[Appel aux médecins du pays] Projet de recours gracieux à signer, pour contester le blocage de l’ivermectine par l’ANSM

22/04/2021 | 45 commentaires

Chers amis,

Je vais encore vous par­ler de covid, mais pas du tout pour par­ler de san­té : je vous parle d’a­bus de pou­voirs carac­té­ri­sés contre les liber­tés. C’est pour ça que j’en parle sur ce site, ce n’est pas du tout hors sujet par rap­port à mon tra­vail depuis 2005, au contraire : je par­ti­cipe à une bagarre bien réelle et très concrète pour pro­té­ger les liber­tés des repré­sen­tés contre l’ar­bi­traire cri­mi­nel de leurs représentants.

Comme vous le savez main­te­nant, tout le méca­nisme liber­ti­cide de l’a­par­theid vac­ci­nal (qui s’ap­proche à toute vitesse) repose sur la pré­ten­due absence totale de médi­ca­ments alter­na­tifs aux « vaccins ».

Or il existe une foule de médi­ca­ments alter­na­tifs, dont cer­tains sont par­ti­cu­liè­re­ment effi­caces et sans dan­ger, et notam­ment l’ivermectine.

Et pré­ci­sé­ment, l’ANSM (on com­mence à pres­sen­tir un enne­mi ter­rible dans cette ins­ti­tu­tion tota­le­ment hors contrôle démo­cra­tique) s’op­pose vigou­reu­se­ment à l’ivermectine.

Le Dr Mau­drux dresse ici un réqui­si­toire contre cet abus de pou­voir pseu­do scientifique.

Et l’en­jeu de cette lutte n’est pas qu’un enjeu de san­té (soi­gner au lieu d’in­jec­ter des sub­stances dan­ge­reuses), c’est sur­tout un enjeu de liber­té (refu­ser de se lais­ser per­sé­cu­ter au nom de la science).

Bonne lec­ture, et faites passer.

Étienne.


Projet de recours gracieux à signer

 

Source : https://​blog​-gerard​.mau​drux​.fr/​p​r​o​j​e​t​-​d​e​-​r​e​c​o​u​r​s​-​g​r​a​c​i​e​u​x​-​a​-​s​i​g​n​er/

Chères Consoeurs, chers Confrères,

Vous trou­ve­rez ci-des­sous le pro­jet de recours concer­nant le refus de l’ANSM de vali­der l’ivermectine (et plus lar­ge­ment les autres trai­te­ments pré­coces et la liber­té de pres­crip­tion). Je sou­hai­te­rais qu’un maxi­mum de méde­cins puissent sou­te­nir cette action.

Signez et faites signer vos consoeurs et confrères. Ouvert à tous les méde­cins qui défendent cette posi­tion, que vous soyez pres­crip­teur ou non, spé­cia­liste ou géné­ra­liste, sala­rié ou libé­ral, en acti­vi­té ou non.

Mer­ci de ne pas dif­fu­ser sur la place publique pen­dant le recueil des signa­tures, et tant que le des­ti­na­taire ne l’a pas reçu. La liste des signa­taires ne com­por­te­ra que le nom, code pos­tal et ville.

Gérard Mau­drux.


Mon­sieur le Ministre

L’Agence Natio­nale de Sécu­ri­té du Médi­ca­ment a reje­té notre demande de Recom­man­da­tion Tem­po­raire d’Utilisation de l’ivermectine, en date du 31 mars 2021. Ce refus repré­sente pour nous une menace grave pour la san­té publique, et en appli­ca­tion de l’article L.5322–2 du Code de la San­té Publique nous fai­sons appel à vous, en tant que Ministre de tutelle de cet éta­blis­se­ment, mais éga­le­ment en tant que méde­cin, dans le cadre d’un recours gra­cieux contre cette déci­sion, avant de nous tour­ner vers le Conseil d’Etat.

En effet l’ANSM, dans un dos­sier orien­té uni­que­ment à charge et à l’encontre des faits, estime qu’«il ne peut être pré­su­mé d’un rap­port bénéfice/risque favo­rable de l’ivermectine en trai­te­ment cura­tif ou en pré­ven­tion. » (1)

En ce qui concerne la pro­phy­laxie :

Alors qu’il existe une dou­zaine de publi­ca­tions pas­sées sous silence comme celle d’Hec­tor Car­val­lo (2) en Argen­tine, avec 100% d’efficacité sur 1 200 soi­gnants au contact de la covid dans 4 hôpi­taux, ou l’expérience de GTFoods au Bré­sil, entre­prise à risques (trai­te­ment des viandes) et en per­ma­nence tou­chée, qui a tota­le­ment éra­di­qué l’épidémie après trai­te­ment de ses 12 000 employés (3), l’ANSM n’en cite qu’une seule, l’étude mono­cen­trique indienne de Bere­ha, por­tant sur 41 cas (4), pour dire qu’il n’y a pas d’effet en préventif.

Les conclu­sions de l’étude citée sont pour­tant claires : « La pro­phy­laxie à deux doses par l’ivermectine, a été asso­ciée à une réduc­tion de 73% de l’infection par le SARS-CoV‑2 chez les tra­vailleurs de la san­té. La chi­mio pro­phy­laxie est per­ti­nente pour endi­guer la pan­dé­mie ». L’ANSM ne retient que la réserve d’usage expri­mée qua­si sys­té­ma­ti­que­ment dans toutes les études : « ils ont sou­li­gné la néces­si­té d’obtenir confir­ma­tion par des études lon­gi­tu­di­nales ou interventionnelles ».

Aucune étude au monde n’est néga­tive en ce qui concerne la pro­phy­laxie par l’ivermectine, et l’ANSM pré­tend le contraire sans avan­cer une seule étude le démontrant.

En ce qui concerne le curatif :

L’OMS a deman­dé un rap­port sur le sujet au Doc­teur Andrew Hill qui écrit dans sa conclu­sion : « Cette méta-ana­lyse de 18 ECR por­tant sur 2 282 patients a mon­tré une amé­lio­ra­tion de 75% de la sur­vie, un délai de récu­pé­ra­tion cli­nique plus rapide et des signes d’un effet dose-dépen­dant de la clai­rance virale chez les patients rece­vant l’ivermectine par rap­port au trai­te­ment témoin. »

Pour­tant, au lieu de se poser des ques­tions en ana­ly­sant des études comme en celle de la Répu­blique Domi­ni­caine (5), avec plus de 3 000 patients, 1 seul décès sur 2 706 patients trai­tés pré­co­ce­ment à domi­cile, 3 décès sur 300 patients trai­tés plus tar­di­ve­ment et hos­pi­ta­li­sés, l’ANSM, pour sug­gé­rer l’inefficacité de l’ivermectine, n’avance que 6 études, les plus dis­cu­tables métho­do­lo­gi­que­ment sur plus de cin­quante pos­sibles, dont les 3 plus petites.  Choix per­met­tant de dire que le nombre de patients est trop petit et qu’il faut plus d’études ! 87 patients (+ 87 pla­ce­bos) trai­tés au total dans ces 3 études, contre 17 562 patients sur 52 études recen­sées. Le choix de l’ANSM pour orien­ter sa démons­tra­tion n’est pas anodin !

Le choix de la pre­mière étude, Raj­ter (6) aux Etats-Unis, n’est pas sérieux quand on pré­tend étu­dier l’efficacité de l’ivermectine et que l’on vante les études ran­do­mi­sées. 173 patients trai­tés par iver­mec­tine, ver­sus 107 avec un « trai­te­ment stan­dard ». La déci­sion de pres­crire était à la dis­cré­tion des méde­cins, qui ont don­né de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine dans les 2 groupes ! Mal­gré tout, les auteurs signalent quand même un béné­fice signi­fi­ca­tif dans le groupe iver­mec­tine, et l’ANSM ne le retient pas au pro­fit de la for­mule d’usage « les auteurs pré­co­nisent la mise en place d’études ran­do­mi­sées avant d’émettre une conclusion ».

Pour les trois petites étudesl’ANSM cite Pod­der au Ben­gla­desh (7), avec 2 x 30 patientsCha­char au Pakis­tan (8), 2 x 25 patients, et Chac­cour en Espagne (9), 2 x 12 patients ! Ridi­cule ! Ceci pour per­mettre à l’Agence de dire que c’est insuf­fi­sant et qu’il faut plus d’études, évi­tant au pas­sage de dire que cela marche : réduc­tion de 20% de la durée des troubles pour la pre­mière et réduc­tion de la durée de l’anosmie divi­sée par 2 et de la toux réduite de 30% pour la troi­sième. Pour la seconde, il s’agit une popu­la­tion très jeune et peu symp­to­ma­tique, com­ment le trai­te­ment pour­rait-il faire mieux quand la mala­die gué­rit toute seule ?

Ensuite c’est Ahmed au Ben­gla­desh (10), avec 72 patients hos­pi­ta­li­sés, 3 groupes, ran­do­mi­sés : iver­mec­tine, iver­mec­tine + doxy­cy­cline, pla­ce­bo. « Une cure de 5 jours d’ivermectine a entraî­né une clai­rance plus pré­coce du virus par rap­port au pla­ce­bo (p = 0,005), indi­quant ain­si qu’une inter­ven­tion pré­coce avec cet agent peut limi­ter la répli­ca­tion virale chez l’hôte. Dans le groupe iver­mec­tine de 5 jours, il y a eu une baisse signi­fi­ca­tive de la CRP et de la LDH au jour 7, qui sont des indi­ca­teurs de la gra­vi­té de la mala­die. Il est à noter que la charge virale a chu­té de manière signi­fi­ca­tive par rap­port au groupe pla­ce­bo aux jours 7 et 14. » L’ANSM ne retien­dra pas le résul­tat, mais la « néces­si­té d’une étude plus large », for­mule d’usage uti­li­sée par tous les auteurs.

