Des nouvelles du totalitarisme en marche : le « passeport sanitaire », outil de l’apartheid à venir

15/01/2021 | 19 commentaires

Ceux qui crient à l’in­com­pé­tence (ou même à la folie para­noïaque) des résis­tants aux lois scé­lé­rates qui se mul­ti­plient, vou­driez-vous faire l’ef­fort d’i­ma­gi­ner que vos contra­dic­teurs ne sont peut-être pas com­plè­te­ment débiles et qu’ils ont peut-être rai­son de défendre les libertés ?

Cette crise n’est pas sani­taire mais poli­tique. Après avoir renon­cé au secret de la cor­res­pon­dance (en accep­tant l’es­pion­nage géné­ra­li­sé), au secret des sources (en accep­tant la per­sé­cu­tion des vrais jour­na­listes), au droit de se réunir, au droit de se dépla­cer, et même au droit de mani­fes­ter, on est en train de renon­cer au secret médi­cal, carrément.

Au nom de « la sécu­ri­té » (tu parles d’une sécu­ri­té), on est en train d’ac­cep­ter de renon­cer pro­gres­si­ve­ment à toutes les liber­tés, à toute forme d’in­ti­mi­té, à l’in­tru­sion arbi­traire de l’É­tat par­tout dans notre exis­tence, et tous ces renon­ce­ments majeurs sont obte­nus par la ter­reur, sous l’in­fluence de l’ac­tion quo­ti­dienne délé­tère de médias ter­ro­ristes. On confirme là que « le ter­ro­risme » est une construc­tion poli­tique, un mot outil de domi­na­tion ; les Alle­mands pen­dant l’Oc­cu­pa­tion appe­laient « ter­ro­ristes » les Fran­çais qui résis­taient à la ter­reur bien réelle de l’occupant.

Je ne suis rien, et je serai sans doute écra­sé par le tota­li­ta­risme en marche comme les autres résis­tants, mais ceux qui, sou­cieux de leur seule sécu­ri­té, auront col­la­bo­ré à cet effon­dre­ment de l’hu­ma­ni­té (en stig­ma­ti­sant et en dénon­çant ceux qu’ils appellent avec mépris des « conspi­ra­tion­nistes » ou des « com­plo­tistes »), auront sur la conscience une par­tie de la res­pon­sa­bi­li­té de la fin du monde libre.

Fais ce que tu dois, et advienne que pourra.

Étienne.

« Je crois qu’il y a plus de cas d’atteinte à la liber­té du peuple par des empié­te­ments pro­gres­sifs et silen­cieux du pou­voir que par des usur­pa­tions vio­lentes et soudaines.

Les moyens de défense contre les dan­gers venus de l’étranger sont his­to­ri­que­ment deve­nus les ins­tru­ments de la tyran­nie chez nous. »

James Madi­son (« père fon­da­teur » des États-Unis).

Catégorie(s) de l'article :

19 Commentaires

  1. Étienne CHOUARD

    « Il y a dans la Consti­tu­tion du 24 juin I793 un article que je trouve tout à fait déli­cieux : « La loi doit pro­té­ger la liber­té publique et indi­vi­duelle contre l’op­pres­sion de ceux qui gou­vernent. » (Article 9.) »
    Cathe­rine Baker, « Insou­mis­sion à l’é­cole obli­ga­toire » (1995), p22.

    Réponse
    • herve_02

      C’est pour cette rai­son que c’est celle de 89 qui est uti­li­sée… que neni l’insurrection des peuples contre l’oppression des gouvernants.

      Réponse
  2. Étienne CHOUARD

    « Il y a plus de cas d’atteinte à la liber­té du peuple par des empié­te­ments pro­gres­sifs et silen­cieux du pou­voir que par des usur­pa­tions vio­lentes et sou­daines. […]

    Les moyens de défense contre les dan­gers venus de l’étranger sont deve­nus les ins­tru­ments de la tyran­nie chez nous. »

    James Madi­son

    Réponse
  3. Étienne CHOUARD

    Si la tyran­nie et l’op­pres­sion viennent sur cette terre, ce sera sous le cou­vert de la lutte contre un enne­mi étran­ger. La perte de nos liber­tés inté­rieures est à impu­ter aux dis­po­si­tions contre le dan­ger, réel ou ima­gi­naire, de l’étranger.

    James Madi­son.

    Réponse
  4. Canal

    Un point n’a pas été évoqué .….
    C’est de rap­pe­ler que la covid-19 est une mala­die qui se « soigne »
    RAPPEL : « De nom­breuses publi­ca­tions natio­nales et inter­na­tio­nales laissent pen­ser que le TRAITEMENT PRÉCOCE pour­rait repo­ser sur une ou plu­sieurs de ces approches thérapeutiques :
    Le zinc à forte dose (60 mg en moyenne).
    La vita­mine C qui, à forte dose (plu­sieurs grammes par jour), a une action anti­vi­rale, aug­mente nos défenses et aide à être moins fatigué.
    La vita­mine D si elle n’a pas été déjà pres­crite en pré­ven­tion (on a mon­tré que les per­sonnes qui font des formes graves ont sou­vent des taux san­guins de vita­mine D très bas).

