per­met une confron­ta­tion sereine des points de vue, qui débouche sur une ou plu­sieurs pro­po­si­tions d’articles consti­tu­tion­nels, qu’ils sou­haitent sou­mettre en fin de séance à l’assemblée. Celle-ci vote donc en séance plé­nière cha­cune de ces propositions.

    Cette démarche a été lar­ge­ment popu­la­ri­sée par Etienne Chouard. Figure emblé­ma­tique du « non » au réfé­ren­dum sur la consti­tu­tion euro­péenne de 2005, ce pro­fes­seur de droit et d’économie à Mar­seille porte depuis le pro­jet d’une consti­tu­tion d’origine citoyenne, seule à même de garan­tir une réelle démocratie.

    Bap­tiste, pour le Cercle des Volontaires

    1ère par­tie :

    2ème par­tie :

    Source : http://​www​.ago​ra​vox​.tv/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​c​i​t​o​y​e​n​n​e​t​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​a​t​e​l​i​e​r​-​c​o​n​s​t​i​t​u​a​n​t​-​c​e​s​-​c​i​t​o​y​e​n​s​-​4​6​703

    Réponse
  2. frigouret

    La cita­tion d’Alain.
    L’homme juste ne veut pas gou­ver­ner les autres mais se gou­ver­ner lui même.
    J’en deduit une toute autre approche de la consti­tu­tion, non pas basée sur un prin­cipe de gou­ver­ne­ment mais sur un prin­cipe de justice.

    La mon­naie publique.
    Vous confon­dez publique et éta­tique, le Franc ou l’Eu­ro sont des mono­poles éta­tiques , la délé­ga­tion faite aux banques pri­vées n’en font pas des mon­naies pri­vées. Il fau­drait plu­tot consi­dé­rer comme publique le droit pour tout le monde d’u­ti­li­ser ou de créer la mon­naie de son choix. D’ailleurs j’en­tend sou­vent citer Derud­der ici , qui plaide en fait pour la liber­té en matière de créa­tion moné­taire, et dans le même temps un constant appel au mono­pole éta­tique de la mon­naie, schizophrénie ?

    Réponse
    • EFFAB

      L’é­co­no­mie qui n’est pas une science, comme il est dit par cer­tains mais de para­doxales posi­tions qui en font l’une des choses les plus com­pli­quée au monde… pourquoi ? ^^

      Réponse
    • Ana Sailland

      Dans « l’homme juste » d’A­lain, je n’en­tends pas juste au sens de jus­tice, mais au sens de ajus­té = certes dyna­mique, voire amou­reux d’un bon­heur de toustes, mais sans hubris ni bou­li­mie orgueilleuse, dési­reux d’être en har­mo­nie, inté­rieure autant qu’ex­té­rieure, en avant mais rassemblé.
      Car
      Si dif­fi­cile est de se gou­ver­ner soi qu’il est bien pré­ten­tieux de vou­loir gou­ver­ner l’autre :
      toute une vie de tra­vail, sans pitié pour soi mais dans le res­pect d’au­trui, sinon deux vies, voire plus, seraient néces­saires, avant d’at­teindre la sta­ture auto­ri­sant à consi­dé­rer l’autre comme père ou mère consi­dèrent leur enfant.
      ->
      Nul être n’at­teint cette sta­ture, sinon conseiller, mais jamais maître.

      Vou­loir gou­ver­ner, seul ou en équipe, mais en petit nombre, c’est consi­dé­rer que la somme des com­pé­tences de la masse est infé­rieure à celle des prétendants.
      C’est mathé­ma­ti­que­ment faux.
      C’est orgueil.
      Alors est invo­quée l’im­pos­si­bi­li­té pour la foule de se coor­don­ner d’elle même.
      Ce der­nier argu­ment est un men­songe, durable, mil­lé­naire, qu’on adresse à la foule afin que, convain­cue tan­tôt de son incom­pé­tence tan­tôt de la dif­fi­cul­té tech­nique qu’il y aurait pour elle à s’or­ga­ni­ser effi­ca­ce­ment, se soumette.
      J’ai écrit « on » car le men­songe, réus­si, n’est plus émis désor­mais uni­que­ment par ses béné­fi­ciaires : la vic­time elle-même, habi­le­ment convain­cue, en use pour se ras­su­rer dans son aveu­gle­ment, par­ti­cu­liè­re­ment quand il s’a­git pour elle de contrer qui tente de l’éveiller :
      si pénible est per­çu le chan­ge­ment qui condui­rait à son éman­ci­pa­tion que la foule par­fois déteste s’en­tendre dire le che­min de sa liberté.

      Ain­si la domi­nance trouve-telle un appui étrange dans le vou­loir être tenu, des peuples qu’elle domine.

      Si bien que, si ne se conten­tant pas de culti­ver son jar­din, ni du « tout n’est pas pour le mieux dans le pas meilleur des mondes pos­sibles, mais je fais avec », si ten­tant de dire à ses sem­blables leurs pri­sons, l’homme juste d’A­lain peut se retrou­ver dans la même situa­tion conflic­tuelle que celle que connaî­trait ce Prince qui serait contes­té par une foule hai­neuse, ça s’est eu vu.

      Il s’a­git là du triomphe du maître, quand l’es­clave en vient à craindre son éman­ci­pa­tion, et à hous­piller qui lui susurre à l’o­reille les mots de sa liberté.

      L’homme juste est bien cou­ra­geux qui dans sa modes­tie tenace et sa téna­ci­té modeste affronte ce combat.

      Mais s’en­ga­ger sur ce che­min, n’est ce pas s’oc­troyer le titre de maître à penser ?
      Il y a de ce genre de para­doxe dans tout enga­ge­ment, et la modes­tie pous­sée à l’ex­trême ne sau­rait per­mettre au monde de sou­rire longtemps.

      Réponse
      • EFFAB

        « Du latin para­doxon, lui-même issu du grec ancien παράδοξος, para­doxos (« oppo­sé au sens commun ») »

        En admet­tant que ce « sens com­mun » ici soit celui de la majo­ri­té, de l’o­pi­nion qui l’emporte sur le nombre puisque ayant conscien­ti­ser ceci ou cela, ame­née à pen­ser ain­si depuis belle lurette par vois de for­ma­tage et pseu­do-culture, pseu­do-His­toire, il est tout aus­si logique de s’en­ga­ger sur ce che­min alter­na­tif dans cet espoir et cette volon­té de la (cette majo­ri­té, cette opi­nion) confron­ter à la véri­té comme à ses igno­rances, ses faci­li­tés et son confort appa­rent ne l’ex­cu­sant en rien de la res­pon­sa­bi­li­té qu’elle par­tage n cette affaire et toutes ces injus­tices, toutes ces inéga­li­tés soit-disant humaines !

        « S’en­ga­ger sur le che­min » ne signi­fie pas s’oc­troyer quelque titre que ce soit, c’est juste une néces­si­té, un impé­ra­tif, un don du Ciel de recou­vrer et sa conscience et sa liber­té… et une seule per­sonne enga­gée dans cette démarche et cette éman­ci­pa­tion en devien­dra pro­por­tion­nel­le­ment moins « para­doxale » qu’elle en conta­mi­ne­ra d’autres qui a leur tour en conta­mi­ne­ront d’autres qui a leur tour…

        Bref, tout étant vigi­lant de soi, d’au­trui et à l’é­coute de l’autre, ne nous lais­sons pas enfer­mer dans ce para­doxe de l’au­to-cri­tique qui peut tou­jours faire dire le contraire de ce que nous ne sommes ni ne vou­lons pas : ici sont les limite du men­tal et la rai­son par­fois a besoin de bien autre chose, plus farouche et plus déter­mi­né que jamais !

        Réponse
    • Sandy

      J’ai ne suis pas le seul à être gêné par les rac­cour­cis du genre « le sys­tème moné­taire est pri­vé » je vois 😉

      Réponse
      • Ana Sailland

        90% de la mon­naie étant créée par le pri­vé, ça ne me gêne pas trop.
        D’au­tant plus que les 10% res­tant sont créés par une banque indé­pen­dante des états, et sont livrés au pri­vé, comme réserve prudentielle.

        Vive la qua­dri­sec­tion lon­gi­tu­di­nale capillaire.

