[Best of] Pour une vraie démocratie : les fondements d’Étienne Chouard

17/03/2019 | 6 commentaires

Éric Sche­moul a com­po­sé une com­pi­la­tion sur mon travail. 

Mer­ci Éric 🙂 

C’est un gros bou­lot, bien utile sans doute. Ce sera même un tra­vail pré­cieux si c’est cette com­pi­la­tion-là qui, fina­le­ment, tourne beau­coup par­tout sur terre…

Il l’a appelée :

Pour une vraie démocratie : les fondements d’Étienne Chouard

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Catégorie(s) de l'article :

6 Commentaires

  1. Chris

    Bon­jour,
    Inter­ven­tion d’Eric, un poli­cier du Syn­di­cat France Police – poli­ciers en colère, sur la répres­sion poli­cière contre les Gilets Jaunes, les ordres don­nés par le gou­ver­ne­ment et les moyens uti­li­sés, aux assises des Gilets Jaunes.
    https://​you​tu​.be/​z​G​_​Z​x​7​M​i​kV4
    Bien à vous,

    Réponse
  2. Zedav

    Étienne,

    Dans vos der­nières prises de paroles, vous expli­quez qu’en trai­tant une per­sonne de raciste au lieu de dire d’une per­sonne qu’elle tient par­fois des pro­pos racistes, on l’es­sen­tia­lise, on le réduit à ce racisme.

    Est-ce si dif­fé­rend quand vous par­lez de forts et de faibles ?

    C’est pour­quoi je vous avais pro­po­sé il y a quelques années de par­ler de per­sonnes en posi­tion de force ou de fai­blesse. Il me semble que ça n’a­lour­dit pas trop le pro­pos, que tout le monde peut com­prendre et que cela évite l’es­sen­tia­li­sa­tion et la jus­ti­fi­ca­tion « natu­ra­liste » des hié­rar­chies sociales.

    Comme ose le dire Juan Bran­co en fai­sant entorse au poli­ti­que­ment cor­recte, Arnaud Lagar­dère est, de noto­rié­té même dans sa classe sociale, un abru­ti. Sor­tez le de sa posi­tion de force (d’hé­ri­tier) et vous obtien­drez pro­ba­ble­ment une per­sonne qui aurait cumu­lé les échecs.

    Cer­taines per­sonnes sont par­fois main­te­nues en échec toute leur vie avant d’être mon­tées au pinacle par les mêmes classes qui l’au­ront mépri­sé toute sa vie comme a pu l’être Van Gogh.

    Il y a certes des per­sonnes douées d’ap­ti­tudes consi­dé­rables que l’on pour­rait qua­li­fier de fortes et, à l’autre extré­mi­té, d’autres per­sonnes par­ti­cu­liè­re­ment défa­vo­ri­sées par la nature mais l’im­mense majo­ri­té dis­pose de facul­tés intermédiaires.

    D’ailleurs, comme la dis­tri­bu­tion des forts, des inter­mé­diaires et des faibles suit les lois de la nature, elle devrait, dans une socié­té récom­pen­sant le « mérite » ou les apti­tudes , pro­duire une socié­té en courbe de Gauss avec une immense classe moyenne, et de petites classes supé­rieures et infé­rieures. Nous en sommes loin…

    En vous remer­ciant pour votre tra­vail de Titan (ou d’Her­cule) qui devien­dra peut-être mythique un jour.

