Des mots, des mots… DÉMOCRATIE ? #DATAGUEULE 74

4/01/2018 | 18 commentaires

Inutile de pré­ci­ser le plai­sir que je res­sens à voir appa­raître ce bon tra­vail de syn­thèse : ça germe 🙂

« L’ha­bit ne fait pas le moine » lol 🙂

J’ai hâte de voir si l’é­quipe tonique de Data­Gueule va abor­der le point stra­té­gique de la consti­tu­tion et du pro­ces­sus consti­tuant, et sur­tout quelle légi­ti­mi­té elle va recon­naître au peuple (direc­te­ment, et pas seule­ment par réfé­ren­dum) dans ce processus. 

Peut-être diront-ils un mot des pers­pec­tives radi­cales qu’ouvrent les ate­liers consti­tuants popu­laires, pro­li­fiques et contagieux 🙂

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​9​1​7​7​8​7​4​5​7​317

Catégorie(s) de l'article :

18 Commentaires

  1. etienne

    Corruption et impunité : la démocratie abusée :

    Réponse
  2. ève

    Vidéo accro­chante tant par son éla­bo­ra­tion , son conte­nu que par ses cou­leurs et sa pro­fon­deur ! Pour­tant pas assez creu­sée pour détrô­ner Sieyès !
    L’an­née com­mence bien .…, qu’elle soit riche comme jamais elle n’a été pour vous toutes et tous !

    Réponse
  3. BA

    « Bonne année mes très chers riches », la carte blanche de Pierre Lemaitre.

    Pierre Lemaitre était l’in­vi­té d’Au­gus­tin Tra­pe­nard ce 2 jan­vier 2018. Il adresse dans sa carte blanche ses meilleurs vœux pour 2018 aux « riches ». 

    La vidéo dure 1 minute 58 :

    « Bonne année mes très chers riches », la carte blanche de Pierre Lemaître

    https://​www​.dai​ly​mo​tion​.com/​v​i​d​e​o​/​x​6​c​j​iqy

    Réponse
  4. joss

    Castoriadis au Chili en 1997 (année de son décès) :

    En fran­çais tra­duit en espa­gnol, mais compréhensible.

    Réponse
  5. BA

    EURO : Pen­dant que les grands médias et tous les par­tis poli­tiques (sauf l’UPR) gardent le silence, la situa­tion conti­nue d’empirer.

    En attei­gnant + 906.941.417.444,22 euros au 31 décembre 2017, le solde Tar­get 2 de l’Allemagne dépasse les 900 mil­liards d’euros pour la pre­mière fois depuis la créa­tion de l’euro.

    C’est la Bun­des­bank alle­mande qui vient de le révéler.

    Au même moment, le solde néga­tif de l’Italie avoi­sine les – 450 mil­liards d’euros et celui de l’Espagne les – 400 mil­liards d’eu­ros. (La France étant à peu près à l’équilibre)

    Ces évo­lu­tions, qui confirment une nou­velle fois la jus­tesse des ana­lyses de l’UPR depuis dix ans, confirment par la même occa­sion que la fin iné­luc­table de l’euro approche.

    https://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​f​r​a​n​c​e​/​e​u​r​o​-​p​e​n​d​a​n​t​-​g​r​a​n​d​s​-​m​e​d​i​a​s​-​p​a​r​t​i​s​-​p​o​l​i​t​i​q​u​e​s​-​s​a​u​f​-​l​u​p​r​-​g​a​r​d​e​n​t​-​s​i​l​e​n​c​e​-​s​i​t​u​a​t​i​o​n​-​c​o​n​t​i​n​u​e​-​d​e​m​p​i​rer

    Réponse
    • Ronald

      Je com­plète en signa­lant que le pays au solde le plus néga­tif, l’I­ta­lie, renou­velle son par­le­ment en mars. Et que par­mi les quatre prin­ci­paux par­tis dans les son­dages, deux sont net­te­ment euros­cep­tiques. Après entre le dire et le faire, il y a de la marge, mais cela pour­rait bou­ger de ce côté.

      Réponse
  6. sdm94
  7. etienne

    Entre ”Le Monde” et Facebook, un beau conte de fake

    SOUVENT cri­ti­qué pour « être trop timide face aux conte­nus mal­veillants, Face­book a dur­ci le ton », assu­rait « Le Monde » (19÷12) dans un article au titre évo­ca­teur : « Face aux fausses infor­ma­tions, le dis­cret ménage de Face­book ». L’enthousiasme du quo­ti­dien se com­prend : c’est lui-même qui, dans le cadre d’un par­te­na­riat avec Face­book, a été man­da­té par le réseau social (reven­di­quant 33 mil­lions d’abonnés en France) pour épous­se­ter ses pages.

    Mais un lien d’une autre nature rend encore plus pré­gnante l’empathie entre le jour­nal et la pla­te­forme amé­ri­caine. Julien Codor­niou, le vice-pré­sident de Face­book char­gé des par­te­na­riats, qui vit à Londres, est membre du… conseil de sur­veillance du « Monde » ! Grand ami de Xavier Niel — le copro­prio du quo­ti­dien —, Codor­niou figure aus­si depuis peu à son côté au conseil de sur­veillance de Media­wan, le fonds d’investissement cofon­dé fin 2015 par un cer­tain Niel Xavier. Le monde des géants est petit.

    L’idylle entre la presse et les caïds du Web ne date pas d’hier. Pour quelques mil­lions — une paille, com­pa­ré à ses mil­liards de reve­nus — ver­sés à un « fonds d’innovation », Google s’est ain­si assu­ré la bien­veillance de nom­breux médias.

    La romance entre Face­book et « Le Monde », elle, a réel­le­ment démar­ré en février 2017. Plu­sieurs confrères du quo­ti­dien sont alors sol­li­ci­tés par le mas­to­donte du Net pour l’aider à tra­quer les infos bidon sur ses écrans. Ce n’est pas qu’elles le dérangent tant que ça : en fait, elles assurent même son fonds de com­merce en géné­rant un gros trafic sur le réseau. Mais, depuis la pré­si­den­tielle amé­ri­caine, les fake news — ces bobards balan­cés par des plai­san­tins ou des escrocs — font tache sur le bla­son du fon­da­teur, Mark Zuckerberg.

    Ça décode sec

    Au départ, « Le Monde » (6÷2) a tout de même été pris d’un doute. « Le modèle pro­po­sé par le réseau social ne revient-il pas à faire à sa place le tra­vail de chasse aux fake news ? L’accepter, n’est-ce pas per­mettre à un Face­book sous pres­sion de mon­trer patte blanche et faci­li­ter sa com­mu­ni­ca­tion ? » s’interrogeait le jour­nal. Qui a sou­la­gé illi­co sa conscience : « Fina­le­ment, le prag­ma­tisme l’a empor­té… » Le « prag­ma­tisme » finan­cier, surtout !

    Car Face­book paie désor­mais les jour­naux tra­queurs de conte­nus sales. « Au début, c’était tota­le­ment gra­tuit. Ils sont ensuite reve­nus vers nous en disant qu’ils allaient rému­né­rer notre tra­vail », lâche, du bout des lèvres, un chef de « L’Express » à un site spé­cia­li­sé, Nex­tIN­pact (26÷4). Les autres médias, eux, res­tent muets sur le sujet.

    Prix de ces ser­vices ? Huit mois plus tard, la direc­tion du « Monde », inter­ro­gée, est tou­jours aux abon­nés absents. Mais c’est bien toute une équipe Web du jour­nal (celle des « déco­deurs ») qui a été mise au tur­bin pour le compte du réseau social. Leur Déco­dex, « outil de véri­fi­ca­tion de l’information », a déjà repé­ré 2 865 infos bidon sur Face­book. Et il y en a pour tous les goûts…

    Mor­bides, par exemple : « Des migrants ont-ils été retrou­vés conge­lés dans un res­tau­rant chi­nois à Paris ? », « A‑t-on retrou­vé de la viande humaine dans les pro­duits Mc-Donald’s ? » Ou plus « scien­ti­fiques » : « Une femme a‑t-elle déve­lop­pé un QI de 220 après avoir bu du sperme tous les jours pen­dant un an ? », « Un verre de vin rouge peut-il rem­pla­cer une heure de sport intensif ? »

    Vrai ? Faux ? Au choix !

