Jeudi Chouard #7 avec Alexandre Langlois : « À QUOI SERT LA POLICE ? (et les forces armées en général…) Et QUI EST LÉGITIME pour décider de ces missions et pour contrôler leur exécution ? », jeudi 25 avril 2019 à 19 h sur Sud Radio

24/04/2019 | 8 commentaires

Les semaines passent vite. Demain, jeu­di 25 avril 2019 de 19 h à 21 h (ou 22 h 🙂 ), nous rece­vrons Alexandre Lan­glois, for­mi­dable lan­ceur d’a­lerte de la police fran­çaise, et je pro­pose que nous trai­tions ensemble de la ques­tion démo­cra­tique de fond : « à quoi sert la police (et les forces armées en géné­ral) ? Et qui est légi­time pour déci­der de ces mis­sions et pour contrô­ler que tout se passe comme pré­vu ? »

Après une pre­mière par­tie de débat autour de l’ac­tua­li­té (la liber­té de la presse est-elle en dan­ger ?), avec Régis de Cas­tel­nau, Phi­lippe David et Didier Maïs­to, j’es­saie­rai 🙂 d’in­ci­ter mes inter­lo­cu­teurs à écrire et amé­lio­rer un ou deux articles de consti­tu­tion rela­tifs à la mis­sion et aux contrôles popu­laires des forces armées.

Comme d’ha­bi­tude, donc, je vou­drais don­ner le spec­tacle d’a­te­liers consti­tuants popu­laires, pour aider cette idée d’une cause com­mune uni­ver­selle à se pro­pa­ger dans toutes les couches de la socié­té, de façon à pré­pa­rer la popu­la­tion à un (pro­chain) pro­ces­sus consti­tuant populaire.

Régis de Cas­tel­nau, avo­cat, nous aide­ra à rédi­ger l’ar­ticle qui met en oeuvre (et aus­si celui qui contrôle) LA JUSTICE à ce sujet. Ça pro­met d’être passionnant.

Hâte de ren­con­trer Alexandre, que je trouve lumi­neux, hon­nête et courageux.

Étienne.

PS : j’a­vais déjà mené une réflexion sur le contrôle des forces armées, en juin 2014 avec Laurent Hen­nin­ger, au milieu de tas de pneus au Palais de Tokyo, à Paris. Je rap­pelle ici cet échange, je suis sûr que ça vous intéressera 🙂

Forces armées : débat avec Etienne Chouard et Laurent Henninger (juin 2014)

PPS : je vais vous par­ler du magni­fique dis­cours sur les gardes natio­nales de Robes­pierre. Le voici :
https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​R​O​B​E​S​P​I​E​R​R​E​_​D​I​S​C​O​U​R​S​_​S​U​R​_​L​_​O​R​G​A​N​I​S​A​T​I​O​N​_​D​E​S​_​G​A​R​D​E​S​_​N​A​T​I​O​N​A​L​E​S​_​d​e​c​e​m​b​r​e​_​1​7​9​0​_​r​.​pdf

PPS : la semaine pro­chaine, je reçois Michel Col­lon, un autre cher­cheur mili­tant belge que j’aime beau­coup, spé­cia­liste des média­men­songes et de la pro­pa­gande de guerre. Vous ver­rez, cet homme est pas­sion­nant et son tra­vail est important.


Rap­pels pour ceux qui ne connaissent pas Alexandre Lan­glois :

Alexandre Langlois sur Thinkerview : Violences policières et Gilets Jaunes

Alexandre Langlois sur Le Média : Gilets jaunes : un policier met en cause le gouvernement

Alexandre Langlois au JT de RT France : Gilets jaunes : quels remèdes face à la violence pendant les manifestations ?

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

Catégorie(s) de l'article :

8 Commentaires

    • Blanc

      Mer­ci

      Réponse
  1. Jean-Stéphane

    Repen­ser entiè­re­ment la hié­rar­chie et la sépa­ra­tion des pouvoirs.

    Repen­ser entiè­re­ment l’u­ti­li­té et l’u­ti­sa­tion des forces armées.

    Ils ne doivent pas être le cor­don­nier mal chaus­sé, ils ne doivent pas avoir l’im­mu­ni­té de trans­gres­ser des lois sans bonnes rai­sons ; conduite dan­ge­reuse, infrac­tion rou­tière, nui­sance sonore, injures, bru­ta­li­té… ils ne doivent pas mon­trer l’exemple de ce qui ne faut pas faire.

    Réponse
  2. etienne

    Marat : « les sol­dats de la patrie ne doivent aucune obéis­sance à leurs chefs. »

    « Appre­nez donc que, hors ce qui concerne la dis­ci­pline mili­taire, c’est-à-dire, le manie­ment et la tenue des armes, les exer­cices et les évo­lu­tions, la marche contre les enne­mis des lois et de l’État, les sol­dats de la patrie ne doivent aucune obéis­sance à leurs chefs ; que loin de leur être sou­mis, ils en sont les arbitres ; que leur devoir de citoyen les oblige d’examiner les ordres qu’ils en reçoivent, d’en peser les consé­quences, d’en pré­ve­nir les suites. Ain­si lorsque ces ordres sont sus­pects, ils doivent res­ter dans l’inaction ; lorsque ces ordres blessent les droits de l’homme, ils doivent y oppo­ser un refus for­mel ; lorsque ces ordres mettent en dan­ger la liber­té publique, ils doivent en punir les auteurs ; lorsque ces ordres attentent à la patrie, ils doivent tour­ner leurs armes contre leurs offi­ciers. Tout ser­ment contraire à ces devoirs sacrés, est un sacri­lège qui doit rendre odieux celui qui l’exige, et mépri­sable celui qui le prête. »

    Marat, « L’Ami du Peuple », 8 juillet 1790.

    Réponse
    • joss

      Un peu comme chez les pirates.

      Réponse
  3. Bruno

    Dans les années 90, j’ai par­ti­ci­pé à 7 pro­cès contre un orga­nisme d’u­ti­li­té publique, Epa­marne, avec à chaque fois le risque d’une amende pour obs­truc­tion à la jus­tice. Les articles de lois pas­saient vers le 15 août pour trans­for­mer un val­lon magni­fique en ville nou­velle, immeubles de bureaux dans le parc du châ­teau local, trans­for­ma­tion des champs en golf, dont la faillite éven­tuelle les trans­for­me­raient en ter­rains à bâtir. Nous avons gagné mais j’ai vécu la fra­gi­li­té du main­tien de la volon­té popu­laire locale contre la mafia régio­nale ; un com­bat per­ma­nent, comme celui de l’or­ga­nisme humain contre les virus. Je ne pen­sais pas revivre une telle chose, cette fois au niveau natio­nal, sinon mon­dial… En tous cas, bra­vo Etienne pour toutes tes inter­ven­tions et tes idées magni­fiques. Tu donnes une confé­rence ce soir et je vais te sou­te­nir en y assis­tant. Cor­dia­le­ment. Bruno

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...