Au hasard, citoyens !

8/06/2014 | 16 commentaires

Mer­ci aux étu­diants, et mer­ci à Judith, qui ont pré­pa­ré fil­mé et mon­té ce bel outil de contagion.

Ces ate­liers ont été orga­ni­sés par Les Citoyens Consti­tuants et les virus qui veulent sont les bien­ve­nus pour les aider à en orga­ni­ser d’autres et faire de l’é­du­ca­tion populaire.

C’est émou­vant de voir tous ces humains, sou­vent très jeunes , qui planchent en ate­lier, bien concen­trés sur l’es­sen­tiel, bon sang que c’est beau ! Ah il est bien, ce film, merci !

Catégorie(s) de l'article :

16 Commentaires

  1. J-Stéphane

    Vivre en har­mo­nie, c’est beau !!

    Réponse
  2. J-Stéphane

    Bra­vo pour la réa­li­sa­tion et le mon­tage, et bien sûr à l’o­ra­teur aus­si, épu­ré jusqu’à l’es­sence, il n’en reste que le nec­tar essen­tiel, à voir sans modé­ra­tion et à tout âge.

    Réponse
  3. J-Stéphane

    Qui fait auto­ri­té n’a pas besoin d’être autoritaire. 

    L’é­lec­tion ne sélec­tionne pas les meilleurs, mais ceux qui sont les plus conformes à une norme impo­sée, figée, et qui inter­dit toute amélioration.

    Alors où avons-nous le plus de chance de trou­ver les meilleurs, dans une mino­ri­té nor­ma­li­sée, ou dans une majo­ri­té libre ?

    Réponse
  4. Julie

    Mer­ci Etienne ! Et mer­ci à Judith Ber­nard et aux étu­diants du lycée Suger ! Ce petit film est très bien fice­lé et très agréable à regar­der ! Un nou­vel ins­tru­ment de conta­mi­na­tion à disposition !… 😉

    Réponse
  5. zedav

    Patrick Mc Goo­han avait-il déjà « tout« com­pris en 1966 ?

    Poli­tique poli­ti­cienne, édu­ca­tion à visée pro­duc­ti­viste, science de l’intérêt pri­vé sont par­mi les thé­ma­tiques les plus dis­cu­tées par McGoo­han durant les dix-sept épi­sodes du « Pri­son­nier ». Ces acti­vi­tés scé­lé­rates n’ont qu’un but : faire suivre au ber­ger le che­min de la bre­bis, en clo­nant les esprits les uns sur les autres sans autre pers­pec­tive que la répli­ca­tion conti­nue et infi­nie, non seule­ment d’un même sys­tème tour­nant en boucle, mais de pro­ta­go­nistes taillés sur mesure pour s’y imbriquer.

    « Le Pri­son­nier » rend compte des prin­cipes de gouvernance.
    Si le N°1 demeure obs­cur et per­siste, le N°2 pour sa part est régu­liè­re­ment rem­pla­cé par un autre N°2 dès lors qu’il échoue dans son entre­prise de recon­ver­sion sociale du N°6. L’irréductibilité du N°1, par oppo­si­tion au sta­tut de pion du N°2, est dûe au fait que le N°1 ne repré­sente pas un homme, mais un concept : le Pou­voir est éter­nel, tan­dis que ses agents sont inter­chan­geables – si le N°1 est la poli­tique, le N°2 n’en est que le poli­ti­cien, et si le N°1 est la reli­gion, le N°2 n’en est que le cler­gé. Ce regard lucide de McGoo­han sur les rouages du haut-fonc­tion­na­riat, à des années-lumières de la confron­ta­tion bipo­laire, rap­pelle que les gou­ver­nants eux-mêmes sont les pri­son­niers de leurs propres déci­sions et stra­té­gies de castes. Plus déli­cieux encore est l’épisode Free For All, pro­po­sant sa propre inter­pré­ta­tion des cou­lisses d’une élec­tion démo­cra­tique : un concours de déma­go­gie, une tar­tuf­fe­rie sans équi­valent au cours de laquelle chaque can­di­dat simule de haïr son adver­saire, mise en scène inté­grale où le peuple ahu­ri se doit de rire et d’applaudir au moment jugé oppor­tun par les pré­si­den­tiables et par les médias, tous sem­blables, qui les sou­tiennent. Impos­sible de ne pas rire face au constat pro­po­sé par l’auteur, mais d’un rire jaune et déprimant.

