Soutien au lanceur d’alerte Alexandre LANGLOIS, policier

3/02/2019 | 33 commentaires

[C’est aux citoyens eux-mêmes de défendre et pro­té­ger leurs LANCEURS D’ALERTE] 

Sou­tien au lan­ceur d’a­lerte Alexandre LANGLOIS, poli­cier :

Péti­tion lan­cée par le syn­di­cat de poli­ciers VIGI : 

« Alexandre LANGLOIS, secré­taire géné­ral du syn­di­cat VIGI va pas­ser en conseil de dis­ci­pline le 20 février 2019, pour avoir, au nom de notre orga­ni­sa­tion :

- dénon­cé auprès du Pro­cu­reur des faux en écri­ture publique et des détour­ne­ments de fonds publics de direc­teurs de la police ;

- dénon­cé l’i­nac­tion du direc­teur géné­ral de la police natio­nale dans la lutte contre le sui­cide, qui a fait 61 morts dans la Police Natio­nale depuis sa prise de fonc­tion ;

- dénon­cé le détour­ne­ment de la pro­cé­dure dis­ci­pli­naire et l’o­pa­ci­té de l’IGPN ;

- dénon­cé le détour­ne­ment de la méde­cine sta­tu­taire de soi­gner pour répri­mer les fonc­tion­naires ;

- dépo­sé plainte, puis s’être consti­tué par­tie civile dans l’af­faire BENALLA/MACRON ;

- média­ti­sé la soli­da­ri­té d’une majo­ri­té de poli­ciers avec les gilets jaunes ;

- mis en avant les carences du gou­ver­ne­ment dans la ges­tion du main­tien de l’ordre des mani­fes­ta­tions de gilets jaunes ;

- dépo­sé un recours pour deman­der l’an­nu­la­tion des der­nières élec­tions au sein du Minis­tère de l’In­té­rieur, par les 3 syn­di­cats majoritaires.

On lui reproche un man­que­ment au devoir de loyau­té envers ses chefs, alors qu’il sert le peuple.
On lui reproche une atteinte au cré­dit et renom de la police natio­nale, en dénon­çant de graves dérives internes, alors que c’est un lan­ceur d’a­lerte pro­té­gé par la Loi.

On lui reproche un man­que­ment au devoir de réserve, qui n’existe pas dans le sta­tut de la fonc­tion publique de 1983. L’au­teur de cette Loi, Mon­sieur Ani­cet LE PORS explique ne pas l’a­voir mis sciem­ment. Par contre il a mis le devoir d’in­for­ma­tion du public.

En consé­quence, Mon­sieur le Pré­sident de la Répu­blique nous vous deman­dons d’or­don­ner au direc­teur géné­ral de la police natio­nale de mettre fin à sa « cabale » contre Alexandre LANGLOIS et d’an­nu­ler son conseil de discipline.

Nous vous deman­dons de lan­cer un chan­tier pour réfor­mer l’ins­ti­tu­tion police natio­nale, qui per­met à l’heure actuelle des dérives into­lé­rables en démocratie.

Nous vous deman­dons de refaire les élec­tions pro­fes­sion­nelles au sein du Minis­tère de l’In­té­rieur en excluant les fraudeurs. »

____________________________
Péti­tion lan­cée par le syn­di­cat de poli­ciers VIGI :
https://​www​.meso​pi​nions​.com/​p​e​t​i​t​i​o​n​/​j​u​s​t​i​c​e​/​s​o​u​t​i​e​n​-​l​a​n​c​e​u​r​-​a​l​e​r​t​e​-​a​l​e​x​a​n​d​r​e​-​l​a​n​g​l​o​i​s​/​5​9​069


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​8​9​9​8​0​0​2​2​7​317

Catégorie(s) de l'article :

33 Commentaires

  1. Ruff

    Une des pre­mières mesures que les GJ devraient deman­der est la pro­tec­tion des lan­ceurs d’alerte, et nous devrions tous être GJ.

