Covid-19 : le bilan

15/01/2021 | 6 commentaires

Je par­tage ce point de vue :

Vous y trou­ve­rez des infor­ma­tions ori­gi­nales et déci­sives, il me semble.

Des­crip­tion de cette vidéo que je trouve importante :

« Cela fait main­te­nant 1 an que l’on entend par­ler quo­ti­dien­ne­ment du coro­na­vi­rus. Cela fait bien­tôt 9 mois que toute la vie poli­tique et éco­no­mique vit au rythme des déci­sions prises uni­que­ment pour répondre à la peur de ce virus. 

Depuis le début du crise, de nom­breuses voix dénoncent l’excessivité des mesures prises au regard des épi­dé­mies que l’on vit chaque année. Toutes ces voix sont désor­mais cata­lo­guées dans le camp bien pra­tique des com­plo­tistes. Autre­fois, l’inquisition fai­sait taire tout ceux qui osaient contre­dire le cler­gé. Aujourd’hui la socié­té entière orga­nise la cen­sure de ceux qui sortent qui dis­cours bien établi. 

Dans cette vidéo, on va voir que depuis mars der­nier, on ne constate abso­lu­ment aucune sur­mor­ta­li­té pour les moins de 50 ans. 

Je vous mon­tre­rai où aller cher­cher toutes les don­nées des décès en France et com­ment faire les cal­culs pour que vous puis­siez le faire vous-même si vous vou­lez et véri­fier que je n’invente abso­lu­ment rien. J’exploite uni­que­ment des don­nées de l’état civil français. 

On ver­ra ensuite les effets du coro­na­vi­rus sur la mor­ta­li­té des plus âgés et je ferai la com­pa­rai­son avec la grippe pour que vous puis­siez faire vos conclu­sions. La mienne est simple : au regard des chiffres offi­ciels des décès, il n’y a abso­lu­ment aucune rai­son objec­tive de mettre en place un confi­ne­ment géné­ra­li­sé ou même d’imposer à toute la popu­la­tion n’importe quelle règle. On peut en revanche com­prendre l’intérêt d’avertir les fran­çais des risques et en par­ti­cu­lier les plus âgés pour qu’ils puissent faire leur choix et prendre les pré­cau­tions qu’ils sou­haitent. Mais même dans ce cas, il faut se poser la ques­tion de pour­quoi ce n’était pas fait avant, puisque quand on regarde les chiffres, on se rend compte que des épi­dé­mies mor­telles, on en a tous les ans, tous les hivers. »

Catégorie(s) de l'article :

6 Commentaires

  1. Dominique Crouzet

    Tout ceci je le lis depuis pas mal de temps déjà, mais mer­ci à l’au­teur, car il ajoute les sources qui per­mettent à tout le monde de voir ce qu’il en est. Sauf qu’il faut quand même avoir l’es­prit ouvert et ne pas avoir adop­té la pos­ture du mou­ton de Panurge, dont j’ai hélas plu­sieurs exemples autour de moi. Enfin, mer­ci à l’auteur.

    Réponse
  2. Nino

    Bon­jour Étienne, mer­ci pour ce partage

    Réponse
  3. Adrien Bonnet

    Les méde­cins de cour sont des ânes. TOutes les sta­tis­tiques contre­disent les dogmes mar­te­lés dans les médias et par la voix du gouvernement.

    Déjà, par rap­port à 2018, la sur­mor­ta­li­té de 2020 n’est que de 55000 décès. Or la COVID-19 est cen­sée avoir tué 70000 per­sonne. Il n’y aurait pas comme un pro­blème a priori ?

    Le papy-boom a com­men­cé il y a 5ans : depuis 2015 la popu­la­tion vieillit. Il ne vous a pas échap­pé que la mor­ta­li­té des vieux est bien plus éle­vée que celle des jeunes, 20 fois plus éle­vée au seuil pla­cé à 70 ans.

    En appli­quant les taux de mor­ta­li­té par classe d’âge de 2018 à la pyra­mide des âges de 2020, on obtient une sur­mor­ta­li­té de… 35000 décès.

    Ajou­tons que 20000 ampoules de Rivo­tril ont été ven­dues depuis que le décret du 28 mars a auto­ri­sé l’eu­tha­na­sie des tes­tés posi­tifs en EHPAD. C’est simple, entre 2018 et 2020, les sta­tis­tiques de morts à domi­cile et eh hôpi­tal ont été tota­le­ment inver­sées ! On ne soigne plus les per­sonnes âgées, alors qu’elles sont l’u­nique cible de la COVID-19. Ne nous voi­lons pas la face : 20000 per­sonnes âgées ont été assas­si­nées puis mis sur le compte de la COVID-19 et les autres ont été cloî­trées dasn leur chambre pour y attendre la mort dans la solitude.

    Il reste donc 15000 décès, faci­le­ment expli­cable par les défauts de soins, les morts col­la­té­rales des confi­ne­ments et des couvres-feux. En effet, depuis les confi­ne­ments, la consom­ma­tion de médi­ca­ments a été divi­sée par deux, tout comme les diag­nos­tics hospitaliers.

    On peut donc se deman­der si la COVID-19 n’est pas tout sim­ple­ment le bouc émis­saire de l’ap­pli­ca­tion du plan décrit il y a quelques années par le FMI sous le ver­biage sui­vant : « ges­tion du risque de longévité ».

    Faut-il consi­dé­rer l’IN­SEE com­plo­tiste ? Je ne sais pas. En tout cas, c’est un ins­tru­ment drô­le­ment subversif.

    Réponse
  4. Renaud

    Un grand mer­ci pour l’une des meilleures élu­ci­da­tions du phé­no­mène du covid 19, chiffres offi­ciels à l’appui.
    Les médias font le même effet que le phé­no­mène de Lar­sen, un son quel­conque part des hauts-par­leurs et est cap­té par le micro qui fait ampli­fier ce son, recap­té par le micro et recap­té, etc. etc. ça devient un vacarme (ici média­tique) assour­dis­sant à cause d’un son presque ordi­naire qui n’a­vait pas lieu d’être.
    En com­plé­ment, on peut voir ceci :

    vidéo la géné­ti­cienne Alexan­dra Hen­rion-Claude nous dit tout :

    durée 1 h
    (16 jan­vier 2021)

    Acte II : Covid, vac­cin, la géné­ti­cienne Alexan­dra Hen­rion-Caude nous dit tout – Le Same­di Poli­tique – YouTube

    Réponse
  5. Renaud

Laisser un commentaire

Derniers articles