    « Le Pri­son­nier » stig­ma­tise la normalité.
    A l’exception du N°6 et de quelques très rares mar­gi­naux – dont le plus mémo­rable spé­ci­men inter­vient dans le final – le peuple est tout à fait satis­fait, voire ravi de son obli­ga­tion d’être heu­reux en toutes cir­cons­tances. Le monde du « Pri­son­nier » n’est pas loin de la dic­ta­ture du bon­heur décrite par Jean Bau­drillard : les loi­sirs sont for­cés et n’en sont donc plus, la culture s’obtient en un ins­tant par le biais de machines et crée des clones intel­lec­tuels – ou com­ment McGoo­han démontre que l’égalitarisme à tout prix peut éga­le­ment deve­nir vec­teur d’aliénation – et l’illusion du fes­tif dis­si­mule les ficelles du contrôle social – voir l’épisode Dance Of The Dead et son car­na­val où il est décon­seillé de choi­sir son dégui­se­ment. Ain­si le N°6 est fré­quem­ment « trai­té » d’individualiste par de jeunes gens patriotes, qui écument les sen­tiers pour van­ter les louanges du sys­tème, déro­geant à la tra­di­tion sécu­laire qui vou­drait qu’ils soient, au contraire, à l’avant-garde de la contes­ta­tion. S’intégrer, nous dit McGoo­han, ne devrait jamais être la suite d’une renonciation.

    « Le Pri­son­nier » décrit une Guerre Froide intra-muros.
    Les geô­liers du Vil­lage ont pris soin de cacher les infra­struc­tures les moins sym­pa­thiques à l’abri des regards. Les labo­ra­toires de neu­ro­lo­gie, les salles de sur­veillance et autres fleu­rons de la science moderne jouent pour­tant le rôle prin­ci­pal dans ce micro­cosme. Les pre­miers, diri­gés par des savants en blouse évo­quant les expé­ri­men­ta­tion jadis pra­ti­quées sur malades men­taux, déve­loppent des tech­niques de sug­ges­tion qua­si-hyp­no­tiques vouées à condi­tion­ner les plus réti­cents à l’intégration. Les autres épient, étu­dient, ana­lysent et archivent le moindre geste de chaque habi­tant du Vil­lage à l’aide de camé­ras roto­sco­piques et de tout ce qu’un espion peut rêver de maté­riel high-tech. La robo­tique et l’informatique en par­ti­cu­lier ont vécu des avan­cées magis­trales, à tel point que le peuple endoc­tri­né vénère un super-ordi­na­teur cen­sé avoir réponse à tout, et dont le Vil­lage avide d’opium popu­laire à dis­tri­buer aurait bien aimé pou­voir faire un Dieu – comme mon­tré dans le futu­riste épi­sode The Gene­ral. La science et l’industrie au ser­vice exclu­sif du Pou­voir confor­miste, voi­là le lot quo­ti­dien mais dis­cret du Vil­lage et du Dôme où siègent ses pri­vi­lé­giés. Avec comme leit­mo­tiv le pié­ti­ne­ment des indi­vi­dua­li­tés sous le poids de la bureau­cra­tie, capi­ta­liste ou com­mu­niste, et comme récom­pense finale une socié­té idéale de zom­bies homogènes.

    « Le Pri­son­nier » n’aime pas l’estampe impériale.
    C’est une œuvre éton­nante dans ce qu’elle a entre­vu de l’avenir des fron­tières ter­restres, de leur ame­nui­se­ment pro­gres­sif. Dès le pre­mier épi­sode, par des méthodes presque imper­cep­tibles, le Vil­lage nous est pré­sen­té comme un lieu où sont repré­sen­tées toutes les natio­na­li­tés d’Europe, d’Amérique et d’Asie, réunies autour d’un même mode de vie ; ce détail est par­ti­cu­liè­re­ment rele­vant si l’on resi­tue la série dans son contexte, à l’aube de la mon­dia­li­sa­tion et de la mise en branle effec­tive de cette notion – iro­ni­que­ment – bap­ti­sée Vil­lage Pla­né­taire. La série com­porte déjà en trame de fond les germes de la glo­ba­li­sa­tion finan­cière et de l’acculturation du faible par le fort : en bref, le meurtre eth­no­cen­triste de la diver­si­té, le déni de l’identité cultu­relle et du plu­ra­lisme de la pen­sée. Nous sommes en 1966.

