[Sur notre humaine vulnérabilité aux bobards] Apprendre à se méfier des histoires officielles

26/07/2020 | 8 commentaires

L’his­toire des pay­sans a été écrite par les citadins 

l’his­toire des nomades a été écrite par les sédentaires 

L’his­toire des chas­seurs-cueilleurs a été écrite par les agriculteurs 

L’his­toire des peuples sans État a été écrite par les scribes du palais 

Elles sont toutes réper­to­riées dans les archives sous le nom de « Chro­niques barbares »

Auteur ano­nyme

cité par James C. Scott dans son livre pas­sion­nant, « Homo domes­ti­cus. Une his­toire pro­fonde des pre­miers États », 2017, p 234.

Catégorie(s) de l'article :

8 Commentaires

  1. ève

    Et le nou­vel ordre mon­dial a été écrit par des maffieux !
    Ces écri­vains n’a­vaient guère de sou­cis avec l’é­cri­ture , ins­truits par le sys­tème payant et bour­geois , la tâche fut aisée , mais était-ce la vérité ?
    Et pen­dant qu’ils écri­vaient les vies , cri­tiques et ordon­nances pour ceux-là même qui tra­vaillaient pour les nour­rir , ils cher­chaient , mains dans les poches , le moyen à reve­nir à la table d’expression !
    Auraient-ils inven­té des his­toires à dor­mir debout ?
    .….….….….….….….…..des contes de fées .……cara­bosse ?
    Quand à cette époque où nous avions pay­sans , agri­cul­teurs , il faut pré­ci­ser leurs dif­fé­rences s’il y en a , peut-être pour leur évi­ter les archives « barbares « !

    Réponse
  2. alainr

    Le véri­table crime de Robes­pierre : avoir défié la toute-puis­sance des riches
    Par Vincent Ortiz – 21 février 2017

    Source :
    https://​lvsl​.fr/​v​e​r​i​t​a​b​l​e​-​c​r​i​m​e​-​r​o​b​e​s​p​i​e​r​r​e​-​p​u​i​s​s​a​n​c​e​-​r​i​c​h​es/

    Extraits :
    […] « C’est aux castes for­tu­nées que vous vou­lez trans­fé­rer la puis­sance », com­mente Robes­pierre ; il ajoute : « on veut divi­ser la nation en deux classes, dont l’une ne sera armée que pour conte­nir l’autre »

    […] il prône la mise en place d’une démo­cra­tie semi-directe qui per­met­trait au peuple de contrô­ler et de révo­quer ses élus, ou de voter lui-même direc­te­ment ses lois sans pas­ser sys­té­ma­ti­que­ment par ses représentants.

    […] l’Assemblée accepte de voter le Maxi­mum du prix du pain et des den­rées de pre­mière néces­si­té, ain­si qu’un relè­ve­ment des salaires ; ceux-ci sont aug­men­tés de moi­tié par rap­port à leur valeur de 1790. 

    L’Assemblée vote éga­le­ment la créa­tion d’une armée de sans-culottes char­gée de sur­veiller la dis­tri­bu­tion du pain et l’application du Maxi­mum, ain­si qu’une série de mesures répres­sives contre ceux qui spé­cu­le­raient sur les prix. 

    Saint-Just, un proche de Robes­pierre, est à l’origine des « Décrets de Ven­tôse » (février-mars 1794), qu’il a pro­ba­ble­ment rédi­gés avec lui. Ces Décrets pré­voient la sai­sie des biens des nobles émi­grés et leur redis­tri­bu­tion aux citoyens les plus pauvres, après recensement. 

    En mars 1794, une loi dite de « bien­fai­sance natio­nale » est votée : elle met en place un sys­tème de soins pro­cu­rés gra­tui­te­ment à domi­cile et une retraite pour les tra­vailleurs pauvres à l’âge de 60 ans.

    L’abolition des pri­vi­lèges devient effec­tive, et sous l’impulsion de Saint-Just les terres sont pro­gres­si­ve­ment divi­sées et redis­tri­buées aux pay­sans. Le 4 février 1794, l’abolition de l’esclavage est votée […] 

    Les « Ther­mi­do­riens » révoquent le Maxi­mum, mettent fin aux mesures sociales impo­sées par Robes­pierre et Saint-Just, réta­blissent le suf­frage cen­si­taire. Le prix des ali­ments monte en flèche ; en 1795, le taux de mor­ta­li­té double dans Paris par rap­port à l’année 1794. Une nou­velle Ter­reur, une « ter­reur blanche » est mise en place ; elle a pour fonc­tion d’écraser les insur­rec­tions popu­laires. Les colons escla­va­gistes repa­raissent au grand jour. Quelques années plus tard, Napo­léon Bona­parte réta­blit l’esclavage… L’ère du libé­ra­lisme triom­phant , appuyé par l’État, pou­vait enfin commencer.

    […] Après avoir guillo­ti­né Robes­pierre, les Ther­mi­do­riens ont bâti sa légende noire ; pour dis­cré­di­ter ses idées, ils ont noir­ci son action poli­tique en lui attri­buant tous les crimes com­mis sous la Ter­reur. Il fal­lait que l’homme qui s’attaquait au pou­voir des riches et à l’inégalité sociale soit trans­for­mé en monstre afin qu’il n’ait pas d’imitateurs.

    Réponse
    • joss

      Mer­ci Ber­be­ris, je ne connais­sais pas cette chaîne You­tube. Intéressant.
      Mika est bien gen­til avec Auré­lien, car les charges sur les 14 points auraient pu être encore plus lourdes.

      Réponse
      • Berberis

         je suis bien d’accord, et les rai­sons qui le pousse à une telle réac­tion excessive(zèle) pro­viennent, soit du fait qu’il ne s’alimente en info que dans la presse ven­due, soit qu’il est bour­geois lui-même et attend cet état tota­li­taire qui lui don­ne­ra, croit-il, tout ce dont il désire, bien­tôt libé­ré des gueux, ou un manque de réflexion, sous le coup de l’é­mo­tion (excès de sensibilité).
        (J’ai trou­vé le par­tage sur la chaîne du vilain petit canard(Huysmans) qui publie aus­si sur Agora.
        je far­fouille un peu partout 😉

        Réponse
  3. Du vent dans les naseaux

    Met­tons que nous soyons gras­se­ment nour­ris de légendes.
    J’é­cou­tais der­niè­re­ment A.Supiot sur le web. Juste pour le plai­sir ; après, dans la vraie vie, j’en ai pas l’u­sage. Mon com­men­taire inté­rieur ? « Eh bé, qui l’eût cru ? »
    Arrive un autre, qui lui assène au fusil-mitrailleur une tirade longue comme le bras, que je ne peux résu­mer en sub­stance que par : M. le pr au Col­lège de France, vous vous plan­tez sur toute la ligne. Supiot essuie l’as­saut avec l’im­pas­si­bi­li­té qu’on lui connaît et, miracle du web, avant qu’il n’ait ouvert la bouche, on l’en­tend pen­ser !  » Putain, à quoi ça sert ce que je fais ? » Puis, il mouche l’o­li­brius en deux coups de cuillère à pot. Ah…?! Ma conclu­sion ? Supiot raconte bien mieux que l’autre. C’est vache­ment plus joli quand c’est lui.
    Celui qui ne peut rece­voir qu’ain­si les dis­cours qu’on lui sert, ne peut vivre que de légendes. Indé­pen­dam­ment de la vali­di­té de ces dis­cours et de l’ef­fi­ca­ci­té de la chasse aux bobards.
    Mon pseu­do pré­vient que je navigue au blair parce que j’ai pas grand-chose dans le cigare. Ma défi­cience intel­lec­tuelle, liée à une mala­die incu­rable, ne me dis­pense pas de l’o­bli­ga­tion de com­prendre assez pour me diri­ger dans la vie. Ça ne fait pas de moi une idiote pour autant : dans ma rue, cha­cun pour ses rai­sons, on est tous bas de pla­fond. Et c’est aus­si sur nous que vous comp­tez, Étienne, pour sau­ver le monde.
    A pro­pos de Supiot et du mana­ge­ment, que faites-vous quand vous dites : à cha­cun de trou­ver les moyens de par­ler de la consti­tu­tion autour de lui ? N’ou­bliez-vous pas d’exa­mi­ner une part du pro­cé­dé ? Tant qu’on ne tient pas tout, peut-on affir­mer qu’on tient le truc… sans se gar­ga­ri­ser d’une légende de plus ? Je vous ai lais­sé un post à la page du pre­mier débat avec Bas­car. Puis­qu’il ne vous a rien ins­pi­ré (il y est ques­tion de salon de coif­fure), il est dépla­cé de ma part d’in­sis­ter. Néanmoins…
    PS : tout ça n’est pas tout à fait vrai : je vois bien que si c’est plus joli avec Supiot, c’est grâce à son effort, dans son tra­vail de vul­ga­ri­sa­tion, de  rat­ta­cher la carte au ter­ri­toire, comme il dit. Et que l’autre vient, juste pour faire le malin, pié­ti­ner allè­gre­ment le fruit de cet effort. Mer­ci, donc, M. Le pr au Col­lège de France.

    Réponse
  4. has

    La doxa (Bour­dieu, 1997a, p. 30) est un « ensemble de croyances fon­da­men­tales qui n’ont même pas besoin de s’affirmer sous la forme d’un dogme expli­cite et conscient de lui-même ».
    Elle « for­mate » l’interprétation des choses, puisqu’elle guide notre com­pré­hen­sion du monde social, eu égard au champ auquel on appar­tient. Elle déli­mite l’espace de dis­cus­sion légi­time, excluant comme absurde ou impen­sable toute ten­ta­tive pour pro­duire une posi­tion non pré­vue. La doxa revêt une charge poli­tique car elle nor­ma­lise et légi­time un ordre social donné.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....