Le RÉFÉRENDUM des GILETS JAUNES avec Fly Rider, Etienne Chouard, Yvan Bachaud et Léo Girod

9/12/2018 | 15 commentaires

Mer­ci à tous ceux qui ont ren­du pos­sible cette très chouette rencontre. 

La révolte des Gilets jaunes est une chance his­to­rique, pour les dam­nés de la terre, de s’en prendre enfin, libre­ment, aux CAUSES pre­mières de leur misère (qui se trouvent dans l’an­ti­cons­ti­tu­tion de 1958), au lieu d’en res­ter aux CONSÉQUENCES de leur impuis­sance (impôts écra­sants et injustes, salaires de misère, ser­vices publics et pro­tec­tions en cours de des­truc­tion…).

Si les tra­vailleurs veulent s’é­man­ci­per de leurs maîtres, aus­si riches qu’in­sa­tiables, il fau­dra qu’ils apprennent à ins­ti­tuer EUX-MÊMES leur puis­sance poli­tique.

L’exi­gence prio­ri­taire du RIC est la pre­mière marche d’une trans­for­ma­tion inté­rieure, d’é­lec­teur (enfant poli­tique, « inca­pable » par construc­tion) en citoyen (adulte poli­tique, « sou­ve­rain » par construc­tion).

La ques­tion déci­sive qui devrait cou­rir à tra­vers les conver­sa­tions des gilets jaunes, sur les péages et sur les ronds-points occu­pés, devrait être : COMMENT ALLONS-NOUS INSTITUER NOUS-MÊMES, DURABLEMENT, NOTRE PUISSANCE POLITIQUE ?
ALLEZ, ON S’EXERCE À ÉCRIRE DES ARTICLES, ENSEMBLE, LIBREMENT…

C’est le moment, il faut sai­sir cette occa­sion his­to­rique, plu­tôt qu’al­ler se frit­ter avec les CRS.

Gilets Jaunes, vous êtes légi­times à deve­nir constituants !

Soyez réso­lus de ne plus ser­vir, et vous voi­là libres.

Étienne.

L’an­ti­dote démo­cra­tique dans un sys­tème de domi­na­tion par­le­men­taire : le RIC, réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne en toutes matières

Fils Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​7​7​0​4​4​7​6​3​7​317

https://​www​.face​book​.com/​D​e​m​K​r​a​t​/​v​i​d​e​o​s​/​2​2​4​5​3​3​1​5​4​2​4​2​2​628

https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​7​7​2​9​0​2​8​5​2​317

Catégorie(s) de l'article :

15 Commentaires

  1. etienne

    Étienne CHOUARD ébloui par les Gilets Jaunes – RIC, Assemblée Constituante : un formidable espoir

    Réponse
  2. Laurent

    Bon­jour Etienne,

    Belle occa­sion à sai­sir pour ten­ter d’im­po­ser le RIC…
    Un élé­ment pri­mor­dial que je n’ai vu/lu (cela m’a peut-être échappé…)dans les récents échanges sur cette ques­tion est la repré­sen­ta­ti­vi­té dans les médias de masse une fois un RIC sai­si. Se rap­pe­ler com­ment ces der­niers nous ont ven­du Macron.

    Laurent

    Réponse
  3. etienne

    François RUFFIN : MON COMPLOT POUR « SÉDITION » !

    Réponse
    • Bernard Décombe

      « Conspi­ra­tion d’as­sas­si­nat et d’empilement de crimes de for­fai­tures par les rouages de la république » :
      http://​www​.assas​si​nat​-karine​-decombe​-anno​nay​.legal/

      Lors­qu’il y a quelques mois, j’ai par­lé par cour­riel à RUFFIN de cette affaire que l’É­tat étouffe avec achar­ne­ment depuis 24 ans, pour l’in­vi­ter à faire son tra­vail de repré­sen­tant du peuple, qui était en l’oc­cur­rence de deman­der des expli­ca­tions au gou­ver­ne­ment.…, Ruf­fin s’en est tenu à plon­ger dans son terrier.!…
      Comme ses 17 col­lègues vaillam­ment « insou­mis », et comme ses 900 com­plices dépu­tés et sénateurs.!.…

      Réponse
  4. Renaud

    Je viens d’en­tendre Epel­boin. Dit en très résu­mé, la Répu­blique fran­çaise et son exé­cu­tif du moment, est pas­sée, pro­gres­si­ve­ment des décen­nies durant au ser­vice de l’o­li­gar­chie mon­dia­liste. Dans les cir­cons­tances pré­sentes, le masque de cet exé­cu­tif est en train de tom­ber et nous per­ce­vons à pré­sent, com­ment on pour­rait « être diri­gé »… La France, les fran­çais, sont bien trop poli­ti­sés et qua­si stric­te­ment foca­li­sés sur le strict État, un État « uni­ver­sel », sous enten­du thau­ma­turge, mais qui dans les temps pré­sents un État qui tourne au vinaigre ou en eau de bou­din. Il n’en a pas tou­jours été ain­si car le modèle fran­çais aura été, en son temps, une assez belle réus­site. À pré­sent la Répu­blique fran­çaise est sapée par le res­sac mon­dia­liste, essen­tiel­le­ment le res­sac du mar­ché-roi qui a tous les droits chez n’im­porte qui. De telle sorte que les socié­tés civiles pro­duc­trices qui avaient mis des siècle à se for­mer voient leur sys­tème immu­ni­taire interne de défense et de péren­ni­té rava­gés par le « sida » libre-échan­giste et la liber­té qua­si totale d’ac­tion des chas­seurs de primes mon­dia­li­sés et leurs ravages ban­caires, moné­taires et finan­ciers. par les souf­frances et l’im­puis­sance occa­sion­nés dont nous n’a­vons pas encore sai­si toute la por­tée redou­table. Sur le plan éco­no­mique et social, il en va du sauve qui peut.
    Il serait néces­saire vrai­ment que le mou­ve­ment des Gilets-Jaunes et beau­coup d’autres fassent savoir d’ur­gence et clai­re­ment qu’il faut rapi­de­ment sor­tir de l’ « Europe » et de l’eu­ro ! Sinon tous les risques peuvent se réunir pour débou­cher sur un coup pour rien si nous res­tons fina­le­ment fice­lés dans le déses­poir, entre autres, de l’ « Europe », l’eu­ro et la mondialisation.

    Réponse
  5. Anonymous

    Bon­jour Etienne,
    Je sais pas si mon idée est bonne mais je vais vous en par­lez comme même.

    Pour­quoi ne pas prendre a contre pied les médias tv ? On devrait tous impri­mer et faire des ban­de­roles RIC. Faire les muets a chaque fois qu un jour­na­liste veut inter­viewé un GJ. Et mon­trer notre affiche. Je pense qu il faut cibler et mon­trer notre demande pour l acte 5 et ecrou­ler le mur des medias tv.
    On a une image trop brouillon. Qu en pen­sez vous ?

    Réponse
  6. REMY

    Nous devons tous et cha­cun beau­coup à Etienne Chouard (et Fré­dé­ric Tadeï) qui a fait effrac­tion dans notre apa­thie pour nous faire prendre conscience de l’exis­tence du 1% mondial.….…
    Une petite phrase ; une simple petite phrase et des vidéos per­cu­tantes sur l’im­pôt, la folie des ultra riches ; des ate­liers consti­tuants ; bref un tra­vail de fond remar­quable au moment où notre piteuse démo­cra­tie rend si peu compte des sou­haits légi­times de cha­cun ; qu’il soit ici remercié.

    Réponse
  7. CARRE Catherine

    Enfin le peuple se lève pour aller vers la vraie démo­cra­tie. Il faut tenir bon et crier notre désac­cord envers le pou­voir cor­rom­pu. Mer­ci les gilets jaune.

    Réponse
  8. JEAN LOUIS FABRE

    pour com­prendre il faut définir.…
    Classe populaire
    Ensemble de citoyens repré­sen­tant le plus grand nombre, qui a le sen­ti­ment de n’être ni enten­du ni consi­dé­ré par le sys­tème diri­geant dès lors qu’il obéit aux inté­rêts des très riches, des nan­tis, des pri­vi­lé­gies et des élites

    Gilets jaunes

    Indi­vi­dus por­tant un vête­ment pré­co­ni­sé par sécu­ri­té rou­tière en cas dan­ger, comme emblème des citoyens révol­tés qui ne peuvent plus vivre de leur tra­vail en rai­son de l’injustice fis­cale abou­tis­sant à appau­vrir les moins riches au pro­fit des très riches et de ceux qui béné­fi­cient de privilèges.

    Négo­cia­tions sala­riales et sociales (à l’époque actuelle)

    Confron­ta­tions orga­ni­sées entre patrons et sala­riés ayant pour objec­tif affi­ché d’aboutir à des avan­tages accor­dés à la classe infé­rieure alors que ce pro­ces­sus en réa­li­té s’inscrit dans un pro­jet gou­ver­ne­men­tal ayant pour effet de contraindre les par­ties en pré­sence à accep­ter en défi­ni­tive un préa­lable direc­tif contraire à l’esprit de consensus.

    pro­gres­sisme à l’européenne : Doc­trine qui veut pro­mou­voir un pro­grès social rele­vant d’une volon­té d’égaliser les niveaux de vie des nations qui com­posent l’occident en appau­vris­sant les plus riches au pro­fit des plus pauvres grâce une la fraude à la démo­cra­tie consis­tant à vider de sens l’expression les organes repré­sen­ta­tifs, sociaux, éco­no­miques et poli­tiques d’un pays, au pro­fit d’une supré­ma­tie tech­no­cra­tique oppo­sée aux modèles de vie indi­vi­duelle exis­tant et rele­vant d’un ordre répu­bli­cain pré­cé­dem­ment établi.

    Macro­nisme : Concep­tion tech­no­cra­tique de la chose publique qui vise à raf­fer­mir l’ordre éta­bli par la classes diri­geantes de droite et de gauche, en prô­nant en même temps une trans­for­ma­tion de la socié­té visant d’une façon oblique, à faire accep­ter au citoyen, par la voie appa­rem­ment démo­cra­tique, que le pou­voir poli­tique doit se limi­ter à admi­nis­trer et non à gou­ver­ner, ce der­nier rôle étant dévo­lu à une enti­té supra natio­nale repré­sen­tant les inté­rêts supé­rieurs des puis­sances finan­cières qui régissent l’ordre mondial 

    éco­lo­gie à la fran­çaise : Mou­ve­ment qui consi­dère les acti­vi­tés humaines dans le but de pro­té­ger à la fois les êtres humains et l’environnement en rete­nant essen­tiel­le­ment la pro­mo­tion des inno­va­tions tech­no­lo­giques éco­no­mi­que­ment per­for­mantes et appa­rem­ment non pol­luantes dont glo­ba­le­ment les effets à long terme sur notre milieu ne sont pas véri­fiables mais qui sont une source de reve­nus immé­diate non négli­geables pour l’état et pour les action­naires qui béné­fi­cient indi­rec­te­ment d’avantages fis­caux sub­stan­tiels finan­cés par une aug­men­ta­tion constante des taxes sup­por­tées par l’ensemble des contribuables.

