[Abus de pouvoir médical] Le cas d’Israël étudié par Pierre Chaillot (statisticien remarquable)

11/09/2021 | 8 commentaires

Chers amis,

Je tra­vaille très atten­ti­ve­ment toutes les ana­lyses de Pierre Chaillot depuis presque un an (sur sa for­mi­dable chaine Déco­der l’é­co), et il me semble que sa réflexion — avec ses puis­santes démons­tra­tions — est la plus impor­tante de toutes pour résis­ter au coup d’É­tat en cours : la mala­die COVID-19, qui sert de fon­de­ment unique à toutes les déci­sions liber­ti­cides et catas­tro­phiques sur terre, n’est pas plus grave que d’ha­bi­tude, elle n’a entraî­né nulle part de sur­mor­ta­li­té signi­fi­ca­tive. Nous consta­tons certes plus de morts en valeur abso­lue parce que nous sommes plus nom­breux et parce que nous sommes plus vieux. Mais pas d’hé­ca­tombe extra­or­di­naire : en valeurs rela­tives et par tranches d’âge, presque par­tout, la mor­ta­li­té dimi­nue (!)… La panique dans les hôpi­taux ne vient pas d’un virus x ou y mais de la dévas­ta­tion (volon­taire !) des ser­vices publics de san­té depuis 60 ans, par les poli­tique ultra­li­bé­rales de ceux-là mêmes qui pré­tendent aujourd’­hui « défendre le ser­vice public »…

Les démons­tra­tions de Pierre n’ont jamais été cor­rec­te­ment contre­dites par per­sonne, alors qu’elles détruisent à elles seules tout le nar­ra­tif ter­ro­riste gou­ver­ne­men­tal et donc aus­si le fon­de­ment pseu­do-scien­ti­fique des déci­sions liber­ti­cides qui nous accablent. Nous devrions tous connaître ce tra­vail de Pierre et l’in­té­grer dans nos propres analyses.

Ces recherches essen­tielles de presque un an se pro­longent ici avec l’é­tude (hété­ro­doxe) du cas exem­plaire d’Is­raël. Accro­chez vos cein­tures, ça remue.

Étienne.


Des chiffres et des faits : les leçons à tirer d’Israël

ANALYSE

Nous sommes en sep­tembre 2021, cela fait plus de 18 mois que la France, comme beau­coup de pays, vit au rythme des nou­velles mesures dites sani­taires. Pour impo­ser ces mesures, dif­fé­rents chiffres sont uti­li­sés. Nous en avons beau­coup par­lé sur cette chaîne. Nous refe­rons un bilan de la situa­tion fran­çaise et euro­péenne dans une pro­chaine vidéo. Les médias fran­çais suivent avec beau­coup d’attention la situa­tion en Israël, en par­ti­cu­lier concer­nant les dif­fé­rentes injec­tions et le fameux « passe sani­taire ». Israël fait par­tie des tout pre­miers pays à impo­ser ce passe et à injec­ter une troi­sième dose de Pfi­zer à toute sa popu­la­tion, mal­gré les réti­cences de l’OMS et l’absence totale d’étude sur le sujet.

Pour écrire cet article, j’ai télé­char­gé les don­nées dis­po­nibles en ligne sur l’office sta­tis­tique israé­lien. Vous trou­ve­rez les liens en fin de l’article, et tous mes cal­culs réa­li­sés et gra­phiques sont consul­tables en ligne. Je vous invite évi­dem­ment à tout véri­fier par vous-même. Il faut télé­char­ger les don­nées et ensuite quelques mul­ti­pli­ca­tions et gra­phiques sur un logi­ciel comme Excel suf­fisent à retrou­ver ces résultats.

Nous allons com­men­cer par voir qu’il n’y a abso­lu­ment pas de pro­blème de mor­ta­li­té glo­bale déce­lable en Israël depuis 2020, c’est-à-dire depuis que l’Occident a com­men­cé à média­ti­ser les per­sonnes décé­dées ou malades d’une infec­tion res­pi­ra­toire et dont la cause est attri­buée à la Covid-19. La mor­ta­li­té a tou­jours aug­men­té en Israël en période hiver­nale et est res­tée en 2020 à des niveaux com­pa­rables aux années pré­cé­dentes. Ain­si, toutes les mesures prises n’ont jamais pu être moti­vées par un impact mesu­rable sur la mor­ta­li­té. Il n’y a pas plus d’Israéliens qui décèdent qu’avant. Il n’y a jamais eu d’hécatombe.

Dans un deuxième temps, nous ver­rons ce qu’il se passe au niveau de la mor­ta­li­té en période vac­ci­nale. Nous ver­rons qu’en Israël, comme pour tous les pays sur les­quels nous dis­po­sons de don­nées (comme nous l’avons mon­tré dans la vidéo ou l’article réca­pi­tu­lant toutes les don­nées euro­péennes), la mor­ta­li­té aug­mente pen­dant les périodes où des injec­tions de masse sont réa­li­sées. Pour les plus âgés, le doute sub­siste entre cor­ré­la­tion et cau­sa­li­té, car les injec­tions ont lieu en période hiver­nale pen­dant laquelle la mor­ta­li­té habi­tuelle est éle­vée éga­le­ment. En revanche, il est très inha­bi­tuel d’observer une hausse de mor­ta­li­té chez les jeunes. Nous ver­rons que cette mor­ta­li­té supé­rieure à l’habitude cor­res­pond envi­ron à 3,8 décès pour 100 000 injec­tions com­plètes sur la période pour les 20–29 ans, 2,3 pour les 30–39 ans et 1,4 pour les 40–49 ans, alors que pour ces tranches d’âges, la mor­ta­li­té en période Covid-19 est indé­tec­table. Ces tra­vaux ont été repris à la suite de l’analyse réa­li­sée par le Dr A. Hen­rion-Caude et le Dr S. Oha­na et retrouvent les mêmes résultats.

Nous ver­rons enfin s’il existe un lien entre les injec­tions et le nombre de cas posi­tifs remon­tés par les tests des labo­ra­toires. D’abord, nous ver­rons que le nombre de tests varie énor­mé­ment. Il est donc tout à fait nor­mal d’avoir plus de cas posi­tifs lorsque l’on aug­mente le nombre de tests. De la même manière, le type de tests a chan­gé cet été avec la stra­té­gie du cri­blage. En France, comme ailleurs, ce chan­ge­ment de mesure avec plus de variants consi­dé­rés posi­tifs induit néces­sai­re­ment que la posi­ti­vi­té aug­mente sans que cela signi­fie qu’une mala­die se pro­page. Enfin, la mise en place du Green Pass en Israël implique, comme en France, que les per­sonnes n’ayant pas reçu d’injection font bien plus de tests que celles qui ont reçu deux injec­tions. Dès lors, on s’attend à avoir bien plus de cas posi­tifs en pro­por­tion chez ceux qui n’ont pas de Green Pass. Nous ver­rons que si nous pre­nons en consi­dé­ra­tion ces biais, les don­nées israé­liennes ne nous montrent pas de dif­fé­rence notable entre les per­sonnes consi­dé­rées vac­ci­nées et celles n’ayant pas reçu d’injection. Pour Israël, la part des per­sonnes consi­dé­rées vac­ci­nées et posi­tives aux tests réa­li­sés pour la Covid-19 est la même que la part des per­sonnes consi­dé­rées vac­ci­nées dans la popu­la­tion générale.

La mortalité globale en Israël : une situation complètement normale

Israël, comme l’écrasante majo­ri­té des pays occi­den­taux voit sa popu­la­tion aug­men­ter régu­liè­re­ment et vieillir. Ain­si, début 2011 il y décé­dait en moyenne 3 300 per­sonnes par mois. Ce nombre a aug­men­té régu­liè­re­ment d’environ cinq par mois pour atteindre plus de 4 000 à la mi-2021. Plus de 85 % des décès consta­tés viennent de per­sonnes de plus de 60 ans.

Pour pré­ci­sion, toute cette ana­lyse a pour but de mesu­rer les impacts de la mala­die Covid-19. Ain­si tous les décès du 30 avril 2021 sont reti­rés de l’analyse de façon à reti­rer ceux dus à la tra­gé­die de Méron.

Figure 1 : Nombre de décès men­suels en Israël

Si l’on cor­rige de l’évolution de la popu­la­tion et de la pyra­mide des âges, on constate que la situa­tion récente d’Israël, du point de vue de la mor­ta­li­té est com­plè­te­ment normale.

Figure 2 : Décès en Israël stan­dar­di­sés par âge, en popu­la­tion du 1er jan­vier 2021

Note de lec­ture : sur ce gra­phique sont repré­sen­tés les décès chaque mois, rame­nés à 30 jours et stan­dar­di­sés en popu­la­tion de jan­vier 2021. Par exemple, sur 30 jours Israël a comp­ta­bi­li­sé 5304 décès en jan­vier 2021. En rame­nant la popu­la­tion de jan­vier 2017 à celle de jan­vier 2021, il y aurait eu 5374 décès.

Le détail du cal­cul d’une stan­dar­di­sa­tion par âge est dis­po­nible dans cette vidéo.

Comme tous les autres pays de l’hémisphère nord, Israël constate plus de décès pen­dant l’hiver que pen­dant l’été. Pen­dant cette période froide, tous les pays de l’hémisphère nord voient la mor­ta­li­té aug­men­ter en même temps. Cette hausse de mor­ta­li­té ne concerne que les plus de 50 ans. Les jeunes ne sont pas concer­nés par des hausses de mor­ta­li­té l’hiver. La mor­ta­li­té des jeunes n’est pas constante. Elle est tel­le­ment faible que le moindre évè­ne­ment exté­rieur peut la faire varier. Sur ce gra­phique sont repré­sen­tés en bleu pâle, la mor­ta­li­té men­suelle pour 100 000, avec un lis­sage à trois mois en bleu fon­cé. Les poin­tillés repré­sentent les bornes d’un inter­valle de confiance à 99 %, repré­sen­tant une mor­ta­li­té consi­dé­rée « normale ».

À l’inverse, pour les plus anciens, la mor­ta­li­té est net­te­ment plus impor­tante, sta­bi­li­sant les sta­tis­tiques. La forte mor­ta­li­té hiver­nale est donc net­te­ment visible et bien supé­rieure à tout impact extérieur.

Dans toutes nos ana­lyses par âge, nous nous limi­te­rons aux plus de 19 ans. D’une part, les moins de 19 ans ont reçu peu d’injections, mais sur­tout la mor­ta­li­té des 0–19 ans est avant tout condi­tion­née par la mor­ta­li­té à zéro an. La mor­ta­li­té à zéro an est de loin la plus éle­vée dans tous les pays déve­lop­pés jusqu’à arri­ver aux âges avan­cés de la vie. Ain­si, c’est le nombre de nais­sances qui influe sur la mor­ta­li­té de cette tranche d’âge, bien plus que tout évè­ne­ment exté­rieur. Nous n’avons pas de sta­tis­tiques par âge dis­tin­guant les zéro an des autres âges avant 19 ans.

Figure 3 : Taux de mor­ta­li­té men­suel par tranche d’âge

Nous rap­pe­lons comme nous l’avons mon­tré dans l’article ana­ly­sant tous les pays euro­péens, qu’il n’y a pas de dépla­ce­ment visible de la mor­ta­li­té. La hausse des décès l’hiver ne vient en aucun cas de quelque chose qui se dépla­ce­rait ou se trans­met­trait à l’échelle de la pla­nète. Les hausses de mor­ta­li­té, sué­doise, por­tu­gaise ou israé­lienne sont synchronisées.

Cette hausse de mor­ta­li­té dans l’hémisphère nord peut être déca­lée de plu­sieurs semaines ou mois selon les années. Elle semble dépendre des condi­tions météo­ro­lo­giques, nous revien­drons sur cet aspect dans d’autres tra­vaux. Ce déca­lage tem­po­rel rend inex­ploi­table le décou­page des années au 1er jan­vier car il coupe en deux la période de forte mor­ta­li­té hiver­nale, lais­sant par­fois plus de décès l’année pré­cé­dente, comme en 2011–2012, ou l’année sui­vante comme en 2016–2017.

Il est alors plus per­ti­nent de com­pa­rer les années entre juillet et juin pour englo­ber la tota­li­té de la période hivernale.

Note de lec­ture : En consi­dé­rant que la popu­la­tion d’Israël entre juillet 2020 et juin 2021 est res­tée constante au niveau de jan­vier 2021, il y a alors 49 979 décès sur la période. En rame­nant la popu­la­tion d’Israël entre juillet 2017 et juin 2018, il y a 50 195 décès sur la période.

Ce gra­phique per­met de consta­ter que, mal­gré l’hécatombe mon­diale de Covid-19 annon­cée en mars-avril 2020, la mor­ta­li­té consta­tée en Israël entre juillet 2019 et juin 2020 cor­res­pond à un record abso­lu de sous-mor­ta­li­té. La mor­ta­li­té consta­tée entre juillet 2020 et juin 2021 n’est pas un record, mais reste basse pour la décen­nie, comme ce que nous avions consta­té pour la tota­li­té des pays d’Europe pour les­quels nous dis­po­sons de données.

Ain­si, à aucun moment n’est visible une aug­men­ta­tion signi­fi­ca­tive des décès en Israël. Il n’y a pas d’hécatombe, ni même la moindre aug­men­ta­tion inhabituelle.

Si nous repas­sons en don­nées brutes et que nous com­pa­rons les décès toutes causes aux décès attri­bués à la Covid-19, nous obser­vons qu’une frac­tion des décès a été attri­buée à la Covid-19, sans pour autant que l’augmentation des décès soit inhabituelle.

Aupa­ra­vant, ces hausses de mor­ta­li­té étaient attri­buées aux virus grip­paux, aujourd’hui, ils sont attri­bués aux coro­na­vi­rus. En repré­sen­tant cette fois-ci le nombre de décès hors Covid-19 et le nombre de décès Covid-19, on découvre que toute la sur­mor­ta­li­té hiver­nale habi­tuelle est doré­na­vant attri­buée à la Covid-19. Nous avions déjà mon­tré ce résul­tat pour tous les pays que nous avons pu étu­dier jusqu’à aujourd’hui.