    Réponse
  2. Pierre

    Déci­dé­ment il semble que l’U­PR a déci­dé de nous faire lan­guir. J’es­père que ça en vau­dra le coup, et qu’on assis­te­ra enfin à un cla­ri­fi­ca­tion des posi­tions d’As­se­li­neau sur le RIC (notam­ment consti­tu­tion­nel) dans le bon sens ! 

    https://​you​tu​.be/​D​8​n​d​C​x​c​u​Zbk

    Réponse
  3. Gaonach

    Bra­vo à ce poli­cier. Quel cou­rage exem­plaire. Un héros

    Réponse
    • F68.10

      Sur ce genre de cas, des posts de blog ne suf­fisent pas. Il faut un expo­sé exhaus­tif et neutre des faits. En somme, faire le bou­lot des jour­na­listes à leur place.

      Réponse
  4. Ouroua

    Sou­tien total.

    Réponse
  5. Pierre

    Remarque pour nos ate­lier consti­tuant sur le RIC :

    A mon avis ce n’est pas une bonne idée de mettre un seuil de par­ti­ci­pa­tion pour que le résul­tat d’un réfé­ren­dum soit valide. Sinon cela peut créer un para­doxe, et pous­ser un vote stra­té­gique ou ceux qui sont contre font exprès de s’abs­te­nir pour faire bais­ser la par­ti­ci­pa­tion en des­sous du seuil.

    Exemple : Si on met un seuil de par­ti­ci­pa­tion à 30% des ins­crits au réfé­ren­dum pour le RIC légis­la­tif. Dans un pre­mier temps sup­po­sons le cas ou 29% des ins­crits sont pour et se déplacent, et 10% des ins­crits sont contre et se déplacent pour voter « non ». Dans ce cas le texte de lois passe. Main­te­nant si les 10% de « non » font exprès de s’abs­te­nir, alors le texte de loi ne passe pas car la par­ti­ci­pa­tion est trop faible.

    En d’autres termes si on met un seuil de par­ti­ci­pa­tion, le fait de se dépla­cer pour dire « non » peut aider à faire pas­ser le pro­jet de loi. Ce qui est pour le moins paradoxal.

    Si l’on veut tout de même mettre un seuil, il fau­drait rem­pla­cer un seuil de par­ti­ci­pa­tion par pour­cen­tage mini­mum de vote favo­rable (exemple : un seuil de par­ti­ci­pa­tion de 30% devient un contrainte d’a­voir mini­mum 15% des ins­crits qui votent favorablement).

    Pierre.

    Ps : J’ai par­ti­ci­pé à un nou­vel ate­lier consti­tuant hier à Rennes, très bien orga­ni­sé, meilleur orga­ni­sa­tion que la mienne d’il y a 2 semaines.

    Réponse
    • Benoit

      Oui en effet, Ber­lus­con­ni par ses TVs invi­tait à aller à la plage plu­tôt que voter aux réfé­ren­dums abro­ga­toires en 2011. Même si les Ita­liens ont mas­si­ve­ment reje­té un retour au nucléaire, la pri­va­ti­sa­tion de l’eau et son immu­ni­té judi­ciaire, le quo­rum pour un réfé­ren­dum me paraît lais­ser prise à un jeu dan­ge­reu­se­ment anti-démo­cra­tique. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/13/97001–20110613FILWWW00375-referendums-berlusconi-reconnait-sa-defaite.php

      Un pour­cen­tage mini­mum de vote favo­rable parait bien et nous l’a­vons aus­si évo­qués dans nos ateliers.

      Benoit

      Réponse
      • Pierre

        >Un pour­cen­tage mini­mum de vote favo­rable parait bien et nous l’avons >aus­si évo­qués dans nos ateliers.

        Très bien comme quoi on arrive tous au même conclu­sions à dif­fé­rents endroit de France ! ^^

        De quelle ville viens-tu ?

        Réponse
  6. Benoit

    Bon­jour à vous, 

    Jeu­di der­nier (31 jan­vier) nous avons tra­vailler à la rédac­tion d’une pro­po­si­tion pour l’établissement d’un RIC local pour de petites communes :

    Voi­la ce qui est res­sor­ti de notre petite réunion :

    Dépôt en mai­rie de la péti­tion à par­tir de 10% de signataire.