    Popu­lisme : Dis­cours poli­tique met­tant en exergue le fait que les élites sont la cause de l’émergence de classes défa­vo­ri­sées sur­tout lorsque celles-ci repré­sentent une majo­ri­té de citoyens conscients que les sys­tèmes poli­tiques démo­cra­tiques clas­siques ne peuvent plus chan­ger leur condition.

    droits de l’homme

    Ordre moral conven­tion­nel qui recon­nait des droits inalié­nables à tous les membres de la famille humaine dans une uto­pie consis­tant à faire coexis­ter les prin­cipes d’égalité et de liber­té sans défi­nir les moyens fra­ter­nels per­met­tant d’aboutir à impo­ser, aux peuples et aux nations, la paix sans laquelle la digni­té de cha­cun perd tout son sens.

    liber­té :

    Prin­cipe d’ordre allé­go­rique selon lequel chaque per­sonne peut agir selon son bon vou­loir, remis en cause par la contrainte et la mul­ti­pli­ca­tion des lois et des règlements

    éga­li­té

    Prin­cipe selon lequel cha­cun doit être trai­té de la même façon ceci per­met­tant de reven­di­quer le mieux-être de son voi­sin sans avoir la pos­si­bi­li­té d’y par­ve­nir par ses propres moyens dans une socié­té cloi­son­nant cha­cun dans le sta­tut auquel il appartient

    crise éco­no­mique

    Euphé­misme per­met­tant d’atténuer les idées désa­gréa­ble­ment bru­tales que peuvent avoir les tra­vailleurs euro­péens dont les nations sont encer­clées par les pays émer­gents, anciennes colo­nies d’une façon géné­rale, qui pro­duisent à un coût sala­rial très infé­rieurs des biens performants.

    Taux de chômage

    Mesure de l’incapacité des gou­ver­ne­ments de mai­tri­ser une acti­vi­té éco­no­mique per­met­tant de don­ner accès au monde du tra­vail au plus grand nombre.

    l’impôt (voir pré­lè­ve­ments fiscaux)

    Vocable archaïque sous lequel on dési­gnait à l’origine la contri­bu­tion libre­ment consen­tie par les citoyens en fonc­tion de leurs reve­nus pour le bon fonc­tion­ne­ment des ser­vices de l’état dans une optique d’améliorer l’existence de l’ensemble des indi­vi­dus vivant au sein d’une nation. 

    pré­lè­ve­ments fiscaux

    Tri­buts dont les mon­tants sont fixés par l’état et payés par les contri­buables d’une façon inéga­li­taire selon la classe sociale à laquelle ils appar­tiennent sans que les citoyens ne puissent véri­ta­ble­ment se rendre compte du bon usage qui est fait des deniers publics.

    tech­no­cra­tie

    Sys­tème poli­tique dans lequel les experts imposent au peuple igno­rant par défi­ni­tion, la conduite les affaires de l’état en excluant toute notion d’humanisme.

    admi­nis­tra­tion

    Qua­trième pou­voir occulte d’une démo­cra­tie qui trouve toute sa force dans sa per­ma­nence face aux pou­voirs exé­cu­tif, légis­la­tif et judi­ciaire dont la légi­ti­mi­té change à chaque élection.

    syn­di­cats de travailleurs

    Orga­ni­sa­tions per­met­tant aux gou­ver­ne­ments de mettre en œuvre leurs poli­tiques éco­no­miques et indus­trielles au détri­ment des tra­vailleurs en leur fai­sant croire que leurs droits sont pris en compte grâce à des simu­lacres de contes­ta­tions, dis­cus­sions et de négociations.

    syn­di­cats patronaux

    Orga­ni­sa­tion des diri­geants d’entreprises per­met­tant aux action­naires déten­teurs du capi­tal d’insuffler au pou­voir en place une concep­tion de l’organisation du tra­vail per­met­tant d’améliorer la pro­fi­ta­bi­li­té de leurs investissements. 

    impôt indi­rect

    Tech­nique qui consiste à répar­tir la charge fis­cale sur les consom­ma­teurs indé­pen­dam­ment de leurs niveaux de reve­nu sachant que l’impôt dilué sur le plus grand nombre est celui qui rap­porte le plus.

    inno­va­tion

    Action de sus­ci­ter une attente nou­velle par la trans­for­ma­tion ou l’amélioration à moindre cout d’un pro­duit ou d’un ser­vice exis­tant de façon à exa­cer­ber le désir de consom­mer tout en jus­ti­fiant paral­lè­le­ment l’augmentation des prix de vente et par voie de consé­quence la pro­fi­ta­bi­li­té des entre­prises dans un sec­teur concurrentiel.

    fraude à la constitution

    Tech­nique per­met­tant de faire croire à une nation que le droit de vote lui donne le pou­voir de façon à main­te­nir l’illusion de la pré­ser­va­tion de l’idéal démocratique. 

    bica­mé­risme

    Mode d’organisation du pou­voir légis­la­tif en deux chambres per­met­tant de se ren­voyer la res­pon­sa­bi­li­té de l’établissement des lois allant à l’encontre de la volon­té populaire 

    ser­vice public

    Acti­vi­tés d’intérêt géné­ral admi­nis­trées direc­te­ment par l’état lorsqu’elles ne sont pas ren­tables, les autres étant confiées à des inté­rêts pri­vés pour­voyant, d’une façon pro­fi­table, aux besoins essen­tiels de la collectivité

    res­pon­sa­bi­li­té politique

    Paravent intel­lec­tuel der­rière se cache l’élite afin de mettre en exergue son cou­rage de défendre des idées voire des déci­sions allant à l’encontre de l’opinion des citoyens. 

    pro­grammes électoraux

    Ensemble de pro­messes d’un can­di­dat qui, lorsqu’il est élu, ne l’engage en rien sauf à jus­ti­fier des déci­sions consi­dé­rées comme injustes lorsque ces pro­messes sont tenues.

    mon­dia­li­sa­tion

    Vocable ser­vant d’exutoire aux gou­ver­ne­ments de pays inca­pables d’affronter des puis­sances éco­no­miques repré­sen­tées par des états conti­nents ou des enti­tés finan­cières de dimen­sion mondiale. 

    para­dis fiscaux
    Notion per­met­tant de com­pa­rer les pays ou ter­ri­toires qui fondent leur éco­no­mie sur une stra­té­gie de pro­duc­tion sou­mises à l’impôt et ceux dont l’enrichissement est basé essen­tiel­le­ment sur l’apport de capi­taux défis­ca­li­sés sans que ceux-ci aient for­cé­ment une ori­gine illé­gale ou mafieuse.

    coti­sa­tions sociales

    Pré­lè­ve­ments per­met­tant de finan­cer à l’avance une mala­die que l’on aura peut-être jamais et autres avan­tages sociaux béné­fi­ciant même ceux qui ne sup­portent aucune contribution.

    cré­dit à la consommation

    Inci­ta­tion à dépen­ser plus que ce que l’on gagne pour l’acquisition de bien dont on a pas for­cé­ment besoin pour le plus grand pro­fit des banques favo­ri­sant ain­si les achats com­pul­sifs de faible valeur.

    vote blanc

    Acte civique de l’électeur qui n’est séduit par aucun can­di­dat mais qui fausse autant les résul­tats d’une élec­tion que l’abstention.

    migra­tion.

    Action de s’établir gra­cieu­se­ment dans un autre pays que le sien pour jouir d’une exis­tence meilleure que celle offerte par son pays d’origine sans que les habi­tants du pays d’accueil soit en mesure d’accepter ou non le par­tage des avan­tages acquis par leurs efforts contributifs.

    tran­si­tion éner­gé­tique (à la française) :

    Jus­ti­fi­ca­tion per­met­tant d’une façon dis­si­mu­lée d’accroitre les mon­tants des recettes fis­cales per­çues sur les classes popu­laires tout en orien­tant la consom­ma­tion des ménages à hauts reve­nus vers des dépenses oné­reuses d’équipements éco­lo­giques indi­vi­duels sachant que la pol­lu­tion la plus impor­tante géné­rée par l’ensemble des modes de trans­port col­lec­tifs mar­chands et l’activité indus­trielle, aug­mente de plus en plus sans qu’il soit pré­vu de mesures propres à la faire diminuer.

    monde poli­tique

    Ensemble de per­sonnes élues qui se devraient se dévouer au bien public en don­nant l’exemple du civisme, clef de voute de la démocratie. 

    réforme (en général)

    Action du gou­ver­ne­ment qui consiste sous cou­vert de chan­ge­ment, à trou­bler l’esprit des gens en leur fai­sant croire que l’on va amé­lio­rer les choses alors que l’on sou­haite seule­ment dimi­nuer les avan­tages qu’ils avaient auparavant. 

    opi­nion publique :

    Ensemble de convic­tion et de sen­ti­ments invé­ri­fiables défi­nis par une infor­ma­tion col­por­tée par des média sans que l’on sache vrai­ment s’il s’agit ou non d’une façon d’orienter les cou­rants de pensée.

    menace ter­ro­riste

    Etat dans lequel se trouve un état dans lequel des atten­tats ont été com­mis régu­liè­re­ment sans que la puis­sance publique de cet état ne trouve le moyen de les évi­ter tota­le­ment pour l’avenir.

    lutte des classes.

    Oppo­si­tion forte et vio­lente du fait de l’intérêt contra­dic­toire por­tant sur la répar­ti­tion des richesses et du pou­voir mais tom­bant en désué­tude du fait de finan­cia­ri­sa­tion de l’économie au niveau mondial.

    la loi (la bonne…)

    Règle éla­bo­rée démo­cra­ti­que­ment ou non, à par­tir du constat objec­tif d’une situa­tion exis­tante et pou­vant être accep­tée par le plus grand nombre des citoyens de façon qu’elle puisse s’appliquer dans un cli­mat de conci­lia­tion à tous les membres d’une nation dans un état d’esprit rele­vant du civisme.

    inté­rêt général

    Jus­ti­fi­ca­tion floue et mal défi­nie qui per­met le plus sou­vent à un gou­ver­ne­ment de prendre des déci­sions lorsque celles-ci vont à l’encontre du désir de bien-être individuel.

    consen­sus :

    Pro­ces­sus rele­vant de la sagesse humaine qui per­met d’éviter que la déci­sion d’une majo­ri­té ou du plus fort ne s’impose pas à une mino­ri­té ou aux plus faibles en met­tant l’individu au centre du débat de façon à trou­ver le ou les points d’accord sus­ci­tant l’adhésion de tous dans la paix et la sérénité.

    seuil de pauvreté

    Mesure du niveau de vie des ménages les plus défa­vo­ri­sés défi­nis par les éco­no­mistes, au-des­sous duquel les gou­ver­ne­ments auront à faire face à des mou­ve­ments sociaux incontrôlables.

    valeurs de la république

    Vocable qui regroupe des aspi­ra­tions res­sen­ties comme louables, per­met­tant de déna­tu­rer la force du concept tri­ni­taire liber­té, éga­li­té, fra­ter­ni­té, en l’agrémentant de notions visant conci­lier au mieux les contra­dic­tions que cette devise porte dans ses termes pour l’adapter aux attentes poli­tiques, par­ti­sanes et idéo­lo­giques au gré des époques et des dif­fé­rents gouvernements.

    extrême droite.

    Mou­ve­ments s’appuyant sur des aspi­ra­tions popu­laires contraires aux objec­tifs poli­tiques visant à main­te­nir le pou­voir dans les mains d’une classe diri­geante et qui entend le res­ter, en lais­sant croire qu’elle seule peut rai­son­na­ble­ment défendre les inté­rêts du pays.

    extrême gauche.

    Mou­ve­ments s’appuyant sur des aspi­ra­tions popu­laires contraires aux objec­tifs poli­tiques visant à main­te­nir le pou­voir dans les mains d’une classe diri­geante et qui entend le res­ter, en lais­sant croire qu’elle seule peut rai­son­na­ble­ment défendre les inté­rêts du pays.

    poli­tique de droite.

    Eti­quette poli­tique d’une par­tie de la classe diri­geante conser­va­trice qui mani­feste un cer­tain atta­che­ment à la liber­té et à une éco­no­mie libé­rale tout en pac­ti­sant avec les orga­nismes sociaux repré­sen­ta­tifs pour main­te­nir l’ensemble de la nation dans un ordre républicain

    poli­tique de gauche

    Eti­quette poli­tique d’une par­tie de la classe diri­geante atta­chée, dans un ordre répu­bli­cain, à des idéaux pro­gres­sistes et d’égalité pla­cés dans un contexte de plus grande jus­tice sociale nor­ma­le­ment défi­ni par les ins­tances repré­sen­ta­tives de la classe ouvrière. 

    classe popu­laire :

    Ensemble de citoyen d’une nation qui regroupe des indi­vi­dus sala­riés ou non, dont l’importance se mesure par rap­port au niveau de reve­nu com­pa­ré à celui des classes de « confort » et classes pos­sé­dantes, celles-ci qua­li­fiant de de popu­liste toute expres­sion visant à por­ter les reven­di­ca­tions des plus défa­vo­ri­sés lorsque celles-ci peuvent mettre en péril l’ordre établi.

    sta­tis­tiques économiques

    Mesure scien­ti­fique des acti­vi­tés indus­trielles, com­mer­ciale et sociale impli­quant l’idée que la glo­ba­li­té doit s’imposer par rap­port au res­sen­ti indi­vi­duel, l’être humain étant consi­dé­ré comme un objet.

    Théo­rie du ruissèlement :

    Règle éco­no­mique ration­nelle selon laquelle favo­ri­ser les plus riches afin qu’ils s’enrichissent encore plus per­met aux plus pauvres de mieux vivre, la pra­tique fai­sant appa­raitre que ce para­doxe a pour résul­tat que de faire som­brer la classe popu­laire dans la pauvreté.

    Pla­ce­ments financiers

    Pro­duits offerts par les banques pour leur plus grand pro­fit, per­met­tant de faire fruc­ti­fier l’épargne des ménages sans en sup­por­ter un risque d’autant plus impor­tant que le ren­de­ment est élevé.

    Actions :

    Titre repré­sen­tant théo­ri­que­ment une part de la valeur d’une entre­prise alors qu’en pra­tique cette valeur est défi­nie par l’offre et la demande mani­pu­lés pour le plus grand pro­fit des acteurs qui régulent à leur pro­fit le mar­ché financier. 

    Guerre éco­no­mique

    Concept qui trouve son fon­de­ment dans la facul­té qu’ont les états pour modi­fier les condi­tions nor­males de la concur­rence, le conflit armé étant rem­pla­cé par des capa­ci­tés repo­sant sur des richesses tech­no­lo­giques et, ou, natu­relles dans un contexte mon­dial de régu­la­tion du mer­can­ti­lisme qui ignore l’aspect social, moral et fis­cal dans les échanges.

    éga­li­té des chances

    ensemble de mesures pra­tiques, concrètes et effi­caces mises en place par la puis­sance publique visant à ne pas faire por­ter au seul indi­vi­du la res­pon­sa­bi­li­té de son sort dans le cas où il est issu d’un milieu défavorisé. 

    pri­vi­lèges :

    Avan­tages pécu­niai­re­ment signi­fi­ca­tifs de nature diverse et variée par­ti­ci­pant d’un sys­tème cor­rom­pu, finan­cés par le biais de la fis­ca­li­té et accor­dés aux élites, sou­vent à vie lorsqu’elles sont élues, ou acca­pa­rés d’une façon héré­di­taire par les oli­garques dont la puis­sance égale ou dépasse celle des états
    rumeur (poli­tique) :

    Une des tech­niques d’influence uti­li­sée média­ti­que­ment dans le cadre d’une stra­té­gie de diver­sion per­met­tant au monde poli­tique lorsqu’il exerce le pou­voir ou qu’il aspire à l’exercer, de pro­vo­quer à son pro­fit l’incompréhension, la démo­ti­va­tion et la perte de cohé­sion de ceux repré­sen­tant une oppo­si­tion en condi­tion­nant l’opinion pour l’inciter à adhé­rer à des pro­po­si­tions dis­si­mu­lant des objec­tifs non avouables. 

    mul­ti­cul­tu­ra­lisme.

    Terme ambi­gu de la phi­lo­so­phie poli­tique qui vise à faire accep­ter, au titre d’un idéal défi­ni par des valeurs, que des enti­tés eth­niques et reli­gieuses étran­gères à un pays puissent coexis­ter sans aban­don­ner leur culture d’origine et sans faire preuve d’une volon­té affi­chée d’adopter la façon de vivre dans le pays d’accueil.

    chan­ge­ment (poli­tique) :

    Dogme laïque édic­té par l’ordre éta­bli res­sor­tant d’une puis­sante dyna­mique intel­lec­tuelle prô­nant l’idée d’une trans­for­ma­tion per­pé­tuelle et iné­luc­table de la socié­té sans que ne soient défi­nis ni le réel objec­tif ni le sens de l’aventure humaine ceci engen­drant for­cé­ment le désar­roi des individus 

    crise gou­ver­ne­men­tale :
    Période plus ou moins longue au cours de laquelle le pou­voir poli­tique léga­le­ment élu perd sa légi­ti­mi­té à la suite d’une très forte dégra­da­tion de la confiance expri­mée par le monde poli­tique, l’opinion en géné­ral et, ou, par la contes­ta­tion d’une grande par­tie de la popu­la­tion, ceci entrai­nant la para­ly­sie de l’action poli­tique décriée.

    RIC (réfé­ren­dum d’initiative citoyenne) :

    Moyen d’expression don­né à la classe popu­laire per­met­tant à l’intelligence col­lec­tive d’intervenir par la voie réfé­ren­daire en tant que véri­table contre­pou­voir au-delà de toute ten­dance par­ti­sane, face aux les élites qui par­ti­cipent et défi­nissent l’action gou­ver­ne­men­tale dans la léga­li­té défi­nie par les règles de la démo­cra­tie représentative.

    Réponse
  9. JEAN LOUIS FABRE

    UNE NOUVELLE REPUBLIQUE
    Principes
    = Mettre l’humain au centre de la vie poli­tique en dehors des idéo­lo­gies partisanes
    = Réser­ver les pré­lè­ve­ments sociaux et fis­caux qu’au seul finan­ce­ment des orga­nismes sociaux et ser­vices publiques.
    = Repar­tir le pro­fit des grandes entre­prises entre l’investissement, le salaire et le dividende.
    Dis­po­si­tif démocratique
    Objectifs
    = assu­rer la cohé­rence entre le pou­voir légis­la­tif, le pou­voir exé­cu­tif et les ges­tion­naires locaux
    = don­ner au pré­sident et au gou­ver­ne­ment l’initiative en matière éco­no­mique et sociale
    = don­ner au peuple le droit d’accorder ou non le qui­tus à l’action gouvernementale
    organisation
    = le peuple élit les maires pour 6ans
    = les maires élisent leurs repré­sen­tants à un par­le­ment pour 7 ans, renou­ve­lable par tiers tous les 5 ans, les maires d’arrondissement et les conseillers muni­ci­paux sont aus­si électeurs
    – Le par­le­ment vote les lois
    – il désigne par­mi ses membres des repré­sen­tants au par­le­ment euro­péens en leur don­nant un man­dat impératif
    – il nomme le ministre de la jus­tice par­mi ses membres
    – il nomme les membres de l’autorité de tutelle en matière d’audiovisuel et des médias
    – il a un droit de vétot en matière de défense nationale

    = le pré­sident de la répu­blique est élu au suf­frage uni­ver­sel pour 7 ans
    – Il nomme le gou­ver­ne­ment en charge de la poli­tique du pays, il a le pou­voir de le révoquer
    – Il défi­nit la poli­tique en matière de défense nationale
    – Il est tenu de pro­vo­quer un réfé­ren­dum deman­dé par xxx xxx citoyens qui réclament la révo­ca­tion de l’ensemble gou­ver­ne­ment dont les membres sont soli­dai­re­ment responsables
    – Il est assis­té du conseil des sages (anciens pré­sident de la répu­blique, de la cour de cas­sa­tion, du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif,…) ayant com­pé­tence pour déci­der de la consti­tu­tion­na­li­té des lois de la vali­di­té des RIC et pour pro­po­ser au par­le­ment les réformes constitutionnelles.

    Réponse
  10. Citoyen des frontières

    Pour­quoi ne pas créer un lieu des assises du réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne ? j’a­vais pen­sé au vil­lage fron­ta­lier fran­co-suisse de Saint Gin­golph saint Gin­golph est un vil­lage sépa­ré en deux par­ties par une petite rivière qui s’ap­pelle la Morge, un côté du vil­lage se trouve dans le can­ton du Valais où l’ Ini­tia­tive Citoyenne est une réa­li­té et l’autre côté se trouve dans le dépar­te­ment de Haute-Savoie et donc en France où il existe pas.
    Se serait là éton­nant lieu de dis­cus­sion entre les deux par­ties du vil­lage celles qui connaissent depuis 128 ans la pos­si­bi­li­té de recou­rir au réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne et l’autre avec der­rière toute la France.
    Ce serait un lieu éton­nant de ren­contre pour les gilets jaunes qui réflé­chissent à la rédac­tion d’une nou­velle Consti­tu­tion et qui réflé­chissent à la mise en place en France du réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne.
    Nos amis suisses pour­raient d’ailleurs aus­si yfaire part de leur expé­rience vieille de plus d’un siècle.
    Ensuite Saint-Gin­golph est un excellent sym­bole ça c’est pour ceux qui connaissent his­toire de Saint-Gin­golph c’est le patron des cocus(sic!), il est clair que les citoyens en France ne veulent plus être les cocus de la démo­cra­tie inachevée.
    Les fron­tières sont faites pour être fran­chies et les limites pour être dépas­sées, là où il y a une volon­té il y a un chemin !
    Et en plus c’est à d’ex­cel­lentes endroit pour cet hiver avec les mon­tagnes le lac des sta­tions de ski un beau contraste entre ce qui est abou­ti d’un côté et ce qui est à naître de l’autre, comme la jonc­tion de deux trains.

    Réponse
  11. Bernard Décombe

    ÉBAUCHE de RÉFLEXION sur l’ES­QUISSE d’un SYSTÈME DÉMOCRATIQUE Simple, Clair, Rationnel.
    – Sup­pres­sion du poste de Pré­sident de la répu­blique et sup­pres­sion du Sénat
    – Le nombre des dépu­tés est réduit envi­ron de moitié
    – Le pays est diri­gé de manière col­lé­giale par un Conseil des ministres
    – Les élec­tions au scru­tin pro­por­tion­nel, ont lieu régu­liè­re­ment tous les ans (par exemple au prin­temps, le mois de mai semble être une bonne période)
    – Les scru­tins groupent les dési­gna­tions de toutes les Assem­blées : locales, dépar­te­men­tales, régio­nales, natio­nales, (le vote élec­tro­nique est possible)
    – Dans toutes les Assem­blées, les repré­sen­tants du peuple sont élus pour 5 ans, MAIS, ils sont renou­ve­lables à hau­teur de 20% chaque année, (pour amor­cer le sys­tème, durant les 4 pre­mières années, les 20% de repré­sen­tants à renou­ve­ler seront tirés au sort)
    – Aucun élu n’a la pos­si­bi­li­té de se por­ter can­di­dat à un autre man­dat, immé­dia­te­ment suc­ces­sif au pré­cé­dent, dans une Assem­blée ou dans une autre
    – Chaque Assem­blée élit un pré­sident rota­tif pour un an, (par exemple le maire pour un Conseil municipal)
    – L’As­sem­blée natio­nale élit les membres du gou­ver­ne­ment, qui sont eux-mêmes renou­ve­lables à hau­teur de 20% chaque année par cette Assem­blée nationale
    – Le gou­ver­ne­ment sitôt en place élit pour un an, un Pré­sident rota­tif du Conseil des ministres (qui a donc pour fonc­tion de pré­si­der le Conseil et non pas de décider)
    – Le sénat n’a plus de rai­son d’être, car avec ce Sys­tème, les dépu­tés, (et les membres du gou­ver­ne­ment), sont renou­ve­lés en conti­nu, de manière régu­lière et sans soubresaut
    – Le poste de Pré­sident-Roi étant sup­pri­mé, le bat­tage média­tique pour cette élec­tion (très dis­pu­tée parce que très juteuse), qui occupe l’ac­tua­li­té pen­dant une année tous les 4 ans, dis­pa­raît tout natu­rel­le­ment (ouf …)
    – De même, le bat­tage média­tique quin­quen­nal, concer­nant la pseu­do-alter­nance actuelle à l’As­sem­blée natio­nale, devient lui aus­si méca­ni­que­ment caduc (re-ouf …). La cam­pagne élec­to­rale pour les man­dats de repré­sen­tants du peuple dans les diverses Assem­blées, se résu­mant à l’af­fi­chage quelques semaines à l’a­vance, des can­di­da­tures sur les pan­neaux élec­to­raux offi­ciels pré­vus à cet usage, et à la publi­ca­tion dans les divers médias des listes de candidats
    – Paral­lè­le­ment une pos­si­bi­li­té de réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire, s’ins­pi­rant par exemple du modèle Suisse , est mise en place
    – Bref, en résu­mé, à défaut de socié­té et de sys­tème poli­tique hori­zon­taux, il est essen­tiel pour se rap­pro­cher d’un sys­tème démo­cra­tique, de déca­pi­ter défi­ni­ti­ve­ment une large pointe de la Pyra­mide, afin que le tronc de cette pyra­mide res­tant ait une hau­teur aus­si réduite que possible … 

    Car il est plus que temps,
    de remettre en route Le Pro­grès qui a été démar­ré en 1789 par la base du peuple, puis rapi­de­ment déna­tu­ré, suc­ces­si­ve­ment, par Robes­pierre, le Direc­toire, le Consu­lat, le 1er Empire, la Res­tau­ra­tion, la 2e « Répu­blique », le 2e Empire, et remis sur les bons rails par la mémo­rable Insur­rec­tion de la Com­mune de Paris en 1871, mal­heu­reu­se­ment trop brièvement ! …
    S’en est suivie ,
    la tra­hi­son per­ma­nente de la 3e « Répu­blique », ses bou­che­ries sur le peuple de 1871–1872, et de 1914–1918, son ins­tau­ra­tion de la dic­ta­ture en 1940 …
    Puis la tra­hi­son à l’en­ne­mi du régime de Vichy,
    la pseu­do 4e « Répu­blique » tout aus­si oli­gar­chique que les pré­cé­dents Sys­tèmes, et enfin la for­fai­ture sys­té­mique de la pseu­do 5e « Répu­blique » inven­tée par le Pétain N°2 ! … (dont le total des crimes égale pro­ba­ble­ment celui de son « père »– Exemple par­mi d’autres : 5 semaines de géno­cide sur la popu­la­tion arabe en mai 1945 dans l’Est algérien)
    Bref, des appa­reils d’É­tats com­plè­te­ment truqués,
    qui n’ont jamais ces­sé d’êtres des enne­mis du peuple depuis la nuit des temps ! …
    Des appa­reils d’États,
    qui ont tou­jours été les ins­tru­ments des aris­to­cra­ties ou oli­gar­chies, et qui ont tou­jours eu pour ligne d’ac­tion essen­tielle de main­te­nir à l’é­tat de VACHE à LAIT, la classe popu­laire qui pro­duit direc­te­ment la richesse du pays par son tra­vail matériel ! …
    À notre géné­ra­tion de prendre la suite d’un redé­mar­rage vers le progrès ! … 

     » Grave difficulté » :
    Le Sys­tème actuel de démo­cra­tie de théâtre, au ser­vice de l’o­li­gar­chie inter­na­tio­nale du capi­tal et de la finance, ne vou­dra jamais se sabor­der pour lais­ser la place à un Sys­tème démocratique ! … 

    La décla­ra­tion des droits de l’ homme de 1793, énonce dans son article 35 :
    « Quand le gou­ver­ne­ment viole les droits du peuple, l’in­sur­rec­tion est, pour le peuple et pour chaque por­tion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indis­pen­sable des devoirs ». 

    L’es­sen­tiel de ce texte, figure depuis envi­ron le mois de mai 2017, sur une page annexe du site,
    http://​www​.assas​si​nat​-karine​-decombe​-anno​nay​.legal/​a​n​n​e​x​e​.​e​b​a​u​c​h​e​.​d​e​.​r​e​f​l​e​x​i​o​n​.​s​u​r​.​l​.​e​s​q​u​i​s​s​e​.​d​.​u​n​.​s​y​s​t​e​m​e​.​d​e​m​o​c​r​a​t​i​q​u​e​.​htm

    Réponse
    • Bernard Décombe

      Bon­jour,
      À la pre­mière ten­ta­tive de publi­ca­tion de mon texte ci-des­sus, j’ai fait une erreur de mani­pu­la­tion avec le Capt­cha, et croyant que c’é­tait lou­pé, je l’ai repas­sé une 2e fois …
      Mer­ci au web­mas­ter, d’é­li­mi­ner l’exem­plaire superflu.

      Réponse
  12. Bernard Décombe

    ÉBAUCHE de RÉFLEXION sur l’ES­QUISSE d’un SYSTÈME DÉMOCRATIQUE Simple, Clair, Rationnel.
    – Sup­pres­sion du poste de Pré­sident de la répu­blique et sup­pres­sion du Sénat
    – Le nombre des dépu­tés est réduit envi­ron de moitié
    – Le pays est diri­gé de manière col­lé­giale par un Conseil des ministres
    – Les élec­tions au scru­tin pro­por­tion­nel, ont lieu régu­liè­re­ment tous les ans (par exemple au prin­temps, le mois de mai semble être une bonne période)
    – Les scru­tins groupent les dési­gna­tions de toutes les Assem­blées : locales, dépar­te­men­tales, régio­nales, natio­nales, (le vote élec­tro­nique est possible)
    – Dans toutes les Assem­blées, les repré­sen­tants du peuple sont élus pour 5 ans, MAIS, ils sont renou­ve­lables à hau­teur de 20% chaque année, (pour amor­cer le sys­tème, durant les 4 pre­mières années, les 20% de repré­sen­tants à renou­ve­ler seront tirés au sort)
    – Aucun élu n’a la pos­si­bi­li­té de se por­ter can­di­dat à un autre man­dat, immé­dia­te­ment suc­ces­sif au pré­cé­dent, dans une Assem­blée ou dans une autre
    – Chaque Assem­blée élit un pré­sident rota­tif pour un an, (par exemple le maire pour un Conseil municipal)
    – L’As­sem­blée natio­nale élit les membres du gou­ver­ne­ment, qui sont eux-mêmes renou­ve­lables à hau­teur de 20% chaque année par cette Assem­blée nationale
    – Le gou­ver­ne­ment sitôt en place élit pour un an, un Pré­sident rota­tif du Conseil des ministres (qui a donc pour fonc­tion de pré­si­der le Conseil et non pas de décider)
    – Le sénat n’a plus de rai­son d’être, car avec ce Sys­tème, les dépu­tés, (et les membres du gou­ver­ne­ment), sont renou­ve­lés en conti­nu, de manière régu­lière et sans soubresaut
    – Le poste de Pré­sident-Roi étant sup­pri­mé, le bat­tage média­tique pour cette élec­tion (très dis­pu­tée parce que très juteuse), qui occupe l’ac­tua­li­té pen­dant une année tous les 4 ans, dis­pa­raît tout natu­rel­le­ment (ouf …)
    – De même, le bat­tage média­tique quin­quen­nal, concer­nant la pseu­do-alter­nance actuelle à l’As­sem­blée natio­nale, devient lui aus­si méca­ni­que­ment caduc (re-ouf …). La cam­pagne élec­to­rale pour les man­dats de repré­sen­tants du peuple dans les diverses Assem­blées, se résu­mant à l’af­fi­chage quelques semaines à l’a­vance, des can­di­da­tures sur les pan­neaux élec­to­raux offi­ciels pré­vus à cet usage, et à la publi­ca­tion dans les divers médias des listes de candidats
    – Paral­lè­le­ment une pos­si­bi­li­té de réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire, s’ins­pi­rant par exemple du modèle Suisse , est mise en place
    – Bref, en résu­mé, à défaut de socié­té et de sys­tème poli­tique hori­zon­taux, il est essen­tiel pour se rap­pro­cher d’un sys­tème démo­cra­tique, de déca­pi­ter défi­ni­ti­ve­ment une large pointe de la Pyra­mide, afin que le tronc de cette pyra­mide res­tant ait une hau­teur aus­si réduite que possible … 

    Car il est plus que temps,
    de remettre en route Le Pro­grès qui a été démar­ré en 1789 par la base du peuple, puis rapi­de­ment déna­tu­ré, suc­ces­si­ve­ment, par Robes­pierre, le Direc­toire, le Consu­lat, le 1er Empire, la Res­tau­ra­tion, la 2e « Répu­blique », le 2e Empire, et remis sur les bons rails par la mémo­rable Insur­rec­tion de la Com­mune de Paris en 1871, mal­heu­reu­se­ment trop brièvement ! …
    S’en est suivie ,
    la tra­hi­son per­ma­nente de la 3e « Répu­blique », ses bou­che­ries sur le peuple de 1871–1872, et de 1914–1918, son ins­tau­ra­tion de la dic­ta­ture en 1940 …
    Puis la tra­hi­son à l’en­ne­mi du régime de Vichy,
    la pseu­do 4e « Répu­blique » tout aus­si oli­gar­chique que les pré­cé­dents Sys­tèmes, et enfin la for­fai­ture sys­té­mique de la pseu­do 5e « Répu­blique » inven­tée par le Pétain N°2 ! … (dont le total des crimes égale pro­ba­ble­ment celui de son « père »– Exemple par­mi d’autres : 5 semaines de géno­cide sur la popu­la­tion arabe en mai 1945 dans l’Est algérien)
    Bref, des appa­reils d’É­tats com­plè­te­ment truqués,
    qui n’ont jamais ces­sé d’êtres des enne­mis du peuple depuis la nuit des temps ! …
    Des appa­reils d’États,
    qui ont tou­jours été les ins­tru­ments des aris­to­cra­ties ou oli­gar­chies, et qui ont tou­jours eu pour ligne d’ac­tion essen­tielle de main­te­nir à l’é­tat de VACHE à LAIT, la classe popu­laire qui pro­duit direc­te­ment la richesse du pays par son tra­vail matériel ! …
    À notre géné­ra­tion de prendre la suite d’un redé­mar­rage vers le progrès ! … 

     » Grave dif­fi­cul­té  » : Le Sys­tème actuel de démo­cra­tie de théâtre, au ser­vice de l’o­li­gar­chie inter­na­tio­nale du capi­tal et de la finance, ne vou­dra jamais se sabor­der pour lais­ser la place à un Sys­tème démocratique ! … 

    La décla­ra­tion des droits de l’ homme de 1793, énonce dans son article 35 :
    « Quand le gou­ver­ne­ment viole les droits du peuple, l’in­sur­rec­tion est, pour le peuple et pour chaque por­tion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indis­pen­sable des devoirs ». 

    L’es­sen­tiel de ce texte, figure depuis envi­ron le mois de mai 2017, sur une page annexe du site,
    http://​www​.assas​si​nat​-karine​-decombe​-anno​nay​.legal/​a​n​n​e​x​e​.​e​b​a​u​c​h​e​.​d​e​.​r​e​f​l​e​x​i​o​n​.​s​u​r​.​l​.​e​s​q​u​i​s​s​e​.​d​.​u​n​.​s​y​s​t​e​m​e​.​d​e​m​o​c​r​a​t​i​q​u​e​.​htm

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...