        Ou

        De l’art de s’af­fron­ter sur le vide.

        Réponse
  3. frigouret

    Vous botez en touche.
    La liber­té d’ex­pres­sion par exemple est publique mais heu­reu­se­ment pas un mono­pole étatique .

    Réponse
    • EFFAB

      Que n’ai-je dit !
      Jus­te­ment, ma pen­sée est libre et, par consé­quent, démocratique.
      Si dis­pa­ri­té appa­rente et réelle du temps de parole, comme ici sur ce blog, admet­tons alors un temps de parole égal à tout citoyen… mais étant don­né que nous sommes, fina­le­ment, peu nom­breux à inter­ve­nir ici et face à tout ce temps de cer­veau d’autres-que-nous empri­son­nés et for­ma­tés ailleurs, je pense que nous avons la liber­té et même le devoir, la res­pon­sa­bi­li­té de dépas­ser nous-mêmes sur ce temps de parole impar­ti au départ.
      Vous pou­vez très bien ima­gi­nez vous-même que je ne rame­ne­rais beau­coup moins ma fraise si nous étions ne fut-ce qu’un mil­lions à visi­ter ce blog quotidiennement.
      Je ne bote pas en touche : je rebon­dis, je nuance, je réflé­chis, je ques­tionne, etc., etc.

      Réponse
      • frigouret

        Jean­not la galère, qui fut quelques temps un com­pa­gnon de route, bien que anal­pha­bète, avait cou­tume de dire :<>
        Mais Jean­not était un voyou.

        Réponse
        • frigouret

          Bon il disait.

          Dans la vie il y a des cas for­tuits où l’homme le plus per­plexe est sujet a des vis­si­ci­tudes aléa­toires, on pour­rait epi­lo­guer plus long­temps que les choses en res­te­raient sans fin.

          Réponse
  4. Merome

    Rhaa, mais com­ment vou­lez-vous qu’on suive ! J’ai une pile d’une dizaine de vidéos d’E­tienne à regar­der. Et rien que depuis cet été.
    C’est pas humain.

    Réponse
    • EFFAB

      Ars lon­ga, vita brevis…

      … jus­te­ment, cela aurait été dit par notre fameux Cau­seur, HIPPOCRATE !

      ^^

      Réponse
  5. Lisztfr

    Pour appor­ter mon petit grain de sel, Chouard se réfère tou­jours à la démo­cra­tie Athé­nienne, mais il s’a­git là d’une excep­tion : Nous venons du toté­misme, de l’a­ni­misme, de la super­sti­tion. Nous ne sommes pas seule­ment des êtres de culture ou plu­tôt, notre facul­té de par­ler comme notre monde psy­chique a été sélec­tion­né au cours de l’é­vo­lu­tion, et il se peut que poli­ti­que­ment nous soyons pro­gram­més pour cer­taines formes de socié­té plu­tôt que d’autres. Il se pour­rait qu’une cer­taine struc­tu­ra­tion du pou­voir soit ins­crite bio­lo­gi­que­ment dans nos cir­con­vo­lu­tions cérébrales..

    L’a­dap­ta­tion n’a pas seule­ment lieu au nive

    Réponse
    • Ana Sailland

      « tou­jours  » »> pas vraiment.

      Réponse
    • Sandy

      Le seul inva­riant anthro­po­lo­gique c’est le besoin d’au­to­ri­té. Mais cela ne contraint ni n’empêche aucune forme de gou­ver­ne­ment poli­tique. Cela défi­nit sim­ple­ment notre besoin de loi et notre besoin d’une auto­ri­té pour les faire res­pec­ter / les incarner.

      Réponse
      • EFFAB

        Non, être « libre » est l’in­va­riant abso­lu, après il y a des limites néces­saire, et pour soi et pour autrui, des rap­ports de force, des auto­ri­tés néces­saires… mais cette auto­ri­té décli­née sur le mode poli­tique est un gros pré­texte pour ôter au mili­taire toute conscience, tout libre arbitre, tout pou­voir déci­sion­nel au détri­ment de la seule hié­rar­chie qui en arrive dans cer­tains cas à avoir droit de vie et de mort sur le com­bat­tant récalcitrant_un exemple par­mi mille autres j’imagine ^^

        Réponse
        • Sandy

          Libre est un inva­riant abso­lu dans tes rêves il y a suf­fi­sam­ment de monde qui lutte pour sa liber­té pour que cela rende tes pro­pos par­ti­cu­liè­re­ment ineptes.

          Réponse
          • EFFAB

            de la pure sophis­tique… ou l’art de détour­ner le sens d’une phrase en son stricte contraire

          • Sandy

            Inva­riant anthro­po­lo­gique, cela signi­fie qu’on le retrouve par­tout, à chaque époque, en chaque lieu, dans chaque socié­té humaine …

  6. Lisztfr

    Bref, je ten­tais une forme d’é­tho­lo­gie poli­tique dans le mes­sage précédent. 

    Notre monde psy­chique est néces­sai­re­ment adap­té à la vie. Il est pro­bable qu’un phé­no­mène aus­si lar­ge­ment répan­du que la reli­gion ait eu une inci­dence posi­tive sur les popu­la­tions qui s’y adon­naient. Pour­ra-t-on dépas­ser ce vieil homme en nous pour aller vers le sur­hu­main, ou au moins l’hu­main ? Car nous ne sommes pas humains, l’hu­ma­ni­té n’est qu’une fic­tion morale, et mal­heu­reu­se­ment ici on fait comme si selon la méta­phore de la table rase on allait faire n’im­porte quoi, régner par décret sur le genre humain. Oui dans les socié­tés pri­mi­tives, il y a tou­jours un chef, lire Tristes Tro­pique… C’est lié au pou­voir charismatique. 

    Donc il faut un effort pour dépas­ser cette nature pro­bable, cet ata­visme en nous ! cf Le fas­cisme latent d’An­na Arendt. 

    Je crois effec­ti­ve­ment que le rituel et la démo­cra­tie, en tant que pro­ces­sus de déci­sion pas­sant par la parole, soient les meilleurs garants contre l’au­to­ri­ta­risme. Mais la ques­tion de la limite du pou­voir se pose tou­jours, même en démo­cra­tie directe, comme celle du désir. Mais cette limite doit être ins­crite dans les ins­ti­tu­tions, si cela a encore un sens, et dans la socié­té et donc dans des corps inter­mé­diaires, etc. On n’au­ra jamais une socié­té sans conflits, ce qui sup­pose donc un équi­libre des pouvoirs.

    Réponse
    • EFFAB

      La ver­tu et cer­taines limites sont effec­ti­ve­ment à ins­crire dans la Consti­tu­tion : faire à autrui tout ce bien que l’on veut pour soi-même et édic­ter des règles de conduite, mettre des limites là par­tout où la liber­té de l’un ne peut trans­gres­ser celle d’autrui…

      … la socié­té humaine étant par nature plus cha­leu­reuse et plus res­pec­table (res­pec­ter autrui) qu’une mino­ri­té vou­drait le pen­ser sinon l’im­po­ser, je crois donc qu’un vrai Contrat Social à valeur démo­cra­tique n’au­ra aucun mal d’é­dic­ter cer­taines règles empê­chant et condam­nant tout abus, tout extrême sans pour autant atten­ter en quoi que ce soit à nos libertés.

      (Que n’ai-je dit)

      Réponse
  7. Ana Sailland

    Les pom­piers ne s’entraînent pas que la veille de l’incendie.