    Volon­tiers qua­li­fiée d’anarchiste par cer­tains ana­lystes en rai­son de ses consi­dé­ra­tions prou­dho­niennes, ou inver­se­ment dénon­cée pour son pré­ten­dû popu­lisme, la série pour­rait bien être rap­pro­chée d’un ersatz de situa­tion­nisme, vrai­sem­bla­ble­ment acci­den­tel ; en effet, « Le Pri­so­nier » par­tage avec le cor­pus de Guy Debord l’idée selon laquelle la sur-exhi­bi­tion démo­cra­tique serait le conte­nant moderne d’une idéo­lo­gie prô­nant un nom­bri­lisme de mar­ché. Alors en gros, « Le Pri­so­nier », série de gauche, série de droite ? Tan­tôt l’une lorsqu’elle rend compte des rigi­di­tés immuables des pou­lies de la pro­mo­tion sociale, tan­tôt l’autre lorsqu’elle dépeint l’interventionnisme d’Etat sous un jour des plus sinistres. En réa­li­té, la série est déli­bé­ré­ment inclas­sable : tous les débats de fans s’étant don­nés pour objec­tif de situer « Le Pri­so­nier » sur l’échiquier poli­tique se sont heur­tés au mur du sco­las­tique. Pour la simple et bonne rai­son que McGoo­han a fait de sa série l’exact reflet de son per­son­nage : elle ne veut pas être un numé­ro, mais une œuvre libre ! Cha­cun y ver­ra ce qu’il vou­dra bien y voir. Et pour cause, « Le Pri­son­nier » est un pam­phlet qui n’a ni dieux ni maîtres.

    Réponse
  6. Jacques Roman

    RÉDIGER ENSEMBLE UNE CONSTITUTION : OUI, MAIS COMMENT ?

    C’est un aspect sur lequel il me semble qu’É­tienne n’a pas encore for­mu­lé de pro­po­si­tion concrète et réaliste.

    En effet, les « ate­liers consti­tuants » de citoyens se forment au hasard, et rien (à ma connais­sance) n’est encore pré­vu pour coor­don­ner et exploi­ter métho­di­que­ment leur travail. 

    On s’ex­pose donc à opé­rer sur des pro­jets – ou sur des bribes de pro­jet – dis­pa­rates, peut-être contra­dic­toires, qu’il sera très dif­fi­cile de ras­sem­bler en un texte cohé­rent et démocratique.

    Par­don de plai­der une fois encore pour ma paroisse en rap­pe­lant que 1789PLUS (voir http://​1789​plus​.word​press​.com/​2​0​1​4​/​0​4​/​0​9​/​f​r​a​n​c​a​s​s​o​c​-​a​v​-​p​r​o​j​e​t​s​t​a​t​u​t​s​wp/) a fait une pro­po­si­tion concrète et pré­cise por­tant sur la créa­tion d’une asso­cia­tion « loi de 1901 » auto­ma­ti­que­ment ouverte à tous les citoyens et rés­dents fran­çais consti­tués en comi­tés de base ter­ri­to­riaux et thé­ma­tiques. Cette asso­cia­tion serait cha­peau­tée par une « assem­blée natio­nale » citoyenne et fonc­tion­ne­rait (c’est essen­tiel) en dehors de toute ins­ti­tu­tion offi­cielle. Les membres des organes col­lé­giaux des comi­tés, de même que ceux de l’as­sem­blée citoyenne elle-même, seraient tirés au sort .

    Tout citoyen pour­rait, dans le cadre de son comi­té ter­ri­to­rial, prendre notam­ment l’i­ni­tia­tive d’une pro­po­si­tion consti­tu­tion­nelle. Cette pro­po­si­tion, si elle était jugée accep­table par les autres membres du comi­té, remon­te­rait jus­qu’au comi­té régio­nal puis jus­qu’à l’as­sem­blée citoyenne, qui déci­de­rait en der­nier ressort. 