    Réponse
  3. joss

    Jean-Paul Joua­ry : « De tout temps, les démo­crates ont refu­sé le suf­frage universel »
    https://​www​.revue​-bal​last​.fr/​j​e​a​n​-​p​a​u​l​-​j​o​u​a​r​y​-​d​e​-​t​o​u​t​-​t​e​m​p​s​-​l​e​s​-​d​e​m​o​c​r​a​t​e​s​-​o​n​t​-​r​e​f​u​s​e​-​l​e​-​s​u​f​f​r​a​g​e​-​u​n​i​v​e​r​s​el/

    Nous ne sommes pas en démo­cra­tie. Nous ne sommes pas non plus, en France, en dic­ta­ture. Et c’est pré­ci­sé­ment parce que la vie poli­tique a été réduite à cette oppo­si­tion que nous sommes impuis­sants. Rous­seau aimait à dire qu’aussitôt l’élection pas­sée et les membres du par­le­ment élus, le peuple rede­vient esclave. Être repré­sen­té, ajou­tait-il, est une idée récente dans l’histoire des humains. Les gilets jaunes ont remis sur le devant de la scène cette cri­tique his­to­rique de la confis­ca­tion démo­cra­tique au nom de la « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive ». Nous en dis­cu­tons avec le phi­lo­sophe Jean-Paul Joua­ry, auteur, depuis les années 1970, de près de 30 ouvrages et ancien rédac­teur en chef de l’hebdomadaire Révo­lu­tion. Com­ment le peuple peut-il « se gou­ver­ner » et non plus être dirigé ?

    Réponse
  4. Chaize

    Comme la dit Étienne Chouard dans une vidéo , il est urgent de créer et non de récla­mer le RIC et faire un kit tout prêt pour réa­li­ser dans chaque vil­lage, ville , dépar­te­ment l assem­blé consti­tuante .Construire une plate forme numé­riques dans chaque département.

    Réponse
  5. Ali

    Vote et Contrôle des élus par un sys­tème électronique
    Dans le sys­tème actuel on élit une per­sonne (par exemple au siège de pré­sident, dépu­té, maire,…) sur la base de ses pro­messes pour un man­dat de quatre, cinq ans .. Pen­dant cette période l’électeur n’a pas de contrôle sur cet élu, un peu comme s’il avait signé un chèque en blanc ! L’élu peut se détour­ner de ce qu’il a pro­mis, et même faire le contraire sans être inquié­té jus­qu’à la fin du mandat.
    Com­ment cor­ri­ger cette grave carence  institutionnelle ?

    A l’ère de l’informatique, on peut pen­ser et conce­voir un sys­tème fiable où le vote se fait de manière élec­tro­nique avec une carte et un code. (Bien enten­du sur la bases de pro­grammes poli­tiques ou pro­fes­sions de foi pré­sen­tés par les can­di­dats) Sui­vant des règles à éta­blir : l’électeur accré­dite le can­di­dat de son choix d’un nombre de points (à défi­nir par la loi), le can­di­dat qui a obte­nu le nombre total de points requis est élu.Pendant le man­dat, les per­sonnes qui avaient voté pour un élu peuvent , s’il les a déçues , lui enle­ver des points, sui­vant des moda­li­tés à défi­nir ( par exemple une fois par an), à l’aide de leur carte et de leur code.

    L’élu qui aurait per­du son cré­dit de points, perd son siège. Il serait rem­pla­cé, selon le type d’é­lec­tion et sui­vant des règles à éla­bo­rer ( par exemple par son sup­pléant – s’il y a des sup­pléants élus-ou par le can­di­dat de sa cir­cons­crip­tion qui aurait obte­nu lors de l’élection le nombre de points le plus proche de ce qui est préconisé…..ou dans les cas extrêmes pro­cé­der à une élec­tion par­tielle ). ( On peut affi­ner la réflexion notam­ment concer­nant le pré­sident de la répu­blique qui doit être révo­cable aus­si en cas de perte de sa réserve de points, et rem­pla­cé par le vice pré­sident, poste à instituer)

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pour une vrai democratie Les fondements d’Etienne Chouard – Mensoif - […] Étienne Chouard l’en remercie sur son site chouard.org/blog […]
  2. Grand débat : le constat d’Édouard Philippe | Contrepoints - […] au fait, qu’est donc cette vraie démocratie que nous encense Étienne Chouard et que la France Insoumise a mise dans…

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....