    Réponse
  8. Hemelryck

    Bon­jour, je viens de voir la pre­mière vidéo des ate­liers où l’on se pose la ques­tion de la confiance vis du vis du médium qu’est inter­net , la ques­tion d’une consti­tu­tion ou charte d’in­ter­net est posée par les fon­da­teurs du web eux-mêmes, ici Tim Ber­ners-Lee du pro­to­cole W3C dans cet article ( http://​www​.fran​ce24​.com/​f​r​/​2​0​1​4​0​3​1​2​-​t​i​m​-​b​e​r​n​e​r​s​-​l​e​e​-​c​r​e​a​t​e​u​r​-​w​e​b​-​2​5​-​a​n​s​-​c​h​a​r​t​e​-​d​r​o​i​t​s​-​c​o​n​s​t​i​t​u​t​i​o​n​-​i​n​t​e​r​n​e​t​-​l​i​b​e​r​t​e​-​n​s​a​-​w​3c/). Inter­net n’est pas un acquis, et bien qu’au coeur de la vie de tout les jours lui aus­si subit toutes sortes de pres­sions par les gou­ver­ne­ments, mul­ti­na­tio­nales ou tout sim­ple­ment des limites tech­niques. Par ceci je veux dire qu’il y a des per­sonnes (et citoyennes) qui se débattent avec leurs pro­blèmes spé­ci­fiques qui sont aus­si les nôtres en tant qu’u­ti­li­sa­teurs et qu’il ne fau­drait peut-être pas les oublier, les sou­te­nir aus­si essayant par la même d’é­ta­blir un consen­sus tech­nique à l’in­té­rieur d’un autre plus vaste celui-là poli­tique et citoyen.

    Réponse
  9. Richard

    Cyber-défense : A notre époque, selon moi, avoir accès libre et gra­tuit à l’éducation en géné­ral et en infor­ma­tique en par­ti­cu­lier (cyber-défense) ain­si que d’urgence/milice citoyenne armée est impor­tant. Une force de citoyens cyber-défen­seurs non hié­rar­chique, ouverte et trans­pa­rente, serait un atout.
    Vote Électronique :
    1- Pour­rions-nous uti­li­ser un sys­tème open source, et ins­tau­rer une période de véri­fi­ca­tion post vote de quelques jours per­met­tant de repé­rer des traces de manipulation ?
    2- Pour­rions-nous uti­li­ser un vote paral­lèle de citoyens choi­sit au tirage au sort, et si l’écart entre le vote du jury paral­lèle et le vote élec­tro­nique est moins qu’un pour­cen­tage on accepte le résul­tat, sinon on passe à un scru­tin non-électronique ?

    Il devrait y avoir une consi­dé­ra­tion pour identifier
    1- Alter­na­tives : les solu­tions alter­na­tives à une loi. ex : édu­ca­tion, pré­ven­tion et solu­tion tech­nique ; car dans notre sys­tème moné­taire les avo­cats sont en conflit d’intérêt ou encore par habi­tude pour­raient pro­po­ser des solu­tions judi­ciaires ou des lois (ex : au lieu de cor­ri­ger la source qui cause le pro­blème on inter­dit la mani­fes­ta­tion du pro­blème à la sauce réactionnaire)
    2- Diver­si­té : la pos­si­bi­li­té de diver­si­té (une crè­me­rie ayant 31 conte­nants de saveurs dif­fé­rentes de crème gla­cée, répond mieux aux besoins que 31 conte­nant de crème gla­cée à la vanille. Sommes-nous dans une situa­tion où « tous » les conte­nants auront « la » saveur pré­fé­rée par la majo­ri­té, ou dans une situa­tion où nous pou­vons avoir une diver­si­té, ex : par région ou par ville.
    3- Modu­la­ri­té : nous pour­rions mettre en ligne divers articles (de consti­tu­tion, ou loi?, ou détail de fonc­tion­ne­ment de réseau inter-com­mu­nau­té?) , cha­cun pour­rait être lier a une dis­cus­sion ou une page de témoi­gnages de com­mu­nau­tés ayant mis en place cet article ; résul­tats, pro­blèmes inat­ten­dus, avan­tages insoup­çon­nés, etc. Ain­si une com­mu­nau­té pour­rait voir ce qui existe, s’informer sur l’expérience de d’autres com­mu­nau­tés (formidable/ oui mais il y a tel détail qu’il faut vérifier/ etc) et ensuite peuvent incor­po­rer cet article ou l’adapter ou ne pas l’adopter. Dans le cas où elle décide de créer et de mettre en place un nou­vel article, elle pour­rait le rendre acces­sible en ligne et ajou­ter des notes utiles pour d’autres com­mu­nau­tés. Je vois une dis­tinc­tion entre les aspects qui régissent les rela­tions et la coor­di­na­tion inter com­mu­nau­té, et les aspects qui régissent les acti­vi­tés à l’intérieur d’une communauté.

    Réponse
  10. Richard

    Très inté­res­sant ce vidéo d’a­te­lier constituant

    A pro­pos du tirage au sort, je désir signa­ler que les tirés au sort peuvent être la cible de ten­ta­tive de cor­rup­tion direct, au Cana­da par example, Mon­san­to a offert des pot-de-vin 2 milions de dol­lars (chaque) à des fonc­tion­naires, et qu’une autre tac­tique de cor­rup­tion clas­sique est d’en­ga­ger (emploi, ou contrat pour une étude bidon) une per­sonne en posi­tion d’in­fluence ou de prise de deci­sion « après » que celui ci aie prise la deci­sion favo­rable à la compagnie/industrie qui l’emploi par la suite en guise de tra­fique d’in­fluence semi-voi­lé (emploi lucra­tif reel, pseu­do-utile ou fic­tif). Il faut donc inté­grer des mecha­nismes pour mini­mi­ser les ten­ta­tives de cor­rup­tion (ou d’intimidation).

    Réponse
    • Sandy

      Il faut aus­si mettre en place des recours qui per­mettent d’in­ter­ve­nir rapi­de­ment au cas où des déci­sions arbi­traires et contraires à l’in­té­rêt géné­ral vien­draient à avoir lieu là où on attend des repré­sen­tants qu’ils nous repré­sentent justement.

      Réponse
  11. BA

    Quatre ans après le réfé­ren­dum sur le trai­té de Maas­tricht, un débat télé­vi­sé oppose deux camps : 

    dans le camp de ceux qui avaient voté « non » à Maas­tricht : Jean-Pierre Che­vè­ne­ment, Marie-France Garaud ;

    dans le camp de ceux qui avaient voté « oui » à Maas­tricht : Jacques Atta­li, Simone Veil.

    Quand on regarde ce débat 18 ans après, on se rend compte que l’His­toire a tranché.

    18 ans après ce débat télé­vi­sé, on se rend compte que Jacques Atta­li, Simone Veil, et tous les neu­neus qui ont voté « oui » au réfé­ren­dum sur le trai­té de Maas­tricht avaient tout faux.

    Les par­ti­sans du « oui » à Maas­tricht avaient tout faux, et nous en payons aujourd’­hui les conséquences.

    Jacques Atta­li, Simone Veil, et tous les neu­neus qui ont voté « oui » au réfé­ren­dum sur le trai­té de Maas­tricht sont les res­pon­sables du désastre actuel.

    L’His­toire les jugera.

    L’His­toire sera très sévère avec tous ces irresponsables.

    Lors de ce débat, Jacques Atta­li pro­nonce ces phrases hila­rantes : « Quand on dit que l’Europe de Maas­tricht crée­ra des emplois, ça reste vrai. Il se trouve que le trai­té de Maas­tricht n’est pas encore appli­qué. Lorsqu’il le sera, il est évident qu’il y aura une très forte crois­sance qui en décou­le­ra, car nous aurons un grand espace éco­no­mique avec une mon­naie unique. » 

    C’est à envi­ron 5 minutes 20 :

    http://​www​.les​-crises​.fr/​d​e​b​a​t​-​a​t​t​a​l​i​-​v​e​i​l​-​g​a​r​a​u​d​-​c​h​e​v​e​n​e​m​e​n​t​-​s​u​r​-​l​e​u​r​o​-​e​n​-​1​9​96/

    Réponse
    • Sandy

      Tu as voté quoi BA au réfé­ren­dum de 2005 ?
      Puis à l’é­lec­tion de 2007 ?
      Et enfin à celle de 2012 ?