Enfin cerise sur le gâteau, l’étude de Lopez Medi­na en Colom­bie (11). On est éton­né de trou­ver mise en avant par l’ANSM cette étude peu sérieuse du niveau de Meh­ra dans The Lan­cet. Une popu­la­tion jeune, peu symp­to­ma­tique, « consul­tée par son­dage télé­pho­nique ». Des patients du groupe témoin ont pu prendre de l’ivermectine depuis plus de 5 jours (molé­cule pré­sente 3 semaines dans les tis­sus !), de l’Ivermectine a été don­née par erreur à la place du pla­ce­bo (38 fois), il y a eu chan­ge­ment de pro­to­cole en cours d’étude n’arrivant pas à leurs fins, etc. Et on publie, et cer­tains reprennent ! Il y a quand même 1 mort dans le groupe pla­ce­bo, pas dans le groupe iver­mec­tine. Des « cher­cheurs » de l’Inserm qui conseillent l’ANSM encensent cette étude, comme Mme Domi­nique Cos­ta­glio­la ou le Pr Fré­dé­ric Adnet, ce der­nier par­lant d’une « métho­do­lo­gie de haut niveau”. On croit rêver devant de telles com­pé­tences en matière d’analyse de publications !

En ce qui concerne le risque :

L’ivermectine est un des médi­ca­ments les plus sûrs de la phar­ma­co­pée mon­diale. Recon­nu par l’OMS, en 2015, comme » sans dan­ger, pou­vant être uti­li­sé à grande échelle ». Vigi­base (12), recueillant les don­nées de phar­ma­co­vi­gi­lance de plus de 130 pays adhé­rents à l’OMS, relève en 30 ans 16 décès et 4 700 effets indé­si­rables pour l’Ivermectine (et pour 4 mil­liards de prescriptions).

L’ANSM évoque une incon­nue concer­nant la poso­lo­gie, qui n’a pas de rai­son d’être : c’est la même que dans les autres patho­lo­gies concer­nées par une AMM, et lorsque la pres­crip­tion est renou­ve­lée, aucune étude ne signale un quel­conque pro­blème. Des essais avaient par ailleurs été faits à 10 fois la dose en 2002 par Merck déten­teur du bre­vet à l’époque, sans aucun incon­vé­nient (10). Le labo­ra­toire fran­çais Medin­cell, vient de publier une étude sur la prise pro­lon­gée du pro­duit, sans aucun pro­blème (13).

Agences, méta-ana­lyses et scien­ti­fiques indépendants :

L’ANSM balaie d’un revers la demi-dou­zaine de méta-ana­lyses que nous avions trans­mise, refu­sant de les lire et d’en tenir compte, au pré­texte qu’elles n’ont pas fait l’objet d’une vali­da­tion par un comi­té de lec­ture, et que cer­taines études com­portent des insuf­fi­sances métho­do­lo­giques. Quelles sont les com­pé­tences des membres de l’Agence s’ils n’ont pas la capa­ci­té de lire et ana­ly­ser ces études quand elles ne sont pas “relues” ? Et quand on voit les insuf­fi­sances métho­do­lo­giques des études avan­cées par l’ANSM, selon cette vieille expres­sion fran­çaise, n’est-ce pas l’hôpital qui se moque de la charité !

Pour­quoi ces méta ana­lyses sont-elles ain­si écar­tées ? Parce qu’elles arrivent toutes aux mêmes conclu­sions qui ne sont pas celles vou­lues par l’ANSM. Ce qu’elles disent est simple : l’utilisation de l’ivermectine divise par 4 à 5 la mor­ta­li­té de la Covid, et dans 80% des cas les troubles dis­pa­raissent deux fois plus vite. Vous trou­ve­rez ci-joint la plu­part de ces méta-ana­lyses. Si on peut dis­cu­ter du niveau d’efficacité selon com­ment on inter­prète ces dif­fé­rentes études, la pré­somp­tion d’efficacité, elle, est indis­cu­table, et il est trop facile de faire sem­blant d’ignorer ces résul­tats en se cachant der­rière une méthodologie.

L’ANSM cite ensuite la posi­tion de l’Agence Euro­péenne du Médi­ca­ment, posi­tion pure­ment poli­tique, puisqu’elle n’a pas sta­tué : l’EMA recon­naît en effet dans un com­mu­ni­qué ne pas avoir été sai­sie du dos­sier et ne cite qu’une étude, in vitro, alors qu’ici il est ques­tion des études et de l’utilisation chez l’homme.

Nous avions éga­le­ment pro­po­sé à l’ANSM de contac­ter les spé­cia­listes qui en France connais­saient le mieux l’ivermectine pour avoir tra­vaillé le sujet. Le labo­ra­toire Medin­cell qui pré­pare un dos­sier avec des études pour une AMM concer­nant une forme à action pro­lon­gée, avec une grosse publi­ca­tion sur la sécu­ri­té du médi­ca­ment faite par Jacques Des­cotes, pro­fes­seur émé­rite à l’Université Claude Ber­nard à Lyon, Jean-Pierre Chan­geux de l’Académie des Sciences, pro­fes­seur hono­raire au Col­lège de France et à l’Institut Pas­teur, et Pierre-Jean Guillaus­seau de l’Université de Paris Sor­bonne, auteur d’un gros tra­vail d’analyse des études étran­gères. Aucun n’a été consul­té, pas plus qu’il n’est fait état des consta­ta­tions très posi­tives faites dans deux Ehpads en France (Seine et Marne et Hauts de Seine) en début d’épidémie et por­tées à la connais­sance des auto­ri­tés. Aucun méde­cin pres­crip­teur n’a été contac­té pour évo­quer son expé­rience, alors que ce sont ces remon­tées de ter­rain qui ont per­mis au Baclo­fène d’avoir une RTU dans l’addiction alcoo­lique, sans aucune étude cli­nique, mon­trant qu’il existe d’autres moyens que les études étran­gères pour éva­luer l’efficacité d’un médicament.

De la procédure :

La révi­sion de cette déci­sion est d’autant plus néces­saire que la Loi ne semble pas avoir été res­pec­tée. La volon­té d’indépendance et de trans­pa­rence de ces déci­sions, ayant conduit à la créa­tion de l’Agence du Médi­ca­ment suite à l’affaire du sang conta­mi­né, deve­nue ANSM suite à l’affaire du Média­tor, a été igno­rée. Pour accé­der à cette trans­pa­rence, le Doc­teur Mara­nin­chi, pre­mier direc­teur de l’ANSM avait déci­dé que les com­mis­sions déci­sion­nelles seraient enre­gis­trées et dis­po­nibles au public, ce qui avait été trans­po­sé dans les textes : Article L1451‑1–1 du code de la San­té publique créé par la Loi n°2011–2012 du 29 décembre 2011 – art 1 (14). Nous avons donc deman­dé à l’ANSM de nous four­nir ces docu­ments afin de savoir ce qui a été défen­du, par qui, dans quelles condi­tions, on nous a répon­du que de tels docu­ments n’existaient pas !

Le non-res­pect de cette pro­cé­dure de trans­pa­rence est sus­cep­tible d’être sanc­tion­née par le Conseil d’Etat.

Conclu­sions :

Pour accor­der une RTU, la loi n’évoque que deux condi­tions : une pré­somp­tion d’efficacité et un mini­mum d’effets indé­si­rables afin d’établir un rap­port bénéfice/risque favo­rable. Ces deux condi­tions sont tota­le­ment rem­plies pour l’ivermectine, et quand on voit dans quelles condi­tions ces cri­tères ont été igno­rés pour vali­der d’autres thé­ra­peu­tiques ces der­niers mois, on peut s’étonner des motifs condui­sant à ce « deux poids deux mesures ».

Mon­sieur le Ministre, nous n’avons qu’une seule ques­tion à poser au méde­cin que vous êtes, et capable de juger de ces études par vous-même. Vous devez une réponse claire aux Fran­çais : sur le plan médi­cal, au vu de toutes ces études, en votre âme et conscience, pen­sez-vous hon­nê­te­ment et sin­cè­re­ment qu’il n’y a aucune pré­somp­tion d’efficacité comme le pré­tend l’ANSM ? Le Ministre en tire­ra ensuite les conclu­sions qui s’imposent pour la conduite à tenir concer­nant ce recours. Nous insis­tons sur le fait que tout retard appor­té à une exten­sion des indi­ca­tions se chif­fre­rait par un nombre consé­quent de décès lié au SARS-Cov‑2 pou­vant enga­ger la res­pon­sa­bi­li­té des acteurs de ce retard.

Entre le Doli­prane, pré­co­ni­sé, et l’Ivermectine, qui ne l’est pas, bien que qu’elle soit bien moins toxique et avec une pré­somp­tion d’efficacité que n’a pas le Doli­prane, pour­quoi ne pas lais­ser les méde­cins choi­sir libre­ment, sans contraintes et menaces ?

Outre les requé­rants de l’action en Conseil d’Etat concer­nant la demande de RTU, vous trou­ve­rez ci-joint une liste de plus de 1 000 méde­cins signa­taires, qui vous demandent de revoir cette posi­tion, en vous basant uni­que­ment sur des consi­dé­ra­tions médi­cales et non poli­tiques ou finan­cières. Ils réclament éga­le­ment, plus lar­ge­ment, que la liber­té de pres­crip­tion concer­nant les trai­te­ments pré­coces, l’ivermectine n’étant pas le seul pou­vant venir com­plé­ter les vac­cins, soit cla­ri­fiée et élar­gie, afin de réduire le nombre de pas­sages à la phase inflam­ma­toire condui­sant aux hos­pi­ta­li­sa­tions et décès.

Veuillez agréer, Mon­sieur le Ministre et cher Confrère, l’expression de nos salu­ta­tions respectueuses.