En Israël, comme par­tout en Europe, on ne peut pas trou­ver de jus­ti­fi­ca­tion aux poli­tiques res­tric­tives mises en place sur la base d’une aug­men­ta­tion inha­bi­tuelle des décès uni­que­ment due à un nou­veau virus. Il n’y a pas d’hécatombe.

La mortalité en période vaccinale : une corrélation parfaite

Nous remar­quons en Israël, deux périodes dis­tinctes de hausse de mor­ta­li­té l’hiver dernier.

Une pre­mière hausse de décès en octobre, et une deuxième en jan­vier. Nous avions déjà remar­qué que la hausse des décès en octobre a eu lieu en même temps dans tous les pays pra­ti­quant en masse les injec­tions anti­grip­pales. En France, pour laquelle nous avons accès aux don­nées des déli­vrances de médi­ca­ments, nous avions pu voir une pro­por­tion­na­li­té qua­si par­faite entre le nombre d’injections et la hausse de mortalité.

En Israël, nous pou­vons voir que le minis­tère de la San­té pro­meut éga­le­ment ces injec­tions, en par­ti­cu­lier pour les plus de 65 ans.
On note que cette aug­men­ta­tion n’est visible que pour les âges aux­quels l’injection est recom­man­dée : à par­tir de la tranche des 70–79 ans et toutes celles au-dessus.

Figure 6 : Taux de mor­ta­li­té par tranche d’âge

Cette période d’octobre 2020 est d’ailleurs la seule pen­dant laquelle Israël a pré­sen­té une mor­ta­li­té totale stan­dar­di­sée dif­fé­rente de l’habitude. Tout le reste de la période est com­pa­rable à la décen­nie. Nous ne pou­vons mal­heu­reu­se­ment pas explo­rer plus loin ce sujet, n’ayant pas accès au nombre d’injections anti­grip­pales réa­li­sées sur la période. Nous ne pou­vons conclure qu’une cor­ré­la­tion tem­po­relle par­faite pour tous les pays réa­li­sant en masse ces injec­tions. Les pays plus rétifs à ces injec­tions (comme la Fin­lande) n’ont pas cette hausse de mor­ta­li­té d’octobre 2020.

Pas­sons main­te­nant aux injec­tions contre la Covid-19 [la deuxième période de hausse de mortalité].

Les gra­phiques ci-des­sous repré­sentent le nombre d’injections reçues pour chaque tranche d’âge ain­si que le nombre de décès consta­tés pour chaque mois.

Figure 8 : nombre d’injections et taux de mor­ta­li­té pour 100 000 par tranche d’âge



Toutes les tranches d’âge, sans excep­tion, ont pré­sen­té une hausse de mor­ta­li­té les mois d’injections. Nous obser­vons que les plus âgés ont reçu mas­si­ve­ment des injec­tions en jan­vier et pré­sentent un pic de mor­ta­li­té en jan­vier. Les plus jeunes ont reçu des injec­tions plus tard, à par­tir du mois de février et pré­sentent un pic de mor­ta­li­té en février. Ce lien est un fort indice de cau­sa­li­té sup­plé­men­taire entre les injec­tions et la hausse de la mortalité.

Pour les per­sonnes âgées de plus de 60 ans, les injec­tions de jan­vier ont lieu pen­dant la période de forte mor­ta­li­té hiver­nale. Il est ain­si dif­fi­cile de dis­tin­guer une mor­ta­li­té cau­sée par les injections.

Pour les ama­teurs de modé­li­sa­tion, si vous repré­sen­tez le taux de mor­ta­li­té en fonc­tion du taux d’injection, vous obte­nez une cor­ré­la­tion loga­rith­mique qua­si­ment par­faite, avec un R² de 0,95. Cette cor­ré­la­tion qua­si par­faite est réa­li­sée en regar­dant le nombre de décès chaque mois, cinq jours après les injections.

Figure 9 : taux de mor­ta­li­té pour 100 000 en fonc­tion du nombre d’injections

Il en a fal­lu bien moins à cer­tains cher­cheurs peu scru­pu­leux pour publier un article encore en ligne sur le pres­ti­gieux jour­nal Nature, qui vante les mérites du confi­ne­ment en oubliant sciem­ment que la mor­ta­li­té hiver­nale dimi­nue au prin­temps avec ou sans confi­ne­ment. Nous en avons réa­li­sé une ana­lyse dans cette vidéo. Ici c’est comme si nous nous ser­vions de ces gra­phiques pour prou­ver qu’en hiver 2020–2021, il n’y avait eu qu’une mor­ta­li­té post-vac­ci­nale pour les plus de 60 ans.

En revanche, et à l’inverse, la sur­mor­ta­li­té obser­vée pour les 20–49 ans ne peut pas être du fait de la mor­ta­li­té hiver­nale, car ces der­niers n’y sont pas sou­mis. Les 20–49 ans sont la popu­la­tion per­met­tant de mieux mesu­rer une poten­tielle mor­ta­li­té post-vac­ci­nale. Cela ne signi­fie pas qu’elle n’existe pas pour les autres tranches d’âge, mais pour les plus âgées elle se confond avec la sur­mor­ta­li­té hivernale.

Pour les 20–49 ans, nous allons consi­dé­rer uni­que­ment la mor­ta­li­té en dehors de l’intervalle de confiance à 99 %, soit la par­tie au-des­sus ou en des­sous des poin­tillés rouges.

Figure 3 : Taux de mor­ta­li­té men­suel par tranche d’âge

Cette mor­ta­li­té sera consi­dé­rée comme rare ou anor­male. Pour les 20–29 ans la mor­ta­li­té est tota­le­ment excep­tion­nelle. Seule la guerre de 2014 pré­sente une mor­ta­li­té aus­si éle­vée. Il ne semble pas cepen­dant qu’une guerre ait écla­té en février 2021 en Israël.

Au total, cette sur­mor­ta­li­té entre février et avril 2021 cor­res­pond au décès de 31 jeunes de 20 à 29 ans (3,8 pour 100 000 dou­ble­ment injec­tés), 18 de 30 à 39 ans (2,3 pour 100 000 dou­ble­ment injec­tés) et 13 de 40 à 49 ans (1,4 pour 100 000 dou­ble­ment injec­tés). Soit 60 décès de per­sonnes d’une popu­la­tion qui n’a jamais connu de sur­mor­ta­li­té liée à la Coivd-19.

Cette sur­mor­ta­li­té arrive éga­le­ment à une période où ont été rele­vés par un uni­ver­si­taire, un nombre d’appels aux urgences lar­ge­ment supé­rieur aux années pré­cé­dentes pour des arrêts car­diaques et des syn­dromes coro­na­riens aigus. Si nous consi­dé­rons que les décès ne sont que la par­tie visible de pro­blèmes de san­té, nous avons un indice de la cause pos­sible de cette sur­mor­ta­li­té arri­vant en pleine période d’injection de masse de ces mêmes jeunes. Nous consta­tons qu’enfin l’ANSM admet que les péri­car­dites sont bien rap­por­tées post-injec­tion. L’agence annonce qu’ils sont très rares. Il serait inté­res­sant que l’on nous explique com­ment le hasard fonc­tionne pour mon­trer une si forte élé­va­tion des pro­blèmes car­diaques juste après les périodes vaccinales.

Nous rap­pe­lons ici que cette pos­sible sur­mor­ta­li­té liée aux injec­tions est du même ordre que celle éva­luée par Walach et al, uti­li­sant la phar­ma­co­vi­gi­lance des Pays-Bas. Nous en avons réa­li­sé une vidéo expli­ca­tive en expli­quant au pas­sage les biais de l’étude israé­lienne van­tant les mérites de l’injections Pfi­zer. Ain­si, quelle que soit la méthode uti­li­sée, phar­ma­co­vi­gi­lance ou étude de la mor­ta­li­té toutes causes en période d’injections, les résul­tats concordent autour de quelques décès pour 100 000 injec­tions. Ce nombre pour­rait être entre un et trois pour les plus jeunes et cer­tai­ne­ment au-des­sus pour les plus âgés, ces der­niers ayant tou­jours une mor­ta­li­té plus éle­vée quelle que soit la cause.

Il faut enfin rap­pe­ler que les décès sont la plu­part du temps le der­nier stade de la dégra­da­tion de l’état de san­té. Il est rare de consta­ter qu’un évè­ne­ment soit com­plè­te­ment binaire entre « bonne san­té » et « décès ». Consta­ter une hausse des décès n’est cer­tai­ne­ment que la seule par­tie visible d’une hausse beau­coup plus impor­tante de situa­tions inter­mé­diaires. Les AVC, myo­car­dites, embo­lies pul­mo­naires ou throm­boses non mor­telles sont invi­sibles dans cette étude. Elles sont rap­por­tées en phar­ma­co­vi­gi­lance et la hausse de mor­ta­li­té consta­tée ajoute un haut degré de cer­ti­tude à la cau­sa­li­té pour les évè­ne­ments non mor­tels également.

Efficacité des injections : l’absence de données probantes

Les médias et poli­tiques com­mentent en per­ma­nence le nombre de tests posi­tifs, appe­lant ces der­niers des « cas de Covid-19 ». Nous avons détaillé dans une vidéo le fos­sé sépa­rant un résul­tat de test RT-PCR posi­tif et une per­sonne malade de la Covid-19. De plus, ce nombre de « cas » est évi­dem­ment dépen­dant du nombre de tests effectués.

Ain­si, mal­gré l’absence totale de sur­mor­ta­li­té cet été, Israël est pas­sé à plus de 100 000 tests effec­tués par jour avec une mon­tée en charge pro­gres­sive. Cette mon­tée en charge a natu­rel­le­ment aug­men­té le nombre de tests posi­tifs cet été, sans que cela ne signi­fie la moindre aug­men­ta­tion de malades.

Le chan­ge­ment com­plet de la mesure avec la stra­té­gie de cri­blage a éga­le­ment eu pour impact de faire remon­ter le taux de posi­ti­vi­té qui était à moins de 2% au mois de juillet et à plus de 5% en août. Les jour­na­listes et poli­tiques en ont conclu à une explo­sion du nombre de malades, alors qu’il ne s’agit que d’un chan­ge­ment de stra­té­gie de comptage.

Le der­nier biais au sujet des tests concerne le public tes­té. Depuis le début des cam­pagnes d’injections, l’efficacité de ces pro­duits est pré­sup­po­sée. Il serait impor­tant de rap­pe­ler aux diri­geants et aux méde­cins, qu’accepter des résul­tats de l’efficacité de n’importe quel pro­duit, venant de la part de la per­sonne qui sou­haite vous vendre le pro­duit, cela s’appelle au mieux de la naï­ve­té. De même qu’accélérer la dis­tri­bu­tion de ce pro­duit en empê­chant d’avoir le temps de revé­ri­fier par d’autres études indé­pen­dantes si cela fonc­tionne et que ce n’est pas dangereux.

Le fait de pré­sup­po­ser que ces injec­tions fonc­tionnent, a lan­cé un cer­tain nombre de règles et de cer­ti­tudes chez les gens qui font que les per­sonnes qui n’ont pas reçu les injec­tions sont tes­tées beau­coup plus sou­vent que les autres.

Vous avez cer­tai­ne­ment, comme moi, des col­lègues, des amis qui ont eu des symp­tômes de mala­dies post-injec­tion, comme une fatigue intense, des maux de tête ou de la fièvre. Ces symp­tômes juste après l’injection sont consi­dé­rés très fré­quents par l’ANSM. Cepen­dant, les per­sonnes tout juste injec­tées et pré­sen­tant ces symp­tômes n’ont évi­dem­ment pas ou peu fait de tests, puisque leurs maux étaient attri­bués aux suites de l’injection. Au contraire, sur la même période, les per­sonnes avec les mêmes symp­tômes, mais qui n’avaient pas fait d’injections, ont beau­coup plus sou­vent fait des tests.

Pen­dant les périodes d’injections, par­mi les per­sonnes qui font des tests, nous avons donc beau­coup plus de per­sonnes sans injec­tions que de per­sonnes déjà injec­tées. Par construc­tion, le nombre de posi­tifs va néces­sai­re­ment être plus impor­tant chez les non-injec­tés puisqu’ils sont bien plus nom­breux à faire des tests.

Pour Israël, cette période cor­res­pond à jan­vier-février 2021. Par exemple, pen­dant la semaine du 21 au 27 février 2021, 25% des 40–49 ans n’avaient pas reçu d’injection et 24% avaient reçu leur deuxième injec­tion plus de 20 jours avant et étaient donc consi­dé­rés plei­ne­ment pro­té­gés. Du côté des tests, 62 % des tests posi­tifs venaient des per­sonnes n’ayant pas reçu d’injection et 2% seule­ment de la part de celles étant consi­dé­rées pro­té­gées. Ces chiffres ont fait cou­ler beau­coup d’encre comme étant une preuve de l’efficacité des injec­tions. Cepen­dant, rien ne prouve qu’il ne s’agit pas juste d’un biais de sélec­tion des per­sonnes tes­tées comme expli­qué au-des­sus. À savoir que qua­si­ment aucune per­sonne ayant reçu deux injec­tions ne se fait tes­ter et donc ne risque pas d’être consi­dé­rée positive.

Cette situa­tion a per­du­ré avec la mise en place du Green Pass, le passe sani­taire israé­lien. Dès le 21 février 2021, des direc­tives limi­tant la cir­cu­la­tion des Israé­liens n’ayant pas encore été injec­tés ont été mises en place. Le Pass vert a duré jusqu’au mois de juin 2021. Durant toute cette période, on constate bien que les cas posi­tifs concernent beau­coup moins sou­vent ceux qui ont reçu deux injec­tions puisqu’ils ne sont pas obli­gés de faire de tests pour accé­der aux lieux publics. Par exemple, pen­dant la semaine du 23 au 29 mai 2021, 15% des 40–49 ans n’avaient pas reçu d’injection et 80% avaient reçu leur deuxième injec­tion plus de 20 jours avant, et étaient donc consi­dé­rés plei­ne­ment pro­té­gés. Du côté des tests, 39% des tests posi­tifs venaient des per­sonnes n’ayant pas reçu d’injection et 61% seule­ment de la part de celles étant consi­dé­rées pro­té­gées. Le fait d’avoir autant de cas posi­tifs chez celles nor­ma­le­ment consi­dé­rées comme tota­le­ment immu­ni­sées a com­men­cé à faire par­ler. On a alors com­men­cé à dire que les injec­tions per­daient en effi­ca­ci­té devant les variants, mais que de voir moins de cas chez les dou­ble­ments injec­tées que leur part dans la popu­la­tion était la preuve que ces injec­tions fonc­tionnent. Cepen­dant, nous avons vu à tra­vers le Green Pass, que celles n’ayant pas reçu d’injection sont beau­coup plus tes­tées que les autres.

Le Green Pass a ces­sé entre mi-juin et début août en Israël. Pen­dant cette période, celles n’ayant pas reçu d’injection n’avaient pas de rai­son spé­ci­fique de se faire tes­ter. C’est la seule période pen­dant laquelle en Israël, il n’y a pas ou très peu de biais de sélec­tion des per­sonnes tes­tées. Nous pou­vons consta­ter que pen­dant toute cette période, la part des per­sonnes n’ayant pas reçu d’injection ou la part des per­sonnes étant consi­dé­rées pro­té­gées avec deux injec­tions est la même dans les cas posi­tifs et la popu­la­tion géné­rale. Pour cette rai­son, les auto­ri­tés ont conclu à une baisse de l’efficacité en quelques mois et ont donc conseillé une troi­sième dose, alors qu’il s’agit juste de la fin du biais de comp­tage. Quand il n’y a plus de biais, aucune effi­ca­ci­té des injec­tions n’est mesu­rable.

On constate éga­le­ment ensuite, que dès le retour du Green Pass au mois d’août, la part des non-injec­tées a immé­dia­te­ment réaug­men­té. Cela n’est que le signe que le Green Pass oblige les non-injec­tées à se faire tes­ter et non celles ayant reçu deux injec­tions. Le gou­ver­ne­ment israé­lien, ayant déjà com­man­dé les troi­sièmes doses et contraint sa popu­la­tion à se faire injec­ter, n’a mys­té­rieu­se­ment pas réagi à ces chiffres, en ima­gi­nant un rebond d’efficacité vac­ci­nale. Cette situa­tion du mois d’août, iden­tique au mois de mai, prouve qu’il n’y a jamais eu de baisse de l’efficacité des injec­tions, elles béné­fi­ciaient juste d’un biais statistique.

Conclusion

En résu­mé, nous avons vu qu’Israël est un pays qui n’a jamais connu de hausse de mor­ta­li­té signi­fi­ca­tive depuis le début de la panique mon­diale autour de la Covid-19. Les Israé­liens les plus âgés ont connu des hausses de mor­ta­li­té l’hiver comme les autres années.

Nous avons vu que quelques hausses de mor­ta­li­té inha­bi­tuelles ont été consta­tées chez les jeunes en période vac­ci­nale. Ces hausses repré­sentent envi­ron 60 décès sur Israël. Ce n’est pas une héca­tombe, mais suf­fi­sam­ment impor­tant pour être visible sur ces popu­la­tions qui décèdent très peu. Ces décès sont sur­ve­nus au moment où étaient enre­gis­trés des records d’urgences car­diaques pour ces mêmes âges.

Enfin, nous avons vu que si l’on enlève les biais de comp­tage dus aux res­tric­tions comme le Green Pass, les doubles injec­tions ne pré­sentent aucun impact sur les cas posi­tifs. Il n’y a donc aucun béné­fice mesu­rable pour per­sonne. Seul le fait de tes­ter en énorme majo­ri­té des non-injec­tés per­met de main­te­nir un écart statistique.

Nous avons donc de nom­breux décès remon­tés en phar­ma­co­vi­gi­lance, des décès visibles même chez les popu­la­tions jeunes et aucun impact posi­tif mesu­rable. Pen­sez-vous réel­le­ment qu’il soit rai­son­nable de conti­nuer à mul­ti­plier ces injec­tions ? Pen­sez-vous réel­le­ment que nous allons vous lais­ser tou­cher à nos enfants ?

Pierre Chaillot (Déco­der l’é­co)

____________________
Sources
Don­nées de popu­la­tion israé­lienne : https://www.cbs.gov.il/he/publications/LochutTlushim/2020/%D7%90%D7%95%D…
Don­nées de décès par âge :
https://www.cbs.gov.il/he/publications/LochutTlushim/2020/p‑1.xlsx
Don­nées de vac­ci­na­tion par âge :
https://data.gov.il/dataset/covid-19/resource/57410611–936c-49a6-ac3c-83…
Don­nées de cas par âge :
https://​data​.gov​.il/​d​a​t​a​s​e​t​/​c​o​v​i​d​-​1​9​/​r​e​s​o​u​r​c​e​/​9​b​6​2​3​a​6​4​-​f​7​d​f​-​4​d​0​c​-​9​f​5​7​-09…
Don­nées du nombre de tests :
our​worl​din​da​ta​.com


 

Remarque sur la source de ce texte : le seul jour­nal en France capable de publier cette impor­tante ana­lyse de Pierre Chaillot est France Soir, le jour­nal le plus détes­té par les faux jour­na­listes (tous ven­dus à 9 mil­liar­daires et aux indus­tries phar­ma­ceu­tiques). On voit là que France Soir est, en fait, com­po­sé de vrais jour­na­listes, dignes de ce nom, que c’est (à l’é­vi­dence) un des seuls rem­parts contre la bas­cule tota­li­taire scien­tiste en cours. Je consi­dère la vio­lence dont il fait l’ob­jet (de la part des domi­nants, qui veulent mani­fes­te­ment asser­vir la popu­la­tion) comme une sorte de « légion d’hon­neur » (comme une médaille de bonne résis­tance aux abus de pouvoir).

Étienne.

PS : je glisse ci-des­sous, en com­plé­ment, la vidéo de la pré­sen­ta­tion de Pierre au CSI, Conseil Scien­ti­fique Indé­pen­dant (ren­dez-vous pas­sion­nant et impor­tant, tous les jeu­di soir, pour bien s’in­for­mer sur « la crise sanitaire ») :


https://​crowd​bun​ker​.com/​v​/​c​E​a​g​e​Bup

Bonus : démons­tra­tion de l’er­reur (et de l’es­ca­lade d’en­ga­ge­ment) par le pre­mier ministre israé­lien lui-même… :


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Tweet cor­res­pon­dant à ce billet :

Fil Télé­gramme cor­res­pon­dant à ce billet :
https://t.me/chouard/142

Catégorie(s) de l'article :

8 Commentaires

  1. François Roby

    Article remar­quable, mais s’il faut faire une cri­tique, je dirais que la cor­ré­la­tion loga­rith­mique entre nombre d’in­jec­tions et taux de mor­ta­li­té me semble assez « artificielle ».

    En effet la cor­ré­la­tion ne peut clai­re­ment pas être une pro­por­tion­na­li­té, puis­qu’il existe une mor­ta­li­té « de base » même en l’ab­sence d’in­jec­tions. Par ailleurs il existe très peu de points pour des nombres d’in­jec­tions éle­vés, ce qui fait que la forme loga­rith­mique peut être ten­tante à la fois visuel­le­ment et même par la valeur de R qu’elle per­met d’ob­te­nir, mais des courbes obte­nues avec des points aus­si inéga­le­ment répar­tis reposent sur des bases fragiles. 

    Sur le plan médi­cal on ne voit pas pour­quoi aug­men­ter indé­fi­ni­ment le nombre d’in­jec­tions ferait qua­si­ment pla­fon­ner le taux de mor­ta­li­té à une valeur limite, on s’at­ten­drait plu­tôt à avoir une frac­tion des injec­tions qui soient létales et donc un taux de mor­ta­li­té qui croît linéai­re­ment en fonc­tion du nombre d’in­jec­tions à par­tir de la ligne de base.

    Quelle expli­ca­tion satis­fai­sante pour­rait per­mettre d’ad­mettre une linéa­ri­té entre la mor­ta­li­té et le loga­rithme du nombre d’in­jec­tions ? Le fait que les plus faibles médi­ca­le­ment par­lant soient les pre­miers à récla­mer leur dose ?

    Réponse
  2. Étienne CHOUARD

    Peut-être qu’on regret­te­ra bien­tôt l’a­par­theid d’o­ri­gine, tel­le­ment ce qu’ils sont en train de mettre en place est grave.

    « Le Nige­ria a annon­cé que ses citoyens ne pour­ront plus visi­ter les églises ou les mos­quées et n’au­ront plus accès aux ser­vices ban­caires à par­tir de la 2e semaine de sep­tembre sans preuve de vaccination.
    C’est choquant. »

    Réponse
  3. Étienne CHOUARD

    Réponse
  4. Berberis

    Il faut bien rete­nir que si toutes ces mesures sont illé­gales, ne leur reste plus que
    l’in­ti­mi­da­tion par le bluf et la pro­pa­gande – le « on dit », etc
    Le mieux reste l’in­dif­fé­rence, la meilleure façon de résis­ter et de boy­cot­ter toute cette escroquerie

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...