    L’azithromycine, une molé­cule anti­bio­tique qui, par sa confi­gu­ra­tion, a éga­le­ment une action anti­vi­rale en même temps qu’elle réduit le risque de sur­in­fec­tions bac­té­riennes. Dans de nom­breux cas, elle peut, à elle seule enrayer les symp­tômes en quelques jours.

    L’hydroxychloroquine (ven­due en France sous le nom de Pla­que­nil®) dont l’efficacité sur le virus est bien démon­trée. Mais pour qu’elle soit utile, elle doit être abso­lu­ment uti­li­sée dans la pre­mière phase de la maladie.
    Il existe même d’autres pistes com­plé­men­taires pour sou­la­ger et soi­gner les malades : d’autres anti­bio­tiques de la classe des macro­lides, la doxy­cy­cline (un autre antibiotique), 

    l’ivermectine (un anti­pa­ra­si­taire comme l’hydroxychloroquine), l’armoise, une plante anti­pa­ra­si­taire très uti­li­sée en Afrique ou en Asie avec des résul­tats très encou­ra­geants (il n’y a pas de recru­des­cence de l’épidémie en Asie et en Afrique), 

    mais aus­si l’aromathérapie, la phy­to­thé­ra­pie ou l’homéopathie qui peuvent lut­ter contre les infec­tions ou sou­la­ger les symp­tômes. Tous ces trai­te­ments doivent être pres­crits par un méde­cin en fonc­tion des spé­ci­fi­ci­tés de son patient, de ses symp­tômes et d’éventuelles pré­cau­tions d’emploi. »
    Cf la qua­trième voie
    https://​mani​festes​-libertes​.org/

    Réponse
  5. Étienne CHOUARD
  6. Étienne CHOUARD
  7. ève

    Ceux qui ne sont rien sont ceux qui pro­fitent sur les autres !
    Ce n’est pas ce que je lis , ce que j’en­tends vous concernant !

    Les gens devraient accep­ter le col­lier à une seule condi­tion , qu’il soit fabri­qué dans un métal pré­cieux nom­mé OR 18 carats et d’une épais­seur de 1 cm² , à gar­der à vie avec pos­si­bi­li­té de pou­voir le léguer ou le vendre et d’en gérer le rap­port ! Les affaires sont les affaires et leurs secrets !

    Réponse
  8. Adrien Bonnet

    Main­te­nant, expli­quez-nous com­ment une Consti­tu­tion aurait pu évi­ter la mise en place du tota­li­ta­risme sanitaire.

    « la liber­té d’al­ler et venir est un prin­cipe de valeur constitutionnelle »
    – déci­sion n° 79–107 DC du 12 juillet 1979 –

    Alors ? C’est pour­tant écrit…

    Sérieu­se­ment, le pou­voir appar­tient à celui qui dis­pose de la force. De fait, le pou­voir appar­tient aux mul­ti­na­tio­nales de la san­té, ou plu­tôt à l’in­dus­trie de la maladie.

    Faut-il encore le rap­pe­ler ? Entre le peuple et ses diri­geants, le pou­voir ne se donne pas, il se prend.

    Réponse
  9. Étienne CHOUARD

    Entre­tien très inté­res­sant sur France Inter ce same­di midi, où Bar­ba­ra STIEGLER défend (en com­pa­gnie de Nata­cha Polo­ny) son point de vue sur la pré­ten­due « crise sani­taire » qu’elle ana­lyse plu­tôt en une vic­toire (poli­tique et contraire à l’in­té­rêt géné­ral) du néolibéralisme :

    DE LA DÉMOCRATIE EN PANDÉMIE
    https://​www​.fran​cein​ter​.fr/​e​m​i​s​s​i​o​n​s​/​l​e​-​g​r​a​n​d​-​f​a​c​e​-​a​-​f​a​c​e​/​l​e​-​g​r​a​n​d​-​f​a​c​e​-​a​-​f​a​c​e​-​1​6​-​j​a​n​v​i​e​r​-​2​021

    Réponse
    • joss

      En effet, les études n’é­tant pas ter­mi­nées, ils vont vac­ci­ner des cobayes, avec un vac­cin qui n’est pas tout-à-fait un vac­cin (Pfi­zer, Moder­na), des don­nées pri­maires non dis­po­nibles, et donc des chiffres annon­cés qui ne seront pro­ba­ble­ment pas atteints, des per­for­mances faus­se­ment attri­buées qui ne sont pas pré­vues dans l’étude,…,des effets à long terme mécon­nus, des risques de variants géné­rés par la vaccination,…

      Réponse
    • Jérôme

      « Cette vidéo a été sup­pri­mée, car elle ne res­pec­tait pas les condi­tions d’u­ti­li­sa­tion de YouTube. »

      Une alter­na­tive ?

      Réponse
  10. joss

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...