Au hasard, citoyens !

8/06/2014 | 16 commentaires

Mer­ci aux étu­diants, et mer­ci à Judith, qui ont pré­pa­ré fil­mé et mon­té ce bel outil de contagion.

Ces ate­liers ont été orga­ni­sés par Les Citoyens Consti­tuants et les virus qui veulent sont les bien­ve­nus pour les aider à en orga­ni­ser d’autres et faire de l’é­du­ca­tion populaire.

C’est émou­vant de voir tous ces humains, sou­vent très jeunes , qui planchent en ate­lier, bien concen­trés sur l’es­sen­tiel, bon sang que c’est beau ! Ah il est bien, ce film, merci !

Catégorie(s) de l'article :

16 Commentaires

  1. J-Stéphane

    Vivre en har­mo­nie, c’est beau !!

    Réponse
  2. J-Stéphane

    Bra­vo pour la réa­li­sa­tion et le mon­tage, et bien sûr à l’o­ra­teur aus­si, épu­ré jusqu’à l’es­sence, il n’en reste que le nec­tar essen­tiel, à voir sans modé­ra­tion et à tout âge.

    Réponse
  3. J-Stéphane

    Qui fait auto­ri­té n’a pas besoin d’être autoritaire. 

    L’é­lec­tion ne sélec­tionne pas les meilleurs, mais ceux qui sont les plus conformes à une norme impo­sée, figée, et qui inter­dit toute amélioration.

    Alors où avons-nous le plus de chance de trou­ver les meilleurs, dans une mino­ri­té nor­ma­li­sée, ou dans une majo­ri­té libre ?

    Réponse
  4. Julie

    Mer­ci Etienne ! Et mer­ci à Judith Ber­nard et aux étu­diants du lycée Suger ! Ce petit film est très bien fice­lé et très agréable à regar­der ! Un nou­vel ins­tru­ment de conta­mi­na­tion à disposition !… 😉

    Réponse
  5. zedav

    Patrick Mc Goo­han avait-il déjà « tout« com­pris en 1966 ?

    Poli­tique poli­ti­cienne, édu­ca­tion à visée pro­duc­ti­viste, science de l’intérêt pri­vé sont par­mi les thé­ma­tiques les plus dis­cu­tées par McGoo­han durant les dix-sept épi­sodes du « Pri­son­nier ». Ces acti­vi­tés scé­lé­rates n’ont qu’un but : faire suivre au ber­ger le che­min de la bre­bis, en clo­nant les esprits les uns sur les autres sans autre pers­pec­tive que la répli­ca­tion conti­nue et infi­nie, non seule­ment d’un même sys­tème tour­nant en boucle, mais de pro­ta­go­nistes taillés sur mesure pour s’y imbriquer.

    « Le Pri­son­nier » rend compte des prin­cipes de gouvernance.
    Si le N°1 demeure obs­cur et per­siste, le N°2 pour sa part est régu­liè­re­ment rem­pla­cé par un autre N°2 dès lors qu’il échoue dans son entre­prise de recon­ver­sion sociale du N°6. L’irréductibilité du N°1, par oppo­si­tion au sta­tut de pion du N°2, est dûe au fait que le N°1 ne repré­sente pas un homme, mais un concept : le Pou­voir est éter­nel, tan­dis que ses agents sont inter­chan­geables – si le N°1 est la poli­tique, le N°2 n’en est que le poli­ti­cien, et si le N°1 est la reli­gion, le N°2 n’en est que le cler­gé. Ce regard lucide de McGoo­han sur les rouages du haut-fonc­tion­na­riat, à des années-lumières de la confron­ta­tion bipo­laire, rap­pelle que les gou­ver­nants eux-mêmes sont les pri­son­niers de leurs propres déci­sions et stra­té­gies de castes. Plus déli­cieux encore est l’épisode Free For All, pro­po­sant sa propre inter­pré­ta­tion des cou­lisses d’une élec­tion démo­cra­tique : un concours de déma­go­gie, une tar­tuf­fe­rie sans équi­valent au cours de laquelle chaque can­di­dat simule de haïr son adver­saire, mise en scène inté­grale où le peuple ahu­ri se doit de rire et d’applaudir au moment jugé oppor­tun par les pré­si­den­tiables et par les médias, tous sem­blables, qui les sou­tiennent. Impos­sible de ne pas rire face au constat pro­po­sé par l’auteur, mais d’un rire jaune et déprimant.