    De cette manière, la coor­di­na­tion per­ma­nente de toutes les ini­tia­tives consti­tu­tion­nelles citoyennes, d’où qu’elles puissent venir, pour­rait être assu­rée effi­ca­ce­ment dans une atmo­sphère de démo­cra­tie vrai­ment active.

    Il me semble que ce serait là le moyen le plus pra­tique de s’en­tendre sur une pro­cé­dure de rédac­tion col­lec­tive abou­tis­sant à un pro­jet de consti­tu­tion cohé­rent qui pour­ra être accep­té et appuyé par la grande majo­ri­té de nos concitoyens. 

    Enfin, il ne serait pas néces­saire d’at­tendre l’au­to­ri­sa­tion ou l’ap­pro­ba­tion d’une quel­conque auto­ri­té offi­cielle pour créer cette asso­cia­tion. JR

    Réponse
  7. J-Stéphane

    Il y a comme une contra­dic­tion entre affir­mer qu’un citoyen lamb­da est inca­pable d’é­crire une loi et d’at­tendre de lui qu’il soit capable de l’appliquer. 

    Per­son­nel­le­ment, je me sens capable d’é­crire une loi qui dit que tout citoyen doit sou­rire au contact de ses sem­blables, mais je me sens inca­pable de la res­pec­ter conti­nuel­le­ment. :p

    Réponse
  8. Ana Sailland

    L’as­so­cia­tion « citoyens consti­tuants » existe déjà.

    Cepen­dant, nous sommes nom­breux, Jacques, à pen­ser qu’une désor­ga­ni­sa­tion appa­rente nous donne le pou­voir de l’hydre, ou du moins que notre dis­per­sion nous pro­tège du risque d’être décapités.
    Le prin­cipe vital de la sub­si­dia­ri­té appli­qué au réseau neu­ro­nal col­lec­tif, en quelque sorte.
    La clar­té d’une idée sédui­sante et per­ti­nente peut être meilleur agent de cohé­sion que des statuts.

    Et faire usage de péda­go­gie enfin d’ai­der les gens à enfin com­prendre qu’ils sont com­pé­tents à écrire eux-mêmes les règles aux­quelles ils se sou­met­tront, et seuls à déte­nir la com­pé­tence légi­time néces­saire, cela semble aux yeux de nombre d’entre nous plus impor­tant que de leur mâcher la besogne, au risque de les pri­ver de cette besogne enri­chis­sante et éman­ci­pa­trice de l’esprit …

    Il me semble que votre pro­po­si­tion pour­rait inté­res­ser André Bellon.

    Réponse
  9. Françoise

    Le Sénat réécrit la Charte de l’en­vi­ron­ne­ment – Pos­té le 29 mai 2014
    Ce 27 mai 2014, le Sénat a voté, dans l’in­dif­fé­rence géné­rale, une pro­po­si­tion de loi consti­tu­tion­nelle qui modi­fie la rédac­tion, au sein de la Charte de l’en­vi­ron­ne­ment, des prin­cipes de pré­cau­tion, de par­ti­ci­pa­tion et d’é­du­ca­tion à l’en­vi­ron­ne­ment. Le texte vient d’être trans­mis à l’As­sem­blée nationale.
    Ana­lyse : http://​www​.arnaud​gos​se​ment​.com/​a​r​c​h​i​v​e​/​2​0​1​4​/​0​5​/​2​9​/​l​e​-​s​e​n​a​t​-​r​e​e​c​r​i​t​-​l​a​-​c​h​a​r​t​e​-​d​e​-​l​-​e​n​v​i​r​o​n​n​e​m​e​n​t​-​5​3​7​9​9​7​5​.​h​tml
    Compte ren­du ana­ly­tique offi­ciel du 27 mai 2014 :
    http://​www​.senat​.fr/​c​r​a​/​s​2​0​1​4​0​5​2​7​/​s​2​0​1​4​0​5​2​7​_​4​.​h​t​m​l​#​p​a​r​_​420

    Le Par­le­ment Euro­péen a adop­té une réso­lu­tion légis­la­tive pou­vant auto­ri­ser le règle­ment des dif­fé­rends entreprise/État par arbi­trage. La jus­tice est désor­mais bien tota­le­ment pri­va­ti­sée. Dans ce contexte, l’accord du Conseil est suf­fi­sant, l’État de Droit est mort et enterré
    http://​reseauin​ter​na​tio​nal​.net/​u​n​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​m​e​m​e​-​j​u​s​t​i​c​e​-​e​c​h​a​p​p​e​-​a​u​x​-​e​t​a​t​s​-​r​e​s​t​e​-​t​-​i​l​-​s​o​u​v​e​r​a​i​n​e​te/

    Le débar­que­ment du 6 juin 1944 du mythe d’aujourd’hui à la réa­li­té his­to­rique. Par Annie Lacroix-Riz + Sapir :
    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​d​e​b​a​r​q​u​e​m​e​n​t​-​d​u​-​6​-​j​u​i​n​-​1​9​4​4​-​d​u​-​m​y​t​h​e​-​d​a​u​j​o​u​r​d​h​u​i​-​a​-​l​a​-​r​e​a​l​i​t​e​-​h​i​s​t​o​r​i​q​u​e​-​p​a​r​-​a​n​n​i​e​-​l​a​c​r​o​i​x​-​r​iz/

    Les 80 mil­lions de morts de la seconde guerre mondiale : 
    http://www.les-crises.fr/6‑juin-1944/

    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​a​-​f​a​b​r​i​q​u​e​-​d​u​-​c​r​e​t​i​n​-​d​e​f​a​i​t​e​-​n​a​z​is/

    http://www.mondialisation.ca/6‑juin-44-ce-quon-ne-vous-dira-pas/5385768

    Le gou­ver­ne­ment fas­ci­sant de Kiev que nous sou­te­nons… Billet de syn­thèse géné­rale sur la Crise ukrai­nienne, à dif­fu­ser largement…
    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​g​o​u​v​e​r​n​e​m​e​n​t​-​f​a​s​c​i​s​t​e​-​d​e​-​k​i​e​v​-​q​u​e​-​n​o​u​s​-​s​o​u​t​e​n​o​ns/

    La trans­crip­tion de l’interview de Vla­di­mir Pou­tine en ver­sion inté­grale : le scan­dale des coupes de TF1 :

    http://​www​.les​-crises​.fr/​i​n​t​e​r​v​i​e​w​-​p​o​u​t​i​n​e​-​s​c​a​n​d​a​l​e​-​d​e​s​-​c​o​u​p​es/

    http://​www​.les​-crises​.fr/​j​u​s​t​e​-​p​o​u​r​-​r​i​r​e​-​a​u​c​u​n​e​-​c​o​u​pe/

    Êtes-vous prêts pour la guerre nucléaire ? Par Dr. Paul Craig Roberts, 6 juin 2014 (Paul Craig Roberts, for­mer Assis­tant Secre­ta­ry of the US Trea­su­ry and Asso­ciate Edi­tor of the Wall Street Jour­nal, has held nume­rous uni­ver­si­ty appoint­ments. He is a frequent contri­bu­tor to Glo­bal Research)
    http://​www​.mon​dia​li​sa​tion​.ca/​e​t​e​s​-​v​o​u​s​-​p​r​e​t​s​-​p​o​u​r​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​n​u​c​l​e​a​i​r​e​/​5​3​8​5​9​3​5ss

    Réponse
  10. Yvan Bachaud

    J’ai décou­vert il y a peu avec grand plai­sir que l’a­mi Etienne sem­blait avoir admis qu’il ne fal­lait pas deman­der aux citoyens de réécrire , ex nihi­lo, une Consti­tu­tion . C’est capi­tal car ce serait à juste titre effrayant pour les citoyens. sol­li­ci­tés ! Étienne parle main­te­nant de prendre comme base notre Consti­tu­tion. Elle existe depuis plus de 50 ans, elle est plus ou moins connue de pas mal de citoyens. 