      Réponse
  12. Jacques

    « Le seul inva­riant anthro­po­lo­gique c’est le besoin d’autorité »… C’est Deleuze qui fai­sait la dis­tinc­tion, au sujet des « nou­veaux phi­lo­sophes », entre : ento­mo­lo­gie pour ces der­niers et téra­to­lo­gie pour lui…

    (=>De quel type d’autorité est-il ques­tion ? Fonc­tion 1, 3 ou 7 ?) http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​M​o​i​-​P​eau

    (Si fonc­tion 3 de pare-exci­ta­tion) : http://​www​.inves​ti​ga​tin​gheal​thy​minds​.org/​S​c​i​e​n​t​i​f​i​c​P​u​b​l​i​c​a​t​i​o​n​s​/​1​9​8​0​/​M​c​C​l​e​l​l​a​n​d​S​t​r​e​s​s​e​d​H​u​m​a​n​S​t​r​e​s​s​.​pdf

    (Si fonc­tion 7 de recharge libi­di­nale) : (cf. neu­ro-gau­chers) http://​www​.pen​ser​-autre​ment​.net/

    (Si fonc­tion 1 de main­te­nance du psy­chisme) : (cf. les 17% de la pop = dopamine.)
    http://www.pathmed.com/pdf/NutriNews%20-%20The%20Edge%20Effect%20Spring%2005.pdf

    (Else : l’imagerie céré­brale au ser­vice des psy­chiatres (15 min)) : https://​you​tu​.be/​e​s​P​R​s​T​-​l​mw8

    Réponse
    • Jacques

      En d’autres termes, sur http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​E​l​i​n​o​r​_​O​s​t​r​o​m​#​P​r​i​n​c​i​p​e​s​_​d​e​s​_​b​a​s​s​i​n​s​_​c​o​m​m​u​n​s​_​d​e​_​r​e​s​s​o​u​r​ces,
      Est-il ques­tion de :
      3) un sys­tème per­met­tant aux indi­vi­dus de par­ti­ci­per régu­liè­re­ment à la défi­ni­tion et à la modi­fi­ca­tion des règles (pare-exci­ta­tion);
      2) des règles bien adap­tées aux besoins et condi­tions locales et conformes aux objec­tifs (recharge libidinale);
      7) une auto déter­mi­na­tion recon­nue des auto­ri­tés exté­rieures (main­te­nance du psychisme).

      Réponse
    • Jacques

      Mal­gré ces vio­lences récentes, il y a quand même beau­coup de mes­sages posi­tifs, beau­coup auquels j’au­rais aimé répondre, mais bon, je reviens ici…

      Page 390 de « abré­gés de Psy­cho­lo­gie » par Delay et Pichot, Ed. Mas­son 1990 :
      « Les mécha­nismes psy­cho­lo­giques du rôle du chef – Max Weber a dis­tin­gué trois types de chefs, qui cor­res­pondent à des dyna­miques de groupe différents.
      1) le chef tra­di­tion­nel dont le rôle est déter­mi­né par une règle de suc­ces­sion ininterrompue.
      2) le chef cha­ris­ma­tique [cf note : vient du lan­gage de l’é­glise cha­ris­ma = la grâce] qui réunit en lui les cha­rac­tères de l’  »homme des idées » et de l’  »homme le plus aimé ». Son choix dépend de l’exis­tence, dans le membre du groupe, des deux méca­nismes de la pro­jec­tion (des sou­haits de puis­sance et de sécu­ri­té) et de l’i­den­ti­fi­ca­tion, d’où la nécés­si­té contra­dic­toire de se dis­tin­guer des autres membres du groupe et en même temps de leur res­sem­bler par ses attributs.
      3) le chef bureau­cra­tique cor­res­pond uni­que­ment à « l’homme des idées » qui s’im­pose par sa com­pé­tence et son efficacité. »

      Les prêtres taoïstes m’en vou­dront sûre­ment de faire du Feng Shui de bas étage, mais bon :
      En 1 c’est le Ciel ; en 2 (Eclair+Vent)+Feu [et non juste l’E­clair comme je le pen­sais…]; en 3 c’est la Montagne.

      J’i­ma­gine que je vais être pris pour un héré­tique dans nos contrées occi­den­tales viriles et pater­na­listes, en annon­cant la qua­ter­ni­té : (Même si avec la vision « yin » ori­gi­nelle du Yi Jing, je ne pense pas trop me tromper…)
      Que faire de la Terre, de l’Eau et du Lac ? Tri­bus de cham­pan­zés que nous sommes… la goutte d’Eau par­ti­cu­lière qu’est le mâle domi­nant régnant seul sur Terre, par­mi ses femmes, un lac entier pour lui tout seul… L’er­reur du fémi­nisme aura bien été de vou­loir l’op­po­sé et non l’in­verse… En effet nos loin­tains cou­sins les bono­bos s’ar­ran­ge­raient pour que chaque goutte d’Eau trouve sur Terre un Lac qui veuille bien l’accueillir.

      Ver­sion évo­luée : « la Patrie » (vision per­son­nelle, pro­vi­soire et non-exhaustive…)
      Terre = Sys­tème d’in­for­ma­tion n’ou­bliant per­sonne (reve­nu de base de Friot) + effi­ca­ci­té admi­nis­tra­tive (arrê­ter la pape­rasse à n’en plus finir, auto­ma­ti­ser, numé­ri­ser, faciliter).
      Eau = Citoyens égaux mais dif­fé­rents : cha­cun amène les com­pé­tences qui lui sont propres, cha­cun par son his­toire peut poten­tiel­le­ment éclai­rer le « commun ».
      Lac = Pro­blème de la for­ma­tion (aca­dé­mique & pro) + inser­tion pro­fes­sion­nelle + amé­na­ge­ment lieu/temps/ambiance de tra­vail… [ou « amé­na­ge­ment de la vie en com­mun », tout simplement?]

      Pour finir, petite pré­ci­sion sur les « qua­li­tés » des 8 élé­ments : p. 38 du Yi Jing tra­duit par Java­ry et Faure Ed. Albin Michel 2012 (plus res­pec­tueuse de la « vision yin » ori­gi­nelle que les autres traductions):
      « Terre : Dis­po­ni­bi­li­té, adap­ta­bi­li­té, accueil, don de soi ;
      Brume (=lac) : Com­mu­ni­ca­tion, joie, légèreté ;
      Eau : Pro­fon­deur, endu­rance, peur ;
      Vent/Bois : Enra­ci­ne­ment, péné­tra­tion, accep­ta­tion, intériorisation ;
      Ton­nerre (=éclair) : Impul­sion, mise en route, secousse ;
      Feu : Clar­té, luci­di­té, viva­ci­té, éclat ;
      Mon­tagne : Rigeur, cohé­sion, calme, solidité ;
      Ciel : Créa­ti­vi­té, force, initiative. »

      Réponse
      • Jacques

        Autre chose… sur la rela­tion « interne-externe », il fau­drait pou­voir faire le lien avec le locus de contrôle : 

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Locus_de_contr%C3%B4le

        En effet, dans son livre « un cer­veau à 100% », le Dr Bra­ver­man affirme que l’ex­tra­ver­sion est uni­que­ment déter­mi­né par le niveau de dopa­mine… le « chef bureau­cra­tique » ne se remet donc jamais en cause ? (… cela expli­que­rait le com­por­te­ment des uni­ver­si­taires, et en géné­ral les tra­vaux de « critique »…)

        Réponse
        • Ana Sailland

          😉 On parle je sup­pose ici des robots 😉

          Réponse
        • Jacques

          …ou des bio-robots qui sortent de poly­tech­nique pour créer les pro­grammes-robots de la finance haute-fré­quence… par­tir de la phy­sique pour expli­quer l’é­co­no­mie, et on se pré­mu­nit de toute infir­ma­tion ! (…ou pas!)

          Réponse
          • Ana Sailland

            Qui échappe au robo­tisme et comment ?

