Chers amis,

Je vous signale ici (en retard, pardon), une initiative citoyenne importante pour défendre la démocratie, le « doctothon ».

La démocratie, c’est la mise en scène des conflits politiques, pour bien éclairer l’opinion avant de décider.

La méthode scientifique, elle aussi, repose sur l’organisation de l’exposé public, loyal et rigoureux, des dissensus scientifiques, pour bien éclairer l’opinion, là aussi.

Or aujourd’hui, « les médias », qui accaparent le monopole de cette mise en scène, interdisent carrément cette confrontation publique loyale sur « la crise sanitaire », en censurant la plupart des opinions dissidentes, pour faire croire à un consensus scientifique et politique, alors que celui-ci n’existe pas.

Le « doctothon » résiste au rouleau compresseur de la censure : c’est une remarquable initiative citoyenne pour donner, pendant 24 h, la parole à 300 docteurs, médecins et scientifiques, sur la « crise Covid » (qui est en fait, de mon point de vue, un coup d’État planétaire sous prétexte sanitaire).

J’ai déjà vu passer plein d’informations intéressantes et importantes sur ce long événement : https://www.doctothon.com/

Programme partie 1 :
https://www.doctothon.com/accueil-du-doctothon/horaire-partie-1

Programme partie 2 :
https://www.doctothon.com/accueil-du-doctothon/horaire-partie-2

(La première partie ci-dessous commence apparemment à 1h33:20)

Partie 2 :

Il va nous falloir du temps pour mettre en valeur, dans ce long flot de témoignages, les interventions les plus importantes.

Je vous propose de signaler en commentaire le minutage des passages qui vous semblent particulièrement remarquables (ou critiquables).

Je vous propose aussi, dans les commentaires de ce billet, de regrouper ici toutes les informations montrant le profond DISSENSUS scientifique qui règne en fait, partout sur terre, sur les décisions politiques liberticides imposées par les gouvernements abusifs, sous des prétextes pseudo-scientifiques.

Bon courage à tous, tenez bon.

Je viens du futur merci davoir tenu bon

Étienne.

S’abonner au blog par mail

S’abonner aussi via…

Le Telegram : Rejoindre le canal Telegram

Le moyen d’échanger et de s’organiser : Discord des Gentils Virus (logiciel d’audioconférence)

Derniers articles

Le #9 de la Gazette des Amis du RIC est paru 🙂

Le #9 de la Gazette des Amis du RIC est paru 🙂

Ouvrir le numéro 9 Le sommaire Invitations à l’action • Participer aux votations du MCP • Soutenir la Proposition de RIC à l’Assemblée Nationale • RAPPEL : partager l’appel 2022 pour le RIC constituant • Diffuser un livre pour instaurer le RIC constituant en 2022 •...

La théorie du complot de l’année dernière vient d’être adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale. En douce, de nuit et pendant les fêtes, comme toutes les lois scélérates.  Et les anticomplotistes veillent, en dénonçant les « complotistes » ce qui protège les comploteurs.

La théorie du complot de l’année dernière vient d’être adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale. En douce, de nuit et pendant les fêtes, comme toutes les lois scélérates. Et les anticomplotistes veillent, en dénonçant les « complotistes » ce qui protège les comploteurs.

https://twitter.com/Etienne_Chouard/status/1479342967399849987?s=20 Véran Le Fourbe (déc. 2021) : "Le pass vaccinal est une forme déguisée de l'obligation vaccinale, mais c'est plus efficace qu'une obligation vaccinale : empêcher des gens d'aller dans des bars, des...

9 Commentaires

  1. Étienne CHOUARD

    Allon Friedman, sur le Brownstone Institute :
    Vaccination obligatoire : non scientifique, source de division et extrêmement coûteuse

    https://brownstone.org/articles/vaccine-mandates-unscientific-divisive-and-enormously-costly/

    2 décembre 2021

    Le plan controversé de l’Occupational Safety and Health Administration visant à imposer les vaccinations au COVID-19 pour les grandes entreprises – récemment enjoint par la Cour d’appel du cinquième circuit – était ostensiblement conçu pour minimiser les « épidémies mortelles de COVID-19 ». La capacité des vaccins COVID-19 à prévenir la transmission et à protéger la vie est au cœur du mandat de l’OSHA et du débat acharné sur des mandats similaires qui embrouille désormais une grande partie du monde.

    Près de 18 000 articles scientifiques ont été publiés depuis l’année dernière sur le COVID-19 et les vaccins, de sorte que la tâche de passer au crible les preuves pour aider à évaluer de manière critique si les vaccins réduisent le risque de transmission et de décès semble intimidante. Il s’avère, cependant, que deux études se situent tellement au-dessus des autres en termes de rigueur et de qualité.

    Ces deux études, qui font suite aux essais requis par la FDA pour l’approbation d’une utilisation d’urgence, ont été publiées le mois dernier dans le New England Journal of Medicine . Ils se distinguent fondamentalement des autres études en ce qu’ils sont les seuls essais cliniques encore signalés à randomiser des adultes pour recevoir soit un vaccin COVID-19 ( Pfizer ou Moderna ) soit une injection de placebo, puis les suivre au fil du temps. Pourquoi est-ce important? Parce que la conception de l’étude contrôlée randomisée en aveugle qu’ils ont utilisée est l’outil scientifique de référence et le plus rigoureux disponible pour examiner les relations de cause à effet entre une intervention et le résultat.

    Cette conception limite également autant que possible l’influence d’autres facteurs, connus ou inconnus, qui pourraient affecter le résultat. De nombreuses études ont utilisé d’autres conceptions pour essayer de comprendre à quel point le vaccin protège contre le COVID-19, mais peu importe à quel point ils sont bien planifiés ou exécutés, aucune de ces études n’atteint le niveau de rigueur scientifique qu’offre un essai contrôlé randomisé en double aveugle bien mené. .

    Alors, ces deux essais cliniques ont-ils trouvé que la vaccination réduisait le risque de mourir du COVID-19 ? Non ils ne l’ont pas fait. Ils n’ont pas été conçus pour cela. Les deux études rapportent une efficacité élevée pour réduire la maladie symptomatique de Covid, quelque part dans la plage d’efficacité de 89 % à 95 %, ainsi que les maladies graves, dans la plage de 80 % à 100 %. Ils n’ont pas recruté suffisamment de personnes âgées à haut risque pour avoir une taille d’échantillon suffisante pour déterminer si les vaccins réduisent également les décès dus au COVID-19

    L’étude Moderna a signalé un décès par COVID-19 dans le groupe vacciné et trois dans le groupe non vacciné, bien trop peu pour tirer une conclusion statistique. L’essai Pfizer a été encore plus peu concluant car les résultats publiés dans le rapport du New England Journal (un décès par COVID-19 dans le groupe vacciné et deux dans le groupe non vacciné) différaient de ce que Pfizer a rapporté plus tard à la Food and Drug Administration et à la FDA. la mise à jour n’a pas précisé le nombre de décès dus au COVID-19.

    En plus des décès de Covid, les études ont également évalué la mortalité toutes causes confondues, qui compte chaque décès survenu au cours de la période d’étude. Cela donne une plus grande taille d’échantillon. La mortalité toutes causes confondues est un résultat intéressant non seulement parce qu’il contourne la décision souvent subjective de savoir pourquoi une personne est décédée, mais aussi parce qu’il équilibre tous les effets possibles d’un vaccin COVID-19, bons et mauvais, qui pourraient influencer le risque de décès . En d’autres termes, cela nous permet de quantifier les vies sauvées par le vaccin COVID-19 tout en tenant compte des vies potentielles perdues à cause des maladies cardiaques liées au vaccin, des caillots sanguins, des réactions allergiques graves et peut-être d’autres causes.

    Étant donné que les résultats des deux essais étaient si similaires quel que soit le type de vaccin utilisé, il est utile de fusionner les résultats. Après un total combiné de 74 580 personnes, la moitié ayant reçu la vaccination contre le COVID-19 et la moitié ayant reçu une injection de placebo, sur une période de six à sept mois, les deux études ont rapporté que trente-sept personnes vaccinées sont décédées contre trente-trois personnes qui ont reçu placebo. Ces résultats ne sont pas non plus statistiquement concluants.

    En termes simples, la meilleure conception d’étude scientifique actuellement disponible pour l’humanité n’a pas été utilisée pour répondre aux résultats les plus importants, et les essais randomisés ne soutiennent pas l’affirmation largement répandue selon laquelle la vaccination COVID-19 utilisant les marques Pfizer ou Moderna réduit le risque de décès. Ce n’est malheureusement pas la première fois que la FDA approuve un produit basé sur un critère de substitution moins important plutôt que sur les principaux résultats d’intérêt.

    Il y a plusieurs points supplémentaires à considérer.

    Premièrement, les résultats des études étaient limités par le fait que leur conception ne tenait pas compte d’une infection antérieure conduisant à une immunité ultérieure contre l’infection au COVID-19. Alors que les Covid récupérés avec une immunité naturelle préalable doivent être vaccinés dans de nombreux endroits, les deux essais randomisés n’ont pas évalué si les vaccins leur apportent un quelconque avantage, même en termes de critère de substitution.

    Deuxièmement, parce que les deux essais excluaient principalement les groupes les plus à risque de mourir du COVID-19, tels que les personnes âgées fragiles et les personnes très obèses, nous ne pouvons pas savoir à partir des essais dans quelle mesure les vaccins protègent ces populations.

    Troisièmement, la plupart des participants à l’étude étaient des adultes en âge de travailler, et les très faibles taux de décès par COVID-19 observés dans les deux études devraient nous rappeler à quel point ce risque est minime dans ce groupe d’âge.

    Enfin, les deux essais contrôlés randomisés n’ont pas évalué la capacité du vaccin à réduire la transmission.

    Par conséquent, pour les questions les plus importantes liées aux mandats des vaccins [mandatory signifie obligatoire en anglais], nous sommes obligés de nous fier à des études d’observation plutôt qu’aux études randomisées habituelles qui constituent généralement la base des approbations de médicaments et de vaccins de la FDA.

    Sur la base du jugement clinique et des études d’observation montrant que les vaccins réduisent la mortalité de Covid, il est raisonnable de supposer que pour les patients plus âgés, les avantages du vaccin l’emportent sur ses risques et donc plaider en faveur de leur utilisation, bien que nous ne puissions pas être absolument certains qu’ils offrent une protection contre la mort car du manque de preuves contrôlées randomisées dans ce groupe d’âge et pour ce critère de jugement. L’absence de telles preuves est un échec à la fois des sociétés pharmaceutiques et de la FDA, et elle est en partie à blâmer pour l’hésitation à vacciner.

    Un message clé à retenir est que les obligations absolutistes et rigides des vaccins COVID-19 tels que celles proposées par l’OSHA ne sont pas basées sur la meilleure science possible. De tels mandats à l’échelle de la population vont à l’encontre du dicton médical universel de la stratification des risques, selon lequel le traitement est adapté aux individus en fonction des risques et des avantages individuels à accumuler. Ils violent également la philosophie dominante de la médecine factuelle, qui exige l’utilisation des meilleurs modèles d’étude possibles comme preuves lors de la prise de décisions concernant les soins aux patients.

    Les mandats de vaccination, qui sont extrêmement coûteux et terriblement conflictuels, sont un remède pire que la maladie, et sans preuves solides, ils sont susceptibles d’augmenter l’hésitation vis-à-vis de la vaccination plutôt que la confiance en la vaccination. Pas seulement pour les vaccins Covid, mais aussi pour les vaccins vitaux existants contre par exemple la rougeole et la polio

    Auteur

    Allon Friedman est professeur de médecine à la faculté de médecine de l’Université de l’Indiana et chercheur en médecine spécialisé dans les sujets liés aux maladies rénales. Les idées exprimées dans l’article sont entièrement les siennes et pas nécessairement celles de son employeur.

    Réponse
  2. Étienne CHOUARD

    [Abus de pouvoir] Michel de Lorgeril : « Les autorités sanitaires ont fermé les yeux sur l’essai de Pfizer », qui n’est PAS en double aveugle et qui est donc SANS valeur scientifique sérieuse


    Michel de Lorgeril, cardiologue et scientifique reconnu

    9 décembre 2021

    Qu’est-ce qu’un scientifique ? À quoi correspond une forme grave ? Comment mesure-t-on l’efficacité d’un vaccin ? À quoi correspond le chiffre de 95 % avancé par Pfizer ? Comment mesurer les effets indésirables ? Tels sont les grands thèmes abordés par Michel de Lorgeril, docteur en médecine, chercheur au CNRS, expert international en cardiologie et nutrition, membre de la Société européenne de cardiologie, dans ce debriefing.


    L’essentiel de l’entretien :

    Qu’est-ce qu’un scientifique ?

    Michel de Lorgeril : Un scientifique donne des explications sur les mystères de la nature, des explications qui peuvent évoluer avec le temps et qui ne sont jamais définitives. Un scientifique est un hésitant, un sceptique et s’il peut y avoir des divergences le but, in fine, est de parvenir à un consensus, un compromis. Les scientifiques se reconnaissent et ne se disputent pas avec n’importe qui. Les exemples de déclarations non valables permettent d’aborder les changements de notre époque qui, depuis le début de la pandémie, a vu fleurir les affirmations les plus invraisemblables tandis que les normes disparaissent.

    Quelles sont ces normes qui auraient disparu ?

    Pour faire reconnaître un nouveau vaccin, il faut mettre toutes les autorités sanitaires d’accord et faire un essai randomisé en double aveugle. Une exigence à laquelle Pfizer n’a pas répondu. À ce travail scientifique bâclé s’ajoute le laxisme des régulateurs dont le premier d’entre eux, est l’éditorialiste en chef du New England Journal of Medecine qui a publié cette étude, n’hésitant pas à affirmer qu’elle avait été faite en double aveugle alors que de l’aveu de leurs auteurs, c’est de l’observation.

    Si, en temps normal les autorités sanitaires exigent ces normes pour connaître les bénéfices d’un médicament ou d’un vaccin, et ce afin d’accorder les autorisations de mise sur le marché, force est de reconnaître qu’elles ont fermé les yeux sur cet essai et permis une vaccination sur des millions de personnes.

    Par conséquent, ce 95 % ne veut rien dire puisque la méthodologie n’a pas été respectée. À ceci vient s’ajouter un autre biais : l’essai a été effectué par l’industriel, qui a donné lui-même les résultats. Une pratique qui enlève toute crédibilité à ses annonces.

    Comment définir une forme grave ?

    S’il est reconnu que le vaccin n’empêche pas la transmission et la contamination, on entend partout qu’il empêcherait de faire des formes grave. Pour répondre à la question, il faut d’abord s’entendre sur ce qu’est une forme grave. La sévérité d’une maladie se mesure à la mortalité. Or, l’essai Pfizer n’ayant montré aucun décès, il ne peut contenir d’informations sur les formes graves. Par conséquent, cette affirmation viendrait de l’observation de ce qui se passe dans les hôpitaux. Mais l’on ne peut tirer aucune conclusion solide scientifiquement lorsqu’on se place dans l’observationnel et le rétrospectif.

    Malgré cela, il est possible d’obtenir des informations indirectes notamment en examinant les courbes de mortalité d’un pays comme Israël qui a vacciné au moment de la troisième vague toute la population éligible, couvrant par là toutes les catégories qui présentaient des risques de mourir de la Covid.

    À la fin de cette vague, les autorités ont déclaré que cette campagne de vaccination avait permis de stopper l’épidémie. Une déclaration fausse puisqu’il y avait au moins trois facteurs possibles pour l’arrêt de cette troisième vague, à savoir le confinement strict, le decrescendo naturel du pic de contamination, et enfin la campagne de vaccination. Cependant, si l’on considère ce dernier critère, comment expliquer la quatrième vague tout aussi meurtrière trois mois plus tard ?

    Comment mesurer les effets secondaires ?

    S’il existe une méthodologie acceptable pour mesurer l’efficacité avec l’essai randomisé en double aveugle, il n’existe pas de méthode acceptable sur le plan éthique pour démontrer les effets secondaires. Prenons l’exemple d’un médicament anti-coagulant. Une personne qui présente des risques de caillots et qui accepte de participer à l’étude peut en tirer un bénéfice y compris si elle se retrouve dans le groupe placébo. En effet, cette personne sera la première à connaître l’efficacité de ce nouveau médicament et aura tous ses frais de santé pris en charge, une chose qui n’est pas négligeable, notamment aux États-Unis.

    En revanche, le raisonnement ne peut être le même lorsqu’il s’agit de mesurer les effets secondaires puisqu’il n’est pas éthiquement acceptable de proposer un produit de santé potentiellement dangereux. Par conséquent, les effets secondaires ne se mesurent qu’à postériori même s’il peut exister des informations importantes au moment de l’essai clinique. Mais ces données sont rares puisqu’un industriel qui désire obtenir les autorisations de mise sur le marché ne sélectionne pas des individus fragiles.

    Mesurer a posteriori n’est pas simple et la pharmacovigilance peut être très difficile à appliquer. Établir une corrélation entre un vaccin et un effet secondaire grave peut prendre beaucoup de temps tandis que ceux qui défendent leurs produits de santé n’hésitent pas à parler de hasard ou de coïncidence.

    Si certaines affaires comme le scandale du Mediator ont pris plusieurs décennies, les effets secondaires liés aux différents vaccins, s’ils ont été niés au départ, sont malgré tout peu à peu reconnus. Cette reconnaissance a même signé l’arrêt des vaccins adénovirus à vecteur recombiné comme AstraZeneca et Janssen. De son côté, Pfizer a reconnu que son vaccin pouvait provoquer des péricardites et des myocardites même si la fréquence et la sévérité de ces pathologies sont encore minimisées.

    Source : France Soir, https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/michel-de-lorgeril

    Réponse
  3. Étienne CHOUARD

    Plus de 400 études sur l’échec des interventions Covid obligatoires

    PAR PAUL ELIAS ALEXANDER   30 NOVEMBRE 2021 

    Source : https://brownstone.org/articles/more-than-400-studies-on-the-failure-of-compulsory-covid-interventions/

    Le grand ensemble de preuves (études de recherche comparative et éléments de preuve et rapports de haute qualité jugés pertinents pour cette analyse) montre que les blocages COVID-19, les politiques d’abri sur place, les masques, les fermetures d’écoles et les mandats de masque ont échoué dans leur objectif de freiner la transmission ou de réduire les décès. Ces politiques restrictives ont été des échecs inefficaces et dévastateurs, causant d’immenses dommages, en particulier aux plus pauvres et aux plus vulnérables des sociétés. 

    Presque tous les gouvernements ont tenté des mesures obligatoires pour contrôler le virus, mais aucun gouvernement ne peut prétendre avoir réussi. La recherche indique que les mandats de masque, les fermetures et les fermetures d’écoles n’ont eu aucun impact perceptible sur les trajectoires des virus. 

    Bendavid a rapporté que « dans le cadre de cette analyse, il n’y a aucune preuve que des interventions non pharmaceutiques plus restrictives (« verrouillages ») aient contribué de manière substantielle à courber la courbe des nouveaux cas en Angleterre, en France, en Allemagne, en Iran, en Italie, aux Pays-Bas, en Espagne ou aux États-Unis au début de 2020. » Nous le savons depuis très longtemps maintenant, mais les gouvernements continuent de doubler leurs efforts, causant de la misère aux gens avec des ramifications qui prendront probablement des décennies ou plus à réparer. 

    Les avantages des bouclages de la société et des restrictions ont été  totalement exagérées  et les préjudices à nos sociétés et les enfants ont été graves: les  préjudices aux enfants , la maladie non diagnostiquée qui se traduira par une surmortalité dans les années à venir,  la dépression, l’ anxiété, idées suicidaires  en nos jeunes,  les surdoses de drogue  et les suicides dus aux politiques de confinement, l’isolement écrasant dû aux confinements,  les préjudices psychologiques , la  violence domestique et  infantile , les abus sexuels sur  enfants , la  perte d’emplois et d’entreprises  et l’impact dévastateur, et le  nombre massif de décès  résultant des fermetures  qui auront un impact lourd sur les femmes et les  minorités . 

    Maintenant, nous avons à nouveau des murmures pour les nouveaux blocages en réponse à la variante Omicron qui, selon mes estimations, sera probablement infectieuse mais pas plus mortelle.

    Comment on est venu ici? Nous savions que nous ne pourrions jamais éradiquer ce virus mutable (qui a un réservoir animal) avec des confinements et qu’il deviendrait probablement endémique comme les autres coronavirus du rhume en circulation. Lorsque nous savions qu’une approche stratifiée en fonction de l’âge était optimale (protection ciblée comme indiqué dans la Déclaration de Great Barrington) et non des politiques de carte blanche lorsque nous disposions de preuves d’un différentiel de risque de décès multiplié par 1 000 entre un enfant et une personne âgée. Nous connaissions l’efficacité et le succès des traitements ambulatoires ambulatoires précoces pour réduire le risque d’hospitalisation et de décès chez les personnes vulnérables.

    Il était clair très tôt que les groupes de travail, les conseillers médicaux et les décideurs ne lisaient pas les preuves, n’étaient pas au courant de la science ou des données, ne comprenaient pas les preuves, n’obtenaient pas les preuves et étaient en aveugle à la science, souvent motivés par leurs propres préjugés, préjugés, arrogance et ego. Ils restent enfermés dans une pure négligence et paresse académiques. Il était clair que la réponse n’était pas une réponse de santé publique. C’était politique dès le premier jour et ça continue aujourd’hui. 

    Une étude récente (pré-impression) capture l’essence et la catastrophe d’une société verrouillée et l’éviction de nos enfants en examinant comment les enfants apprennent (de 3 mois à 3 ans) et en trouvant dans toutes les mesures que « les enfants nés pendant la pandémie ont considérablement réduit les performances verbales, motrices et cognitives globales par rapport aux enfants nés avant la pandémie. Les chercheurs ont également signalé que « les hommes et les enfants des familles socio-économiques inférieures ont été les plus touchés. Les résultats soulignent que même en l’absence d’infection directe par le SRAS-CoV-2 et de maladie COVID-19, les changements environnementaux associés à la pandémie de COVID-19 affectent de manière significative et négative le développement du nourrisson et de l’enfant. »

    Peut-être que Donald Luskin du Wall Street Journal capture le mieux ce dont nous avons été témoins de manière stable depuis le début de ces blocages non scientifiques et fermetures d’écoles : « Six mois après le début de la pandémie de Covid-19, les États-Unis ont maintenant mené deux expériences à grande échelle en santé publique. —d’abord, en mars et avril, le verrouillage de l’économie pour arrêter la propagation du virus, et deuxièmement, depuis la mi-avril, la réouverture de l’économie. Les résultats sont là. Aussi contre-intuitif que cela puisse être, l’analyse statistique montre que le verrouillage de l’économie n’a pas contenu la propagation de la maladie et que sa réouverture n’a pas déclenché une deuxième vague d’infections.

    Le  Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC) a publié un rapport complet en septembre 2020 sur l’impact des fermetures d’écoles sur les enfants et a constaté que « i) les enfants représentent une petite proportion des cas diagnostiqués de COVID-19, ont une maladie moins grave et la mortalité est rare ii) les enfants ne ne semble pas être une source majeure de transmission du SRAS-CoV-2 dans les ménages ou les écoles, une constatation qui a été cohérente à l’échelle mondiale iii) il existe des différences importantes entre la façon dont la grippe et le SRAS-CoV-2 sont transmis. Les fermetures d’écoles peuvent être moins efficaces en tant que mesure de prévention de la COVID-19 iv) les fermetures d’écoles peuvent avoir des conséquences graves et imprévues pour les enfants et les jeunes v) les fermetures d’écoles contribuent à un plus grand stress familial, en particulier pour les femmes qui s’occupent d’eux,

    Maintenant, des endroits comme l’Autriche (novembre 2021) sont revenus dans le monde de la folie du verrouillage pour être dépassés par l’Australie. En effet, une illustration du besoin fallacieux de ces actions mal informées est qu’elles sont menées face à des preuves scientifiques claires montrant que lors de strictes fermetures sociétales antérieures, des fermetures d’écoles, des mandats de masque et des restrictions sociétales supplémentaires, le nombre de les cas ont augmenté !

    La réponse à la pandémie reste aujourd’hui une réponse purement politique.

    Ce qui suit est la totalité actuelle de l’ensemble des preuves (études comparatives disponibles et éléments de preuve de haut niveau, rapports et discussions) sur les blocages COVID-19, les masques, les fermetures d’écoles et les mandats de masques. Il n’y a aucune preuve concluante à l’appui des affirmations selon lesquelles l’une de ces mesures restrictives a fonctionné pour réduire la transmission virale ou les décès. Les fermetures étaient inefficaces, les fermetures d’écoles étaient inefficaces, les mandats relatifs aux masques étaient inefficaces et les masques eux-mêmes étaient et sont inefficaces et nocifs. 

    Tableau 1 : Preuves montrant que les fermetures de COVID-19, l’utilisation de masques faciaux, les fermetures d’écoles et les mandats de masque étaient en grande partie inefficaces et ont causé des dommages écrasants

    [Lire la suite (très très long tableau de sources)…]

    Réponse
    • joss

      Autopsie non prise en charge alors qu’on est toujours en phase 3 de l’essai clinique. Elle devrait être à la charge du producteur, qui lui s’est organisé pour n’engranger que les bénéfices…

      Concernant la maladie de C-Jakob et les vaccins contre la covid, j’avais relevé ces recherches :
       -Elsevier https://doi.org/10.1016/j.bbrc.2021.03.100
       -https://scivisionpub.com/pdfs/covid19-rna-based-vaccines-and-the-risk-of-prion-disease-1503.pdf
       -https://www.ema.europa.eu/en/documents/assessment-report/comirnaty-epar-public-assessment-report_en.pdf
      En page 31 : « Les réactifs utilisés dans la fabrication de la substance active et dans l’établissement de la lignée cellulaire sont les seules matières d’origine animale utilisées dans la fabrication de BNT162b2 (vaccin Pfizer). Le demandeur a identifié la contamination du produit par des agents de l’encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) comme le principal risque théorique associé à ces ingrédients et le risque est jugé minime. »

      Soit les prions pourraient venir des protéines spike vaccinales mal repliées, soit (voir le document EMA ci-dessus) de réactifs utilisés qui pourraient se retrouver dans ces vaccins.
      Grosso modo les prions sont des protéines « mal repliées » qui peuvent se répliquer:
      https://www.inserm.fr/dossier/maladies-prions-maladie-creutzfeldt-jakob/

      Réponse
  4. Colette TRUBLET

    Il est grand temps de changer de système politique, de faire travailler l’Intelligence collective au sein de conventions citoyennes, de lutter pour supprimer les conflits d’intérêts puisque les élus et les lobbies qui font les lois sont aussi ceux qui en profitent le plus. Avec une décentralisation vigoureuse pour redistribuer les cartes et le RIC la démocratie peut prendre un nouveau souffle. Un personne « Gilet jaune » abassourdie par les monceaux de taxes et d’impôts récoltés par l’Ètat demandait : « où va le pognon? » Les secteurs de la santé, la justice, l’instruction, l’hôpital, la police sont tous en perdition. Donc je répète : où va le pognon? Quelles sommes sont englouties par l’industrie pharmaceutique? Combien leur en faudra-t-il encore? En 40 les populations, de bonne foi, sont parties s’entretuer la fleur au fusil. l’industrie de l’armement a fait fortune. Aujourd’hui les mêmes ( ? OU PAS ?) vont enrichir les labo en se prenant pour des passoires à vaccins avec la même confiance que ceux de la 2ème guerre? J’exagère? Je voudrais croire que j’exagère. De tout mon cœur. A l’évidence la dernière guerre a tué des millions de gens, femmes, enfants, soldats tous sans distinction. La guerre contre le covid et ses variants sans fin va-t-elle tuer la démocratie?

    Réponse
  5. isaie

    Cher Étienne Chouard , tout cela , ces commentaires légitimes mais qui ne révèlent RIEN de bien fondamental sur les causes et raisons du Covid , Barnérias dans la dernière version de Hold UP , ne parle meme plus de Jean Bernard  » Fourtillan  » qui a dévoilé et révélé toute la vérité sur cette plandémie organisé par Schwab et Lagarde et le petit monde de Davos ..
    à la solde du D.S. et des criminels de Davos .. ils endorment le peuple dans cette matrice avec leur hologramme en média vision .. quelle blague , mon pauvre Etienne , je ne sais pas si vous êtes vraiment aux courant de ce qui se passe en Réalité derrière l’ écran vert de ces montages et images holographiques de ce cinéma ou  » grand théâtre  » qu’est ce monde satanique qui est entrain d’ être liquidé , et qui a déja perdu cette 3 e guerre mondiale cybernétique sans obus et top secrète qui se joue pour la mise à mort du 4 e Reich qui est en place depuis la fin du 3e reich .. Ils viennent de perdre la guerre contre l ‘ Alliance terrestre et intergalactique des mondes interstellaires ..
    Toute les puissance armées militaires terrestres sont sous le commandement du 6 e corps armé  » Space Force  » que Trump a mis en place en signant les accords de Jupiter avec l’ Alliance intergalactique qui était en lien dèja en 1953 ou1954 avec le Gal Heisenhower qui avait tout révélé à J.F. K ( raison pour laquelle Bush l’a fait assassiné ) .. sur le complexe militaro industriel qui était entre les mains des forces réptiloides , le D.S . le marais que l’alliance militaire mondiale avec Trump comme Potus .. est entrain d’assécher..

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires
récents du blog