    « Le Pri­son­nier » stig­ma­tise la normalité.
    A l’exception du N°6 et de quelques très rares mar­gi­naux – dont le plus mémo­rable spé­ci­men inter­vient dans le final – le peuple est tout à fait satis­fait, voire ravi de son obli­ga­tion d’être heu­reux en toutes cir­cons­tances. Le monde du « Pri­son­nier » n’est pas loin de la dic­ta­ture du bon­heur décrite par Jean Bau­drillard : les loi­sirs sont for­cés et n’en sont donc plus, la culture s’obtient en un ins­tant par le biais de machines et crée des clones intel­lec­tuels – ou com­ment McGoo­han démontre que l’égalitarisme à tout prix peut éga­le­ment deve­nir vec­teur d’aliénation – et l’illusion du fes­tif dis­si­mule les ficelles du contrôle social – voir l’épisode Dance Of The Dead et son car­na­val où il est décon­seillé de choi­sir son dégui­se­ment. Ain­si le N°6 est fré­quem­ment « trai­té » d’individualiste par de jeunes gens patriotes, qui écument les sen­tiers pour van­ter les louanges du sys­tème, déro­geant à la tra­di­tion sécu­laire qui vou­drait qu’ils soient, au contraire, à l’avant-garde de la contes­ta­tion. S’intégrer, nous dit McGoo­han, ne devrait jamais être la suite d’une renonciation.

    « Le Pri­son­nier » décrit une Guerre Froide intra-muros.
    Les geô­liers du Vil­lage ont pris soin de cacher les infra­struc­tures les moins sym­pa­thiques à l’abri des regards. Les labo­ra­toires de neu­ro­lo­gie, les salles de sur­veillance et autres fleu­rons de la science moderne jouent pour­tant le rôle prin­ci­pal dans ce micro­cosme. Les pre­miers, diri­gés par des savants en blouse évo­quant les expé­ri­men­ta­tion jadis pra­ti­quées sur malades men­taux, déve­loppent des tech­niques de sug­ges­tion qua­si-hyp­no­tiques vouées à condi­tion­ner les plus réti­cents à l’intégration. Les autres épient, étu­dient, ana­lysent et archivent le moindre geste de chaque habi­tant du Vil­lage à l’aide de camé­ras roto­sco­piques et de tout ce qu’un espion peut rêver de maté­riel high-tech. La robo­tique et l’informatique en par­ti­cu­lier ont vécu des avan­cées magis­trales, à tel point que le peuple endoc­tri­né vénère un super-ordi­na­teur cen­sé avoir réponse à tout, et dont le Vil­lage avide d’opium popu­laire à dis­tri­buer aurait bien aimé pou­voir faire un Dieu – comme mon­tré dans le futu­riste épi­sode The Gene­ral. La science et l’industrie au ser­vice exclu­sif du Pou­voir confor­miste, voi­là le lot quo­ti­dien mais dis­cret du Vil­lage et du Dôme où siègent ses pri­vi­lé­giés. Avec comme leit­mo­tiv le pié­ti­ne­ment des indi­vi­dua­li­tés sous le poids de la bureau­cra­tie, capi­ta­liste ou com­mu­niste, et comme récom­pense finale une socié­té idéale de zom­bies homogènes.

    « Le Pri­son­nier » n’aime pas l’estampe impériale.
    C’est une œuvre éton­nante dans ce qu’elle a entre­vu de l’avenir des fron­tières ter­restres, de leur ame­nui­se­ment pro­gres­sif. Dès le pre­mier épi­sode, par des méthodes presque imper­cep­tibles, le Vil­lage nous est pré­sen­té comme un lieu où sont repré­sen­tées toutes les natio­na­li­tés d’Europe, d’Amérique et d’Asie, réunies autour d’un même mode de vie ; ce détail est par­ti­cu­liè­re­ment rele­vant si l’on resi­tue la série dans son contexte, à l’aube de la mon­dia­li­sa­tion et de la mise en branle effec­tive de cette notion – iro­ni­que­ment – bap­ti­sée Vil­lage Pla­né­taire. La série com­porte déjà en trame de fond les germes de la glo­ba­li­sa­tion finan­cière et de l’acculturation du faible par le fort : en bref, le meurtre eth­no­cen­triste de la diver­si­té, le déni de l’identité cultu­relle et du plu­ra­lisme de la pen­sée. Nous sommes en 1966.