          • Jacques

            (Début de réponse…)

            Sur : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&uact=8&ved=0CCoQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.em-lyon.com%2Ffr%2Fcontent%2Fdownload%2F6849%2F110283%2Ffile%2F2002-05.pdf&ei=tyaDVKeAHsq7UbTqgeAP&usg=AFQjCNGV4JYfQW68q0PcTLxdb0R7ai0TSw&sig2=bLXGA5jvbNWY3WwFDBv6AA&bvm=bv.80642063,d.d24

            Page 6 :

            « D’une façon plus géné­rale Hus­serl stig­ma­tise la crise des sciences euro­péennes. Des sciences, qui mal­gré la pros­pé­ri­té qu’on leur doit, se sont révé­lées inca­pables de per­mettre à l’homme moderne d’orienter sa liber­té avec raison :

            Dans la détresse de notre vie, …, cette science n’a rien à nous dire. Les ques­tions qu’elle exclut par prin­cipe sont pré­ci­sé­ment les plus brû­lantes… Sur nous mêmes les hommes en tant que sujets de cette liber­té, qu’est-ce donc que la science a à nous dire ? La simple science des corps mani­fes­te­ment n’a rien à nous dire, puisqu’elle fait abs­trac­tion de tout ce qui est sub­jec­tif… En ce qui concerne d’autre part,
            les sciences de l’esprit,… leur scien­ti­fi­ci­té rigou­reuse exige du cher­cheur qu’il mette scru­pu­leu­se­ment hors cir­cuit toute prise de posi­tion axio­lo­gique, toute ques­tion sur la rai­son et la dérai­son de l’humanité. »

            « Pour autant Hus­serl n’en reste pas à cette cri­tique, il pro­pose la redé­cou­verte d’une rai­son autre. Une rai­son qui se com­prend comme ouver­ture à une vie en deve­nir per­son­nel et communautaire :

            La Rai­son est ce qu’il y a de spé­ci­fique dans l’homme, en tant qu’être qui vit des acti­vi­tés et des habi­tua­li­tés per­son­nelles. En tant que per­son­nelle cette vie est un deve­nir constant dans une constante inten­tion­na­li­té du déve­lop­pe­ment. Ce qui devient dans cette vie c’est la per­sonne même. Son être est
            tou­jours en deve­nir et cela vaut, dans la cor­ré­la­tion de l’être indi­vi­duel et de l’être communautaire. »

            Page 8 :

            « Ouvrant des pers­pec­tives neuves et inat­ten­dues la parole est avè­ne­ment et évé­ne­ment. C’est la parole par­lante : « On pour­rait dis­tin­guer une parole par­lante et une parole par­lée. La pre­mière est celle dans laquelle l’intention signi­fi­ca­tive se trouve à l’état naissant ».

            Remar­quons que des auteurs Laca­niens comme F. Dol­to et D. Vasse sont en conver­gence avec cette approche. Ils ont déve­lop­pé le concept de « res­sen­ti » qui correspond
            pré­ci­sé­ment à l’entrecroisement de ce qui est sen­ti avec des mots issus de la richesse d’une langue. Une telle parole, est géné­ra­le­ment dite sous la forme d’une méta­phore. Elle brise l’anonymat, l’abstraction et l’amoralité du seul dis­cours rationnel. »

            « L’expression de la parole par­lante est créa­trice, elle libère un sens nou­veau, une inten­tion signi­fi­ca­tive qui se découvre alors même qu’elle s’exprime. C’est à dire qu’elle se situe en Alté­ri­té de la pen­sée déjà for­mée de celui qui s’exprime. En ce sens, en se tai­sant et en consen­tant au vou­loir dire de
            l’intention signi­fi­ca­tive, l’homme se trans­cende vers un com­por­te­ment nouveau.

            Mais cette expres­sion ne doit pas être com­prise comme l’activité d’un moi iso­lé. Si la parole par­lante, ori­gi­naire, ins­taure une pré­sence renou­ve­lée du sujet à la vie qui le tra­verse, elle ins­taure par consé­quent une pré­sence renou­ve­lée du sujet à l’intersubjectivité qui le consti­tue. Ceci, en par­ti­cu­lier à tra­vers le dia­logue et le par­tage de vie. L’ouverture à l’Altérité est la condi­tion onto­lo­gique de la
            sub­jec­ti­vi­té par­lante : « la sub­jec­ti­vi­té n’est pas l’identité immo­bile avec soi : il lui est, comme au temps, essen­tiel, pour être sub­jec­ti­vi­té de s’ouvrir à un Autre et de sor­tir de soi » »

          • Ana Sailland

            🙂 Je posais la ques­tion à Jacques, pas à Husserl 🙂

            L’ex­pé­rience vécue de mon inter­lo­cu­teur me semble infi­ni­ment plus pré­cieuse que celle d’un « repré­sen­tant du cer­veau collectif ».
            Car il y a en phi­lo­so­phie le même aban­don qu’en poli­tique : la délégation.

            Concer­nant l’au­teur, l’ex­pres­sion « Dans la détresse de notre vie » me laisse sup­po­ser un axiome non détec­té dans la pano­plie de sa pensée.
            Ce me semble être un piège dif­fi­ci­le­ment évi­table ( et j’y tombe plus sou­vent qu’à mon tour) sur le che­min du libre arbitre, piège dont seule l’in­tros­pec­tion assi­due et neu­tra­li­sante, peut à mon avis ( & vécu) pro­té­ger … un peu.
            Se pro­té­ger du robo­tisme sup­pose un entraî­ne­ment assi­du à la sur­veillance de soi par cette par­tie de soi qui ne par­ti­cipe pas mais hume dépas­sion­née. Mai­grou­lette au natu­rel, elle peut être déve­lop­pée par l’é­co­lo­gie de l’at­ten­tion. Suis étu­diante en 68ème année 😉

          • 222

            Entre études à tout crin et ouver­ture obli­gée, on en revient bien tou­jours à cette même véri­té pre­mière : science sans conscience n’est que ruine de l’âme et ‘délé­ga­tion’, néga­tion du vivant ! ^^

  13. frigouret

    Waou, mer­ci très inté­res­sant Jacques

    Réponse
  14. Lisztfr

    Bon­jour,

    Sujets émi­nem­ment com­plexes, qui néces­sitent une méthode. 

    1) Ce dont on a besoin avant tout pour rédi­ger une Consti­tu­tion, c’est une phi­lo­so­phie morale d’a­bord, juri­dique éven­tuel­le­ment. Le texte n’est qu’une trans­crip­tion ou décan­ta­tion des idées et concep­tions morales des Auteurs, à défaut de leurs idées poli­tiques. Donc se lan­cer bille-en-tête dans la rédac­tion d’une Consti­tu­tion posi­tive sans avoir cla­ri­fié l’i­déal anthro­po­lo­gique qu’elle contient, c’est n’im­porte quoi ! 

    Se sou­ve­nir que ce sont les phi­lo­sophes qui ont ame­né 1789. Et se sou­ve­nir que cette Révo­lu­tion s’est enli­sée le jour où les délé­gués du peuple s’en­tor­tillaient dans leurs reven­di­ca­tions à l’As­sem­blée, c’est la fai­blesse IDEOLOGIQUE qui entraine tou­jours les pro­jets vers le fond ! Et c’est le manque d’a­gres­si­vi­té : La concen­tra­tion, la pas­sion est agres­sive et sans cela, RIEN ne se crée. 

    Je passe sur la phi­lo­so­phie, qui à mon avis doit pri­vi­lé­gier l’é­ga­li­té (tout indi­vi­du est égal en droit, 1789) et non la liber­té, cette der­nière étant syno­nyme de vacance de loi. 

    Concer­nant la méthode, je pré­co­nise celle des pommes pour­ries de Des­cartes, à savoir qu’on vide le panier et l’on exa­mine les élé­ments de notre socié­té d’un point de vu moral sinon ça n’a pas de sens, et que l’on rejette sys­té­ma­tique ce qui est immo­ral. On rédige ensuite un article qui INTERDIT ce qui est immo­ral dans notre socié­té, voi­là ce qui doit figu­rer dans notre Consti­tu­tion de façon simi­laire à l’A­bo­li­tion des pri­vi­lèges de 1789 !

    J’es­père avoir cla­ri­fié les ques­tions de méthode… main­te­nant il n’est pas sûr que l’on veuille d’une socié­té morale, le « vice » gar­dant ses attraits.