    Le ver­sant com­plo­tiste n’est pas oublié : « L’Etat veut-il pro­mou­voir la pédo­phi­lie à l’école ?», « Les vac­cins envoyés en Afrique contiennent-ils des agents anti-fer­ti­li­té ? » On ne s’en lasse pas ! Au total, 1 198 pages Face­book relayant les pires fadaises ont été épin­glées, et 147 fer­mées. Ce coup de balai est-il déci­sif ? Pas vrai­ment. « Le Monde » lui-même doit recon­naître que les fer­me­tures sont plus sou­vent liées à des conte­nus hai­neux ou racistes qu’à la chasse aux bobards. Mieux, Face­book vient déjà de chan­ger de « stra­té­gie » (sic) contre les fake news. « Des études laissent pen­ser qu’un voca­bu­laire (de mise en garde) trop fort ou cer­tains visuels (comme une icône rouge) peuvent avoir des effets contre­pro­duc­tifs », a expli­qué sans rire la firme, juste avant Noël. Face­book pré­fère désor­mais ren­voyer dos à dos véri­fi­ca­teurs et faus­saires en publiant les deux ver­sions. C’est bien meilleur pour le trafic !

    Chris­tophe Nobi­li, Le Canard enchaî­né, 8/1/2018

    https://​www​.les​-crises​.fr/​e​n​t​r​e​-​l​e​-​m​o​n​d​e​-​e​t​-​f​a​c​e​b​o​o​k​-​u​n​-​b​e​a​u​-​c​o​n​t​e​-​d​e​-​f​a​ke/

    Source : Le Canard Enchaî­né signa­lé par Oli­vier Ber­ruyer sur les​-crises​.fr

    Réponse
  8. etienne

    C’est Minc lui-même qui le dit, et il sait de quoi il parle, en vieil expert et en fin connaisseur 🙂

    Réponse
  9. Ronald

    Un article de Jean Bric­mont, sur l’ac­tuelle volon­té du gou­ver­ne­ment de dire ce qui est fake news et bonne information :
    https://​fran​cais​.rt​.com/​o​p​i​n​i​o​n​s​/​4​7​0​4​1​-​m​a​c​r​o​n​-​v​e​u​t​-​i​l​-​e​n​c​o​u​r​a​g​e​r​-​c​r​o​y​a​n​c​e​-​t​e​r​r​e​-​p​l​ate
    Je suis bien d’ac­cord avec lui : à par­tir du moment ou dans un pays l’E­tat édicte ce qui est l’in­for­ma­tion auto­ri­sée, on ne peut plus par­ler de « régime libé­ral », ce serait une insulte au libé­ra­lisme. Aus­si incroyable que cela puisse paraître, je pense que la France est deve­nue un régime auto­ri­taire, où alors on accepte n’im­porte quel sens pour n’im­porte quel mot.

    Pour aus­si faire remar­quer qu’il se passe quelque chose de mal­sain propre à la France, signa­lons dans les pays « nor­maux », lorsque l’ur­gence est pas­sée, on baisse le niveau des mesures, on ne com­mence pas à empi­ler les lois liber­ti­cides mois après mois :
    http://​www​.les​sen​tiel​.lu/​f​r​/​n​e​w​s​/​e​u​r​o​p​e​/​s​t​o​r​y​/​1​3​5​2​1​155

    Bien évi­dem­ment, celui qui désor­mais invite à voter Macron pour lut­ter-contre-le-fas­cisme n’est plus juste un imbé­cile, c’est un complice.

    Réponse
  10. etienne

    Lec­ture – Dupuis-Déri (1999) #DATAGUEULE

    Réponse
  11. etienne

    Fran­cis Dupuis-Déri : « Démo­cra­tie : his­toire d’un malentendu »

    Réponse
  12. etienne

    Yota Ange­la­ki nous dit quelques mots de la Pnyx et des citoyens athéniens :

    Réponse
  13. etienne
  14. Yota Angelaki

    mer­ci Etienne..La Pnika..a connaitre..

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles