Citroën, par Jacques Prévert, 1933

6/04/2020 | 2 commentaires

Citroën

À la porte des mai­sons closes,
C’est une petite lueur qui luit,
quelque chose de fai­blard, de discret,
une petite lan­terne, un quinquet.

Mais sur Paris endormi,
une grande lueur s’étale,
Une grande lueur grimpe sur la tour,
Une lumière toute crue :
C’est la lan­terne du bor­del capitaliste,
Avec le nom du tôlier qui brille dans la nuit : 

Citroën ! Citroën ! 

C’est le nom d’un petit homme,
Un petit homme avec des chiffres dans la tête,
Un petit homme avec un drôle de regard der­rière son lorgnon,
Un petit homme qui ne connaît qu’une seule chanson,
Tou­jours la même : 

« Béné­fices nets »

Une chan­son avec des chiffres qui tournent en rond :
300 voi­tures, 600 voi­tures par jour,
Trot­ti­nettes, cara­vanes, expé­di­tions, auto-che­nilles, camions…
Béné­fices nets,
Mil­lions, millions…
Mil­lions, millions…
Citroën, Citroën…

Même en rêve on entend son nom,
500, 600, 700 voi­tures, 800 camions,
800 tanks par jour,
200 cor­billards par jour, 200 corbillards !
Et que ça roule ! 

Il sou­rit, il conti­nue sa chanson,
Il n´entend pas la voix des hommes qui fabriquent,
Il n’entend pas la voix des ouvriers,
Il s’en fout des ouvriers. 

Un ouvrier c’est comme un vieux pneu :
quand il y a un qui crève,
on l’entend même pas crever. 

Citroën n’écoute pas.
Citroën n’entend pas.
Il est dur de la feuille pour ce qui est des ouvriers. 

Pour­tant, au casi­no, il entend bien la voix du croupier :
« Un mil­lion Mon­sieur Citroën, un million »…
S´il gagne c’est tant mieux, c’est gagné,
Mais s’il perd, c’est pas lui qui perd, c’est ses ouvriers.
C’est tou­jours ceux qui fabriquent
qui en fin de compte sont fabriqués. 

Et le voi­là qui se pro­mène à Deauville.
Le voi­là à Cannes qui sort du Casino.
Le voi­là à Nice qui fait le beau,
Sur la pro­me­nade des Anglais avec un petit ves­ton clair.
– Beau temps aujourd’hui !
Le voi­là qui se pro­mène, qui prend l’air…

À Paris aus­si il prend l’air, il prend l’air des ouvriers.
il leur prend l’air, le temps, la vie.
Et quand il y en a un qui crache ses pou­mons dans l’atelier,
ses pou­mons abî­més par le sable et les acides,
il lui refuse une bou­teille de lait !
Qu’est-ce que ça peut lui foutre une bou­teille de lait ?!
Il n’est pas laitier,
Il est Citroën.

Il a son nom sur la tour, il a des colo­nels sous ses ordres,
Des colo­nels gratte-papier, garde-chiourme, espions,
Les jour­na­listes mangent dans sa main,
Le pré­fet de police rampe sous son paillasson. 

Citrons, citrons…
Béné­fices nets,
Mil­lions, millions…

Et si le chiffre d’affaires vient à baisser,
pour que, mal­gré tout, les béné­fices ne dimi­nuent pas,
il suf­fit d’augmenter la cadence et de bais­ser les salaires.
Bais­ser les salaires ! 

Mais ceux qu’on a trop long­temps ton­dus en caniches,
Ceux-là gardent encore une mâchoire de loup
Pour mordre, pour se défendre… pour attaquer :
Faire la grève.
La grève, la grève…
Vive la grève ! 

Jacques Pré­vert, 1933.

https://​you​tu​.be/​d​9​7​s​f​L​W​9​t​B​k​&​f​e​a​t​u​r​e​=​e​m​b​_​t​i​tle

Mer­ci Pier­rick, pour avoir repu­blié ce pré­cieux vieux film, où Pré­vert lui-même dit son poème.

PS : la grève ok mais la #Grè­ve­Gé­né­ra­le­Cons­ti­tuante… 🙂

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

Catégorie(s) de l'article :

2 Commentaires

  1. Maxime Faucher

    J’aime l’é­cri­ture de Jacques Pré­vert, et dans ce poème, je relève assez vite les inclu­sions de « Mais.… , Pour­tant.… , Mais .…  » qui ali­mentent une logique de sépa­ra­tion ou d’op­po­si­tion. (entre les ouvriers, ou l’au­teur, et le mon­sieur Citroen et sa carte du monde) C’est d’ac­cord d’un cer­tain état d’es­prit. Et dans un réfé­ren­tiel plus vaste, c’est la co-exis­tence. (en même temps) Ecrire depuis cet état d’es­prit est moins émo­tif. Il me semble qu’An­dré Gide était plus équa­nime que Pré­vert. Les deux sont bons.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....