    Réponse
  15. Jacques

    Mon point de vue, c’est de dire que : si tout le monde est dif­fé­rent, alors on a meilleur temps de faire par­ti­ci­per plu­sieurs types de per­son­na­li­tés pour prendre une déci­sion, non pas pour com­pli­quer les choses, mais pour que les bonnes idées puissent s’exprimer, que les dif­fé­rents points de vue puissent coha­bi­ter ; et c’est ce que per­met jus­te­ment le tirage au sort : la diversité.
    A part ça, je pense que vou­loir fixer la morale une bonne fois pour toute n’a juste pas de sens… pour moi ça veux dire impo­ser une nou­velle reli­gion (ce que je reproche jus­te­ment aux Lumières soit dit en pas­sant)… Sur ce point Atta­li n’a pas tort de dire qu’on devrait « ouvrir nos chakras »… 

    Vis-à-vis de la méthode : (ma « bous­sole » n’engage que moi…)

    1) Des­cartes explique très bien com­ment fonc­tionne un neuro-gaucher :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_m%C3%A9thode#Deuxi.C3.A8me_partie

    a) Ne rece­voir aucune chose pour vraie tant que son esprit ne l’au­ra clai­re­ment et dis­tinc­te­ment assi­mi­lée préalablement.
    => Fonc­tion 1 de main­te­nance du psy­chisme (lobe frontal);
    => 7. Une auto déter­mi­na­tion recon­nue des auto­ri­tés extérieures.

    b) Divi­ser cha­cune des dif­fi­cul­tés afin de mieux les exa­mi­ner et les résoudre.
    => Fonc­tion 8 d’inscription des traces sen­so­rielles (lobe temporal);
    => 1. Des limites net­te­ment défi­nies (impli­quant une exclu­sion des enti­tés externes ou malvenues).

    c) Éta­blir un ordre de pen­sées, en com­men­çant par les objets les plus simples jus­qu’aux plus com­plexes et divers, et ain­si de les rete­nir toutes et en ordre.
    => Fonc­tion 7 de recharge libi­di­nale (hémi­sphère gauche);
    => 2. Des règles bien adap­tées aux besoins et condi­tions locales et conformes aux objectifs.

    d) Pas­ser toutes les choses en revue afin de ne rien omettre.
    => Fonc­tion 2 fonc­tion conte­nante (sys­tème ner­veux auto­nome parasympathique) ;
    => 4. Une gou­ver­nance effec­tive et rede­vable à la com­mu­nau­té vis-à-vis des appropriateurs.

    2) Pour les neu­ro-droi­tier, « pré­ver­bal », puisque déjà struc­tu­ré à l’âge de 2 ans, il faut aller voir Win­ni­cott dans : « La psy­cha­na­lyse Une antho­lo­gie » livre 1 sur « les concepts fon­da­men­taux » par Fran­çoise Del­ba­ry aux édi­tions Pocket 1996, p. 246, qui reprend un texte de Win­ni­cott « « Jouer, l’activité créa­trice et la quête du soi » (1971), in Jeu et réa­li­té, trad. Par Claude Monod et J.B. Pon­ta­lis, éd. Gal­li­mard, pp.75–80 »

    a) Etat de détente dans des condi­tions de confiance basées sur l’expérience vécue.
    => Fonc­tion 5 d’intersensorialité (hémi­sphère droit).
    => 8. S’il y a lieu, une orga­ni­sa­tion à plu­sieurs niveaux de pro­jet qui prend tou­jours pour base ces bas­sins de res­sources communes.

    b) Acti­vi­té créa­tive, phy­sique et men­tale mani­fes­tée dans le jeu.
    => Fonc­tion 4 d’individuation. (Lobe pariétal) ;
    => 5. Un sys­tème gra­dué de sanc­tion pour des appro­pria­tions de res­sources qui violent les règles de la communauté.

    c) La som­ma­tion de ces expé­riences vécues sur les­quelles s’édifie le sen­ti­ment du soi. La som­ma­tion ou le réflé­chis­se­ment dépend de ce que le thé­ra­peute – ou l’ami – qui a accep­té la com­mu­ni­ca­tion – indi­recte – et auquel le patient fait confiance, peut ren­voyer à celui-ci en retour.
    => Fonc­tion 6 de sur­face de sou­tien à l’excitation sexuelle. (Lobe occipital)
    => 6. Un sys­tème peu coû­teux de réso­lu­tion des conflits.

    d) Dans ces condi­tions très par­ti­cu­lières, l’individu peut « se ras­sem­bler » et exis­ter comme uni­té, non comme une défense contre l’angoisse, mais comme l’expression du JE SUIS, je suis en vie, je suis moi-même. À par­tir d’une telle posi­tion, tout devient créatif.
    => Fonc­tion 3 de pare-exci­ta­tion (sys­tème ner­veux auto­nome sympathique) ;
    => 3. Un sys­tème per­met­tant aux indi­vi­dus de par­ti­ci­per régu­liè­re­ment à la défi­ni­tion et à la modi­fi­ca­tion des règles.

    Pour ceux que sa inté­resse : « De l’illusion à la culture ou le regard de Win­ni­cott sur la créa­ti­vi­té » par Syl­vie Zérillo sur http://​edso​.revues​.org/​324.

    Réponse
    • EFFAB

      Pas sûr que ZUT ait lu ceci ou prenne le temps de bien lire toutes autres choses, fai­sant dire d’au­trui ceci tout en oubliant/tout en pas­sant sur cela, telle cette poli­tique et ces moyens que l’on se donne chez SUN ZI éclai­rant si bien ces réa­li­tés uni­ver­selles, cet éclai­rage qu’il veut faire pas­ser pour du ‘va t’en guerre’ ou c’est moi qui n’ai peut-être pas bien com­pris sa réflexion ni où il venait en venir, ça se peut.

      Réponse
  16. citoyen lambda

    humour – des chats et des souris : 

    Réponse
  17. Protagoras

    Le web est l’a­ve­nir de la démo­cra­tie et non pas comme lieu de dis­cus­sion mais comme un outil de vote. Car il est le seul à pou­voir gérer l’a­vis réel de tous.

    L’ar­gu­ment selon le quel la sécu­ri­té sur le net ne serait pas fiable, on ne peut que répondre qu’elle l’est suf­fi­sam­ment pour lais­ser son compte en banque à qui vou­drai le pirater.

    Réponse
  18. Lisztfr

    @Jacques

    Au contraire, la ques­tion morale doit être abor­dée, voyez la dif­fé­rence entre l’i­déal humain de L’An­cien Régime et celui de la Répu­blique ! Com­ment pou­vez vous dénier l’im­por­tance de ce point, c’est la ques­tion de la jus­tice : Dans un cas tous les hommes ne sont pas égaux en droit, il y a une hié­rar­chie, dans l’autre si parce qu’ils ont été recon­nus égaux en nature d’a­bord, cf. droit natu­rel des phi­lo­sophes et jurisconsultes. 

    Il n’y a rien d’autre de la morale qui compte, c’est à dire la ques­tion du bien et du mal. Vous vou­lez bâtir une cité sans en pas­ser par l’é­thique d’a­bord , Bon cou­rage, je n’y habi­te­rai pas.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Liszt­fr,

      je com­prends bien cet appel à faire entrer dans la réflexion poli­tique les concepts de morale, de bien, de mal, et je ne m’en prive pas au temps du bavar­dage informel

      mais au moment d’é­crire des textes fondateurs : 

      qui va déci­der de ce qui est bien ou mal ?

      Réponse
      • Di Girolamo

        Ce qui est bien ( pour un texte fon­da­teur) c’est de déci­der que le bien com­mun se défi­nit tous ensemble et qu’ain­si il ne s’ar­rête pas à la défi­ni­tion qu’un membre peut lui don­ner , ni à celle qu’un groupe de ses membres peut lui don­ner , ni même à celle que l’en­semble des membres peut don­ner , parce que nous sommes dans une his­toire et une géo­gra­phie et que la socié­té elle même doit tenir compte des autres socié­tés et de ceux qui viennent après .
        Le bien est ain­si un prin­cipe d’ou­ver­ture , d’é­change et de débat per­ma­nent sans appro­pria­tion de ce qui est bien ; la morale qui est le res­pect et l’a­mour de l’autre est donc ain­si le fon­de­ment même d’une socié­té démo­cra­tique et éco­lo­gique. Il n’y a pas d’un côté des valeurs morales et de l’autre des textes fondateurs.

        Réponse
        • Ana Sailland

          Des ins­ti­tu­tions peuvent elles n’être conçues que pour per­mettre tech­ni­que­ment le fonc­tion­ne­ment du corps social sans heurt ni crise, et pour­tant induire ce que nous appe­lons la morale ?

          Des textes qui pro­té­ge­raient les humbles et seraient écrits par les humbles, donc à l’é­cart de tout dis­cours mora­liste, mais pure­ment prag­ma­tiques, n’in­dui­raient ils pas méca­ni­que­ment l’é­qui­té, la morale ?

          Réponse
          • Ana Sailland

            Peut on ima­gi­ner qu’un peuple qui écri­rait conjoin­te­ment ses lois dans le seul but de vivre heu­reux pro­dui­rait des textes immoraux ?

          • Ana Sailland

            Je vou­lais dire par là que (hypo­thèse) de bonnes ins­ti­tu­tions pro­duisent la morale sans faire réfé­rence à elle, et que d’autre part, des ins­ti­tu­tions ne peuvent être bonnes que si écrites par tous (condi­tion nécessaire).

            Car tous déci­dant ensemble auront moins ten­dance à se faire glo­ba­le­ment du mal que lorsque peu décident pour tous, décident et du bien, et de ses règles.

            La démo­cra­tie, disait Marc San­gnier, est le sys­tème qui porte à leur maxi­mum la conscience et la res­pon­sa­bi­li­té du citoyen.
            Que je ten­drais à tra­duire : si le peuple se gou­verne, sa conscience croît.

          • EFFAB

            Pour rejoindre ANA, cette his­toire de morale à défi­nir coûte que coûte au sein de l’Institution/Constitution même, c’est un peu comme les Etats-Unis qui mettent à toutes les sauces leur morale et Dieu comme pour bien don­ner l’exemple tout en don­nant le change : nous savons très bien ce qu’il en est exactement !

            Donc, n’en rajou­tons pas plus qu’il n’en faut, Di Giro­la­mo, et croyez bien que ce qu’a­vancent ANA et d’autres est bien suf­fi­sam­ment en matière de Démo­cra­tie, d’é­ga­li­té, d’é­thique et de garde-fous !

          • Di Girolamo

            « de bonnes ins­ti­tu­tions pro­duisent la morale sans faire réfé­rence à elle, et que d’autre part, des ins­ti­tu­tions ne peuvent être bonnes que si écrites par tous (condi­tion nécessaire). »

            Oui , le prin­cipe de base d’ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques c’est la par­ti­ci­pa­tion de tous sans aucune exclu­sion ou pri­vi­lège : à égalité .
            Mais c’est en s’ap­pli­quant que l’ins­ti­tu­tion vit ; il ne sert de rien d’é­crire une consti­tu­tion qui va res­ter dans un tiroir ; c’est pour­quoi c’est d’a­bord et avant tout la pra­tique de la démo­cra­tie vivante qui compte (c’est d’ailleurs cette pra­tique qui donne des élé­ments d’é­cri­ture ) AVANT de vou­loir écrire une constitution ;
            effec­ti­ve­ment , en théo­rie , quand tout le monde est autour de la table des réflexions , échanges , déci­sions concer­nant les poli­tiques publiques , les pauvres ne seront pas assez cons pour prendre des déci­sions les ren­dant encore plus pauvres .
            Le pro­blème est qu’il y a et qu’il y aura tou­jours un déca­lage ‚entre les prin­cipes et leur appli­ca­tion par le lais­sez aller de l’im­per­fec­tion humaine , riches et pauvres pour le coup .
            Mais l’é­cri­ture d’une consti­tu­tion est avant tout son appli­ca­tion pra­tique vivante ; Etienne se trompe en pen­sant qu’une consti­tu­tion bien écrite va nous pro­té­ger : c’est un bout de papier. C’est la volon­té des hommes et leurs bonnes pra­tiques qui font qu’on peut écrire une bonne consti­tu­tion. C’est le lais­sez aller des pra­tiques qui va faire que la meilleure consti­tu­tion sera oubliée .….au moins pour un temps. Et le lais­sez aller est mal­heu­reu­se­ment struc­tu­rant , il bétonne au sens propre et figu­ré la socié­té , et on se trouve alors pri­son­niers d’un sys­tème et dans des rap­ports de forces défa­vo­rables ; la démo­cra­tie est une vigi­lance et un tra­vail quo­ti­dien . Aujourd’­hui on est dans la nasse ; pri­son­niers men­ta­le­ment puisque même le sens des mots a chan­gé : quand on dit démo­cra­tie , dit on vrai­ment démocratie ?
            Ce n’est donc pas d’é­cri­ture de la consti­tu­tion ou de la sixième répu­blique dont nous avons besoin , c’est mécon­naître le poids des contraintes maté­rielles et des rap­ports de forces en place ; nous avons besoin d’une écri­ture vivante c’est à dire de la pra­tique de la dis­cus­sion publique qui peu à peu va retis­ser le goût de la démocratie.
            Etienne a une vision sim­pliste des choses ; il croit qu’on peut se pré­pa­rer ain­si et quand il y aura l’é­crou­le­ment du sys­tème on pour­ra s’en sor­tir ; non ; c’est aujourd’­hui qu’il faut par­ler tous ensemble ( pas que les mili­tants entre eux) ; et c’est au local qu’on peut ten­ter d’in­tro­duire le ques­tion­ne­ment public dans nos com­munes et cc de communes.
            Il n’y a pas un monde avec des riches salauds et des pauvres sym­pas , il y a des humains qui par­tagent la même imperfection.
            La démo­cra­tie c’est comme un champs de patates : ça se cultive au quo­ti­dien , c’est un vrai bou­lot ; les pro­grès tech­niques et les res­sources fos­siles ont rem­plis nos caves de patates et nous avons cru que nous pou­vions nous pas­ser du tra­vail ; la richesse est per­ni­cieuse : elle obs­cur­cit le regard … Quand l’homme blanc aura cou­pé tous les arbres , pêché tous les pois­sons ..Il s’a­per­ce­vra alors que l’argent ne se mange pas .
            Je crois que la seule chose qui puisse don­ner envie aux gens d’é­crire ensemble leur consti­tu­tion c’est de dis­cu­ter ensemble des très graves pers­pec­tives qui se pro­filent à l’ho­ri­zon , pas au café du com­merce mais dans leurs com­munes .C’est le résul­tat catas­tro­phique de nos socié­tés qui peut seul impul­ser un sur­saut démo­cra­tique ; et tous ceux , hommes et par­tis qui vendent du rêve et des solu­tions , reculent d’au­tant la prise de conscience .
            Il n’y a pas de solu­tions , c« est catas­tro­phique, le ciel va nous tom­ber sur la tête.

          • Zut

            Peut on ima­gi­ner qu’un peuple qui écri­rait conjoin­te­ment ses lois dans le seul but de vivre heu­reux pro­dui­rait des textes immoraux ?

            J’é­tais au Bur­ning Man : un fes­ti­val étour­dis­sant, une reli­gion où les Dieux… c’est nous

            Je me suis deman­dé si le Para­dis, c’é­tait ça

            Un lieu où la bien­veillance est reine

            Je ne me suis jamais sen­ti aus­si bien

            Lire l’ar­ticle

            Moi qui ai tou­jours eu peur du bon­heur, je l’ai ser­ré dans mes bras de toutes mes forces. Je n’ai jamais vu autant de sou­rires. Je n’ai jamais aimé et été aimé par autant de gens à la fois. Je ne les ai jamais trou­vé aus­si beaux. Je ne me suis jamais trou­vé moi-même aus­si beau. Je n’ai jamais autant ri, je n’ai jamais autant pleu­ré, je n’ai jamais autant dan­sé, on ne m’a jamais autant offert, je n’ai jamais autant don­né et je n’ai jamais dor­mi. Pas besoin. 

            L’éner­gie et l’a­mour des 68.000 per­sonnes pré­sentes pour­raient nour­rir une cen­trale élec­trique pen­dant deux ans, alors dor­mir, je le ferai à Paris.

            Chiche !

  19. Lisztfr

    La ques­tion morale, qui se pose depuis les Dix com­man­de­ments, com­ment un seul ins­tant l’ignorer ? 

    Toute révo­lu­tion (guille­mets) tend à créer un homme nou­veau, d’ailleurs aus­si bien toute révo­lu­tion esthé­tique ou cultu­relle telle l’exis­ten­tia­lisme. On ne se bat jamais que pour une défi­ni­tion de l’homme, géné­reux ou égoïste (cf l’égoïsme comme ver­tu libé­rale, ver­tu éco­no­mique, néces­si­té du sys­tème capi­ta­liste!), etc. 

    Cela vous échappe-t-il que Camus soit un mora­liste ? La Roche­fou­cauld ? Nous sommes par excel­lence le pays des mora­listes ! La Fon­taine, et même Céline, tout homme qui veut « redres­ser », chan­ger l’homme ou les chose est néces­sai­re­ment mora­liste… Hux­ley, et inver­se­ment les dic­ta­teurs du XX s. 

    Le droit se fonde sur la cou­tume, cette der­nière éma­nant des règles morales en vigueur. Tout est mêlé même le TCE de 2005 impli­ci­te­ment recon­duit une vision de l’homme plu­tôt hob­bienne, celle de la concur­rence généralisée. 

    En revanche à trop exi­ger on risque de ne pas avan­cer du tout. L’u­to­pie d’une socié­té par­faite est trop loin­taine, par­fai­te­ment éga­li­taire et juste… 

    Jacques Bidet, mon pro­fes­seur, disait que Marx avait com­mis une erreur (à mon avis beau­coup plus), celle de ne pas nous lais­ser le choix entre éco­no­mie pla­ni­fiée et mar­chande, et d’op­ter pour la pre­mière, rédui­sant notre liber­té de choi­sir. Peut-être, mais il me semble que l’é­co­no­mie mar­chande est immo­rale, pour plu­sieurs rai­sons et doit être interdite. 

    Elle n’est pas immo­rale pour Comte Spon­ville, qui se perd dans les « com­ment » au lieu des « pour­quoi » : Com­ment réus­sir en capi­ta­lisme, sans doute en n’é­tant pas moral, donc « amo­ral ». Il en fait un acte déta­ché. Mais il est clair qu’elle est immo­rale et doit être inter­dite par toute Consti­tu­tion au même titre que les pri­vi­lèges. Et l’argent doit être supprimé.

    Réponse
    • Protagoras

      Je suis de l’a­vis inverse. La jus­tice est tt sauf une ques­tion de morale.
      La morale a cela de par­ti­cu­lier qu’elle dif­fère (en toute logique) en fonc­tion des indi­vi­dus. Baser une jus­tice sur elle inter­dit de fait le rap­pro­che­ment d’in­di­vi­dus de cou­tumes dif­fé­rentes pour faire société.
      Cela me gène donc par ce que cela implique. 

      Cela me gène éga­le­ment parce que je pense que la jus­tice doit être dif­fé­rente de la morale.
      La morale est une loi inté­rieure qui gère le bien et le mal pour notre intérieur.
      La jus­tice crée le bien et le mal pour vivre ensemble donc pour notre extérieur.
      Vou­loir appli­quer ce qui fait règle chez soi au monde entier est un peu mégalo 

      La jus­tice doit veiller à être équi­table et non morale.
      Lorsque les « lois divines » fai­saient le vivre ensemble, je com­prends que l’on ai pu mélan­ger les 2. Il me semble pour­tant que cela n’est plus d’ac­tua­li­té, mais sur­tout peu recommandable.

      Réponse
      • Ronald

        J’i­rais même plus loin : la Morale et la Jus­tice ont des objec­tifs contraires : la Morale à pour but de com­battre l’é­goïsme de cha­cun, alors que la Jus­tice a pour rôle quo­ti­dien de défendre les reven­di­ca­tions égoïstes de chacun.

        Réponse
  20. Jacques

    J’ai fait ma petite enquête !

    Neu­ros­ciences et morale « Right Tem­po­ro­pa­rie­tal Junc­tion (RTPJ) » (5min19) : https://​you​tu​.be/​e​4​n​2​f​t​S​v​KxE

    Deux cita­tions de Piaget :
    Sur : http://​pst​.chez​-alice​.fr/​s​v​t​i​u​f​m​/​e​d​u​c​m​o​r​a​.​h​t​m​#​r​e​g​l​e​m​o​r​a​l​e​c​h​e​z​l​e​n​f​ant

    « Le res­pect mutuel seul façonne le sen­ti­ment du bien. […]La jus­tice nous paraît ain­si consti­tuer le type des notions dues au res­pect mutuel et à la coopération. » 

    Et plus loin : la double convic­tion de Piaget : 

    « 1) Seule l’é­du­ca­tion peut libé­rer l’homme de la morale conven­tion­nelle et, de manière géné­rale, de son égo­cen­trisme (intel­lec­tuel et moral) pour l’ou­vrir à l’u­ni­ver­sel ; 2) Édu­ca­tion morale et édu­ca­tion intel­lec­tuelle consti­tuent les deux faces d’une même médaille. L’é­du­ca­tion consti­tue un tout. »

    Chez Kohl­berg : http://​aejcpp​.free​.fr/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​k​o​h​l​b​e​r​g​.​htm

    « Selon Law­rence KOHLBERG, l’individu s’achemine vers l’autonomie per­son­nelle et morale à tra­vers des stades de déve­lop­pe­ment suc­ces­sifs. L’individu, pas­sant d’une struc­ture à l’autre, devient mieux outillé pour résoudre les pro­blèmes de la réa­li­té quotidienne. »

    « Les stades sont aux nombres de 8 :

    - Stade 0 Inor­ga­ni­sé : Non dif­fé­ren­cia­tion du réel. [Para­sym­pa­thique ?]

    - Stade 1 Punition/Récompense : L’individu est sou­mis à l’autorité. L’enfant s’incline devant la posi­tion hié­rar­chique et le pou­voir des parents. [Tem­po­ral ?]

    - Stade 2 Donnant/Donnant : Ego­cen­trisme. Loi du Talion. Les rela­tions sont consi­dé­rées comme les rela­tions stric­te­ment com­mer­ciales. [Occi­pi­tal ?]

    - Stade 3 Bonne concor­dance inter­per­son­nelle : L’enfant recherche l’approbation d’autrui et se conforme pour plaire. [Parié­tal ?]

    - Stade 4 Loi et ordre : Pen­sée abs­traite et concept socié­tal ; pré­do­mi­nance du sens du devoir ; nor­ma­tif. Adhé­sion à des règles pour main­te­nir l’ordre social de sa com­mu­nau­té. [Fron­tal ?]

    - Stade 5 Contrat social : Démo­cra­tique-contrac­tuel. Stade de la négo­cia­tion indi­vi­duelle et sociale ; hié­rar­chi­sa­tion des valeurs. La jus­tice découle d’un contrat entre diri­geants et diri­gés qui assure à tous des droits égaux. [Hémi­sphère Gauche ?]

    - Stade 6 Jus­tice et prin­cipes éthiques : Stade de l’empathie par­faite fon­dée sur l’interpersonnalité et les prin­cipes de la digni­té humaine. L’individu se com­porte selon des prin­cipes éthiques qui sont à la fois logiques, uni­ver­sels et cohé­rents. [Hémi­sphère Droit ?]

    - Stade 7 Mys­tique : Pen­sée cos­mique et méta-éthique. Pour­quoi être moral ? [Sym­pa­thique ?]»

    « Tous les indi­vi­dus fran­chissent néces­sai­re­ment ces étapes dans l’ordre indi­qué. Les enfants sont aux stades pré­con­ven­tion­nels 1 et 2, les adultes aux stades conven­tion­nels 3 et 4 ; vingt à vingt-cinq pour cent d’entre eux par­viennent aux stades post­con­ven­tion­nels 5 et 6. »

    Pour les déno­mi­na­tions de « inor­ga­ni­sé » et de « mys­tique », contexte judéo-chré­tien oblige, Cf. « la semence » (divine) et « le fruit de l’arbre de la connais­sance » selon Annick de Sou­ze­nelle (les 3 pre­mières vidéos : 11min42 ; 11min20 et 5min54)
    https://​you​tu​.be/​A​g​O​A​6​V​4​o​d​4​w​&​l​i​s​t​=​P​L​P​6​y​Z​m​j​2​r​0​_​S​w​t​C​F​9​n​h​P​E​H​g​B​S​3​U​3​i​t​9bh

    Et pour un point de vue plus phi­lo­so­phique, ou spi­ri­tuel, il y a tou­jours le Yi Jing ! (Cf. La terre et le ciel !)
    http://​wen​gu​.tar​ta​rie​.com/​w​g​/​w​e​n​g​u​.​p​h​p​?​l​a​n​g​=​f​r​&​l​=​Y​i​j​i​n​g​&​n​o=1

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...