    Volon­tiers qua­li­fiée d’anarchiste par cer­tains ana­lystes en rai­son de ses consi­dé­ra­tions prou­dho­niennes, ou inver­se­ment dénon­cée pour son pré­ten­dû popu­lisme, la série pour­rait bien être rap­pro­chée d’un ersatz de situa­tion­nisme, vrai­sem­bla­ble­ment acci­den­tel ; en effet, « Le Pri­so­nier » par­tage avec le cor­pus de Guy Debord l’idée selon laquelle la sur-exhi­bi­tion démo­cra­tique serait le conte­nant moderne d’une idéo­lo­gie prô­nant un nom­bri­lisme de mar­ché. Alors en gros, « Le Pri­so­nier », série de gauche, série de droite ? Tan­tôt l’une lorsqu’elle rend compte des rigi­di­tés immuables des pou­lies de la pro­mo­tion sociale, tan­tôt l’autre lorsqu’elle dépeint l’interventionnisme d’Etat sous un jour des plus sinistres. En réa­li­té, la série est déli­bé­ré­ment inclas­sable : tous les débats de fans s’étant don­nés pour objec­tif de situer « Le Pri­so­nier » sur l’échiquier poli­tique se sont heur­tés au mur du sco­las­tique. Pour la simple et bonne rai­son que McGoo­han a fait de sa série l’exact reflet de son per­son­nage : elle ne veut pas être un numé­ro, mais une œuvre libre ! Cha­cun y ver­ra ce qu’il vou­dra bien y voir. Et pour cause, « Le Pri­son­nier » est un pam­phlet qui n’a ni dieux ni maîtres.

    Réponse
  6. Jacques Roman

    RÉDIGER ENSEMBLE UNE CONSTITUTION : OUI, MAIS COMMENT ?

    C’est un aspect sur lequel il me semble qu’É­tienne n’a pas encore for­mu­lé de pro­po­si­tion concrète et réaliste.

    En effet, les « ate­liers consti­tuants » de citoyens se forment au hasard, et rien (à ma connais­sance) n’est encore pré­vu pour coor­don­ner et exploi­ter métho­di­que­ment leur travail. 

    On s’ex­pose donc à opé­rer sur des pro­jets – ou sur des bribes de pro­jet – dis­pa­rates, peut-être contra­dic­toires, qu’il sera très dif­fi­cile de ras­sem­bler en un texte cohé­rent et démocratique.

    Par­don de plai­der une fois encore pour ma paroisse en rap­pe­lant que 1789PLUS (voir http://​1789​plus​.word​press​.com/​2​0​1​4​/​0​4​/​0​9​/​f​r​a​n​c​a​s​s​o​c​-​a​v​-​p​r​o​j​e​t​s​t​a​t​u​t​s​wp/) a fait une pro­po­si­tion concrète et pré­cise por­tant sur la créa­tion d’une asso­cia­tion « loi de 1901 » auto­ma­ti­que­ment ouverte à tous les citoyens et rés­dents fran­çais consti­tués en comi­tés de base ter­ri­to­riaux et thé­ma­tiques. Cette asso­cia­tion serait cha­peau­tée par une « assem­blée natio­nale » citoyenne et fonc­tion­ne­rait (c’est essen­tiel) en dehors de toute ins­ti­tu­tion offi­cielle. Les membres des organes col­lé­giaux des comi­tés, de même que ceux de l’as­sem­blée citoyenne elle-même, seraient tirés au sort .

    Tout citoyen pour­rait, dans le cadre de son comi­té ter­ri­to­rial, prendre notam­ment l’i­ni­tia­tive d’une pro­po­si­tion consti­tu­tion­nelle. Cette pro­po­si­tion, si elle était jugée accep­table par les autres membres du comi­té, remon­te­rait jus­qu’au comi­té régio­nal puis jus­qu’à l’as­sem­blée citoyenne, qui déci­de­rait en der­nier ressort. 