    Pos­si­bi­li­té de venir signer les péti­tions en mai­rie, dépo­ser des élé­ments com­plé­men­taires, etc …

    Dis­po­ni­bi­li­té de la mai­rie au moins 1h par semaine pour répondre aux habi­tants (en toute neu­tra­li­té ) sur les refe­ren­dums du calen­drier en cours.

    Mise en appli­ca­tion d’un RIC à par­tir de 20% du corps élec­to­ral d’une com­mune signa­taire d’une pétition

    RIC por­tant sur 3 matières :

    Pro­po­si­tion de loi de fonctionnement

    Abro­ga­tion d’une loi existante

    Révo­ca­tion d’un élu, corps admi­nis­tra­tif, conseil municipal, …

    Défi­ni­tion d’un calen­drier des réfé­ren­dums sur la base de :

    3 dates par an espa­cées de 4 mois chacune

    3 réfé­ren­dums maxi­mum par date (les péti­tions ayant recueillies le plus de signataires)

    Pre­mière ouver­ture de la mai­rie de la deuxième quin­zaine de jan­vier les 3 péti­tions ayant recueillies le plus de signa­tures sont pré­vues au calen­drier de vota­tion (pour le 7 Mai en gros)

    L’opposition dis­pose d’un délai de 3 semaines pour éta­blir un texte, une liste de ses contres argu­ments. A par­tir de cette date la mai­rie doit affi­cher sur les pan­neaux publique les pro­po­si­tions pour et contre, envoi d’un cour­rier infor­mant de la réunion publique, pré­sen­ta­tion des futurs réfé­ren­dum dans la gazette locale.

    Une semaine après l’établissement des contres argu­ments, une réunion publique est orga­ni­sée pour pré­sen­ter les deux textes (la proposition/pétition vs texte contre) à l’issue de laquelle sera défi­nie le texte exacte du réfé­ren­dum (par vote effec­tué avec la méthode du juge­ment majoritaire)

    Pro­cu­ra­tion acces­sible en mai­rie jusqu’à une semaine avant le vote (der­nière ouver­ture de mai­rie d’avant référendum.

    20 %de par­ti­ci­pa­tion mini­mum pour que le vote soit valide

    Deux autres réunions publiques auront lieu à par­tir de cette date, a un mois d’intervalle chacune

    Les débats ont lieu en semaine à par­tir de 19h.

    Lors du réfé­ren­dum seront dis­po­nible les cases OUI, NON et BLANC (Pos­si­bi­li­té d’émettre une pré­ci­sion sur son choix, nou­velle for­mu­la­tion de la ques­tion, etc.)

    Si vote BLANC supé­rieur à 50% cette ques­tion du réfé­ren­dum est décla­ré nulle.

    Dépouille­ment publique. Pré­sence obli­ga­toire de 2 per­sonnes de chaque bord et d’un agent de mai­rie (impar­tial) au mini­mum. Si dif­fé­rence infé­rieur à 2% entre les deux camps : recomp­tage par un autre groupe obligatoire.

    A par­tir du moment ou le réfé­ren­dum est voté et la ques­tion vali­dé, la mai­rie a l’obligation d’agir en fonc­tion du résul­tat et/ou d’aller cher­cher une solu­tion (preuve à l’appuis) à éche­lon supé­rieur si la déci­sion n’est pas dépen­dante de son ressort.

    Si trop de pro­po­si­tions dépas­sant 20% de signa­taires ne sont pas admises à la ses­sion (ex : plus de 80%) il sera pro­po­sé d’office à la ses­sion sui­vante, un réfé­ren­dum pour :

    aug­men­ter le pour­cen­tage néces­saire de signa­taires pour accé­der au vote (ex : +2points)

    aug­men­ter le nombre de réfé­ren­dums par session

    (NB : après dis­cus­sions il parais­sait plus inté­res­sant d’augmenter le nombre de signa­taires mini­mum car 3 sujets a trai­ter tout les 4 mois cela nous sem­blait déjà bien)

    J’espère que c’est correct, 

    J ai pris la liber­té d’a­jou­ter le dépouille­ment publique et d’a­jus­ter de 33.3 à 50% de vote blanc pour que le vote soit nul, sinon il suf­fi au camps adverse de voter blanc plu­tôt que nul pour gagner avec seule­ment 13 => pas logique.

    Ami­ca­le­ment,

    [Compte-ren­du] Adrien

    Réponse
    • Pierre

      >RIC por­tant sur 3 matières :

      Pas de RIC constitutionel ?

      Réponse
      • Benoit

        N’exis­tant pas de consti­tu­tion locale, il n’a pas était ins­crit dans notre RIC local. Nous nous sommes deman­dés quel texte gère les règles du pou­voir des communes.

        Réponse
        • Pierre

          Ok déso­lé j’a­vais pas vu qu’il s’a­gis­sait d’un RIC local.

          Réponse
  7. Riton

    J’ai signé la péti­tion en faveur de M. Lan­glois, et y ai ajou­té un com­men­taire, qui a été cen­su­ré. Vous juge­rez s’il convient de faire de même ici :

    M. Sté­phane Lan­glois a depuis le début une atti­tude que je trouve admi­rable, et qui devrait être le modèle sur lequel l’é­tat d’es­prit du poli­cier devrait être façon­né : au ser­vice du peuple d’abord.

    Les mani­fes­ta­tions des « gilets jaunes » sont les plus sévè­re­ment répri­mées depuis les cin­quante der­nières années, sinon même depuis les grèves des mineurs au len­de­main de la Seconde Guerre mon­diale. Rap­pe­lons que les mani­fes­ta­tions de mai 1968 n’a­vaient entraî­né qu’un seul mort (un poli­cier écra­sé par un mani­fes­tant en voi­ture, ce qui don­na nais­sance au répu­gnant slo­gan soixante-hui­tard « Met­tez un flic sous votre moteur »). Et, tan­dis que nos tri­bu­naux à l’es­prit badin­té­ri­sé condamnent à des peines déri­soires des pédo­philes ayant fait des vic­times par dizaines, tan­dis que les soixante-hui­tards les plus vio­lents, s’é­tant achar­nés sur des poli­ciers au point de mettre en péril la vue de ces hommes, ne furent condam­nés qu’à des peines déri­soires (voir par exemple le témoi­gnage de Rony Brau­man, ancien maoïste du par­ti appe­lé « la Gauche pro­lé­ta­rienne », sur la man­sué­tude des tri­bu­naux contre les vio­lences de l’ex­trême gauche en 1968), les sanc­tions s’a­battent avec une dure­té impi­toyable contre les « gilets jaunes » ; on va même en reve­nir aux « lois anti-cas­seurs » de l’é­poque auto­ri­taire du géné­ral de Gaulle, alors qu’elles avaient été abo­lies par les soixante-hui­tards par­ve­nus au pou­voir avec le Par­ti socia­liste de Mitterrand !

    La liber­té, les soixante-hui­tards la vou­laient pour eux-mêmes ; et, pour autrui, ils sont plus durs et plus auto­ri­taires que le gaul­lisme lui-même.

    Quant aux pré­ten­dus « lance-balle de défense » [sic], je n’y vois que l’i­ni­tia­tive d’un sot incon­nu, ou le cal­cul d’un monstre, puis­qu’on empêche les « gilets jaunes » de se doter de lunettes de pro­tec­tion, avec les­quelles un impact suf­fi­rait pour­tant à les mettre hors de com­bat, sans tou­te­fois ris­quer de les muti­ler. Nos diri­geants tiennent à leurs pré­bendes autre­ment plus qu’à la pru­nelle de NOS yeux.

    C’est mons­trueux.

    Réponse
  8. Salomon
  9. jéjé

    Alexandre Lan­glois res­pecte l’ar­ticle 12 de la Décla­ra­tion des Droits de l’Homme et du Citoyen car il sert le peuple mais contrai­re­ment à cer­tains de ses supé­rieurs :Art. 12. La garan­tie des droits de l’Homme et du Citoyen néces­site une force publique : cette force est donc ins­ti­tuée pour l’a­van­tage de tous, et non pour l’u­ti­li­té par­ti­cu­lière de ceux aux­quels elle est confiée.

    Réponse
  10. Benoit

    Suite à une recherche des termes « citoyens consti­tuants » j’ai appris que les cubains votent le 24 février pour une nou­velle antiConstitution.
    Pour­tant il y avait quelque points intéressants :
    « Si nous ne fai­sions qu’assister, nous ôte­rions toute sa valeur à l’es­sence d’un exer­cice qui doit enri­chir non seule­ment notre Loi des Lois, mais aus­si nous-mêmes. Il est ques­tion d’en­ga­ge­ment, de contri­bu­tion à la construc­tion col­lec­tive du docu­ment juri­dique le plus impor­tant d’une nation ; il est ques­tion de nous sen­tir plus cubains, de nous sen­tir comme des citoyens constituants. 

    pour une meilleure com­pré­hen­sion des citoyens, un glos­saire des termes juri­diques, poli­tiques et sociaux a été ajou­té à la fin du Projet. 

    → Il sera dres­sé un pro­cès-ver­bal de chaque réunion, avec le nom et pré­nom de chaque per­sonne et ses pro­po­si­tions. Ces pro­cès-ver­baux, avec les avis, article par article, seront adres­sés au Centre d’é­tudes socio-poli­tiques d’o­pi­nion du Comi­té cen­tral du Par­ti (Ces­po).

    → Une fois l’in­for­ma­tion trai­tée, elle sera remise à la Com­mis­sion char­gée d’élaborer le Pro­jet de Consti­tu­tion, afin qu’elle éva­lue l’in­clu­sion des pro­po­si­tions et explique à l’As­sem­blée natio­nale les pro­po­si­tions qui ont été incluses, celles qui ne l’ont pas été et pourquoi. »
    http://fr.granma.cu/cuba/2018–08-09/que-chacun-soit-un-citoyen-constituant

    On pour­rait croire à un réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire, mais non :
     »
    QU’EST-CE QU’UN RÉFÉRENDUM POPULAIRE ?
    L’ar­ticle 162 de la Consti­tu­tion dis­pose que « par le biais du réfé­ren­dum convo­qué par l’As­sem­blée natio­nale du Pou­voir popu­laire, les citoyens dis­po­sant du droit de vote indiquent s’ils rati­fient ou non les pro­jets de lois de Réforme consti­tu­tion­nelle », afin qu’ils puissent entrer en vigueur. »
    http://fr.granma.cu/cuba/2019–01-24/le-referendum-augmente-la-participation-citoyenne-dans-la-constitution

    Par manque de pré­pa­ra­tion, une fois de plus se sont les hommes de pou­voirs qui écrivent les règles du pouvoir.

    Leur anti­Cons­ti­tu­tion actuelle
    http://​www2​.univ​-ag​.fr/​C​R​P​L​C​/​I​M​G​/​p​d​f​/​c​o​n​s​t​i​t​u​t​i​o​n​_​d​e​_​l​a​_​r​e​p​u​b​l​i​q​u​e​_​d​e​_​c​u​b​a​.​pdf

    Celle en pro­jet (en espagnol)
    http://www.parlamentocubano.cu/wp-content/uploads/Tabloide-Constituci%C3%B3n.pdf

    Réponse
      • ève

        Le gou­ver­ne­ment , aidé de la sécu­ri­té rou­tière , nous a deman­dé à nous , auto­mo­bi­listes , de nous munir d’un tri­angle à poser sur la route en cas de besoin et d’un gilet jaune pour être visible de loin ! Ces mal­fai­teurs sont donc aux manettes appa­rem­ment plan­qués au chaud à attendre que ça pète pour répri­mer , faire gazer , et com­mettre l’irréparable !
        J’aime beau­coup le sym­bole qu ’ en ont fait les per­sonnes dému­nies , sym­bole qui s’é­gare main­te­nant sur des che­mins sans issues sur le long terme , je crois !

        Réponse
  11. robert

    bon­jour Etienne,
    je viens de vision­ner la vidéo de votre débat avec Asse­li­neau dans laquelle vous avez déplo­ré que Mélen­chon se soit expri­mé après les élec­tions et ait annon­cé qu’il n’é­tait plus ques­tion de quit­ter l’u­nion Euro­péenne. Je ne l’é­coute pas de façon sys­té­ma­tique mais je ne me sou­viens pas de cela. Pour­riez vous me retrou­ver le docu­ment où il en est ques­tion. Mer­ci d’avance,
    Robert

    Réponse
  12. Robert

    Péti­tion signée bien sûr, avec aus­si celle deman­dant l’am­nis­tie pour les GJ. Je recom­mande aus­si vive­ment de vision­ner son inter­view sur Thin­ker­view : édifiant !

    Réponse
    • Pierre

      RIC 2.0 = très mauvais.

      Déjà orga­ni­ser 3 réfé­ren­dum par An ça coûte pas très cher par rap­port au bud­get de l’é­tat. Donc vou­loir modi­fier le RIC juste pour des ques­tions de coût c’est plus que discutable.

      Deuxiè­me­ment l’intérêt du RIC c’est aus­si de sen­tir qu’on a réel­le­ment le pou­voir en votant réel­le­ment. Le RIC 2.0 essaye de nous enle­ver la pos­si­bi­li­té de voter effectivement.

      Réponse
  13. Pierre

    Etienne,

    Je me rend compte que j’ai oublié de refor­mu­ler concer­nant les seuils de participations :

    Le sou­cis avec le quo­rum de par­ti­ci­pa­tion comme condi­tion d’a­dop­tion d’une ini­tia­tive par réfé­ren­dum c’est qu’il compte sur la somme des pours et des contres pour atteindre ce seuil. Et donc on a besoin en par­tie que ceux qui sont contre l’i­ni­tia­tive veuillent bien se dépla­cer pour qu’elle soit adop­té ce qui est para­doxal, et peut pous­ser à l’abs­ten­tion stra­té­gique des contres.

    Par contre si on met un nombre mini­mal de votes favo­rables néces­saire pour qu’une ini­tia­tive soit adop­tée, par exemple 10% ou 15% des ins­crits, alors on ne compte que sur les per­sonnes favo­rables à l’i­ni­tia­tive pour la faire pas­ser et ça ne pose plus aucun pro­blème. Cette condi­tion revient alors juste à dire que ceux qui sont en faveur de l’i­ni­tia­tive et sont prét à se dépla­cer pour voter ne doivent pas être une mino­ri­té trop petite dans la société.

    Mer­ci encore d’être venu nous voir à Rennes, c’é­tait vrai­ment un super week-end ! 🙂

    Réponse
  14. Berbère

    Actu au Scal­pel #31 : du com­plot et de la pro­pa­gande d’état !
    Salim Laï­bi Le Libre Penseur
    Quelques ouvrages par­ta­gé en ponctuation…

    Réponse
  15. Salomon

    Bon­soir,
    je vou­drais savoir pour­quoi vous ne par­ta­gez pas vos confé­rences ou ate­liers consti­tuant sur votre page Face­book en live, vous pour­riez deman­der à l’un des par­ti­ci­pants pour qu’il film a votre place depuis votre compte face­book, qui compte un nombre assez impor­tant de fol­lo­wer, ce qui per­met­trait une large dif­fu­sion .Dans la plu­part de vos confé­rences il y a un pro­blème de son, ce qui rebute beau­coup de per­sonnes, Pour des vidéos de qua­li­té il vous fau­dra un micro sans fil pour smart­phone et aus­si une per­sonne qui vous explique les bonnes astuces sur l’u­ti­li­sa­tion de face­book. et aus­si la plu­part des per­sonnes qui film vos débats depuis leur compte ont très peux de fol­lo­wers alors que vous avec votre compte vous pour­rez atteindre un grand nombre de gens​.si vos fol­lo­wers par­tagent aus­si de leurs côtés, vous pour­riez atteindre un très grand nombre de public. Le 16 vous avez une confé­rence avec Pre­cil­lia et elle peut aus­si par­ta­ger votre live sur son compte. pour un micro si vous avez besoin je peux vous envoyer de quoi vous en ache­ter un.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles