[Best of] Pour une vraie démocratie : les fondements d’Étienne Chouard

17/03/2019 | 6 commentaires

Éric Sche­moul a com­po­sé une com­pi­la­tion sur mon travail. 

Mer­ci Éric 🙂 

C’est un gros bou­lot, bien utile sans doute. Ce sera même un tra­vail pré­cieux si c’est cette com­pi­la­tion-là qui, fina­le­ment, tourne beau­coup par­tout sur terre…

Il l’a appelée :

Pour une vraie démocratie : les fondements d’Étienne Chouard

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Catégorie(s) de l'article :

6 Commentaires

  1. Chris

    Bon­jour,
    Inter­ven­tion d’Eric, un poli­cier du Syn­di­cat France Police – poli­ciers en colère, sur la répres­sion poli­cière contre les Gilets Jaunes, les ordres don­nés par le gou­ver­ne­ment et les moyens uti­li­sés, aux assises des Gilets Jaunes.
    https://​you​tu​.be/​z​G​_​Z​x​7​M​i​kV4
    Bien à vous,

    Réponse
  2. Zedav

    Étienne,

    Dans vos der­nières prises de paroles, vous expli­quez qu’en trai­tant une per­sonne de raciste au lieu de dire d’une per­sonne qu’elle tient par­fois des pro­pos racistes, on l’es­sen­tia­lise, on le réduit à ce racisme.

    Est-ce si dif­fé­rend quand vous par­lez de forts et de faibles ?

    C’est pour­quoi je vous avais pro­po­sé il y a quelques années de par­ler de per­sonnes en posi­tion de force ou de fai­blesse. Il me semble que ça n’a­lour­dit pas trop le pro­pos, que tout le monde peut com­prendre et que cela évite l’es­sen­tia­li­sa­tion et la jus­ti­fi­ca­tion « natu­ra­liste » des hié­rar­chies sociales.

    Comme ose le dire Juan Bran­co en fai­sant entorse au poli­ti­que­ment cor­recte, Arnaud Lagar­dère est, de noto­rié­té même dans sa classe sociale, un abru­ti. Sor­tez le de sa posi­tion de force (d’hé­ri­tier) et vous obtien­drez pro­ba­ble­ment une per­sonne qui aurait cumu­lé les échecs.

    Cer­taines per­sonnes sont par­fois main­te­nues en échec toute leur vie avant d’être mon­tées au pinacle par les mêmes classes qui l’au­ront mépri­sé toute sa vie comme a pu l’être Van Gogh.

    Il y a certes des per­sonnes douées d’ap­ti­tudes consi­dé­rables que l’on pour­rait qua­li­fier de fortes et, à l’autre extré­mi­té, d’autres per­sonnes par­ti­cu­liè­re­ment défa­vo­ri­sées par la nature mais l’im­mense majo­ri­té dis­pose de facul­tés intermédiaires.

    D’ailleurs, comme la dis­tri­bu­tion des forts, des inter­mé­diaires et des faibles suit les lois de la nature, elle devrait, dans une socié­té récom­pen­sant le « mérite » ou les apti­tudes , pro­duire une socié­té en courbe de Gauss avec une immense classe moyenne, et de petites classes supé­rieures et infé­rieures. Nous en sommes loin…

    En vous remer­ciant pour votre tra­vail de Titan (ou d’Her­cule) qui devien­dra peut-être mythique un jour.

    Réponse
  3. joss

    Jean-Paul Joua­ry : « De tout temps, les démo­crates ont refu­sé le suf­frage universel »
    https://​www​.revue​-bal​last​.fr/​j​e​a​n​-​p​a​u​l​-​j​o​u​a​r​y​-​d​e​-​t​o​u​t​-​t​e​m​p​s​-​l​e​s​-​d​e​m​o​c​r​a​t​e​s​-​o​n​t​-​r​e​f​u​s​e​-​l​e​-​s​u​f​f​r​a​g​e​-​u​n​i​v​e​r​s​el/

    Nous ne sommes pas en démo­cra­tie. Nous ne sommes pas non plus, en France, en dic­ta­ture. Et c’est pré­ci­sé­ment parce que la vie poli­tique a été réduite à cette oppo­si­tion que nous sommes impuis­sants. Rous­seau aimait à dire qu’aussitôt l’élection pas­sée et les membres du par­le­ment élus, le peuple rede­vient esclave. Être repré­sen­té, ajou­tait-il, est une idée récente dans l’histoire des humains. Les gilets jaunes ont remis sur le devant de la scène cette cri­tique his­to­rique de la confis­ca­tion démo­cra­tique au nom de la « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive ». Nous en dis­cu­tons avec le phi­lo­sophe Jean-Paul Joua­ry, auteur, depuis les années 1970, de près de 30 ouvrages et ancien rédac­teur en chef de l’hebdomadaire Révo­lu­tion. Com­ment le peuple peut-il « se gou­ver­ner » et non plus être dirigé ?

    Réponse
  4. Chaize

    Comme la dit Étienne Chouard dans une vidéo , il est urgent de créer et non de récla­mer le RIC et faire un kit tout prêt pour réa­li­ser dans chaque vil­lage, ville , dépar­te­ment l assem­blé consti­tuante .Construire une plate forme numé­riques dans chaque département.

    Réponse
  5. Ali

    Vote et Contrôle des élus par un sys­tème électronique
    Dans le sys­tème actuel on élit une per­sonne (par exemple au siège de pré­sident, dépu­té, maire,…) sur la base de ses pro­messes pour un man­dat de quatre, cinq ans .. Pen­dant cette période l’électeur n’a pas de contrôle sur cet élu, un peu comme s’il avait signé un chèque en blanc ! L’élu peut se détour­ner de ce qu’il a pro­mis, et même faire le contraire sans être inquié­té jus­qu’à la fin du mandat.
    Com­ment cor­ri­ger cette grave carence  institutionnelle ?

    A l’ère de l’informatique, on peut pen­ser et conce­voir un sys­tème fiable où le vote se fait de manière élec­tro­nique avec une carte et un code. (Bien enten­du sur la bases de pro­grammes poli­tiques ou pro­fes­sions de foi pré­sen­tés par les can­di­dats) Sui­vant des règles à éta­blir : l’électeur accré­dite le can­di­dat de son choix d’un nombre de points (à défi­nir par la loi), le can­di­dat qui a obte­nu le nombre total de points requis est élu.Pendant le man­dat, les per­sonnes qui avaient voté pour un élu peuvent , s’il les a déçues , lui enle­ver des points, sui­vant des moda­li­tés à défi­nir ( par exemple une fois par an), à l’aide de leur carte et de leur code.

    L’élu qui aurait per­du son cré­dit de points, perd son siège. Il serait rem­pla­cé, selon le type d’é­lec­tion et sui­vant des règles à éla­bo­rer ( par exemple par son sup­pléant – s’il y a des sup­pléants élus-ou par le can­di­dat de sa cir­cons­crip­tion qui aurait obte­nu lors de l’élection le nombre de points le plus proche de ce qui est préconisé…..ou dans les cas extrêmes pro­cé­der à une élec­tion par­tielle ). ( On peut affi­ner la réflexion notam­ment concer­nant le pré­sident de la répu­blique qui doit être révo­cable aus­si en cas de perte de sa réserve de points, et rem­pla­cé par le vice pré­sident, poste à instituer)

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pour une vrai democratie Les fondements d’Etienne Chouard – Mensoif - […] Étienne Chouard l’en remercie sur son site chouard.org/blog […]
  2. Grand débat : le constat d’Édouard Philippe | Contrepoints - […] au fait, qu’est donc cette vraie démocratie que nous encense Étienne Chouard et que la France Insoumise a mise dans…

Laisser un commentaire

Derniers articles