    De cette manière, la coor­di­na­tion per­ma­nente de toutes les ini­tia­tives consti­tu­tion­nelles citoyennes, d’où qu’elles puissent venir, pour­rait être assu­rée effi­ca­ce­ment dans une atmo­sphère de démo­cra­tie vrai­ment active.

    Il me semble que ce serait là le moyen le plus pra­tique de s’en­tendre sur une pro­cé­dure de rédac­tion col­lec­tive abou­tis­sant à un pro­jet de consti­tu­tion cohé­rent qui pour­ra être accep­té et appuyé par la grande majo­ri­té de nos concitoyens. 

    Enfin, il ne serait pas néces­saire d’at­tendre l’au­to­ri­sa­tion ou l’ap­pro­ba­tion d’une quel­conque auto­ri­té offi­cielle pour créer cette asso­cia­tion. JR

    Réponse
  7. J-Stéphane

    Il y a comme une contra­dic­tion entre affir­mer qu’un citoyen lamb­da est inca­pable d’é­crire une loi et d’at­tendre de lui qu’il soit capable de l’appliquer. 

    Per­son­nel­le­ment, je me sens capable d’é­crire une loi qui dit que tout citoyen doit sou­rire au contact de ses sem­blables, mais je me sens inca­pable de la res­pec­ter conti­nuel­le­ment. :p

    Réponse
  8. Ana Sailland

    L’as­so­cia­tion « citoyens consti­tuants » existe déjà.

    Cepen­dant, nous sommes nom­breux, Jacques, à pen­ser qu’une désor­ga­ni­sa­tion appa­rente nous donne le pou­voir de l’hydre, ou du moins que notre dis­per­sion nous pro­tège du risque d’être décapités.
    Le prin­cipe vital de la sub­si­dia­ri­té appli­qué au réseau neu­ro­nal col­lec­tif, en quelque sorte.
    La clar­té d’une idée sédui­sante et per­ti­nente peut être meilleur agent de cohé­sion que des statuts.

    Et faire usage de péda­go­gie enfin d’ai­der les gens à enfin com­prendre qu’ils sont com­pé­tents à écrire eux-mêmes les règles aux­quelles ils se sou­met­tront, et seuls à déte­nir la com­pé­tence légi­time néces­saire, cela semble aux yeux de nombre d’entre nous plus impor­tant que de leur mâcher la besogne, au risque de les pri­ver de cette besogne enri­chis­sante et éman­ci­pa­trice de l’esprit …

    Il me semble que votre pro­po­si­tion pour­rait inté­res­ser André Bellon.

    Réponse
  9. Françoise

    Le Sénat réécrit la Charte de l’en­vi­ron­ne­ment – Pos­té le 29 mai 2014
    Ce 27 mai 2014, le Sénat a voté, dans l’in­dif­fé­rence géné­rale, une pro­po­si­tion de loi consti­tu­tion­nelle qui modi­fie la rédac­tion, au sein de la Charte de l’en­vi­ron­ne­ment, des prin­cipes de pré­cau­tion, de par­ti­ci­pa­tion et d’é­du­ca­tion à l’en­vi­ron­ne­ment. Le texte vient d’être trans­mis à l’As­sem­blée nationale.
    Ana­lyse : http://​www​.arnaud​gos​se​ment​.com/​a​r​c​h​i​v​e​/​2​0​1​4​/​0​5​/​2​9​/​l​e​-​s​e​n​a​t​-​r​e​e​c​r​i​t​-​l​a​-​c​h​a​r​t​e​-​d​e​-​l​-​e​n​v​i​r​o​n​n​e​m​e​n​t​-​5​3​7​9​9​7​5​.​h​tml
    Compte ren­du ana­ly­tique offi­ciel du 27 mai 2014 :
    http://​www​.senat​.fr/​c​r​a​/​s​2​0​1​4​0​5​2​7​/​s​2​0​1​4​0​5​2​7​_​4​.​h​t​m​l​#​p​a​r​_​420

    Le Par­le­ment Euro­péen a adop­té une réso­lu­tion légis­la­tive pou­vant auto­ri­ser le règle­ment des dif­fé­rends entreprise/État par arbi­trage. La jus­tice est désor­mais bien tota­le­ment pri­va­ti­sée. Dans ce contexte, l’accord du Conseil est suf­fi­sant, l’État de Droit est mort et enterré
    http://​reseauin​ter​na​tio​nal​.net/​u​n​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​m​e​m​e​-​j​u​s​t​i​c​e​-​e​c​h​a​p​p​e​-​a​u​x​-​e​t​a​t​s​-​r​e​s​t​e​-​t​-​i​l​-​s​o​u​v​e​r​a​i​n​e​te/

    Le débar­que­ment du 6 juin 1944 du mythe d’aujourd’hui à la réa­li­té his­to­rique. Par Annie Lacroix-Riz + Sapir :
    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​d​e​b​a​r​q​u​e​m​e​n​t​-​d​u​-​6​-​j​u​i​n​-​1​9​4​4​-​d​u​-​m​y​t​h​e​-​d​a​u​j​o​u​r​d​h​u​i​-​a​-​l​a​-​r​e​a​l​i​t​e​-​h​i​s​t​o​r​i​q​u​e​-​p​a​r​-​a​n​n​i​e​-​l​a​c​r​o​i​x​-​r​iz/

    Les 80 mil­lions de morts de la seconde guerre mondiale : 
    http://www.les-crises.fr/6‑juin-1944/

    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​a​-​f​a​b​r​i​q​u​e​-​d​u​-​c​r​e​t​i​n​-​d​e​f​a​i​t​e​-​n​a​z​is/

    http://www.mondialisation.ca/6‑juin-44-ce-quon-ne-vous-dira-pas/5385768

    Le gou­ver­ne­ment fas­ci­sant de Kiev que nous sou­te­nons… Billet de syn­thèse géné­rale sur la Crise ukrai­nienne, à dif­fu­ser largement…
    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​g​o​u​v​e​r​n​e​m​e​n​t​-​f​a​s​c​i​s​t​e​-​d​e​-​k​i​e​v​-​q​u​e​-​n​o​u​s​-​s​o​u​t​e​n​o​ns/

    La trans­crip­tion de l’interview de Vla­di­mir Pou­tine en ver­sion inté­grale : le scan­dale des coupes de TF1 :

    http://​www​.les​-crises​.fr/​i​n​t​e​r​v​i​e​w​-​p​o​u​t​i​n​e​-​s​c​a​n​d​a​l​e​-​d​e​s​-​c​o​u​p​es/

    http://​www​.les​-crises​.fr/​j​u​s​t​e​-​p​o​u​r​-​r​i​r​e​-​a​u​c​u​n​e​-​c​o​u​pe/

    Êtes-vous prêts pour la guerre nucléaire ? Par Dr. Paul Craig Roberts, 6 juin 2014 (Paul Craig Roberts, for­mer Assis­tant Secre­ta­ry of the US Trea­su­ry and Asso­ciate Edi­tor of the Wall Street Jour­nal, has held nume­rous uni­ver­si­ty appoint­ments. He is a frequent contri­bu­tor to Glo­bal Research)
    http://​www​.mon​dia​li​sa​tion​.ca/​e​t​e​s​-​v​o​u​s​-​p​r​e​t​s​-​p​o​u​r​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​n​u​c​l​e​a​i​r​e​/​5​3​8​5​9​3​5ss

    Réponse
  10. Yvan Bachaud

    J’ai décou­vert il y a peu avec grand plai­sir que l’a­mi Etienne sem­blait avoir admis qu’il ne fal­lait pas deman­der aux citoyens de réécrire , ex nihi­lo, une Consti­tu­tion . C’est capi­tal car ce serait à juste titre effrayant pour les citoyens. sol­li­ci­tés ! Étienne parle main­te­nant de prendre comme base notre Consti­tu­tion. Elle existe depuis plus de 50 ans, elle est plus ou moins connue de pas mal de citoyens. 

    C’est le début de la sagesse.. La suite serait de ne par­ler QUE du TAS de la Consti­tuante dont la jus­ti­fi­ca­tion s’im­pose natu­rel­le­ment.. Et de s’en remettre.… à la Consti­tuante pour le reste… 🙂

    On pour­ra regar­der article par article et voir ce que l’on veut modi­fier par exemple en regar­dant d’autres Constitution.
    Cela est à la por­tée de l’im­mense majo­ri­té des citoyens. Et tous le monde peut don­ner son avis sur la rédac­tion des autres..!

    Je met­trai donc sur son der­nier bul­le­tin « Sur la bonne voie„ en pro­grès, peut mieux faire.. » 🙂 

    Pour moi si les réunions de ter­rain sont excel­lentes pour créer des contacts, qui seront utiles quand il fau­dra mani­fes­ter dans les rues… elles sont une perte d’éner­gie consi­dé­rable pour ce qui est de l’é­cri­ture de la Consti­tu­tion. Pour­quoi tra­vailler sur un article avec un petit groupe de per­sonnes alors que déjà 2 ou 3 groupes l’ont fait ? Et qu’il ne fau­drait que quelques lec­tures atten­tives pour pro­po­ser aux  » ini­tia­teurs » de l’ar­ticle le chan­ge­ment d’un mot, d’une formule.

    Les pos­si­bi­li­tés sont limi­tées quand il y a quelques lignes à écrire et de façon la plus concise et claire possible !

    Je pense qu’il est donc indis­pen­sable de faire un forum natio­nal de tra­vail, où l’on pour­ra débattre article par article en un même lieu.

    Il y a un forum sur le site http://​www​.ric​-france​.fr mais il n’est pra­ti­que­ment pas fré­quen­té. Il y a un forum sur citoyens consti­tuants mais pas fré­quen­té non plus.. Il y en a un autre http://​www​.vung​.org qui fait la même chose mais sans visi­teur actif.

    Je pense qu’il est urgent qu’E­tienne et ses proches choi­sissent UN FORUM et invitent les gens ren­con­trés dans les ate­liers à aller y TRAVAILLER selon leurs dis­po­ni­bi­li­tés. Ce qui ne les empê­che­rait pas de faire des réunions locales.

    Si cela est fait, dans quelques mois une Consti­tu­tion Fran­çaise de la 1ère répu­blique citoyenne sera éla­bo­rée… Avec des options pour cer­tains articles. Et sur le forum on pour­ra voter pour adop­ter les articles puisque des ques­tions de son­dages sont possibles. 

    Il sera enfin facile de tes­ter par des « son­dages citoyens » le sou­tien popu­laire dont elle béné­fi­cie. (On consulte un bureau de vote d’au moins 800 ins­crits ayant voté, à 1% près, à 51,65% F.Hollande en 2012. Cela après une période d’in­for­ma­tion contra­dic­toire… Tous les can­di­dats à la légis­la­tive étant appe­lés à s’ex­pri­mer sur un blog ad hoc.) C’est # 200 H de travail.

    La tâche serait bien mâchée pour la Consti­tuante TAS… Qui n’au­rait pro­ba­ble­ment pas grand chose à changer.

    Je suis prêt à par­ti­ci­per acti­ve­ment sur n’im­porte quel site bien sûr..

    Qu’en pense ÉTIENNE… ? ET VOUS ?

    Réponse
  11. Ana Sailland

    Tra­vailler à par­tir des textes actuels en rus­ti­nant les articles peut soi­gner quelques mala­dies mais ne per­met pas de chan­ger de para­digme, de fond en comble ; par exemple, choi­sir une fédé­ra­tion de com­munes néces­si­te­rait une réécri­ture totale.

    J’ose espé­rer que le cer­veau col­lec­tif est capable, si pré­pa­ré, de faire preuve d’i­ma­gi­na­tion, au point de refon­der non pas les règles mais la pensée.

    Tour réside dans sa préparation.
    Pré­pa­ra­tion qui peut se fon­der en par­tie sur un exer­cice non coor­don­né tel que celui qui s’amorce.

    Un peuple inven­tif ne peut être que s’il est un peuple entraî­né à l’invention.

    Réponse
    • Yvan Bachaud

      ANA écrit :
      Tra­vailler à par­tir des textes actuels en rus­ti­nant les articles peut soi­gner quelques mala­dies mais ne per­met pas de chan­ger de para­digme, de fond en comble ;
      °°°°°°°°°°°°°°°°°
      Je main­tiens qu’il est très impor­tant de prendre comme base de tra­vail la Consti­tu­tion fran­çaise OU une autre qui appa­raî­trait comme une meilleure base. Il est pré­somp­tueux de vou­loir par­tir de rien. Et cela repous­se­rait bon nombre de citoyens de bonne volon­té et atti­re­rait des cri­tiques, des polé­miques inutiles.
      Chan­ger UN article peut TOUT chan­ger. Par exemple ins­crire le RIC en toutes matières dans l’article3 de la Consti­tu­tion comme le pro­pose l’as­so­cia­tion http://​www​.arti​cle3​.fr .
      Avec cet article chaque citoyen pour­ra , par exemple , ten­ter de pro­po­ser la Consti­tu­tion com­plète de SON choix..!
      Etienne pour­ra sou­mettre sa pro­po­si­tion de loi ins­tau­rant la Consti­tuante TAS.. quand il l’au­ra rédi­gée , bien sûr ..
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      par exemple, choi­sir une fédé­ra­tion de com­munes néces­si­te­rait une réécri­ture totale.
      °°°°°°°°°°°°°°
      Voi­là une idée qu’elle est bonne avec plus de 36.600 com­munes nous en avons je crois 40% de celles de l’UE.. C’est dans l’air du temps en plus.

      J e pense qu’il ne faut pas inter­dire aux pen­seurs de penser…
      Sur le forum visant à éla­bo­rer une nou­velle Consti­tu­tion fran­çaise il pour­rait y avoir plu­sieurs sections.

      Une pre­nant comme base la Consti­tu­tion française.
      Une pre­nant comme base telle ou telle autre Constitution.
      Une lais­sant carte blanche à tous les intervenants..

      Cela n’est gênant pour per­sonne, cha­cun par­ti­ci­pant à son rythme dans les sec­tions de son choix.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      J’ose espé­rer que le cer­veau col­lec­tif est capable, si pré­pa­ré, de faire preuve d’imagination, au point de refon­der non pas les règles mais la pensée.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      Pour moi la Consti­tu­tion ne doit pas être un roman, ni de la science fiction,mais des règles du jeu ins­ti­tu­tion­nel simples, claires. Mais cha­cun son truc..
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      Tour réside dans sa préparation.
      Pré­pa­ra­tion qui peut se fon­der en par­tie sur un exer­cice non coor­don­né tel que celui qui s’amorce.

      Un peuple inven­tif ne peut être que s’il est un peuple entraî­né à l’invention.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      Je ne pense pas que la Consti­tu­tion soit le domaine rêvé pour l’in­ven­tion. Je pense que nous devrions trou­ver notre bon­heur dans ce qui existe en la matière à tra­vers le monde et qui fonctionne.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      Quand j’a­vais fait du droit Consti­tu­tion­nel je me sou­viens que la Consti­tu­tion de l’URSS m’a­vait sem­blé la plus attrayante. Le pro­blème c’est qu’elle ne devait pas être appli­quée. Je crois me sou­ve­nir qu’il y avait le RIC mais je ne le garan­ti­rai pas.
      J’es­père qu’E­tienne et ses proches choi­si­ront vite sur un site exis­tant, un forum et que quelques pro­jets natio­naux pour­ront être lancés..1

      Réponse
  12. Ana Sailland

    « J e pense qu’il ne faut pas inter­dire aux pen­seurs de penser…
    Sur le forum visant à éla­bo­rer une nou­velle Consti­tu­tion fran­çaise il pour­rait y avoir plu­sieurs sections »

    Assou­plis­se­ment réjouissant 🙂

    Réponse
  13. Yvan Bachaud

    Sur le site de citoyens consti­tuants , il est déjà pos­sible à tout pen­seur d’al­ler pro­po­ser les grandes lignes de son pro­jet de Constitution .
    La France consti­tuée en fédé­ra­tion de com­munes par exemple.

    Le jour où Etienne et ses très proches auront choi­si un forum de tra­vail, il sera facile de trans­fé­rer le fil de dis­cus­sion pour conti­nuer l’a­mé­lio­ra­tion du projet

    Réponse
  14. EFFAB

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...