Source pour le recueil des signa­tures des méde­cins : https://​blog​-gerard​.mau​drux​.fr/​p​r​o​j​e​t​-​d​e​-​r​e​c​o​u​r​s​-​g​r​a​c​i​e​u​x​-​a​-​s​i​g​n​er/


Bon résu­mé de la situa­tion mondiale :

Tweet cor­res­pon­dant à ce billet : 

Catégorie(s) de l'article :

45 Commentaires

  1. Pierre-Louis Garnier

    Bra­vo pour cette initiative.

    Réponse
  2. joss

    Inter­view BAM ! de Paul Lannoye
    ‑Paul Lan­noye est Doc­teur en sciences phy­siques et un homme poli­tique belge fran­co­phone, ancien membre fon­da­teur du par­ti Ecolo-
    https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​R​P​i​a​c​U​W​2​BDM

    Extraits :
    « Nous sommes dans une dic­ta­ture hygié­niste avec des mesures de confi­ne­ment aveugles et liber­ti­cides. Tout est axé sur le vac­cin salvateur. »

    Réponse
  3. Gayde

    Je suis contre tout blocage

    Réponse
  4. Berberis

    Mer­ci Joss 🙂
    Une autre vidéo avec le même invi­té ici
    « UNE SOCIÉTÉ SANS CONTACT ET DERRIÈRE ÉCRAN EST UNE SOCIÉTÉ INVIVABLE ET INHUMAINE »
    par KAIROS

    Paul Lan­noye décons­truit l’idée que le pro­grès de nos socié­tés passe inévi­ta­ble­ment par le « tout au numé­rique ». Bien au contraire, la pan­dé­mie actuelle en révèle toutes les limites et les dan­gers. Cette assué­tude contrainte aux écrans est gra­vis­sime en par­ti­cu­lier pour la san­té men­tale et phy­sique des enfants et doit nous faire réflé­chir aux consé­quences inéga­li­taires, chro­no­phages et anti­so­ciales du télé­tra­vail. Face au bilan éco­lo­gique et humain désas­treux, Paul Lan­noye se veut res­ter posi­tif et appelle cha­cun de nous à ne pas res­ter téta­ni­sé face à cette pan­dé­mie. SOUTENEZ UN MEDIA LIBRE – SOUTENEZ KAIROS https://​fr​.tipeee​.com/​k​a​i​r​o​s​-​p​r​e​sse https://​www​.kai​ros​presse​.be/​a​b​o​n​n​e​m​ent https://​www​.kai​ros​presse​.be/​d​on/

    https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​4​n​x​6​U​W​Z​u​0L0

    https://​www​.kai​ros​presse​.be/​l​e​t​t​r​e​-​d​u​-​g​r​a​p​p​e​-​a​d​r​e​s​s​e​e​-​a​u​x​-​e​u​r​o​d​e​p​u​t​e​s​-​c​o​n​c​e​r​n​a​n​t​-​l​e​-​p​a​s​s​e​p​o​r​t​-​v​a​c​c​i​n​al/

    https://​grap​pe​bel​gique​.org/

    Réponse
  5. Joh

    Qu’ils pré­cisent donc leur pro­to­cole de soins impo­sé à toute l’UE concer­nant la mala­die. Voir l’en­tre­tien avec Fla­via Groșan dans Vise­grad Post.

    Réponse
  6. joss

    L’E­glise du vac­cin était à l’OMS et à la CE en 2019
    https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​r​f​9​T​5​t​1​R​3iw
    https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​i​1​D​U​Z​d​b​w​kZM

    Quelle obs­ti­na­tion, quel entrain, quelle moti­va­tion pour sau­ver des vies avec les vac­cins, alors qu’ils pillent, qu’ils asser­vissent, qu’ils appau­vrissent, qu’ils affai­blissent ces mêmes populations.

    …dans la fou­lée on pour­rait ima­gi­ner l’or­ga­ni­sa­tion de som­mets inter­na­tio­naux pour pro­mou­voir la confiance en l’as­pi­rine à tra­vers le monde.

    Réponse
  7. Joh

    Le pape actuel n’a plus rien à voir avec le catho­li­cisme d’ailleurs il est pro­wax et jésuite donc rien à espé­rer de ce mon­dia­liste. La renon­cia­tion de Benoît XVI est curieuse, pour le moins.

    Réponse
  8. joss
  9. Cheu Esteban

    Bon­jour,

    Moi, j’ai eu un chien intoxi­qué à la Moxi­dec­tine et c’é­tait pas joli à voir. Il est mort ( il y a aucun anti­dote ; c’é­tait un ber­ger Shet­land MDr1-/- de 1an) Connais­sez-vous réel­le­ment la pré­va­lence de ces intoxi­ca­tions chez l’homme ?

    On peu lire « c’est très sûr » mais qu’en sait-on ? En Bel­gique par exemple, il n’y a pas de médi­ca­ment « humains » enre­gis­tré avec ce prin­cipe actif… donc il n’est jamais prescrit.

    je veux bien croire alors qu’il y a peu de rap­port d’in­toxi­ca­tion envoyer à l’AFMPS…

    Pour­quoi être tel­le­ment confiant sur l’I­ver­mec­tine et tel­le­ment méfiant sur les vac­cins ? vous trou­ve­rez pro­ba­ble­ment plus de méde­cins qui conseils l’ac­cé­lé­ra­tion de la vac­ci­na­tion que ceux qui conseils de l’ar­rê­ter pour don­ner médicaments.
    Vous en trou­ve­rez aus­si qui conseil un confi­ne­ment plus stricte.…

    Com­ment faites-vous pour leurs don­ner cré­dits à cer­tains plu­tôt qu’à d’autres ?

    En méde­cine vété­ri­naire, L’i­ver­mec­tine (l’I­vo­mec de Pfi­zer tiens donc ;)…) est uti­li­sée mas­si­ve­ment sur­tout pour son spectre très large. Son impact sur l’environnement est d’ailleurs très cri­ti­qués (réma­nence impor­tante dans les selles qui tue les insectes « ster­co­phage »,…) Aucun vété­ri­naires n’as jamais consta­té, à ma connais­sance, une effi­ca­ci­té sur les infec­tions virales à coro­na­vi­rus ( bovins par exemple). 

    Je ne dit pas que ça marche pas, je dis que c’est tel­le­ment à l’op­po­sé des infor­ma­tions qu’on a jusque main­te­nant ( et rap­pe­lez-vous on c’é­tait déjà embal­ler avec la chlo­ro­quine,…) que je com­prend que, modes­te­ment et de manière bien­veillante, les agences natio­nales ( qui son pas mieux ni pire que les autres scien­ti­fiques) sont obli­gées d’at­tendre des preuves plus solides. 

    Sinon j’es­père qu’elle marche et j’es­père qu’on aura vite l’in­for­ma­tion mais il faut pas vou­loir aller plus vite que la musique.

    En atten­dant : confi­nez-vous un max et vac­ci­nez-vous un max ! 

    ça on sait que ça marche ! (–>pour l’ins­tant, parce qu’ a force de lais­ser cir­cu­ler « la grip­pette inexis­tante » on aura tou­jours plus de variants (mais aus­si des variants résis­tants à l’I­ver­mec­tine vous pou­vez en êtres sùr : les micror­ga­nismes on tou­jours une lon­gueur d’a­vance sur nous.)

    Res­tons modeste, « la nature » ne s’in­té­resse guerre à nos que­relles d’hu­mains comme elle se moquait de celle des dino­saures il y a 65 mil­lions d’années.

    Démo­cra­tie et science ne font qu’un, ont n’au­ra pas l’un sans l’autre. 

    Je sais que c’est dur mais res­ter calme et gar­der votre rai­son. On couvre la démo­cra­tie directe de ridi­cule en cra­chant sur la science.

    Bien à vous,

    Réponse
    • joss

      @Esteban
      Vous êtes trop gen­til, il ne faut pas se satis­faire d’at­tendre qu’une étude cli­nique digne de ce nom soit réa­li­sée sur l’i­ver­mec­tine en France (la France n’est pas le Pérou, nous avons d’ex­cel­lents labo­ra­toires, l’ins­ti­tut Pas­teur étant répu­té jus­qu’à Wuhan). Nous sommes en guerre, en pleine vague covid, c’est main­te­nant qu’il faut agir si on veut réel­le­ment sau­ver des vies.

      Réponse
      • Cheu Esteban

        Oui,
        mais com­ment choi­sir entre l’as­tro­lo­gie, les magné­ti­seurs, les ostéo­pathes, le can­na­bis thé­ra­peu­tique, le vac­cin, le confi­ne­ment ou l’ivermectine??

        Un méde­cin peu uti­li­sé un trai­te­ment non-indi­qué si il l’es­time néces­saire en son âme et conscience, mais une auto­ri­té scien­ti­fique, elle, doit faire de la science, ne confon­dons pas les rôles.

        Bien à vous,

        Réponse
  10. Joh

    Il est pos­sible que ces thé­ra­pies géniques empêchent le sys­tème immu­ni­taire de fonc­tion­ner normalement.

    Réponse
    • Berberis

      Per­so, j’ai l’im­pres­sion que les maux s’emplifie au contact des vaccinés.
      Mon avis est que tout ça a été exa­gé­ré­ment mon­té en épingle, qu’il n’y a pas plus de décès qu’a­vec la grippe, ce que d’ailleurs, beau­coup de méde­cins disent.
      Toute cette his­toire m’a paru louche dès le pre­mier confi­ne­ment, le déca­lage entre les pho­tos de mort en rue, en Chine et la panique indé­cente affi­chée au JT dans nos contrées, énu­mé­rant des chiffres comme à l’eu­ro­vi­sion, me fait pen­ser que seuls ceux qui atten­daient de vivre un film de science-fic­tion en vrai, ont pu y adhé­rer complètement.
      Sans juge­ment pour ceux-ci, juste une totale incom­pré­hen­sion face à un tel éloi­gne­ment de la vrais­sem­blance et de la décence (qu’elle soit de la pro­tec­tion psy­cho­lo­gique ou éco­no­mique et bien­sûr concer­nant la libre pres­crip­tion empêchée).
      Concer­nant les chefs reli­gieux, je crois qu’il serait rai­son­nable comme dit l’autre, de ne jamais délé­guer son pou­voir de déci­sion, à aucun prix, fut-il un « sain« t.
      Plus il y a d’in­co­hé­rence et moins tout cela me ras­sure quant à l’a­ve­nir des dominés.

      Réponse
      • joss

        Moi, j’ai eu du mal depuis la 1ère minute à accep­ter la nar­ra­tion de nos médias natio­naux tel­le­ment « le faux » suin­tait à tra­vers l’é­cran. Je suis méfiant de nature, j’ai tout pas­sé au crible. Ca me prend un temps fou… Mais quelque part ça nous empêche de réflé­chir à l’es­sen­tiel, ça nous détourne de notre cause com­mune. Toute cette his­toire sert à semer la confu­sion et la dis­per­sion dans la population.

        Réponse
  11. Joh

    Oui vous avez rai­son tous les deux, ils nous tuent len­te­ment depuis des années en volant notre force de tra­vail au pro­fit des ultra-mil­liar­daires qui forment des mafias éta­tiques. Là, le pro­ces­sus s’ac­cé­lère avec des refus de soins et piqures mor­telles (atten­tion, cer­tains effets secon­daires peuvent être à évo­lu­tion lente).

    Réponse
  12. Cheu Esteban

    Je suis vrai­ment déso­lé cher cama­rades, je déteste le capi­tal et l’au­to­ri­té autant que vous, Mais je ne com­prend pas ce que vous dites. 

    La science, la connais­sance de la vrai nature du monde, c’est l’ob­jec­tif numé­ro un pour un démo­crate, on peu remettre en ques­tion faci­le­ment des pro­pos de jour­na­listes, mais pas ceux d’a­gences scien­ti­fiques mul­ti­na­tio­nales. le niveau de preuves n’est pas le même. 

    Si vous me per­met­tez je vous cite­rais Tzve­tan Todorov :

    « Dans les pays tota­li­taire, la véri­té est sys­té­ma­ti­que­ment sacri­fiée à la lutte pour la vic­toire. Dans un Etat démo­cra­tique, le sou­ci de véri­té doit-être sacré » 

    Or je ne vois d’autre moyens que la science (mal­gré ses défauts) pour accé­der à la véri­té sur le monde.

    Réponse
    • joss

      En effet, il n’y a plus de science valable, elle est censurée.

      Réponse
    • Étienne CHOUARD

      Bon­jour Esteban,

      OK pour la science comme che­min (métho­dique, le plus fiable pos­sible) vers la véri­té, bien sûr, outil irrem­pla­çable pour éclai­rer l’o­pi­nion du démos. 

      OK.

      Mais la science cor­rom­pue, ce n’est pas seule­ment « un défaut » (sic) : ce n’est abso­lu­ment plus du tout la science.

      N’est-ce pas ?

      Réponse
  13. joss

    J’ai du mal à asso­cier la science et la véri­té, cela me rap­pelle Gali­lée et l’Eglise.
    La science, c’est la fabrique de la connais­sance, c’est un processus.
    La science pro­duit des véri­tés réfu­tables, contrai­re­ment à la reli­gion. Ces véri­tés pour per­du­rer doivent résis­ter à la critique.
    De nos jours, la cen­sure et la cor­rup­tion font que la cri­tique se réduit comme une peau de cha­grin et du coup les véri­tés deviennent irré­fu­tables. Cela ne s’ap­pelle plus de la science mais de la reli­gion. Il faut croire au dieu « vac­cin » pour vous don­ner l’hos­tie sans confession 😉

    Réponse
    • joss

      On pour­rait faire le rap­pro­che­ment avec la culture. La culture serait éga­le­ment un pro­ces­sus, elle fabrique nos pré­ju­gés, nos liens sociaux,…

      Réponse
    • joss

      « La science est plus que de la connais­sance, c’est une façon de penser »
      Carl Sagan – scien­ti­fique et astro­nome amé­ri­cain (1934−1996)
      https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​J​1​c​N​a​F​G​1​VII

      Extrait :
      « Si nous ne sommes pas capables de poser des ques­tions per­ti­nentes à ceux qui nous disent que quelque chose est vrai. D’être scep­tique par rap­port à nos res­pon­sables, qui détiennent l’au­to­ri­té alors nous pou­vons nous faire avoir par le pro­chain char­la­tan, qu’il soit poli­tique ou reli­gieux. C’est quelque chose qui tenait beau­coup à coeur à Jef­fer­son. Ce n’est pas suf­fi­sant, disait-t-il, d’ins­crire des droits dans une Consti­tu­tion ou un « Bill of Rights ». Le peuple DOIT être édu­qué, et ils (les gens) doivent mettre en pra­tique leur scep­ti­cisme et leur édu­ca­tion. Sinon, nous ne diri­geons pas le gou­ver­ne­ment. C’est le gou­ver­ne­ment qui nous dirige. »

      Réponse
  14. Joh

    Le chris­tia­nisme a bâti nos vies basées sur la bon­té du Christ repré­sen­tant Dieu sur Terre et la lutte per­pé­tuelle contre satan.

    Réponse
  15. joss

    Pour­quoi n’y a‑t-il pas encore de trai­te­ment en UE ?
    La réponse à cette ques­tion pour­rait être liée à l’art. 4 du RÈGLEMENT (CE) No 5072006 DE LA COMMISSION du 29 mars 2006 rela­tif à l’autorisation de mise sur le mar­ché condi­tion­nelle de médicaments :
    1. Une auto­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché condi­tion­nelle peut être accor­dée lorsque le comi­té constate que, bien que des don­nées cli­niques com­plètes concer­nant la sécu­ri­té et l’efficacité du médi­ca­ment n’aient pas été four­nies, toutes les exi­gences ci-après sont satisfaites :
    c) le médi­ca­ment répond à des besoins médi­caux non satisfaits ;
    2. Aux fins du para­graphe 1, point c), on entend par « besoins médi­caux non satis­faits » une affec­tion pour laquelle il n’existe pas de méthode satis­fai­sante de diag­nos­tic, de pré­ven­tion ou de traitement.

    Réponse
  16. Joh

    Fla­via Groșan a détaillé le pro­to­cole de « soins » impo­sé dans toute l’UE dans le vise­grad post de mars, qu’elle n’a évi­dem­ment jamais appli­qué pour ne pas tuer ses malades. Ce qui était le but recher­ché comme pen­dant la cani­cule de 2003. Main­te­nant ils ont ven­du la mèche : les vac­cins n’empêchent pas d’at­tra­per la mala­die, il faut donc conti­nuer à por­ter le masque (décla­ré fina­le­ment inutile au moins en exté­rieur la semaine der­nière !), res­pec­ter la dis­tan­cia­tion et le couvre-feu (si si !), faire des tests coû­tant quelques cen­times et fac­tu­rés 70 euros (!!!) en vue d’un pas­se­port dit sani­taire. Pire, il est pos­sible que les piqués doivent conti­nuer à l’être toute leur vie car leur immu­ni­té n’est plus garan­tie ! Nor­mal avec des piqures tueuses ou pro­vo­quant de graves effets secondaires.
    Heu­reu­se­ment il n’y a plus aucun sou­tien sérieux pour les gou­ver­nants maintenant.

    Réponse
  17. Joh

    Les vac­cins contre les virus à cou­ronne ne peuvent être effi­caces vu leurs muta­tions, celui contre l’ac­tuel semble séquen­cé sur celui d’il y a deux ans, qui n’existe plus. La parole se libère.

    Réponse
  18. Joh

    Tout ça est à relier avec la remise à zéro de K. Schwab qui vise à un maxi­mum de vic­times par piqures mas­sives puis au contrôle com­plet des popu­la­tions par puçage genre pas­se­port inté­rieur dit sani­taire. Les comptes ban­caires et les biens pri­vés pour­ront être saisis.

    Réponse
  19. Joh

    Les vac­ci­nés seraient bien­tôt inter­dits dans cer­tains pays car plus contagieux.

    Réponse
  20. alain Debray

    Je pars d. un Constat : Le Gvr actuel fran­cais est ille­gi­time suite a de nom­breuses vio­la­tions de la Consti­tu­tion . Ce Gvt sou­tient l appar­te­nance a cet UE de gang­sters .Il encou­rage les injec­tions sans preuves d effi­ca­cite , de l argent change de mains . Tout cela pue la com­bine .Per­son­nel­le­ment et ma famille nous ne nous lais­se­rons empoi­son­ner que en cas d impos­si­bi­lite d y echapper

    Réponse
  21. Saint Maurice

    En tant que méde­cin, et même fan du plan C, je ne peux pas pres­crire de l’i­ver­mec­tine au vu de tout ce que je lis. Je sais bien que cer­tains sont des tri­cheurs, mais je ne suis pas sur du tout que la balance avan­tage risque soit en sa faveur pour autant.
    Je pense que la balance est en faveur du vac­cin, ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas de risque bien sur.
    Donc oui les rec­co de nos socié­tés savantes sur le sujet me semblent pertinentes.
    Mais oui pour le RIC, le consti­tuante, le post keynesianisme.…

    Réponse
  22. Étienne CHOUARD

    Inter­view de Rei­ner Fuell­mich, nous avons une bonne chance de réussir

    https://​rumble​.com/​v​h​j​w​7​x​-​i​n​t​e​r​v​i​e​w​-​d​e​-​r​e​i​n​e​r​-​f​u​e​l​l​m​i​c​h​-​n​o​u​s​-​a​v​o​n​s​-​u​n​e​-​b​o​n​n​e​-​c​h​a​n​c​e​-​d​e​-​r​u​s​s​i​r​.​h​tml

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...