    C’est le début de la sagesse.. La suite serait de ne par­ler QUE du TAS de la Consti­tuante dont la jus­ti­fi­ca­tion s’im­pose natu­rel­le­ment.. Et de s’en remettre.… à la Consti­tuante pour le reste… 🙂

    On pour­ra regar­der article par article et voir ce que l’on veut modi­fier par exemple en regar­dant d’autres Constitution.
    Cela est à la por­tée de l’im­mense majo­ri­té des citoyens. Et tous le monde peut don­ner son avis sur la rédac­tion des autres..!

    Je met­trai donc sur son der­nier bul­le­tin « Sur la bonne voie„ en pro­grès, peut mieux faire.. » 🙂 

    Pour moi si les réunions de ter­rain sont excel­lentes pour créer des contacts, qui seront utiles quand il fau­dra mani­fes­ter dans les rues… elles sont une perte d’éner­gie consi­dé­rable pour ce qui est de l’é­cri­ture de la Consti­tu­tion. Pour­quoi tra­vailler sur un article avec un petit groupe de per­sonnes alors que déjà 2 ou 3 groupes l’ont fait ? Et qu’il ne fau­drait que quelques lec­tures atten­tives pour pro­po­ser aux  » ini­tia­teurs » de l’ar­ticle le chan­ge­ment d’un mot, d’une formule.

    Les pos­si­bi­li­tés sont limi­tées quand il y a quelques lignes à écrire et de façon la plus concise et claire possible !

    Je pense qu’il est donc indis­pen­sable de faire un forum natio­nal de tra­vail, où l’on pour­ra débattre article par article en un même lieu.

    Il y a un forum sur le site http://​www​.ric​-france​.fr mais il n’est pra­ti­que­ment pas fré­quen­té. Il y a un forum sur citoyens consti­tuants mais pas fré­quen­té non plus.. Il y en a un autre http://​www​.vung​.org qui fait la même chose mais sans visi­teur actif.

    Je pense qu’il est urgent qu’E­tienne et ses proches choi­sissent UN FORUM et invitent les gens ren­con­trés dans les ate­liers à aller y TRAVAILLER selon leurs dis­po­ni­bi­li­tés. Ce qui ne les empê­che­rait pas de faire des réunions locales.

    Si cela est fait, dans quelques mois une Consti­tu­tion Fran­çaise de la 1ère répu­blique citoyenne sera éla­bo­rée… Avec des options pour cer­tains articles. Et sur le forum on pour­ra voter pour adop­ter les articles puisque des ques­tions de son­dages sont possibles. 

    Il sera enfin facile de tes­ter par des « son­dages citoyens » le sou­tien popu­laire dont elle béné­fi­cie. (On consulte un bureau de vote d’au moins 800 ins­crits ayant voté, à 1% près, à 51,65% F.Hollande en 2012. Cela après une période d’in­for­ma­tion contra­dic­toire… Tous les can­di­dats à la légis­la­tive étant appe­lés à s’ex­pri­mer sur un blog ad hoc.) C’est # 200 H de travail.

    La tâche serait bien mâchée pour la Consti­tuante TAS… Qui n’au­rait pro­ba­ble­ment pas grand chose à changer.

    Je suis prêt à par­ti­ci­per acti­ve­ment sur n’im­porte quel site bien sûr..

    Qu’en pense ÉTIENNE… ? ET VOUS ?

    Réponse
  11. Ana Sailland

    Tra­vailler à par­tir des textes actuels en rus­ti­nant les articles peut soi­gner quelques mala­dies mais ne per­met pas de chan­ger de para­digme, de fond en comble ; par exemple, choi­sir une fédé­ra­tion de com­munes néces­si­te­rait une réécri­ture totale.

    J’ose espé­rer que le cer­veau col­lec­tif est capable, si pré­pa­ré, de faire preuve d’i­ma­gi­na­tion, au point de refon­der non pas les règles mais la pensée.

    Tour réside dans sa préparation.
    Pré­pa­ra­tion qui peut se fon­der en par­tie sur un exer­cice non coor­don­né tel que celui qui s’amorce.

    Un peuple inven­tif ne peut être que s’il est un peuple entraî­né à l’invention.

    Réponse
    • Yvan Bachaud

      ANA écrit :
      Tra­vailler à par­tir des textes actuels en rus­ti­nant les articles peut soi­gner quelques mala­dies mais ne per­met pas de chan­ger de para­digme, de fond en comble ;
      °°°°°°°°°°°°°°°°°
      Je main­tiens qu’il est très impor­tant de prendre comme base de tra­vail la Consti­tu­tion fran­çaise OU une autre qui appa­raî­trait comme une meilleure base. Il est pré­somp­tueux de vou­loir par­tir de rien. Et cela repous­se­rait bon nombre de citoyens de bonne volon­té et atti­re­rait des cri­tiques, des polé­miques inutiles.
      Chan­ger UN article peut TOUT chan­ger. Par exemple ins­crire le RIC en toutes matières dans l’article3 de la Consti­tu­tion comme le pro­pose l’as­so­cia­tion http://​www​.arti​cle3​.fr .
      Avec cet article chaque citoyen pour­ra , par exemple , ten­ter de pro­po­ser la Consti­tu­tion com­plète de SON choix..!
      Etienne pour­ra sou­mettre sa pro­po­si­tion de loi ins­tau­rant la Consti­tuante TAS.. quand il l’au­ra rédi­gée , bien sûr ..
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      par exemple, choi­sir une fédé­ra­tion de com­munes néces­si­te­rait une réécri­ture totale.
      °°°°°°°°°°°°°°
      Voi­là une idée qu’elle est bonne avec plus de 36.600 com­munes nous en avons je crois 40% de celles de l’UE.. C’est dans l’air du temps en plus.

      J e pense qu’il ne faut pas inter­dire aux pen­seurs de penser…
      Sur le forum visant à éla­bo­rer une nou­velle Consti­tu­tion fran­çaise il pour­rait y avoir plu­sieurs sections.

      Une pre­nant comme base la Consti­tu­tion française.
      Une pre­nant comme base telle ou telle autre Constitution.
      Une lais­sant carte blanche à tous les intervenants..

      Cela n’est gênant pour per­sonne, cha­cun par­ti­ci­pant à son rythme dans les sec­tions de son choix.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      J’ose espé­rer que le cer­veau col­lec­tif est capable, si pré­pa­ré, de faire preuve d’imagination, au point de refon­der non pas les règles mais la pensée.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      Pour moi la Consti­tu­tion ne doit pas être un roman, ni de la science fiction,mais des règles du jeu ins­ti­tu­tion­nel simples, claires. Mais cha­cun son truc..
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      Tour réside dans sa préparation.
      Pré­pa­ra­tion qui peut se fon­der en par­tie sur un exer­cice non coor­don­né tel que celui qui s’amorce.

      Un peuple inven­tif ne peut être que s’il est un peuple entraî­né à l’invention.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      Je ne pense pas que la Consti­tu­tion soit le domaine rêvé pour l’in­ven­tion. Je pense que nous devrions trou­ver notre bon­heur dans ce qui existe en la matière à tra­vers le monde et qui fonctionne.
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      Quand j’a­vais fait du droit Consti­tu­tion­nel je me sou­viens que la Consti­tu­tion de l’URSS m’a­vait sem­blé la plus attrayante. Le pro­blème c’est qu’elle ne devait pas être appli­quée. Je crois me sou­ve­nir qu’il y avait le RIC mais je ne le garan­ti­rai pas.
      J’es­père qu’E­tienne et ses proches choi­si­ront vite sur un site exis­tant, un forum et que quelques pro­jets natio­naux pour­ront être lancés..1

      Réponse
  12. Ana Sailland

    « J e pense qu’il ne faut pas inter­dire aux pen­seurs de penser…
    Sur le forum visant à éla­bo­rer une nou­velle Consti­tu­tion fran­çaise il pour­rait y avoir plu­sieurs sections »

    Assou­plis­se­ment réjouissant 🙂

    Réponse
  13. Yvan Bachaud

    Sur le site de citoyens consti­tuants , il est déjà pos­sible à tout pen­seur d’al­ler pro­po­ser les grandes lignes de son pro­jet de Constitution .
    La France consti­tuée en fédé­ra­tion de com­munes par exemple.

    Le jour où Etienne et ses très proches auront choi­si un forum de tra­vail, il sera facile de trans­fé­rer le fil de dis­cus­sion pour conti­nuer l’a­mé­lio­ra­tion du projet

    Réponse
  14. EFFAB

Laisser un commentaire

Derniers articles